Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Soyez donc fermes, ceignant vos reins de la vérité, et revêtant la cuirasse de la justice,
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Épître de saint Paul aux Philippiens
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilFillionPhilippiens0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Épître de saint Paul aux Philippiens

Chapitre 1

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, ainsi qu’aux évêques et aux diacres.2 Que la grâce et la paix vous soient données par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ !
 
3 Je rends grâces à mon Dieu toutes les fois que je me souviens de vous,4 ne cessant pas, dans toutes mes prières pour vous tous, de prier avec joie5 au sujet de la part que vous avez prise à l’Évangile du Christ depuis le premier jour jusqu’à maintenant ;6 ayant la confiance que Celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la perfectionnera jusqu’au jour du Christ Jésus.7 Et il est juste que j’aie ce sentiment de vous tous, parce que je vous ai dans mon cœur, vous qui, soit dans mes liens, soit dans la défense et l’affermissement de l’Évangile, participez tous à ma joie.8 Car Dieu m’est témoin combien je vous chéris tous dans les entrailles de Jésus-Christ.9 Et ce que je demande, c’est que votre charité abonde de plus en plus en connaissance et en toute intelligence,10 pour apprécier ce qui est meilleur, afin que vous soyez purs et irrépréhensibles pour le jour du Christ,11 étant remplis du fruit de justice par Jésus-Christ, pour la gloire et la louange de Dieu.
 
12 Je veux que vous sachiez, mes frères, que ce qui m’est arrivé a plutôt contribué au progrès de l’Évangile,13 en sorte qu’il est reconnu, dans tout le prétoire et partout ailleurs, que je suis dans les fers pour le Christ,14 et que plusieurs des frères, rassurés dans le Seigneur par mes chaînes, ont redoublé d’assurance pour annoncer sans crainte la parole de Dieu.15 Quelques-uns, il est vrai, prêchent le Christ par un esprit d’envie et de dispute, mais d’autres le font avec des dispositions bienveillantes :16 les uns le font par affection, sachant que j’ai été établi pour la défense de l’Évangile ;17 les autres annoncent le Christ par esprit de parti, avec une intention qui n’est pas pure, avec la pensée de me susciter de l’affliction dans mes liens.18 Qu’importe ? Pourvu que, de quelque manière que ce soit, le Christ soit annoncé, soit par occasion, soit sincèrement, je m’en réjouis et m’en réjouirai encore.19 Car je sais que cela tournera à mon salut, grâce à votre intercession et à l’assistance de l’Esprit de Jésus-Christ,20 selon l’attente et l’espérance où je suis que je ne serai confondu en rien ; mais que, parlant avec toute assurance, je verrai, maintenant comme toujours, le Christ glorifié dans mon corps, soit par ma vie, soit par ma mort.21 Car, pour moi, la vie c’est le Christ, et la mort m’est un gain.
 
22 Mais si vivre dans la chair est utile pour mon œuvre, j’ignore ce que je dois choisir.23 Je suis pressé des deux côtés : j’ai le désir d’être dégagé des liens du corps, et d’être avec le Christ : ce qui est de beaucoup le meilleur ;24 cependant il est nécessaire à cause de vous que je demeure dans la chair.25 Et, dans cette persuasion, je sais que je resterai et que je demeurerai avec vous tous, pour votre avancement et pour la joie de votre foi,26 afin que votre action de grâces abonde en Jésus-Christ à mon sujet, par mon retour auprès de vous.
 
27 Seulement, conduisez-vous d’une manière digne de l’Évangile du Christ, afin que, soit que je vienne vous voir, soit que je demeure absent, j’entende dire de vous que vous demeurez fermes dans un même esprit, combattant tous d’une même âme pour la foi de l’Évangile,28 sans vous laisser effrayer en rien par les adversaires ; ce qui est pour eux un signe de ruine, mais pour vous un signe de salut, et cela de la part de Dieu,29 car Il vous a fait, à vous, la grâce, non seulement de croire au Christ, mais encore de souffrir pour Lui,30 en soutenant le même combat où vous m’avez vu, et où vous apprenez que je suis encore.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Si donc il y a quelque consolation dans le Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque tendresse et quelque compassion,2 rendez ma joie parfaite, en ayant les mêmes pensées, un même amour, une même âme, les mêmes sentiments,3 ne faisant pas esprit de parti ni par vaine gloire, mais vous regardant par humilité comme supérieurs les uns aux autres ;4 ne considérant pas chacun ses propres intérêts, mais ceux des autres.
 
5 Ayez en vous le même sentiment dont était animé Jésus-Christ,6 Lui qui, existant en forme de Dieu, n’a pas cru que ce fût pour Lui une usurpation d’être égal à Dieu ;7 mais Il S’est anéanti Lui-même, en prenant la forme d’un esclave, en devenant semblable aux hommes, et en Se montrant sous l’apparence d’un homme.8 Il S’est humilié Lui-même, Se faisant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.9 C’est pourquoi Dieu L’a exalté, et Lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom,10 afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans le Ciel, sur la terre et dans les enfers,11 et que toute langue confesse que le Seigneur Jésus-Christ est dans la gloire de Dieu le Père.
 
12 Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours été obéissants, ayez soin, non seulement en ma présence, mais beaucoup plus maintenant en mon absence, d’opérer votre salut avec crainte et tremblement.13 Car c’est Dieu qui opère en vous et le vouloir et le faire, selon Son bon plaisir.14 Faites toutes choses sans murmures et sans hésitations,15 afin que vous soyez irrépréhensibles et des enfants de Dieu sincères et sans tache au milieu d’une nation dépravée et perverse, parmi laquelle vous brillez comme des astres dans le monde ;16 portant la parole de vie, en sorte que je puisse me glorifier, au jour du Christ, de n’avoir pas couru en vain, ni travaillé en vain.17 Mais, dussé-je servir de libation pour le sacrifice et l’offrande de votre foi, je m’en réjouis, et je vous en félicite tous.18 Vous aussi, réjouissez-vous, et félicitez-moi.
 
19 J’espère dans le Seigneur Jésus, vous envoyer bientôt Timothée, afin que, moi aussi, je sois encouragé, en apprenant ce qui vous concerne.20 Car je n’ai personne qui partage comme lui mes sentiments, ni qui témoigne du zèle pour vous avec une affection plus sincère.21 Car tous cherchent leurs propres intérêts, non ceux de Jésus-Christ.22 Vous savez qu’il a été mis à l’épreuve, et qu’il s’est mis avec moi au service de l’Évangile, comme un fils avec son père.23 J’espère donc vous l’envoyer, aussitôt que je verrai quelle tournure prendront mes affaires.24 J’ai confiance dans le Seigneur que moi-même j’irai aussi bientôt chez vous.
 
25 Cependant, j’ai estimé nécessaire de vous envoyer Epaphrodite, mon frère, mon collaborateur, et mon compagnon de combat, député par vous pour subvenir à mes besoins.26 Car il désirait vivement vous voir tous ; et il était en peine parce que vous aviez appris qu’il a été malade.27 En effet, il a été malade jusqu’à la mort, mais Dieu a eu pitié de lui ; et non seulement de lui, mais aussi de moi, pour que je n’eusse pas tristesse sur tristesse.28 J’ai donc mis plus d’empressement à l’envoyer, afin qu’en le voyant vous ayez de la joie, et que moi-même je sois sans tristesse.29 Accueillez-le donc avec une joie entière dans le Seigneur, et ayez en honneur de pareils hommes ;30 car, pour l’œuvre du Christ, il s’est approché de la mort, exposant sa vie pour suppléer aux services que vous ne pouviez vous-mêmes me rendre.

Chapitre 3

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 Au reste, mes frères, réjouissez-vous dans le Seigneur. Vous écrire les mêmes choses ne m’est pas pénible, et cela est avantageux pour vous.2 Prenez garde aux chiens, prenez garde aux mauvais ouvriers, prenez garde aux faux circoncis.3 Car c’est nous qui sommes les vrais circoncis, nous qui servons Dieu en esprit, et qui nous glorifions en Jésus-Christ, et qui ne mettons pas notre confiance dans la chair.4 Ce n’est pas que je ne puisse aussi mettre ma confiance dans la chair. Si un autre croit pouvoir se confier dans la chair, je le puis bien davantage, moi,5 circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, né Hébreu et d’Hébreux ; pour ce qui est de la loi, pharisien ;6 pour ce qui est du zèle, persécuteur de l’Église ; pour ce qui est de la justice de la loi, ayant été irréprochable.7 Mais les choses qui avaient été pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte à cause du Christ.8 Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour Lequel j’ai renoncé à toutes choses, les regardant comme des ordures, afin de gagner le Christ,9 et d’être trouvé en Lui, ayant, non pas ma justice, celle qui vient de la loi, mais celle qui vient de la foi au Christ Jésus, la justice qui vient de Dieu moyennant la foi,10 afin de Le connaître, Lui et la vertu de Sa résurrection, et la participation à Ses souffrances, en devenant conforme à Sa mort.11 Pour parvenir, si je le puis, à la résurrection d’entre les morts.
 
12 Ce n’est pas que j’aie déjà reçu le prix, ou que je sois déjà parfait ; mais je le poursuis pour tâcher de le saisir, puisque j’ai été saisi moi-même par le Christ Jésus.13 Mes frères, je ne pense pas l’avoir atteint. Mais je fais une chose, oubliant ce qui est en arrière, et me portant vers ce qui est en avant,14 Je cours vers le but, vers le prix auquel Dieu nous a appelés d’en haut dans le Christ Jésus.15 Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons ce sentiment ; et si en quelque point vous pensez autrement, Dieu vous éclairera aussi là-dessus.16 Seulement, au point où nous sommes parvenus, ayons les mêmes sentiments et demeurons dans la même règle.
 
17 Mes frères, soyez mes imitateurs, et regardez ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous.18 Car il y en a beaucoup, dont je vous ai souvent parlé, et dont je vous parle encore maintenant avec larmes, qui marchent en ennemis de la Croix du Christ.19 Leur fin sera la perdition ; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui est leur honte, et leurs pensées sont pour la terre.20 Quant à nous, notre vie est dans le Ciel, d’où nous attendons comme sauveur notre Seigneur Jésus-Christ,21 qui transformera notre corps d’humiliation, en le rendant semblable à Son corps glorieux, par le pouvoir qu’Il a de S’assujettir toutes choses.

Chapitre 4

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
1 C’est pourquoi, mes frères très aimés et très désirés, qui êtes ma joie et ma couronne, demeurez ainsi fermes dans le Seigneur, mes bien-aimés.
 
2 Je prie Evodie, et je conjure Syntiché, d’avoir les mêmes sentiments dans le Seigneur.3 Et toi aussi, mon fidèle collègue, je te prie de les assister, elles qui ont travaillé avec moi pour l’Évangile, avec Clément et mes autres collaborateurs, dont les noms sont dans le livre de vie.
 
4 Réjouissez-vous dans le Seigneur, en tout temps ; je le répète, réjouissez-vous.5 Que votre modestie soit connue de tous les hommes ; le Seigneur est proche.6 Ne vous inquiétez de rien ; mais, en toute chose, faites connaître vos demandes à Dieu par la prière et la supplication, accompagnées d’actions de grâces ;7 et que la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, garde vos cœurs et vos esprits dans le Christ Jésus !
 
8 Au reste, frères, tout ce qui est vrai, tout ce qui est pudique, tout ce qui est juste, tout ce qui est saint, tout ce qui est aimable, tout ce qui est de bonne réputation, ce qui est vertueux, ce qui est louable dans le règlement des mœurs, que ce soit l’objet de vos pensées.9 Ce que vous avez appris, et reçu, et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le, et le Dieu de paix sera avec vous.
 
10 Je me suis grandement réjoui dans le Seigneur de ce qu’enfin vos sentiments pour moi ont de nouveau fleuri ; vous les aviez toujours, mais l’occasion vous manquait.11 Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela ; car j’ai appris à me contenter de l’état où je me trouve.12 Je sais être dans l’humiliation, je sais aussi vivre dans l’abondance ; j’ai été instruit par tout et en tout, à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à souffrir l’indigence.13 Je puis tout en Celui qui me fortifie.14 Cependant vous avez bien fait de prendre part à ma tribulation.
 
15 Vous savez aussi, vous Philippiens, qu’au commencement de la prédication de l’Évangile, lorsque je quittai la Macédoine, nulle autre Église, si ce n’est la vôtre, ne se mit en rapport avec moi pour donner et pour recevoir,16 car, à Thessalonique, par deux fois, vous m’avez envoyé de quoi pourvoir à mes besoins.17 Ce n’est pas que je recherche les dons ; mais je recherche un fruit abondant pour votre compte.18 J’ai tout reçu, et je suis dans l’abondance ; je suis comblé, ayant reçu d’Epaphrodite ce que vous avez envoyé, parfum de suavité, sacrifice que Dieu accepte et qui Lui est agréable.19 Que mon Dieu pourvoie à tous vos besoins selon Ses richesses, avec gloire, dans le Christ Jésus.20 A notre Dieu et Père, gloire dans les siècles des siècles. Amen.
 
21 Saluez tous les saints dans le Christ Jésus.22 Les frères qui sont avec moi vous saluent. Tous les saints vous saluent, et principalement ceux qui sont de la maison de César.
 
23 Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit ! Amen.

Bible Fillion


La Sainte Bible commentée d’après la Vulgate (Clémentine) et les textes originaux à l’usage des séminaires et du clergé par l'abbé Louis-Claude Fillion, prêtre de Saint-Sulpice, professeur d’Ecriture Sainte à l’Institut Catholique de Paris, membre de la Commission Biblique Pontificale. Imprimatur : Lugduni, 20 février 1888 † JOSEPH, Arch. Lugd. Edition de 1920 de la librairie Letouzey et Ané - 87, boul. Raspail - rue de vaugirard - Paris. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.