Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Et cette charité consiste en ce que ce n'est pas nous qui avons aimé Dieu, mais que c'est lui qui nous a aimés le premier, et qui a envoyé son Fils, propitiation pour nos péchés.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Livre du prophète Daniel
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilFillionDaniel0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Livre du prophète Daniel

Chapitre 1

 | 
 | 
Chap. : 
Daniel 1, 1-15 : Daniel - Gravure de Gustave Doré
Daniel 1, 1-15 : Daniel - Gravure de Gustave Doré
1 La troisième année du règne de Joakim, roi de Juda, Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint contre Jérusalem et l’assiégea.2 Et le Seigneur livra entre ses mains Joakim, roi de Juda, et une partie des vases de la maison de Dieu ; et il les emporta au pays de Sennaar, dans la maison de son dieu, et il mit les vases dans la maison du trésor de son dieu.
 
3 Le roi dit à Asphénez, chef des eunuques, d’amener quelques-uns des enfants d’Israël, de race royale et princière,4 de jeunes hommes en qui il n’y eût aucun défaut, beaux de figure, instruits en toute sagesse, habiles en science et en intelligence, qui pussent servir dans le palais du roi, et à qui l’on apprendrait les lettres et la langue des Chaldéens.5 Et le roi leur assigna pour chaque jour des mets de sa table, et du vin dont il buvait lui-même, afin qu’après avoir été élevés pendant trois ans, ils parussent ensuite en présence du roi.6 Parmi eux se trouvèrent, d’entre les enfants de Juda, Daniel, Ananias, Misaël et Azarias.7 Et le chef des eunuques leur donna des noms : à Daniel celui de Baltassar, à Ananias celui de Sidrach, à Misaël celui de Misach, et à Azarias celui d’Abdénago.
 
8 Or Daniel résolut dans son cœur de ne pas se souiller par les mets du roi et par le vin qu’il buvait, et il pria le chef des eunuques de ne pas l’obliger à se souiller.9 Or Dieu concilia à Daniel les bonnes grâces et la bienveillance du chef des eunuques.10 Et le chef des eunuques dit à Daniel : Je crains le roi mon seigneur, qui a déterminé ce que vous devez manger et boire ; s’il voit vos visages plus maigres que ceux des autres jeunes gens de votre âge, vous exposerez ma tête auprès du roi.11 Alors Daniel dit à Malasar, à qui le chef des eunuques avait confié la garde de Daniel, d’Ananias, de Misaël et d’Azarias :12 Éprouve, je t’en prie, tes serviteurs pendant dix jours, et qu’on nous donne des légumes à manger et de l’eau à boire ;13 puis regarde nos visages et les visages des jeunes gens qui se nourrissent des mets du roi, et tu agiras avec tes serviteurs selon ce que tu auras vu.14 Ayant entendu ces paroles, il les éprouva pendant dix jours.15 Après les dix jours, ils avaient meilleur visage et plus d’embonpoint que tous les jeunes gens qui se nourrissaient des mets du roi.16 Malasar emportait donc les mets et le vin qu’on leur servait, et il leur donnait des légumes.
 
17 Or Dieu donna à ces jeunes hommes la science et la connaissance de tout livre et de toute sagesse, et Il donna à Daniel l’intelligence de toutes les visions et de tous les songes.18 Le temps après lequel le roi avait ordonné qu’on lui présentât ces jeunes gens étant donc écoulé, le chef des eunuques les présenta à Nabuchodonosor.19 Et le roi, s’étant entretenu avec eux, trouva qu’il n’y en avait point, parmi tous, qui égalassent Daniel, Ananias, Misaël et Azarias ; et ils furent admis au service du roi.20 Sur toutes les questions qui exigeaient de la sagesse et de l’intelligence, et que le roi leur posa, il les trouva dix fois supérieurs à tous les devins et à tous les mages qui étaient dans tout son royaume.
 
21 Or Daniel fut ainsi jusqu’à la première année du Cyrus.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 La seconde année de son règne, Nabuchodonosor eut un songe, dont son esprit fut effrayé ; puis ce songe lui échappa.2 Le roi ordonna donc de rassembler les devins, les mages, les enchanteurs et les Chaldéens, pour qu’ils lui fissent connaître ses songes. Ils vinrent et se présentèrent devant le roi.3 Et le roi leur dit : J’ai eu un songe ; mais mon esprit est confus, et j’ignore ce que j’ai vu.4 Les Chaldéens répondirent au roi en langue syriaque : O roi, vis éternellement ; dis le songe à tes serviteurs, et nous en donnerons l’interprétation.5 Le roi répondit au Chaldéens : La chose m’a échappé ; si vous ne me faites pas connaître le songe et ce qu’il signifie, vous périrez tous, et vos maisons seront confisquées.6 Mais si vous me racontez le songe et ce qu’il signifie, vous recevrez de moi des dons, des présents et des grands honneurs. Faites-moi donc connaître le songe et son interprétation.7 Ils répondirent pour la seconde fois, et ils dirent : Que le roi dise le songe à ses serviteurs, et nous lui en donnerons l’interprétation.8 Le roi répondit : Je vois bien que vous cherchez à gagner du temps, parce que vous savez que la chose m’a échappé.9 Si donc vous ne me faites pas connaître le songe, vous subirez tous la même sentence, parce que vous m’auriez donné une interprétation trompeuse et pleine de fausseté, pour m’entretenir jusqu’à ce que le temps se passe. Dites-moi le songe, afin que je sache que l’interprétation que vous en donnerez sera véritable.10 Les Chaldéens répondirent au roi : Il n’y a pas d’homme sur la terre, ô roi, qui puisse accomplir ton ordre ; et il n’y a pas de roi, quelque grand et puissant qu’il fût, qui ait jamais demandé une pareille chose à un devin, à un magicien et à un Chaldéen.11 Car ce que tu demandes, ô roi, est difficile ; et on ne trouvera personne qui puisse l’indiquer en ta présence, excepté les dieux, qui n’ont pas de commerce avec les hommes.
 
12 A cette réponse, le roi entra en fureur, et, dans son extrême colère, il ordonna qu’on fît périr tous les sages de Babylone.13 Cet arrêt ayant été prononcé, les sages étaient mis à mort, et on cherchait Daniel et ses compagnons pour les faire périr.14 Alors Daniel s’informa de la loi et de la sentence auprès d’Arioch, chef de la milice du roi, qui était sorti pour mettre à mort les sages de Babylone ;15 et comme il avait reçu cet ordre du roi, Daniel lui demanda pour quel motif le roi avait prononcé une sentence si cruelle. Arioch ayant exposé l’affaire à Daniel,16 Daniel se présenta devant le roi, et le pria de lui accorder du temps pour donner au roi la solution.17 Et étant entré dans sa maison, il déclara ce qui se passait à Ananias, Misaël et Azarias, ses compagnons,18 afin qu’ils implorassent la miséricorde du Dieu du Ciel sur ce mystère, et que Daniel et ses compagnons ne périssent pas avec les autres sages de Babylone.
 
19 Alors le mystère fut révélé à Daniel dans une vision pendant la nuit ; et Daniel bénit le Dieu du Ciel20 et dit : Que le nom du Seigneur soit béni de siècle en siècle, parce que la sagesse et la force sont à Lui !21 C’est Lui qui change les temps et les âges, qui transfère et qui établit les royaumes, qui donne la sagesse aux sages, et la science à ceux qui ont l’intelligence.22 C’est Lui qui révèle les choses profondes et cachées, et qui connaît ce qui est dans les ténèbres ; et la lumière est avec Lui.23 Dieu de nos pères, je Vous rends grâces et je Vous loue, parce que Vous m’avez donné la sagesse et la force ; et maintenant Vous m’avez montré ce que nous Vous avons demandé, car Vous nous avez découvert le secret du roi.
 
24 Après cela Daniel alla trouver Arioch, à qui le roi avait ordonné de faire mourir les sages de Babylone, et il lui parla ainsi : Ne fait pas mourir les sages de Babylone ; conduis-moi en présence du roi, et je lui donnerai la solution.25 Alors Arioch conduisit promptement Daniel auprès du roi, et lui dit : J’ai trouvé un homme d’entre les captifs des enfants de Juda, qui donnera au roi la solution.26 Le roi répondit et dit à Daniel, surnommé Baltassar : Penses-tu pouvoir véritablement me dire le songe que j’ai eu, et son interprétation ?27 Daniel répondit en présence du roi et dit : Le mystère dont le roi s’enquiert, les sages, les mages, les devins et les augures ne peuvent le découvrir au roi.28 Mais il y a dans le Ciel un Dieu qui révèle les mystères, et qui t’a montré, ô roi, ce qui doit arriver dans les derniers temps. Voici ton songe et les visions qui t’ont traversé l’esprit sur ta couche :
 
29 Tu commenças, ô roi, à penser à ce qui devait arriver après ce temps-ci ; et Celui qui révèle les mystères t’a montré les choses à venir.30 A moi aussi ce secret a été révélé, non par une sagesse qui serait en moi plus que chez tous les vivants, mais afin que le roi sût l’interprétation du songe, et que tu connusses les pensées de ton esprit.
 
31 O roi, tu regardais, et voici qu’une statue immense t’apparut ; cette statue, grande et extraordinairement élevée, était debout devant toi, et son aspect était terrible.32 La tête de cette statue était d’un or très pur ; la poitrine et les bras étaient d’argent ; le ventre et les cuisses, d’airain ;33 les jambes, de fer ; une partie des pieds était de fer, et l’autre d’argile.34 Tu la regardais, lorsqu’une pierre se détacha de la montagne sans la main d’aucun homme, et elle frappa la statue sur ses pieds de fer et d’argile, et elle les mit en pièces.35 Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or se brisèrent ensemble, et devinrent comme la menue paille d’une aire en été ; le vent les emporta ; et on n’en trouva plus de trace ; mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne et remplit toute la terre.
 
36 Voilà le songe ; nous en donnerons aussi l’interprétation devant toi, ô roi.
 
37 Tu es le roi des rois, et le Dieu du Ciel t’a donné le royaume, la force, l’empire et la gloire ;38 Il t’a assujetti tous les lieux où habitent les enfants des hommes et les bêtes des champs ; Il a mis aussi dans ta main les oiseaux du ciel, et Il a soumis toutes choses à ta puissance : c’est donc toi qui es la tête d’or.39 Après toi il s’élèvera un autre royaume, moindre que le tien, il sera d’argent ; et ensuite un troisième royaume qui sera d’airain et qui commandera à toute la terre.40 Le quatrième royaume sera comme le fer ; de même que le fer brise et dompte toutes choses, ainsi il brisera et il réduira tout cela en poudre.41 Mais, comme tu as vu que les pieds et les doigts des pieds étaient en partie d’argile de potier et en partie de fer, le royaume, quoique prenant son origine du fer, sera divisé, selon que tu as vu que le fer était mêlé avec la terre et l’argile.42 Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie de terre, le royaume sera solide en partie, et en partie fragile.43 Et comme tu as vu que le fer était mêlé avec la terre et l’argile, ils se mêleront aussi par des alliances humaines ; mais ils ne demeureront pas unis, de même que le fer ne peut se mêler avec l’argile.44 Au temps de ces royaumes, le Dieu du Ciel suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et ce royaume ne sera pas livré à un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces autres royaumes, et lui-même subsistera éternellement.45 Comme tu as vu que la pierre qui avait été détachée de la montagne, sans la main d’aucun homme, a brisé l’argile, le fer, l’airain, l’argent et l’or, le grand Dieu a fait voir au roi ce qui doit arriver plus tard. Le songe est véritable et l’interprétation en est certaine.
 
46 Alors le roi Nabuchodonosor se prosterna la face contre terre et adora Daniel, et il ordonna qu’on lui offrit des victimes et de l’encens.47 Parlant ensuite à Daniel, le roi dit : Votre Dieu est véritablement le Dieu des dieux, et le Seigneur des rois, et Celui qui révèle les mystères, puisque tu as pu dévoiler ce secret.48 Alors le roi éleva Daniel aux plus hauts honneurs et lui fit de nombreux et magnifiques présents, il lui donna le gouvernement de toutes les provinces de Babylone, et l’établit chef suprême de tous les sages de Babylone.49 Daniel demanda au roi, qui l’accorda, de donner à Sidrach, à Misach et à Abdénago l’intendance des affaires de la province de Babylone ; quant à Daniel, il était à la cour du roi.

Chapitre 3

 | 
 | 
Chap. : 
1 Le roi Nabuchodonosor fit une statue d’or, haute de soixante coudées et large de six coudées, et il la plaça dans la campagne de Dura, qui était dans la province de Babylone.2 Le roi Nabuchodonosor envoya ensuite l’ordre de rassembler les satrapes, les magistrats, les juges, les chefs, les intendants, les préfets et tous les gouverneurs des provinces, afin qu’ils assistassent à la dédicace de la statue érigée par le roi Nabuchodonosor.3 Alors les satrapes, les magistrats, les juges, les chefs, les intendants, les premiers officiers du royaume et tous les gouverneurs des provinces s’assemblèrent pour assister à la dédicace de la statue qu’avait érigé le roi Nabuchodonosor. Ils se tenaient debout devant la statue qu’avait dressée le roi Nabuchodonosor.4 et un héraut criait à haute voix : Peuples, tribus et langues, voici ce qu’on vous ordonne :5 Au moment où vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la symphonie et de toute sorte d’instruments de musique, prosternez-vous et adorez la statue d’or qu’a érigée le roi Nabuchodonosor.6 Si quelqu’un ne se prosterne pas et n’adore pas, il sera à l’instant même jeté dans une fournaise embrasée.7 C’est pourquoi, aussitôt que tous les peuples entendirent le son de la trompette, de la flûte, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la symphonie et de toute sorte d’instruments de musique, tous les peuples, les tribus et les langues se prosternèrent et adorèrent la statue d’or qu’avait érigée le roi Nabuchodonosor.
 
8 Aussitôt et dans le même moment, les Chaldéens, s’approchant, accusèrent les Juifs,9 et dirent au roi Nabuchodonosor : O roi, vis éternellement !10 Roi, tu as donné l’ordre que tout homme qui entendrait le son de la trompette, de la flûte, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la symphonie et de toute sorte d’instruments de musique, se prosternât et adorât la statue d’or ;11 et que si quelqu’un ne se prosternait pas et ne l’adorait pas, il serait jeté dans une fournaise embrasée.12 Or les Juifs à qui tu as donné l’intendance des affaires de la province de Babylone, Sidrach, Misach et Abdénago, ont méprisé, ô roi, ton ordonnance ; ils n’honorent pas tes dieux, et ils n’adorent pas la statue d’or que tu as érigée.
 
13 Alors Nabuchodonosor, plein de fureur et de colère, ordonna d’amener Sidrach, Misach et Abdénago, qui furent aussitôt conduits en présence du roi.
Daniel 3, 14-24 : Les trois jeunes hommes dans la fournaise - Gravure de Gustave Doré
Daniel 3, 14-24 : Les trois jeunes hommes dans la fournaise - Gravure de Gustave Doré
14 Et le roi Nabuchodonosor, prenant la parole, leur dit : Est-il vrai, Sidrach, Misach et Abdénago, que vous n’honorez pas mes dieux et que vous n’adorez pas la statue d’or que j’ai érigée ?15 Maintenant donc, si vous êtes prêts, au moment où vous entendrez le son de la trompette, de la flûte, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la symphonie et de toute sorte d’instruments de musique, prosternez-vous et adorez la statue que j’ai faite. Si vous ne l’adorez pas, à l’instant même vous serez jetés dans une fournaise embrasée. Et quel est le Dieu qui vous arrachera d’entre mes mains ?16 Sidrach, Misach et Abdénago répondirent au roi Nabuchodonosor : Il n’est pas besoin, ô roi, que nous te répondions sur ce point ;17 car notre Dieu, que nous servons, peut nous tirer de la fournaise ardente et nous délivrer, ô roi, d’entre tes mains.18 S’Il ne le veut pas, sache, ô roi, que nous ne servirons pas tes dieux, et que nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée.
 
19 Alors Nabuchodonosor fut rempli de fureur, et il changea de visage en regardant Sidrach, Misach et Abdénago ; et il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’on avait coutume de la chauffer.20 Puis il commanda aux plus forts soldats de son armée de lier les pieds à Sidrach, à Misach et à Abdénago, et de les jeter dans la fournaise embrasée.21 Aussitôt ces hommes furent liés et jetés avec leurs caleçons, leurs tiares, leurs chaussures et leurs vêtements, au milieu de la fournaise embrasée,22 car l’ordre du roi était pressant. Or la fournaise était extraordinairement embrasée ; aussi les hommes qui y avaient jeté Sidrach, Misach et Abdénago furent-ils tués par la flamme ardente.23 Cependant ces trois hommes, Sidrach, Misach et Abdénago, tombèrent liés au milieu de la fournaise embrasée.
 
24 Et ils marchaient au milieu de la flamme, louant Dieu et bénissant le Seigneur.25 Or Azarias, se tenant debout, fit cette prière, et, ouvrant la bouche au milieu du feu, il dit :26 Soyez béni, Seigneur, Dieu de nos pères, et que Votre nom soit loué et glorifié dans tous les siècles ;27 parce que Vous êtes juste dans tout ce que Vous nous avez fait, et que toutes Vos œuvres sont vraies et Vos voies droites, et que tous Vos jugements sont véritables.
 
28 Car Vous avez rendu des jugements équitables dans tout ce que Vous avez fait venir sur nous et sur la cité sainte de nos pères, Jérusalem ; parce que c’est dans la vérité et dans la justice, à cause de nos péchés, que Vous avez amené tout cela.29 Car nous avons péché, et nous avons manqué en tout ;30 nous n’avons pas écouté Vos préceptes et nous ne les avons pas observés, et nous n’avons pas agi comme Vous nous l’aviez commandé, afin que nous fussions heureux.
 
31 Ainsi tout ce que Vous avez amené sur nous et tout ce que Vous nous avez fait, c’est par une justice véritable que Vous l’avez fait ;32 et Vous nous avez livrés entre les mains de nos ennemis, qui sont injustes, scélérats, prévaricateurs, et au roi les plus injuste et le plus méchant qu’il y ait sur la terre.33 Et maintenant nous ne pouvons pas ouvrir la bouche ; nous sommes devenus la confusion et l’opprobre de Vos serviteurs et de ceux qui Vous servent.
 
34 Ne nous abandonnez pas à jamais, nous Vous en supplions, à cause de Votre nom, et ne détruisez pas Votre alliance,35 et ne retirez pas de nous Votre miséricorde, à cause d’Abraham Votre bien-aimé, et d’Isaac Votre serviteur, et d’Israël Votre saint,36 auxquels Vous avez parlé, promettant de multiplier leur race comme les étoiles du ciel, et comme le sable qui est sur le rivage de la mer ;
 
37 car, Seigneur, nous sommes réduits à un plus petit nombre que toutes les nations, et nous sommes aujourd’hui humiliés sur toute la terre à cause de nos péchés.38 Et il n’y a plus actuellement ni prince, ni chef, ni prophète, ni holocauste, ni sacrifice, ni oblation, ni encens, ni endroit pour Vous offrir les prémices,
 
39 afin que nous puissions trouver Votre miséricorde. Mais recevez-nous dans un cœur contrit et dans un esprit humilié,40 comme un holocauste de béliers et de taureaux, comme des milliers d’agneaux gras, qu’ainsi notre sacrifice paraisse aujourd’hui devant Vous et qu’il Vous soit agréable, car ceux qui ont confiance en Vous ne sont pas confondus.41 Et maintenant nous Vous suivons de tout notre cœur ; nous Vous craignons, et nous recherchons Votre face.
 
42 Ne nous confondez pas, mais agissez envers nous selon Votre douceur et selon la multitude de Vos miséricordes.43 Délivrez-nous par Vos merveilles, et donnez gloire à Votre nom, Seigneur.44 Que tous ceux qui font souffrir Vos serviteurs soient confondus ; qu’ils soient confondus par Votre toute-puissance, et que leur force soit brisée ;45 et qu’ils sachent que Vous, Seigneur, êtes le Dieu unique et glorieux sur toute la terre.
 
46 Cependant les serviteurs du roi qui les avaient jetés dans le feu ne cessaient pas d’allumer la fournaise avec du bitume, de l’étoupe, de la poix et des sarments ;47 et la flamme s’élevait quarante-neuf coudées de haut au-dessus de la fournaise ;48 et elle s’élança et brûla ceux des Chaldéens qu’elle trouva près de la fournaise.
 
49 Or l’Ange du Seigneur descendit auprès d’Azarias et de ses compagnons dans la fournaise, et il écarta les flammes et le feu de la fournaise,50 et il fit au milieu de la fournaise comme un vent de rosée qui soufflait et le feu ne les toucha nullement ; il ne les incommoda pas et ne leur causa aucune peine.
 
51 Alors ces trois hommes, comme d’une seule bouche, louaient, glorifiaient et bénissaient Dieu dans la fournaise, en disant :
 
52 Vous êtes béni, Seigneur, Dieu de nos pères ; Vous êtes louable, et glorieux, et élevé au-dessus de tout dans tous les siècles ; le saint nom de Votre gloire est béni, il est louable et élevé au-dessus de tout dans tous les siècles.53 Vous êtes béni dans le temple saint de Votre gloire, et élevé au-dessus de toute louange et de toute gloire dans tous les siècles.54 Vous êtes béni dans le trône de Votre royaume, et élevé au-dessus de toute louange et de toute gloire dans tous les siècles.55 Vous êtes béni, Vous qui contemplez les abîmes et qui êtes assis sur les chérubins ; et Vous êtes louable et élevé au-dessus de toute gloire dans tous les siècles.56 Vous êtes béni dans le firmament du ciel, et Vous êtes louable et glorieux dans tous les siècles.
 
57 Ouvrages du Seigneur, bénissez tous le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.58 Anges du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.59 Cieux, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.60 Toutes les eaux qui êtes au-dessus des cieux, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.61 Toutes les vertus du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
 
62 Soleil et lune, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.63 Étoiles du ciel, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.64 Pluies et rosées, bénissez toutes le Seigneur : louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.65 Tous les souffles de Dieu, bénissez le Seigneur, louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
 
66 Feu et chaleur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.67 Froid et chaleur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.68 Rosées et bruine, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.69 Gelée et froid, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.70 Glaces et neiges, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
 
71 Nuits et jours, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.72 Lumière et ténèbres, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.73 Éclairs et nuages, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.74 Que la terre bénisse le Seigneur ; qu’elle Le loue et qu’elle L’exalte dans tous les siècles.
 
75 Montagnes et collines, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.76 Plantes qui germez sur la terre, bénissez toutes le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.77 Fontaines, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.78 Mers et fleuves, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.
 
79 Grands poissons et tout ce qui se meut dans les eaux, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.80 Tous les oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.81 Bêtes et troupeaux sauvages, bénissez tous le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.82 Enfants des hommes, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.83 Qu’Israël bénisse le Seigneur : qu’il Le loue et L’exalte dans tous les siècles.
 
84 Prêtres du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.85 Serviteurs du Seigneur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.86 Esprits et âmes des justes, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.87 Saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles.88 Ananias, Azarias et Misaël, bénissez le Seigneur ; louez-Le et exaltez-Le dans tous les siècles, parce qu’Il nous a tirés de l’enfer, qu’Il nous a sauvés de la mort, qu’Il nous a délivrés du milieu des flammes ardentes, et qu’Il nous a tirés du milieu du feu.
 
89 Rendez grâces au Seigneur, parce qu’Il est bon, parce que Sa miséricorde est éternelle.90 Vous tous qui êtes religieux, bénissez le Seigneur, le Dieu des dieux ; louez-Le et célébrez-Le, parce que Sa miséricorde s’étend dans tous les siècles.
 
91 Alors le roi Nabuchodonosor fut frappé d’étonnement ; il se leva tout à coup et dit aux grands de sa cour : N’avons-nous pas jeté trois hommes liés au milieu du feu ? Ils répondirent au roi : C’est vrai, ô roi.92 Le roi répondit : Voici, je vois quatre hommes sans liens, qui marchent au milieu du feu ; il n’y a en eux aucune lésion, et l’aspect du quatrième est semblable à celui d’un fils de Dieu.
 
93 Alors Nabuchodonosor s’approcha de la porte de la fournaise ardente et dit : Sidrach, Misach et Abdénago, serviteurs du Dieu très haut, sortez et venez. Aussitôt Sidrach, Misach et Abdénago sortirent du milieu du feu ;94 et les satrapes, les magistrats, les juges et les grands de la cour du roi contemplaient ces hommes, sur le corps desquels le feu n’avait eu aucun pouvoir ; pas un seul cheveu de leur tête n’avait été brûlé, leurs vêtements n’étaient pas changés, et l’odeur du feu ne se dégageait pas d’eux.
 
95 Alors Nabuchodonosor, comme hors de lui-même, s’écria : Béni soit leur Dieu, c’est-à-dire le Dieu de Sidrach, de Misach et d’Abdénago, qui a envoyé Son Ange, et a délivré Ses serviteurs qui ont cru en Lui, qui ont résisté à l’ordre du roi et qui ont livré leurs corps pour ne point servir et pour n’adorer aucun autre dieu excepté leur Dieu.96 Voici donc le décret que je porte : Que tout peuple, toute tribu et toute langue qui aura proféré un blasphème contre le Dieu de Sidrach, de Misach et d’Abdénago périsse et que sa maison soit détruite ; car il n’y a pas d’autre Dieu qui puisse sauver ainsi.
 
97 Alors le roi éleva en dignité Sidrach, Misach et Abdénago dans la province de Babylone.
 
98 Le roi Nabuchodonosor, à tous les peuples, à toutes les nations et à toutes les langues qui habitent sur toute la terre. Que la paix se multiplie pour vous !
 
99 Le Dieu très haut a fait en moi des prodiges et des merveilles.100 Il me plaît donc de publier Ses prodiges, parce qu’ils sont grands, et Ses merveilles, parce qu’elles sont étonnantes ; Son royaume est un royaume éternel, et Sa puissance s’étend de génération en génération.

Chapitre 4

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Moi, Nabuchodonosor, j’étais tranquille dans ma maison et heureux dans mon palais.2 J’ai vu un songe qui m’a effrayé, et mes pensées sur ma couche et les visions de mon imagination m’épouvantèrent.3 Aussi je publiai un décret pour qu’on fît venir en ma présence tous les sages de Babylone, afin qu’ils me donnassent l’explication de mon songe.4 Alors les devins, les mages, les Chaldéens et les augures se présentèrent, et je racontai mon songe devant eux, et ils ne m’en donnèrent pas l’explication.5 Enfin Daniel, leur collègue, à qui j’ai donné le nom de Baltassar, d’après le nom de mon dieu, et qui a en lui-même l’esprit des dieux saints, entra en ma présence. Et je lui racontai mon songe.6 Baltassar, prince des devins, comme je sais que tu as en toi l’esprit des dieux saints, et qu’aucun secret ne t’est impénétrable, raconte-moi les visions de mes songes et donne-m’en l’explication.7 Voici la vision de mon esprit lorsque j’étais sur ma couche : Je regardais, et voici qu’il y avait un arbre au milieu de la terre, et sa hauteur était extrême.8 C’était un arbre grand et fort, et sa cime atteignait le ciel ; on l’apercevait jusqu’aux extrémités de toute la terre.9 Ses feuilles étaient très belles, et ses fruits très abondants ; il portait de la nourriture pour tous. Sous lui habitaient les animaux et les bêtes sauvages ; les oiseaux du ciel demeuraient sur ses branches, et toute chair trouvait en lui sa nourriture.10 Je regardais, dans la vision de mon esprit, sur ma couche, et voici, un de ceux qui veillent et qui sont saints descendit du ciel.11 Il cria avec force, et il dit : Abattez l’arbre, coupez ses branches, faites tomber ses feuilles et dispersez ses fruits ; que les bêtes qui sont dessous s’enfuient, ainsi que les oiseaux qui sont sur ses branches.12 Cependant laissez en terre le germe de ses racines ; qu’il soit lié avec une chaîne de fer et d’airain parmi les herbes des champs ; qu’il soit trempé de la rosée du ciel, et qu’il ait, avec les bêtes sauvages, l’herbe de la terre pour son partage.13 Que son cœur d’homme soit changé, et qu’on lui donne un cœur de bête, et que sept temps passent sur lui.14 Cette sentence a été portée par ceux qui veillent ; c’est la parole et la demande des saints, jusqu’à ce que les vivants connaissent que le Très Haut domine sur le royaume des hommes, qu’Il le donne à qui il Lui plaît, et qu’Il établit Roi le plus humble des hommes.15 Voilà le songe que j’ai eu, moi le roi Nabuchodonosor. Hâte-toi donc, Baltassar, de m’en donner l’explication ; car tous les sages de mon royaume n’ont pu me l’interpréter ; mais toi, tu le peux, car l’esprit des dieux saints est en toi.
 
16 Alors Daniel, surnommé Baltassar, commença à penser en lui-même en silence, pendant près d’une heure, et ses pensées le troublaient. Mais le roi, prenant la parole, dit : Baltassar, que ce songe et son interprétation ne te troublent point. Baltassar répondit : Mon seigneur, que ce songe soit pour ceux qui te haïssent, et son interprétation pour tes ennemis !17 L’arbre que tu as vu grand et vigoureux, et dont la hauteur atteignait le ciel et qu’on apercevait sur toute la terre,18 cet arbre dont les branches étaient très belles et les fruits très abondants, qui portait de la nourriture pour tous, sous lequel habitaient les bêtes des champs, et parmi les branches duquel demeuraient les oiseaux du ciel,19 c’est toi, ô roi, qui es devenu grand et puissant, dont la grandeur s’est accrue et s’est élevée jusqu’au ciel, et dont la puissance s’est étendue jusqu’aux extrémités de la terre entière.20 Le roi a vu ensuite que celui qui veille et qui est saint est descendu du Ciel et qu’il a dit : Abattez cet arbre et détruisez-le ; cependant laissez en terre le germe de ses racines ; qu’il soit lié avec le fer et l’airain parmi les herbes des champs ; qu’il soit trempé par la rosée du ciel, et qu’il paisse avec les bêtes sauvages, jusqu’à ce que sept temps soient passés sur lui.21 Voici l’interprétation de la sentence du Très-Haut, qui a été prononcée contre mon seigneur le roi :22 On te chassera du milieu des hommes, et tu habiteras avec les animaux et les bêtes sauvages ; tu mangeras du foin comme un bœuf ; tu seras trempé de la rosée du ciel, et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le royaume des hommes, et qu’Il le donne à qui Il veut.23 Quant à l’ordre de laisser le germe des racines de l’arbre, cela signifie que ton royaume te demeurera, lorsque tu auras reconnu que toute puissance vient du Ciel.24 C’est pourquoi, ô roi, puisse mon conseil te plaire ; rachète tes péchés par des aumônes, et tes iniquités par des œuvres de miséricorde envers les pauvres ; peut-être le Seigneur pardonnera-t-Il tes fautes.
 
25 Toutes ces choses arrivèrent au roi Nabuchodonosor.26 Après douze mois, il se promenait dans le palais de Babylone ;27 et le roi prit la parole et dit : N’est-ce pas là cette grande Babylone que j’ai bâtie comme résidence royale, dans la force de ma puissance et dans l’éclat de ma gloire ?28 Cette parole était encore dans la bouche du roi, lorsqu’une voix s’élança du Ciel : Voici ce qui t’est annoncé, roi Nabuchodonosor : Ton royaume te sera enlevé,29 on te chassera du milieu des hommes, et tu habiteras avec les animaux et les bêtes sauvages ; tu mangeras du foin comme un bœuf, et sept temps passeront sur toi, jusqu’à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le royaume des hommes, et qu’Il le donne à qui Il veut.30 A la même heure, cette parole fut accomplie sur Nabuchodonosor : il fut chassé du milieu des hommes, il mangea du foin comme un bœuf, son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce que ses cheveux eussent crû comme les plumes d’un aigle, et ses ongles comme ceux des oiseaux.
 
31 A la fin du temps marqué, moi, Nabuchodonosor, j’élevai mes yeux au Ciel, et le sens me fut rendu ; je bénis le Très-Haut, je louai et je glorifiai Celui qui vit éternellement, parce que Sa puissance est une puissance éternelle, et que Son royaume s’étend de génération en génération.32 Tous les habitants de la terre sont devant Lui comme un néant ; car Il agit comme il Lui plaît, soit avec les vertus célestes, soit avec les habitants de la terre ; et nul ne peut résister à Sa main, ni Lui dire : Pourquoi avez-Vous fait cela ?33 En ce même temps le sens me revint, et je recouvrai l’éclat et la gloire de mon royaume ; ma première forme me fut rendue, mes grands et mes magistrats vinrent me chercher ; je fus rétabli dans mon royaume, et une magnificence plus grande me fut donnée.34 Maintenant donc, moi, Nabuchodonosor, je loue, j’exalte et je glorifie le Roi du ciel, parce que toutes Ses œuvres sont vraies, Ses voies pleines de justice, et qu’Il peut humilier ceux qui marchent avec orgueil.

Chapitre 5

 | 
 | 
Chap. : 
1 Le roi Baltassar fit un grand festin à mille des grands de sa cour, et chacun buvait selon son âge.2 Le roi, déjà pris de vin, ordonna qu’on apportât les vases d’or et d’argent que son père Nabuchodonosor avait enlevés du temple de Jérusalem, afin que le roi, ses grands, ses femmes et ses concubines s’en servissent pour boire.3 Alors on apporta les vases d’or et d’argent qui avaient été enlevés du temple de Jérusalem, et le roi, ses grands, ses femmes et ses concubines s’en servirent pour boire.4 Ils buvaient du vin et ils louaient leurs dieux d’or et d’argent, d’airain, de fer, de bois et de pierre.
 
5 Au même instant apparurent des doigts et comme la main d’un homme qui écrivait en face du candélabre, sur la paroi du mur de la salle royale, et le roi voyait les doigts de la main qui écrivait.6 Alors le visage du roi se changea, et ses pensées le troublèrent, et les jointures de ses reins se relâchèrent, et ses genoux se choquaient l’un l’autre.7 Le roi cria donc avec force qu’on fît venir les mages, les Chaldéens et les augures ; et le roi, prenant la parole, dit aux sages de Babylone : Quiconque lira cette écriture et m’en donnera l’interprétation sera revêtu de pourpre, aura un collier d’or à son cou et sera le troisième dans mon royaume.8 Tous les sages du roi, étant alors entrés, ne purent ni lire l’écriture, ni en donner l’interprétation au roi.9 Aussi le roi Baltassar fut-il très troublé, et son visage fut changé, et les grands furent troublés comme lui.10 Mais la reine, à cause de ce qui était arrivé au roi et à ses grands, entra dans la salle du festin et dit : O roi, vis éternellement ! Que tes pensées ne te troublent point, et que ton visage ne se change pas.11 Il y a dans ton royaume un homme qui a en lui l’esprit des dieux saints, et, du temps de ton père, on a trouvé en lui la science et la sagesse ; aussi le roi Nabuchodonosor, ton père, l’établit-il chef des mages, des enchanteurs, des Chaldéens et des augures ; ton père, dis-je, ô roi ;12 parce qu’on trouva dans cet homme, dans Daniel, à qui le roi donna le nom de Baltassar, un esprit supérieur, de la prudence, de l’intelligence, le don d’interpréter les songes, de découvrir les secrets et de résoudre les questions les plus difficiles. Qu’on appelle donc maintenant Daniel, et il donnera l’interprétation.
 
13 Daniel fut donc introduit devant le roi ; et le roi lui dit : Es-tu Daniel, l’un des captifs des enfants de Juda, que le roi mon père a amené de Judée ?14 On m’a dit de toi que tu as l’esprit des dieux, et qu’il s’est trouvé en toi une science, une intelligence et une sagesse supérieures.15 Je viens de faire venir devant moi les sages et les mages, pour lire cette écriture et pour m’en indiquer l’interprétation, et ils n’ont pu me dire quel est le sens des mots.16 Mais on m’a dit de toi que tu peux expliquer les choses obscures et résoudre les questions embarrassées ; si donc tu peux lire cette écriture et m’en indiquer l’interprétation, tu seras revêtu de pourpre et tu porteras un collier d’or à ton cou, et tu seras le troisième prince dans mon royaume.
 
Daniel 5, 17-30 et 6, 1 : Festin de Balthazar - Gravure de Gustave Doré
Daniel 5, 17-30 et 6, 1 : Festin de Balthazar - Gravure de Gustave Doré
17 Daniel, répondant à ces paroles, dit en présence du roi : Que tes présents soient à toi, et donne à un autre les biens de ta maison ; je te lirai néanmoins cette écriture, ô roi, et je t’en indiquerai l’interprétation.18 O roi, le Dieu très haut donna à Nabuchodonosor, ton père, le royaume, la grandeur, la gloire et l’honneur ;19 et, à cause de la grandeur qu’Il lui avait donnée, tous les peuples, toutes les nations et toutes les langues le craignaient et tremblaient devant lui : il faisait mourir ceux qu’il voulait, il frappait ceux qu’il voulait, il élevait ceux qu’il voulait, et il abaissait ceux qu’il voulait.20 Mais, après que son cœur se fut élevé et que son esprit se fut affermi dans l’orgueil, il fut déposé de son trône royal, sa gloire lui fut enlevée,21 et il fut chassé du milieu des enfants des hommes ; son cœur devint semblable à celui des bêtes, et sa demeure fut avec les ânes sauvages, il mangea l’herbe des champs comme un bœuf, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce qu’il reconnût que le Très-Haut a la puissance sur le royaume des hommes, et qu’Il y établit qui il Lui plaît.22 Toi aussi, Baltassar, son fils, tu n’as pas humilié ton cœur, quoique tu susses toutes ces choses ;23 mais tu t’es élevé contre le Dominateur du Ciel ; les vases de Sa maison ont été apportés devant toi, et vous y avez bu du vin, toi, tes grands, tes femmes et tes concubines. En même temps tu as loué les dieux d’argent et d’or, d’airain et de fer, de bois et de pierre, qui ne voient point, qui n’entendent point et qui ne sentent point, et tu n’as pas glorifié Dieu, qui tient dans Sa main ton souffle et toutes les voies.24 C’est pourquoi Il a envoyé l’extrémité de cette main, qui a écrit ce qui est marqué sur la muraille.25 Or voici l’écriture qui a été tracée : Mané, Thécel, Pharès.26 Et voici l’interprétation de ces mots. Mané : Dieu a compté ton règne et y a mis fin.27 Thécel : tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé trop léger.28 Pharès : ton royaume a été divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses.
 
29 Alors, par l’ordre du roi, Daniel fut revêtu de pourpre, et on lui mit au cou un collier d’or, et on publia qu’il avait en puissance le troisième rang dans le royaume.30 Cette même nuit, Baltassar, roi des Chaldéens, fut tué.31 Et Darius le Mède lui succéda dans la royauté, étant âgé de soixante-deux ans.

Chapitre 6

 | 
 | 
Chap. : 
1 Il plut à Darius d’établir sur son royaume cent vingt satrapes, qui devaient être dans tout son royaume.
 
2 Il mit au-dessus d’eux trois princes, dont Daniel était un, afin que ces satrapes leur rendissent compte et que le roi n’éprouvât aucun souci.3 Daniel surpassait donc tous les princes et tous les satrapes, parce que l’esprit de Dieu était plus abondant en lui.4 Le roi pensait même à l’établir sur tout le royaume ; aussi les princes et les satrapes cherchaient-ils une occasion pour accuser Daniel en ce qui regardait les affaires du roi ; mais ils ne purent trouver aucun prétexte pour le rendre suspect, parce qu’il était fidèle et qu’on ne trouvait en lui ni faute ni cause de soupçon.5 Ces hommes dirent donc : Nous ne trouverons aucune occasion contre ce Daniel, si ce n’est peut-être au sujet de la loi de son Dieu.6 Alors les princes et les satrapes s’approchèrent du roi et lui parlèrent ainsi : Roi Darius, vis éternellement !7 Tous les princes de ton royaume, les magistrats et les satrapes, les sénateurs et les juges sont d’avis qu’il se fasse un édit royal, ordonnant que quiconque, durant l’espace de trente jours, adressera une demande à quelque dieu ou à quelque homme que ce soit, si ce n’est à toi, ô roi, sera jeté dans la fosse aux lions.8 Maintenant donc, ô roi, confirme cet avis et écris le décret, afin qu’on ne change pas ce qui a été établi par les Mèdes et par les Perses, et qu’il ne soit permis à personne de le violer.9 Le roi Darius fit donc cet édit et le promulgua.10 Quand Daniel eut appris que cette loi avait été faite, il entra dans sa maison, et, ouvrant les fenêtres de sa chambre du côté de Jérusalem, trois fois le jour il fléchissait les genoux, et il adorait et louait son Dieu, comme il avait coutume de faire auparavant.
 
11 Alors ces hommes, qui l’épiaient avec soin, trouvèrent Daniel qui priait et adorait son Dieu.12 Et se présentant devant le roi, ils lui dirent au sujet de l’édit : O roi, n’as-tu pas ordonné que tout homme qui, pendant l’espace de trente jours, prierait quelqu’un des dieux ou des hommes, excepté toi, ô roi, serait jeté dans la fosse aux lions ? Le roi leur répondit : Vous dites vrai ; c’est une loi des Perses et des Mèdes, qu’il n’est pas permis de violer.
Daniel 6, 13-24 : Daniel dans la fosse aux lions - Gravure de Gustave Doré
Daniel 6, 13-24 : Daniel dans la fosse aux lions - Gravure de Gustave Doré
13 Ils prirent de nouveau la parole et dirent au roi : Daniel, l’un des captifs d’entre les fils de Juda, n’a pas tenu compte de ta loi ni de l’édit que tu as porté, et il fait sa prière trois fois le jour.14 Lorsque le roi eut entendu cela, il fut très affligé ; et il prit en son cœur la résolution de délivrer Daniel, et jusqu’au coucher du soleil il s’efforçait de le sauver.15 Mais ces hommes, comprenant l’intention du roi, lui dirent : Sache, ô roi, que c’est une loi des Mèdes et des Perses qu’il n’est permis de rien changer dans tout édit que le roi a établi.16 Alors le roi donna un ordre, et on amena Daniel, et on le jeta dans la fosse aux lions. Et le roi dit à Daniel : Ton Dieu, que tu adores sans cesse, te délivrera.17 On apporta une pierre, et on la mit sur l’ouverture de la fosse ; et le roi la scella de son sceau et du sceau de ses grands, de peur qu’on ne fît quelque chose contre Daniel.18 Le roi rentra ensuite dans sa maison et se coucha sans avoir soupé ; on ne servit pas de mets devant lui, et le sommeil s’éloigna de lui.
 
19 Le roi se leva dès le point du jour et alla en toute hâte à la fosse des lions ;20 et, s’approchant de la fosse, il appela Daniel d’une voix triste et lui dit : Daniel, serviteur du Dieu vivant, ton Dieu que tu sers sans cesse a-t-Il bien pu te délivrer des lions ?21 Daniel répondit au roi : Roi, vis éternellement !22 Mon Dieu a envoyé Son Ange, qui a fermé la gueule des lions, et ils ne m’ont fait aucun mal, parce que j’ai été trouvé juste devant Lui ; et devant toi non plus, ô roi, je n’ai rien fait de mauvais.23 Alors le roi fut transporté de joie, et il ordonna qu’on fît sortir Daniel de la fosse ; Daniel fut retiré de la fosse, et on ne trouva sur lui aucune blessure, parce qu’il avait cru en son Dieu.24 Sur l’ordre du roi, on amena les hommes qui avaient accusé Daniel, et ils furent jetés dans la fosse aux lions, eux, leurs enfants et leurs femmes ; et avant qu’ils fussent venus jusqu’au pavé de la fosse, les lions les saisirent et brisèrent tous leurs os.25 Alors le roi Darius écrivit à tous les peuples, à toutes les nations et à toutes les langues qui habitaient sur toute la terre : Que la paix se multiplie pour vous !
 
26 J’ordonne par cet édit que, dans tout mon empire et mon royaume, on révère et on craigne le Dieu de Daniel ; car c’est lui qui est le Dieu vivant et éternel dans tous les siècles ; Son royaume ne sera pas détruit, et Sa puissance durera jusque dans l’éternité.
 
27 C’est Lui qui est le libérateur et le sauveur, qui fait des prodiges et des merveilles dans le ciel et sur la terre ; c’est Lui qui a délivré Daniel de la fosse aux lions.28 Or Daniel demeura jusqu’au règne de Darius, et au règne de Cyrus le Perse.
 

Chapitre 7

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Daniel 7, 1 : Vision du prophète Daniel - Gravure de Gustave Doré
Daniel 7, 1 : Vision du prophète Daniel - Gravure de Gustave Doré
1 La première année de Baltassar, roi de Babylone, Daniel eut un songe ; il eut cette vision dans son lit ; et écrivant le songe, il le résuma en peu de mots et en marqua ainsi les principaux points :
 
2 Je regardais dans ma vision nocturne, et voici, les quatre vents du ciel se combattaient sur la grande mer,3 et quatre grandes bêtes, différentes les unes des autres, montaient hors de la mer.4 La première était comme une lionne, et elle avait des ailes d’aigle ; je regardais, jusqu’à ce que ses ailes furent arrachées ; elle fut ensuite enlevée de terre, et elle se tint sur ses pieds comme un homme, et un cœur d’homme lui fut donné.5 Et voici, une autre bête, semblable à un ours, se tenait sur son côté ; elle avait trois rangées de dents dans la gueule, et on lui disait : Lève-toi, mange beaucoup de chair.6 Après cela je regardais, et voici, une autre était comme un léopard ; et elle avait au-dessus d’elle quatre ailes comme un oiseau ; cette bête avait quatre têtes, et la puissance lui fut donnée.7 Après cela je regardais dans cette vision nocturne, et voici, il y avait une quatrième bête, terrible, et étonnante, et extraordinairement forte ; elle avait de grandes dents de fer ; elle dévorait, mettait en pièces et foulait aux pieds ce qui restait ; elle différait des autres bêtes que j’avais vues avant elle, et elle avait dix cornes.8 Je considérais les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d’elles ; trois des premières cornes furent arrachées de devant elle ; et voici, cette corne avait des yeux comme les yeux d’un homme, et une bouche qui disait de grandes choses.
 
9 Je regardais, jusqu’à ce que des trônes furent placés, et l’Ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de Sa tête comme de la laine pure ; Son trône était comme des flammes ardentes, et les roues du trône comme un feu brûlant.10 Un fleuve de feu, rapide, sortait de devant Sa Face ; mille milliers Le servaient, et dix mille millions l’assistaient. Le jugement se tint, et les livres furent ouverts.11 Je regardais, à cause du bruit des grandes paroles que cette corne prononçait ; et je vis que la bête avait été tuée, que son corps était détruit et qu’il avait été livré pour être brûlé au feu ;12 je vis aussi que la puissance des autres bêtes leur avait été ôtée, et que la durée de leur vie leur avait été marquée jusqu’à un temps et un temps.
 
13 Je regardais donc dans cette vision nocturne, et voici, quelqu’un, semblable au Fils de l’homme, venait avec les nuées du ciel, et Il s’avança jusqu’à l’Ancien des jours. Ils Le présentèrent devant lui,14 et Il Lui donna la puissance, l’honneur et le royaume, et tous les peuples, les tribus et les langues Le servirent ; Sa puissance est une puissance éternelle qui ne Lui sera point ôtée, et Son royaume ne sera jamais détruit.
 
15 Mon esprit fut épouvanté ; moi, Daniel, je fus effrayé par ces choses, et les visions de mon esprit me troublèrent.16 Je m’approchai d’un de ceux qui étaient là, et je lui demandai la vérité sur toutes ces choses. Il m’interpréta ce qui se passait et me l’enseigna.17 Ces quatre grandes bêtes sont quatre royaumes qui s’élèveront de la terre.18 Mais les saints du Dieu très-haut recevront le royaume, et ils obtiendront le royaume jusque dans les siècles et les siècles des siècles.
 
19 Ensuite je désirai vivement apprendre ce qu’était la quatrième bête qui était très différente de toutes les autres et extrêmement terrible, dont les dents et les ongles étaient de fer, qui dévorait et mettait en pièces, et qui foulait aux pieds ce qui restait.20 Je voulus m’enquérir aussi des dix cornes qu’elle avait sur la tête, et de l’autre qui était sortie et devant laquelle trois de ces cornes étaient tournées, et de cette corne qui avait des yeux et une bouche proférant de grandes choses, et qui était plus grande que les autres.21 Je regardai, et voici que cette corne faisait la guerre contre les saints et avait l’avantage sur eux,22 jusqu’à ce que l’Ancien des jours vint et donna le jugement aux saints du Très-Haut ; et le temps arriva où les saints obtinrent le royaume.23 Et il me parla ainsi : La quatrième bête est un quatrième royaume qui existera sur la terre, et qui sera plus grand que tous les royaumes ; il dévorera toute la terre, la foulera aux pieds et la brisera.24 Les dix cornes de ce même royaume, ce sont dix rois ; il s’en élèvera un autre après eux, et il sera plus puissant que les premiers, et il abaissera trois rois.25 Il proférera des paroles contre le Très-Haut, il écrasera les saints du Très-Haut, et il pensera qu’il pourra changer les temps et les lois ; et ils seront livrés entre ses mains pendant un temps et des temps, et la moitié d’un temps.26 Alors le jugement se tiendra, afin que la puissance lui soit enlevée, qu’il soit détruit et qu’il disparaisse à jamais,27 et que le royaume, la puissance et la grandeur du royaume qui est sous tout le ciel, soient donnés au peuple des saints du Très-Haut ; son royaume est un royaume éternel, et tous les rois Le serviront et Lui obéiront.
 
28 Ce fut la fin de ce qui me fut dit. Moi, Daniel, j’étais fort troublé dans mes pensées, et mon visage en fut changé ; mais je conservai ces paroles dans mon cœur.

Chapitre 8

 | 
 | 
Chap. : 
1 La troisième année du règne du roi Baltassar, j’eus une vision. Moi, Daniel, après ce que j’avais vu au commencement,2 je vis dans ma vision, lorsque j’étais au château de Suse, qui est au pays d’Elam ; je vis donc dans cette vision que j’étais à la porte de l’Ulaï.3 Je levai les yeux et je vis ; et voici qu’un bélier se tenait devant le marais ; il avait des cornes élevées, et l’une était plus haute que l’autre et croissait peu à peu. Après cela4 je vis que ce bélier donnait des coups de corne contre l’occident, contre l’aquilon et contre le midi ; et toutes les bêtes ne pouvaient lui résister, ni se délivrer de sa main ; il fit ce qu’il voulut, et il devint puissant.
 
5 Et j’étais attentif ; et voici qu’un bouc venait de l’occident sur la face de toute la terre, sans toucher la terre ; or ce bouc avait une grande corne entre les yeux.6 Il vint jusqu’à ce bélier qui avait des cornes, et que j’avais vu se tenir devant la porte ; et il courut sur lui avec l’impétuosité de sa force.7 Lorsqu’il se fut approché du bélier, il l’attaqua avec furie et le frappa, et il lui brisa les deux cornes, sans que le bélier pût lui résister ; et l’ayant jeté par terre, il le foula aux pieds, et personne ne pouvait délivrer le bélier de sa main.8 Or le bouc devint extraordinairement grand, et, lorsqu’il eut crû, sa grande corne se rompit, et quatre cornes poussaient au-dessous, vers les quatre vents du ciel.
 
9 Mais de l’une d’elles il sortit une petite corne qui s’agrandit vers le midi, vers l’orient et vers la force.10 Et elle s’éleva jusqu’à la puissance du ciel, et elle fit tomber des forts et des étoiles, et elle les foula aux pieds.11 Elle s’éleva jusqu’au prince de la force, et lui enleva le sacrifice perpétuel, et renversa le lieu de son sanctuaire.12 La puissance lui fut donnée contre le sacrifice perpétuel à cause des péchés, et la vérité sera renversée sur la terre, et il agira et il réussira.13 Alors j’entendis un des saints qui parlait ; et un saint dit à un autre, je ne sais lequel, qui lui parlait : Jusques à quand durera la vision, et le sacrifice perpétuel, et le péché de désolation ? Jusques à quand le sanctuaire et la force seront-ils foulés aux pieds ?14 Et il lui dit : Jusques au soir et au matin, deux mille trois cents jours, et le sanctuaire sera purifié.
 
15 Or, tandis que moi, Daniel, j’avais cette vision et que j’en cherchais l’intelligence, voici qu’il se tint devant moi comme une figure d’homme.16 Et j’entendis la voix d’un homme au milieu de l’Ulaï ; et il cria et dit : Gabriel, fais comprendre cette vision.17 Et il vint et se tint près du lieu où j’étais ; et lorsqu’il fut venu, effrayé je tombai le visage contre terre ; et il me dit : Comprends, fils de l’homme, car la vision s’accomplira au temps de la fin.18 Et, comme il me parlait, je tombai le visage contre terre ; et il me toucha et me replaça debout,19 puis il me dit : Je te montrerai ce qui doit arriver à la fin de la malédiction, car le temps s’accomplira.20 Le bélier que tu as vu, et qui avait des cornes, est le roi des Mèdes et des Perses.21 Le bouc est le roi des Grecs, et la grande corne qui était entre ses yeux est le premier roi.22 Les quatre cornes qui se sont élevées après que la première a été rompue sont quatre rois qui s’élèveront de sa nation, mais non avec sa force ;23 et après leur règne, lorsque les iniquités se seront accrues, il s’élèvera un roi au visage impudent et qui comprendra les énigmes.24 Sa puissance s’accroîtra, mais non par ses propres forces, et il ravagera tout au delà de ce que l’on peut croire ; et il réussira et agira. Il fera mourir les forts et le peuple des saints,25 selon sa volonté ; sa main dirigera la ruse et son cœur deviendra arrogant, et, dans l’abondance des prospérités, il fera mourir beaucoup d’hommes ; il s’élèvera contre le prince des princes, puis il sera brisé sans la main des hommes.26 Cette vision du soir et du matin dont il s’agit est véritable ; scelle donc cette vision, car elle n’arrivera qu’après des jours nombreux.
 
27 Et moi, Daniel, je fus longuement malade pendant plusieurs jours ; et quand je me levai, je travaillais aux affaires du roi, et j’étais étonné de la vision, et il n’y avait personne pour l’interpréter.

Chapitre 9

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 La première année de Darius, fils d’Assuérus, de la race des Mèdes, qui régna sur l’empire des Chaldéens,2 la première année de son règne, moi, Daniel, je compris, par les livres saints, d’après le nombre des années dont le Seigneur avait parlé au prophète Jérémie, que la désolation de Jérusalem devait durer soixante-dix ans.3 Je tournai mon visage vers le Seigneur mon Dieu, pour Le prier et Le conjurer dans les jeûnes, le sac et la cendre.
 
4 Je priai le Seigneur mon Dieu, je Lui fis cette confession et je dis : Je Vous supplie, Seigneur, Dieu grand et terrible, qui gardez Votre alliance et Votre miséricorde envers ceux qui Vous aiment et qui observent Vos commandements.
 
5 Nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons fait des actions impies, nous nous sommes éloignés et nous nous sommes détournés de Vos commandements et de Vos préceptes.6 Nous n’avons pas obéi à Vos serviteurs les prophètes, qui ont parlé en Votre nom à nos rois, à nos princes, à nos pères et à tout le peuple du pays.7 A Vous, Seigneur, est la justice, et à nous la confusion du visage, telle qu’elle est aujourd’hui pour les hommes de Juda, et pour les habitants de Jérusalem, et pour tout Israël, pour ceux qui sont près et pour ceux qui sont loin, dans tous les pays où Vous les avez chassés, à cause des iniquités qu’ils ont commises contre Vous.8 Seigneur, à nous la confusion du visage, à nos rois, à nos princes et à nos pères, qui ont péché.9 Mais Vous, Seigneur notre Dieu, la miséricorde et la propitiation ; car nous nous sommes retirés de Vous,10 et nous n’avons pas écouté la voix du Seigneur notre Dieu, pour marcher dans Sa loi, qu’Il nous avait prescrite par Ses serviteurs les prophètes.11 Tout Israël a transgressé Votre loi et s’est détourné pour ne pas entendre Votre voix ; et la malédiction et l’exécration qui est décrite dans le livre de Moïse, serviteur de Dieu, a découlé sur nous, parce que nous avons péché contre Dieu.12 Et Il a accompli les paroles qu’Il avait prononcées contre nous et contre nos princes qui nous ont jugés, pour amener sur nous un grand malheur, tel qu’il n’en a jamais existé sous tout le ciel, et qui est arrivé à Jérusalem.13 Selon qu’il est écrit dans la loi de Moïse, tous ces maux sont tombés sur nous, et nous n’avons pas supplié Votre face, Seigneur notre Dieu, de manière à nous détourner de nos iniquités et à être attentifs à Votre vérité.14 Aussi le Seigneur a veillé sur ce malheur, et Il l’a amené sur nous. Le Seigneur notre Dieu est juste dans toutes les œuvres qu’Il a faites, car nous n’avons pas écouté Sa Voix.15 Et maintenant, Seigneur notre Dieu, qui avez tiré Votre peuple du pays d’Égypte avec une main puissante, et qui Vous êtes fait un nom tel qu’il est aujourd’hui, nous avons péché, nous avons commis l’iniquité.16 Seigneur, selon toute Votre justice, je Vous en conjure, que Votre colère et Votre fureur se détournent de Votre ville de Jérusalem et de Votre montagne sainte ; car, à cause de nos péchés et des iniquités de nos pères, Jérusalem et Votre peuple sont en opprobre à tous ceux qui nous environnent.17 Maintenant donc, écoutez, notre Dieu, les prières et les supplications de Votre serviteur ; montrez Votre face sur Votre sanctuaire, qui est désert ; faites-le pour Vous-même.18 Abaissez, mon Dieu, Votre oreille et écoutez ; ouvrez Vos yeux, et voyez notre désolation et cette ville sur laquelle Votre nom a été invoqué ; car ce n’est pas à cause de notre justice que nous Vous présentons humblement nos prières, mais à cause de Vos nombreuses miséricordes.19 Exaucez, Seigneur ; apaisez-vous, Seigneur ; soyez attentif et agissez ; ne tardez pas, mon Dieu, pour Vous-même, parce que Votre nom a été invoqué sur cette ville et sur Votre peuple.
 
20 Comme je parlais encore et que je priais, et que je confessais mes péchés et les péchés d’Israël mon peuple, et que j’offrais humblement mes prières, en présence de mon Dieu, pour la montagne sainte de mon Dieu,21 comme je parlais encore dans ma prière, voici que l’homme Gabriel, que j’avais vu au commencement dans la vision, vola rapidement, et me toucha, au temps du sacrifice du soir.22 Il m’instruisit et il me parla, et il dit : Daniel, je suis venu maintenant pour t’instruire et pour que tu comprennes.
 
23 Dès le commencement de tes prières la parole est sortie, et je suis venu pour te l’annoncer, car tu es un homme de désirs ; sois donc attentif à mon discours, et comprends la vision.24 Soixante-dix semaines ont été décrétées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour que la prévarication soit abolie, que le péché trouve sa fin, que l’iniquité soit effacée, que la justice éternelle soit amenée, que la vision et la prophétie soient accomplies, et que le Saint des saint reçoive l’onction.25 Sache donc et remarque. Depuis l’ordre donné pour rebâtir Jérusalem, jusqu’au Christ chef, il y aura sept semaines et soixante-deux semaines ; et les places et les murs seront rebâtis en des temps d’angoisse.26 Et, après soixante-deux semaines, le Christ sera mis à mort, et le peuple qui doit Le renier ne sera plus à Lui. Un peuple, avec un chef qui doit venir, détruira la ville et le sanctuaire ; et sa fin sera la ruine, et, après la fin de la guerre, viendra la désolation décrétée.27 Il confirmera l’alliance avec un grand nombre pendant une semaine, et, au milieu de la semaine, les victimes et le sacrifice cesseront, l’abomination de la désolation sera dans le temple, et la désolation durera jusqu’à la consommation et jusqu’à la fin.

Chapitre 10

 | 
 | 
Chap. : 
1 La troisième année de Cyrus, roi des Perses, une parole fut révélée à Daniel, surnommé Baltassar, parole vraie et grande force ; et il comprit la parole, car il est besoin d’intelligence dans les visions.
 
2 En ces jours-là, moi, Daniel, je pleurai tous les jours pendant trois semaines ;3 je ne mangeai pas de pain agréable au goût, ni chair ni vin n’entrèrent dans ma bouche, et je ne m’oignis d’aucun parfum, jusqu’à ce que ces trois semaines fussent accomplies.
 
4 Le vingt-quatrième jour du premier mois, j’étais près du grand fleuve qui est le Tigre.5 Et je levai les yeux et je vis : et voici qu’il y avait un homme vêtu de lin, et dont les reins étaient ceints d’or très pur ;6 son corps était comme le chrysolithe, son visage brillait comme l’éclair, et ses yeux étaient comme une lampe ardente ; ses bras, et tout le reste du corps jusqu’aux pieds, étaient comme un airain étincelant, et le bruit de ses paroles était comme le bruit d’une multitude.7 Moi, Daniel, je vis seul la vision ; les hommes qui étaient avec moi ne la virent pas, mais une terreur extrême se précipita sur eux, et ils s’enfuirent dans les lieux cachés.8 Et moi, resté seul, je vis cette grande vision ; aucune force ne resta en moi, mon visage fut tout changé, je tombai en faiblesse et je perdis toute vigueur.9 J’entendis le bruit de ses paroles, et, l’entendant, je gisais sur ma face, consterné, et mon visage était collé à terre.
 
10 Et voici qu’une main me toucha, et me dressa sur mes genoux et sur mes mains.11 Et il me dit : Daniel, homme de désirs, comprends les paroles que je vais te dire, et tiens-toi debout ; car je suis maintenant envoyé vers toi. Lorsqu’il m’eut dit cela, je me tins debout en tremblant.12 Et il me dit : Ne crains point, Daniel, car dès le premier jour où tu as appliqué ton cœur à comprendre et à t’affliger en présence de ton Dieu, tes paroles ont été exaucées, et je suis venu à cause de tes paroles.13 Le prince du royaume des Perses m’a résisté vingt et un jours ; mais voici que Michel, un des premiers princes, est venu à mon secours ; et je suis demeuré là, près du roi des Perses.14 Je suis venu pour t’apprendre ce qui doit arriver à ton peuple aux derniers jours, car la vision concerne encore ces temps-là.
 
15 Tandis qu’il me disait ces paroles, je baissai le visage contre terre et je me tus.16 Et voici que quelqu’un, qui avait la ressemblance d’un homme, toucha mes lèvres ; et ouvrant la bouche, je parlai, et je dis à celui qui se tenait devant moi : Mon seigneur, à ta vue tous mes nerfs se sont relâchés, et il n’est resté en moi aucune force ;17 et comment le serviteur de mon seigneur pourra-t-il parler avec mon seigneur ? Car il n’est resté en moi aucune force, et le souffle même me manque.18 Celui qui avait la figure d’un homme me toucha donc de nouveau et me fortifia. Et il dit :19 Ne crains point, homme de désirs ; que la paix soit avec toi ! reprends vigueur et sois ferme. Et, comme il me parlait, je repris des forces et je dis : Parle, mon seigneur, parce que tu m’as fortifié.
 
20 Alors il dit : Sais-tu pourquoi je suis venu à toi ? Je m’en retourne maintenant pour combattre contre le prince des Perses. Lorsque je sortais, le prince des Grecs est apparu.21 Mais je t’annoncerai ce qui est marqué dans l’écriture de vérité ; et nul ne m’aide dans toutes ces choses, sinon Michel, votre prince.

Chapitre 11

 | 
 | 
Chap. : 
1 Et moi, dès la première année de Darius le Mède, j’étais auprès de lui pour le fortifier et le soutenir.
 
2 Et maintenant je t’annoncerai la vérité. Voici, il y aura encore trois rois en Perse, et le quatrième s’élèvera par la grandeur de ses richesses au-dessus de tous ; et, lorsqu’il sera devenu puissant par ses richesses, il excitera tous les peuples contre le royaume de Grèce.3 Mais il s’élèvera un roi vaillant, qui dominera avec une grande puissance et qui fera ce qu’il lui plaira.4 Et, après qu’il se sera élevé, son royaume sera détruit, et divisé aux quatre vents du ciel ; il ne passera pas à ses descendants, et il ne conservera pas la puissance qu’avait eue ce roi ; car son royaume sera déchiré, et il passera à des étrangers, à l’exception de ceux-là.
 
5 Le roi du midi se fortifiera, et l’un de ses princes prévaudra sur lui, et il dominera avec puissance, car son empire sera grand.
 
6 Après quelques années ils feront alliance, et la fille du roi du midi viendra vers le roi de l’aquilon pour faire amitié ; mais elle ne s’établira point par un bras fort, et sa race ne subsistera pas ; elle sera livrée elle-même, avec les jeunes hommes qui l’avaient amenée et qui la soutenaient en ces temps.
 
7 Mais il sortira un rejeton du germe de ses racines ; et il viendra avec une armée, et il entrera dans les provinces du roi de l’aquilon ; il les ravagera et s’en rendra maître.8 Bien plus, il emmènera captifs en Égypte leurs dieux, leurs statues et leurs vases précieux d’argent et d’or, et il prévaudra sur le roi de l’aquilon.9 Le roi du midi entrera dans son royaume, puis il reviendra dans son pays.
 
10 Ses fils s’animeront et réuniront de puissantes armées ; et l’un d’eux viendra en toute hâte, comme un torrent qui déborde ; il reviendra ensuite, et, plein d’ardeur, il combattra contre les forces du midi.11 Le roi du midi, provoqué, sortira et combattra contre le roi de l’aquilon ; il rassemblera une multitude immense, et l’armée ennemie sera livrée entre ses mains.12 Il s’emparera de cette multitude, et son cœur s’élèvera ; il renversera des milliers nombreux, mais il ne triomphera pas.13 Car le roi de l’aquilon reviendra et rassemblera une multitude beaucoup plus nombreuse qu’auparavant ; et, à la fin des temps et des années, il s’avancera en toute hâte avec une grande armée et d’immenses richesses.14 En ces temps-là beaucoup s’élèveront contre le roi du midi ; les enfants des prévaricateurs de ton peuple s’élèveront aussi pour accomplir la vision, et ils tomberont.15 Le roi de l’aquilon viendra, et il dressera des terrasses, et il prendra les villes les plus fortes ; les bras du midi n’en soutiendront pas l’effort ; ses hommes d’élite se lèveront pour résister, et ils seront sans force.16 Venant contre lui, il fera ce qu’il lui plaira, et il n’y aura personne qui se tienne devant lui ; il entrera dans la contrée si célèbre, et elle sera ruinée sous sa main.17 Il s’affermira dans le dessein de venir s’emparer de tout son royaume ; il agira équitablement avec lui, il lui donnera sa fille en mariage, afin de le renverser ; mais cela n’aura pas lieu, et il ne réussira pas.18 Il se tournera contre les îles, et il en prendra plusieurs ; il arrêtera le prince qui doit le couvrir d’opprobre, et son opprobre retombera sur lui.19 Il se dirigera ensuite vers les terres de son empire, et il se heurtera ; et il tombera, et on ne le trouvera plus.
 
20 Un homme très méprisable et indigne du nom de roi prendra sa place, et il sera brisé en peu de jours, non par la colère ni dans le combat.
 
21 A sa place sera un homme méprisé, à qui on n’accordera pas les honneurs royaux ; il viendra en secret, et il s’emparera du royaume par la fraude.
 
22 Les bras du combattant seront chassés devant lui et brisés, comme aussi le chef de l’alliance.23 Et après des alliances, il le trompera, il s’avancera et triomphera avec peu de troupes.24 Il entrera dans les villes grandes et riches, et il fera ce que n’avaient fait ni ses pères, ni les pères de ses pères : il amassera le butin, les dépouilles et leurs richesses ; il formera des entreprises contre les forteresses, et cela pendant un certain temps.
 
25 Sa force et son cœur s’exciteront contre le roi du midi, avec une grande armée ; et le roi du midi sera provoqué à la guerre par de grands secours et de fortes troupes ; mais elles ne tiendront pas, car on méditera de mauvais desseins contre lui.26 Et ceux qui mangeront du pain avec lui le ruineront ; son armée sera accablée, et les morts tomberont en grand nombre.27 Le cœur des deux rois sera porté à faire le mal, et à la même table ils proféreront le mensonge, et ils ne réussiront pas, car la fin est pour un autre temps.28 Il retournera dans son pays avec de grandes richesses ; son cœur sera hostile à l’alliance sainte ; il agira et il retournera dans son pays.
 
29 Au temps prescrit, il retournera et reviendra vers le midi, et son dernier état ne sera pas semblable au premier.30 Les vaisseaux et les Romains viendront contre lui ; il sera frappé, il retournera, et il s’indignera contre l’alliance du sanctuaire, et il agira ; il retournera encore et entreprendra contre ceux qui auront abandonné l’alliance du sanctuaire.31 Des bras sortiront de lui et violeront le sanctuaire de la force ; ils feront cesser le sacrifice perpétuel, et ils mettront l’abomination dans la désolation.32 Et les prévaricateurs de l’alliance useront de déguisement et de fraude ; mais le peuple qui connaît son Dieu s’attachera à la loi et agira.33 Les savants parmi le peuple en instruiront un grand nombre, et ils tomberont par l’épée, par la flamme, par la captivité et par des brigandages prolongés.34 Après être tombés, ils seront soulagés par un faible secours, et plusieurs se joindront à eux par hypocrisie.35 Il y en aura parmi les savants qui succomberont, pour passer par le feu, et devenir purs et blancs jusqu’au temps prescrit ; car il y aura encore un autre temps.
 
36 Le roi fera ce qu’il voudra ; il s’élèvera et se grandira contre tout dieu ; il parlera insolemment contre le Dieu des dieux ; il réussira jusqu’à ce que la colère soit accomplie, car il a été ainsi arrêté.37 Il n’aura aucun égard au dieu de ses pères, et il sera dans la passion des femmes ; il ne se souciera d’aucun des dieux, car il s’élèvera contre toutes choses.38 Il révérera le dieu Maozim dans son temple ; et il honorera avec l’or, l’argent, les pierres précieuses et ce qu’il y a de plus beau, un dieu que ses pères ont ignoré.39 Et il fortifiera Maozim au moyen du dieu étranger qu’il a connu ; il multipliera leur gloire, il leur donnera de la puissance en beaucoup de choses, et il partagera la terre gratuitement.
 
40 Et au temps marqué, le roi du midi combattra contre lui, et le roi de l’aquilon viendra contre lui comme une tempête, avec des chars, et des cavaliers, et une grande flotte ; il entrera dans les terres, et il les ravagera, et il passera à travers.41 Il entrera dans le pays de gloire, et plusieurs provinces succomberont. Celles-ci seules seront sauvées de ses mains : Édom, Moab et la principauté des enfants d’Ammon.42 Il étendra sa main sur les contrées, et le pays d’Égypte n’échappera point.43 Il se rendra maître des trésors d’or et d’argent, et de tout ce qu’il y a de précieux en Égypte ; il passera aussi à travers la Libye et l’Éthiopie.44 Des nouvelles de l’orient et de l’aquilon le troubleront, et il viendra avec de grandes troupes pour briser et pour massacrer des hommes nombreux.45 Il dressera sa tente à Apadno, entre les mers, sur la montagne célèbre et sainte ; et il ira jusqu’à son sommet, et personne ne lui viendra en aide.

Chapitre 12

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 En ce temps-là, Michel, le grand prince, s’élèvera, lui qui protège les enfants de ton peuple ; et il viendra un temps tel qu’il n’y en a pas eu depuis que les peuples ont commencé à exister, jusqu’à ce jour. En ce temps-là, quiconque, parmi ton peuple, sera trouvé écrit dans le livre, sera sauvé.2 Et beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre qu’ils verront toujours.3 Et ceux qui auront été savants brilleront comme la splendeur du firmament ; et ceux qui en auront instruit plusieurs dans la justice luiront comme des étoiles dans des éternités sans fin.
 
4 Pour toi, Daniel, tiens ces paroles fermées, et scelle le livre jusqu’au temps marqué ; plusieurs le parcourront et la science se multipliera.
 
5 Et moi, Daniel, je regardai, et voici, comme deux autres hommes étaient debout : l’un en deçà, sur une rive du fleuve, et l’autre au delà, sur l’autre rive du fleuve.6 Et je dis à l’homme vêtu de lin qui se tenait sur les eaux du fleuve : Quand sera la fin de ces merveilles ?7 Et j’entendis l’homme vêtu de lin qui se tenait sur les eaux du fleuve ; élevant au ciel la main droite et la main gauche, il jura par Celui qui vit éternellement que ce serait dans un temps, deux temps et la moitié d’un temps, et que toutes ces choses seraient accomplies, lorsque la dispersion de l’assemblée du peuple serait achevée.8 J’entendis, et je ne compris pas. Et je dis : Mon seigneur, qu’arrivera-t-il après cela ?9 Et il dit : Va, Daniel ; car ces paroles sont fermées et scellées jusqu’au temps marqué.10 Plusieurs seront élus, et blanchis, et éprouvés comme par le feu ; les impies agiront avec impiété, et tous les impies ne comprendront pas ; mais ceux qui seront instruits comprendront.11 A partir du temps où le sacrifice perpétuel aura été aboli, et l’abomination de la désolation établie, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours.12 Heureux celui qui attend et qui parvient jusqu’à mille trois cent trente-cinq jours !13 Pour toi, va jusqu’au temps marqué, et tu te reposeras, et tu demeureras dans ton sort jusqu’à la fin des jours.

Chapitre 13

 | 
 | 
Chap. : 
1 Il y avait un homme qui habitait à Babylone, et dont le nom était Joakim.2 Il prit une femme nommée Susanne, fille d’Helcias, parfaitement belle et craignant Dieu ;3 car ses parents, qui étaient justes, avaient instruit leur fille selon la loi de Moïse.4 Or Joakim était très riche, et il avait un jardin fruitier près de sa maison ; et les Juifs affluaient chez lui, parce qu’il était le plus honorable de tous.
 
5 On avait établi pour juges, cette année-là, deux vieillards d’entre le peuple ; c’est d’eux que le Seigneur a dit : L’iniquité est sortie de Babylone par des vieillards qui étaient juges, qui semblaient conduire le peuple.6 Ceux-là fréquentaient la maison de Joakim, et tous ceux qui avaient des affaires à juger venaient les y trouver.
Daniel 13, 7-23 : Suzanne au bain - Gravure de Gustave Doré
Daniel 13, 7-23 : Suzanne au bain - Gravure de Gustave Doré
7 Lorsque la foule était partie, sur le midi, Susanne entrait et se promenait dans le jardin de son mari.8 Ces vieillards l’y voyaient tous les jours entrer et se promener, et ils brûlèrent de passion pour elle ;9 ils pervertirent leur sens, et ils détournèrent leurs yeux, pour ne pas voir le Ciel et pour ne se pas souvenir des justes jugements.10 Ils étaient donc tous deux blessés de son amour, mais ils ne s’entre-dirent point leur peine ;11 car ils rougissaient de se découvrir l’un à l’autre leur passion, voulant corrompre Susanne.12 Et ils cherchaient tous les jours, avec grand soin, à la voir. Ils se dirent l’un à l’autre :13 Allons chez nous, car c’est l’heure du dîner ; et étant sortis, ils se séparèrent l’un de l’autre.14 Mais, revenant aussitôt, ils se rencontrèrent, et, après s’en être demandé mutuellement la raison, ils avouèrent leur passion ; et alors ils fixèrent ensemble un temps où ils pourraient la trouver seule.
 
15 Comme ils cherchaient un jour convenable, il arriva que Susanne entra, selon la coutume, accompagnée seulement de deux jeunes filles, et elle voulut se baigner dans le jardin, car il faisait chaud ;16 et il n’y avait là personne que les deux vieillards, qui étaient cachés et qui la regardaient.17 Elle dit donc aux jeunes filles : Apportez-moi de l’huile et des parfums et fermez les portes du jardin, afin que je me baigne.18 Elles firent ce qu’elle avait commandé ; elles fermèrent les portes du jardin et elles sortirent par une porte de derrière, pour apporter ce qu’elle avait ordonné ; et elles ne savaient pas que les vieillards furent cachés à l’intérieur.
 
19 Lorsque les jeunes filles furent sorties, les deux vieillards se levèrent, coururent à Susanne et lui dirent :20 Voici, les portes du jardin sont fermées ; personne ne nous voit. et nous brûlons de passion pour toi ; rends-toi donc à notre désir et unis-toi à nous.21 Si tu refuses, nous témoignerons contre toi, et nous dirons qu’un jeune homme était avec toi, et que c’est pour cela que tu as renvoyé tes jeunes filles.22 Susanne gémit et dit : L’angoisse m’entoure de tous côtés ; car si je fais cela, c’est la mort pour moi ; si je ne le fais pas, je n’échapperai pas de vos mains.23 Mais il est meilleur pour moi de tomber sans motif entre vos mains, que de pécher en la présence du Seigneur.24 Alors Susanne poussa un grand cri, et les vieillards crièrent aussi contre elle.25 Et l’un d’eux courut à la porte du jardin et l’ouvrit.26 Ayant entendu crier dans le jardin, les serviteurs de la maison se précipitèrent par la porte de derrière, pour voir ce que c’était.27 Après que les vieillards eurent parlé, les serviteurs éprouvèrent une grande honte, parce qu’on n’avait jamais rien dit de semblable de Susanne.
 
28 Le lendemain arriva, et le peuple étant venu chez Joakim son mari, les deux vieillards y vinrent aussi, pleins d’une résolution criminelle contre Susanne, pour lui faire perdre la vie.29 Et ils dirent devant le peuple : Envoyez chercher Susanne, fille d’Helcias, femme de Joakim.30 On y envoya aussitôt, et elle vint avec ses parents, ses enfants et tous ses proches.31 Or Susanne était d’une délicatesse et d’une beauté parfaites.32 Ces méchants ordonnèrent qu’on lui ôtât son voile (car elle était voilée), afin de se rassasier au moins en cette manière de sa beauté.33 Les siens et tous ceux qui l’avaient connue pleuraient.34 Alors les deux vieillards, se levant au milieu du peuple, mirent leurs mains sur sa tête.35 Elle, en pleura, leva les yeux au ciel, car son cœur avait confiance dans le Seigneur.36 Et les vieillards dirent : Comme nous nous promenions seuls dans le jardin, cette femme est entrée avec deux servantes ; elle a fermé les portes du jardin et elle a renvoyé les jeunes filles.37 Et un jeune homme, qui était caché, est venu et a péché avec elle.38 Nous étions dans un coin du jardin, et, voyant cette iniquité, nous sommes accourus à eux, et nous les avons vus s’unir.39 Lui, nous n’avons pu le prendre, parce qu’il était plus fort que nous, et qu’ayant ouvert la porte, il s’est échappé.40 Mais elle, après l’avoir prise, nous lui avons demandé quel était ce jeune homme, et elle n’a pas voulu nous le dire. C’est de quoi nous sommes témoins.41 La multitude les crut, parce qu’ils étaient des anciens et des juges du peuple, et ils la condamnèrent à mort.
 
42 Alors Susanne poussa un grand cri et dit : Dieu éternel, qui pénétrez ce qui est caché, et qui connaissez toutes choses avant qu’elles arrivent,43 Vous savez qu’ils ont porté un faux témoignage contre moi ; et voici que je meurs, sans avoir rien fait de tout ce qu’ils ont inventé malicieusement contre moi.44 Et le Seigneur entendit sa voix.45 Et comme on la conduisait à la mort, le Seigneur suscita l’esprit saint d’un jeune enfant nommé Daniel,46 qui cria à haute voix : Je suis pur du sang de cette femme.47 Tout le peuple se tourna vers lui et dit : Quelle est cette parole que tu as proférée ?48 Se tenant debout au milieu d’eux, il dit : Êtes-vous assez insensés, fils d’Israël, pour condamner, sans la juger et sans connaître la vérité, une fille d’Israël ?49 Jugez-la de nouveau, car ils ont porté un faux témoignage contre elle.
 
50 Le peuple revint donc en grande hâte, et les vieillards dirent à Daniel : Viens, et prends place au milieu de nous, et instruis-nous, puisque Dieu t’a donné l’honneur de la vieillesse.
Daniel 13, 51 : Justification de Suzanne - Gravure de Gustave Doré
Daniel 13, 51 : Justification de Suzanne - Gravure de Gustave Doré
51 Daniel dit au peuple : Séparez-les l’un de l’autre, et je les jugerai.52 Lorsqu’ils eurent été séparés l’un de l’autre, Daniel appela l’un d’eux et lui dit : Homme vieilli dans le mal, les péchés que tu as commis autrefois viennent maintenant sur toi,53 qui rendais des jugements injustes, qui opprimais les innocents et qui relâchais les coupables, quoique le Seigneur ait dit : Tu ne feras pas mourir l’innocent et le juste.54 Maintenant donc, si tu l’as vue, dis sous quel arbre tu les as vus parler ensemble. Il dit : Sous un lentisque.55 Daniel lui dit : Vraiment tu as menti contre ta tête ; car voici que l’Ange de Dieu, ayant reçu son arrêt, te coupera en deux.56 Après l’avoir renvoyé, il ordonna qu’on fît venir l’autre, et il lui dit : Race de Chanaan, et non de Juda, la beauté t’a séduit, et la passion a perverti ton cœur.57 C’est ainsi que vous traitiez les filles d’Israël, et, effrayées, elles vous parlaient ; mais une fille de Juda n’a pu souffrir votre iniquité.58 Maintenant donc, dis-moi sous quel arbre tu les as surpris lorsqu’ils se parlaient. Il dit : Sous un chêne.59 Daniel lui dit : Vraiment, toi aussi tu as menti contre ta tête ; car l’Ange du Seigneur est prêt, et tient l’épée pour te couper par le milieu et pour te faire mourir.
 
60 Alors toute l’assemblée poussa un grand cri, et ils bénirent Dieu, qui sauve ceux qui espèrent en Lui.61 Et ils s’élevèrent contre les deux vieillards, que Daniel avait convaincus par leur propre bouche d’avoir porté un faux témoignage ; et ils leur firent le mal qu’ils avaient fait à leur prochain,62 pour exécuter la loi de Moïse. Ils les firent mourir, et le sang innocent fut sauvé en ce jour-là.63 Helcias et sa femme louèrent Dieu au sujet de leur fille Susanne, avec Joakim son mari et tous ses proches, de ce que rien de honteux ne s’était trouvé en elle.64 Quant à Daniel, il devint grand devant le peuple, depuis ce jour-là et dans la suite.
 
65 Et le roi Astyages ayant été réuni à ses pères, Cyrus le Perse lui succéda dans le royaume.

Chapitre 14

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Daniel mangeait à la table du roi, qui l’avait honoré au-dessus de tous ses amis.
 
2 Il y avait alors chez les Babyloniens une idole nommée Bel ; on dépensait chaque jour pour elle douze mesures de farine, quarante brebis et six amphores de vin.3 Le roi l’honorait aussi, et il allait chaque jour l’adorer. Mais Daniel adorait son Dieu. Et le roi lui dit : Pourquoi n’adores-tu pas Bel ?4 Il lui répondit : Parce que je n’adore pas des idoles faites de main d’homme, mais le Dieu vivant, qui a créé le ciel et la terre, et qui a puissance sur toute chair.5 Le roi dit à Daniel : Est-ce que Bel ne te paraît pas être un Dieu vivant ? Ne vois-tu pas combien il mange et boit chaque jour ?
Daniel 14, 6 : Daniel confond les prêtres de Bel - Gravure de Gustave Doré
Daniel 14, 6 : Daniel confond les prêtres de Bel - Gravure de Gustave Doré
6 Daniel dit en souriant : Ne t’y trompe pas, ô roi ; ce Bel est de boue au dedans et d’airain au dehors, et il ne mange jamais.7 Alors le roi irrité appela les prêtres de Bel et leur dit : Si vous ne me dites quel est celui qui mange tous ces aliments, vous mourrez.8 Mais si vous me montrez que c’est Bel qui mange tout cela, Daniel mourra, parce qu’il a blasphémé contre Bel. Daniel dit au roi : Qu’il soit fait selon ta parole.
 
9 Or les prêtres de Bel étaient au nombre de soixante-dix, sans compter leurs femmes, leurs enfants et leurs petits-enfants. Le roi alla avec Daniel au temple de Bel,10 et les prêtres de Bel dirent : Voici, nous allons sortir ; et toi, ô roi, fais apporter les mets et servir le vin ; puis ferme la porte et scelle-la de ton anneau ;11 et quand tu seras entré demain matin, si tu ne trouves pas que Bel a tout mangé, nous mourrons, nous, ou Daniel qui a menti contre nous.12 Ils parlaient ainsi avec mépris parce qu’ils avaient fait sous la table une entrée secrète, par laquelle ils venaient toujours pour dévorer les offrandes.
 
13 Après donc que les prêtres furent sortis, le roi plaça les mets devant Bel, et Daniel commanda à ses serviteurs d’apporter de la cendre, et il la répandit par tout le temple devant le roi ; ils sortirent ensuite et fermèrent la porte, et, l’ayant scellée avec l’anneau du roi, ils s’en allèrent.14 Les prêtres entrèrent durant la nuit, selon leur coutume, avec leurs femmes et leurs enfants, et ils mangèrent et burent tout.
 
15 Le roi se leva dès la pointe du jour, et Daniel vint avec lui.16 Et le roi dit : Daniel, le sceau est-il intact ? Il répondit : Il est intact, ô roi.17 Aussitôt le roi, ayant ouvert la porte et voyant la table, s’écria à haute voix : Tu es grand, ô Bel, et il n’y a pas en toi de tromperie.18 Daniel se mit à rire, et retenant le roi pour qu’il n’avançât pas dans l’intérieur, il dit : Voici le pavé ; remarque de qui sont ces traces.19 Le roi dit : Je vois des traces de pieds d’hommes, et de femmes, et de petits enfants. Et le roi fut irrité.20 Il fit alors saisir les prêtres, leurs femmes et leurs enfants, et ils lui montrèrent les petites portes secrètes par où ils entraient pour manger ce qui était sur la table.21 Le roi les fit mettre à mort, et il livra Bel au pouvoir de Daniel, qui le renversa ainsi que son temple.
 
22 Il y avait aussi en ce lieu-là un grand dragon, que les Babyloniens adoraient.23 Et le roi dit à Daniel : Voici, maintenant tu ne peux pas dire que celui-ci n’est pas un dieu vivant ; adore-le donc.24 Daniel dit : J’adore le Seigneur mon Dieu, parce que c’est Lui qui est un Dieu vivant ; mais celui-ci n’est point un Dieu vivant.25 Mais toi, ô roi, donne-moi la permission, et je tuerai ce dragon, sans épée ni bâton. Le roi dit : Je te la donne.26 Daniel prit donc de la poix, de la graisse et des poils ; il fit cuire tout ensemble, et il en fit des masses, qu’il mit dans la gueule du dragon, et le dragon creva. Et Daniel dit : Voilà celui que vous adoriez.
 
27 Lorsque les Babyloniens eurent appris cela, ils s’indignèrent violemment, et, s’étant assemblés contre le roi, ils dirent : Le roi est devenu Juif ; il a renversé Bel, il a tué le dragon et il a fait mourir les prêtres.28 Ils vinrent donc trouver le roi et il lui dirent : Livre-nous Daniel ; autrement nous te tuerons, avec toute ta maison.29 Le roi vit donc qu’ils le pressaient avec violence, et, contraint par la nécessité, il leur livra Daniel.30 Ils le jetèrent dans la fosse aux lions, et il y demeura six jours.31 Or il y avait dans la fosse sept lions, et on leur donnait chaque jour deux corps et deux brebis ; mais on ne leur en donna point alors, afin qu’ils dévorassent Daniel.
 
32 Cependant le prophète Habacuc était en Judée ; il avait fait cuire des aliments, et il avait broyé du pain dans un vase, et il allait aux champs les porter aux moissonneurs.33 Et l’Ange du Seigneur dit à Habacuc : Porte à Babylone le repas que tu as, pour Daniel, qui est dans la fosse aux lions.34 Habacuc dit : Seigneur, je n’ai pas vu Babylone, et je ne connais pas la fosse.35 Alors l’Ange du Seigneur le prit par le haut de la tête et le porta par les cheveux, et il le déposa à Babylone, au-dessus de la fosse, avec l’impétuosité de son esprit.36 Et Habacuc cria en disant : Daniel, serviteur de Dieu, prends le repas que Dieu t’a envoyé.37 Et Daniel dit : Vous Vous êtes souvenu de moi, ô Dieu, et Vous n’avez pas abandonné ceux qui Vous aiment.38 Et, se levant, Daniel mangea. Mais l’Ange du Seigneur remit aussitôt Habacuc au lieu où il l’avait pris.
 
39 Le roi vint, le septième jour, pour pleurer Daniel ; il s’approcha de la fosse et regarda dedans, et voici que Daniel était assis au milieu des lions.40 Et le roi poussa un grand cri et dit : Vous êtes grand, Seigneur, Dieu de Daniel. Et il le fit tirer de la fosse aux lions.41 Puis il fit jeter dans la fosse ceux qui avaient voulu perdre Daniel, et ils furent dévorés devant lui en un moment.42 Alors le roi dit : Que tous les habitants de toute la terre tremblent devant le Dieu de Daniel, car c’est Lui qui est le sauveur, qui fait des prodiges et des merveilles sur la terre, et qui a délivré Daniel de la fosse aux lions.

Bible Fillion


La Sainte Bible commentée d’après la Vulgate (Clémentine) et les textes originaux à l’usage des séminaires et du clergé par l'abbé Louis-Claude Fillion, prêtre de Saint-Sulpice, professeur d’Ecriture Sainte à l’Institut Catholique de Paris, membre de la Commission Biblique Pontificale. Imprimatur : Lugduni, 20 février 1888 † JOSEPH, Arch. Lugd. Edition de 1920 de la librairie Letouzey et Ané - 87, boul. Raspail - rue de vaugirard - Paris. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.