Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si quelqu'un ne renaît de l'eau et de l'Esprit-Saint, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Épître de saint Jacques
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilFillionJacques0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Épître de saint Jacques

Chapitre 1

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Jacques, serviteur de Dieu et de Notre-Seigneur Jésus-Christ, aux douze tribus qui sont dispersées, salut.
 
2 Regardez comme une grande joie, mes frères, d’être en butte à diverses épreuves,3 sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience.4 Mais la patience doit être parfaite dans ses œuvres, afin que vous soyez parfaits et accomplis, ne laissant rien à désirer.
 
5 Si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous libéralement et sans rien reprocher ; et elle lui sera donnée.6 Mais qu’il demande avec foi, sans hésiter. Car celui qui hésite est semblable au flot de la mer, qui est agité et poussé de côté et d’autre par le vent.7 Que cet homme là ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur.8 C’est un homme à l’esprit partagé, inconstant dans toutes ses voies.
 
9 Que le frère de condition humble se glorifie de son élévation ;10 et le riche, au contraire, de son abaissement, parce qu’il passera comme la fleur de l’herbe.11 Car le soleil s’est levé brûlant, et il a desséché l’herbe, et sa fleur est tombée, et la grâce de son aspect a disparu ; ainsi le riche se flétrira dans ses voies.12 Heureux l’homme qui souffre patiemment l’épreuve, car, lorsqu’il aura été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que Dieu a promise à ceux qui L’aiment.
 
13 Que nul, lorsqu’il est tenté, ne dise que c’est Dieu qui le tente ; car Dieu ne tente pas pour le mal, et Il ne tente Lui-même personne.14 Mais chacun est tenté par sa propre concupiscence, qui l’emporte et le séduit.15 Ensuite, lorsque la concupiscence a conçu, elle enfante le péché ; et le péché, étant consommé, engendre la mort.
 
16 Ne vous y trompez pas, mes frères bien-aimés.17 Toute grâce excellente et tout don parfait vient d’en haut, et descend du Père des lumières, chez qui il n’y a pas de variation, ni d’ombre, ni de changement.18 De Sa propre volonté Il nous a engendrés par la parole de vérité, afin que nous soyons comme les prémices de Ses créatures.
 
19 Vous le savez, mes frères bien-aimés. Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, et lent à se mettre en colère ;20 car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu.21 C’est pourquoi, rejetant toute souillure et tout excès de méchanceté, recevez avec douceur la parole entée en vous, qui peut sauver vos âmes.
 
22 Seulement, mettez cette parole en pratique, et ne vous contentez pas de l’écouter, vous trompant vous-mêmes.23 Car si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel,24 et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était.25 Mais celui qui aura considéré attentivement la loi parfaite de la liberté, et qui l’aura fait avec persévérance, arrivant ainsi, non à écouter pour oublier, mais à pratiquer l’œuvre prescrite, celui-là trouvera le bonheur dans son activité.26 Si quelqu’un croit être religieux, et ne met pas un frein à sa langue, mais trompe son propre cœur, la religion de cet homme est vaine.27 La religion pure et sans tache devant Dieu notre Père consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leur tribulation, et à se conserver pur du siècle présent.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Mes frères, n’associez aucune acception de personnes à la foi en Notre-Seigneur Jésus-Christ glorifié.2 Car s’il entre dans votre assemblée un homme ayant un anneau d’or et un vêtement magnifique, et qu’il y entre aussi un pauvre avec un habit sordide,3 et que, tournant vos regards sur celui qui porte un vêtement magnifique, vous lui disiez : Toi, assieds-toi à cette place d’honneur ; et que vous disiez au pauvre : Toi, tiens-toi là debout, ou : Assieds-toi au-dessous de mon marche-pied ;4 ne faites-vous pas en vous-mêmes des différences, et n’êtes-vous pas des juges animés de pensées injustes ?
 
5 Écoutez, mes frères bien-aimés : Dieu n’a-t-Il pas choisi ceux qui sont pauvres selon le monde, pour qu’ils soient riches dans la foi, et héritiers du royaume que Dieu a promis à ceux qui L’aiment ?6 Et vous, vous avez déshonoré le pauvre. Ne sont-ce pas les riches qui vous oppriment par leur puissance, et qui vous traînent devant les tribunaux ?7 Ne sont-ce pas eux qui blasphèment le beau nom qu’on prononce en vous nommant ?8 Si cependant vous accomplissez la loi royale, selon les Écritures : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien.9 Mais si vous faites acception des personnes, vous commettez un péché, et vous êtes condamnés par la loi comme des transgresseurs.10 Car quiconque aura observé toute la loi, mais pèche contre un seul point, est coupable de tous.11 En effet, Celui qui a dit : Tu ne commettras point d’adultère, dit aussi : Tu ne tueras point. Si donc tu ne commets pas d’adultère, mais que tu commettes un meurtre, tu es transgresseur de la loi.12 Parlez et agissez comme devant être jugés par la loi de la liberté.13 Car le jugement est sans miséricorde pour celui qui n’a pas fait miséricorde ; mais la miséricorde s’élève au-dessus du jugement.
 
14 Mes frères, que sert-il à quelqu’un de dire qu’il a la foi, s’il n’a pas les œuvres ? Est-ce que la foi peut le sauver ?15 Si un frère ou une sœur sont dans la nudité, et qu’ils manquent de la nourriture de chaque jour,16 et que l’un de vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et rassasiez-vous, et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, a quoi cela servira-t-il ?17 Il en est de même de la foi : si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même.18 Mais quelqu’un dira : Tu as la foi, et moi j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi je te montrerai ma foi par les œuvres.19 Tu crois qu’il n’y a qu’un Dieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi, et ils tremblent.20 Mais veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est morte ?21 Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel ?22 Tu vois que la foi coopérait à ses œuvres, et que par les œuvres sa foi fut rendue parfaite.23 Et ainsi s’accomplit cette parole de l’Écriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice, et il fut appelé ami de Dieu.24 Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement.25 De même aussi Rahab, la femme de mauvaise vie, ne fut-elle pas justifiée par les œuvres, recevant les messagers, et les renvoyant par un autre chemin ?26 De même, en effet, que le corps sans âme est mort, ainsi la foi sans les œuvres est morte.

Chapitre 3

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Ne soyez pas nombreux à vous ériger en docteurs, mes frères, sachant que vous vous exposez à un jugement plus sévère.2 Nous bronchons tous de bien des manières. Si quelqu’un ne bronche pas dans ses paroles, c’est un homme parfait, et il peut tenir en bride tout son corps.3 Si nous mettons un mors dans la bouche des chevaux, pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi tout leur corps.4 Voyez aussi les navires : quoique si grands et poussés par des vents impétueux, ils sont dirigés avec un petit gouvernail, selon la volonté de celui qui les conduit.5 Ainsi la langue n’est qu’un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voyez quelle grande forêt un petit feu peut incendier.6 La langue aussi est un feu ; c’est un monde d’iniquité. La langue est placée parmi nos membres ; elle souille tout le corps, elle embrase le cours de notre vie, embrasée elle-même au feu de l’enfer.7 Toutes les espèces de bêtes sauvages, d’oiseaux, de reptiles, et d’autres animaux peuvent se dompter, et ont été domptés par la nature humaine ;8 mais la langue, aucun homme ne peut la dompter ; mal impossible à réprimer, elle est pleine d’un venin mortel.9 Par elle nous bénissons Dieu notre Père, et par elle nous maudissons les hommes, qui ont été faits à l’image de Dieu.10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi.11 Est-ce que la source fait jaillir, par une même ouverture, de l’eau douce et de l’eau amère ?12 Est-ce qu’un figuier, mes frères, peut produire des raisins, ou une vigne des figues ? Ainsi une source salée ne peut pas donner une eau douce.
 
13 Qui est sage et instruit parmi vous ? Qu’il montre ses œuvres par une bonne conduite, dans une sagesse pleine de douceur.14 Mais si vous avez un zèle amer et s’il y a un esprit de dispute dans vos cœurs, ne vous glorifiez pas et ne mentez pas contre la vérité.15 Car une telle sagesse ne descend pas d’en haut, mais elle est terrestre, animale, diabolique.16 En effet, là où il y a zèle amer et esprit de dispute, il y a du trouble et toute sorte d’actions mauvaises.17 Mais la sagesse qui vient d’en haut est premièrement chaste, puis pacifique, modérée, conciliante, cédant au bien, pleine de miséricorde et de bons fruits, ne jugeant pas et n’étant pas dissimulée.18 Or le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui prodiguent la paix.

Chapitre 4

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 D’où viennent les guerres et les querelles parmi vous ? N’est-ce pas de vos passions, qui combattent dans vos membres ?2 Vous convoitez et vous n’obtenez pas ; vous tuez, et vous êtes envieux, et vous ne pouvez pas obtenir ; vous avez des querelles et vous faites la guerre, et vous n’obtenez pas, parce que vous ne demandez pas.3 Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions.
 
4 Adultères, ne savez-vous pas que l’amour de ce monde est inimitié contre Dieu ? Par conséquent quiconque veut être ami de ce siècle se constitue ennemi de Dieu.5 Pensez-vous que l’Écriture dise en vain : L’Esprit qui habite en vous a-t-Il des désirs qui porte à l’envie ?6 Au contraire, Il donne une plus grande grâce. C’est pourquoi Il dit : Dieu résiste aux superbes, et Il donne Sa grâce aux humbles.7 Soumettez-vous donc à Dieu ; mais résistez au diable, et il fuira loin de vous.8 Approchez-vous de Dieu, et Il S’approchera de vous. Lavez vos mains, pécheurs ; et purifiez vos cœurs, vous qui êtes irrésolus.9 Sentez votre misère, prenez le deuil et pleurez ; que votre rire se change en pleurs, et votre joie en tristesse.10 Humiliez-vous en présence du Seigneur, et Il vous élèvera.
 
11 Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi, et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es pas observateur de la loi, mais tu t’en fais le juge.12 Un seul est législateur et un juge : Celui qui peut sauver et perdre.13 Mais qui es-tu, toi qui juges le prochain ? Et maintenant, vous qui dites : Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville ; nous y passerons une année, nous trafiquerons, et nous ferons des profits ;
 
14 vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain.15 Car qu’est-ce que votre vie ? C’est une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite s’évanouit. Vous devriez dire au contraire : Si le Seigneur le veut, ou : Si nous vivons, nous ferons ceci ou cela.16 Mais maintenant, vous vous glorifiez dans votre orgueil. Toute jactance de ce genre est mauvaise.

Chapitre 5

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 A vous, maintenant, riches : pleurez, poussez des cris, à cause des malheurs qui viendront sur vous.2 Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les vers.3 Votre or et votre argent se sont rouillés, et leur rouille témoignera contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous vous êtes amassé un trésor de colère dans les derniers jours.4 Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et leur cri a pénétré jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées.5 Vous avez vécu sur la terre dans les festins et dans les délices ; vous avez rassasié vos cœurs au jour de carnage.6 Vous avez condamné et vous avez tué le juste, et il ne vous a pas résisté.
 
7 Soyez donc patients, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de la dernière saison.8 Soyez donc patients, vous aussi, et affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche.9 Ne vous plaignez pas les uns des autres, frères, afin que vous ne soyez pas jugés. Voici, le juge est à la porte.10 Prenez, frères, pour modèle de souffrance et de patience dans les afflictions les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.11 Voici, nous appelons heureux ceux qui ont tenu bon. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui a accordée ; car le Seigneur est miséricordieux et compatissant.
 
12 Mais avant tout, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par tout autre genre de serment. Dites seulement : Oui, oui ; Non, non ; afin que vous ne tombiez pas sous le jugement.
 
13 Quelqu’un parmi vous est-il dans la tristesse ? Qu’il prie. Est-il dans la joie ? Qu’il chante des cantiques.14 Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les prêtres de l’église, et qu’ils prient sur lui, l’oignant d’huile au nom du Seigneur.15 Et la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le soulagera ; et s’il a commis des péchés, ils lui seront remis.16 Confessez-vous donc réciproquement vos péchés, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris ; car la prière fervente du juste a beaucoup de puissance.17 Élie était un homme sujet aux mêmes faiblesses que nous ; et il pria avec instance pour qu’il ne plût pas sur la terre, et il ne plut pas durant trois ans et demi.18 Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre donna son fruit.
 
19 Mes frères, si quelqu’un d’entre vous s’égare loin de la vérité, et qu’un autre l’y ramène,20 qu’il sache que celui qui ramène un pécheur de la voie où il s’égare, sauvera son âme de la mort, et couvrira une multitude de péchés.

Bible Fillion


La Sainte Bible commentée d’après la Vulgate (Clémentine) et les textes originaux à l’usage des séminaires et du clergé par l'abbé Louis-Claude Fillion, prêtre de Saint-Sulpice, professeur d’Ecriture Sainte à l’Institut Catholique de Paris, membre de la Commission Biblique Pontificale. Imprimatur : Lugduni, 20 février 1888 † JOSEPH, Arch. Lugd. Edition de 1920 de la librairie Letouzey et Ané - 87, boul. Raspail - rue de vaugirard - Paris. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.