Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
C'est, à la vérité, le plus petit de tous les grains ; mais lorsqu'il a crû, il est plus grand que toutes les plantes, et il devient un arbre; de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses rameaux.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Livre des lamentations de Jérémie
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxLamentations0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Livre des lamentations de Jérémie

Chapitre 1

 | 
 | 
Chap. : 
Jérémie déplore la désolation de Jérusalem, et annonce les vengeances de Jérusalem contre ceux qui se réjouissent du malheur de cette ville.
(a) Après qu’Israël eut été mené en captivité, et que Jérusalem fut demeurée déserte, le prophète Jérémie s’assit, et, pleurant, il fit ces lamentations sur Jérusalem, soupirant avec amertume, et disant avec de grands cris :
1 ALEPH.
Comment est-elle assise solitaire, la ville pleine de peuple ? elle est devenue comme veuve, la maîtresse des nations ; la reine des provinces a été assujettie au tribut.
Note Lm. 1,1 : Le 1er verset donne le ton de tout le morceau. La pensée qui frappe l’esprit du prophète, c’est la solitude dans laquelle il se trouve. La princesse, la maîtresse des nations, est maintenant assise solitaire, comme la Judæa capta qu’on voit plus tard sur les médailles romaines. (Voir l’Appendice). Ses enfants lui ont été enlevés et elle est plongée dans la plus profonde misère.
2 BETH.
Pleurant, elle a pleuré pendant la nuit, et ses larmes coulent sur ses joues ; et il n'est personne qui la console, parmi ceux qui lui étaient chers ; tous ses amis l'ont méprisée et sont devenus ses ennemis.
Note Lm. 1,2 : Voir Jérémie, 13, 17. ― Pleurant, elle a pleuré ; hébraïsme, pour elle a beaucoup pleuré.
 
3 GHIMEL.
Juda a émigré à cause de son affliction et de la grandeur de son esclavage : il a habité parmi les nations, et n'a pas trouvé de repos : ses persécuteurs l'ont saisi dans ses angoisses.
 
4 DALETH.
Les voies de Sion sont en deuil, de ce qu'il n'y a personne qui vienne pour une solennité; toutes ses portes sont détruites; ses prêtres gémissent, ses vierges sont défigurées; elle-même est plongée dans l'amertume.
 
5 HÉ.
Ses ennemis sont devenus maîtres, ses adversaires se sont enrichis, parce que le Seigneur a parlé contre elle à cause de la multitude de ses iniquités; ses petits enfants ont été emmenés en captivité devant la face de celui qui les tourmentait.
Note Lm. 1,5 : Devenus maîtres ; littéralement en tête (in capite).
 
6 VAU.
Toute la beauté de la fille de Sion s'est retirée d'elle; ses princes sont devenus comme des béliers ne trouvant pas de pâturages; ils s'en sont allés sans force devant la face de celui qui les poursuivait.
 
7 ZAIN.
Jérusalem s'est souvenue des jours de son affliction, et de la prévarication de toutes les choses précieuses qu'elle avait eues dès les jours anciens, lorsque son peuple tombait sous une main ennemie et qu'il n'avait pas de défenseur; ses ennemis l'ont vue, et ils se sont moqués de ses sabbats.
Note Lm. 1,7 : Sabbats ; nom que les Hébreux donnaient à toutes les fêtes en général, à cause du repos qu’on y observait ; le mot sabbat signifie en effet repos. On sait que les païens reprochaient ordinairement aux Juifs de faire de cette inaction, de cette paresse, comme ils l’appelaient, une partie de leur religion.
 
Lamentations 1, 8 : Deuil de Jérusalem après sa ruine - Gravure de Gustave Doré
Lamentations 1, 8 : Deuil de Jérusalem après sa ruine - Gravure de Gustave Doré
8 HETH.
Elle a beaucoup péché, Jérusalem; à cause de cela elle est devenue errante; tous ceux qui l'honoraient l'ont méprisée, parce qu'ils ont vu son ignominie; aussi elle-même gémissant a tourné son visage en arrière.
 
9 THETH.
Ses souillures ont paru sur ses pieds, et elle ne s'est pas souvenue de sa fin; elle a été prodigieusement abaissée, n'ayant pas de consolateur; voyez, Seigneur, mon affliction, parce que l'ennemi s'est élevé.
 
10 JOD.
L'ennemi a porté la main sur toutes ses choses précieuses; et elle a vu des nations entrer dans son sanctuaire, nations au sujet desquelles vous aviez ordonné quelles n'entreraient pas dans votre assemblée.
Note Lm. 1,10 : L’ennemi a porté, etc. Jérémie parle ici de ce qui arriva à la prise de Jérusalem, lorsque les soldats chaldéens portèrent leurs mains sacrilèges jusque dans le sanctuaire (voir Lamentations de Jérémie, 2, 7).
 
11 CAPH.
Tout son peuple est gémissant et cherchant du pain; ils ont donné toutes leurs choses précieuses pour une nourriture qui ranimât leur âme. Voyez, Seigneur, et considérez combien je suis avilie.
Note Lm. 1,11 : Leur âme ; hébraïsme pour leur personne.
 
12 LAMED.
Ô vous tous qui passez par la voie, prêtez attention, et voyez s'il est une douleur comme ma douleur; parce que le Seigneur, comme il l'a dit, m'a vendangée au jour de la colère de sa fureur.
Note Lm. 1,12 : M’a vendangée ; m’a traitée comme une vigne vendangée, où on n’a rien laissé. ― La colère de sa fureur. Voir Jérémie, 4, 8.
 
13 MEM.
D'en haut il a envoyé un feu dans mes os, et il m'a châtiée ; il a tendu un fil à mes pieds, et il m'a fait tomber en arrière, il m'a rendue désolée, accablée de chagrin tout le jour
 
14 NUN.
Le joug de mes iniquités s'est éveillé ; elles ont été roulées dans sa main, et imposées sur mon cou ; ma force s'est affaiblie ; le Seigneur m'a livrée à une main dont je ne pourrai sortir.
 
15 SAMECH.
Le Seigneur a enlevé du milieu de moi tous mes hommes illustres; il a appelé contre moi le temps afin de briser mes élus; le Seigneur a foulé le pressoir pour la vierge fille de Juda.
Note Lm. 1,15 : Mes élus ; mes soldats choisis, d’élite. ― Le Seigneur a foulé le pressoir ; pour en faire couler le vin de sa colère. Comparer à Isaïe, 63, 2-3 ; Joël, 3, 13 ; Apocalypse, 14, 19-20 ; 19, 15. ― Pour la vierge, etc. ; pour enivrer la vierge, etc. C’est le peuple de Juda, dans ce passage comme dans bien d’autres, qui est désigné sous le nom d’une vierge et d’une fille.
 
16 AIN.
C'est pour cela que moi je pleure, et que mon œil a fait couler des eaux ; parce qu'il s'est éloigné de moi, le consolateur qui devait faire revenir mon âme ; mes fils sont perdus, parce que l'ennemi est devenu le plus fort.
Note Lm. 1,16 : Voir Jérémie, 14, 17. ― Qui devait faire revenir mon âme (convertens animam meam) ; lorsque la tristesse lui faisait abandonner mon corps ; qui devait me redonner la vie.
 
17 PHÉ.
Sion a étendu ses mains, il n'y a personne qui la console; le Seigneur a appelé de tous côtés contre Jacob ses ennemis; Jérusalem est devenue au milieu d'eux comme une femme souillée par ses mois.
 
18 SADÉ.
Le Seigneur est juste, parce que j'ai provoqué sa bouche au courroux; écoutez, je vous en conjure, vous tous, peuples, et voyez ma douleur; mes vierges et mes jeunes hommes sont allés en captivité.
Note Lm. 1,18 : Le Seigneur est juste ; dans les maux dont il m’a affligé. ― Parce que j’ai provoqué ; dans l’hébreu, je me suis révoltée, j’ai été rebelle. ― Sa bouche ; pour ce qui est sorti de sa bouche, sa parole, ses ordres, son commandement ; métonymie dont on a déjà pu remarquer plus d’un exemple.
 
19 COPH.
J'ai appelé mes amis et ils m'ont trompée; mes prêtres et mes vieillards ont été consumés dans la ville, lorsqu'ils ont cherché de la nourriture pour ranimer leur âme.
 
20 RES.
Voyez, Seigneur, que je suis dans la tribulation ; mes entrailles sont émues ; mon cœur est bouleversé au dedans de moi, parce que je suis remplie d'amertume; au dehors le glaive tue; au dedans, c'est de même la mort.
Note Lm. 1,20 : Au-dehors, etc. Hors de la ville, dans le pays, les Juifs étaient tués par les Chaldéens ; dans la ville ils mouraient par la famine et la peste.
 
21 SIN.
Ils ont appris que je gémis, et qu'il n'y a personne qui me console; tous mes ennemis ont appris mon malheur; ils se sont réjouis, parce que c'est vous qui l'avez fait; vous amènerez le jour de ma consolation, et ils seront semblables à moi.
 
22 THAU.
Que tout le mal qu'ils ont fait vienne devant vous; et vendangez-les, comme vous m'avez vendangée à cause de toutes mes iniquités; car mes gémissements sont nombreux, et mon cœur est triste.
Note Lm. 1,22 : Vendangez-les. Voir, pour le sens de cette expression, le verset 12.

Chapitre 2

 | 
 | 
Chap. : 
Jérémie continue de déplorer la désolation de Jérusalem.
Il exhorte Sion à gémir sans cesse et à exposer au Seigneur son affliction.
1 ALEPH.
Comment le Seigneur a-t-il couvert de ténèbres, dans sa fureur, la fille de Sion? il a jeté du ciel sur la terre l'illustre Israël, et il ne s'est pas souvenu de l'escabeau de ses pieds au jour de sa fureur.
Note Lm. 2,1-22 : La seconde élégie peint surtout la destruction de la cité sainte et du temple, comme la première avait peint sa solitude actuelle. Elle remonte de l’effet à la cause.
Note Lm. 2,1 : Les ténèbres, l’obscurité ; signifient souvent, dans la Bible, les malheurs, les calamités, une grande affliction. ― L’escabeau de ses pieds ; c’est-à-dire son arche d’alliance, sont temple.
 
2 BETH.
Le Seigneur a. tout renversé, il n'a épargné aucune des magnificences de Jacob ; il a détruit dans sa fureur les fortifications de la vierge de Juda, il les a jetées par terre; il a souillé son royaume et ses princes.
Note Lm. 2,2 : Il n’a épargné aucune ; littéralement et par hébraïsme, il n’a pas épargné toutes.
 
3 GHIMEL.
Il a brisé dans la colère de sa fureur toute la corne d'Israël; il a retiré en arrière sa droite de la face de l'ennemi, et il a allumé dans Jacob comme le feu d'une flamme dévorante tout autour.
Note Lm. 2,3 : La colère de sa fureur. Voir Jérémie, 4, 8. ― La corne ; la force, la puissance.
 
4 DALETH.
Il a tendu son arc comme un adversaire; il a affermi sa droite comme un ennemi, et il a tué tout ce qui était beau à voir dans le tabernacle de la fille de Sion : il a répandu, comme un feu, son indignation,
 
5 BÉ.
Le Seigneur est devenu comme un ennemi : il a renversé Israël, il a renversé toutes ses murailles, il a détruit ses fortifications, et il a rempli dans la fille de Juda l'homme et la femme d'humiliation.
 
6 VAU.
Il a détruit comme un jardin sa tente; il a renversé sa tente; le Seigneur a livré à l'oubli dans Sion la fête et le sabbat, et à l'opprobre et à l'indignation de sa fureur le roi et le prêtre.
Note Lm. 2,6 : Sa tente ; sa demeure, c’est-à-dire son tabernacle, son temple.
 
7 ZAIN.
Le Seigneur a rejeté son autel, il a maudit sa sanctification ; il a livré à la main de l'ennemi les murs de ses tours ; ils ont élevé la voix dans la maison du Seigneur, comme dans un jour solennel.
Note Lm. 2,7 : Sa sanctification ; le lieu qu’il s’est consacré, son sanctuaire.
 
8 HETH.
Le Seigneur a résolu de détruire le mur de la fille de Sion ; il a tendu son cordeau, et il n'a pas détourné sa main de la perdition ; l'avant-mur a gémi, et le mur a été pareillement détruit.
Note Lm. 2,8 : L’avant-mur a gémi ; la petite muraille qui était placée devant le rempart est tombée.
 
9 THETH.
Ses portes ont été enfoncées dans la terre : il a ruiné et brisé ses verrous; son roi et ses princes, il les a dispersés parmi les nations; il n'y a pas de loi, et ses prophètes n'ont pas trouvé de vision venant du Seigneur.
Note Lm. 2,9 : N’ont pas trouvé ; n’ont pas reçu. ― Vision prophétique.
 
10 JOD.
Ils se sont assis sur la terre, ils se sont tus, les vieillards de la fille de Sion; ils ont couvert de cendre leurs têtes; ils se sont ceints de cilices; les vierges de Jérusalem ont baissé leurs têtes vers la terre.
Note Lm. 2,10 : Signes de deuil et de désolation.
 
11 CAPH.
Mes yeux ont défailli à force de larmes, mes entrailles ont été émues; mon foie s'est répandu sur la terre, à cause de la destruction de la fille de mon peuple, lorsque défaillaient le petit enfant, et l'enfant à la mamelle, sur les places de la ville.
Note Lm. 2,11 : Mon foie, etc. ; hyperbole, pour marquer une grande douleur. Comparer à Job, 16, 14.
 
12 LAMED.
Ils ont dit à leurs mères : Où sont le blé et le vin? lorsqu'ils tombaient comme des blessés sur les places de la cité; lorsqu'ils exhalaient leurs âmes sur le sein de leurs mères.
Note Lm. 2,12 : Où sont le blé et le vin. Les enfants, pendant le siège, meurent de faim ; ils demandent à leurs mères de la nourriture et elles ne peuvent leur en donner.
 
13 MEM.
A qui te comparerai-je? ou à qui t'assimilerai-je, fille de Jérusalem? à qui t'égalerai-je, pour te consoler, vierge fille de Sion ? car grande est comme la mer ta ruine ; qui t'apportera du remède?
Note Lm. 2,13 : Pour te consoler ; littéralement et par hébraïsme, et je consolerai.
 
14 NUN.
Tes prophètes ont vu pour toi des choses fausses et insensées ; ils ne te découvraient pas ton iniquité pour t'exciter à la pénitence ; ils ont vu pour toi des prophéties de malheur fausses, et pour tes ennemis l'expulsion de la Judée.
Note Lm. 2,14 : Ont vu pour toi, etc. ; ont eu pour toi des visions, etc. ― Prophéties du malheur. C’est la vraie signification du terme hébreu masçoth que la Vulgate a rendu ici par assumptiones, et ailleurs par onera, littéralement, charges, fardeaux, et au figuré malheurs accablants. Voir Isaïe, 13, 1. Le sens de ce passage est donc : Tes prophètes t’ont trompée en te présentant comme fausses les prophéties qui t’annonçaient des malheurs, en te prédisant que tes ennemis seraient chassés de la Judée.
 
15 SAMECH.
Ils ont frappé des mains à ton sujet, tous ceux qui passaient par la voie ; ils ont sifflé et secoué la tête sur la fille de Jérusalem : Est-ce là, disaient-ils, cette ville d'une parfaite beauté, la joie de toute la terre ?
 
16 PHÉ.
Ils ont ouvert la bouche contre toi, tous tes ennemis; ils ont sifflé, et ils ont grincé des dents, et ils ont dit : Nous la dévorerons; voici, c'est le jour que nous attendions; nous Savons trouvé, nous l'avons vu.
Note Lm. 2,16 : Ce verset commence par Phé, et le suivant par Aïn, contrairement à l’ordre alphabétique. Cette inversion, qui se remarque aussi dans les deux chapitres suivants, vient probablement de ce que quelque écrivain, voyant que le verset Phé se liait mieux par le sens que le verset Aïn, à celui qui commence par Samech, a cru pouvoir se permettre ce déplacement.
 
17 AIN.
Le Seigneur a fait ce qu'il a résolu; il a accompli la parole qu'il avait décrétée dès les jours anciens; il a détruit, et il n'a pas épargné; il a réjoui ton adversaire à ton sujet, et il a exalté la corne de tes ennemis.
Note Lm. 2,17 : Voir Lévitique, 26, 14 ; Deutéronome, 28, 15. ― Adversaires, ennemis ; ces deux mots réunis expriment des ennemis de toute espèce. Rien n’est plus commun dans les langues orientales que l’agglomération de plusieurs termes qui ont à peu près la même signification, pour donner à l’expression plus de force et d’énergie.
 
18 SADÉ.
Leur cœur a crié vers le Seigneur sur les murs de la fille de Sion : Fais couler comme un torrent de larmes pendant le jour et pendant la nuit; ne te donne pas de repos, et que la prunelle de ton œil ne se taise pas.
 
19 COPH.
Lève-toi, loue le Seigneur pendant la nuit, au commencement des veilles : répands, comme l'eau, ton cœur, en la présence du Seigneur; lève vers lui tes mains pour l'âme de tes petits enfants qui ont défailli parla faim, à la tête de tous les carrefours.
 
20 RES.
Voyez, Seigneur, et considérez qui vous avez vendangé ainsi : les mères mangeront-elles donc leur fruit, des petits enfants de la hauteur d'un palme? est-ce qu'on tuera dans le sanctuaire du Seigneurie prêtre et le prophète?
 
21 SIN.
L'enfant et le vieillard ont été étendus dehors sur la terre; mes vierges et mes jeunes hommes sont tombés sous le glaive; vous avez tué au jour de votre fureur; vous avez frappé et vous n'avez pas eu de pitié.
 
22 THAU.
Vous avez appelé comme à un jour solennel mes ennemis, pour m'épouvanter de toutes parts ; et il n'y a eu personne dans le jour de la fureur du Seigneur, qui ait échappé, et qui ait été laissé ; ceux que j'ai élevés et nourris, mon ennemi les a consumés.

Chapitre 3

 | 
 | 
Chap. : 
Jérémie déplore sa propre misère.
Il exhorte les enfants de Juda à retourner au Seigneur.
Il expose au Seigneur ses souffrances, et annonce la ruine de ses enfants.
1 ALEPH.
Je suis un homme voyant ma misère sous la verge de son indignation.
Note Lm. 3,1-66 : Le chapitre 3 s’occupe principalement, quoique non exclusivement, de la désolation du Prophète lui-même.
Note Lm. 3,1 : Son indignation ; l’indignation du Seigneur.
2 ALEPH.
Il m'a conduit et amené dans les ténèbres et non à la lumière.
3 ALEPH.
C'est seulement contre moi qu'il tourne et retourne sa main durant tout le jour.
 
4 BETH.
Il a fait vieillir ma peau et ma chair, il a brisé mes os.
5 BETH.
Il a bâti autour de moi, et il m'a environné de fiel et de peine.
Note Lm. 3,5 : Il a bâti autour de moi comme pour m’assiéger, il m’a environné et abreuvé d’amertume.
6 BETH.
Il m'a mis dans des lieux ténébreux comme les morts éternels.
Note Lm. 3,6 : Des lieux ténébreux ; la prison où il fut mis pendant le siège de Jérusalem (voir Jérémie, 38, 6-7). ― Les morts éternels ; ceux qui sont réellement dans le tombeau. Comparer à Psaumes, 48, 12 (?) ; 142, 3.
 
7 GHIMEL.
Il a bâti autour de moi, afin que je ne sorte pas; il a appesanti mes fers aux pieds.
8 GHIMEL.
Mais lors même que je crierais et que je prierais, il a repoussé ma prière.
9 GHIMEL.
Il a fermé mes voies avec des pierres de taille, il a détruit mes sentiers.
Note Lm. 3,9 : Il a fermé mes voies avec des pierres de taille ; il m’a barré le chemin par un mur et m’a ainsi empêché de fuir et de me mettre en sureté.
 
10 DALETH.
Il est devenu pour moi un ours en embuscade, un lion dans des lieux cachés.
11 DALETH.
Il a détruit mes sentiers et il m'a brisé, il m'a mis dans la désolation.
12 DALETH.
Il a tendu son arc, il m'a fait comme le but de ses flèches.
 
13 HÉ.
Il a lancé dans mes reins les filles de son carquois.
Note Lm. 3,13 : Les filles de son carquois ; ses flèches.
14 HÉ.
Je suis devenu la raillerie de tout mon peuple, leur chanson durant tout le jour.
15 HÉ.
Il m'a rempli d'amertume, il m'a enivré d'absinthe.
Note Lm. 3,15 : Il m’a enivré d’absinthe. Voir Proverbes, 5, 4.
 
16 VAU.
Et il a brisé toutes mes dents, il m'a nourri de cendre.
17 VAU.
Et mon âme a été éloignée de la paix, et j'ai oublié le bonheur.
18 VAU.
Et j'ai dit : Elle a péri, ma fin, et ce que j'espérais du Seigneur.
Note Lm. 3,18 : Elle a péri, ma fin (periit finis meus) ; ma fin est consommée, c’en est fait de moi ; ou bien, la fin de mes maux n’aura jamais lieu.
 
19 ZAIN.
Souvenez-vous de ma pauvreté, et de l'excès commis contre moi, de l'absinthe et du fiel.
Note Lm. 3,19 : L’excès commis contre moi ; la persécution que je souffre ; c’est le vrai sens de l’expression de la Vulgate transgressionis meæ, expliqué par le texte original, les pronoms possessifs ayant en hébreu la signification passive aussi bien que la signification active. Les Septante portent aussi, ma persécution.
20 ZAIN.
J'en conserverai toujours la mémoire, et mon âme séchera en moi de douleur.
Note Lm. 3,20 : J’en conserverai toujours la mémoire ; littéralement et par hébraïsme, par la mémoire, je me remémorerai.
21 ZAIN.
Je repasserai ces choses dans mon cœur, c'est pourquoi j'espérerai.
 
22 HETH.
C'est grâce aux miséricordes du Seigneur que nous n'avons pas été consumés; c'est parce que ses bontés n'ont pas fait défaut.
23 HETH.
Elles se renouvellent au point du jour; votre fidélité est grande.
Note Lm. 3,23 : Elles ; les bontés du Seigneur, mentionnées au verset précédent. ― Se renouvellent ; littéralement sont nouvelles. Le latin porte nouveaux (novi), parce qu’en hébreu le mot bonté (hésed) est du masculin, et que l’auteur de la Vulgate se conforme quelquefois à la concordance hébraïque. ― Au point du jour (diluculo) ; c’est-à-dire avec promptitude, avec empressement. ― Votre fidélité dans vos promesses ; c’est le sens du texte original.
24 THETH.
Mon partage est le Seigneur, a dit mon âme; à cause de cela je l'attendrai.
 
25 THETH.
Le Seigneur est bon à ceux qui espèrent en lui, à l'âme qui le recherche.
26 THETH.
Il est bon d'attendre en silence le salut de Dieu.
27 THETH.
Il est bon à l'homme de porter un joug dès sa jeunesse.
 
28 JOD.
Il s'assiéra solitaire, et il se taira, parce qu'il a mis ce joug sur lui.
29 JOD.
Il mettra sa bouche dans la poussière, pourvoir si par hasard il y a espérance.
Note Lm. 3,29 : Il mettra, etc. ; il se prosternera le visage contre terre.
30 JOD.
Il tendra la joue à celui qui le frappera, il sera rassasié d'opprobres.
 
31 CAPH.
Parce que le Seigneur ne rejettera pas toujours;
32 CAPH.
Parce que s'il a rejeté, il aura aussi pitié selon la multitude de ses miséricordes.
33 CAPH.
Car il n'a pas humilié d'après son cœur, il n'a pas rejeté les fils des hommes,
Note Lm. 3,33 : D’après son cœur. Ce n’est pas de son gré que Dieu châtie les hommes; il y est forcé par leurs péchés. Comparer à Ezéchiel, 18, vv. 23, 32 ; 33, 11.
 
34 LAMED.
Afin de fouler sous ses pieds tous les captifs de la terre,
35 LAMED.
Afin de faire incliner le droit de l'homme devant la face du Très-Haut.
36 LAMED.
Perdre un homme dans son jugement, le Seigneur ne le sait pas.
 
37 MEM.
Qui est celui qui a dit qu'une chose se fît, le Seigneur ne l'ayant pas commandé?
Note Lm. 3,37 : Voir Amos, 3, 6. ― Qui a dit, etc. ; qui oserait dire qu’une chose est arrivée sans l’ordre du Seigneur ?
38 MEM.
De la bouche du Très-Haut, les maux et les biens ne sortiront-ils pas?
39 MEM.
Pourquoi a murmuré l'homme vivant, l'homme, de la punition de ses péchés?
Note Lm. 3,39 : La punition, etc. Souvent dans l’Ecriture le péché est mis pour la peine, le châtiment du péché.
 
40 NUN.
Scrutons nos voies, interrogeons-les, et retournons au Seigneur.
41 NUN.
Elevons nos cœurs avec nos mains vers le Seigneur qui est dans les cieux.
42 NUN.
Nous, nous avons iniquement agi, et au courroux nous vous avons provoqué, c'est pour cela que vous êtes inexorable.
 
43 SAMECH.
Vous vous êtes enveloppé dans votre fureur, et vous nous avez frappés; vous avez tué et vous n'avez pas épargné.
44 SAMECH.
Vous avez mis une nuée devant vous, afin que la prière ne passe pas.
45 SAMECH.
Comme une plante arrachée et rejetée, vous m'avez mis au milieu des peuples.
 
46 PHÉ.
Tous nos ennemis ont ouvert la bouche contre nous.
Note Lm. 3,46 : Contrairement à l’ordre alphabétique, le mot Phé est mis avant Aïn (voir verset 49). Voir Lamentations de Jérémie, 2, 16.
47 PHÉ.
La prophétie nous est devenue effroi, lacs et ruine.
48 PHÉ.
Mon œil a fait couler des courants d'eaux sur la ruine de la fille de mon peuple.
 
49 AIN.
Mon œil s'est affligé, et ne s'est pas tu, de ce qu'il n'y avait point de repos,
50 AIN.
Jusqu'à ce que le Seigneur regardât et vît des cieux.
51 AIN.
Mon œil a tourmenté mon âme à cause de toutes les filles de ma ville.
Note Lm. 3,51 : A tourmenté ; maltraité ; sens qui paraît être celui de l’hébreu, et auquel peut être ramené le deprædatus est de la Vulgate. ― Les filles de ma ville ; c’est-à-dire les vierges de Jérusalem (voir Lamentations de Jérémie, 1, vv. 4, 18 ; 2, vv. 10, 21), ou bien les villes de Juda dont Jérusalem était comme la mère.
 
52 SADÉ.
Ils m'ont pris à la chasse comme un oiseau, mes ennemis, sans sujet.
53 SADÉ.
Ma vie est tombée dans la fosse, et ils ont posé une pierre sur moi.
Note Lm. 3,53 : Ma vie, etc. Je suis tombé tout vivant dans une fosse, et l’on a fermé l’orifice avec une pierre pour que ne puisse pas être sauvé.
54 SADÉ.
Des eaux se sont débordées sur ma tête; j'ai dit : Je suis perdu.
 
55 COPH.
J'ai invoqué votre nom, Seigneur, du lac le plus profond.
56 COPH.
Vous avez entendu ma voix ; ne détournez pas votre oreille de mes sanglots et de mes cris.
57 COPH.
Vous vous êtes approché de moi un jour, quand je vous ai invoqué; vous avez dit : Ne crains pas.
 
58 RES.
Vous avez jugé, Seigneur, la cause de mon âme, rédempteur de ma vie.
59 RES.
Vous avez vu. Seigneur, leur iniquité contre moi ; jugez leur jugement.
60 RES.
Vous avez vu toute leur fureur, toutes leurs pensées contre moi. '
 
61 SIN.
Vous avez entendu leurs outrages, Seigneur, toutes leurs pensées contre moi;
62 SIN.
Les lèvres de ceux qui s'élèvent contre moi, et leurs projets contre moi tout le jour.
63 SIN.
Quand ils sont assis, et quand ils se lèvent, voyez, je suis l'objet de leurs chansons.
 
64 THAU.
Vous leur rendrez la pareille, Seigneur, selon les œuvres de leurs mains.
65 THAU.
Vous leur mettrez comme un bouclier sur le cœur, la peine dont vous les accablerez.
66 THAU.
Vous les poursuivrez dans votre fureur, et vous les briserez sous le ciel. Seigneur.

Chapitre 4

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Jérémie déplore de nouveau la désolation de Jérusalem.
Il annonce les vengeances du Seigneur contre l’Idumée et le rétablissement de Sion.
1 ALEPH.
Comment s'est-il obscurci, l'or? Comment a été changée sa couleur éclatante? Comment ont été dispersées les pierres du sanctuaire, à la tête de toutes les places?
Note Lm. 4,1-22 : Le chapitre 4e semble d’abord reproduire les tableaux du 1er et du 2e , mais c’est pour faire luire un rayon d’espérance, en montrant dans le châtiment divin la source même de la régénération.
Note Lm. 4,1 : L’or ; les pierres du sanctuaire ; c’est-à-dire l’or réel qui éclatait dans Jérusalem et les pierres dont était construit le sanctuaire ; ou bien, selon d’autres, cet or représente les princes d’Israël (voir le verset 2), et les pierres du sanctuaire, les prêtres.
 
2 BETH.
Les fils de Sion illustres et revêtus de l'or le plus pur, comment ont-ils été traités comme des vases d'argile, ouvrages des mains d'un potier?
 
3 GHIMEL.
Mais les lamies même ont mis à nu leurs mamelles, et ont allaité leurs petits; la fille de mon peuple est cruelle comme une autruche dans le désert.
Note Lm. 4,3 : Les lamies ; hébreu : les chacals. ― Comme une autruche. On dit qu’elle abandonne une partie de ses œufs dans le désert, voir Job, 39, 16.
 
4 DALETH.
La langue de l'enfant à la mamelle s'est attachée à son palais par la soif; les petits enfants ont demandé du pain, et il n'y avait personne qui le leur brisât.
 
5 HÉ.
Ceux qui se nourrissaient délicieusement sont morts dans les rues; ceux qui étaient élevés dans la pourpre ont embrassé des immondices.
 
6 ZAU.
Et l'iniquité de la fille de mon peuple est devenue plus grande que le péché de Sodome, qui fut renversée en un moment, et les hommes n'y ont pas mis les mains.
Note Lm. 4,6 : Voir Genèse, 19, 4. (?) ― Les hommes, etc. Sodome périt uniquement par le feu du ciel. Voir Genèse, 19, 24-25.
 
7 ZAIN.
Ses Nazaréens étaient plus blancs que la neige, plus éclatants que le lait, plus vermeils que l'ivoire antique, plus beaux que le saphir.
Note Lm. 4,7 : Ses Nazaréens. Les Nazaréen étaient très considérés parmi les Juifs, tant par leur consécration au Seigneur que par leur manière de vivre plus pure et plus innocente. Jésus-Christ lui-même a voulu porter le nom de Nazaréen (voir Matthieu, 2, 23). Voir sur leur consécration, Nombres, chapitre 6.
 
8 HETH.
Leur face est devenue plus noire que des charbons, et ils n'ont pas été reconnus sur les places publiques; leur peau s'est attachée à leurs os, elle est devenue comme du bois.
 
9 THETH.
Plus heureux ont été les tués par le glaive que les morts par la faim ; car ceux-ci ont dépéri, consumés par la stérilité de la terre.
 
10 JOD.
Les mains des femmes compatissantes ont fait cuire leurs enfants; ils sont devenus leur nourriture dans la ruine de la fille de mon peuple.
 
11 CAPH.
Le Seigneur a assouvi sa fureur, il a répandu la colère de son indignation; et il a allumé dans Sion un feu qui a dévoré ses fondements.
Note Lm. 4,11 : La colère de son indignation. Voir Jérémie, 4, 8.
 
12 LAMED.
Ils n'ont pas cru, les rois de la terre et tous les habitants de l'univers, que l'ennemi, que l'adversaire entrerait par les portes de Jérusalem :
Note Lm. 4,12 : L’ennemi et l’adversaire. Voir Lamentations de Jérémie, 2, 17.
 
13 MEM.
A cause des péchés de ses prophètes et des iniquités de ses prêtres, qui ont répandu au milieu d'elle le sang des justes.
 
14 NUN.
Ils ont erré en aveugles sur les places publiques, ils se sont souillés par le sang; et comme ils ne pouvaient faire autrement, ils relevèrent leurs robes.
 
15 SAMECH.
Retirez-vous, impurs, leur a-t-on crié, retirez-vous, allez-vous-en, ne nous touchez pas; car ils se sont querellés, et tout émus, ils ont dit parmi les nations : Le Seigneur n'habitera plus parmi eux.
 
16 PHÉ.
La face du Seigneur les a divisés, il ne les regardera plus : ils n'ont pas révéré la face des prêtres, ils n'ont pas eu pitié des vieillards.
Note Lm. 4,16 : Phé. Voir, sur le déplacement de ce mot, Lamentations de Jérémie, 2, 16.
 
17 AIN.
Lorsque nous subsistions encore, nos yeux se sont lassés dans l'attente de notre vain secours, en tenant nos regards attachés sur une nation qui ne pouvait nous sauver.
 
18 SADÉ.
Nos pas ont glissé en parcourant nos places publiques; notre fin s'est approchée ; nos jours se sont accomplis, parce qu'est venue notre fin.
 
19 COPH.
Nos persécuteurs ont été plus vite que les aigles du ciel ; sur les montagnes ils nous ont poursuivis, dans le désert ils nous ont dressé des pièges.
Note Lm. 4,19 : Nos persécuteurs, etc. ; allusion aux Chaldéens, qui poursuivirent avec une vitesse et une rapidité incroyables le roi Sédécias, lorsqu’il fuyait devant eux. Comparer à 4 Rois, 25, 4-5 ; Jérémie, 39, 5 ; 52, 8-9.
 
20 RÉS.
L'esprit de notre bouche, le Christ, le Seigneur a été pris à cause de nos péchés ; celui à qui nous avions dit : Sous votre ombre, nous vivrons parmi les nations.
Note Lm. 4,20 : L’esprit de notre bouche ; le souffle qui nous anime. ― Le Christ, le Seigneur (Christus Dominus) ; selon l’hébreu, le Christ du Seigneur ; ce qui s’entend à la lettre de Sédécias, roi du peuple de Dieu, mais ce qui, dans un sens plus élevé, doit s’entendre de Jésus-Christ, le vrai Christ, le Fils unique de Dieu, pris et livré à la mort à cause de nos péchés.
 
21 SIN.
Réjouis-toi et sois dans l'allégresse, fille d'Edom, qui habites dans la terre de Hus ; jusqu'à toi aussi viendra le calice ; tu seras enivrée et mise à nu.
Note Lm. 4,21 : Fille d’Edom ; c’est la nation des Iduméens. ― La terre de Hus ; c’est-à-dire l’Idumée.
 
22 THAU.
Elle est accomplie, la peine de ton iniquité, fille de Sion; le Seigneur ne t'exilera plus; il a visité ton iniquité, fille d'Edom; il a découvert tes péchés.

Chapitre 5

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Prière du prophète Jérémie
Jérémie expose au Seigneur la misère de son peuple, et le conjure de rappeler ce même peuple à lui.
1 Souvenez-vous, Seigneur, de ce qui nous est arrivé; considérez et regardez notre opprobre.
Note Lm. 5,1-22 : Prière dans laquelle Jérémie implore le secours de Dieu pour qu’il mette fin à tant de maux.
2 Notre héritage est passé à des ennemis, nos maisons à des étrangers.
Note Lm. 5,2 : Notre héritage ; c’est-à-dire la terre de promission que vous avez donné à nos pères, et que nous possédions par un droit héréditaire. ― Des ennemis, des étrangers ; les Chaldéens et les peuples voisins.
3 Nous sommes devenus comme des orphelins sans pères, et nos mères comme des veuves.4 Nous avons bu notre eau à prix d'argent, nous avons acheté chèrement notre bois.5 Nous étions conduits par des chaînes attachées à nos cous, à ceux qui étaient fatigués on ne donnait pas de repos.6 Nous avons donné la main à l'Egypte et aux Assyriens, afin de nous rassasier de pain.
Note Lm. 5,6 : Nous avons donné, etc. Nous avons fait alliance, mais vainement, avec l’Egypte et les Assyriens dont nous attendions du secours. ― Afin de nous, etc. ; afin de pouvoir assurer notre existence. ― Pain ; comme on a déjà pu le remarquer, ce mot se prend dans la Bible pour toute sorte de nourriture.
 
7 Nos pères ont péché, et ils ne sont plus; et nous, nous avons porté leurs iniquités.8 Des esclaves nous ont dominés; il n'y a eu personne qui nous arrachât de leur main.
Note Lm. 5,8 : Des esclaves, etc. ; selon quelques-uns, ce sont les Chaldéens et les Egyptiens, également descendus de Cham, dont la postérité avait été condamnée à être l’esclave de Sem (voir Genèse, 9, 26) ; selon d’autres, les Iduméens, les Moabites et les Ammonites, peuples autrefois soumis aux Juifs ; enfin, suivant d’autres, ce sont les esclaves mêmes des Chaldéens, parce que c’était la coutume dans les maisons où il y avait un certain nombre d’esclaves, que l’un d’eux commandât aux autres.
9 Au péril de nos âmes, nous allions nous chercher du pain à la face du glaive du désert.
Note Lm. 5,9 : Nos âmes ; hébraïsme pour nos personnes, nous. ― Pain. Voir le verset 6. ― Désert ; s’applique aussi dans le langage biblique aux plaines, aux campagnes. Au lieu de dans le désert, l’hébreu porte du désert, comme régime du mot glaive (gladii). Le sens de ce verset paraît donc être : Nous courions risque d’être tués, si nous allions chercher dans les campagnes désertes des fruits ou des herbes sauvages pour nous sustenter, parce que le pays était rempli d’ennemis et de pillards.
10 Notre peau, comme un four, a été brûlée par les ardeurs de la faim.
Note Lm. 5,10 : Les ardeurs de la faim ; c’est le sens de l’hébreu. Les Arabes disent aussi le feu de la faim, les Grecs, une faim brûlante, les Latins : une faim ignée (ignea fames) ; la Vulgate a traduit comme les Septante, tempêtes de la faim.
 
11 Ils ont humilié des femmes dans Sion, et des vierges dans les cités de Juda,12 Des princes ont été pendus par la main ; on n'a pas révéré la face des vieillards.
Note Lm. 5,12 : Des princes, etc. Les Chaldéens, après avoir décapité les princes de Juda, les pendaient par les mains à des poteaux.
13 Ils ont indignement abusé des jeunes hommes; et des enfants ont succombé sous le bois.
Note Lm. 5,13 : Sous le bois dont on les chargeait, ou avec lequel on les frappait.
14 Des vieillards ont abandonné les portes, et de jeunes hommes, le chœur des joueurs de psaltérion.
Note Lm. 5,14 : Les portes de la ville, où se tenaient les assemblées des juges.
 
15 La joie de notre âme a fait défaut; notre chœur a été changé en deuil.16 Elle est tombée, la couronne de notre tête ; malheur à nous, parce que nous avons péché!
Note Lm. 5,16 : La couronne, etc. Dans les fêtes, les noces et les festins, on se couronnait de fleurs.
17 A cause de cela, notre cœur est devenu triste; pour cela, nos yeux se sont couverts de ténèbres.18 A cause de la montagne de Sion, qui a été détruite, les renards s'y sont promenés.
Note Lm. 5,18 : Les renards ; proprement les chacals.
 
19 Mais vous, Seigneur, vous demeurerez éternellement ; votre trône subsistera dans toutes les générations.
Note Lm. 5,19 : Toutes les générations ; littéralement et par hébraïsme, génération et génération.
20 Pourquoi nous oublierez-vous à jamais? Pourquoi nous abandonnerez-vous dans la longueur des jours?
Note Lm. 5,20 : Dans la longueur ; c’est-à-dire pour si longtemps.
21 Convertissez-nous à vous, et nous serons convertis; Seigneur, renouvelez nos jours comme au commencement.
Note Lm. 5,21 : Comme au commencement ; comme ils étaient au commencement, au temps de notre ancienne prospérité.
22 Mais nous rejetant, vous nous avez repoussés; vous êtes extrêmement irrité contre nous.
Note Lm. 5,22 : Nous rejetant, vous nous avez repoussés ; hébraïsme, pour vous nous avez entièrement rejetés.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.