Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Et ses justices, ils ne les ont pas connues, et ils n'ont pas marché dans les voies des commandements de Dieu, et ils ne sont pas entrés avec justice dans les sentiers de sa vérité.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & Vigouroux2 Machabées > Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Introduction

Le second livre des Machabées n’est pas la suite du premier : c’est une œuvre complète en soi et indépendante, quoique racontant en partie les mêmes événements. Elle se divise en deux parties très distinctes, de nature diverse et d’inégale longueur, mais tendant l’une et l’autre au même but. La première, du chapitre 1 au chapitre 2, verset 19, est un simple recueil de documents ; elle contient deux lettres adressées : 1° par les habitants de Jérusalem aux Juifs d’Egypte, pour les inviter à la fête des Tabernacles, chapitre 1, versets 1 à 10a ; 2° par le sanhédrin à Aristobule, précepteur de Ptolémée VI, et aux Juifs d’Egypte pour leur annoncer la mort d’Antiochus III le Grand et quelques autres événements importants ; elle se termine par une invitation à participer à la fête des Tabernacles, du chapitre 1, verset 10b au chapitre 2, verset 19.
2° La seconde partie est l’histoire proprement dite. Après une préface, chapitre 2, versets 20 à 33, dans laquelle il indique qu’il va résumer les cinq livres de Jason de Cyrène, l’auteur raconte en deux sections, voir chapitre 2, verset 23 : 1° les événements de l’histoire juive qui se sont accomplis sous le règne d’Antiochus Epiphane et en particulier ses persécutions, du chapitre 3 au chapitre 10, verset 9 ; 2° les événements qui se rapportent au règne d’Antiochus Eupator, du chapitre 10, verset 10 au chapitre 15. Chacune des deux sections se termine par la mention de l’institution d’une fête, chapitre 10, verset 6 et chapitre 15, versets 36 et 37. Ce livre embrasse une période de quinze ans, de 175 à 161 avant Jésus-Christ, c’est-à-dire de la dernière année ou à peu près de Séleucus IV, mort en 175, à la mort de Nicanor en 161.
Il a été écrit en grec, comme l’atteste saint Jérôme. A part quelques hébraïsmes que l’on rencontre chez tous les écrivains juifs qui ont rédigé leurs ouvrages en grec, le style est pur et, pour le fond, semblable à celui des écrivains profanes du dernier siècle avant Jésus-Christ. La phrase est arrondie, coulante et riche en locutions véritablement grecques.
Des réflexions dont l’auteur parsème son récit, il résulte qu’il n’écrit pas seulement pour raconter, mais aussi pour instruire et édifier. Les deux lettres qu’il rapporte en commençant, dans sa première partie, n’ont pas uniquement pour but de donner une première vue d’ensemble sur les événements qu’il rapportera ensuite plus au long, mais aussi d’exciter les Juifs à la célébration des fêtes religieuses et à l’assistance aux sacrifices offerts en l’honneur de Dieu dans le temple. Faire ressortir la sainteté de la maison du Seigneur est une des choses qu’il a le plus à cœur et comme le but principal de son œuvre ; il exalte le temple par toutes sortes d’épithètes ; il montre les étrangers lui rendant honneur ; il raconte tous les traits qui peuvent en rehausser la gloire et l’éclat ; les deux fêtes instituées par Judas Machabée, en mémoire de la purification du temple et de la victoire sur Nicanor qui avait insulté la maison de Dieu, sont comme le pivot de son récit, car chacune de ses deux parties se termine par la mention de ces jours commémoratifs ; il conclut même son ouvrage, après avoir parlé de la dernière, sans nous faire connaître la fin de Judas. A une époque où les Juifs étaient dispersés partout, il était d’une extrême importance, pour la conservation de leur religion, qu’ils n’oubliassent point la sainteté du temple, qu’ils n’en érigeassent point à l’étranger et qu’ils contractassent l’habitude du pèlerinage à Jérusalem.
L’auteur était un Juif helléniste, qui avait vécu ou vivait à Jérusalem, mais il est d’ailleurs complètement inconnu.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.