Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Ils s'égarent, ceux qui opèrent le mal : la miséricorde et la vérité préparent des biens.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Livre d'Isaïe
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxIsaïe0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Livre d'Isaïe

Chapitre 1

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ingratitude des Israélites.
Menace des vengeances du Seigneur contre eux.
Ils sont exhortés à la pénitence.
Reproches et menaces contre Jérusalem.
Rétablissement de celle-ci.
Isaïe 1, 1-16 : Isaïe - Gravure de Gustave Doré
Isaïe 1, 1-16 : Isaïe - Gravure de Gustave Doré
1 Vision d'Isaïe, fils d'Amos, qu'il a vue touchant Juda et Jérusalem, dans les jours d'Ozias, de Joathan, d'Achaz et d'Ezéchias, rois de Juda.
Note Is. 1,1 et suivants : Première partie d’Isaïe, du chapitre 1 au chapitre 39. ― Elle contient les prophéties du temps d’Ozias, de Joathan et d’Achaz, et les oracles contre les nations étrangères. Elle se subdivise en quatre groupes. Le premier, du chapitre 1 au chapitre 6, renferme les oracles relatifs au peuple de Dieu, datant du temps d’Ozias et de Joathan. ― Le second groupe comprend les prophéties du temps d’Achaz, du chapitre 7 au chapitre 12. Leur sujet principal est la venue du Messie, désigné sous le nom d’Emmanuel, d’où le nom de livre d’Emmanuel donné aux chapitres 7 à 12. ― Le troisième groupe, du chapitre 13 au chapitre 27, est un recueil de prophéties contre les nations étrangères. ― Le quatrième groupe, du chapitre 28 au chapitre 39, embrasse les prophéties faites sous Ezéchias, jusqu’à l’époque de la destruction de l’armée de Sennachérib. Elles ont trait, pour la plupart, à l’invasion assyrienne. ― I. Le premier groupe contient quatre prophéties détachées. 1° Il s’ouvre par une sorte de prologue, chapitre 1, qui est comme la préface de la collection entière. ― 2° Les chapitres 2 à 4 renferment un oracle sur Juda, dont ils nous font connaître la mission, l’infidélité, le châtiment et enfin le triomphe par l’avènement du Messie. ― 3° Le chapitre 5 nous représente le royaume de Juda comme la vigne du Seigneur. ― 4° Le chapitre 6 raconte la vocation d’Isaïe au ministère prophétique. ― Les règnes d’Ozias (809-758), et de Joathan (758-742), sous lesquels Isaïe écrivit d’abord, furent prospères et florissants, mais la paix et le bien-être amenèrent le luxe et la corruption. C’est là ce qu’attaque principalement le prophète à cette époque de sa vie.
Note Is. 1,1 : Vision ; c’est-à-dire révélation ; chose vue, non par les yeux du corps, mais ceux de l’esprit. C’est pourquoi, dans le principe, les prophètes s’appelaient chez les Hébreux, voyants (voir 1 Rois, 9, 9). ― Au temps d’Ozias, etc. L’histoire de ces rois est rapportée dans 4 Rois, chapitres 15 et 16, et 18 à 20. ― 1° Prologue des prophéties d’Isaïe, chapitre 1. ― En tête du premier chapitre, voir Isaïe, 1, 1, nous lisons le titre, le sujet, et la date de tout le recueil. Voir 2 Paralipomènes, 32, 32. Le recueil est appelé vision, c’est-à-dire révélation, dans le sens collectif, pour indiquer que les oracles qu’il contient sont une collection de visions intellectuelles ou révélations surnaturelles. L’objet en est Juda et Jérusalem, car quoique le prophète parle d’Israël et de toutes les autres nations connues de son temps, c’est toujours relativement aux Juifs. ― D’après la chronologie la plus généralement reçue, Ozias mourut en 758, et c’est pendant la dernière année de ce roi qu’Isaïe, voir Isaïe, 6, 1, commença à prophétiser ; Joathan régna de 758 à 742 ; Achaz de 742 à 727 ; Ezéchias, de 727 à 698.
 
2 Ecoutez, cieux, et prête l'oreille, terre, parce que le Seigneur a parlé. J'ai nourri des fils et je les ai élevés, mais eux m'ont méprisé.
Note Is. 1,2-31 : Les versets 2 à 31 sont comme la préface de tout le livre. L’époque où cette préface a été composée est incertaine. Les versets 7 et 8 indiquent une époque pendant laquelle le royaume de Juda était ravagé par une armée étrangère. Il eut à subir trois invasions, du temps d’Isaïe, la première à la fin du règne de Joathan, et la seconde sous Achaz, l’une et l’autre de la part des Israélites et des Syriens, voir 4 Rois, 15, 37 ; 16, 5 ; Isaïe, 6, 1, la troisième sous Ezéchias, de la part des Assyriens, voir 4 Rois, 18, 13 ; Isaïe, chapitre 36. La plupart des commentateurs pensent avec vraisemblance que le chapitre 1 date de la première invasion. ― Le peuple n’a été sensible ni aux bienfaits que Dieu lui a accordés pendant les règnes d’Ozias et de Joathan (versets 2 et 3), ni aux calamités qui viennent de fondre sur lui (versets 4 à 9) ; il ne reste donc au Seigneur qu’à livrer son peuple au châtiment qu’il mérite et à le purifier par le feu de la tribulation, pour se faire ensuite du petit reste qui survivra un peuple selon son cœur (versets 10 à 31). Les versets 24 à 31 se rapportent spécialement au Messie.
Note Is. 1,2 : Ecoutez, etc. Dieu avait en vue, dans ces prophéties, non seulement les juifs, mais les chrétiens eux-mêmes, puisque saint Paul dit que toutes ces choses ont été écrites pour nous être un avertissement, à nous, pour qui est venue la fin des temps (voir 1 Corinthiens, 10, 11), (vérifier la concordance avec ce passage) et encore que tout ce qui a été écrit, a été écrit pour notre instruction (voir Romains, 15, 4) (pareil). ― Le verset 1 est le titre général du livre et de la collection des prophéties d’Isaïe. La première prophétie commence au verset 2.
3 Un bœuf connaît son possesseur, un âne l'étable de son maître ; mais Israël ne m'a pas connu, et mon peuple n'a pas eu d'intelligence.4 Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d'iniquité, à la race perverse, aux enfants scélérats ; ils ont abandonné le Seigneur, ils ont blasphémé le saint d'Israël, ils sont retournés en arrière.
Note Is. 1,4 : Le Saint d’Israël ; Dieu. L’idée de la sainteté de Dieu revient souvent dans les prophéties d’Isaïe. Voir Isaïe, 6, 3. La sainteté est le contraire du péché. Le saint est le juste et le pur, qui est au-dessus des autres par ses perfections. Dieu est le saint par excellence.
 
5 Où vous frapperai-je encore, vous qui ajoutez à la prévarication? toute tête est languissante, et tout cœur abattu.6 De la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête, rien en lui de sain ; c'est blessure, meurtrissure, plaie enflammée, qui n'a été ni bandée, ni pansée, ni adoucie par l'huile.
Note Is. 1,6 : Ni adoucie par l’huile. L’huile était le remède employé ordinairement pour guérir les plaies. Voir Luc, 10, 34.
7 Votre terre est déserte, vos cités brûlées par le feu ; votre pays, devant vous, des étrangers le dévorent, et il sera désolé comme dans une dévastation de l'ennemi.
Note Is. 1,7 : Voir Isaïe, 5, 6. ― Des étrangers ; des ennemis, probablement les Syriens, les Philistins et les Iduméens unis aux dix tribus schismatiques. Voir 4 Rois, 16, 5.
8 Et la fille de Sion sera laissée comme un berceau dans une vigne, comme une cabane dans un champ de concombres, comme une cité qui est livrée au pillage.
Note Is. 1,8 : La fille de Sion ; c’est-à-dire Jérusalem. Les Orientaux appellent filles les capitales et les villes d’un pays.
 
9 Si le Seigneur des armées ne nous avait réservé un rejeton, nous aurions été comme Sodome. nous serions devenus semblables à Gomorrhe.
Note Is. 1,9 : Voir Genèse, 19, 24. ― Si le Seigneur, etc. saint Paul rappelle ce texte en parlant des restes fidèles d’entre les Juifs que Dieu réserva par grâce au temps de l’Evangile, tandis que la multitude demeura dans l’incrédulité, et attira sur elle la colère du Seigneur (voir Romains, 9, 29). ― Comme Sodome. Voir Genèse, note 13.10.
10 Ecoutez la parole du Seigneur, princes de Sodome ; prêtez l'oreille à la loi de notre Dieu, peuple de Gomorrhe.
 
11 Qu'ai-je à faire de la multitude de vos victimes? dit le Seigneur. Je suis rassasié ; les holocaustes des béliers, et la graisse des animaux gras, et le sang des veaux et des agneaux et des boucs, je n'en veux point.
Note Is. 1,11 : Voir Jérémie, 6, 20 ; Amos, 5, 22.
12 Lorsque vous êtes venus en ma présence, qui a demandé ces choses de vos mains, afin que vous vous promeniez dans mes parvis?13 Ne m'offrez plus de sacrifice en vain ; l'encens m'est en abomination. Ma néoménie, le sabbat et les autres fêtes, je ne les souffrirai point ; vos assemblées sont iniques.14 Vos calendes, et vos solennités, mon âme les hait : elles me sont devenues à charge ; j'ai peine à les souffrir.
Note Is. 1,14 : Vos calendes, le sacrifice du commencement du mois.
15 Et lorsque vous étendrez vos mains, je détournerai mes yeux de vous ; lorsque vous multiplierez la prière, je n'exaucerai pas ; car vos mains sont pleines de sang.
Note Is. 1,15 : Voir Isaïe, 59, 3. ― Lorsque vous étendrez vos mains. On étendait les mains pour prier.
 
16 Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez le mal de vos pensées de devant mes yeux ; cessez d'agir avec perversité ;
Note Is. 1,16 : Voir 2 Pierre, 3, 11.
17 Apprenez à bien faire, cherchez la justice, venez au secours de l'opprimé, jugez l'orphelin, défendez la veuve.18 Et venez, et accusez-moi, dit le Seigneur : si vos péchés sont comme l'écarlate, comme la neige ils deviendront blancs, et s'ils sont rouges comme le vermillon, comme la laine ils seront blancs.
Note Is. 1,18 : Les Hébreux considéraient le rouge foncé, ainsi que le noir et la nuit, comme le symbole du mal et du péché, tandis que le blanc, le jour et la lumière étaient les emblèmes du bien et du beau.
19 Si vous voulez, et que vous m'écoutiez, vous mangerez les biens de la terre.20 Que si vous ne voulez pas, et que vous me provoquiez au courroux, le glaive vous dévorera, parce que la bouche du Seigneur a parlé.
 
21 Comment est devenue une prostituée la cité fidèle et pleine de jugement? la justice a habité en elle, mais maintenant ce sont des meurtriers.22 Ton argent s'est converti en scorie ; ton vin a été mêlé d'eau.23 Tes princes sont infidèles, compagnons de voleurs; tous aiment les présents et poursuivent les récompenses. Ils ne rendent pas justice à l'orphelin, et la cause de la veuve n'a pas d'accès auprès d'eux.
Note Is. 1,23 : Voir Jérémie, 5, 28.
 
24 A cause de cela, dit le Seigneur Dieu des armées, le fort d'Israël : Ah! je me consolerai sur mes ennemis, je me vengerai de ceux qui me sont opposés.25 Et je tournerai ma main vers toi, et j'épurerai par le feu tes scories, et j'enlèverai l'alliage qui est en toi.
Note Is. 1,25 : Tes scories, les scories de l’argent, dont il est parlé au verset 22, image des péchés d’Israël. ― Le texte original dit que l’épuration sera faite avec du kali ou de la potasse. Voir Proverbes, 25, 20.
26 Et je rétablirai tes juges comme ils furent d'abord, et tes conseillers comme anciennement ; après cela tu seras appelée la cité du juste, ville fidèle.
Note Is. 1,26 : Et je rétablirai, etc. Ce rétablissement peut regarder, selon la lettre, le renouvellement de Jérusalem sous le règne d’Ezéchias ; mais ce renouvellement n’était que la figure de ce qui devait arriver sous Jésus-Christ et dans son Eglise, qui est la vraie cité du juste, la ville vraiment fidèle.
27 Sion, par le jugement, sera rachetée, et on la ramènera par la justice;
 
28 Et le Seigneur brisera les scélérats et les pécheurs tous ensemble ; et ceux qui ont abandonné le Seigneur seront consumés.29 Car ils seront confondus par les idoles auxquelles ils ont sacrifié ; et vous rougirez des jardins que vous aviez choisis,
Note Is. 1,29 : Des jardins, etc. Comparer à Isaïe, 65, 3, où il est parlé de ces jardins dans lesquels se commettaient les actions les plus honteuses.
30 Lorsque vous serez comme un chêne dont les feuilles tombent et comme un jardin sans eau.31 Et votre force sera comme la cendre chaude de l'étoupe, et votre œuvre comme une étincelle; et ils s'embraseront l'un et l'autre ensemble, et il n'y aura personne qui l'éteigne.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Gloire de Jérusalem, où les nations viennent adorer le Seigneur.
Maison de Jacob rejetée.
Superbes humiliés.
Dieu seul est exalté.
1 Parole qu'a vue Isaïe, fils d'Amos, touchant Juda et Jérusalem.
Note Is. 2,1-22 : ― 2° Prophétie sur Juda, du chapitre 2 au chapitre 4. ― Les chapitres 2 à 4 forment un tout suivi, avec un titre particulier. La fin du chapitre 4 correspond au commencement du chapitre 2. Le prophète, après avoir exhorté, accusé, menacé, encouragé, arrive à la fin à la promesse qui lui avait servi de point de départ, la félicité de Sion et la prospérité messianique. Cette prophétie se distingue par là de toutes les autres : elle est la seule qui commence par une promesse, voir verset 2.
Note Is. 2,1 : Parole, ou chose ; car le terme hébreu auquel correspond le latin verbum, signifie l’une et l’autre. D’un autre côté, comme chez les Hébreux les verbes qui expriment l’action des sens, s’employaient les uns pour les autres, verbum peut réellement signifier ici parole, et le verbe il a vu (vidit), être mis pour il a entendu (audivit).
 
2 Et il arrivera dans les derniers jours que la montagne préparée pour la demeure du Seigneur sera établie sur le sommet des montagnes, et elle sera élevée au-dessus des collines, et tous les peuples y afflueront.
Note Is. 2,2-4 : Ces trois versets se retrouvent dans Michée, 4, 1-3.
Note Is. 2,2 : Voir Michée, 4, 1. ― Dans les derniers jours ; expression qui le plus ordinairement signifie le temps de la venue du Messie, et qui ne saurait avoir d’autre sens ici, d’autant que, depuis Isaïe jusqu’à Jésus-Christ, il n’y a eu aucune époque où la prédiction contenue dans ce verset ait eu son accomplissement.
 
3 Et beaucoup de peuples iront et diront : Venez, et montons à la montagne du Seigneur, et à la maison du Dieu de Jacob, et il nous enseignera ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers; parce que de Sion sortira la loi, et la parole du Seigneur de Jérusalem.
 
4 Et il jugera les nations, et il convaincra beaucoup de peuples ; et de leurs glaives ils forgeront des socs de charrue, et de leurs lances des faux ; une nation ne lèvera pas le glaive contre une autre nation, elles ne s'exerceront plus au combat.
Note Is. 2,4 : Au combat ; l’une contre l’autre. Le Jugement des Nations reste à venir ; la fin des guerres et donc la paix universelle dans le Christ qui suivra, également.
 
5 Maison de Jacob, venez, et marchons à la lumière du Seigneur.
 
6 Car vous avez rejeté votre peuple, la maison de Jacob ; parce qu'ils ont été remplis comme autrefois, qu'ils ont eu des augures comme les Philistins, et qu'ils se sont attachés à des enfants étrangers.
Note Is. 2,6 : Car vous avez, etc. Le prophète s’adresse à Dieu. ― La maison de Jacob ; dans le sens littéral comprend les deux maisons d’Israël et de Juda ; mais, dans le sens mystérieux des prophètes, elle peut, selon saint Jérôme, représenter la gentilité chrétienne. Dans l’un et l’autre sens, les reproches et les menaces ne tombent que sur les prévaricateurs. ― Remplis d’iniquités. ― A des enfants étrangers ; par des alliances défendues par la loi. Comparer à Exode, 34, 15-16 ; Deutéronome, 7, 3 ; 1 Esdras, 9, 2. ― Des augures ; des devins qui devinent par les nuages, d’après le sens probable de l’hébreu. ― Les Philistins avaient des devins célèbres, voir 1 Rois, 6, 2, et il y avait un oracle fameux à Accaron, voir 4 Rois, 1, 2.
7 Sa terre est remplie d'argent et d'or; et il n'y a pas de bornes à ses trésors ;8 Et sa terre est remplie de chevaux, et ses quadriges sont innombrables. Et sa terre est remplie d'idoles ; ils ont adoré l'ouvrage de leurs mains, l'ouvrage qu'ont fait leurs doigts.
 
9 Et l'homme du peuple s'est courbé, et l'homme de condition est humilié; ne leur pardonnez donc point.
Note Is. 2,9 : S’est courbé, s’est humilié ; devant les idoles.
10 Entre dans la pierre, et cache-toi dans les creux de la terre, par la crainte du Seigneur et de la gloire de sa majesté.
Note Is. 2,10 : Entre dans la pierre, dans les cavernes qui abondent dans les montagnes calcaires de la Palestine et où les Hébreux se réfugiaient en temps de guerre pour échapper à leurs ennemis.
11 Les yeux altiers de l'homme du peuple ont été humiliés, et la fierté des hommes de condition sera abaissée ; mais le Seigneur seul sera exalté en ce jour-là.
 
12 Parce que le jour du Seigneur des armées éclatera sur tout esprit superbe et hautain et sur tout arrogant; et ils seront humiliés ;
Note Is. 2,12 : Le jour du Seigneur ; c’est-à-dire le jour du jugement du Seigneur. Comparer à Isaïe, 13, vv. 6, 9.
13 Et sur tous les cèdres du Liban, grands et élevés, et sur tous les chênes de Basan;
Note Is. 2,13 : Ce verset et les suivants contiennent des expressions figurées qui peuvent toutes ses rapporter à la ruine du royaume d’Israël, et à la désolation même du royaume de Juda au temps de Sennachérib et de Nabuchodonosor. ― Basan. Voir Nombres, note 21.33.
14 Et sur toutes les montagnes les plus hautes, et sur toutes les collines les plus élevées;15 Et sur toute tour la plus élevée et sur toute muraille fortifiée ;16 Et sur tous les vaisseaux de Tharsis, et sur tout ce qui est beau à voir.
Note Is. 2,16 : Les vaisseaux de Tharsis ; ce sont des vaisseaux de long cours. Quant à Tharsis, on sait par l’Ecriture, (voir 3 Rois, 10, 22 ; 2 Paralipomènes, 9, 21 ; 20, 36) que c’était un lieu de commerce maritime où Salomon envoyait ses flottes ; mais on ignore en quel pays il se trouvait. ― On admet communément aujourd’hui que Tharsis est Tartessus en Espagne, dans la Bétique, d’où les Phéniciens tiraient l’argent. Tartessus était aussi le nom du Guadalquivir, qui portait le nom de Bétis du temps de Strabon. La ville de Tartessus ou Tharsis était située entre les deux bras de la rivière, près de son embouchure, et elle donnait son nom au pays environnant.
 
17 Et l'orgueil des hommes du peuple sera abaissé, et la hauteur des hommes de condition sera humiliée, et le Seigneur seul sera élevé en ce jour-là ;18 Et les idoles seront entièrement brisées;19 Et ils entreront dans les creux des rochers, dans les antres de la terre, par la frayeur du Seigneur, et à cause de la gloire de sa majesté, lorsqu'il se lèvera pour frapper la terre.
Note Is. 2,19 : Ils entreront ; c’est-à-dire les hommes nommés au verset 17. Comparer à Osée, 10, 8 ; Luc, 23, 30 ; Apocalypse, 6, 15-16.
 
20 En ce jour-là l'homme rejettera ses idoles d'argent et ses simulacres d'or, qu'il s'était faits pour les adorer, les taupes et les chauves-souris.
Note Is. 2,20 : Ses idoles d’argent, ses simulacres d’or ; littéralement et par hébraïsme les idoles de son argent, les simulacres de son or. ― Les taupes et les chauves-souris n’étaient pas adorées comme dieux. Le texte original porte : « l’homme laissera ses idoles… aux taupes et aux chauves-souris, » supposé toutefois que les taupes soient ici désignées, car le sens du mot hébreu est très douteux. En tout cas, Isaïe veut dire que les idoles seront délaissées.
21 Et il entrera dans les fentes des pierres, et dans les cavernes des roches par la frayeur du Seigneur, et à cause de la gloire de sa majesté, lorsqu'il se lèvera pour frapper la terre.
 
22 Laissez donc l'homme dont le souffle est dans ses narines, parce qu'il a été réputé pour le Très-Haut.
Note Is. 2,22 : Laissez donc, etc. C’est un avis aux Juifs de ne pas persécuter Jésus-Christ. ― Dont le souffle, etc. ; dont la vie apparente n’est qu’un souffle ; qui ne vous paraît qu’un simple mortel, mais qui est en réalité le Très-Haut.

Chapitre 3

 | 
 | 
Chap. : 
Désolation de Juda et de Jérusalem.
Reproches du Seigneur contre les princes de son peuple.
Il condamne l’orgueil et le luxe des filles de Sion.
1 Car voici que le dominateur, Seigneur des armées, enlèvera de Jérusalem le robuste et le fort, tout soutien de pain, et tout soutien d'eau ;2 Le fort et l'homme de guerre, le juge et le prophète, le devin et le vieillard;
Note Is. 3,2 : Le devin (ariolum) peut se prendre en bonne part pour un homme prudent, qui, par sa sagacité et le soin qu’il met à observer le passé, forme des conjectures sur l’avenir et parvient à y pénétrer. Comparer à Proverbes, 16, 10.
3 Le chef de cinquante et le vénérable de visage, et le conseiller, et l'habile d'entre les architectes, et celui qui a l'intelligence du langage mystique.
Note Is. 3,3 : Le chef de cinquante hommes. Il y avait dans l’armée des Hébreux des bandes ou pelotons de cinquante soldats. Comparer à Exode, 18, 21 ; 4 Rois, 1, 14. ― Celui qui a, etc. ; c’est, selon saint Jérôme, celui qui, étant bien exercé à l’étude de la loi et à la parole divine, est capable de calmer les troubles de l’esprit par sa parole et ses entretiens spirituels. ― Au lieu d’architectes, le texte hébreu parle de tous les artisans habiles en général, et celui qui a l’intelligence du langage mystique est, dans l’original, l’enchanteur qui, pour produire ses enchantements, se sert d’un langage mystérieux et de formules magiques.
4 Et je leur donnerai des enfants pour princes, et des efféminés les domineront.
 
5 Et le peuple se précipitera, l'homme sur l'homme, et chacun sur son prochain ; l'enfant se soulèvera contre le vieillard, et le plébéien contre le noble.6 L'homme prendra son frère né dans la maison de son père, disant : Tu as un vêtement, sois notre prince; et que cette ruine soit sous ta main.
Note Is. 3,6 : Tu as un vêtement ; c’est-à-dire tu n’es pas réduit, comme nous, à la dernière misère.
7 Il répondra en ce jour-là, disant : Je ne suis pas médecin, et dans ma maison il n'y a ni pain, ni vêtement; ne m'établissez pas prince du peuple.
 
8 Car Jérusalem s'est écroulée et Juda est renversé; parce que leur langue et leurs inventions sont contre le Seigneur, afin d'irriter les yeux de sa majesté.
Note Is. 3,8-10 : Inventions ; selon l’hébreu, actions, œuvres. Comparer à Deutéronome, 28, 20 ; Juges, 2, 19 ; Psaumes, 27, 4, etc.
9 La vue de leur visage leur a répondu, et comme Sodome, ils ont publié leur péché et ne l'ont pas caché ; malheur à leur âme, parce que les maux qu'ils avaient faits leur ont été rendus.
Note Is. 3,9 : La vue de leur visage ; ou ce qu’on voit de leur visage ; littéralement la connaissance, ou ce qu’on connaît (agnitio). La paraphrase chaldaïque donne ce sens, et c’est très vraisemblablement celui du texte hébreu. ― Leur a répondu ; a répondu, a témoigné contre eux. ― Comme Sodome. Voir Genèse, note 13.10.
 
10 Dites au juste qu'il est heureux, parce qu'il goûtera le fruit de ses inventions.11 Malheur à l'impie livré au mal ; car il recevra le salaire des œuvres de ses mains.
 
12 Mon peuple a été dépouillé par ses exacteurs, et des femmes les ont dominés. Mou peuple, ceux qui te disent heureux, ceux-là même te trompent; ils détruisent la voie de tes pas.
Note Is. 3,12 : Des femmes ; c’est-à-dire probablement des hommes efféminés, tels qu’étaient les derniers rois de Juda, qui, à une affreuse tyrannie, joignaient la lâcheté, la faiblesse, l’incapacité de gouverner. Ils étaient de plus énervés par le plaisir et la débauche. Comparer à Jérémie, chapitres 22 et 23 ; Ezéchiel, chapitre 9. ― Les ont dominés. Le pronom pluriel les (eis) peut très bien se rapporter au mot singulier peuple, qui est un nom collectif.
 
13 Le Seigneur est debout pour juger, et il est debout pour juger les peuples.14 Le Seigneur entrera en jugement avec les anciens et princes de son peuple ; car c'est vous qui avez ravagé ma vigne ; et la dépouille du pauvre est dans votre maison.15 Pourquoi foulez-vous aux pieds mon peuple, et meurtrissez-vous la face des pauvres, dit le Seigneur Dieu des armées?
 
16 Et le Seigneur dit : Parce que les filles de Sion se sont élevées, et qu'elles ont marché le cou tendu, et qu'elles allaient en faisant des signes des yeux, et qu'elles faisaient du bruit avec leurs pieds, en marchant, et quelles s'avançaient d'un pas mesuré :
Note Is. 3,16-24 : Ici commence un nouveau discours de Dieu contre le luxe et la vanité des filles de Sion. Nous y trouvons l’énumération de vingt-et-un articles de toilette, dont quelques-uns sont encore portés par les femmes syriennes. Plusieurs d’entre eux sont d’origine étrangère (voir Sophonie, 1, 8), car le luxe a toujours fait des emprunts au dehors.
Note Is. 3,16 : Qu’elles faisaient du bruit, etc. Cette fin du verset se refusant à toute analyse grammaticale, nous l’avons traduite en nous rapprochant le plus possible du texte latin. Tous les voyageurs s’accordent à dire que dans certaines contrées de l’Orient les femmes portent au bas des jambes des grelots ou de petits sonnettes, et aussi de petites chaînes pour que leurs pas soient petits et toujours égaux.
17 Le Seigneur rendra chauve la tête des filles de Sion, et le Seigneur les dépouillera de leur chevelure.
 
18 En ce jour-là, le Seigneur leur ôtera l'ornement des chaussures, et les croissants,
Note Is. 3,18 : Les croissants, bijoux en forme de croissant, qu’on portait suspendus au cou.
19 Et les colliers, et les carcans, et les bracelets, et les mitres,
Note Is. 3,19 : Et les colliers, etc. Une partie de ces ornements sont mentionnés à Nombres, 31, 50. ― Les colliers ; leurs pendants d’oreille, d’après la traduction la plus commune du texte original. ― Les carcans, ornement du cou.
20 Les aiguilles de tête, et les périscélides, et les petits colliers, et les boîtes de parfum, et les pendants d'oreilles,
Note Is. 3,20 : Les aiguilles de tête, dans l’hébreu : les diadèmes. ― Les périscélides, les chaînettes qui rattachaient l’anneau des pieds auquel fait allusion le verset 16. ― Les petits colliers ; traduction plus commune : ceintures. Voir Jérémie, 2, 32. ― Et les boîtes de parfums, très répandues dans tout l’Orient. ― Et les pendants d’oreilles ; en hébreu, amulettes, qui avaient la forme d’ornements et qu’on portait à cause de la vertu superstitieuse qu’on leur attribuait.
21 Et les bagues, et les pierres précieuses, qui pendent sur leur front,
Note Is. 3,21 : Les pierres précieuses qui pendent sur leur front. Dans l’original, les anneaux de nez, auxquels est ordinairement attachée une pierre précieuse.
22 Et les vêtements de rechange, et les écharpes, et les linges précieux, et les aiguilles,23 Et les miroirs, et les fins tissus, et les bandeaux, et les vêtements d'été.
Note Is. 3,23 : Les miroirs ; miroirs de main, en métal poli. Voir Exode, 38, 8 ; Job, 37, 18.
 
24 Et ce sera, au lieu d'une suave odeur, la puanteur, et au lieu d'une ceinture, une corde, et au lieu d'une chevelure frisée, la calvitie, et au lieu de la bandelette qui soutient leur gorge, un cilice.
 
25 Tes hommes aussi les plus beaux tomberont sous le glaive, et tes forts dans le combat.26 Et tes portes seront dans la tristesse et dans les larmes, et désolée, elle s'assiéra sur la terre.

Chapitre 4

 | 
 | 
Chap. : 
Suite de la désolation de Juda.
Germe du Seigneur en gloire.
Restes d’Israël sauvés.
1 Et sept femmes prendront un seul homme en ce jour-là, disant : Nous mangerons notre pain, et nous serons couvertes de nos vêtements ; seulement que votre nom soit invoqué sur nous, enlevez notre opprobre.
Note Is. 4,1 : Sept ; c’est-à-dire plusieurs. Les Hébreux mettaient quelquefois ce mot pour un nombre indéterminé. ― Que votre nom, etc. ; ou bien, que nous portions votre nom. Le texte hébreu, comme nous l’avons déjà remarqué, est susceptible de ces deux sens. ― Enlevez notre opprobre de n’avoir pas d’enfants. Voir Genèse, 30, 23. La misère et la désolation sont telles que les hommes ne peuvent pas trouver un chef, voir Isaïe, 3, 6-7, et les femmes ne peuvent pas trouver de mari, même aux conditions les plus dures.
 
2 En ce jour-là, le germe du Seigneur sera dans la magnificence et la gloire ; et le fruit de la terre s'élèvera, et l'exultation sera pour ceux d'Israël qui auront été sauvés.
Note Is. 4,2-6 : Ces versets font allusion au Règne Glorieux du messie, après le second avènement, la chute de l’Antéchrist et le déluge de feu concomitant ; très peu d’hommes resteront sur terre mais ils seront tous saints. Voir Isaïe, 11, 6-9 ; 30, 26 ; 65, 20-25 et note 66.22.
Note Is. 4,2 : Le fruit de la terre ; c’est encore le Sauveur, dont il est dit plus bas (voir Isaïe, 45, 8) : « Que la terre s’ouvre et qu’elle germe le Sauveur. »
3 Et voici ce qui arrivera : Quiconque aura été laissé dans Sion, et sera resté dans Jérusalem, sera appelé saint; quiconque aura été écrit comme vivant dans Jérusalem ;
Note Is. 4,3 : Quiconque, etc. Dieu est représenté comme un prince qui tient un compte exact de ses sujets ; il les efface de son registre à mesure qu’ils meurent. ― Comme vivant ; littéralement et par hébraïsme, avec la vie.
 
4 Quand le Seigneur aura purifié les souillures des filles de Sion, et qu'il aura lavé le sang de Jérusalem, lequel est au milieu d'elle, par un esprit de justice et par un esprit d'ardeur.
Note Is. 4,4 : Par un esprit, etc. ; c’est-à-dire en livrant son peuple au glaive, et ses villes aux flammes ; ce que les Pères expliquent du baptême de l’eau, et du baptême du feu ou du Saint-Esprit.
5 Et le Seigneur créera sur toute la montagne de Sion, et sur le lieu où il aura été invoqué, un nuage et une fumée pendant le jour, et l'éclat d'un feu flamboyant pendant la nuit; car sur toute gloire sera sa protection.6 Et il y aura un tabernacle pour ombrage dans le jour contre la chaleur, et pour mettre en sûreté et à couvert de la tempête et de la pluie.

Chapitre 5

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ingratitude des enfants d’Israël.
Le Seigneur prend la maison de Juda pour juge entre lui et la maison d’Israël.
Maux dont les Israélites seront accablés ; ennemis que Dieu suscitera contre eux.
1 Je chanterai à mon bien-aimé le cantique de mon proche parent à sa vigne. Une vigne a été acquise à mon bien-aimé, sur un sommet de montagne abondant en huile.
Note Is. 5,1-30 : ― 3° La parabole de la vigne, chapitre 5. ― La troisième prophétie d’Isaïe est contenue dans le chapitre 5. Elle commence par une belle parabole, qui nous décrit sous l’image très juste d’une vigne, plantée et cultivée par Dieu avec le plus grand soin, l’histoire même du peuple de Dieu. L’ingratitude et les crimes d’Israël arrachent au prophète des paroles indignées ; il menace les coupables et leur montre, en terminant, les vengeurs de leur maître outragé, sous la forme emblématique de chevaux, de lions, des mugissements de la mer et des ténèbres. Notre-Seigneur devait se servir plus tard de la même parabole pour reprocher aux Juifs leur infidélité. Voir Matthieu, 21, 33-43 ; Marc, 12, 1-10 ; Luc, 20, 9-16 ; Jérémie, 2, 21.
Note Is. 5,1 : Voir Jérémie, 2, 21. ― A mon bien-aimé ; c’est-à-dire, comme le montre la suite, Jésus-Christ, le bien-aimé de Dieu et des hommes. Une vigne ; la maison d’Israël (voir verset 7). ― Jésus-Christ emploie une parabole semblable en parlant des Juifs incrédules (voir Matthieu, 21, verset 33 et suivants). ― Un sommet de montagne ; littéralement et par hébraïsme, une corne, c’est-à-dire la partie d’une montagne la plus élevée, comme la corne est la partie la plus élevée de certains animaux. Les Arabes eux-mêmes emploient cette locution. ― Abondant en huile ; littéralement fils de l’huile (filio olei). En hébreu, le mot fils signifie aussi doué, possesseur de, et le terme huile s’applique à tous les corps gras, aux oliviers, aux figuiers, etc. Or, on sait que les meilleurs plants de vigne, dans la Palestine, sont sur des montagnes chargées d’oliviers et de figuiers.
 
2 Et il l'a environnée d'une haie, et il en a ôté les pierres, il y a mis un plant choisi, et il y a bâti une tour au milieu, et il y a construit un pressoir; et il a espéré qu'elle produirait des raisins et elle a produit des grappes sauvages.
Note Is. 5,2 : Une tour. Sous ce nom les Pères et les interprètes entendent le temple, et sous le terme de pressoir, l’autel des holocaustes. ― Une tour. « De nombreux enclos délimités par de petits murs en pierres sèches [dans les environs de Bethléhem et dans la plus grande partie de la Palestine] renferment presque tous à leur centre, soit debout, soit renversée, une de ces petites tours qui servaient autrefois, comme quelques-uns d’entre elles servent encore aujourd’hui, à protéger ces enclos à l’époque de la récolte. » ― Il l’a environné d’une haie et il en a ôté les pierres. « Par cette haie, il faut entendre ici un petit mur de séparation, construit avec les pierres retirées de l’enclos pour laisser place à la vigne, et hérissé en outre la plupart du temps de plantes épineuses. » ― Il y a construit un pressoir. On trouve en Palestine des pressoirs taillés dans le roc. « Dans les environs de Bethléhem, [on voit] trois ou quatre de ces pressoirs antiques, creusés dans le roc, et divisés soit en deux, soit en trois compartiments. » (V. GUERIN.)
 
3 Maintenant donc, habitants de Jérusalem, et hommes de Juda; soyez juges entre moi et ma vigne.4 Qu'est-ce que j'ai dû faire de plus à ma vigne, que je ne lui ai pas fait? n'ai-je pas espéré qu'elle produirait des raisins, et elle a produit des grappes sauvages?
 
5 Et maintenant je vous montrerai ce que moi je ferai à ma vigne; j'enlèverai sa haie, et elle sera au pillage; je détruirai sa muraille, et elle sera foulée aux pieds.
Note Is. 5,5-6 : Les menaces faites dans ces versets furent accomplies à la lettre, lors de la désolation d’Israël par les Assyriens ; mais elles ont reçu un second accomplissement sur les Juifs incrédules, depuis la mort de Jésus-Christ.
6 Je la rendrai déserte; elle ne sera pas taillée, et elle ne sera pas labourée ; les ronces et les épines s'élèveront, et je commanderai aux nuées de ne pas répandre sur elle de pluie.
 
7 Car la vigne du Seigneur des armées est la maison d'Israël, et l'homme de Juda son germe délectable; et j'ai espéré qu'il rendrait un jugement, et voilà l'iniquité; qu'il rendrait la justice, et voilà le cri de l'opprimé.
 
8 Malheur à vous qui joignez maison à maison, et qui ajoutez un champ à un champ jusqu'à ce que le lieu vous manque; est-ce que vous seuls vous habiterez au milieu de la terre ?9 Voici ce qui a été révélé à mes oreilles. Le Seigneur des armées dit : J'ai juré si des maisons nombreuses, élevées et belles ne seront pas désertes, sans habitant.
Note Is. 5,9 : Révélé ; mot très probablement sous-entendu ici, et exprimé dans un passage parallèle (voir Isaïe, 22, 14). ― Mes oreilles ; c’est-à-dire les oreilles du prophète (comparer au même passage). C’est le sens de l’hébreu, comme l’a justement remarqué saint Jérôme dans son Commentaire ; c’est aussi celui de la paraphrase chaldaïque, contrairement à la version des Septante. ― Si des maisons… ne seront pas ; c’est-à-dire qu’elles seront (Voir sur les formules de serment, Psaumes, 94, 11).
10 Car dix arpents de vignes rapporteront une seule petite bouteille, et trente mesures de semence produiront trois mesures.
Note Is. 5,10 : Dans l’hébreu : « Dix journées de travail de vigne, (l’étendue de vigne qu’on peut travailler en dix jours) produira un bath (de vin) et un homer de semence produira un épha de récolte. L’épha était la dixième partie d’un homer. Voir à la fin du volume, note 21, les mesures hébraïques.
 
11 Malheur à vous qui vous levez dès le matin pour vous abandonner à l'ivresse, et pour boire jusqu'à la nuit, afin que par le vin vous vous échauffiez.
Note Is. 5,11 : Le vin dont il est question ici est un vin artificiel, fait avec des dattes, des pommes, des grenades, du miel, de l’orge, et souvent mélangé d’aromates.
12 La harpe, et la lyre, et le tambour, et la flûte, et le vin se trouvent dans vos festins ; et l'oeuvre du Seigneur, vous n'y avez pas égard, et les ouvrages de ses mains, vous ne les considérerez pas.13 C'est pour cela que mon peuple a été emmené captif, parce qu'il n'a pas d'intelligence; et que les nobles d'Israël ont péri de faim, et que la multitude de son peuple a séché par la soif.
Note Is. 5,13 : C’est pour cela, etc. Cette prophétie, qui se rapporte à la lettre à la captivité de Babylone, est un symbole de la dispersion des Juifs incrédules depuis la mort de Jésus-Christ ; et c’est à ceux-ci que saint Jérôme l’applique.
14 C'est pour cela que l'enfer a dilaté son âme, et qu'il a ouvert sa bouche d'une manière illimitée; et ses puissants, et son bas peuple, et ses grands, et ses hommes glorieux y descendront.
Note Is. 5,14 : Son âme ; hébraïsme, pour lui-même. ― L’enfer ; en hébreu : le scheôl, la demeure des morts.
 
15 Et l'homme du peuple s'inclinera, et l'homme de condition sera humilié, et les yeux des superbes s'abaisseront.16 Et le Dieu des armées sera exalté à cause de son jugement: et le Dieu saint sera sanctifié à cause de sa justice.
Note Is. 5,16 : Sera sanctifié ; reconnu pour saint, loué comme saint.
17 Et les agneaux paîtront à leur ordinaire, et dans les déserts devenus fertiles, des étrangers trouveront leur nourriture.
 
18 Malheur à vous qui tirez l'iniquité avec les cordes de la vanité, et le péché comme les traits d'un chariot;19 Qui dites : Qu'il se hâte, et que son œuvre vienne bientôt, afin que nous la voyions; et qu'il s'approche et qu'il vienne, le décret du saint d'Israël, et nous le connaîtrons !
Note Is. 5,19 : Qu’il ; c’est-à-dire Dieu, dont il s’agit dans tout ce verset. ― Son œuvre ; ce qu’il prétend faire, ce dont il nous menace depuis longtemps. On trouve dans plusieurs autres prophètes de pareilles insolences dites par les Juifs.
 
20 Malheur à vous qui appelez le mal bien, et le bien mal ; qui donnez les ténèbres pour la lumière, et la lumière pour les ténèbres; qui donnez l'amer pour le doux et le doux pour l'amer!
 
21 Malheur à vous qui êtes sages à vos yeux, et qui êtes prudents vis-à-vis de vous-mêmes!
Note Is. 5,21 : Voir Proverbes, 3, 7 ; Romains, 12, 16.
22 Malheur à vous qui êtes puissants à boire le vin, et des hommes vaillants à mêler des boissons enivrantes;
Note Is. 5,22 : Mêler des boissons enivrantes. Voir, plus haut, verset 11.
23 Qui justifiez l'impie pour des présents, et ravissez au juste sa propre justice!
 
24 A cause de cela, comme une langue de feu dévore la paille, et comme la chaleur de la flamme la brûle entièrement, ainsi leur racine sera comme de la cendre embrasée, et leur germe s'élèvera comme de la poussière. Car ils ont rejeté la loi du Seigneur des armées, et ils ont blasphémé la parole du saint d'Israël.
Note Is. 5,24 : Langue de feu ; signifie flamme. Comparer à Actes des Apôtres, 2, 3.
25 C'est pour cela qu'a été irritée la fureur du Seigneur contre son peuple; et qu'il a étendu sa main sur lui, et qu'il l'a frappé; que les montagnes ont été ébranlées, et que leurs cadavres sont devenus comme la boue sur les places publiques. Au milieu de tous ces maux, sa colère ne s'est point détournée, mais sa main a été encore étendue.
 
26 Et il élèvera son étendard au loin parmi les nations ; et il sifflera pour l'appeler des confins de la terre ; et voici qu'en grande hâte il viendra promptement.
Note Is. 5,26 : Il sifflera, etc. ; littéralement il sifflera vers lui (sibilabit ad eum). Le pronom lui peut se rapporter à ennemi (hostem), ou à armée (exercitum), ou bien encore à peuple (populum) sous-entendu. L’hébreu offre la même amphibologie ; mais le grec porte à elles, c’est-à-dire aux nations ; ce qui fait disparaître toute difficulté. Plusieurs Pères prétendent que ce sifflement est une allusion aux gardes des mouches à miel qui les font venir de leurs ruches dans la campagne au son du sifflet, et les ramènent de la même manière, lorsque la nuit approche. Cette explication semble confirmée par ce que dit Isaïe lui-même un peu plus bas (voir Isaïe, 7, 18). Le sujet des verbes il élèvera, il sifflera est le Seigneur, nommé au verset précédent ; mais celui de il viendra, est l’ennemi, ou l’armée, ou le peuple appelé par le sifflement du Seigneur.
27 Il n'y a dans lui ni de défaillant ni de fatigué ; il ne sommeillera ni ne dormira; la ceinture de ses reins ne se déliera pas, ni la courroie de sa chaussure ne se rompra.
Note Is. 5,27 : La ceinture, etc. ; celle qu’on portait dans les voyages. ― Ne pas délier la ceinture, c’est donc être toujours en marche.
28 Ses flèches sont aiguës, et tous ses arcs bandés. La corne de leurs chevaux est comme un caillou; et ses roues comme l'impétuosité de la tempête.
Note Is. 5,28 : Ses roues ; les roues de ses chariots. ― La corne de leurs chevaux est comme un caillou. Les anciens ne ferraient pas les chevaux. Ceux de ces animaux qui avaient le sabot très dur, qui avaient « des pieds d’airain », comme dit Homère, étaient par là même particulièrement estimés.
29 Son rugissement est comme celui du lion; il rugira comme les petits des lions ; et il frémira; et il saisira sa proie et il l'étreindra, et il n'y aura personne qui puisse la lui arracher.30 Et un bruit se fera entendre sur lui en ce jour-là, comme le bruit de la mer; nous regarderons sur la terre, et voilà les ténèbres de la tribulation ; et la lumière a été couverte de ténèbres par sa profonde obscurité
Note Is. 5,30 : Sa profonde obscurité. Le pronom sa se rapporte au mot tribulation, qui, comme l’affliction, la misère, la calamité, est ordinairement représentée dans l’Ecriture sous l’emblème d’une nuit sombre et ténébreuse.

Chapitre 6

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Isaïe voit la gloire du Seigneur.
Le Seigneur l’envoie porter sa parole aux enfants d’Israël et de Juda ; il lui annonce leur endurcissement, et les différentes révolutions qu’ils doivent éprouver.
1 En l'année où. est mort le roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône haut et élevé; et ce qui était sous lui remplissait le temple,
Note Is. 6,1-13 : ― 4° Vocation d’Isaïe au ministère prophétique, chapitre 6. ― Le chapitre 6 nous raconte les détails de la vocation du prophète à sa mission prophétique. « La tradition place cette prophétie après la mort d’Ozias et à la première année de Joathan… Les modernes se sont écartés de cet arrangement : 1° parce que le sujet de ce chapitre doit le faire considérer comme le premier dans l’ordre des temps ; 2° parce que le titre : En l’année où est mort le roi Ozias (vérifier si Glaire est gardé ici) (758), se rapporte non au temps qui a suivi, mais à celui qui a précédé la mort de ce roi de Juda… Ces raisons, quoique plausibles, ne vont pas au-delà de simples vraisemblances… Les interprètes ont examiné : 1° quel a été l’objet de cette vision prophétique ; 2° quelle en est la scène ; 3° quelle en est la nature. ― 1° Selon quelques-uns, l’objet de la vision a été le Père, selon d’autres Dieu le Fils, et selon d’autres la Sainte Trinité. Ce dernier sentiment est plus probable, attendu que l’Eglise, dès les premiers siècles, a reconnu une allusion aux trois personne divines dans les mots : Saint, saint, saint, et dans cette interrogation : Qui enverrai-je (unité de substance), et qui ira pour nous (pluralité de personnes) ? ― 2° La scène s’est passée, selon les uns, dans le temple de Salomon ; selon d’autres, dans le ciel montré à l’imagination du prophète sous des formes semblables à celles du temple… ― 3° On peut admettre une apparition réelle, comme celles dont furent honorés tant d’autres avant Isaïe. Cependant Cornelius a Lapide, après saint Augustin, soutient que tout s’est passé dans l’imaginaire du prophète, et ce sentiment paraît bien plus probable. » (LE HIR.)
Note Is. 6,1 : Le Seigneur ; c’est-à-dire selon Jean (voir Jean, 12, 40-41), le Fils de Dieu. ― Et ce qui était au-dessous de lui ; les tapis sur lesquels le trône était placé ; ou plutôt, selon le texte original, le bas, le bord, l’extrémité de sa robe ; car c’est le sens qu’a le terme hébreu dans Exode, 28, 33-34. ― Le temple ; en hébreu hékal, mot qui signifie palais des rois et temple de Dieu. C’est la demeure extra-terrestre, le ciel où Dieu réside.
2 Des séraphins étaient au-dessus du trône : l'un avait six ailes, et l'autre six ailes; avec deux, ils voilaient leur face, et avec deux ils voilaient leurs pieds, et avec deux ils volaient.
Note Is. 6,2 : Leur face ; littéralement et par hébraïsme, sa face ; parce que le pluriel ils voilaient (velabant) est pour chacun d’eux voilait. Des séraphins, mot qui signifie brûlants, enflammés, et qui désigne un chœur des anges. Ce passage est le seul endroit, soit de l’Ancien, soit du Nouveau Testament où nous lisions leur nom.
3 Et ils se criaient l'un à l'autre, et ils disaient : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu des armées, toute la terre est pleine de sa gloire.
Note Is. 6,3 : Voir Apocalypse, 4, 8. ― Saint, saint, saint. Cette triple glorification d’un seul Dieu désigne, d’après les Pères, le mystère de la trinité des personnes divines dans l’unité de la divine essence.
 
4 Et les linteaux des gonds furent ébranlés par la voix des anges qui criaient, et la maison fut remplie de fumée.5 Et je dis : Malheur à moi, parce que je me suis tu, parce que moi je suis un homme souillé par mes lèvres, et que j'habite au milieu d'un peuple qui a les lèvres souillées, et que j'ai vu le roi Seigneur des armées de mes yeux!
Note Is. 6,5 : Malheur, etc. Saint Jérôme, saint Cyrille, Théodoret, et plusieurs interprètes après eux, pensent qu’Isaïe se reproche ici d’avoir offensé Dieu par le silence qu’il garda envers Ozias lorsqu’il s’empara du sacerdoce (voir 2 Paralipomènes, 26, 17-18). D’autres veulent que le prophète se reproche de n’avoir pas mêlé ses louanges à celles des séraphins. D. Calmet croit qu’Isaïe fait ici la même confession ou la même excuse au Seigneur que Moïse après l’apparition de Dieu dans le buisson ardent. Comparer à Exode, 4, 10 ; 6, vv. 12, 30. ― Et que j’ai vu, etc. Les hébreux croyaient qu’on ne pouvait voir Dieu ou un ange sans mourir (voir Genèse, 16, 13 ; Exode, 33, 20).
 
6 Et vers moi voilà un des séraphins, et dans sa main était un caillou qu'avec des pincettes il avait enlevé de l'autel.
Note Is. 6,6 : Caillou (calculus) ; dans l’hébreu, pierre rougie au feu ; dans le grec, charbon. ― De l’autel. Isaïe voit dans le ciel un autel analogue à celui du temple de Jérusalem, sur lequel brûle le feu. Le feu est l’emblème de la purification.
7 Et il en toucha ma bouche et dit : Cela a touché tes lèvres, et ton iniquité sera effacée, et ton péché sera purifié.
 
8 Et j'entendis la voix du Seigneur disant : Qui enverrai-je et qui ira pour nous? Et je dis : Me voici ; envoyez-moi.
Note Is. 6,8 : Qui enverrai-je ? Ce singulier marque l’unité d’essence. ― Pour nous ; exprime la distinction des personnes dans l’essence divine.
9 Et il dit : Va, et tu diras à ce peuple : Ecoutant, écoutez, et ne comprenez pas ; et voyez la vision, et ne la discernez pas;
Note Is. 6,9 : Voir Matthieu, 13, 14 ; Marc, 4, 12 ; Luc, 8, 10 ; Jean, 12, 40 ; Actes des Apôtres, 28, 26 ; Romains, 11, 8. ― Ecoutant, écoutez ; hébraïsme, pour écoutez bien.
10 Aveugle le cœur de ce peuple, et rends ses oreilles sourdes, et ferme ses yeux ; de peur qu'il ne voie de ses yeux, et qu'il n'entende de ses oreilles, et que de son cœur il ne comprenne, et qu'il ne se convertisse et que je ne le guérisse.
Note Is. 6,10 : Aveugle, etc. Saint Jean, saint Paul et Jésus-Christ même ont appliqué ce passage à l’endurcissement des Juifs au temps de l’Evangile. Voir Matthieu, 13, 14 ; Luc, 8, 10 ; Jean, 12, 40 ; Actes des Apôtres, 28, 26 ; Romains, 11, 8. ― Le cœur ; l’intelligence.
11 Et j'ai dit : Jusques à quand, Seigneur? et il a dit : Jusqu'à ce que les cités soient désolées, et sans un habitant, et que les maisons soient sans un homme ; et la terre sera laissée déserte.12 Et le Seigneur éloignera les hommes, et elle se multipliera, celle qui avait été délaissée au milieu de la terre.
Note Is. 6,12 : Eloignera ; bannira les Juifs loin de leur pays. ― Elle se multipliera, etc. ; la nation des Juifs.
13 Et elle sera encore décimée, et elle se convertira, et elle se montrera comme le térébinthe et comme le chêne qui étend ses rameaux; ce sera une race sainte, ce qui restera en elle.
Note Is. 6,13 : Elle sera encore décimée. Cette décimation que quelques interprètes ont prise à tort en bonne part, pourrait s’expliquer du carnage qui fut fait des Juifs sous Adrien ; carnage si horrible, qu’à peine la dixième partie put s’y soustraire.

Chapitre 7

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Le roi de Syrie et le roi d’Israël se liguent contre Jérusalem.
Ils ne prévaudront pas.
La vierge enfantera un fils nommé Emmanuel.
Maux qui doivent fondre sur Juda.
1 Et il arriva dans les jours d'Achaz, fils de Joathan, fils d'Ozias, roi de Juda, que Rasin, roi de Syrie, et Phacée, fils de Romélie, roi d'Israël, montèrent à Jérusalem pour lui livrer bataille ; et ils ne purent la réduire.
Note Is. 7,1 : Voir 4 Rois, 16, 5. ― IIe groupe : Prophéties du temps d’Achaz ou la prophétie d’Emmanuel, du chapitre 7 au chapitre 12. ― La seconde période du ministère prophétique d’Isaïe comprend les oracles prononcés sous le règne d’Achaz. Achaz régna 16 ans (742-727). Trois circonstances de son histoire doivent être principalement notées pour l’intelligence des prophéties d’Isaïe à cette époque. ― 1° Achaz, au lieu de maintenir le culte de Dieu, comme Ozias et Joathan, favorisa ouvertement l’idolâtrie. ― 2° Phacée d’Israël et Rasin de Damais continuèrent contre lui les hostilités qu’ils avaient commencées contre Joathan, voir 4 Rois, 15, 37. Les détails de la guerre contre Achaz sont donnés dans 4 Rois, 16, 5-9 et 2 Paralipomènes, 28, 5-21. Plusieurs pensent que la guerre fut courte, mais cette opinion est peu vraisemblable. Les confédérés ne purent exécuter qu’en plusieurs campagnes tout ce qui est racontés dans les Rois et les Paralipomènes. Dans une première campagne, résumée par Isaïe, 7, 1, ils assiégèrent sans succès Jérusalem, voir 4 Rois, 16, 5. C’est alors qu’Isaïe fit la prophétie du chapitre 7, versets 1 à 9. ― 3° Comme Phacée et Rasin continuèrent, probablement chacun de leur côté, à ravager le royaume de Juda, Rasin poussant jusqu’à la mer Rouge, voir 4 Rois, 16, 6, et emportant un grand butin, voir 2 Paralipomènes, 28, 5 ; Phacée ravageant aussi Juda, faisant périr cent vingt mille hommes, emmenant deux cent mille captifs, voir 2 Paralipomènes, 28, vv. 5-6, 8, Achaz manqua de confiance en Dieu ; et ne se sentant pas de force à lutter contre ces deux ennemis que soutenaient encore les Iduméens et les Philistins, voir 4 Rois, 16, 6 ; 2 Paralipomènes, 28, 17-18, il appela à son aide Téglathphalasar, roi d’Assyrie. Isaïe fit les prophéties du chapitre 7, verset 10 au chapitre 12, à la suite de cet appel à l’étranger. ― C’est au moment où le bruit de la marche des Israélites et des Syriens vient d’arriver dans la capitale, et la remplit de terreur, qu’Isaïe commence les prophéties contenues dans les chapitres 7 à 12. Elles forment ce qu’on a appelé le livre d’Emmanuel, parce qu’Emmanuel ou le Messie en est le sujet principal. Elles ont cela de commun, qu’elles ont toutes été faites à l’occasion de la guerre de Phacée et de Rasin contre Juda.
2 Et on l'annonça à la maison de David, en disant : La Syrie a trouvé un appui dans Ephraïm; et le cœur d'Achaz fut agité ainsi que le cœur du peuple, comme la face du vent.
 
3 Et le Seigneur dit à Isaïe : Sors au-devant d'Achaz, toi et Jasub ton fils qui t'est resté, et va à l'extrémité du canal de la piscine supérieure, sur la voie du champ du foulon.
Note Is. 7,3 : Jasub ; signifie en hébreu un reste reviendra ; nom mystérieux, et que Dieu, autant qu’on peut en juger, avait fait donner à cet enfant, comme preuve que Juda serait délivré de l’oppression de ce règne, et que les restes du peuple se convertiraient sous le règne d’Ezéchias. Comparer à Isaïe, 10, 21-22. ― La piscine supérieure ; elle était au pied des murs de Jérusalem, à l’orient. ― La situation de la piscine supérieure est controversée, mais on la place aujourd’hui le plus communément à l’ouest de la ville, et on l’identifie avec le Birket-Mamilla.
4 Et tu lui diras : Voyez à vous tenir en repos ; ne craignez point, et que votre cœur ne tremble point à cause de ces deux bouts de tisons fumants, devant la colère de Rasin, roi de Syrie, et du fils de Romélie ;5 Parce que la Syrie, Ephraïm et le fils de Romélie ont formé de mauvais desseins contre vous, disant :
 
6 Montons contre Juda, et mettons-le en mouvement, faisons-le venir à nous, et établissons-y pour roi le fils de Tabéei.
Note Is. 7,6 : Le fils de Tabéel. On lit dans une inscription du roi d’Assyrie Téglathphalasar le nom d’un personnage qui s’appelle Itibil ou Tibil et qui peut être le Tabéel d’Isaïe ; mais l’inscription est malheureusement si mutilée que nous ne savons pas ce qu’était ce personnage.
7 Voici ce que dit le Seigneur Dieu : Cela ne subsistera pas et ne sera même pas.8 Mais la capitale de la Syrie est Damas, et le chef de Damas est Rasin; et encore soixante-cinq ans, et Ephraïm cessera d'être un peuple.
Note Is. 7,8 : Ce verset 8, dans lequel est annoncée la ruine complète d’Ephraïm, c’est-à-dire du royaume des dix tribus, au bout de 65 ans, offre plusieurs difficultés. ― 1° On soutient qu’il est une interpolation ou bien qu’il est une prophétie faite après coup, comme s’il était plus difficile à Dieu de révéler une date en particulier que l’avenir en général ! On affirme, il est vrai, mais à tort, que les prédictions de l’Ancien Testament ne sont jamais aussi précises. Cet exemple n’est pas isolé, nous en rencontrons beaucoup d’autres. ― 2° On a prétendu aussi que ce chiffre de 65 est faux. Il n’en est rien. Il serait inexact, s’il s’agissait de la prise de Samarie par Salmanasar et Sargon, laquelle eut lieu, en effet peu d’années après, mais Isaïe ne parle pas de l’époque où Ephraïm cessa d’être un royaume, il parle du temps où il cessa d’être un peuple, ce qui, d’après des calculs fort probables, eut lieu du temps d’Assaraddon, la 6e année du règne de ce roi d’Assyrie, la 20e de celui de Manassé de Juda. Le monarque ninivite fit transporter en divers pays les derniers restes d’Israël, comme nous pouvons le conclure de 1 Esdras, 4, 2. Or, de la 1re année d’Achaz, date de la prophétie d’Isaïe, à la 20e année de Manassé, il y a juste 65 ans : 16 années d’Achaz + 29 d’Ezéchias + 20 de Manassé = 65.
9 Et la capitale d'Ephraïm est Samarie, et le chef de Samarie le fils de Romélie. Si vous ne croyez pas, vous ne persévérerez pas.
Note Is. 7,9 : Samarie. Voir 3 Rois, note 16.24.
 
10 Le Seigneur parla encore à Achaz, disant :
Note Is. 7,10-25 : IIe prédiction de la naissance d’Emmanuel, chapitre 7, versets 10 à 25. ― Cette seconde prophétie date probablement de la même année que la précédente (742), et ne lui est postérieure que de peu de temps. Elle est une des plus importantes de l’Ancien Testament, parce qu’elle annonce la naissance miraculeuse du fils de la Vierge, Emmanuel, c’est-à-dire « Dieu avec nous ». Elle se divise en quatre parties : 1° chapitre 7, versets 10 à 13. Isaïe fait connaître les circonstances de la prophétie. Au moment, semble-t-il, où Achaz songe à appeler Téglathphalasar à son secours, le prophète, pour lui prouver que Juda peut se reposer sur Dieu de sa défense, dit au roi qu’il peut demander comme gage de cette protection un signe ou un miracle. Le prince le refuse. ― 2° Isaïe n’en donne pas moins de signe : la naissance du fils de la Vierge, versets 14 à 17. Ce signe est accompagné de l’assurance qu’en deux ou trois ans Juda sera délivré de la Syrie et d’Israël, mais il sera puni lui-même d’avoir appelé l’Assyrien. ― 3° Un événement prochain, l’invasion de la Palestine par les armées égyptienne et ninivite, conformera la vérité de l’oracle divin, versets 18 à 20. ― 4° Tableau de la désolation produite par cette invasion, versets 21 à 25.
Note Is. 7,10 : Parla encore ; littéralement ajouta à parler. Voir sur cet hébraïsme, le 2° à la fin des Observations préliminaires des Psaumes.
11 Demande pour toi un miracle au Seigneur ton Dieu, au fond de l'enfer, ou au plus haut des cieux.12 Et Achaz dit : Je n'en demanderai pas, et je ne tenterai pas le Seigneur.13 Et le prophète dit : Ecoutez donc, maison de David : Est-ce peu pour vous d'être fâcheux aux hommes, puisque vous êtes fâcheux même à mon Dieu?14 A cause de cela le Seigneur lui-même vous donnera un signe. Voilà que la vierge concevra et enfantera un fils, et son nom sera appelé Emmanuel.
Note Is. 7,14 : La vierge. C’est ainsi que portent l’hébreu et les Septante. En vain les rationalistes allemands se sont-ils efforcés de prouver que l’article ici n’avait aucun sens déterminatif ; tous les exemples qu’ils allèguent sont faussement appliqués. Leurs efforts ne sont pas moins vains quand ils veulent établir que le terme hébreu traduit par vierge (virgo) ne signifie qu’une fille nubile. L’argument qu’ils tirent de l’arabe, en l’appliquant encore faussement, ne prouve rien. Tout conspire donc ici en faveur du sens de la Vierge, l’étymologie, le contexte et la tradition. Saint Matthieu (voir Matthieu, 1, 22-23) nous fait remarquer l’accomplissement de cette prophétie, en expliquant le nom d’Emmanuel. Comparer à Isaïe, 8, 8. ― La mère d’Emmanuel est la Très Sainte Vierge, et Emmanuel est Jésus-Christ, d’après l’attestation formelle de saint Matthieu (voir Matthieu, 1, 22-23). Voir aussi Luc, 1, 31, qui contient une allusion évidente à Isaïe, 7, 14. Le texte grec de saint Luc reproduit à peu près littéralement, sauf les modifications nécessaires, le texte grec de la traduction de ce verset d’Isaïe dans les Septante. Cette explication authentique de la prophétie d’Isaïe est décisive, aussi a-t-elle été soutenue par tous les Pères et les docteurs. ― 2° Emmanuel n’est pas un fils d’Achaz, comme on l’a faussement soutenu. Plusieurs critiques ont imaginé que l’enfant annoncé par le prophète était Ezéchias. Mais Ezéchias avait déjà neuf ans, au moins, à l’époque de cette prophétie, par conséquent Isaïe ne pouvait prédire sa naissance, comme l’a observé saint Jérôme. ― Le fils de la Vierge est appelé Emmanuel, c’est-à-dire « Dieu avec nous », nom significatif, comme tous les noms hébreux, et qui nous fait connaître la nature du Messie : c’est Dieu lui-même, venant vivre au milieu de nous. Ce nom est d’ailleurs plutôt un nom symbolique qu’un nom propre, comme les noms qui lui sont donnés, voir Isaïe, 9, 6.
15 Il mangera du beurre et du miel, en sorte qu'il sache réprouver le mal et choisir le bien.
Note Is. 7,15 : Du beurre et du miel. C’est la nourriture des habitants du désert, et c’était aussi chez les anciens, la nourriture ordinaire des enfants. ― Dans la suite du verset en sorte que, ne peut signifier qu’il se nourrira de lait et de miel, afin de savoir choisir entre le mal et le bien, ce qui n’aurait aucun sens, mais jusqu’à ce que il ait atteint l’âge de discrétion, c’est-à-dire qu’il soit sorti de l’enfance. C’est ainsi que l’ont compris la paraphrase chaldaïque les Septante et généralement les commentateurs.
16 Parce qu'avant que l'enfant sache réprouver le mal et choisir le bien, la terre que tu détestes sera abandonnée de ses deux rois.
Note Is. 7,16 : L’explication de ce verset offre des difficultés et on l’a très diversement interprété. Tout le monde convient que le verset 15 s’applique à Emmanuel : il se nourrira de la même nourriture que ceux de son âge. Mais comment Emmanuel peut-il désigner le Messie, puisque, d’après le verset 16, avant que celui qui est promis comme signe soit sorti de l’enfance, c’est-à-dire avant deux ou trois ans, les royaumes de Syrie et d’Israël, ennemis de Juda, auront été dépeuplés par Téglathphalasar, roi d’Assyrie ? ― L’explication la plus simple consiste à supposer qu’Isaïe veut indiquer simplement une date et que le sens est : Avant que se soit écoulé le temps qu’il faudrait à Emmanuel, s’il naissait de nos jours, pour sortir de l’enfance, Israël et la Syrie seront désolés. ― Il est à remarquer que, contrairement aux usages des prophètes, après que la naissance d’Emmanuel, qui doit servir de signe, a été annoncée, Isaïe ne nous dit nulle part qu’Emmanuel soit né réellement de son temps. Pourquoi, si ce n’est parce qu’il ne devait naître réellement que plus de 700 ans après ? ― On peut se demander, il est vrai, pourquoi Dieu choisit une marque si éloignée de sa protection, au milieu des dangers présents, mais, 1° nous voyons, par toutes les prophéties, qu’il console souvent son peuple par les espérances messianiques qu’il fait briller à leurs yeux ; 2° c’est parce que l’accomplissement de ce prodige ne doit avoir lieu que plus tard qu’il donne un signe prochain dans la naissance du fils d’Isaïe, laquelle fait le sujet de la troisième prophétie.
 
17 Le Seigneur amènera, avec le roi des Assyriens, sur toi, sur ton peuple et sur la maison de ton père, des jours qui ne sont pas venus depuis la séparation d'Ephraïm d'avec Juda.
 
18 Il arrivera en ce jour que Dieu sifflera pour appeler la mouche qui est à l'extrémité des fleuves de l'Egypte, et l'abeille qui est dans la terre d'Assur;
Note Is. 7,18 : La mouche. Sur les mouches d’Egypte, voir Psaumes, note 104.31. Les Egyptiens sont comparés aux mouches, parce qu’elles infectent la vallée du Nil, et les Assyriens aux abeilles, qui sont nombreuses dans leur pays.
19 Et elles viendront et elles se reposeront toutes dans les torrents des vallées, et dans les cavernes des pierres, et sur tous les arbrisseaux et dans tous les trous.20 En ce jour-là, le Seigneur rasera avec un rasoir emprunté sur ceux qui sont au-delà fleuve et sur le roi des Assyriens la tête, et le poil des pieds et toute la barbe.
Note Is. 7,20 : Au-delà du fleuve de l’Euphrate. ― Le rasoir est le roi des Assyriens, qui rasera, c’est-à-dire ravagera tout le royaume de Juda ; raser toute la barbe à un homme était un cruel outrage.
 
21 Et il arrivera en ce temps-là qu'un homme nourrira une vache et deux brebis,
Note Is. 7,21 : Vache ; littéralement vache de bœufs (vaccam boum) ; les Septante lisent : génisse de bœufs, et l’hébreu : génisse de bœuf.
22 Et à cause de l'abondance du lait il mangera du beurre ; car il mangera du beurre et du lait, quiconque aura été laissé au milieu de la terre.23 Et il arrivera en ce jour-là, qu'en tout lieu où il y aura eu mille pieds de vigne, à mille pièces d'argent, ces pieds de vigne seront changés en épines et en ronces.24 On y entrera avec les flèches et l'arc; car les ronces et les épines seront sur toute la terre.
Note Is. 7,24 : Avec les flèches, à cause des bêtes sauvages.
25 Quant à toutes les montagnes qui seront bien sarclées, la crainte des épines et des ronces ne les atteindra pas, mais elles serviront de pâturage au bœuf, et le menu bétail les foulera aux pieds.

Chapitre 8

 | 
 | 
Chap. : 
Fils qui doit naître à Isaïe.
Désolation prochaine des deux royaumes d’Israël et de Syrie.
Désolation de Juda.
Vains efforts des ennemis de Juda.
Le Seigneur devient une pierre de scandale pour les deux maisons d’Israël et de Juda.
Désolation du royaume des dix tribus.
1 Et le Seigneur me dit : Prends un grand livre et écris-y en style d'homme : Enlève promptement les dépouilles, prends vite le butin.
Note Is. 8,1-4 : IIIe prophétie : Signe prochain de la délivrance de Juda dans la promesse du fils d’Isaïe. ― Dieu commande à Isaïe de donner un nom prophétique au fils qui va lui naître : Maher-schâlal-khasch-baz, c’est-à-dire, comme l’a traduit saint Jérôme, Hâte-toi d’enlever les dépouilles, verset 3. Avant qu’il sache parler, c’est-à-dire dans un an, Damas sera vaincue et le royaume d’Israël pillé par le roi d’Assyrie, verset 4. En effet, dans l’intervalle de temps marqué par le prophète, le roi de Damas, Rasin, fut battu et tué par Théglathpahalasar, voir 4 Rois, 16, 9, et le royaume de Phacée ravagé par le même prince, qui emmena captifs une partie des habitants de la Palestine du nord, voir 4 Rois, 15, 29. Tous ces faits, racontés par la Bible, sont confirmés par les fragments des annales assyriennes du roi de Ninive, retrouvés dans ces dernières années.
Note Is. 8,1 : En style d’homme ; c’est-à-dire dans une écriture que tout homme puisse facilement lire. La paraphrase chaldaïque dit écriture claire. Le prophète Habacuc a exprimé (voir Habacuc, 2, 2) la même pensée qu’Isaïe, quoiqu’en des termes différents.
2 Et je pris des témoins fidèles, Urie le prêtre et Zacharie fils de Barachie ;
Note Is. 8,2 : Urie est très probablement le grand prêtre dont il est question à 4 Rois, 16, 10-11. Zacharie est sans doute un lévite, mais il n’est pas autrement connu.
3 Et je m'approchai de la prophétesse, et elle conçut et enfanta un fils. Et le Seigneur me dit : Appelle son nom : Hâte-toi d'enlever les dépouilles : Empresse-toi de prendre le butin.
Note Is. 8,3 : La prophétesse ; c’est la femme d’Isaïe.
4 Parce qu'avant que l'enfant sache nommer son père et sa mère, la puissance de Damas sera enlevée, ainsi que les dépouilles de Samarie devant le roi des Assyriens.
 
5 Et le Seigneur me parla encore, disant :
Note Is. 8,5- : 12 IVe prophétie : Le triomphe du peuple de Dieu sur ses ennemis du temps d’Achaz est le symbole de son triomphe au temps du Messie, du chapitre 8, verset 5 au chapitre 12. ― Le triomphe du peuple de Dieu annoncé par la troisième prophétie et accompli depuis, n’est que le symbole d’un triomphe plus grand encore au temps de Messie. Dieu parle de nouveau à Isaïe, chapitre 8, verset 5. ― 1° Israël et Juda seront punis pour avoir placé leur confiance dans des secours étrangers, mais Emmanuel viendra les consoler un jour au milieu des ténèbres dans lesquelles ils seront plongées ; un petit enfant naîtra, ce sera l’enfant-Dieu et il consolidera le trône de David, à jamais, du chapitre 8, verset 5 au chapitre 9, verset 7. ― 2° Il ne paraîtra cependant sur la terre que lorsque les enfants de Jacob et en particulier Ephraïm auront été châtiés, du chapitre 9, verset 8 au chapitre 10, verset 4. ― 3° Alors Dieu brisera Assur, la verge dont il s’est servi et la figure de tous les ennemis de son peuple : le reste d’Israël se convertira ; la tige de Jessé changera la face du monde, et Sion chantera un cantique d’action de grâces en l’honneur de son Dieu, du chapitre 10, verset 5 au chapitre 12. Le chapitre 7 montre le Messie naissant, le chapitre 9 nous le fait voir déjà né, et le chapitre 11, régnant glorieusement.
Note Is. 8,5 : Parla encore. Comparer à Isaïe, 7, 10.
6 Parce que ce peuple a rejeté les eaux de Siloë, qui coulent en silence, et qu'il a pris plutôt Rasin, et le fils de Romélie ;
Note Is. 8,6 : Les eaux, etc.; c’est-à-dire la maison de David représentée par les eaux de Siloë, qui étaient au pied de la montagne de Sion, et dont le nom signifie envoyé (voir Jean, 9, 7). Les prophètes représentent assez ordinairement par les noms des fleuves les lieux adjacents. Ainsi ils parlent de l’Egypte sous le nom du Nil, et de Babylone sous celui de l’Euphrate, etc. Dans ce verset, Isaïe veut dire que le peuple de Juda, ayant jugé trop faibles pour le défendre les princes de la maison de David, a eu recours à des rois étrangers. ― Les eaux de Siloë qui coulent en silence. La fontaine de Siloë est intermittente et peu abondante. Voir Jean, note 9.7.
7 A cause de cela, voici que le Seigneur fera venir sur eux les eaux violentes et abondantes du fleuve, le roi des Assyriens et toute sa gloire ; et il s'élèvera au-dessus de toutes ses rives, et il coulera par dessus tous ses bords ;
Note Is. 8,7 : Les eaux violentes. La figure est tirée de l’inondation annuelle de l’Euphrate.
8 Et il ira à travers Juda, l'inondant et le traversant jusqu'au cou. Et il étendra ses ailes, remplissant l'étendue de ta terre, ô Emmanuel.
Note Is. 8,8 : O Emmanuel ; le prophète s’adresse ici au Messie qui devait naître dans la Judée et posséder le trône de David (voir Luc, 1, 32).
 
9 Rassemblez-vous, peuples, et soyez vaincus ; et écoutez, vous toutes, terres lointaines, fortifiez-vous et soyez vaincues, ceignez-vous pour le combat, soyez vaincues;
Note Is. 8,9 : Soyez vaincus ; hébraïsme, pour : Et vous serez vaincus.
10 Formez des desseins, et ils seront dissipés; dites une parole, et elle ne sera pas exécutée, parce qu'avec nous est Dieu.
 
11 Car voici ce que m'a dit le Seigneur, quand, me tenant par une main puissante, il m'a instruit, afin que je n'allasse point dans la voie de ce peuple disant :
Note Is. 8,11 : Quand. Ce mot, qui n’est représenté par aucun terme dans le texte hébreu, nous a semblé la traduction la plus fidèle du sicut de la Vulgate, d’autant plus que les auteurs latins eux-mêmes lui ont donné ce sens. ― Disant (dicens), et dans l’hébreu en disant (dicendo), n’est pas un pur pléonasme, ou, comme on dit, un pléonasme vicieux, parce que les mots voici ce que m’a dit le Seigneur ayant pour complément ou régime les versets suivants, dont ils sont trop éloignés, on les en a rapprochés par la répétition du verbe dire. Cet idiotisme de la langue hébraïque a pour but d’écarter le plus possible toute obscurité dans le langage.
12 Ne dites pas : Conjuration; car tout ce que dit ce peuple est conjuration; ne craignez pas ce qu'il craint et ne vous effrayez point.13 Sanctifiez le Seigneur des armées; qu'il soit lui-même votre frayeur, et lui-même votre terreur.14 Et il vous sera en sanctification. Mais il sera en pierre d'achoppement et en pierre de scandale aux deux maisons d'Israël; en lacs et en ruine aux habitants de Jérusalem.
Note Is. 8,14 : Voir Luc, 2, 34 ; 1 Pierre, 2, 7. ― Il sera, etc. Jésus lui-même est devenu une pierre d’achoppement et de scandale (voir Romains, 9, 33 ; 1 Pierre, 2, 8). ― Saint Paul et saint Pierre ont appliqué ces paroles à Notre-Seigneur, parce que les Juifs n’ayant pas cru en lui, il devint pour eux une cause de réprobation.
15 Et le plus grand nombre d'entre eux se heurteront, et tomberont, et seront brisés, et ils s'embarrasseront dans des filets et ils seront pris.16 Lie le témoignage, scelle la loi pour mes disciples,
Note Is. 8,16 : Lie, etc. Quand les Hébreux écrivaient sur des tablettes quelque chose qu’ils voulaient tenir secret, ils les enveloppaient de lin, et y appliquaient le sceau par-dessus. ― Le témoignage et la loi ; c’est-à-dire les prédictions que le Seigneur a fait prononcer par le prophète.
 
17 Et j'attendrai le Seigneur qui cache sa face à la maison de Jacob, et je l'attendrai.
 
18 Me voici, moi et les enfants que le Seigneur m'a donnés pour être un signe et un présage dans Israël, par l'ordre du Seigneur des armées qui habite sur la montagne de Sion.
Note Is. 8,18 : Me voici, etc. Comparer à Hébreux, 2, 13.
19 Et lorsqu'on vous dira : Consultez les pythoniens et les devins qui bruissent dans leurs enchantements, répondez : Est-ce qu'un peuple ne consultera pas son Dieu? Consulte-t-on les morts pour les vivants?
Note Is. 8,19 : Pythoniens ; ou magiciens ; ils sont désignés aussi sous le nom de ayant un esprit de python. ― Moïse avait condamné la nécromancie comme une « abomination, » mais cette superstition, fondée sur la réalité d’une autre vie, était si enracinée dans le peuple, que nous voyons Isaïe l’attaquer, et peut-être avec peu de succès. La persistance de ces consultations superstitieuses, parmi les Israélites, à toutes les époques de leur histoire, est une preuve incontestable de leur foi à une autre vie.
20 Recourez plutôt à la loi, et au témoignage. Que s'ils ne parlent pas conformément à cette parole, la lumière du matin ne sera pas pour eux.21 Et ils passeront au milieu d'elle, et ils tomberont, et ils souffriront la faim ; et lorsqu'ils souffriront la faim, ils se mettront en colère, et ils maudiront leur roi et leur Dieu, et ils regarderont en haut.
Note Is. 8,21 : D’elle (eam) ; de la terre de Juda.
22 Et ils porteront leurs regards vers la terre, et voilà la tribulation et les ténèbres, l'abattement et l'angoisse, une nuit sombre qui les poursuivra, et ils ne pourront échapper à leur angoisse.
 

Chapitre 9

 | 
 | 
Chap. : 
Premiers coups portés sur la maison d’Israël.
Délivrance de la maison de Juda.
Règne du Messie.
Maux qui doivent tomber sur Israël.
1 Dans le premier temps a été allégée la terre de Zabulon, ainsi que la terre de Nephthali ; et dans le dernier, a été aggravée la voie de la mer, au-delà du Jourdain, la voie de la Galilée des nations.
Note Is. 9,1 : Voir Matthieu, 4, 15. ― Dans le premier, etc. Théglathphalasar ou Thelgathphalnasar, roi d’Assyrie, qui commença de subjuguer les Israélites, fit beaucoup moins souffrir Zabulon et Nephtali que les autres tribus ― La terre de Zabulon ; … de Nephtali ; ce qu’on appelait du temps de Notre-Seigneur la haute et basse Galilée. ― A été aggravée ; la main de Dieu s’est appesantie sur la voie de la mer, le pays à l’ouest de la mer ou du lac de Tibériade. La grande route d’Acre à Damas était encore appelée du temps des croisades la voie de la mer. ― Au-delà du Jourdain ; à l’est. ― Ce que la Vulgate appelle Galilée des nations, nommé dans le texte original cercle des nations, désigne les parties de la Galilée les plus rapprochées de la Phénicie.
 
2 Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; pour ceux qui habitaient dans la région de l'ombre de la mort, une lumière s'est levée.
Note Is. 9,2 : Le peuple, etc. Saint Matthieu nous montre l’accomplissement de cette prophétie en la personne de Jésus-Christ, qui porta dans ces régions la lumière de l’Evangile et y commença ses prédications (voir Matthieu, 4, verset 13 et suivants).
 
3 Vous avez augmenté la nation et vous n'avez pas agrandi sa joie. lisse réjouiront devant vous, comme ceux qui se réjouissent dans la moisson ; et comme exultent les vainqueurs après le butin pris, quand ils partagent les dépouilles.
 
4 Car le joug de son fardeau, la verge de son épaule, et le sceptre de son exacteur, vous en avez triomphé, comme à la journée de Madian.
Note Is. 9,4 : Voir Juges, 7, 12. ― Le joug de son fardeau ; c’est-à-dire le joug qui accablait la nation (gentem), nommée au verset précédent. ― La verge de son épaule ; la verge qui frappait son épaule. ― A la journée de Madian. Comparer à Juges, chapitre 7.
 
5 Parce que tout pillage fait dans le tumulte, et tout vêtement souillé de sang sera en combustion et la pâture du feu.6 Car UN ENFANT NOUS EST NÉ, et un fils nous a été donné; et sa principauté est sur son épaule, et son nom sera appelé Admirable, Conseiller, Dieu, Fort, Père du siècle à venir. Prince de la paix.
Note Is. 9,6 : Sur son épaule. Voir Job, 31, 36. Les Pères expliquent ce texte de la croix que le Sauveur a portée sur ses épaules, comme la marque de sa royauté. Au reste, tout ce qui se dit dans ce verset et le suivant se rapporte nécessairement à Jésus-Christ. ― Cette prophétie nous fait connaître la nature du Messie : ce sera un Dieu, non un homme. Saint Jérôme compte ici six noms particuliers et caractéristiques, donnés au Messie. Tous ces titres nous apprennent quels biens Jésus-Christ apportera aux hommes, en même temps qu’ils nous révèlent sa nature. ― La locution : sa principauté est sur son épaule, s’explique par l’idée d’après laquelle le gouvernement est considéré comme un fardeau, une charge. Visir, titre oriental de celui qui est revêtu d’une haute charge, signifie celui qui porte un fardeau.
 
7 Son empire s'accroîtra et la paix n'aura pas de fin; sur le trône de David et sur son royaume il s'assiéra pour raffermir et le fortifier dans le jugement et la justice, dès maintenant à tout jamais. Le zèle du Seigneur des armées fera cela.8 Le Seigneur a envoyé une parole dans Jacob, et elle est tombée dans Israël.9 Et tout le peuple d'Ephraïm le saura de même que ceux qui habitent Samarie, qui disent dans l'orgueil et l'enflure du cœur :10 Les briques sont tombées; mais nous bâtirons avec des pierres de taille; on a coupé nos sycomores, nous y substituerons des cèdres.11 Et le Seigneur élèvera les ennemis de Rasin sur lui, et il fera venir tous ses ennemis en foule :
Note Is. 9,11 : Voir 4 Rois, 16, 9. ― Sur lui ; sur le peuple d’Israël.
 
12 La Syrie de l'Orient, les Philistins de l'Occident; et ils dévoreront Israël de toute leur bouche. Avec toutes ces choses sa fureur n'a pas été détournée, mais sa main est encore étendue ;13 Et le peuple n'est pas revenu vers celui qui le frappait, et ils n'ont pas recherché le Seigneur des armées.14 Et le Seigneur retranchera d'Israël, dans un même jour, la tête et la queue, celui qui plie et celui qui réfrène.
Note Is. 9,14 : Celui qui plie et celui qui réfrène ; dans l’original : la branche de palmier et le roseau.
15 Le vieillard et l'homme en dignité, c'est la tête ; et le prophète qui enseigne le mensonge, c'est la queue.16 Et ceux qui appellent ce peuple heureux seront des séducteurs; et ceux qui sont appelés heureux seront précipités.
 
17 A cause de cela le Seigneur ne mettera pas sa joie dans ses jeunes hommes ; et de ses orphelins, et de ses veuves, il n'aura pas pitié; parce que tous sont hypocrites et méchants, et que toute bouche a parlé folie. Avec toutes ces choses sa fureur n'a pas été détournée, mais sa main est encore étendue.
Note Is. 9,17 : Ses jeunes hommes ; du peuple d’Israël ; ― Folie ; ce mot ici, comme dans plusieurs autres endroits de l’Ecriture, signifie impiété, irréligion.
18 Car comme un feu, l'impiété s'est allumée, et elle dévorera la ronce et l'épine ; et elle s'embrasera comme dans l'épaisseur d'une forêt; et une fumée formera des tourbillons en s'élevant.
Note Is. 9,18 : Une fumée, etc. ; littéralement l’élévation (superbia) d’une fumée sera roulée autour (convolvetur).
19 Par la colère du Seigneur des armées, la terre a été bouleversée, et le peuple sera comme la pâture du feu ; l'homme n'épargnera pas son frère.
Note Is. 9,19 : L’homme, etc. Le prophète Michée qui vivait du temps d’Isaïe se sert d’une expression semblable pour peindre la dernière désolation de Juda (voir Michée, 7, vv. 2, 6). On sait d’ailleurs que la ruine du royaume de Samarie fut précédée de guerres et de divisions intestines (voir 4 Rois, chapitre 15).
20 Et il se tournera à droite et il aura faim ; et il mangera en allant à gauche, et il ne sera pas rassasié; chacun dévorera la chair de son bras : Manassé dévorera Ephraïm, et Ephraïm Manassé ; et eux ensemble seront contre Juda.21 Avec toutes ces choses sa fureur n'a pas été détournée, mais sa main est encore étendue.

Chapitre 10

 | 
 | 
Chap. : 
Suite des menaces contre Israël.
Assur sera exterminé.
Les restes d’Israël se convertiront au Seigneur.
Marche d’Assur ; sa défaite.
1 Malheur à ceux qui établissent des lois iniques, et qui écrivant, ont écrit l'injustice;2 Afin d'opprimer le pauvre dans le jugement, et de faire violence à la cause des faibles de mon peuple; afin que les veuves soient leur proie, et qu'ils pillent les orphelins!
Note Is. 10,2 : 7 Le fardeau d’Assur, etc. Dans un sens plus élevé cela s’entend de Jésus-Christ, qui a remporté la victoire sur le démon, et qui nous a délivrés du joug dont nous étions accablés. ― A cause de l’huile ; c’est-à-dire selon l’interprétation la plus naturelle, à cause du manque d’huile.
3 Que ferez-vous au jour de la visite et de la calamité, venant de loin? De qui solliciterez-vous le secours, et où abandonnerez-vous votre gloire,
Note Is. 10,3 : De loin ; de l’Assyrie, qui est désignée plus bas sous le nom d’Assur, nom qui est aussi donné au roi d’Assyrie et aux Assyriens eux-mêmes.
4 Pour n'être point courbés sous la chaîne, et ne point tomber avec les tués? Après toutes ces choses sa fureur n'a pas été détournée, mais sa main est encore étendue.
 
5 Malheur à Assur! la verge et le bâton de ma fureur, c'est lui ; dans sa main est mon indignation.
Note Is. 10,5 : Sa main ; littéralement leur main ; parce qu’Assur, étant un nom collectif, équivaut à un pluriel. ― Est mon indignation ; c’est-à-dire qu’Assur est l’instrument de ma colère.
6 Je l'enverrai vers une nation trompeuse, je lui donnerai des ordres contre le peuple de ma fureur, afin qu'il emporte des dépouilles, et qu'il enlève du butin, et qu'il le foule aux pieds comme la boue des places publiques.
Note Is. 10,6 : Une nation trompeuse ; les Israélites, qui se disaient le peuple de Dieu, et qui violaient ses lois, et rendaient une partie de leur culte aux idoles.
7 Mais lui-même ne pensera pas ainsi, et son cœur n'aura pas un pareil sentiment; mais son cœur sera porté à la destruction et à la ruine totale d'un grand nombre de nations.
 
8 Car il dira :9 Est-ce que mes princes ne sont pas autant de rois? Est-ce que Calano n'est pas comme Charcamis; et Emath comme Arphad? est-ce que Samarie n'est pas comme Damas?
Note Is. 10,9 : Mes princes ; les princes que j’ai vaincus. ― Est-ce que Calano, est. N’ai-je pas pris les villes les plus importantes, Calano aussi bien que Charcamis, etc. ? ― Calano, ville de Babylonie, la même que Chalamis, sur le Tigre, une des nécropoles de la Chaldée, aujourd’hui Zerghul, prise par les Assyriens en 738. ― Charcamis, aujourd’hui Djérablous, sur la rive droite de l’Euphrate, ville capitale des Héthéens, prise par les Assyriens, en 717. ― Emath, aujourd’hui Hamah, dans la Cœlésyrie. ― Arphad, aujourd’hui Tell-Er âd, au nord d’Alep, à une vingtaine de kilomètres environ de cette ville. Arphad est toujours nommée avec Emath et fut sans doute prise avec celle-ci en 720.
10 De même que ma main a atteint les royaumes des idoles, de même aussi j'atteindrai les simulacres de Jérusalem et de Samarie.
Note Is. 10,10 : Les royaumes des idoles. Les rois d’Assyrie emportaient comme trophée les idoles des peuples vaincus. Sargon emporta ainsi les idoles de la vile d’Azot ; Asaraddon prit les dieux des Arabes, fit écrire sur leurs statues l’éloge de son dieu Assur et les renvoya ensuite à ses adversaires.
11 Est-ce que comme j'ai fait à Samarie et à ses idoles, je ne ferai pas à Jérusalem et à ses simulacres ?
 
12 Et il arrivera que, lorsque le Seigneur aura accompli toutes ses œuvres sur la montagne de Sion et dans Jérusalem, je visiterai le fruit du cœur arrogant du roi d'Assur, et la fierté de ses yeux altiers.
Note Is. 10,12 : Voir 4 Rois, 19, 35 ; Isaïe, 37, 36. ― Le fruit du cœur ; c’est-à-dire les œuvres.
 
13 Car il a dit : Par la force de ma main j'ai fait, par ma sagesse j'ai compris ; et j'ai arraché les limites des peuples, et j'ai spolié les princes, et comme puissant j'ai fait descendre ceux qui étaient assis sur un trône élevé.14 Et ma main a atteint comme un nid la puissance des nations; et de même qu'on recueille des œufs qui ont été abandonnés, de même moi j'ai réuni toute la terre ; et il ne s'est trouvé personne qui remuât l'aile et ouvrit la bouche, et fit entendre le moindre cri.
 
15 Est-ce que la hache se glorifiera contre celui qui s'en sert pour fendre? ou la scie s'élèvera-t-elle contre celui par qui elle est mise en mouvement? C'est comme si la verge s'élevait contre celui qui la lève ; et comme si le bâton se glorifiait, lui qui est absolument du bois.16 A cause de cela le dominateur. Seigneur des armées, enverra la maigreur au milieu de ses gras: et au-dessous de sa gloire s'allumera et s'enflammera comme un brasier ardent.
Note Is. 10,16 : Il enverra, etc., c’est-à-dire il exténuera les soldats les plus forts et les plus robustes de l’armée assyrienne.
 
17 Et la lumière d'Israël sera le feu, et son Saint la flamme ; et les épines et les ronces d'Assur s'embraseront et seront dévorées dans un seul jour.
Note Is. 10,17 : Le feu, la flamme ; littéralement et par hébraïsme, dans le feu (in igne), dans la flamme (in flamma), ou plutôt comme la flamme. Nous disons nous-mêmes, en français agir en homme ou comme un homme.
18 Et la gloire de sa forêt et de son Carmel, depuis l'âme jusqu'à la chair, sera {consumée ; et Assur de frayeur s'enfuira.
Note Is. 10,18 : Carmel désigne ici un lieu planté d’arbres fruitiers choisis, vignes et oliviers.
19 Et les restes des arbres de sa forêt, à cause de leur petit nombre, se compteront aisément, et un enfant pourra les enregistrer.
 
20 Et il arrivera en ce jour-là que le reste d'Israël et ceux qui auront échappé de la maison de Jacob, ne s'appuieront plus sur celui qui les frappe, mais ils s'appuieront avec sincérité sur le Seigneur, le saint d'Israël.21 Les restes se convertiront (les restes de Jacob, dis-je) au Dieu fort.22 Car lors-même que ton peuple, ô Israël, serait comme le sable de la mer, les restes seulement se convertiront; ces restes, réduits à un petit nombre, abonderont en justice.
Note Is. 10,22 : Voir Isaïe, 11, 11. ― Lors même, etc. Ce qui est dit dans ce verset arriva sous Ezéchias. Saint Paul applique ce passage aux Juifs du temps de Jésus-Christ, en suivant le texte des Septante (voir Romains, 9, 27-28).
23 Car le Seigneur Dieu des armées fera une destruction et un retranchement au milieu de toute la terre.
 
24 A cause de cela, voici ce que dit le Seigneur Dieu des armées : Mon peuple, habitant de Sion, ne crains pas Assur; avec la verge il te frappera, et il lèvera son bâton sur toi, dans la voie de l'Egypte,
Note Is. 10,24 : Dans la voie de l’Egypte ; comme firent autrefois les Egyptiens, quand vous sortîtes de l’Egypte. ― Ou plutôt, sans doute, comme nous l’apprennent les documents assyriens, Assur te frappera en se rendant en Egypte pour faire la guerre à ce pays.
25 Car encore un peu, et un moment, et mon indignation et ma fureur seront à leur comble à cause de leur crime.26 Et le Seigneur des armées lèvera sur lui le fouet, comme il frappa Madian à la pierre d'Oreb, et sa verge sur la mer, et il la lèvera dans la voie de l'Egypte.
Note Is. 10,26 : Voir Isaïe, 37, 36. ― A la pierre d’Oreb. Voir Juges, 7, 25. ― Dans la voie de l’Egypte. Sennachérib allait faire la guerre contre l’Egypte, en même temps qu’il faisait assiéger Jérusalem, comme nous l’apprennent ses inscriptions, et c’est alors que son armée fut frappée par l’ange exterminateur.
27 Et il arrivera en ce jour-là, que le fardeau d'Assur sera ôté de ton épaule, et son joug de ton cou; et le joug pourrira à cause de l'huile.
 
28 Il viendra à Aïath, il passera par Magron; à Machmas il déposera ses bagages.
Note Is. 10,28-32 : Ces versets décrivent la marche d’un des corps d’armée de Sennachérib, lorsqu’il envahit le royaume de Juda. Comparer à 4 Rois, 18, 14.
Note Is. 10,28 : Aïath, Haï, la première ville de Juda que rencontrent les Assyriens était située, d’après Scheeg, à six heures au nord de Jérusalem, sur une colline isolée d’où l’on jouit d’une vue très étendue, à l’endroit appelé actuellement Tell-Jiba, où il y a beaucoup de ruines. ― Migron, aujourd’hui El-Migroun, à quelques minutes de Beitin, l’antique Béthel. ― Machmas, au nord-est de Jérusalem, aujourd’hui Moukmas.
29 Ils ont passé en courant Gaba, notre campement; Rama a été frappé de stupeur, Gabaath de Saül a pris la fuite.
Note Is. 10,29 : Gabaath de Saül ; Gabaath, patrie de Saül (voir 1 Rois, 11, 4) ; c’est la même que Gaba, qui a dû ajouter en hébreu une finale ou terminaison, parce qu’elle est suivie d’un complément. Or, la Vulgate a transcrit à la lettre ce mot ainsi composé. ― Gaba, voir 1 Rois, note 11.4. ― Rama, l’er-Ram actuel, au nord de Jérusalem. ― Gabaath de Saül, voir 1 Rois, note 11.4
30 Fais retentir la voix, fille de Gallim : sois attentive, Laïsa et toi aussi, pauvre Anathoth.
Note Is. 10,30 : Anathoth, ville sacerdotale, dans la tribu de Benjamin, près de Jérusalem, au nord-est de cette ville. ― Gallim, et Laïsa, n’ont pas été retrouvés.
 
31 Médéména a émigré: habitants de Gabim, rassurez-vous.
Note Is. 10,31 : Médéména, Gabim, sites inconnus.
32 Il est encore jour pour s'arrêter à Nobé; il agitera sa main contre la montagne de la fille de Sion, et la colline de Jérusalem.
Note Is. 10,32 : Il est encore jour (adhuc dies est). L’article déterminatif qui se trouve en hébreu devant le mot jour ne permet aucune autre traduction. ― Nobé, voir 1 Rois, note 21.1.
 
33 Voici que le dominateur, Seigneur des armées, brisera la petite bouteille par la terreur ; et les plus élevés par la taille seront coupés par le bas, et les grands seront humiliés.
Note Is. 10,33 : Prédiction du désastre de l’armée de Sennachérib. La métaphore est bien suivie dans l’hébreu. Au lieu de la petite bouteille, il porte les rameaux des arbres.
34 Et les parties épaisses de la forêt seront abattues, et le Liban avec ses hauts cèdres tombera.

Chapitre 11

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Rejeton de la tige de Jessé.
Les nations viennent à lui.
Restes d’Israël et de Juda rassemblés et réunis.
1 Et il sortira un rejeton de la racine de Jessé, et une fleur s'élèvera de sa racine,
Note Is. 11,1-16 : Tout le chapitre 11 est consacré à dépeindre le Messie et les biens qu’il apportera à la terre : 1° Il sortira de la race de Jessé, ancêtre de David. ― 2° Ce rejeton de la tige de Jessé sera rempli des dons du Saint-Esprit, versets 2 et 3. ― 3° Le Messie apportera avec lui dans le monde le règne de la justice, versets 4 et 5. Voir 2 Thessaloniciens, 2, 8. Isaïe dépeint son règne sous les images les plus riantes, versets 6 à 9 ; il annonce enfin la conversion des Gentils, versets 11 à 16.
Note Is. 11,1 : Voir Actes des Apôtres, 13, 23. ― Et il sortira, etc. Sous ces expressions, le prophète annonce la naissance du Messie, même selon la paraphrase chaldaïque et la plupart des rabbins. ― Il faut avouer que ce qui suit s’y rapporte également. ― L’opposition entre les cèdres du Liban du verset précédent, voir Isaïe, 10, 34, avec ce rejeton de la racine (en hébreu, du tronc coupé) de Jessé est frappante. Le cèdre ne pousse pas de rejetons, ce qui explique la disparition presque complète de cet arbre du mont Liban, mais l’arbre qui figure Jessé a des rejetons qui perpétueront à jamais sa postérité.
2 Et l'esprit du Seigneur reposera sur lui ; l'esprit de sagesse et d'intelligence, l'esprit de conseil et de force, l'esprit de science et de piété.
Note Is. 11,2-3 : Isaïe énumère sept dons du Saint-Esprit pour indiquer la plénitude de sa grâce. Le texte hébreu ne mentionne que six dons, parce que ce que la Vulgate a traduit par piété et crainte du Seigneur, est exprimé deux fois par le même mot dans le texte original. Ces dons sont énumérés deux par deux : la sagesse, c’est la sagesse théorique ; l’intelligence, c’est le discernement, la prudence ; le conseil, c’est la sagesse pratique qui, en toute circonstance, et surtout dans les cas difficiles, voit avec sûreté ce qui doit être fait ; la force, c’est la force de la volonté qui exécute ce que conseille la sagesse ; la science, c’est la connaissance de la loi de Dieu ; la piété, c’est la religion. Quoique, en hébreu, le septième don soit exprimé par les mêmes mots que le sixième, nous pouvons l’entendre, comme l’a fait la Vulgate, dans le sens même des termes : la crainte de Dieu proprement dite, en attribuant le sens de piété au sixième don, comme nous l’avons fait.
3 L'esprit de crainte du Seigneurie remplira. Il ne jugera pas d'après ce qu'auront vu les yeux, et il ne condamnera pas d'après ce qu'auront ouï les oreilles.
 
4 Mais il jugera les pauvres dans la justice, et il se prononcera avec équité pour les hommes paisibles de la terre; et il frappera la terre de la verge de sa bouche, et du souffle de ses lèvres il tuera l'impie.
Note Is. 11,4 : Il tuera, etc. Saint Paul se sert des mêmes expressions pour marquer la défaite de l’antéchrist par le Seigneur Jésus (voir 2 Thessaloniciens, 2, 8).
5 Et la justice sera la ceinture de ses reins, et la fidélité le ceinturon de ses flancs
 
6 Le loup habitera avec l'agneau, et le léopard se couchera près du chevreau; le jeune taureau , et le Mon, et la brebis demeureront ensemble, et un petit enfant les conduira.
Note Is. 11,6-9 : « Certains, je ne l’ignore pas, tentent d’appliquer ces textes de façon métaphorique à ces hommes sauvages, issus de diverses nations et ayant eu toute espèce de comportements ont embrassé la foi et, depuis qu’ils ont cru, vivent en bonne entente avec les justes. Mais, même si cela a eu lieu dès à présent pour des hommes issus de toutes sortes de nations et venus à une même disposition de foi, cela n’en aura pas moins lieu pour ces animaux lors de la résurrection des justes [lors du Royaume de Dieu sur terre], ainsi que nous l’avons dit ; car Dieu est riche en toutes choses, et il faut que, lorsque le monde aura été rétabli dans son état premier, toutes les bêtes sauvages obéissent à l’homme et lui soient soumises et qu’elles reviennent à la première nourriture donnée par Dieu, à la manière dont elles étaient soumises à Adam avant sa désobéissance et dont elles mangeaient les fruits de la terre. Ce n’est d’ailleurs pas le moment de prouver que le lion se nourrira de paille ; mais ce trait indique bien la grandeur et l’opulence des fruits ; car, si une bête telle que le lion doit se nourrir de paille, quel ne sera pas le blé dont la simple paille suffira à nourrir les lions ! » (Saint Irénée, Contre les hérésies, V, 33-4). Voir Isaïe, 65, 25.
7 Le veau et l'ours iront aux mêmes pâturages; leurs petits se reposeront ensemble; le lion comme le bœuf mangera la paille.8 Et l'enfant à la mamelle se jouera sur le trou de l'aspic; et celui qui viendra d'être sevré portera sa main dans la caverne du basilic.
Note Is. 11,8 : Aspic, basilic, serpents très venimeux.
 
9 Ils ne nuiront pas, et ils ne tueront pas sur toute ma montagne sainte ; parce que la terre est remplie de la connaissance du Seigneur, comme les eaux qui couvrent la mer.
 
10 En ce jour-là viendra la racine de Jessé qui est comme l'étendard des peuples ; c'est à lui que les nations adresseront leurs prières, et son sépulcre sera glorieux.
Note Is. 11,10 : Voir Romains, 15, 12. ― La racine de Jessé. Voir le verset 1. ― L’étendard des peuples ; c’est la croix du Sauveur, qui fut comme un signal autour duquel tous les peuples du monde se sont rassemblés. ― Son sépulcre, etc. Le sépulcre de Jésus-Christ a été glorieux, tant parce que ce divin Sauveur en est sorti après avoir vaincu la mort, et qu’il s’y est opéré depuis bien des miracles, que parce que le tombeau lui-même est depuis tant de siècles l’objet de la vénération des chrétiens.
 
11 Et il arrivera en ce jour-là que le Seigneur étendra une seconde fois sa main pour posséder le reste de son peuple, qui aura échappé aux Assyriens, et à l'Egypte, et à Phétros, et à l'Ethiopie, et à Elam et à Sennaar, et à Emath, et aux îles de la mer.
Note Is. 11,11 : Une seconde fois. Le Seigneur avait autrefois étendu sa main pour délivre son peuple de la puissance des Egyptiens, et il devait l’étendre encore dans la suite pour le ramener de la captivité de Babylone. ― L’Egypte désigne ici la basse Egypte ; Phétros, la Haute-Egypte ; l’Ethiopie commandait alors par ses rois à toute l’Egypte. Elam, la Susiane. ― Sennaar, la Babylonie. ― Emath, voir plus haut, Isaïe, 10, 9.
 
12 Et il élèvera son étendard parmi les nations, il réunira les fugitifs d'Israël, et les dispersés de Juda, il les rassemblera des quatre coins de la terre.
 
13 Et la jalousie d'Ephraïm sera détruite, et les ennemis de Juda périront; Ephraïm n'enviera pas Juda, et Juda ne combattra pas contre Ephraïm.
Note Is. 11,13 : Ephraïm, le royaume d’Israël.
 
14 Et ils voleront sur les épaules des Philistins par la mer; ils pilleront ensemble les fils de l'Orient. L'Idumée et Moab seront la première capture de leur main, et les fils d'Ammon leur obéiront.
 
15 Et le Seigneur mettra à sec la langue de la mer d'Egypte, et il lèvera sa main sur le fleuve, il l'agitera par la force de son souffle, et il le frappera dans ses sept ruisseaux, en sorte qu'on le passera tout chaussé.
Note Is. 11,15 : Mettra à sec ; littéralement désolera (desolabit). ― Le fleuve ; c’est-à-dire l’Euphrate, selon les uns, et le Nil, selon les autres. ― Le ; est au masculin, dans la Vulgate, bien qu’il se rapporte à flumen, nom neutre. Cette anomalie vient de ce que la version conserve souvent le genre qui est dans le texte hébreu. ― Sept ruisseaux ; les sept branches du Nil ; ou bien quelques ruisseaux de l’Euphrate. Voir sur le mot sept, Isaïe, 4, 1. Au reste, ces expressions peuvent être considérées comme figurées, et comme annonçant que le Seigneur lèvera tous les obstacles qui pourraient s’opposer au retour de son peuple. Comparer cette prophétie avec celle de Zacharie, 10, verset 10 et suivants. ― La langue, le golfe d’Akaba, de la mer d’Egypte, de la mer Rouge.
 
16 Et il y aura une voie pour le reste de mon peuple qui aura échappé aux Assyriens, comme il y en eut une pour Israël, au jour auquel il monta de la terre d'Egypte.

Chapitre 12

 | 
 | 
Chap. : 
Cantique d’actions de grâces sur la délivrance des deux maisons d’Israël et de Juda.
1 Et tu diras en ce jour-là : Je vous glorifierai. Seigneur, parce que vous avez été irrité contre moi ; mais votre fureur s'est tournée, et vous m'avez consolé.
Note Is. 12,1 : En ce jour-là ; c’est-à-dire lorsque vous reviendrez de l’Egypte et de l’Assyrie. Voir Isaïe, 11, 15-16. ― Parce que ; après vous être irrité contre moi à cause de mes infidélités, votre colère s’est détournée par votre miséricorde.
2 Voilà que Dieu est mon sauveur, j'agirai avec confiance, et je ne craindrai pas, parce que ma force et ma louange, c'est le Seigneur, et qu'il est devenu mon salut.
Note Is. 12,2 : Voir Psaumes, 117, 14. ― Voilà que Dieu, etc. ; allusion à Exode, 15, 2. L’Eglise, dans l’usage qu’elle fait de ce cantique, reconnaît ici Jésus même dont le nom signifie Sauveur.
 
3 Vous puiserez avec joie des eaux des fontaines du Sauveur;4 Et vous direz en ce jour-là : Glorifiez le Seigneur, et invoquez son nom; faites connaître parmi les nations ses œuvres ; souvenez-vous que sublime est son nom.
Note Is. 12,4 : Ses œuvres ; c’est le vrai sens de l’expression latine adinventiones (sans espace ?), expliquée par l’hébreu, comme nous l’avons déjà remarqué.
5 Chantez le Seigneur, il a agi avec magnificence ; annoncez cela dans toute la terre.6 Exulte et loue, habitation de Sion, parce que grand est au milieu de toi le saint d'Israël.
Note Is. 12,6 : Habitation ou maison de Sion ; c’est l’assemblée des fidèles, l’Eglise de Jésus-Christ.

Chapitre 13

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ruine de Babylone par les Mèdes et les Perses.
1 Malheur accablant de Babylone qu'a vu Isaïe, fils d'Amos.
Note Is. 13,1 et suivants : IIIe groupe : Collection des prophéties contres les nations étrangères, du chapitre 13 au chapitre 27. ― Les oracles contre les nations étrangères sont groupés ensemble dans Isaïe, du chapitre 13 au chapitre 27, comme dans Jérémie, du chapitre 46 au chapitre 51, et dans Ezéchiel, du chapitre 25 au chapitre 32. Seulement, dans Jérémie, ils forment, séparés de leur introduction, chapitre 25, la conclusion du livre, et dans Ezéchiel, ils remplissent l’intervalle compris entre les visions qu’il eut sur les bords du Chaboras et celles qui regardent Jérusalem, tandis que dans Isaïe, ils forment comme le complément de la prophétie d’Emmanuel, en nous prédisant la ruine de tous les ennemis du peuple de Dieu, et sont probablement, la plupart du moins, de la même époque que les chapitres 7 à 12. ― Le commencement d’une nouvelle section nous est indiqué, chapitre 13, verset 1, par les mots : Malheur accablant, etc. Les prophéties contre les nations étrangères, contenues dans les chapitres 13 à 27, forment donc le troisième groupe des prophéties de la première partie d’Isaïe. Elles portent un nom particulier, celui de massâh, en hébreu, onus en latin, traduit ici par malheur accablant. Ce mot peut signifier simplement prophétie ; mais dans Isaïe, il est toujours pris en mauvaise part, dans le sens de prédiction menaçante. ― Les prophéties contre les nations étrangères embrassent à peu près tous les peuples connus des Hébreux, et sont au nombre de quatorze : 1° Contre les Chaldéens, héritiers des Assyriens, du chapitre 13 au chapitre 14, verset 23. ― 2° Contre les Assyriens, chapitre 14, versets 24 à 27. ― 3° Contre les Philistins, chapitre 14, versets 28 à 32. ― 4° Contre les Moabites, chapitres 15 et 16. ― 5° Contre Damas et Israël, chapitre 17. ― 6° Sur l’Ethiopie, maîtresse de l’Egypte du temps d’Isaïe, chapitre 18. ― 7° Contre l’Egypte, chapitres 19 et 20 (deux prophéties d’époques différentes). ― 8° Contre Babylone, chapitre 21, versets 1 à 10. ― 9° Contre Duma (voir Genèse, 25, 14 ; 1 Paralipomènes, 1, 30), versets 11 et 12. ― 10° Contre l’Arabie, versets 13 à 17. ― 11° Contre Jérusalem, chapitre 22, versets 1 à 14. ― 12° Contre Sobna, préposé du temple, versets 15 à 25. ― 13° Contre et en faveur de Tyr, chapitre 23. ― 14° A ses prophéties contres les païens, Isaïe a joint ses oracles eschatologiques, c’est-à-dire les prophéties concernant la fin du monde, du chapitre 24 au chapitre 27. ― Le cycle de ces prophéties s’ouvre par Babylone, qui devait être l’héritière de la puissance de Ninive et l’ennemi le plus redoutable de Juda, du chapitre 13 au chapitre 14, verset 27 ; viennent ensuite les plus proches voisins des Juifs, les Philistins à l’ouest, chapitre 14, verset 28 à 32 ; les Moabites à l’est, chapitres 15 et 16 ; le royaume schismatique d’Israël au nord, avec son confédéré, le royaume syrien de Damas, chapitre 17 ; de là Isaïe passe aux plus peuples plus éloignés, à l’Egypte et à l’Ethiopie, au sud-ouest, du chapitre 18 au chapitre 20 ; à Babylone, siège de l’idolâtrie, à l’est, chapitre 21, versets 1 à 10 ; il se rapproche alors de nouveau de Jérusalem et, passant par l’Idumée, versets 11 et 12, et l’Arabie, versets 13 à 17, arrive jusqu’à cette capitale, chapitre 22, versets 1 à 14 ; là, il poursuit de ses menaces prophétiques Sobna, préposé du temple, et lui annonce qu’il aura pour successeur Eliacim, versets 15 à 25 ; enfin ses regards s’arrêtent sur Tyr, la ville insulaire de la Méditerranée, chapitre 23, pour tout clore par la prophétie sur la fin des temps, du chapitre 24 au chapitre 27. ― Toutes les prophéties concernant les peuples païens ont été littéralement accomplies. Leur sort est la figure de celui qui attend les ennemis du peuple de Dieu, sort qui nous est révélé dans la conclusion de cette section des prophéties d’Isaïe.
Note Is. 13,1 : Malheur accablant ; littéralement charge, fardeau (onus) ; c’est selon la remarque de saint Jérôme, le mot dont se servent les prophètes, lorsqu’ils annoncent des malheurs, des calamités. Ainsi le sens de ce mot est ici prophétie de malheur (voir Isaïe, 15, 1 ; 17, 1 ; 19, 1 ; Ezéchiel, 12, 10 ; Habacuc, 1, 1 ; Zacharie, 9, 1). ― Babylone, dans le langage figuré des prophètes, représente le monde idolâtre, le monde ennemi de Jésus-Christ. De là vient que saint Pierre, dans sa Ire Epître (voir 1 Pierre, 5, 13), et saint Jean dans Apocalypse, 17, 5 désignent Rome païenne sous le nom de Babylone.
 
2 Sur une montagne couverte de nuages, levez un étendard, haussez la voix, levez la main, et que dans ses portes entrent les chefs.3 Moi, j'ai donné mes ordres à mes sanctifiés, et j'ai dans ma colère appelé mes forts qui exultent dans ma gloire.
Note Is. 13,3 : Mes sanctifiés ; ceux que j’ai consacrés, destinés à la reconstruction de Babylone ; c’est-à-dire les Mèdes et les Perses. ― Mes forts, etc. ; mes guerriers, qui travaillaient avec joie pour ma gloire.
4 La voix d'une multitude sur les montagnes est comme celle de peuples nombreux; voix retentissante de rois, de nations réunies; le Seigneur des armées a commandé à la milice de guerre,
Note Is. 13,4 : Sur les montagnes. Les montagnes les plus rapprochées de Babylone sont celles du Schahon ou Zagros, au nord-est. C’est par là que devaient arriver les Iraniens, les Perses, pour s’emparer de Babylone.
5 A ceux qui venaient d'une terre lointaine, de l'extrémité du ciel; le Seigneur et les instruments de sa fureur s'avancent pour perdre entièrement toute la terre.
Note Is. 13,5 : De l’extrémité du ciel ; de l’extrémité de l’horizon.
 
6 Poussez des hurlements, parce qu'est proche le jour du Seigneur; il viendra du Seigneur comme une dévastation.7 A cause de cela toutes les mains seront affaiblies, et tout cœur d'homme se desséchera,8 Et sera brisé. Des tourments et des douleurs les tiendront; ils souffriront comme une femme en travail; chacun regardera son voisin avec stupeur ; leurs visages seront comme des faces brûlées par le feu.
 
9 Voici que le jour du Seigneur viendra cruel et plein d'indignation, et de colère et de fureur, pour réduire la terre en solitude, et en exterminer ses pécheurs.10 Parce que les étoiles du ciel et leur splendeur ne répandront pas leur lumière; le soleil s'est couvert de ténèbres à son lever; et la lune ne luira pas dans sa lumière;
Note Is. 13,10 : Voir Ezéchiel, 32, 7 ; Joël, 2, 10 ; 3, 15 ; Luc, 21, 25. ― Des signes semblables doivent précéder le dernier avènement de Jésus-Christ qui viendra frapper d’anathème les réprouvés représentés par cette Babylone impie. Voir Matthieu, 24, 29 ; Marc, 13, 24-25.
 
Isaïe 13, 11-22 : Isaïe voit en songe Babylone détruite - Gravure de Gustave Doré
Isaïe 13, 11-22 : Isaïe voit en songe Babylone détruite - Gravure de Gustave Doré
11 Et je visiterai les crimes de l'univers, ainsi que l'iniquité des impies, et je ferai cesser l'orgueil des infidèles, et l'arrogance des forts, je l'humilierai.
Note Is. 13,11 : L’univers désigne ici particulièrement l’empire babylonien.
12 L'homme de haute condition sera plus précieux que l'or, et l'homme de basse condition plus précieux que l'or le plus pur.
Note Is. 13,12 : Plus précieux ; c’est-à-dire plus rare.
13 De plus, j'ébranlerai le ciel, et la terre sortira de son lieu, et la terre sortira de son lieu, à cause de l'indignation du Seigneur des armées, et à cause du jour de la colère de sa fureur.
Note Is. 13,13 : La colère de sa fureur ; hébraïsme, pour sa colère très grande, très violente.
14 Et elle sera comme une daine fuyant, et comme une brebis, et il n'y aura personne qui la réunisse ; chacun retournera vers son peuple, et les uns après les autres dans leur pays s'enfuiront.
Note Is. 13,14 : Elle ; l’armée des Chaldéens, ou Babylone ; ce qui revient au même. ― Chacun, etc. Isaïe parle des soldats étrangers qui s’étaient joints aux Babyloniens, comme troupes auxiliaires. ― La daine et la gazelle sont timides et fuient avec une grande rapidité.
15 Quiconque sera trouvé sera tué, et quiconque se présentera, tombera sous le glaive.
Note Is. 13,15 : Quiconque sera trouvé dans Babylone. ― Quiconque se présentera ; c’est-à-dire se joindra aux Babyloniens.
16 Leurs enfants seront écrases sous leurs yeux, leurs maisons seront pillées, et leurs femmes seront violées.
Note Is. 13,16 : Voir Psaumes, 136, 9. ― Leurs enfants seront écrasés. Les inscriptions assyriennes mentionnent expressément ce traitement barbare, infligé aux enfants des vaincus. Babylone sera punie de sa cruauté par un traitement semblable.
 
17 Et voilà que moi je susciterai contre eux les Mèdes, qui ne chercheront pas d'argent et qui ne voudront pas d'or.
Note Is. 13,17 : Les Mèdes. Les Mèdes étaient déjà en guerre avec les rois d’Assyrie avant cette époque. Un roi de Ninive les mentionne vers l’an 810 avant Jésus-Christ. Leur nom ne désigne pas seulement ici les Mèdes proprement dits, mais aussi les Perses. En Egypte les Perses reçurent aussi le nom de Mèdes. Les Perses sont nommés pour la première fois dans l’Ancien Testament par Ezéchiel et par Daniel. Cyrus, dans les inscriptions qu’on a retrouvées de lui, ne prend pas lui-même le titre de Perse. Ce roi, dans la Cyropédie, V, 3, de Xénophon, en s’adressant à ses soldats, ne nomme aussi expressément que les Mèdes. ― Dans un autre passage de la Cyropédie, X, 1, 20, Cyrus demande aux Mèdes « qui n’ont pas besoin de richesses » d’aller avec lui.
18 Mais de leurs flèches ils tueront les petits enfants, et ils n'auront pas pitié des seins qui allaitent, et les fils, leur œil ne les épargnera pas.19 Et cette Babylone, glorieuse parmi les royaumes, illustre orgueil des Chaldéens, sera renversée, comme le Seigneur renversa Sodome et Gomorrhe.
Note Is. 13,19 : Voir Genèse, 19, 24.
20 Elle ne sera jamais habitée ; et elle ne sera pas rétablie dans la suite des générations, et l'Arabe n'y dressera pas ses tentes, et les pasteurs n'y reposeront point.
Note Is. 13,20 : L’Arabe, n’ayant pas de demeure fixe, allait d’un endroit dans un autre dresser ses tentes partout où il trouvait des pâturages pour ses bestiaux. ― Elle ne sera jamais habitée. Cette prédiction ne s’accomplit que quelques siècles après, mais elle se réalisa pleinement. Cyrus s’empara de Babylone, mais il n’en renversa pas les murailles. Darius, fils d’Hystaspe, qui reprit Babylone pour la seconde fois, en 518, réduisit ses remparts à 50 coudées de hauteur. Xerxès ruina le fameux temple de Bel, l’orgueil de la cité. Quand Alexandre voulut faire de Babylone la capitale de son vaste empire, dix mille ouvriers furent occupés pendant deux mois à déblayer les fondements du temple. Toutefois Babylone ne devait plus voir revivre sa gloire. Le conquérant macédonien mourut sans avoir pu réaliser son projet, et l’un de ses généraux, Séleucus Nicator, en 312, ruina pour toujours la ville de Nabuchodonosor. Il construisit avec ses débris la ville de Séleucie, qui lui enleva même quelques temps son nom, dit Etienne de Byzance, et dont le voisinage, comme le dit Pline, la réduisit en solitude. Strabon, né vers l’an 60 avant notre ère, lui appliqua le mot d’un poète : « La grande ville est devenue un grand désert » (XVI, 15). La malédiction divine dure encore. Une ville, Hillah, s’est élevée non loin d’elle ; l’Arabe nomade dresse ses tentes à ses côtés, mais ses ruines sont toujours désertes et habitées seulement par les animaux sauvages.
21 Mais les bêtes sauvages s'y reposeront; et ses maisons seront remplies de dragons; et les autruches y habiteront, les boucs y bondiront.
Note Is. 13,21-22 : Le vrai sens des noms des animaux énumérés dans le texte hébreu est encore incertain dans plusieurs cas. La plupart des interprètes croient y retrouver les chacals et les loups.
Note Is. 13,21 : Les boucs (pilosi) ; selon les Septante, les démons. On se représentait, en effet, les démons sous la forme de boucs vivant dans les déserts, parce qu’on les honorait sous cette forme. ― Un voyageur allemand, Joseph Wolff, raconte qu’il vit une nuit, au milieu des ruines de Babylone, des pèlerins de la secte des Jézidis ou adorateurs du diable, se livrant aux exercices diaboliques de leur culte, en exécutant au clair de lune les danses les plus étranges.
22 Et les hibous y répondront dans ses édifices, et les sirènes dans ses palais voluptueux.
Note Is. 13,22 : Répondront ; feront entendre leur cri alternativement. Comparer, pour la fin de ce chapitre, à Isaïe, 34, 13-15, où on trouve une description semblable.

Chapitre 14

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Délivrance des enfants de Jacob.
Ruine du roi de Babylone.
Défaite des Assyriens.
Menaces contre les Philistins.
Promesses en faveur de Juda.
1 Près de venir est son temps, et ses jours ne seront pas différés. Car le Seigneur aura pitié de Jacob, il fera encore choix d'Israël, et il les fera reposer dans leur terre; l'étranger se joindra à eux, et il s'attachera à la maison de Jacob.
Note Is. 14,1 : Son temps ; le temps de la ruine de Babylone. ― Ne seront pas différés ; c’est le sens du latin elongabuntur, expliqué par le texte hébreu. Comparer à Ezéchiel, 12, vv. 25, 28. ― Les ; c’est-à-dire les Israélites. ― L’étranger, etc. Au retour de la captivité de Babylone, beaucoup de gentils embrassèrent la religion des Juifs. Voir 2 Esdras, chapitre 10.
2 Et les peuples les prendront et les ramèneront en leur lieu ; et la maison d'Israël les possédera dans la terre du Seigneur comme serviteurs et comme servantes ; et ils prendront ainsi ceux qui les avaient pris; et ils soumettront leurs exacteurs.
Note Is. 14,2 : Les peuples, etc. Les livres d’Esdras contiennent le récit de l’accomplissement de cette prophétie.
 
3 Et il arrivera en ce jour-là, que lorsque le Seigneur t'aura donné du repos après ton travail, et après ton oppression, et après la dure servitude à laquelle tu as été auparavant assujetti ;4 Tu emploieras cette parabole contre le roi de Babylone, et tu diras : Comment a cessé l'exacteur, et a discontinué le tribut?
Note Is. 14,4 : Cette parabole, en hébreu maschal, nom qui désigne une espèce de poème. Les versets 4b à 21 contiennent en effet une ode ou un chant poétique sur la chute du roi de Babylone. Ce chant peut se partager en cinq strophes : versets 4b à 8 ; 9 à 11 ; 12 à 15 ; 16 à 19 et 20 et 21. Les versets 22 et 23 peuvent être considérés comme un épilogue du poème. On regarde avec raison ce maschal comme un chef-d’œuvre littéraire. « Que de beautés ! Si l’auteur n’était qu’un poète, je dirais que c’est son chef-d’œuvre. Vous trouverez dans quelques autres chapitres autant et peut-être plus de richesses ; mais il n’en est aucun, ce me semble, où la grandeur de l’ordonnance réponde mieux à la majesté des détails. Ce n’est pas un simple morceau détaché ; ce n’est pas même une ode ; c’est un poème. Plus vous l’étudierez, plus vous verrez que rien n’y manque. » (Paroles mises par Bungener dans la bouche de Bossuet.)
 
5 Le Seigneur a brisé le bâton des impies, la verge des dominateurs,6 Qui, dans son indignation, frappait des peuples d'une plaie incurable, qui, dans sa fureur, assujettissait des nations, qui les persécutait cruellement.7 Toute la terre se repose et est en silence, elle est dans la joie et dans l'exultation;8 Les sapins même et les cèdres du Liban se sont réjouis à ton sujet, disant : Depuis que tu dors, il ne monte personne qui nous abatte.
Note Is. 14,8 : Tu dors ; c’est-à-dire tu es mort. ― Personne qui nous abatte. Les vainqueurs signalaient ordinairement leur domination sur les provinces conquises en abattant les forêts. Comparer à Isaïe, 37, 24. ― Les arbres du Liban interviennent, parce que le roi de Babylone les avait fait couper pour construire son palais.
 
9 L'enfer au-dessous a été tout troublé au moment de ton arrivée, il t'a suscité les géants. Tous les princes de la terre se sont levés de leurs trônes, ainsi que tous les princes des nations.
Note Is. 14,9 : L’enfer, le scheôl, par une figure très hardie, est personnifié. ― Les géants sont la traduction de rephaïm qui, dans l’original, désigne les morts qui habitent dans le scheôl. Une race de géants est appelée aussi dans l’Ancien Testament rephaïm ; mais ici ce mot est appliqué aux trépassés, pour exprimer des êtres faibles et sans force, de la racine râfâh, « défaillir. » Les Rephaïm sont privés d’une partie de la force vitale ; ils ne sont cependant pas privés de toute force ni de tout sentiment.
10 Tous élèveront la voix, et te diront : Toi aussi tu as reçu des blessures comme nous, tu es devenu semblable à nous.
Note Is. 14,10 : Elèveront la voix ; vrai sens du respondebunt de la Vulgate expliqué par l’hébreu.
11 Ton orgueil a été précipité dans les enfers, ton cadavre est tombé par terre; au-dessous de toi la teigne formera ta couche , et ta couverture seront les vers.
Note Is. 14,11 : Ta couverture. Les tapis de Babylone étaient particulièrement renommés dans l’antiquité.
 
12 Comment es-tu tombé du ciel, lucifer qui dès le matin te levais? Comment as-tu été renversé sur la terre, toi qui faisais des blessures aux nations?
Note Is. 14,12 : Lucifer ; Nabuchodonosor, d’après les uns, Balthasar, suivant les autres, et Sennachérib, selon d’autres ; mais le plus grand nombre des Pères l’entend du démon, qui a voulu devenir semblable au Très-Haut. Jésus-Christ semble fait allusion à ce passage dans Luc, 10, 18. Comparer à Apocalypse, 12, 9. ― Comment es-tu tombé du ciel, Lucifer. Nous n’avons pas seulement ici une poésie d’un éclat incomparable ; nous avons encore des allusions aux croyances et aux coutumes babyloniennes. Le nom de Lucifer correspond à mustilil, le nom assyrien de l’étoile du matin. On sait que les Babyloniens adoraient les astres et étaient très adonnés à l’astronomie et à l’astrologie.
13 Qui disais dans ton cœur : Je monterai au ciel, sur les astres de Dieu j'élèverai mon trône; je m'assiérai sur la montagne du Testament, aux côtés de l'aquilon.
Note Is. 14,13 : La montagne du testament ; ou de l’alliance, c’est la montagne où était bâti le temple, dépositaire des tables de l’alliance que l’on conservait dans l’arche, au milieu du sanctuaire. ― Aux côtés de l’aquilon. Comparer à Psaumes, 47, 3. ― Selon une autre interprétation : Je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée des dieux aux extrémités du nord, sur le mont Rowandiz, au nord-est de Babylone. Les Babyloniens considéraient cette montagne comme le séjour des dieux, le ciel. Les Sabéens de Harran se tournaient vers le nord pour prier.
14 Je monterai sur la hauteur des nues, je serai semblable au Très-Haut.15 Mais cependant tu seras traîné dans l'enfer, au profond de la fosse ;
Note Is. 14,15-19 : De la fosse (laci) ; c’est-à-dire du tombeau. Comparer à Psaumes, 27, 1.
 
16 Ceux qui te verront se pencheront vers toi, et ils te considéreront et te diront : Est-ce là cet homme qui a troublé la terre, qui a ébranlé les royaumes;17 Qui a fait de l'univers un désert, et a détruit ses villes, et à ses captifs n'a pas ouvert la prison?18 Tous les rois des nations, tous se seront endormis dans la gloire, chacun dans sa maison.19 Mais toi, tu as été jeté loin de ton sépulcre, comme un tronc inutile, et souillé, et enveloppé avec ceux qui ont été tués par le glaive et qui sont descendus au fond de la fosse comme un cadavre putréfié.
 
20 Tu n'auras pas même part avec eux à la sépulture, parce que c'est toi qui as détruit entièrement ta terre, toi qui as tué ton peuple; la race des méchants n'existera pas éternellement.
Note Is. 14,20 : N’existera pas ; littéralement, et par hébraïsme, ne sera pas appelé ; son nom ne sera pas prononcé.
21 Préparez ses enfants au massacre, à cause de l'iniquité de leurs pères ils ne s'élèveront pas, ils n'hériteront pas de la terre, et ils ne rempliront pas la face du globe de cités.
 
22 Et je m'élèverai contre eux, dit le Seigneur des armées, et je perdrai le nom de Babylone, et les restes, et le germe, et la race, dit le Seigneur.
Note Is. 14,22-23 : Le chant est fini. Ces deux versets étendent à toute la Babylonie le châtiment du roi de Babylone.
23 Et j'en ferai la possession du hérisson ; j'en ferai des marais d'eaux, et je la balayerai avec un balai en la raclant, dit le Seigneur des armées.
Note Is. 14,23 : Du hérisson, qui est commun à l’embouchure de l’Euphrate. Quelques modernes croient cependant qu’il s’agit ici, non du hérisson, mais du butor, qui abonde dans les marais pleins de joncs de l’Euphrate et dont le cri sourd a quelque chose de sinistre et de lugubre.
 
24 Le Seigneur des armées a juré, disant : Certainement, comme j'ai pensé, de même il en sera, et comme j'ai arrêté dans mon esprit,
Note Is. 14,24-27 : Prophétie contre les Assyriens.
25 Ainsi il arrivera; afin que je brise l'Assyrien dans ma terre, et que sur mes montagnes je le foule aux pieds, que son joug soit emporté loin d'eux, et que son fardeau soit enlevé de leur épaule.
Note Is. 14,25 : Ainsi il arrivera, etc. Voir, pour l’accomplissement de cette prophétie, 4 Rois, chapitre 19. ― Ma terre ; la Palestine. ― D’eux ; des Israélites.
26 C'est là le dessein que j'ai formé sur toute la terre, et c'est là la main étendue sur toutes les nations.27 Car le Seigneur des armées l'a décrété; qui pourra infirmer son décret? et sa main est étendue, qui la détournera?
 
28 En l'année, à laquelle est mort le roi Achaz, a été faite cette prophétie accablante :
Note Is. 14,28-32 : Prophétie contre les Philistins. Vaincus sous Ozias, voir 2 Paralipomènes, 28, 5, ils étaient redevenus indépendants sous Achaz.
Note Is. 14,28 : Prophétie accablante (onus). Voir Isaïe, 13, 1. ― En l’année à laquelle est mort le roi Achaz (vérifier concordance) ; en 728 avant Jésus-Christ.
29 Ne te réjouis pas, toi terre entière de Palestine, de ce qu'a été brisée la verge de celui qui te frappait; car de la race du serpent sortira un basilic, et ce qui en naîtra dévorera l'oiseau.
Note Is. 14,29 : De la race du serpent, etc. Selon la plupart des Pères et des commentateurs, ce serpent est Achaz, et ce basilic Ezéchias ; mais Dom Calmet pense que le serpent marque Sennachérib, et le basilic, Asaraddon, parce que ces deux rois d’Assyrie firent la guerre aux Philistins, au temps d’Isaïe ; que le prophète, au verset 31, nous fait entendre le mal qu’il prédit viendra fondre sur les Philistins du côté de l’aquilon, ce qui signifie ordinairement la Chaldée ou l’Assyrie, et que la comparaison d’Ezéchias à un basilic ne lui paraît pas du style d’Isaïe. ― Terre entière de Palestine. Le mot Palestine désigne ici le pays des Philistins. ― Terre entière ; indique qu’il s’agit des cinq principautés que renfermait la Philistie.
 
30 Et les plus indigents seront nourris, et les pauvres reposeront avec confiance; et je ferai mourir ta racine, et tes restes, je les tuerai.
Note Is. 14,30 : Les plus indigents ; littéralement les premiers-nés des pauvres. Comparer, sur cet hébraïsme, à Job, 19, 13. Les Philistins furent frappés successivement par Sennachérib, Nabuchodonosor, Alexandre, et enfin par les Juifs aux temps des Machabées, depuis lesquels leur nom disparut.
 
31 Pousse des hurlements, porte ; crie, cité ; toute la Palestine a été renversée ; car c'est de l'aquilon que la fumée viendra ; et il n'est personne qui fuira son armée.
Note Is. 14,31 : Porte, cité ; c’est-à-dire grands, magistrats qui siégez à la porte de la ville, et vous, habitants de la cité. ― L’aquilon ou le septentrion désigne ordinairement l’Assyrie ou la Chaldée, situées au nord de la Palestine. ― La fumée et le feu désignent en plusieurs endroits de l’Ecriture, la guerre ou une armée. ― Qui fuira son armée ; qui ne voudra pas se joindre à son armée. C’est l’interprétation la plus simple et la plus conforme au texte hébreu.
 
32 Et que répondra-t-on aux messagers de la nation? Que c'est le Seigneur qui a fondé Sion, et qu'en lui espéreront les pauvres de son peuple.
Note Is. 14,32 : Aux messagers de la nation (gentis) ; ou bien des nations, en supposant, ce qui a lieu souvent surtout dans les noms collectifs, que le singulier est mis ici pour le pluriel ; et en supposant aussi qu’il est fait allusion à la coutume d’envoyer des messagers aux rois, pour les complimenter quand il leur arrivait quelque chose d’avantageux ou de fâcheux. ― Que c’est le Seigneur, etc. C’est la réponse que les envoyés de Sennachérib reçurent de Juda. Voir 4 Rois, chapitre 19 ( ?).

Chapitre 15

 | 
 | 
Chap. : 
Vengeance que le Seigneur exercera contre les Moabites.
Désolation et ruine de leur pays.
1 Malheur accablant de Moab. Parce que pendant la nuit Ar a été dévastée, Moab s'est tu ; parce que pendant la nuit a été détruit le mur, Moab s'est tu.
Note Is. 15,1-16 : .14 Prophétie contre Moab. La stèle du roi de Moab, Mésa, trouvée près de Dibon en 1869 et conservée actuellement au musée du Louvre, nomme parmi les villes moabites six de celles dont on lit ici les noms : Dibon, Nabo, Jasa, Médaba, Oronaïm, Sabama.
Note Is. 15,1 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Ar ; ville capitale de Moab. ― Ar était sur la rive gauche de l’Arnon, vis-à-vis d’Aroër.
 
2 La maison et Dibon sont montées sur les hauts lieux pour pleurer sur Nabo et sur Médaba; Moab a poussé des hurlements; sur toutes les têtes sera la calvitie, et toute barbe sera rasée.
Note Is. 15,2 : Voir Jérémie, 48, 37 ; Ezéchiel, 7, 18. ― La maison ; le palais et la famille royale, selon saint Jérôme. ― Dibon ; ville de Moab, près d’Ar. ― Nabo ; autre ville, près d’une montagne du même nom. ― Médaba ; ville près de la montagne de Phasga. L’usage de monter sur les hauteurs pour pleurer dans les disgrâces publiques et particulières est connu dans l’Ecriture. ― Sur toutes les têtes, etc. S’arracher les cheveux et se couper la barbe étaient également des signes de deuil.
3 Dans ses rues ils ont été vêtus de sacs ; sur ses toits tout hurlement est descendu dans le pleur.
Note Is. 15,3 : De sacs ; ce n’étaient pas des sacs proprement dits, mais des habits rudes et grossiers, qu’on portait dans le deuil. ― Sur ses toits. Les toits étaient en plate-forme, et l’on y montait pour pleure dans les moments d’affliction. ― Est descendu dans leur pleur ; hébraïsme, pour s’est mêlé aux larmes, s’est confondu avec les larmes.
4 Hésébon et Eléalé crieront; jusqu'à Jasa leur voix a été entendue ; à cause de cela les vaillant de Moab hurleront; et son âme hurlera pour elle-même.
Note Is. 15,4 : Hésébon, Eléalé ; deux villes, dont la première était située au pied du mont Phasga, et la seconde au nord, et à trois lieues environ de Hésébon. ― Jasa ; autre ville à l’extrémité méridionale de Moab. ― Son âme ; l’âme de chacun ; ou chacun gémira non seulement sur le malheur public, mais sur sa propre infortune.
5 Mon cœur pour Moab criera ; ses verrous se feront entendre jusqu'à Ségor, génisse de trois ans ; car par la montée de Luith ils monteront en pleurant, et dans la voix d'Oronaïm ils élèveront le cri d'une douleur déchirante.
Note Is. 15,5 : Ses verrous ; ses appuis, ses soutiens. ― Ségor ; à l’extrémité méridionale de la mer Morte. ― Génisse de trois ans ; c’est-à-dire forte, vigoureuse, ou indocile, indomptée. ― Luith ; ville située entre Ar et Ségor. ― Oronaïm ; ville de Moab, dans le voisinage de Ségor, ou à l’extrémité opposée de cette dernière, selon que l’on entend ces paroles de Jérémie, 48, 34 : « Ils ont fait entendre leur voix de Ségor à Oronaïm. »
6 Car les eaux de Nemrim deviendront un désert, parce que l'herbe s'est desséchée, que le bourgeon a manqué et que toute verdure a péri.
Note Is. 15,6 : Nemrim ; ville au septentrion de Ségor et sur la mer Morte.
 
7 Selon la grandeur de leurs œuvres, tel sera leur châtiment ; au torrent des saules on les conduira.
Note Is. 15,7 : Leurs œuvres ; leurs crimes. ― Au torrent, etc. Babylone était située sur l’Euphrate dont les bords étaient couverts de saules. Comparer à Psaumes, 136, 2.
8 Parce que le cri parcourra la frontière de Moab ; jusqu'à Gallim ira son hurlement, jusqu'au Puits d'Elim son cri.
Note Is. 15,8 : Gallim et Puits d’Elim ; deux villes situées sur les confins de Moab.
9 Parce que les eaux de Dibon ont été remplies de sang; car j'enverrai sur Dibon un surcroît de châtiment; à ceux qui fuiront de Moab et aux restes de cette terre, un lion.
Note Is. 15,9 : Un lion ; Nabuchodonosor, envoyé contre Moab, après Salmanasar.

Chapitre 16

 | 
 | 
Chap. : 
Agneau envoyé de Moab.
Ressource offerte aux Moabites.
Défaite de Sennachérib.
Nouvel éclat du règne d’Ezéchias.
Endurcissement des Moabites ; leur prochaine désolation.
1 Envoyez, Seigneur, l'agneau dominateur de la terre, de la Pierre du désert à la montagne de la fille de Sion.
Note Is. 16,1 : L’agneau dominateur de la terre ; c’est-à-dire, selon saint Jérôme, suivi de plusieurs interprètes modernes, Jésus-Christ, véritable agneau qui ôté les péchés du monde, envoyé de Moab, puisqu’il est né de la race de Ruth, Moabite et aïeule de David. ― La Pierre du désert ; ville capitale de l’Arabie Pétrée, alors au pouvoir des Moabites. ― La fille de Sion ; Jérusalem. Voir Isaïe, 1, 8. ― L’agneau dominateur ; renferme une allusion à ce qui est raconté à 4 Rois, 3, 4.
2 Et il arrivera que, comme un oiseau qui fuit, et des petits qui s'envolent du nid, ainsi seront les filles de Moab au passage de l'Arnon.
Note Is. 16,2 : L’Arnon ; fleuve qui bordait le pays de Moab à l’occident. ― Les filles de Moab ; les habitants de Moab.
3 Prends conseil, convoque une assemblée; fais comme une nuit de ton ombre en plein midi; cache ceux qui fuient; et les errants, ne les trahis pas.
 
4 Mes fugitifs habiteront chez toi ; Moab, sois leur retraite contre le dévastateur; car la poussière a trouvé sa fin, le misérable a été consumé ; il a défailli, celui qui foulait aux pieds la terre.
Note Is. 16,4 : La poussière, etc. ; le roi de Babylone.
5 Et dans la miséricorde sera préparé un trône, et il s'y assiéra dans la vérité, dans le tabernacle de David, un roi jugeant, et recherchant ce qui est juste, et rendant une prompte justice.
Note Is. 16,5 : Un roi jugeant, etc., Ezéchias ; mais, selon plusieurs Pères, le Messie auquel en effet tout ce qui est dit ici convient beaucoup plus parfaitement qu’à ce prince. ― Le tabernacle de David ; c’est-à-dire la maison de David. C’est de la maison de David qu’est sorti le Messie.
 
6 Nous avons appris l'orgueil de Moab ; ce peuple est très orgueilleux; et son orgueil, et son arrogance, et sa fureur, sont plus grands que sa puissance.
Note Is. 16,6 : Voir Jérémie, 48, 29.
7 C'est pour cela que Moab hurlera à Moab; tous hurleront; à ceux qui se réjouissent sur leurs murailles de briques cuites au feu, annoncez leurs plaies.
Note Is. 16,7 : Moab, etc. Les Moabites d’une ville feront entendre leurs cris jusqu’aux Moabites d’une autre ville ; ou bien, les Moabites vivants se désoleront au sujet de ceux qui seront morts ; la particule hébraïque rendue dans la Vulgate par ad, signifiant aussi au sujet de, touchant, sur (de). ― Qui se réjouissent ; se croyant en sûreté sur leurs fortifications. ― Leurs plaies ; les plaies dont ils seront frappés. ― Leurs murailles de briques cuites, en hébreu : Kir-Haréseth, qu’on croit être la forteresse de la capitale de Moab.
8 Parce que les faubourgs d'Hésébon sont déserts, et que les maîtres des nations ont coupé la vigne de Sabama; ses jeunes branches sont parvenues jusqu'à Jazer; elles se sont répandues çà et là dans le désert; ses rejetons ont été laissés, ils ont passé au-delà de la mer.
Note Is. 16,8 : Hésébon et Sabama ; deux villes de Moab célèbres par leurs vignes. ― Jazer ; ville située vers la source du torrent du même nom, au nord de Moab. ― La mer ; probablement le lac de Jazer, auquel Jérémie (voir Jérémie, 48, 32) donne ce nom. ― Sur Jazer, voir aussi Nombres, 21, 32.
 
9 A cause de cela, je pleurerai du pleur de Jazer, la vigne de Sabama, je vous enivrerai de mes larmes, Hésébon et Eléalé, parce que sur votre vendange et sur votre moisson est tombée la voix de ceux qui les ont foulées aux pieds.
Note Is. 16,9 : Je pleurerai, etc. ; je mêlerai mes pleurs à ceux de Jazer, pour pleurer, etc. ― Eléalé ; ville voisine d’Hésébon.
10 Et la joie et l'exultation seront enlevées du Carmel, et dans les vignes on n'exultera ni on ne jubilera ; il ne foulera pas le vin dans le pressoir, celui qui avait coutume de le fouler; j'ai ôté la voix de ceux qui foulaient.
Note Is. 16,10 : Carmel ; montagne de la Palestine, célèbre par sa fertilité, et dont le nom a été employé pour signifier en général un lieu d’une fertilité extraordinaire.
11 A cause de cela, le fond de mon cœur retentira sur Moab, comme la harpe, et mes entrailles sur le mur de briques cuites au feu.
Note Is. 16,11 : Sur le mur ; c’est-à-dire sur la ruine du mur. Comparer au verset 7.
 
12 Et il arrivera que, lorsque Moab aura vu qu'il s'est fatigué sur ses hauts lieux, il entrera dans son sanctuaire afin de prier instamment, et qu'il ne pourra rien.
 
13 C'est la parole qu'a dite le Seigneur à Moab anciennement;14 Et maintenant le Seigneur a parlé, disant : Dans trois ans, comptés comme les années d'un mercenaire, la gloire de Moab sera enlevée avec tout son peuple nombreux; et il sera laissé petit et faible, et nullement nombreux.
Note Is. 16,14 : Dans trois ans. Ces trois ans se prennent de l’année de la mort d’Achaz (voir Isaïe, 14, 28) et du commencement du règne d’Ezéchias, et finissant à la troisième année de ce prince. ― Comptés, etc. ; c’est-à-dire bien exactement, bien rigoureusement. Voir la même expression à Isaïe, 21, 16.

Chapitre 17

 | 
 | 
Chap. : 
Ruine de Damas.
Désolation de Samarie.
Restes d’Israël convertis au Seigneur.
Défaite de Sennachérib.
1 Malheur accablant de Damas. Voilà que Damas cessera d'être une cité, et elle sera un monceau de pierres en ruines.
Note Is. 17,1-11 : Prophétie contre Damas et la Syrie, et en même temps contre le royaume d’Israël avec qui la Syrie était alliée.
Note Is. 17,1 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Damas. Voir Isaïe, 7, 8.
 
2 Les cités d'Aroër seront abandonnées aux troupeaux, et ils s'y reposeront, et il n'y aura personne qui les effrayera.
Note Is. 17,2 : Aroër ; celle qui appartenait à la Syrie ; car il y avait plusieurs villes de ce nom. ― Les cités d’Aroër désignent probablement Aroër sur l’Arnon et Aroër de Gad, à l’est de Rabbath-Ammon.
3 Et le soutien manquera à Ephraïm et le règne à Damas; et les restes de la Syrie seront comme la gloire des fils d'Israël,
 
4 Et il arrivera en ce jour-là que la gloire de Jacob sera atténuée, et que la graisse de sa chair se desséchera.5 Et il sera comme celui qui ramasse dans la moisson ce qui est resté, et son bras recueillera des épis; et il sera comme celui qui cherche des épis dans la vallée de Raphaïm.
Note Is. 17,5 : La vallée de Raphaïm, au midi de Jérusalem, était très fertile.
6 Et il y sera laissé seulement comme une grappe de raisin, et comme, lorsqu'on secoue un olivier, son fruit restant sera de deux ou trois olives au sommet d'une branche, ou bien de quatre ou de cinq à ses cimes, dit le Seigneur Dieu d'Israël.
Note Is. 17,6 : On faisait la récolte des olives en secouant ou en battant les branches de l’olivier. Voir Deutéronome, 24, 20.
 
7 En ce jour-là l'homme s'inclinera vers son Créateur, et ses yeux regarderont du côté du saint d'Israël.8 Et il ne s'inclinera pas du côté des autels qu'ont faits ses mains ; et ce qu'ont façonné ses doigts, les bois sacrés et les temples, il ne les regardera pas.
Note Is. 17,8 : Les bois sacrés et les temples. En hébreu : les Aschérahs, c’est-à-dire les symboles de la déesse Aschérah, qui était figurée sous la forme d’un pieu, et les images du soleil, c’est-à-dire les représentations du dieu soleil Baal-Khamman, qu’on plaçait sur les autels de Baal. Voir 2 Paralipomènes, 34, 4.
 
9 En ce jour-là, ses cités les plus fortes seront abandonnées comme les charrues et les moissons qui furent abandonnées à la vue des fils d'Israël; et tu seras déserte.10 Parce que tu as oublié le Dieu ton sauveur, et que de ton puissant secours tu ne t'es pas souvenue ; c'est pour cela que tu planteras du bon plant, et que tu sèmeras une semence étrangère.11 Au jour de ta plantation c'était une vigne sauvage, et dès le matin ta semence fleurira; la la moisson a été enlevée au jour de l'héritage, et tu en éprouveras une douleur grave.
Note Is. 17,11 : De l’héritage ; c’est-à-dire de la récolte.
 
12 Malheur à la multitude de peuples nombreux; elle est comme la multitude des flots d'une mer mugissante; et le tumulte des troupes, comme le bruit des grandes eaux.
Note Is. 17,12-14 : Prophétie contre les Assyriens, annonçant la destruction de l’armée de Sennachérib.
Note Is. 17,12 : La multitude de peuples nombreux. Les Assyriens enrôlaient dans leurs armées des soldats tirés de tous les peuples qui étaient leurs tributaires.
13 Des peuples feront un bruit, comme le bruit des eaux qui débordent, et il le menacera, et il fuira au loin ; et il sera emporté comme la poussière des montagnes à la face du vent, et comme un tourbillon devant la tempête.
Note Is. 17,13 : Il le menacera (increpabit eum) ; le pronom le (eum) se rapporte au mot bruit (sonitus) qui précède, selon les uns ; mais plus probablement, selon les autres, à peuples (populi) ; car, outre que la suite autorise cette interprétation, on a pu remarquer plus d’une fois que, dans les récits bibliques, le pronom qui devrait être au pluriel se met au singulier, et signifie dans ce cas chacun.
14 Il sera au temps du soir, et voici le trouble, au temps du matin, et il n'existera plus, voilà la part de ceux qui nous ont dévastés, et le sort de ceux qui nous ont pillés.
Note Is. 17,14 : Il sera, etc. Chacun d’eux répandra le soir le trouble et la terreur, et le lendemain matin il n’existera plus. Comparer à 4 Rois, 19, 35-36. ― La part ; le sort, le jugement porté contre les Assyriens.

Chapitre 18

 | 
 | 
Chap. : 
Malheur à l’Ethiopie, qui croit le Seigneur trop faible pour défendre la maison de Juda.
Le peuple de Juda, délivré, viendra offrir des présents au Seigneur.
1 Malheur à la terre qui retentit par la cymbale de ses ailes, qui est au-delà des fleuves d'Ethiopie,
Note Is. 18,1-7 : Prophétie sur l’Ethiopie. Le prophète se montre plein de sympathie pour ce pays qui est en guerre contre l’Assyrie, l’ennemi commun.
Note Is. 18,1 : Malheur, etc. Voir Isaïe, 13, 1. ― On convient assez communément que cette prophétie regarde la terre de Chus ou d’Ethiopie, dont le roi Tharaca entreprit de secourir Jérusalem menacée par Sennachérib. ― Par la cymbale (cymbalo) ; le terme hébreu signifie sistre, instrument fort commun chez les Egyptiens. ― Ailes ; c’est-à-dire armées, que les Hébreux et même les Latins désignaient quelquefois par ce mot. Les Septante et le chaldéen l’ont entendu des ailes ou voiles des vaisseaux. ― Le mot traduit par cymbale est en hébreu : tselatsal, tintement, bruit, cymbale, sistre. Plusieurs commentateurs modernes y voient une allusion au tsaltsal, mouche très commune en Ethiopie et très dangereuse ainsi appelée chez les Gallas, et qui, chez d’autres peuplades, porte le nom de tsétsé. ― Au-delà des fleuves d’Ethiopie ; non seulement l’Ethiopie proprement dite ou le royaume de Méroé, qui s’étendait depuis la frontière méridionale de l’Egypte jusqu’à la jonction du Nil blanc et du Nil bleu, mais le pays au-delà de ces fleuves.
2 Qui envoie des ambassadeurs sur la mer et sur des vaisseaux de papyrus. Allez, anges rapides, vers une nation arrachée et déchirée, vers un peuple terrible, après lequel il n'en est pas d'autre aussi terrible; vers une nation qui attend et qui est foulée aux pieds, dont les fleuves ont ravagé la terre.
Note Is. 18,2 : Papyrus ; sorte de roseau ou de jonc dont étaient faites les barques des Egyptiens. ― Anges (angeli) ; envoyés, messagers. ― Les barques de papyrus étaient particulièrement appropriées à la navigation du haut Nil. On pouvait les porter à dos d’homme grâce à leur légèreté, quand c’était nécessaire, comme pour franchir les cataractes, et on les regardait comme une des choses caractéristiques du pays. ― Sur la mer ; désigne le Nil (comme à Isaïe, 19, 5). Ce fleuve est appelé encore aujourd’hui el-Bhar, la mer, de même qu’en sanscrit l’Indus est nommé aussi Sindhu ou la mer. ― Le roi d’Ethiopie, averti de la marche des Assyriens, envoie des messagers porter rapidement ses ordres et rassembler des troupes. ― Vers un peuple terrible ; allusion aux grandes victoires remportées par le chef du peuple éthiopien, Sabacon. ― Dont les fleuves ont ravagé la terre. La Nubie, qui est un pays montagneux, est couverte de rivières et de torrents.
3 Vous tous habitants de l'univers, qui demeurez sur la terre, lorsque l'étendard sera élevé sur les montagnes, vous le verrez, et vous entendrez le bruit éclatant de la trompette;
 
4 Parce que voici ce que le Seigneur me dit : Je me tiendrai en repos, et je considérerai en mon lieu comme la lumière de midi qui est claire, et comme un nuage de rosée au jour de la moisson.
Note Is. 18,4 : Je me tiendrai, etc. Au milieu de tous les mouvements des ennemis, je considérerai tranquillement leurs efforts, et je serai pour mon peuple comme est la lumière brillante en plein midi, et comme est un nuage, etc. ― Comme un nuage de rosée. En hébreu, tal. Ce mot, en hébreu comme en arabe, désigne « un brouillard considérable qui répand une petite pluie invisible ; il se lève vers le milieu de la nuit, pendant la saison chaude, lorsque souffle le vent d’ouest ou de nord-ouest, et il apporte un grand rafraîchissement à tous les êtres organiques. » (NEIL, Palestine, explored, p. 136). ― Au jour de la moisson. Il ne s’agit pas, au moins dans le verset suivant, de la récolte des blés, mais de celle des raisins, de la vendange, comme le prouve le texte hébreu. La vendange se fait en août ou septembre.
5 Car avant la moisson il a fleuri tout entier, et son germe le plus avancé ne mûrira pas, et ses petites branches seront coupées avec les faux, et ce qui aura été laissé sera retranché ou rejeté.
Note Is. 18,5 : Car avant la moisson, etc. Ce qui est dit dans ce verset et le suivant s’explique très bien de Sennachérib et de son armée. Lorsque les froments et la vigne étaient hors de fleurs et près de mûrir, on est venu couper les grains et faire la vendange sans leur donner le temps de parvenir à maturité. C’est ainsi que le roi d’Assyrie était sur le point de se rendre maître de la Judée, lorsque le Seigneur a tranché tout d’un coup ses espérances.
6 Il sera en même temps abandonné aux oiseaux des montagnes et aux bêtes de la terre ; et pendant tout l'été y seront les oiseaux, et toutes les bêtes de la terre y passeront l'hiver.
 
7 En ce temps-là sera offert un présent au Seigneur des armées, par un peuple arraché et déchiré, par un peuple terrible, après lequel il n'en fut pas d'autre aussi terrible; par une nation qui attend, qui attend , et qui est foulée aux pieds, dont les fleuves ont ravagé la terre ; offert dans le lieu du nom du Seigneur des armées, la montagne de Sion.
Note Is. 18,7 : En ce temps-là ; peut s’entendre aussi du temps de Jésus-Christ, dans lequel le prophète se transporte si souvent en esprit. ― Par un peuple, etc. ; les Egyptiens, désignés au verset 2 par les même termes, et qui en effet envoyèrent au temple de Jérusalem des offrandes, persuadés que c’était par l’effet de la puissance du Dieu d’Israël que l’armée de Sennachérib avait été détruite en une seule nuit. Comparer à Isaïe, 19, verset 18 et suivants ; 2 Paralipomènes, 32, 23-24. ― Le lieu du nom ; c’est-à-dire le lieu où est invoqué le nom.

Chapitre 19

 | 
 | 
Chap. : 
Maux dont le Seigneur accablera l’Egypte.
Autel dédié au Seigneur dans ce pays.
L’Egypte menacée et délivrée.
Les Egyptiens et les Assyriens unis dans le culte du Seigneur.
Les Israélites se joignent à eux.
1 Malheur accablant de l'Egypte. Voici que le Seigneur montera sur un nuage léger, et qu'il entrera dans l'Egypte, et que seront ébranlés les simulacres de l'Egypte devant sa face, et le cœur de l'Egypte se fondra au milieu d'elle.
Note Is. 19,1-25 : Prophétie contre l’Egypte. Elle se divise en deux parties : 1° tableau du châtiment qui menace l’Egypte ; 2° résultats de ce châtiment, conversion de l’Egypte.
Note Is. 19,1 : Malheur, etc. Voir Isaïe, 13, 1. Plusieurs anciens ont expliqué toute cette prophétie du temps de Jésus-Christ ; et cette explication se soutient assez bien, même à la lettre ; mais la plupart des nouveaux interprètes l’entendent des guerres des Assyriens ou des Chaldéens contre l’Egypte. ― Les simulacres ; les idoles étaient extrêmement nombreuses en Egypte.
 
2 Et je ferai courir des Egyptiens contre des Egyptiens; et un homme combattra contre son frère , et un homme contre un ami, une cité contre une cité, un royaume contre un royaume.
Note Is. 19,2 : Un royaume ; selon les Septante, un nome ; nom qu’on donnait aux cantons ou aux provinces dont se composait l’Egypte. ― L’Egypte était alors très divisée et morcelée en une vingtaine de petits états, comme nous l’apprend l’inscription égyptienne de Piankhi, de sorte que, comme le dit Isaïe, c’était partout la guerre civile.
3 Et l'esprit de l'Egypte sera déchiré dans ses entrailles, et je détruirai son conseil; et ils interrogeront leurs simulacres, et leurs devins, et les pythoniens et les magiciens.
Note Is. 19,3 : L’esprit de sagesse, que l’Egypte prétend avoir, s’anéantira en elle. ― « Les Egyptiens, dit Hérodote, passent pour les plus sages des hommes. »
4 Et je livrerai l'Egypte à la main de maîtres cruels, et un roi puissant les dominera, dit le Seigneur Dieu des armées.
Note Is. 19,4 : Un roi puissant ; le roi d’Assyrie qui conquit l’Egypte, probablement Assaraddon, qui s’en empara en 672 et la divisa en vingt petits royaumes tributaires.
 
5 Et l'eau disparaîtra de la mer, et le fleuve sera détruit et desséché.
Note Is. 19,5-6 : L’eau disparaîtra de la mer ; du nil. Voir Isaïe, 18, 2. La disparition des eaux du Nil est la mort de la végétation et la ruine de l’Egypte. Un des effets des guerres civiles, c’était de négliger l’entretien des digues et des canaux du Nil, ce qui empêchait d’arroser convenablement les terres. Or toute terre qui, en Egypte, n’est pas arrosée, est stérile.
6 Et les rivières tariront, et les ruisseaux, retenus par des digues, diminueront et seront desséchés. Le roseau et le jonc se flétriront;7 Le lit du ruisseau sera mis à nu à sa source même, et l'eau dont on arrosait toute semence desséchera, deviendra aride, et ne sera plus.8 Et les pêcheurs s'affligeront, et tous ceux qui jettent l'hameçon dans le fleuve pleureront, et ceux qui tendent le filet sur la surface des eaux dépériront.
Note Is. 19,8 : Le poisson abonde dans le Nil, et les anciens Egyptiens pêchaient beaucoup avec l’hameçon et avec le filet.
9 Ils seront confondus, ceux qui travaillaient le lin, qui le cardaient et en faisaient de fins tissus.
Note Is. 19,9 : Le lin était une des principales cultures de l’Egypte, et l’on en faisait une grande consommation. Les prêtres égyptiens ne se revêtaient que de lin, et l’on enveloppait les momies dans des étoffes de lin.
10 Et ses lieux arrosés d'eau se dessécheront, de même tous ceux qui faisaient des fosses pour prendre des poissons.
 
11 Ils sont atteints de folie, les princes de Tanis, les sages conseillers de Pharaon ont donné un conseil insensé. Comment direz-vous à Pharaon : Je suis fils des sages, fils des anciens rois?
Note Is. 19,11-15 : Folie des princes de l’Egypte qui accélère les maux qui les menacent.
Note Is. 19,11 : Tanis ; aujourd’hui San, dans le Delta, sur un des bras du Nil auquel elle donnait son nom, l’une des villes les plus importantes de la Basse-Egypte et l’une des résidences royales.
12 Où sont maintenant tes sages? Qu'ils t'annoncent, qu'ils apprennent ce qu'a résolu le Seigneur des armées, touchant l'Egypte.13 Ils sont devenus fous, les princes de Tanis; ils se sont amoindris, les princes de Memphis, ils ont séduit l'Egypte, soutien de ses peuples.
Note Is. 19,13 : Soutien ; littéralement angle (angulum). C’est à l’angle que se trouve la première pierre fondamentale d’un bâtiment. ― Memphis, capitale de l’Egypte, était située au nord du Caire, près du désert, non loin des pyramides de Saqqarah.
14 Le Seigneur a répandu au milieu d'elle un esprit de vertige, et ils ont fait errer l'Egypte dans toutes ses œuvres, comme erre l'homme ivre et qui vomit.15 Et il n'y aura pour l'Egypte rien à faire à la tête et à la queue, à celui qui plie et à celui qui refrène.
Note Is. 19,15 : Il n’y aura ; littéralement il ne sera pas à l’Egypte d’ouvrage qu’elle fasse : tête et queue, etc. ; c’est-à-dire que l’Egypte n’aura aucun pouvoir, aucune autorité ni sur les grands ni sur les petits, etc. ― La tête, la queue, celui qui plie et celui qui réfrène. Ces mots, qu’on a déjà vus (voir Isaïe, 9, 14), sont ici à l’accusatif par hébraïsme, comme étant des expressions adverbiales.
 
16 Et ce jour-là, les Egyptiens seront comme des femmes, et ils s'étonneront, et ils craindront à la vue de la commotion que la main du Seigneur des armées lui-même produira sur eux.
Note Is. 19,16-25 : L’Egypte, après avoir subi la vengeance divine, se convertira au Seigneur et jouira, comme l’Assyrie, de privilèges égaux à ceux d’Israël. Cette partie de la prophétie se divise en cinq alinéas commençant tous par ces mots : En ce jour-là, versets 16, 18, 19, 23 et 24.
Note Is. 19,16 : Les Egyptiens ; littéralement l’Egypte, qui se prend aussi pour les habitants dans ce même sens, puisque ces verbes sont au pluriel. ― Sur eux ; littéralement sur elle ; le pronom se rapportant grammaticalement au nom Egypte (Ægyptus), féminin singulier.
17 Et la terre de Juda sera à l'Egypte en effroi ; quiconque s'en souviendra sera effrayé à la vue du dessein que le Seigneur des armées lui-même a formé contre elle.
Note Is. 19,17 : Contre elle ; contre l’Egypte.
 
18 En ce jour-là, il y aura cinq cités dans la terre d'Egypte qui parleront la langue de Chanaan, et qui jureront par le Seigneur des armées; l'une sera appelée la cité du soleil.
Note Is. 19,18 : La langue de Chanaan ; c’est la langue hébraïque. ― La cité du soleil ; ou Héliopolis, était située entre le Nil et la mer Rouge, mais plus près du Nil. ― Onias IV, vers 160, éleva un temple semblable à celui de Jérusalem à Léontopolis, dans le nome d’Héliopolis, à l’endroit appelé aujourd’hui Tell el-Yahoudi, non loin de Zagazig et il s’appuya sur le verset d’Isaïe pour justifier son entreprise. Ce temple fut fermé par Vespasien en 72 de notre ère. ― Les cinq cités peuvent être Héliopolis, Memphis, Bubaste, Tanis et Alexandrie, où il y eut beaucoup de chrétiens.
 
19 En ce jour-là, il y aura un autel du Seigneur au milieu de la terre d'Egypte, et un monument au Seigneur près de sa frontière.
Note Is. 19,19 : Un monument ; une sorte d’obélisque, une colonne analogue aux deux colonnes que Salomon avait placées devant le temple de Jérusalem. ― Près de sa frontière. Tell el-Yahoudi n’est pas loin du désert.
20 Ce sera en signe et en témoignage au Seigneur des armées dans la terre d'Egypte. Car ils crieront vers le Seigneur à la vue de l'oppresseur, et il leur enverra un sauveur et un défenseur, qui les délivrera.
 
21 Et le Seigneur sera connu de l'Egypte, et les Egyptiens en ce jour-là connaîtront le Seigneur; et ils l'honoreront par des hosties et par des offrandes; et ils voueront des vœux et ils les acquitteront.
Note Is. 19,21 : Les Egyptiens connaîtront le Seigneur. Le christianisme fut très florissant en Egypte pendant les premiers siècles. Alexandrie joua un rôle important dans la défense et la propagation de la religion chrétienne ; la vie monacale fleurit avec le plus grand éclat dans la Haute-Egypte.
22 Et le Seigneur frappera l'Egypte d'une plaie, et il la guérira; et il s'apaisera pour eux et il les guérira.
 
23 En ce jour-là, il y aura une voie de l'Egypte chez les Assyriens, et l'Assyrien entrera dans l'Egypte, et l'Egyptien chez les Assyriens, et les Egyptiens serviront Assur.
Note Is. 19,23 : Ce verset annonce la conversion de l’Egypte et de l’Assyrie à la vraie foi. ― Il y aura une voie qui servira pour les rapports commerciaux, ce qui indique des relations pacifiques qui uniront les deux peuples, au lieu de l’état de guerre qui existait du temps d’Isaïe. Cette voie passera par la terre de Chanaan.
 
24 En ce jour-là, Israël sera réuni comme troisième à l'Egyptien et à l'Assyrien; la bénédiction sera au milieu de la terre,
Note Is. 19,24 : Israël sera troisième ; fera partie de l’alliance entre l’Egypte et l’Assyrie comme confédéré, et les trois peuples serviront le vrai Dieu.
25 Qu'a bénie le Seigneur des armées, disant : Béni soit mon peuple d'Egypte, et l'ouvrage de mes mains se fera par l'Assyrien, mais mon héritage est Israël.
Note Is. 19,25 : Et l’ouvrage, etc. ; c’est-à-dire je me servirai du peuple assyrien comme d’un instrument pour agir, pour accomplir mes desseins. C’est la seule traduction compatible avec la Vulgate ; le commun des versions porte : L’Assyrien est l’ouvrage de mes mains, et Israël mon partage. Plusieurs considèrent l’Assyrien et Israël comme sujets de l’attribut béni soit ; mais le latin Assyrio, n’étant pas au nominatif, s’oppose formellement à cette interprétation aussi bien qu’à la précédente. De plus, l’expression mais mon héritage, Israël (hæreditas autem Israel) forme une nouvelle difficulté. Toutefois, il faut le reconnaître, l’hébreu est susceptible de ces deux explications ; la dernière est la seule conforme aux Septante.

Chapitre 20

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Captivité des Egyptiens et des Ethiopiens.
1 En l'année que Tharthan entra dans Azot, lorsque Sargon roi des Assyriens l'eut envoyé, et qu'il eut combattu Azot, et l'eut prise;
Note Is. 20,1-6 : Seconde prophétie contre l’Egypte. Isaïe, sous les habits d’un captif, c’est-à-dire déchaussé et sans son vêtement de dessus, prédit le sort réservé aux Egyptiens et aux Ethiopiens. Nous avons donc ici une prophétie symbolique. L’Egypte et l’Ethiopie sont unies ensemble dans cet oracle, parce que c’était une dynastie d’origine éthiopienne qui régnait alors en Egypte. Les rois d’Assyrie accompliront ces oracles. Assaraddon, dans l’expédition qu’il fit en Egypte en 674, s’empara de Memphis et de Thèbes, de la femme du Pharaon Tharaka, d’un grand nombre de ses parents et de ses officiers. Le fils d’Assaraddon, Assurbanipal, entreprit plusieurs campagnes contre l’Egypte, en personne ou par ses généraux. Pendant la guerre qu’il fit contre le roi d’Ethiopie, Urdaman, qui était devenu maître de la vallée du Nil, le roi de Ninive livra la ville de Thèbes au pillage et y fit captifs une multitude d’Egyptiens, hommes et femmes.
Note Is. 20,1 : Tharthan. Voir 4 Rois, 18, 17. ― Azot ; une des cinq principales villes des Philistins. ― Tharthan n’est pas un nom propre, mais un titre de dignité équivalant à général ou chef d’armée. ― Sargon, roi des Assyriens, fut le fondateur de la dernière dynastie qui régna à Ninive. Il succéda à Salmanasar en 722 ou 721 et acheva le siège de Samarie, dont la chute entraîna la ruine complète du royaume d’Israël. En 720, il avait battu le roi d’Egypte et d’Ethiopie, Schabak, qui arrivait trop tard au secours des Israélites, mais qui voulait du moins sauver Hannon, roi de Gaza, son allié. L’armée assyrienne défit les armées égyptienne et philistine à Raphia, à l’entrée du désert. Schabak fut probablement obligé de se reconnaître tributaire de Sargon. A sa mort, en 712, il eut pour successeur sur le trône d’Egypte son fils Schabatok, et sur celui d’Ethiopie, Tahrakya, qui paraît avoir été son neveu. C’est en 711 qu’eut lieu la campagne contre Azot, mentionnée par Isaïe. Les Philistins avaient secoué le joug de l’Assyrie. Sargon, après la bataille de Raphia, avait déposé le roi d’Azot, Azuri, et mis à sa place le frère de ce dernier, Akhimit. Mais quand le roi de Ninive se fut éloigné, le parti égyptien, qui était le plus fort, renversa Akhimit et donna le pouvoir à Yavan. Les autres peuples voisins de la Palestine et Juda lui-même avaient pris part à ces mouvements, comme nous l’apprennent les inscriptions de Sargon. La campagne dont parle Isaïe avait pour but de châtier cette rébellion, faite vraisemblablement avec l’appui de l’Egypte. Après la prise d’Azot, Schabatok s’empressa d’envoyer une ambassade aux Assyriens pour reconnaître leur suprématie. Sargon mourut six ans après, en 705, laissant le royaume d’Assyrie à son fils Sennachérib.
2 En ce temps-là, le Seigneur parla par la main d'Isaïe, fils d'Amos, disant : Va, ôte ton sac de tes reins, ôte ta chaussure de tes pieds. Et il fit ainsi, allant nu et déchaussé.
Note Is. 20,2 : Par la main ; hébraïsme, pour par le moyen, par l’intermédiaire. ― Nu ; non pas d’une nudité complète, mais comme le dit formellement le texte, seulement dépouillé du sac (vêtement de dessus) que l’on portait dans le deuil, et de sa chaussure. Chez les Grecs et les Latins eux-mêmes, le mot nu signifiait souvent vêtu à la légère, ou n’ayant pas de manteau.
3 Et le Seigneur dit : Comme a marché mon serviteur Isaïe, nu et déchaussé, et comme il sera un signe de trois années et un présage pour l'Egypte et pour l'Ethiopie;
Note Is. 20,3 : De trois années de malheurs qui pèseront sur l’Egypte et l’Ethiopie.
4 Ainsi le roi des Assyriens emmènera la captivité de l'Egypte, et la transmigration de l'Ethiopie, composées de jeunes hommes et de vieillards, nus et déchaussés, ce qui doit être caché dans le corps ayant été découvert pour l'ignominie de l'Egypte.
Note Is. 20,4 : Nus et déchaussés ; littéralement nue et déchaussée (nudam et discalceatam), au singulier, quoique se rapportant à captivité aussi bien qu’à transmigration. C’est encore un hébraïsme en vertu duquel, lorsqu’un attribut a deux sujets partiels, il peut concorder avec le plus voisin. ― Les troupes de Sargon purent emmener des captifs égyptiens en Assyrie, mais Assaraddon surtout, son petit-fils, et Assurbanipal, son arrière petit-fils, emmenèrent en captivité un grand nombre de jeunes hommes et de vieillards pris en Egypte.
5 Et ils craindront, et ils seront confondus par l'Ethiopie dans leur espoir, et par l'Egypte dans leur gloire.
Note Is. 20,5 : Ils seront confondus, etc. ; c’est-à-dire frustrés du secours qu’ils attendaient de l’Ethiopie, et de la gloire qu’ils espéraient recueillir par leur alliance avec l’Egypte.
6 Et il dira, l'habitant de cette île en ce jour-là : Voilà, c'était notre espérance, ceux auprès desquels nous avons cherché du secours, afin qu'ils nous délivrassent de la face du roi des Assyriens; et comment pourrons-nous échapper, nous?
Note Is. 20,6 : Ile ; le terme hébreu signifie proprement contrée éloignée, lointaine, et aussi voisine de la mer. Ainsi il s’agit ici des habitants des contrées maritimes de la Palestine.

Chapitre 21

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ruine de Babylone.
Nuit qui menace l’Idumée.
Malheurs qui doivent tomber sur l’Arabie.
1 Malheur accablant du désert de la mer. Comme des tourbillons viennent de l'Africus, il vient du désert, d'une terre affreuse.
Note Is. 21,1-10 : Prophétie contre Babylone. Elle porte un titre un peu énigmatique, dans lequel Babylone est appelée désert de la mer. Babylone fut assiégée trois fois pendant la vie d’Isaïe, en 710 par Sargon, en 703 et en 691 par son fils Sennachérib. Mais le siège de Babylone qu’annonce la prophétie, et la dévastation qui en est la suite, sont postérieurs, car au temps de Sargon et de Sennachérib, ce ne furent pas les Elamites et les Perses qui s’emparèrent de la ville ; la prédiction ne s’accomplit que longtemps après la mort d’Isaïe, quand Cyrus se rendit maître de cette fameuse cité. Les détails que nous ont transmis les auteurs anciens sur la prise de Babylone par ce prince son en parfait accord avec ce que nous lisons ici.
Note Is. 21,1 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Désert de la mer ; c’est-à-dire Babylone, ainsi appelée, soit à cause de sa position sur l’Euphrate, et des lacs qui étaient dans son désert ou sa campagne, soit, comme dit saint Jérôme, à cause de l’état où elle devait être réduite un jour. Comparer à Isaïe, 13, 1 et Jérémie, 51, vv. 36, 41. ― Il vient ; c’est-à-dire l’ennemi. ― D’une terre affreuse ; la Médie et la Perse, pays affreux, en effet, en comparaison de Babylone. ― Comme des tourbillons viennent de l’Africus, en hébreu, du Négeb, au sud de Juda, ainsi appelé à cause de son aridité et de sa sécheresse. Les tempêtes sont terribles en Babylonie et en Susiane : « On peut les voir, dit Layard, quand elles viennent du désert, portant avec elles des nuages de sable et de poussière. L’obscurité devient presque complète. » Les tempêtes du sud de la Palestine sont du même genre. Voir Zacharie, 9, 14 ; Osée, 13, 15 ; Jérémie, 4, 11 ; 13, 24 ; Job, 1, 19 ; 37, 9.
 
2 Une vision pénible m'a été annoncée ; celui qui est incrédule agit infidèlement; et celui qui dépeuple, dévaste. Monte, Elam; Mède, assiège ; j'ai fait cesser tous ses gémissements.
Note Is. 21,2 : Elam ; la Perse représente ici Cyrus, qui en était ; elle est ainsi nommée, parce qu’elle fut habitée par les descendants d’Elam, fils de Sem. ― Mède ; Darius, roi des Mèdes. Ses gémissements ; les gémissements de Babylone ; hébraïsme, pour les gémissements qu’elle faisait faire, dont elle était la cause. En hébreu, les pronoms possessifs se prennent en effet indifféremment dans un sens actif et passif ; ainsi, par exemple, ma blessure peut signifier ou la blessure que j’ai faite à quelqu’un, ou la blessure qu’on m’a faite.
 
3 A cause de cela mes reins sont remplis de douleur; l'angoisse s'est emparée de moi comme l'angoisse d'une femme en travail; je suis tombé, lorsque j'ai entendu ; j'ai été tout troublé, lorsque j'ai vu.
Note Is. 21,3 : A cause de cela, etc. Le prophète, dans tout ce chapitre, se montre ému de compassion pour Babylone ; d’autant que dans le temps où il parlait, elle était amie et alliée d’Ezéchias, et qu’elle n’avait pas encore opprimé les Hébreux. Mais il prédit tout à la fois et ses crimes et le châtiment qui les suivra.
4 Mon cœur s'est flétri; des ténèbres m'ont frappé de stupeur; Babylone que je chérissais m'est devenue un sujet d'étonnement.5 Dresse la table; contemple dans une guérite ceux qui mangent et qui boivent : levez-vous, princes, saisissez le bouclier.
Note Is. 21,5 : Dresse la table. C’est probablement une allusion au festin de Baltassar. Voir Daniel, chapitre 5.
 
6 Car voici ce que m'a dit le Seigneur : Va, et place une sentinelle; et tout ce qu'elle aura vu, qu'elle l'annonce.7 Et elle vit un chariot conduit par deux cavaliers, l'un qui montait un âne, et l'autre qui montait un chameau; et elle considéra soigneusement d'un œil très attentif.
Note Is. 21,7 : Par deux cavaliers, etc. Ces deux cavaliers représentaient les Mèdes et les Perses. Ces derniers se servaient très avantageusement des chameaux dans les combats ; ils ont aussi quelquefois employé les ânes, qui étaient exclusivement en usage chez les Caramaniens, peuple assujetti aux Perses.
 
8 Et elle cria comme un lion : Je suis dans la guérite du Seigneur, m'y tenant continuellement pendant le jour, et je fais ma garde, m'y tenant les nuits entières.
Note Is. 21,8 : Voir Habacuc, 2, 1.
9 Voici que vient cet homme qui monte le chariot aux deux montures des cavaliers ; et il répondit et dit : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, et toutes les images de ses dieux, taillées au ciseau, ont été brisées contre terre.
Note Is. 21,9 : Voir Jérémie, 51, 8 ; Apocalypse, 14, 8. ― Cet homme, etc. ; un des deux cavaliers dont il est question au verset 7. ― Il répondit ; le même homme ; ce qui suppose une interrogation sous-entendue ; ou bien, ce que nous préférons, il éleva la voix, il parla, comme porte le verbe hébreu que la Vulgate elle-même a rendu ailleurs (voir Deutéronome, 26, 5) par parler (loqueris). Comparer à Isaïe, 14, 10. ― Les images des dieux étaient innombrables à Babylone.
 
10 Mon battage, et vous, fils de mon aire, ce que j'ai ouï du Seigneur des armées. Dieu d'Israël, je vous l'ai annoncé.
Note Is. 21,10 : Fils de mon aire ; hébraïsme, pour grains que l’on bat dans mon aire.
 
11 Malheur accablant de Duma. Il me crie de Séir : Garde, qu'annonces-tu de la nuit? garde, qu'annonces-tu de la nuit?
Note Is. 21,11-12 : Prophétie contre Duma. C’est la réponse à une question que font au prophète les habitants de Duma, effrayés par les invasions assyriennes. On ne connaît pas de ville de Duma en Idumée. Les géographes arabes nomment plusieurs villes de ce nom, mais aucune n’est iduméenne. Duma est peut-être ici un nom mystérieux qui rappelle simplement celui d’Edom et qui est choisi par le prophète, parce qu’il signifie silence et annonce ainsi en quelque sorte la désolation qui est réservée à l’Idumée. Du temps de Sennachérib, les Iduméens furent tributaires de l’Assyrie.
Note Is. 21,11 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Qu’annonces-tu de la nuit ? Quelle heure est-ce de la nuit ? La première, la seconde ou la troisième veille ?
 
12 Le garde dit : Le malin est venu, et la nuit ; si vous cherchez, cherchez; convertissez-vous, venez.
Note Is. 21,12 : Le matin est venu, etc. Réponse obscure et énigmatique, dans le style sans doute des sages de l’Idumée. Elle signifie probablement : Le matin est venu, mais la nuit, le malheur, viendra aussi ; le jour, la paix, ne durera pas toujours ; si vous cherchez donc ce que vous devez faire, convertissez-vous pour prévenir ces calamités.
 
13 Malheur accablant dans l'Arabie. Dans le bois, le soir, vous dormirez, dans les sentiers de Dédanim.
Note Is. 21,13-16 : Prophétie contre l’Arabie. La guerre avait déjà porté ses ravages dans la puissante tribu des Dédanim, qui faisait un commerce considérable, voir Ezéchiel, 27, vv. 15, 20. Isaïe annonce que, dans un an, les autres tribus arabes seront également ravagées. Sargon raconte, dans ses inscriptions, que Samsiéh, reine des Arabes, s’assujettit à lui payer tribut. Sennachérib se glorifie aussi d’avoir soumis les tribus arabes.
Note Is. 21,13 : Dans l’Arabie. Les montagnes d’Arabie confinaient à l’Idumée. ― Dédanim était une région de l’Idumée, et la même que Dédan dont parle Jérémie (voir Jérémie, 49, 8). ― Dans les sentiers de Dédanim. Le texte original : vous, caravanes des Dédanim, qui vous livrez au commerce, vous dormirez dans le bois, où, quittant les routes battues, vous avez été obligées de vous réfugier pour échapper aux ennemis.
 
14 Venant au-devant de celui qui a soif, portez de l'eau, vous qui habitez la terre du midi, avec des pains venez au-devant de celui qui fuit.
Note Is. 21,14 : La terre du midi ; l’Idumée, située au midi de l’Arabie. ― Au lieu de la terre du midi, l’hébreu porte Théma. Voir Job, 6, 19 ; Jérémie, 25, 23. Cette tribu habitait à l’est du Hauran. Il y a encore aujourd’hui, sur la route de Palmyre à Pétra, une station appelée Taîma.
15 Car à la face des glaives ils ont fui, à la face du glaive suspendu, à la face de l'arc bandé, à la face d'un grave combat :
 
16 Parce que voici ce que me dit le Seigneur : Encore une année comptée comme l'année d'un mercenaire, et toute gloire de Cédar sera enlevée.
Note Is. 21,16 : Comptée comme l’année d’un mercenaire. Voir Isaïe, 16, 14. ― Cédar ; pays situé dans l’Arabie-Pétrée.
17 Et le reste du nombre des forts archers de Cédar seront diminués; car le Seigneur Dieu d'Israël a parlé.

Chapitre 22

 | 
 | 
Chap. : 
Siège de Jérusalem par les Assyriens.
Sobna destitué de son office, et remplacé par Eliacim.
1 Malheur accablant de la vallée de Vision. Qu'as-tu donc, toi aussi, que tu es montée tout entière sur les toits?
Note Is. 22,1-14 : Prophétie contre Jérusalem, qui est appelée vallée, comme dans Jérémie, 21, 13, parce qu’elle a autour d’elle des montagnes plus élevées et parce qu’une partie importante de la Jérusalem d’alors était bâtie sur les flancs du mont Sion, dans la vallée de Ben-Hinnom. C’est la vallée de Vision, parce que c’est là que Dieu favorise ses prophètes de visions. ― Cette prophétie date probablement du temps de Sargon, lorsque le peuple, sachant que le pharaon d’Egypte venait combattre le roi d’Assyrie, se laissait aller à une folle confiance. Le ton de l’oracle est tout à fait sombre, il n’y brille pas un seul rayon d’espérance ; c’est le contraire de ce qui se passa lors de l’invasion de Sennachérib.
Note Is. 22,1 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― Tu es montée, etc. On montait sur les plateformes des maisons pour y pleurer dans les calamités publiques.
 
2 Pleine de clameur, ville nombreuse, cité exultante, ceux qui t'ont été tués ne sont pas des mes par le glaive, ni des morts à la guerre.3 Tous les princes ont fui ensemble, et ont été durement attachés; tous ceux qui ont été trouvés, ont été garrottés pareillement; cependant ils ont fui bien loin.
Note Is. 22,3 : Qui ont été trouvés ; atteints par l’ennemi.
4 A cause de cela j'ai dit : Retirez-vous de moi, je pleurerai amèrement; ne cherchez pas à me consoler sur la dévastation de la fille de mon peuple.
Note Is. 22,4 : La fille de mon peuple ; Jérusalem. Voir Isaïe, 1, 8.
 
5 Car c'est un jour de tuerie, de foulement aux pieds et de pleurs, jour venant du Seigneur Dieu des armées dans la vallée de Vision, examinant le mur, et fier sur la montagne.
Note Is. 22,5 : Examinant, fier ; grammaticalement, et par une sorte de figure, ces mots se rattachent à jour, dont ils sont des attributs ; cependant il est plus naturel de les rapporter au mot ennemi sous-entendu dans ce passage comme dans bien d’autres, où il s’agit de pareils récits.
6 Et Elam a pris un carquois, le chariot du cavalier, le bouclier a laissé la muraille nue.
Note Is. 22,6 : Elam ; la Perse. Voir Isaïe, 21, 2. ― A laissé la muraille nue (parietem nudavit) ; c’est-à-dire il en a été détaché.
7 Et les meilleures vallées seront remplies de quadriges, et les cavaliers mettront le siège devant les portes.
 
8 Et ce qui couvrait Juda sera ôté, et tu verras en ce jour-là l'arsenal de la maison de la forêt.
Note Is. 22,8 : Ce qui couvrait Juda ; son avant-mur, ses fortifications. ― L’arsenal, etc. Salomon bâtit dans son palais un arsenal surnommé la maison de la forêt du Liban, ou simplement la maison du Liban. Comparer à 3 Rois, chapitre 7.
9 Et vous verrez que les brèches de la cité de David ont été multipliées, et vous avez rassemblé les eaux de la piscine inférieure,
Note Is. 22,9 : Et vous avez rassemblé, etc. Voir 2 Paralipomènes, 32, 4. ― La piscine inférieure ; probablement la piscine de Siloé. Voir Jean, note 9.7.
10 Et vous avez fait le dénombrement des maisons de Jérusalem, et vous avez détruit les maisons pour fortifier le mur.11 Et vous avez fait un réservoir entre les deux murs, près de l'eau de la piscine ancienne, et vous n'avez pas levé les yeux vers celui qui l'avait faite, et vous n'avez pas vu même de loin celui qui l'a construite.
Note Is. 22,11 : Et vous avez fait, etc. Voir 4 Rois, 20, 20 ; 2 Paralipomènes, 32, 30. ― Entre les deux murs ; celui d’Ophel à l’est, et celui de la haute tour à l’ouest, où la vallée du Tyropæon est très étroite. ― La piscine ancienne. Près de la piscine inférieure, voir verset 9, où furent amenées les eaux de Siloé ; il y avait sans doute là un ancien réservoir.
 
12 Et le Seigneur Dieu des armées vous appellera en ce jour-là au pleur, au gémissement, à raser vos cheveux, et à vous ceindre d'un sac ;13 Et voici la joie et l'allégresse; tuer des veaux, égorger des béliers, manger des viandes, et boire du vin. Mangeons et buvons; car demain nous mourrons.
Note Is. 22,13 : Voir Isaïe, 56, 12. ― Mangeons. Comparer à Sagesse, 2, 6 ; 1 Corinthiens, 15, 32.
14 Et s'est révélée à mes oreilles la voix du Seigneur des armées : Non, elle ne vous sera pas remise, cette iniquité, jusqu'à ce que vous mouriez, dit le Seigneur Dieu des armées.
 
15 Voici ce que dit le Seigneur Dieu des armées : Va, entre auprès de celui qui habite dans le tabernacle, auprès de Sobna, le préposé du temple, et tu lui diras :
Note Is. 22,15-25 : Prophéties contre Sobna en faveur d’Eliacim. C’est le seul oracle d’Isaïe contre une personne déterminée. ― Sobna est qualifié par la Vulgate de préposé du temple, mais son titre indique généralement le préposé du palais royal et désigne le premier ministre de la maison du roi (voir verset 22). Isaïe lui reproche son orgueil, verset 16, son luxe, verset 18, et sa tyrannie (par l’opposition qu’il met entre sa conduite et celle d’Eliacim, voir verset 21). Cet oracle fut prononcé avant l’invasion de Sennachérib. Le châtiment de Sobna consistera à être déposé de sa charge. Lors de l’invasion de Sennachérib, la prédiction était déjà accomplie. Nous voyons (voir Isaïe, 36, 3 ; 37, 2 ; 4 Rois, 19, 2) qu’il n’avait plus alors que la charge inférieure de secrétaire. Eliacim le remplaça, comme l’avait annoncé Isaïe, et sa conduite fut digne de ce qu’en avait dit le prophète, voir 4 Rois, 18, 37 ; 19, 1-5 ; Isaïe, 36, 3 ; 37, 2. ― Le père de Sobna n’étant pas nommé et son nom ayant une terminaison araméenne, il est probable qu’il était syrien d’origine et vraisemblablement partisan de l’alliance égyptienne.
16 Que fais-lu ici, ou à quel titre es-tu ici? que tu t'es taillé ici un sépulcre, que sur un lieu élevé tu l'es taillé dans la pierre un monument, un tabernacle.
Note Is. 22,16 : Un tabernacle ; c’est-à-dire une habitation, une demeure. ― Que fais-tu ici ? allusion sans doute à son titre d’étranger. ― Tu t’es taillé un sépulcre. Les riches se faisaient tailler pendant leur vie un magnifique tombeau dans le roc. On voit beaucoup de tombeaux de ce genre dans tous les environs de Jérusalem.
17 Voici que le Seigneur te fera transporter comme est transporté un coq, et comme un manteau, ainsi il t'enlèvera.18 Te couronnant, il te couronnera de tribulation, il te lancera comme une balle dans une terre large et spacieuse; là tu mourras, et là sera le char de ta gloire, l'ignominie de la maison de ton Seigneur.19 Je te chasserai de ton rang, et de ton ministère je te déposerai.
 
20 Et il arrivera en ce jour-là que j'appellerai mon serviteur Eliacim, fils d'Helcias,21 Et je le revêtirai de ta tunique, je lui attacherai fortement ta ceinture, et ta puissance, je la mettrai en sa main; et il sera comme un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda.22 Et je mettrai la clef de la maison de David sur son épaule, et il ouvrira, et il n'y aura personne qui ferme; et il fermera, et il n'y aura personne qui ouvre.
Note Is. 22,22 : Voir Apocalypse, 3, 7 ; Job, 12, 14. ― La clef, etc. Les clefs étaient chez les anciens le symbole de la puissance. ― Sur son épaule. Voir Job, 31, 36. ― Ce verset montre que les fenêtres de Sobna regardaient le palais royal, appelé ici la maison de David, et non le temple.
23 Et je le ficherai comme un pieu dans un lieu sûr, et il sera comme un trône de gloire pour la maison de son père.24 On y suspendra toute la gloire de la maison de son père, les divers genres de vases, tout vase le plus petit, depuis les vases cratères jusqu'à tout instrument de musique.
 
25 En ce jour-là, dit le Seigneur des armées, sera enlevé le pieu qui avait été fiché dans un lieu sûr; et sera brisé et tombera et périra tout ce qui y avait été suspendu, parce que le Seigneur a parlé.
Note Is. 22,25 : Le pieu, Sobna.

Chapitre 23

 | 
 | 
Chap. : 
Humiliation et transmigration de Tyr.
Son rétablissement.
Elle consacrera au Seigneur le fruit de son commerce.
1 Malheur accablant de Tyr. Hurlez, vaisseaux de la mer, parce qu'a été dévastée la maison d'où les navires avaient accoutumé de venir; c'est de la terre de Céthim que cela leur a été révélé.
Note Is. 23,1-18 : Prophétie contre Tyr. Ce morceau est, au point de vue littéraire, l’un des plus beaux d’Isaïe : c’est une élégie d’une rare perfection poétique. On peut la partager en quatre strophes : versets 1 à 5, 6 à 9, 10 à 14 et 15 à 18. ― A l’époque d’Isaïe, Tyr était dans sa plus grande puissance ; son commerce était très florissant et ses flottes portaient partout les produits de son art et de son industrie. Pour être à l’abri des surprises et pour être en état de se défendre plus facilement, les Tyriens avaient placé le siège de leur puissance et enfermé leurs richesses dans une petite île, située à environ douze cents pas de la terre ferme ; ce fut la nouvelle Tyr. On sait qu’Alexandre le Grand, pour s’en emparer, la réunit à la terre fermée par une jetée. ― On pense communément que la prophétie contre Tyr fut réalisée par Nabuchodonosor, roi de Babylone, en s’appuyant sur le verset 13, mais ce verset qui annonce en réalité que l’Assyrie domine sur la Chaldée, montre qu’il s’agit d’un temps antérieur à Nabuchodonosor, sous lequel le royaume d’Assyrie n’existait plus. Ce verset est probablement une allusion à la prise de Babylone par Sargon. Voir plus haut, Isaïe, 21, 1-10. La prophétie faite ici par Isaïe dut s’accomplir sous le règne de Sennachérib. Les monuments de ce prince nous apprennent que Luli, roi de Sidon et maître de la Phénicie et par conséquent de Tyr, s’enfuit à l’approche de Sennachérib et se réfugia dans l’île de Chypre. L’oracle ne fut d’ailleurs complètement accompli que sous le règne d’Alexandre le Grand. ― Voir, de plus, sur la chute de Tyr, Ezéchiel, note 26.2.
Note Is. 23,1 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― La maison ; le lieu, le port. ― La terre de Céthim ; la Macédoine. ― Ou plutôt ici, l’île de Chypre, que Céthim désigne plus particulièrement, parce que les vaisseaux de la mer (en hébreu : de Tharsis), qui reviennent des colonies occidentales de la Phénicie, et retournent à la maison, c’est-à-dire à Tyr qui est la patrie des marins qui les montent, apprendront à Chypre même les malheurs qui ont fondu sur leur pays.
 
2 Gardez le silence, vous qui habitez dans l'île; les marchands de Sidon, traversant la mer, t'ont remplie.
Note Is. 23,2 : Dans l’île. L’ancienne Tyr, qui fut prise par Nabuchodonosor, était sur la terre ferme ; la nouvelle, prise par Alexandre, était dans l’île.
3 Au milieu de grandes eaux la semence du Nil, la moisson du fleuve étaient ses fruits; et elle est devenue le marché des nations.
Note Is. 23,3 : La semence du Nil ; les richesses de l’Egypte devenaient le gain des Phéniciens au milieu des grandes eaux, c’est-à-dire, sur la mer, parce que les Egyptiens n’avaient pas de bois de construction pour les grands vaisseaux, ni de marine, et c’étaient les Phéniciens qui leur servaient d’intermédiaires pour le commerce ; la Phénicie était véritablement le marché des nations du monde ancien.
 
4 Rougis, Sidon, car la mer parle, la force de la mer, disant : Je n'ai pas été en travail, et je n'ai pas enfanté, et je n'ai pas nourri de jeunes hommes, et je n'ai pas élevé déjeunes vierges.
Note Is. 23,4 : Je n’ai pas enfanté. Tyr est considérée comme la mère de Sidon, parce qu’elle en était la métropole. Il y a des monnaies de Tyr qui portent plus tard comme légende : « De Tyr, mère de Sidoniens. » ― La force de la mer est Tyr, qui, dans son île, paraissait à l’abri de toutes atteintes.
5 Lorsque le bruit sera parvenu en Egypte, on sera dans la douleur en apprenant la ruine de Tyr.
 
6 Passez les mers, hurlez, vous qui habitez dans l'île :
Note Is. 23,6 : Passez les mers ; réfugiez-vous dans vos colonies. Quand Alexandre assiégea Tyr, les assiégés envoyèrent les vieillards, les femmes et les enfants dans la ville phénicienne de Carthage.
7 N'est-elle pas la vôtre cette ville, qui dès les anciens jours se glorifiait de son antiquité? Ses pieds la conduiront dans une terre étrangère pour demeurer.8 Qui a formé ce dessein contre Tyr, autrefois couronnée, dont les marchands étaient des princes, et les trafiquants des personnages illustres de la terre?9 C'est le Seigneur des armées qui a formé ce dessein, afin d'enlever l'orgueil de toute gloire et de conduire à l'ignominie tous les illustres de la terre
 
10 Traverse ta terre comme un fleuve, fille de la mer; il n'y a plus de ceinture pour toi.
Note Is. 23,10 : Fille de la mer ; c’est-à-dire ville maritime. ― Il n’y a plus, etc. Tu seras nue, sans même conserver ta ceinture. Comparer à Isaïe, 20, 4. ― La plupart des commentateurs modernes expliquent ainsi ce verset, d’après l’hébreu, en l’appliquant aux colonies de Tyr qui deviennent indépendantes par suite de la ruine de la métropole : Répands-toi sur la terre comme le Nil, qui déborde comme il lui plaît ; ô fille de Tharsis, il n’y a plus de ceinture pour toi, de barrière qui t’arrête.
11 Le Seigneur a étendu sa main sur la mer, il a ébranlé des royaumes, il a donné ses ordres contre Chanaan, afin de briser ses vaillants guerriers.12 Et il a dit : Tu ne te glorifieras plus, souffrant violence, après ton ignominie, vierge, fille de Sidon; lève-toi, passe à Céthim, là aussi il n'a pas de repos pour toi.
Note Is. 23,12 : Tu ne te, etc. ; littéralement tu n’ajouteras plus pour te glorifier. Voir, sur cet hébraïsme, le 2° à la fin des Observations préliminaires des Psaumes. ― Passe à Céthim, en Chypre. C’était l’île la plus proche où pussent se réfugier les Phéniciens et nous avons vu en effet plus haut que c’était là que Luli, roi de Phénicie, avait cherché un asile en fuyant devant Sennachérib.
13 Voilà la terre des Chaldéens, il n'y eut point un tel peuple, Assur l'a fondée; cependant on a emmené en captivité ses hommes robustes, on a démoli ses maisons, et on en a fait des ruines.
Note Is. 23,13 : Isaïe rappelle ici les victoires de Sargon sur le roi des Chaldéens ou Kasdim, Mérodach-Baladan, qui s’était emparé de Babylone, et qui était primitivement maître seulement du Bas-Euphrate, où il commandait à la tribu proprement dite des Kaldi ou Chaldéens. Le texte original de ce verset doit être traduit de la manière suivante : « Vois la terre des Chaldéens : ce peuple n’est plus ; Assur l’a livré aux bêtes sauvages, il a renversé ses tours, détruit ses palais ; il en a fait une ruine. »
 
14 Hurlez, vaisseaux de la mer, parce que votre force est détruite.
 
15 Et il arrivera en ce jour-là que tu seras dans l'oubli, ô Tyr, soixante-dix ans, comme sont les jours d'un seul roi; mais après soixante-dix ans, Tyr chantera comme une prostituée.
Note Is. 23,15 : Comme sont, etc. ; comme est la durée ordinaire de la vie. ― Tyr chantera, etc. ; pour dire qu’elle invitera à venir dans ses ports les marchands qui y venaient autrefois. Encore aujourd’hui les femmes de mauvaise vie en Orient parcourent les rues en chantant. ― Après soixante-dix ans. Le sens précis de ce nombre et le fait qu’il annonce ne peuvent être déterminés avec certitude.
16 Prends ta harpe, et parcours la ville, prostituée livrée à l'oubli; chante bien, réitère souvent ton chant, afin qu'il y ait souvenir de toi.
Note Is. 23,16 : Ce verset renferme un fragment de la chanson à laquelle fait allusion le verset précédent.
 
17 Et il arrivera après soixante-dix ans, que le Seigneur visitera Tyr, et qu'il la ramènera à son commerce, et que de nouveau elle forniquera avec tous les royaumes de la terre, sur la face de la terre.
Note Is. 23,17 : Elle forniquera, etc. ; c’est-à-dire elle adorera les idoles de tous les royaumes, etc.
18 Et ses affaires et ses profits seront consacrés au Seigneur; ils ne seront pas renfermés, ni mis en réserve, parce que c'est pour ceux qui habitent devant le Seigneur, que sera leur commerce, afin qu'ils mangent à satiété, et qu'ils soient revêtus jusqu'à la vieillesse.
Note Is. 23,18 : Qui habitent, etc. ; qui servent le Seigneur, ses ministres.

Chapitre 24

 | 
 | 
Chap. : 
Maux qui doivent tomber sur la Judée.
Punition de ses ennemis.
Rétablissement de Jérusalem.
1 Voici que le Seigneur dévastera la terre, et il la mettra à nu, et il affligera sa face, et il dispersera ses habitants.
Note Is. 24,1 : La terre. Saint Jérôme remarque qu’il est ordinaire dans l’Ecriture de désigner la Judée sous le nom général de la terre, ou même de toute la terre. ― Il affligera sa face (affliget faciem ejus) ; c’est-à-dire il lui fera changer de face en la ruinant entièrement.
2 Et comme sera le peuple, ainsi sera le prêtre; et comme l'esclave, ainsi son maître; comme la servante, ainsi sa maîtresse; comme l'achetant, ainsi celui qui vend ; comme le prêteur, ainsi celui qui emprunte ; comme celui qui redemande, ainsi celui qui doit.
Note Is. 24,2 : Voir Osée, 4, 9.
3 Par la dévastation sera dévastée la terre, et par le pillage elle sera pillée; car le Seigneur a prononcé cette parole.
Note Is. 24,3 : Par la dévastation dévastée, par le pillage pillée ; pour entièrement dévastée, entièrement pillée. Ce genre de répétition, en hébreu comme en bien d’autres langues, a pour but de donner de l’intensité à l’idée exprimée par le verbe.
4 La terre a pleuré, et elle s'est dissoute, et elle s'est affaiblie; l'univers s'est dissous et la hauteur du peuple de la terre a été abaissée.5 Et la terre a été infectée par ses habitants, parce qu'ils ont transgressé les lois, changé le droit, rompu l'alliance éternelle.
 
6 A cause de cela, la malédiction dévorera la terre, et ses habitants pécheront; et à cause de cela ceux qui la cultivent deviendront insensés, et peu d'hommes seront laissés.
 
7 La vendange a pleuré, la vigne a langui, tous ceux qui se réjouissaient de cœur ont gémi.8 La joie des tambours a cessé, le bruit de ceux qui se livraient à l'allégresse s'est calmé, le doux son de la harpe est devenu muet.9 On ne boira pas le vin au milieu des chants; amère sera toute liqueur pour ceux qui la boiront.
 
10 Elle a été brisée, la cité de vanité; toute maison a été fermée, personne n'y entrant.11 Il y aura une clameur sur les places publiques, au sujet du vin. Toute allégresse a été abandonnée; la joie de la terre a été transférée.
Note Is. 24,11 : Au sujet du vin qui manquera, parce que les vignes auront été ravagées par l’ennemi.
12 Il n'est resté dans la ville qu'une solitude, et la calamité pèsera sur les portes.
Note Is. 24,12 : Il n’est resté, etc. ; c’est-à-dire la ville a été réduite en un désert. ― La calamité pèsera sur les portes (calamitas opprimet portas) ; sur le lieu où se tiennent les assemblées du peuple et où se rend la justice. D’autres traduisent : Toutes les portes seront détruites.
 
13 Car ce qui restera au milieu de la terre, au milieu des peuples, sera comme quelques olives, qu'on abat de l'olivier, quand elles y sont demeurées, et comme des grappes de raisin, lorsque la vendange est finie.
 
14 Ceux-ci élèveront leur voix, et entonneront des louanges; lorsque le Seigneur aura été glorifié, ils feront; entendre des cris de la mer.15 A cause de cela glorifiez le Seigneur par de bonnes doctrines ; dans les îles de la mer, glorifiez le nom du Seigneur Dieu d'Israël.
Note Is. 24,15 : Par de bonnes doctrines. C’est le sens qui nous a paru le plus conforme à l’expression de la Vulgate, in doctrinis. ― Le mot hébreu rendu par doctrines signifie proprement lumière. Comme dans le second membre du verset, dans les îles de la mer signifie les pays de l’Occident, plusieurs commentateurs pensent que dans le premier membre il doit être question des pays de l’Orient.
16 Des extrémités de la terre nous avons entendu des louanges, la gloire du juste. Et j'ai dit: Mon secret est pour moi, mon secret est pour moi, malheur à moi ; prévariquant ils ont prévariqué, et de la prévarication des transgresseurs ils ont prévariqué.
Note Is. 24,16 : Prévariquant ils ont prévariqué. Voir, pour ce genre de répétition qui se reproduit aux versets 19 et 20, le verset 3.
 
17 L'effroi et la fosse et le lacs pour toi, qui es habitant de la terre.18 Et il arrivera que celui qui aura fui à la voix de l'effroi tombera dans la fosse; et que celui qui sera dégagé de la fosse sera retenu par le lacs; parce que les cataractes des cieux se sont ouvertes, et que les fondements de la terre seront ébranlés.
Note Is. 24,18 : Voir Jérémie, 48, 44.
 
19 Par le déchirement sera déchirée la terre, par le brisement sera brisée la terre, par l'ébranlement sera ébranlée la terre ;20 Par le chancellement chancellera la terre comme un homme ivre; et elle sera enlevée comme une tente dressée pour une seule nuit; et son iniquité l'accablera, et elle tombera, et elle ne se relèvera plus.
Note Is. 24,20 : Elle ne se relèvera plus ; littéralement elle n’ajoutera pas pour se relever. Voir, sur cet hébraïsme, le 2° à la fin des Observations préliminaires des Psaumes.
 
21 Et il arrivera qu'en ce jour-là le Seigneur visitera la milice du ciel en haut, et les rois de la terre sur la terre.
Note Is. 24,21 : La milice du ciel en haut ; les anges apostats, qui seront jugés au jugement dernier. Comparer à 1 Corinthiens, 6, 3 ; Apocalypse, 20, 9.
22 Ils seront assemblés dans la fosse, comme un seul faisceau, et ils y seront renfermés en prison; et, après bien des jours, ils seront visités.23 Et la lune rougira, et le soleil sera confondu, lorsque le Seigneur des armées régnera sur la montagne de Sion et dans Jérusalem, et qu'en présence de ses anciens il sera glorifié.
Note Is. 24,23 : La lune, etc. Comparer à Matthieu, 24, 29. ― Ses anciens ; les anciens des chefs de son peuple, c’est-à-dire les patriarches, les apôtres, etc.

Chapitre 25

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Cantique d’actions de grâces sur la délivrance du peuple de Juda.
Punition des Moabites.
1 Seigneur, vous êtes mon Dieu, je vous exalterai, je louerai votre nom, parce que vous avez fait des merveilles, que vous avez fidèlement accompli vos desseins anciens. Amen.2 Vous avez réduit une cité en un monceau de pierres, une ville puissante en une ruine ; vous avez fait que la maison des étrangers ne soit pas une cité, et que jamais elle ne soit rebâtie.
Note Is. 25,2 : Une cité ; Babylone, dont la destruction est décrite au chapitre 21, ou, selon d’autres, Jérusalem, ruinée par les Chaldéens (voir Jérémie, 26, 18 ; Michée, 3, 12), ou bien Ninive, suivant plusieurs (voir Isaïe, 32, 19).
3 C'est pour cela qu'un peuple puissant vous louera, qu'une cité de nations redoutables vous craindra.
 
4 Parce que vous êtes devenu une force pour le pauvre, une force pour l'indigent dans sa tribulation, un espoir contre la tempête, un ombrage contre la grande chaleur; car l'esprit des violents est de même qu'un tourbillon qui fond sur une muraille.5 Comme une grande chaleur dans la soif, vous humilierez l'insolence tumultueuse des étrangers ; et comme par la chaleur brûlante du soleil sous un nuage, vous ferez sécher la race des puissants.
 
6 Et le Seigneur des armées fera à tous les peuples sur cette montagne un festin de viandes grasses, un festin de vin, de viandes moelleuses, d'un vin pur de toute he.
Note Is. 25,6 : Cette montagne ; c’est-à-dire la montagne de Sion. ― Un festin ; figure du royaume de Jésus-Christ sur la terre et dans le ciel. Le Sauveur lui-même fait souvent allusion à ce passage. Comparer à Matthieu, 22, 2 ; 25, 10 ; Marc, 2, 19 ; Apocalypse, 19, 7. On entend aussi ce festin de la sainte Eucharistie.
7 Il jettera sur cette montagne la chaîne même qui hait tous les peuples, et la toile qu'il avait ourdie pour envelopper toutes les nations.8 Il précipitera la mort pour jamais; et il enlèvera, le Seigneur Dieu, les larmes de toute face, et il enlèvera l'opprobre de son peuple de la terre entière ; parce que le Seigneur a parlé.
Note Is. 25,8 : Voir Apocalypse, 7, 17 ; 21, 4.
 
9 Et son peuple dira en ce jour-là : Voici, c'est notre Dieu, celui-ci ; nous l'avons attendu et il nous sauvera ; c'est le Seigneur, nous l'avons attendu patiemment, nous exulterons, et nous nous réjouirons dans son salut.
Note Is. 25,9 : Son salut ; le salut qu’il nous donne.
 
10 Parce que la main du Seigneur se reposera sur cette montagne, et Moab sera brisé sous lui, comme sont brisées des pailles par un chariot.
Note Is. 25,10 : Par un chariot ; machine à roues ferrées en usage dans l’Orient pour briser et couper les pailles qu’on donnait à manger aux animaux.
11 Et il étendra ses mains sous lui, comme les étend celui qui nage pour nager ; et il humiliera sa gloire, en brisant ses mains.
Note Is. 25,11 : Et il étendra, etc. Moab étendra ses mains, c’est-à-dire fera tous ses efforts pour se sauver, mais inutilement ; le Seigneur lui brisera ces mêmes mains, sur lesquelles il comptait pour échapper au danger.
12 Les remparts de tes hautes montagnes s'écrouleront, et ils seront abattus et renversés par terre jusque dans la poussière.

Chapitre 26

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Cantique sur la délivrance du peuple de Juda.
1 En ce jour-là sera chanté ce cantique dans la terre de Juda :
Notre ville forte est Sion ; le sauveur sera mis comme mur et avant-mur.
Note Is. 26,1 : Notre ville forte ; littéralement, et par hébraïsme, la ville de notre force. Sion représente ici l’Eglise dont Jésus-Christ est le mur et l’avant-mur, par la protection puissante dont il la couvre.
 
2 Ouvrez les portes, et qu'il y entre une nation juste et observant la vérité.3 L'ancienne erreur a disparu ; vous nous conserverez la paix, la paix, parce que nous avons espéré en vous.4 Vous avez espéré dans le Seigneur durant les siècles éternels, dans le Seigneur Dieu puissant à jamais.
Note Is. 26,4 : Vous avez, etc. Le prophète s’adresse maintenant au peuple de Juda. ― Durant les siècles éternels ; dans tous les temps, et au milieu de tous les événements de la vie.
5 Parce qu'il abaissera ceux qui habitent dans les hauteurs, il humiliera la cité élevée.
Il l'humiliera jusqu'à terre et il la renversera jusque dans la poussière.
Note Is. 26,5 : La cité élevée, orgueilleuse, superbe, Babylone, suivant l’opinion commune. Quoiqu’il en soit, cette cité élevée représente le monde ennemi de Dieu.
6 Le pied la foulera, les pieds du pauvre, le pas de l'indigent.
 
7 Le sentier du juste est droit, droit est le chemin où le juste doit marcher.8 Et dans le sentier de vos jugements. Seigneur, nous vous avons attendu patiemment ; votre nom et votre souvenir sont dans le désir de l'âme.9 Mon âme vous a désiré pendant la nuit ; mais et par mon esprit et dans mon cœur, dès le matin je veillerai pour vous.
Lorsque vous aurez exercé vos jugements sur la terre, les habitants du globe apprendront la justice.
 
10 Ayons pitié de l'impie, et il n'apprendra pas la justice ; dans la terre des saints il a fait des choses iniques, et il ne verra pas la gloire du Seigneur.11 Seigneur, que votre main s'élève, et qu'ils ne voient pas ; qu'ils voient et qu'ils soient confondus, ceux qui sont jaloux de votre peuple et qu'un feu dévore vos ennemis.
 
12 Seigneur, vous nous donnerez la paix ; car vous avez opéré toutes nos œuvres pour nous.13 Seigneur notre Dieu, des maîtres étrangers nous ont possédés sans vous, que seulement par vous nous nous souvenions de votre nom.
 
14 Que les morts ne revivent point, que les géants ne ressuscitent point; à cause de cela vous les avez visités et brisés, et vous avez anéanti toute leur mémoire.
Note Is. 26,14 : Que les morts, etc. C’est une imprécation et en même temps une prédiction du malheur des Chaldéens, de ces maîtres étrangers (comparer au verset précédent), qui ont opprimé le peuple du Seigneur.
15 Vous avez été indulgent envers cette nation, Seigneur, vous avez été indulgent envers cette nation ; est-ce que vous n'avez pas été glorifié ? Vous avez reculé les frontières de sa terre.16 Seigneur, dans l'angoisse ils vous ont recherché, dans la tribulation du murmure votre enseignement était avec eux.17 Comme celle qui a conçu, lorsqu'elle approche de l'enfantement, souffre et crie dans ses douleurs; ainsi nous sommes devenus à votre face, Seigneur.18 Nous avons conçu, nous avons été comme en travail, nous avons enfanté du vent; nous n'avons pas fait des œuvres de salut sur la terre ; c'est pour cela que ne sont pas tombés les habitants de la terre.
Note Is. 26,18 : Nous n’avons pas fait, etc. Les Juifs n’ont pas mérité, par de bonnes actions, que Dieu exterminât les habitants des pays voisins de la Judée. Il a conservé ces peuples pour éprouver et châtier Juda.
 
19 Ils vivront, vos morts ; ceux qui m'ont été tués ressusciteront; réveillez-vous, et chantez des louanges, vous qui habitez dans la poussière; parce que votre rosée, Seigneur, est une rosée de lumière, et que vous réduirez la terre des géants en ruine.
Note Is. 26,19 : Vos morts ; les morts du Seigneur, ceux qui ont été pris parmi le peuple du Seigneur, et, dans un sens plus général, ceux qui meurent dans le Seigneur. Comparer à Apocalypse, 14, 13. Cette prophétie et celle du verset 21 n’auront leur entier accomplissement qu’à la résurrection future, lorsque Jésus-Christ descendra des cieux pour juger tous les hommes. ― Une rosée de lumière, qui vivifie.
 
20 Va, mon peuple, entre dans tes chambres; ferme les portes sur toi ; cache-toi un peu pour un moment jusqu'à ce que soit passée l'indignation.21 Car voici que le Seigneur sortira de son lieu, afin de visiter l'iniquité de l'habitant de la terre ; et la terre révélera le sang qu'elle a reçu, et elle ne couvrira plus ceux qui avaient été tués sur elle.
Note Is. 26,21 : Voir Michée, 1, 3.

Chapitre 27

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Punition du prince oppresseur des Israélites.
Délivrance de ce peuple.
Isaïe 27, 1-13 : Dieu fait périr Léviathan vision d'Isaïe - Gravure de Gustave Doré
Isaïe 27, 1-13 : Dieu fait périr Léviathan vision d'Isaïe - Gravure de Gustave Doré
1 En ce jour-là Dieu visitera avec son glaive dur et grand et fort, Léviathan, serpent levier, Léviathan, serpent tortueux, et il tuera le grand poisson qui est dans la mer.
Note Is. 27,1 : Son glaive ; son jugement, l’arrêt de sa justice. ― Levier (vectem) ou barre ; c’est-à-dire semblable à une barre par sa longueur et sa grosseur. Le mot hébreu correspondant signifie proprement fuyard, fugitif ; la Vulgate l’a rendu par tortueux (tortuosus). ― Le grand poisson ; la baleine, comme on l’entend communément. Sous ces termes énigmatiques, on peut voir les différents ennemis d’Israël ; mais aussi les méchants en général, dont le démon est le chef.
 
2 En ce jour-là la vigne du vin pur le chantera.
Note Is. 27,2 : La vigne représente l’Eglise. ― La vigne du vin pur ; la vigne qui produit un vin excellent.
3 Moi, le Seigneur qui la garde, je l'arroserai soudain ; de peur qu'elle ne soit endommagée, nuit et jour je la garde.
 
4 Je n'ai pas d'indignation ; qui me donnera une épine ou une ronce dans le combat? je marcherai dessus, et j'y mettrai aussi le feu?
Note Is. 27,4 : Je n’ai pas d’indignation ; c’est-à-dire je n’ai que des sentiments de bonté et de tendresse pour ma vigne. ― Qui me donnera. L’accusatif latin (me) de la Vulgate est mis par hébraïsme pour le datif (mihi). ― Si quelqu’un me pique comme une épine ou comme une ronce, je le foulerai aux pieds.
5 Ou plutôt retiendra-t-il ma puissance, fera-t-il la paix avec moi, fera-t-il la paix avec moi?
 
6 Ceux qui entrent impétueusement dans Jacob, Israël fleurira et germera pour eux, et ils rempliront la face du globe de semence.
Note Is. 27,6 : Ceux qui entrent, etc. ; les gentils qui s’empressent de se réunir aux Juifs.
7 Est-ce que le Seigneur a frappé Israël d'une plaie semblable à celle dont l'a frappé l'ennemi? ou Israël a-t-il été tué, comme le Seigneur a tué ceux qu'il a tués à l'ennemi?8 C'est avec mesure contre mesure que lorsqu'elle sera rejetée, vous la jugerez ; le Seigneur a médité en son esprit sévère pour le jour d'une chaleur extrême.
Note Is. 27,8 : C’est avec mesure, etc. ; c’est en opposant la mesure de la culpabilité à la mesure du châtiment ; c’est avec une parfaite équité. ― Elle ; c’est-à-dire la vigne, nommée au verset 2.
 
9 C'est pourquoi de cette manière sera remise son iniquité à la maison de Jacob; et tout le fruit de ce châtiment, c'est que son péché soit expié, lorsqu'Israël aura brisé toutes les pierres de l'autel comme des pierres de chaux, et que ne seront plus debout les bois sacrés et les temples.
 
10 Car la cité fortifiée sera désolée, la belle ville sera délaissée et abandonnée comme un désert; là paîtra le veau, et là il se reposera, et mangera les sommités de ses rameaux.
Note Is. 27,10 : La cité, etc. ; Jérusalem, selon les uns, ou Babylone, suivant les autres.
11 Ses moissons, desséchées, seront broyées ; des femmes viendront et l'instruiront; car ce n'est pas un peuple sage ; à cause de cela, il n'aura pas pitié de lui, celui qui l'a fait; et celui qui l'a formé ne l'épargnera pas.
Note Is. 27,11 : Des femmes, etc. C’est ainsi que la prophétesse Holda, au temps de Josias, fut suscitée de Dieu pour annoncer les maux qui allaient fondre sur Jérusalem (voir 4 Rois, 22, verset 14 et suivants).
 
12 Et il arrivera en ce jour-là que le Seigneur frappera depuis le lit du fleuve jusqu'au torrent de l'Egypte; et vous, vous serez rassemblés un à un, fils d'Israël.
Note Is. 27,12 : Du fleuve ; de l’Euphrate. ― Le torrent de l’Egypte ; le bras le plus oriental du Nil. ― Ou plutôt, selon le sens ordinaire de cette expression dans l’Ancien Testament, l’ouadi el-Arisch, qui marquait la frontière occidentale de la Palestine.
13 Et il arrivera en ce jour-là qu'on sonnera d'une grande trompette, et ils viendront de la terre des Assyriens, ceux qui y étaient perdus, et ceux qui avaient été jetés sur la terre d'Egypte, et ils adoreront le Seigneur sur la montagne sainte, à Jérusalem.

Chapitre 28

 | 
 | 
Chap. : 
Ruine du royaume d’Ephraïm.
Désolation du royaume de Juda.
1 Malheur à la couronne d'orgueil, aux hommes ivres d'Ephraïm, à la fleur qui tombe, à la gloire de son exultation, à ceux qui étaient au haut de la vallée très grasse, chancelant par le vin.
Note Is. 28,1-29 : IVe groupe : Prophéties du temps d’Ezéchias, relatives au peuple de Dieu, du chapitre 28 au chapitre 39. Voici la division et le contenu de ce quatrième groupe. Il renferme diverses prophéties relatives aux Juifs, et datant de l’époque d’Ezéchias. Il se partage en deux parties bien distinctes : l’une se composant exclusivement d’oracles concernant le royaume de Juda et de Jérusalem, du chapitre 28 au chapitre 35 ; l’autre contenant des épisodes de la vie d’Ezéchias dans lesquels Isaïe était intervenu au nom de Dieu pour faire connaître l’avenir au descendant de David, du chapitre 36 au chapitre 39. Ces deux parties se relient entre elles de la manière suivante. Comme l’invasion de la Judée par Sennachérib fut le grand événement du règne d’Ezéchias, les prophéties de cette période roulent à peu près uniquement sur ce sujet. Les chapitre 28 à 35 annoncent les maux que le roi d’Assyrie causera à Jérusalem, l’inutilité du secours de l’Egypte, sur laquelle Juda avait compté, et la délivrance glorieuse de la cité, qui sera l’œuvre de Dieu seul. Les chapitres 36 et 37 sont la conclusion de ces prophéties, ils nous montrent comment s’accomplit ce qu’Isaïe avait prédit dans les chapitres précédents, comment, pendant la crise même, il réitéra les promesses de triomphe et comment enfin Sennachérib, abattu par la main du Seigneur, dut se retirer sans avoir pu exécuter ses menaces, après avoir miraculeusement perdu son armée. Par analogie avec ces événements, Isaïe joint à ce récit celui des prophéties qu’il fit à Ezéchias à l’occasion de sa maladie, chapitre 38, et à l’occasion de l’ambassade de Mérodach Baladan, chapitre 39 ; c’est là que se termine la première partie de son livre. ― Pour l’intelligence des oracles de cette époque, il faut se rappeler qu’Ezéchias, bien différent d’Achaz son père, rétablit le culte du vrai Dieu, quoique le peuple ne se convertit pas sincèrement. Ses sujets furent punis de leur idolâtrie et de leur révolte, et le roi récompensé de sa foi et de sa piété : l’invasion assyrienne châtia les coupables, la destruction de l’armée de Sennachérib fut un témoignage éclatant de la protection divine vis-à-vis d’Ezéchias, qui suivait les conseils des prophètes de Dieu, soutiens de l’Etat. Voir 2 Paralipomènes, 32, 20 ; 4 Rois, 18, 7. ― La première subdivision du quatrième groupe contient : ― 1° cinq discours qui forment dans nos Bibles six chapitres ; ils commencent tous les cinq de la même manière : Malheur ; chacun d’eux forme un tout complet, chapitres 28, 29, 30, 31-32 et 33, mais le sujet en est cependant semblable : c’est l’invasion de Sennachérib, considérée comme châtiment divin ; la condamnation des moyens humains auxquels on recourt pour vaincre l’ennemi ; la promesse du triomphe dans le présent et surtout dans l’avenir par le règne messianique. ― 2° Cette dernière pensée est principalement développée dans les chapitres 34 et 35, qui forment comme la conclusion, dans laquelle le prophète nous montre le Seigneur, jugeant tous les peuples et en particulier, l’Idumée, symbole des ennemis de l’Eglise : Sion, par le Christ, règne sur toutes les nations. Les chapitres 34 et 35 sont, par rapport aux chapitres 28 à 33, ce que sont, dans le groupe précédent, les chapitres 24 à 27 relativement aux chapitres 13 à 23.
Note Is. 28,1 : La couronne d’orgueil ; Samarie, capitale du royaume d’Israël. ― Ephraïm ; tribu qui tenait le premier rang dans le royaume d’Israël. ― A ceux qui étaient, etc. ; c’est-à-dire aux habitants de Samarie, située sur une colline qui s’élevait au milieu d’une vallée très fertile.
2 Voici que le Seigneur fort et puissant sera comme l'impétuosité de la grêle, comme un tourbillon qui brise, comme l'impétuosité des grandes eaux inondantes, et lâchées sur une terre spacieuse.
 
3 Aux pieds sera foulée la couronne d'orgueil des hommes ivres d'Ephraïm.4 Et elle tombera, la fleur de la gloire et de l'exultation de celui qui est au haut des vallées grasses, comme le fruit venant à temps avant l'automne ; dès que quelqu'un le voyant l'aura regardé et pris de sa main, il le dévorera.
 
5 En ce jour-là, le Seigneur des armées sera une couronne de gloire, et un bouquet d'exultation pour le reste de son peuple;6 Et un esprit de jugement pour celui qui sera assis sur le tribunal du jugement, et une force pour ceux qui retourneront de la guerre à la porte de la ville.
 
7 Mais ceux-ci même ont manqué de connaissance par le vin, et par l'ivresse ils ont chancelé; le prêtre et le prophète ont manqué de connaissance par l'ivresse ; absorbés par le vin, ils ont chancelé dans l'ivresse, ils n'ont pas connu le voyant, ils ont ignoré la justice.
Note Is. 28,7 : Ils n’ont pas connu le voyant ; c’est-à-dire le prophète, le vrai prophète, ou la vision, la prophétie, comme on traduit généralement l’hébreu, qui porte d’ailleurs : ils ont erré dans, au lieu de : ils n’ont pas su.
8 Car toutes les tables ont été remplies de vomissement et d'ordures, en sorte qu'il n'y avait plus un lieu sans souillure.9 A qui enseignera-t-il la science? à qui fera-t-il comprendre ce qui aura été entendu? à des enfants qu'on vient de sevrer, d'arracher aux mamelles.
Note Is. 28,9 : A qui enseignera. Le sujet de ce verbe est le Seigneur, suivant les uns, et le prophète, selon les autres. ― La science ; la loi divine, comme on l’entend assez généralement. ― Ce qui aura été entendu ; la parole, l’instruction, qui se perçoit par l’ouïe. ― A des enfants, etc. Saint Paul semble faire allusion à ce passage dans 1 Corinthiens, 3, 2 et Hébreux, 5, 13.
10 Parce qu'ils disent : Commande, commande encore, commande, commande encore, attends, attends encore, attends, attends encore, un peu là, un peu là.
Note Is. 28,10 : Commande, etc. ; allusion à la manière railleuse dont les Juifs impies insultaient les prophètes, qui disaient souvent dans leurs oracles : Le seigneur commande, et Attendez un peu, et vous verrez, etc.
 
11 Car dans un autre langage de lèvres et une autre langue, il parlera à ce peuple,
Note Is. 28,11 : Car dans un autre, etc. Puisqu’ils se sont moqués du langage des prophètes qui les exhortaient à la pénitence, Dieu leur parlera une autre langue, mais qu’ils ne comprendront pas. Le seigneur a déjà menacé les Juifs de ce châtiment (voir Isaïe, 6, 9-10). Comparer à 1 Corinthiens, 14, 21.
12 Auquel il avait dit : Voici mon repos, soulagez celui qui est fatigué, et voici mon rafraîchissement ; et ils n'ont pas voulu entendre.13 Et telle sera la parole que le Seigneur leur adressera : Commande, commande encore, commande, commande encore, attends, attends encore, attends, attends encore, un peu là, un peu là; afin qu'ils aillent, et qu'ils tombent en arrière, et qu'ils soient brisés, qu'ils donnent dans le piège et qu'ils y soient pris.
 
14 A cause de cela, écoutez la parole du Seigneur, hommes railleurs qui dominez sur mon peuple qui est à Jérusalem.15 Car vous avez dit : Nous avons contracté une alliance avec la mort, et avec l'enfer nous avons fait un pacte. Le fléau débordant, lorsqu'il passera, ne viendra pas sur nous; parce que nous avons établi le mensonge notre espérance, et que par le mensonge nous avons été protégés.
 
16 C'est pourquoi le Seigneur Dieu dit ceci : Voici que moi je poserai dans les fondements de Sion une pierre, une pierre éprouvée, angulaire, précieuse, enfoncée dans le fondement; que celui qui croit, ne se hâte pas.
Note Is. 28,16 : Voir Matthieu, 21, 42 ; Actes des Apôtres, 4, 11 ; Romains, 9, 33 ; 1 Pierre, 2, 6. ― Une pierre angulaire, etc. Voir, pour le sens de cette expression, Psaumes, 117, 22. ― Les Assyro-Chaldéens plaçaient aux quatre angles de leurs édifices dans un endroit choisi, dans les fondements, des tablettes d’argile et de métaux précieux où était racontée l’histoire de l’érection de l’édifice. Nous avons peut-être ici une allusion à une coutume de ce genre. La pierre angulaire, importante par elle-même, le devenait encore davantage par les objets précieux qu’elle conservait. ― Cette pierre précieuse désigne ici le Messie.
17 Et j'établirai avec un poids le jugement, et la justice avec mesure; et la grêle détruira l'espérance du mensonge ; et la protection, les eaux l'inonderont.
 
18 Et votre alliance avec la mort sera détruite, votre pacte avec l'enfer ne subsistera pas; quant au fléau débordant, lorsqu'il passera, vous en serez accablés.19 Toutes les fois qu'il passera, il vous emportera; puisque dès le matin à l'aube, il passera pendant le jour et pendant la nuit; et il n'y aura seulement que le tourment qui donnera l'intelligence à l'ouïe.
Note Is. 28,19 : Il n’y aura, etc. Le malheur seul vous fera comprendre ce qu’on vous dit.
20 Car la couche a été resserrée, de manière que si deux s'y placent, l'un tombera ; et la couverture étroite ne peut les couvrir l'un et l'autre.
Note Is. 28,20 : Car la couche, etc. ; image des extrémités où les ennemis réduiront les Juifs. ― Ce verset reproduit vraisemblablement un proverbe ou dicton populaire.
 
21 Car comme sur la montagne des divisions, le Seigneur se lèvera; comme dans la vallée qui est en Gabaon, il se mettra en colère ; afin de faire son œuvre, son œuvre étrangère; afin d'opérer son œuvre, son œuvre qui lui est est étrangère.
Note Is. 28,21 : Voir 1 Paralipomènes, 14, 11. ― La montagne des divisions ; ou des dispersions. Voir 2 Rois, 5, verset 20 et suivants. ― La vallée, etc. Voir Josué, note 10.10-11.
22 Et maintenant ne vous jouez point, de peur que vos liens ne se resserrent; car j'ai appris du Seigneur Dieu des armées la destruction et le retranchement qu'il va faire sur la terre tout entière.
 
23 Prêtez l'oreille, et écoutez ma voix; soyez attentifs, et écoutez ma parole.24 Est-ce que pendant tout le jour, le laboureur labourera afin de semer ; fendra-t-il les mottes, et sarclera-t-il sa terre ?25 Est-ce que, lorsqu'il en aura égalisé la surface, il ne sèmera pas de la nigelle et il ne répandra pas du cumin, et il ne mettra pas du blé par rangée, et de l'orge, et du millet, et de la vesce dans ses confins?
Note Is. 28,25 ; 28.27 : La nigelle, mentionnée seulement dans ce chapitre d’Isaïe, produit une graine aromatique, de couleur noire, qu’on emploie comme assaisonnement en Orient, ce qui fait que cette plante y est toujours cultivée. Elle fait partie de la famille des renonculacées. Les diverses espèces de nigelle sont herbacées. Le fruit se compose de cinq à six capsules dont il est facile de faire tomber les graines, quand elles sont mûres, en battant les tiges avec un bâton. ― Le cumin était cultivé en Palestine pour la même raison que la nigelle. C’est une plante annuelle de la famille des ombellifères, assez semblable au fenouil. Elle a de quinze à dix-huit centimètres de hauteur. Ses fleurs sont petites, blanches ou rouges. Les graines, de forme ovale, ont un goût piquant, amer et une odeur aromatique prononcée ; on s’en servait en Palestine comme de condiment. La récolte qu’on en faisait était assez considérable pour que les docteurs de la loi, du temps de Notre-Seigneur, imposassent l’obligation d’en payer la dîme. Voir Matthieu, 23, 23. On cultive encore aujourd’hui le cumin à Malte et on le bat de la manière que le dit Isaïe. ― La vesce. Ce mot rend l’hébreu koussemeth, dont le sens est très discuté. La vesce sert d’aliment en Palestine ; on la donne aussi comme fourrage aux animaux. En Europe, on en donne les graines surtout aux pigeons. ― Dans ses confins. On semait la vesce autour des champs où l’on cultivait le blé et l’orge, afin que cette bordure les garantit contre les déprédations des passants.
Note Is. 28,25 : Dans ses confins (in finibus suis) ; c’est-à-dire dans son champ. Cette traduction nous a paru la plus conforme à la Vulgate et la mieux autorisée par l’hébreu.
26 Et son Dieu lui donnera le discernement; son Dieu l'instruira.
 
27 Car la nigelle ne sera pas triturée avec des traîneaux à pointes de fer, ni la roue du chariot ne circulera sur le cumin; mais avec une verge on battra la nigelle, et le cumin avec un fléau.28 Mais le pain sera brisé; cependant ce ne sera pas à perpétuité que celui qui le triture le triturera, et que la roue du chariot le pressera, et qu'avec ses ongles il le brisera.
Note Is. 28,28 : Le pain ; c’est-à-dire le grain dont on fait le pain. ― Ses ongles ; les pointes de fer et les pierres aiguës du chariot.
29 Ceci est venu du Seigneur Dieu des armées, pour faire admirer ses conseils et signaler sa justice.

Chapitre 29

 | 
 | 
Chap. : 
Désolation de Jérusalem et de la Judée.
Défaite des ennemis.
Rétablissement des enfants de Juda.
1 Malheur à Ariel, Ariel, cité qu'a prise d'assaut David ; une année s'est jointe à une année ; des solennités se sont écoulées.
Note Is. 29,1 : Ariel ; en hébreu signifie lion de Dieu ; Ezéchiel (voir Ezéchiel, 43, 15-16) donne ce même nom à l’autel des holocaustes. Toute la suite de la prophétie montre qu’il faut l’entendre ici de Jérusalem. ― Isaïe donne ici à Jérusalem un nom symbolique, de même qu’il l’a appelée plus haut vallée de Vision, voir Isaïe, 22, 1 ; mais d’où vient ce nom symbolique ? Les uns y ont vu une allusion à la tribu de Juda, dont cette ville était comme la capitale, parce que Juda est comparé à un lion, voir Genèse, 49, 9 ; d’autres ont cru que le prophète faisait allusion à la forme de la capitale de la Judée, qui, avec ses deux montagnes de Moriah et de Sion, ressemble à un gigantesque lion au repos.
2 Et j'environnerai Ariel de tranchées ; et elle sera triste, affligée, et elle sera pour moi comme Ariel.
 
3 Et je ferai comme un cercle tout autour de toi, et je poserai un rempart contre toi ; et je placerai des fortifications pour ton siège.
Note Is. 29,3 : Je ferai, etc. Le siège de Jérusalem par Nabuchodonosor est annoncé de même dans Ezéchiel, 4, 2, et Jésus-Christ annonce aussi en des termes semblables le dernier siège de Jérusalem par les Romains (voir Luc, 19, 43-44).
4 Tu seras humiliée, c'est du sein de la terre que tu parleras, et de la poussière que sera entendue ta parole ; et sortant de la terre, ta voix sera comme celle d'un python, et de la poussière ta parole ne rendra qu'un faible son.
 
5 Et sera comme la poudre menue la multitude de ceux qui t'ont agitée, et comme la cendre brûlante qui se dissipe, la multitude de ceux qui contre toi ont prévalu ;6 Et ce sera soudain, sur-le-champ. Et par le Seigneur des armées elle sera visitée au milieu d'un tonnerre, et d'un tremblement de terre, et de la grande voix d'un tourbillon, et d'une tempête, et de la flamme d'un feu dévorant.
 
7 Et sera comme le songe d'une vision nocturne la multitude de toutes les nations qui ont combattu contre Ariel, et il en sera ainsi de tous ceux qui lui ont fait la guerre, et l'ont assiégée, et ont prévalu contre elle.
Note Is. 29,7 : Ariel. Voir le verset 1.
8 Et comme celui qui a faim songe qu'il mange, mais lorsqu'il est réveillé, son âme se trouve vide; et comme celui qui a soif songe qu'il boit, mais après qu'il est réveillé, il est las et a encore soif, et son âme est vide; ainsi sera la multitude de toutes ces nations qui ont combattu contre la montagne de Sion.
Note Is. 29,8 : Songe qu’il mange ; littéralement et par hébraïsme, songe et il mange. ― Ame ; mot qui, comme nous l’avons déjà remarqué, signifie en hébreu, aussi bien qu’en arabe, la personne, l’individu lui-même.
 
9 Soyez frappés de stupeur et admirez, soyez flottants et vacillants ; enivrez-vous, mais non de vin ; chancelez, mais non par l'ivresse.10 Parce que le Seigneur a répandu sur vous un esprit d'assoupissement, il fermera vos yeux; vos prophètes et vos princes qui voient des visions, il mettra sur eux un voile.
Note Is. 29,10 : Le Seigneur a répandu, etc. Saint Paul fait allusion à ce passage dans Romains, 11, 8.
 
11 Et la vision d'eux tous sera pour vous comme le livre scellé; lorsqu'on le donnera à un homme qui sait lire, on dit : Lis ce livre ; et il répondra : Je ne puis, car il est scellé.
Note Is. 29,11 : Le livre scellé. Les livres avaient la forme de rouleaux ; on les pliait et, si l’on ne voulait pas qu’ils fussent ouverts, on plaçait un sceau sur le rouleau de manière qu’on ne pût le dérouler sans rompre le sceau. Ils n’étaient ordinairement écrits qu’à l’intérieur.
12 Et on donnera le livre à un homme qui ne sait pas lire, et on lui dira : Lis ; et il répondra : Je ne sais pas lire.
 
13 Et a dit le Seigneur : Parce que ce peuple s'approche de moi par sa bouche, et me glorifie par ses lèvres, mais que son cœur est loin de moi, et qu'ils m'ont craint par le commandement et les enseignements des hommes :
Note Is. 29,13 : Ce peuple, etc. Jésus-Christ déclare aux Juifs incrédules que c’était d’eux qu’Isaïe prophétisait dans ce passage (voir Matthieu, 15, 8-9 ; Marc, 7, 6-7). Ils m’ont craint, etc. ; c’est-à-dire ils m’ont adoré, ils m’ont rendu un culte fondé, non sur ma loi et sur mes préceptes, mais sur des traditions purement humaines. Le pluriel ils représente le mot peuple, qui est un nom collectif.
14 C'est pour cela, voici que moi j'exciterai encore l'admiration de ce peuple par un miracle grand et étonnant ; car la sagesse périra du milieu des sages, et l'intelligence des prudents sera obscurcie.
Note Is. 29,14 : Voir Abdias, 1, 8. ― Car la sagesse, etc. Saint Paul applique ceci à la fausse sagesse des hommes, confondue par la prédication de la croix, qui est un scandale aux yeux des Juifs, et une folie aux yeux des gentils (voir 1 Corinthiens, 1, 18-19).
 
15 Malheur à vous qui êtes impénétrables de cœur, afin que vous cachiez au Seigneur un dessein ; leurs œuvres sont dans les ténèbres, et ils disent : Qui nous voit, et qui nous connaît ?
Note Is. 29,15 : Voir Ecclésiastique, 23, 26. ― Malheur à vous qui, etc. Ces paroles s’adressent aux impies dont il est question plus haut (voir Isaïe, 28, 15). ― Un dessein ; probablement celui de recourir, en cas de besoin, au secours de l’Egypte. Comparer à ce qui est dit à Isaïe, 30, verset 1 suivants.
16 Elle est perverse, cette pensée que vous avez ; comme si l'argile se révoltait contre le potier, et lui disait : Tu ne m'as pas fait ; et comme si l'œuvre disait à celui qui l'a façonnée : Tu ne comprends pas.
 
17 Encore un peu de temps, et le Liban ne sera-t-il pas bientôt converti en Carmel, et le Carmel ne sera-t-il pas réputé pour la forêt?
Note Is. 29,17-24 : Ces versets font allusion au Règne de Gloire du Messie, après la chute de l’Antéchrist corrupteur des âmes, sur une terre « rétablie dans son état premier » (Saint Irénée), « antérieur à la chute » (CRAMPON, voir Actes des Apôtres, note 3.20-21) ; tout homme aura alors l’intelligence spirituelle. Voir Isaïe, notes 65.20-25 ; 66.22 ; 11.6-9.
Note Is. 29,17 : Liban ; montagne dont une partie est très stérile. ― Carmel ; autre montagne, mais dont la fertilité est passée en proverbe. ― La forêt ; comme lit le texte hébreu, et non une forêt en général. Or cette forêt particulière est probablement celle du Liban, comme l’insinue le contexte.
18 Et en ce jour-là, les sourds entendront les paroles d'un livre, et, affranchis des ténèbres et de l'obscurité, les yeux des aveugles verront.19 Et les hommes doux ajouteront à leur joie dans le Seigneur, les hommes pauvres exulteront dans le saint d'Israël;
 
20 Parce qu'il a disparu, celui qui prévalait, et qu'il a été détruit le railleur, et qu'ils ont été retranchés, ceux qui veillaient pour l'iniquité ;21 Qui faisaient pécher les hommes par leur parole, qui à la porte tendaient des pièges à celui qui les réfutait, et sans motif s'éloignaient du juste.
Note Is. 29,21 : A la porte de la ville, où se tenaient les assemblées et où se rendaient les jugements.
 
22 A cause de cela, voici ce que dit, à la maison de Jacob, le Seigneur, qui a racheté Abraham : Jacob ne sera plus confondu, et son visage ne rougira plus ;
Note Is. 29,22 : Qui a racheté Abraham ; en le tirant de son pays, adonné à l’idolâtrie.
23 Mais lorsqu'il verra ses fils, ouvrages de mes mains, sanctifiant au milieu de lui mon nom, ils sanctifieront ensemble le saint de Jacob, et annonceront le Dieu d'Israël,
Note Is. 29,23 : Ils sanctifieront ; selon la Vulgate, et sanctificabunt ; il est évident qu’ici la particule et n’a pas la signification conjonctive, mais que, comme en bien d’autres endroits, elle ne fait simplement que marquer l’apodose ; sans cela, le sens du verset resterait inachevé.
24 Et ceux qui étaient égarés d'esprit recevront l'intelligence, et les murmurateurs apprendront la loi.

Chapitre 30

 | 
 | 
Chap. : 
Vaine confiance de la Judée dans le secours de l’Egypte.
Rétablissement de Juda.
Défaite de ses ennemis.
1 Malheur à vous, fils déserteurs, dit le Seigneur, de ce que vous formez des desseins, et non par moi, et que vous ourdissez une trame, et non par mon esprit, afin d'ajouter péché à péché;2 Vous qui marchez pour descendre en Egypte, et n'avez pas interrogé ma bouche, espérant du secours de la force de Pharaon, et ayant confiance dans l'ombre de l'Egypte.
Note Is. 30,2 : Ma bouche ; les ordres, les oracles sortis de ma bouche.
3 Et la force de Pharaon vous sera à confusion, et la confiance dans l'ombre de l'Egypte, à ignominie.
Note Is. 30,3 : L’ombre ; c’est-à-dire la protection.
4 Car tes princes étaient à Tanis, et tes messagers sont parvenus jusqu'à Hanès.
Note Is. 30,4 : Tanis ; ville d’Egypte, c’est la Mansoura d’aujourd’hui. Comparer à Nombres, 13, 23 ; Psaumes, 77, 43. ― Hanès ; ville d’Egypte. Saint Jérôme croit qu’elle était l’extrémité méridionale de l’Egypte, vers les frontières de l’Ethiopie. ― Sur Tanis, voir plus haut, Isaïe, 19, 11. ― Hanès, en égyptien Chenensu, Heracleopolis magna, dans l’Egypte moyenne, était alors, comme Tanis et plusieurs autres villes de la vallée du Nil, la capitale d’un petit royaume.
5 Tous ont été confondus à la vue d'un peuple qui ne pouvait leur être utile ; ils ne leur ont pas été à secours et à quelque utilité, mais à confusion et à opprobre.
Note Is. 30,5 : Ils ; c’est-à-dire le peuple, qui, étant un collectif, représente le nombre pluriel.
 
6 Malheur accablant des bêtes du Midi. Elles vont dans une terre de tribulation et d'angoisse, d'où sortent la lionne et le lion, la vipère et le basilic volant; ils portent sur les épaules des ânes leurs richesses, et sur la bosse des chameaux leurs trésors, à un peuple qui ne pourra pas leur être utile.
Note Is. 30,6 : Malheur accablant. Voir Isaïe, 13, 1. ― D’où ; littéralement, selon l’hébreu et la Vulgate, d’eux (ex eis) ; le pronom se rapporter à terræ, qui s’entend quelquefois dans l’Ecriture, non du sol, mais des habitants. ― Des bêtes du Midi, en hébreu, bahamoth, peut-être le béhémoth ou hippopotame de Job, 40, 10, qui peut être très exactement considéré comme le symbole de l’Egypte, laquelle avait grande confiance en sa puissance, mais était lente à se mettre en mouvement et était arrivée trop tard pour secourir Samarie assiégée par les Assyriens. ― La vipère. Assaraddon, dans le récit de sa campagne contre l’Arabie, dit que ce pays était plein de vipères et de scorpions. ― Le basilic volant. Cette qualification de volant provient sans doute de ce que les serpents peuvent monter sur les arbres comme les oiseaux qui volent.
7 Car inutilement et vainement l'Egypte les secourra; voilà pourquoi j'ai crié à ce sujet : C'est de l'orgueil seulement, reste en repos.
 
8 Maintenant donc entre, écris cela pour lui sur le buis, et dans un livre grave-le soigneusement, et il sera au dernier jour un témoignage à jamais;
Note Is. 30,8 : Entre, etc. C’est le Seigneur qui parle au prophète.
9 Car c'est un peuple provoquant au courroux, et ce sont des fils menteurs, des fils qui ne veulent pas entendre la loi de Dieu ;10 Qui disent à ceux qui voient: Ne voyez pas; et à ceux qui regardent : Ne regardez pas pour nous des choses qui sont justes; dites-nous des choses qui nous plaisent, voyez pour nous des erreurs.
Note Is. 30,10 : Ceux qui voient, ceux qui regardent ; c’est-à-dire les voyants, ceux qui ont des visions prophétiques, les prophètes.
11 Eloignez de moi cette voie, détournez de moi ce sentier; qu'il disparaisse de notre face, le saint d'Israël.
 
12 A cause de cela, voici ce que dit le saint d'Israël : Parce que vous avez rejeté cette parole, et que vous avez espéré dans la calomnie et dans le tumulte, et que vous y avez mis votre appui,13 A cause de cela, cette iniquité sera pour vous comme une brèche qui menace ruine, et qui est recherchée dans un mur élevé, parce que tout à coup, tandis qu'on ne s'y attend pas, vient son écroulement.
Note Is. 30,13 : Qui est recherchée (requisita) ; par l’ennemi, à qui, en effet, elle offre un moyen d’entrer dans la ville (voir Job, 30, 14).
14 Et elle sera mise en pièces, comme on brise d'un brisement très fort un vase de potier; et on ne trouvera pas parmi ses fragments un têt dans lequel on puisse porter un peu de feu pris d'une incendie, ou puiser un peu d'eau à une fosse,
Note Is. 30,14 : Comme on brise d’un brisement ; genre de répétition qu’on a déjà vu souvent, et qui a pour but de donner de l’énergie à l’idée exprimée par le verbe.
 
15 Parce que voici ce que dit le Seigneur Dieu, le saint d'Israël: Si vous revenez, et vous vous tenez en repos, vous serez sauvés ; dans le silence et dans l'espérance sera votre force. Et vous n'avez pas voulu;16 Et vous avez dit : Pas du tout; mais nous fuirons vers des chevaux; c'est pour cela que vous fuirez. Et nous monterons sur de rapides coursiers; c'est pour cela que plus rapides seront ceux qui vous poursuivront.
Note Is. 30,16 : Vers des chevaux ; la cavalerie des Egyptiens. Comparer à Isaïe, 31, 1.
17 Vous fuirez an nombre de mille hommes par la terreur d'un seul, et tous par la terreur de cinq, jusqu'à ce que vous soyez laissés comme un mât de vaisseau sur une cime de montagne, et comme un étendard sur une colline.
Note Is. 30,17 : Par la terreur d’un seul ; littéralement à la face d’un seul ; c’est-à-dire un seul homme de l’ennemi en épouvantera mille d’entre vous.
 
18 A cause de cela, le Seigneur attend, afin d'avoir pitié de vous ; et pour cela il sera exalté en vous épargnant; car c'est un Dieu de justice que le Seigneur; bienheureux tous ceux qui l'attendent.19 Car le peuple de Sion habitera dans Jérusalem ; pleurant tu ne pleureras pas du tout; ayant pitié il aura pitié de toi ; à la voix de ton cri, dès qu'il entendra, il te répondra.20 Et le Seigneur vous donnera un pain restreint et une eau peu abondante ; et il ne fera pas que celui qui t'instruit s'en aille loin de toi; et tes yeux verront ton maître.
Note Is. 30,20 : Celui qui t’instruit (doctorem tuum), ton maître (præceptorem tuum). L’Eglise, dans l’office de l’Avent, fait l’application de ces paroles à Jésus-Christ, qui est, en effet, notre docteur et notre maître par excellence.
21 Et tes oreilles entendront la voix de celui qui, derrière toi, t'avertira : Voici la voie, marchez-y; et ne vous détournez ni à droite ni à gauche,22 Et tu regarderas comme choses souillées les lames d'argent de tes images taillées au ciseau, et le vêtement de ta statue d'or jetée en fonte, et tu les rejetteras comme un linge souillé. Sors, lui diras-tu;
Note Is. 30,22 : Les lames, etc. ; c’est-à-dire les lames d’argent dont sont couvertes, etc. ― Images taillées au ciseau. L’Ecriture emploie ordinairement cette expression pour désigner les idoles. ― De tes images d’argent, de ta statue d’or ; littéralement de ton argent, de ton or. En vertu d’un hébraïsme très commun, le pronom possessif ne se joint pas immédiatement au nom qu’il représente, mais au complément de ce nom.
 
23 Et la pluie sera accordée à ta semence, partout où tu auras semé sur la terre, et le pain produit des grains de la terre sera très abondant et gras; dans ta possession, en ce jour-là, l'agneau paîtra spacieusement.24 Et les taureaux et les petits des ânes qui labourent la terre, mangeront les grains mêlés ensemble, comme dans l'aire ils auront été vannés.25 Et il y aura sur toute haute montagne et sur toute colline élevée, des ruisseaux d'eaux courantes, au jour où beaucoup auront été tués, et lorsque seront tombées les tours.26 Et sera la lumière de la lune comme la lumière du soleil, et la lumière du soleil sera septuplée, égale à la lumière de sept jours, au jour où le Seigneur aura lié la blessure de son peuple et guéri le coup de sa plaie.
Note Is. 30,26 : La lumière, etc. Saint Jérôme voit ici la gloire du monde futur, c’est-à-dire de ces nouveaux cieux dont parlent saint Pierre (voir 2 Pierre, 3, 13) et saint Jean (voir Apocalypse, 21, 1-5). Voir Isaïe, 66, 22. Comparer à Isaïe, 65, 17-25 ; 11, 6-9.
 
27 Voici que le nom du Seigneur vient de loin ; ardente est sa fureur, et lourde à porter; ses lèvres sont pleines d'indignation, sa langue est comme un feu dévorant.
Note Is. 30,27 : Le nom du Seigneur ; sa majesté, le Seigneur lui-même. Comparer à Isaïe, 5, 11 ; 7, 17 ; 8, vv. 1, 8, etc. ― De loin ; après un long intervalle de temps.
28 Son souffle est un torrent débordé, qui atteint jusqu'au milieu du cou, pour réduire des nations au néant, et briser le frein d'erreur qui était aux mâchoires des peuples.29 Vous chanterez comme dans la nuit d'une sainte solennité, et la joie de votre cœur sera comme la joie de celui qui va avec la flûte, afin de se présenter sur la montagne du Seigneur, au fort d'Israël.
Note Is. 30,29 : Comme dans la nuit ; littéralement comme la nuit ; genre de figure qui n’est pas étrangère au style biblique. Les fêtes des Hébreux commençaient la veille au soir. Aux trois plus solennelles, qui étaient celles de la Pâque, de la Pentecôte et des Tabernacles, on se rendait à Jérusalem de toute la Judée, et même des provinces étrangères (voir Deutéronome, 16, 16 ; Psaumes, 121, 4). Il est très probable qu’on chantait des cantiques de joie pendant toute la solennité.
30 Et le Seigneur fera entendre la majesté de sa voix, et il montrera la terreur de son bras dans une menace de fureur, et dans la flamme d'un feu dévorant; il brisera par un tourbillon et par des pierres de grêle.
Note Is. 30,30 : Sa voix ; c’est-à-dire le tonnerre. Au verset suivant, comme dans une infinité d’autres passages de l’Ecriture, la voix du Seigneur a ce sens. Comparer à Psaumes, 28, verset 3 et suivants.
 
31 Car à la voix du Seigneur Assur tremblera d'effroi, frappé de sa verge.32 Et le passage de la verge sera affermi ; le Seigneur la fera reposer sur lui au milieu des tambours et des harpes, et dans des guerres considérables il les vaincra.
Note Is. 30,32 : Sur lui ; sur Assur. ― Au milieu des tambours, etc. des Israélites, qui loueront le Seigneur. ― Il les vaincra ; les Assyriens.
33 Car Topheth est préparée depuis hier, par le roi préparée, profonde et étendue. Ses aliments sont du feu et beaucoup de bois; le souffle du Seigneur comme un torrent de soufre l'embrase.
Note Is. 30,33 : Topheth ; lieu situé dans une vallée voisine de Jérusalem, où les Israélites brûlaient leurs enfants en l’honneur de Moloch, idole des Ammonites. Comparer à Josué, 15, 8 ; 3 Rois, 11, 7 ; 2 Paralipomènes, 28, 3 ; Jérémie, 7, 31, etc. ― Dans l’hébreu ; Topheth, c’est-à-dire le bûcher est préparé pour le roi d’Assyrie, Sennachérib. C’est la prédiction de l’extermination de l’armée assyrienne racontée plus loin, voir Isaïe, 37, 36.

Chapitre 31

 | 
 | 
Chap. : 
Vaine confiance de la Judée dans le secours de l’Egypte.
Délivrance de Jérusalem.
Défaite de ses ennemis.
1 Malheur à ceux qui descendront en Egypte pour y chercher du secours, qui espèrent dans des chevaux, et qui ont confiance dans des quadriges, parce qu'ils sont nombreux, et dans des cavaliers, parce qu'ils sont très forts, et qui ne se sont pas confiés au saint d'Israël, et n'ont pas recherché le Seigneur.2 Mais lui-même sage a amené le malheur, et n'a pas retiré ses paroles ; et il s'élèvera contre la maison des méchants, et contre le secours de ceux qui opèrent l'iniquité.
Note Is. 31,2 : N’a pas retiré ses paroles ; n’a pas manqué d’accomplir ce qu’il avait dit par ses prophètes.
3 L'Egypte est un homme et non un Dieu; et leurs chevaux sont chair, et non esprit; et le Seigneur inclinera sa main, et l'auxiliaire sera renversé à terre, et il tombera, celui à qui est donné secours, et tous ensemble seront détruits.
 
4 Parce que voici ce que dit le Seigneur : Comme si un lion et le petit d'un lion rugissent en se jetant sur leur proie, et que coure contre eux une multitude de pasteurs, ils ne s'effrayeront pas de leur voix, et ne s'épouvanteront pas de leur multitude ; ainsi descendra le Seigneur des armées, afin de combattre sur la montagne de Sion et sur sa colline.
Note Is. 31,4 : Comme si un lion, etc. Ce passage a tout à fait le ton et l’accent homérique.
5 Comme des oiseaux qui volent au secours de leurs petits, ainsi le Seigneur des armées protégera Jérusalem; la protégeant et la délivrant, passant et la sauvant.6 Revenez, selon que vous vous étiez profondément éloignés, fils d'Israël.
 
7 Car en ce jour-là, chacun rejettera ses idoles d'argent et ses idoles d'or, que vos mains vous ont faites pour le péché.
Note Is. 31,7 : En ce jour-là ; au jour de la délivrance. ― Chacun ; c’est le vrai sens du latin vir, expliqué par l’hébreu. ― Ses idoles d’argent ; littéralement les idoles de son argent. Voir Isaïe, 30, 22.
8 Et Assur tombera, par le glaive non d'un homme, et le glaive non d'un homme le dévorera, et il fuira, non à la face du glaive, et ses jeunes hommes seront tributaires ;
Note Is. 31,8 : Par le glaive non d’un homme. Comparer à Isaïe, 30, 30 ; 37, 36 ; 4 Rois, 19, 35 ; 2 Paralipomènes, 32, 21.
9 Et sa force disparaîtra par la terreur, et ses princes fuyant seront épouvantés, a dit le Seigneur, dont le feu est dans Sion, et le foyer dans Jérusalem.
Note Is. 31,9 : Le feu, le foyer ; c’est-à-dire l’autel des holocaustes et le temple.

Chapitre 32

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Règne de justice promis à Juda.
Désolation de la Judée.
Son rétablissement.
Ruine de ses ennemis.
1 Voici que dans la justice régnera un roi, et que des princes gouverneront selon le droit.
Note Is. 32,1 : Un roi, etc. Ceci s’entend du règne d’Ezéchias, mais mieux encore du règne de Jésus-Christ dont Ezéchias était la figure. ― Des princes ; ces princes représentent les apôtres.
2 Et chacun sera comme celui qui est à l'abri du vent, qui se cache à la tempête, comme des ruisseaux d'eaux dans la soif, comme l'ombre d'une pierre avancée dans une terre déserte.
Note Is. 32,2 : Chacun. Voir Isaïe, 31, 7.
3 Ils ne seront pas obscurcis, les yeux de ceux qui verront; et les oreilles de ceux qui entendront écouteront attentivement.
Note Is. 32,3 : Ceux qui verront ; c’est-à-dire les voyants (videntium), ou prophètes.
4 Et le cœur des insensés comprendra la science, et la langue des bègues parlera vite et nettement.5 Il ne portera plus le nom de prince, celui qui manque de sagesse, et le frauduleux ne sera pas appelé grand ;
Note Is. 32,5 : Il ne portera plus, etc. Isaïe oppose le règne d’Ezéchias ou de Josias, princes magnifiques, bienfaisants, au règne d’Achaz, qui avait opprimé ses peuples et les avait épuisés par ses exactions.
 
6 Car l'insensé dira des paroles extravagantes, et son cœur commettra l'iniquité, afin de parfaire la simulation, et de parler à Dieu frauduleusement, et de rendre vide l'âme de celui qui a faim, et ôter le boire à celui qui a soif.7 Les armes du frauduleux sont très cruelles; car c'est lui qui a combiné des pensées, pour perdre des hommes, doux par un discours menteur, lorsque le pauvre parlait justice.
Note Is. 32,7 : Les armes traduit ici vases, de l’original et de la Vulgate, et signifie les machinations, les sourdes manœuvres du trompeur frauduleux.
8 Mais un prince pensera des choses qui sont dignes d'un prince, et il se tiendra lui-même ferme au-dessus des chefs.
Note Is. 32,8 : Il se tiendra, etc. ; il exercera son autorité d’une main ferme sur les ministres qu’il choisira pour diriger son peuple.
 
9 Femmes opulentes, levez-vous, et entendez ma voix; filles confiantes, prêtez l'oreille à mes paroles.
Note Is. 32,9-20 : Le prophète s’adresse spécialement aux femmes riches qui semblent se tenir à l’écart et se livrer à leurs plaisirs, en se montrant indifférentes à ce qui se passe.
10 Car après des jours et un an, vous serez troublées, vous confiantes; car la vendange est achevée ; et la récolte ne viendra plus.
Note Is. 32,10 : Après, etc. ; c’est-à-dire après un an et des jours, ou mieux, après un et un an (comparer à Isaïe, 29, 1), après deux ans. D’autant que le mot hébreu jour signifie souvent une année quand il est mis au pluriel.
11 Soyez dans la stupeur, femmes opulentes, soyez troublées, filles confiantes; dépouillez-vous, et soyez couvertes de confusion, et ceignez vos reins.
Note Is. 32,11 : Dépouillez-vous de vos beaux ornements. ― Ceignez vos reins ; prenez des vêtements de deuil et de pénitence.
 
12 Pleurez sur des enfants à la mamelle, sur une contrée délicieuse, sur une vigne fertile.13 Sur le sol de mon peuple monteront des épines et des ronces; combien plus sur toutes les maisons joyeuses d'une cité exultante?14 La maison a été abandonnée, la multitude de la ville a été délaissée ; des ténèbres palpables se sont formées sur des cavernes pour jamais. La joie des onagres, ce sont les pâturages des troupeaux,
Note Is. 32,14 : La maison ; est probablement mis pour le pluriel les maisons ; l’hébreu porte un palais. ― La joie des onagres. Sur l’onagre, voir Job, 24, 5 ; 39, 5-8.
 
15 Jusqu'à ce que soit répandu sur nous l'esprit du haut du ciel, et un désert sera converti en Carmel; et le Carmel pour la forêt sera réputé;
Note Is. 32,15 : Un désert, etc. Comparer à Isaïe, 29, 17.
16 Et le droit habitera dans la solitude, et la justice dans le Carmel siégera;17 Et la paix sera l'ouvrage de la justice, et l'observation de la justice, le silence et la sécurité à jamais.18 Mon peuple se reposera dans la beauté de la paix, dans des tabernacles de confiance, et dans un repos opulent.19 Mais la grêle descendra sur la forêt, et d'humiliation sera humiliée la cité.
Note Is. 32,19 : Descendra ; littéralement dans l’action de descendre ; c’est le vrai sens de l’hébreu que la Vulgate a parfaitement rendu par in descensione. ― D’humiliation sera humiliée ; hébraïsme, pour : sera profondément, ou entièrement humiliée. ― La cité ; probablement Ninive, prise par Nabuchodonosor et Astyage, sous le règne de Josias.
20 Bienheureux, vous qui semez sur toutes les eaux, y envoyant le pied du bœuf et de l'âne.
Note Is. 32,20 : Sur toutes les aux ; sur tous les terrains bien arrosés. ― Y envoyant, etc. ; en y envoyant le bœuf et l’âne paître ou fouler le grain.

Chapitre 33

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ruine des ennemis de Juda.
Délivrance du peuple.
Gloire de Jérusalem.
1 Malheur à toi qui pilles; est-ce que toi-même tu ne seras pas aussi pillé? et toi qui méprises, est-ce que toi-même tu ne seras pas méprisé? Lorsque tu auras consommé le pillage, tu seras pillé ; lorsque fatigué, tu cesseras de mépriser, tu seras méprisé.
Note Is. 33,1 : Malheur, etc. ; ces menaces s’adressent à Sennachérib, qui était la figure des ennemis de l’Eglise.
 
2 Seigneur, ayez pitié de nous, car c'est vous que nous avons attendu; soyez notre bras dès le matin, et noire salut au temps de la tribulation.
 
3 A la voix de l'ange, des peuples ont fui, et à cause de votre grandeur, des nations ont été dispersées.4 Et on amassera vos dépouilles, comme on amasse la sauterelle, comme lorsqu'on en remplit des fosses.
Note Is. 33,4 : Vos dépouilles, ô Assyriens. ― La sauterelle sans ailes (bruchus).
5 Le Seigneur a été magnifié, parce qu'il habite dans un lieu élevé; il a rempli Sion de jugement et de justice.
Note Is. 33,5 : Dans un lieu élevé ; d’où il voit tout.
6 Et la fidélité existera en tes jours ; la sagesse et la science seront des richesses de salut; et la crainte du Seigneur est son trésor.
Note Is. 33,6 : En tes jours, etc. Cela se rapporte au règne du roi Ezéchias, mais dans un sens plus relevé à la domination du Messie.
 
7 Voilà que voyant ils crieront au dehors ; des anges de paix pleureront amèrement.
Note Is. 33,7 : Voilà, etc. Les Juifs de la campagne, voyant leur pays ravagé, crieront au dehors de Jérusalem. ― Des anges de paix ; des députés pour demander la paix. Comparer à 4 Rois, 18, 14.
8 Les voies ont été détruites, le passant a cessé d'aller par le sentier, l'alliance est devenue sans effet ; il a rejeté des cités, il a compté pour rien les hommes.
Note Is. 33,8 : Il a rejeté, etc. Tout ceci est dit de Sennachérib.
 
9 La terre a pleuré, et elle a langui ; le Liban a été couvert de confusion et avili ; et le Saron est devenu comme un désert ; et Basan a été ébranlé ainsi que le Carmel.
Note Is. 33,9 : Saron ; plaine sur les bords de la Méditerranée, au nord de la Séphéla, et au sud du Carmel. ― Basan. Voir Nombres, 21, 33.
 
10 Maintenant je me lèverai, dit le Seigneur; maintenant je serai exalté, maintenant je serai élevé.11 Vous concevrez de la flamme, et vous enfanterez de la paille; votre esprit comme un feu vous dévorera.
Note Is. 33,11 : Vous concevrez, etc. Le prophète parle aux Assyriens.
12 Les peuples seront comme la cendre après un incendie ; comme des épines rassemblées, ils seront brûlés par le feu.
 
13 Ecoutez, vous qui êtes au loin, ce que j'ai fait, et connaissez, vous qui êtes proches, ma puissance.14 Les pécheurs ont été atterrés dans Sion; la terreur a saisi les hypocrites; qui de vous pourra habiter avec un feu dévorant? qui de vous habitera avec des flammes éternelles ?
 
15 Celui qui marche dans la justice, et parle vérité ; qui rejette un gain fruit de la calomnie, et secoue ses mains de tout présent; qui bouche ses oreilles, afin de ne pas entendre des paroles de sang, et ferme ses yeux afin de ne pas voir le mal;
Note Is. 33,15 : Voir Psaumes, 14, 2. ― Un gain ; c’est le sens de l’hébreu ; la Vulgate porte l’avarice (avaritiam). ― De la calomnie ; selon l’hébreu, d’oppressions. ― De tout présent ; c’est-à-dire, selon le texte original, pour ne pas prendre, ne pas recevoir de présent.
16 Celui-là habitera dans des hauts lieux; des roches fortifiées seront sa demeure élevée ; le pain lui a été donné, et ses eaux sont fidèles.
Note Is. 33,16 : Des roches fortifiées ; littéralement des fortifications de roches.Sont fidèles ; c’est-à-dire coulent en tout temps, ne font jamais défaut.
 
17 Ses yeux verront un roi dans son éclat; ils apercevront une terre de loin.
Note Is. 33,17 : Un roi, etc. ; Ezéchias, environné de gloire, après la défaite de ses ennemis. ― Une terre ; leur patrie.
18 Ton cœur méditera la crainte : Où est le savant? où est celui qui pèse les paroles de la loi? où est le maître des petits enfants?
Note Is. 33,18 : Voir 1 Corinthiens, 1, 20.
19 Tu ne verras pas un peuple impudent, un peuple au discours profond; de manière que tu ne puisses comprendre son langage disert; un peuple dans lequel il n'est aucune sagesse.
Note Is. 33,19 : Un peuple au discours profond ; les Assyriens, dont les Hébreux ne comprenaient pas le langage.
 
20 Regarde, Sion, la ville de nos solennités ; tes yeux verront Jérusalem, habitation opulente, tabernacle qui en aucune manière ne pourra être transporté ; et ses clous ne seront jamais enlevés, et aucun de ses cordages ne sera rompu ;
Note Is. 33,20 : Ses clous (clavi ejus) ; ou plutôt ses pieux suivant le terme hébreu, que la Vulgate elle-même a rendu presque partout ailleurs par pieu. ― Sion et Jérusalem ; représentent ici l’Eglise à qui seule appartient l’entier accomplissement de ces promesses magnifiques.
21 Parce que c'est là seulement que notre Seigneur est magnifique ; le lieu occupé par les fleuves offrira des canaux très larges et très spacieux ; il n'y passera pas de vaisseau à rames, et la grande trirème ne le traversera pas.
Note Is. 33,21 : Le lieu, etc. Les fleuves seront si larges et si rapides, que les plus grands vaisseaux de l’ennemi ne pourront les traverser pour venir nous attaquer.
 
22 Car le Seigneur est notre juge, le Seigneur est notre législateur ; le Seigneur est notre roi; c'est lui qui nous sauvera.
 
23 Tes cordages se sont relâchés, et ils n'auront plus de force ; tel sera ton mât, que tu ne pourras pas étendre ton signal. Alors on partagera les dépouilles et le grand butin ; des boiteux même enlèveront du butin.
Note Is. 33,23 : Ils n’auront plus de force ; soit pour résister à la violence du vent, soit pour maintenir le mât, soit pour soutenir les voiles. ― Les dépouilles et le grand butin ; littéralement, et par hébraïsme, les dépouilles du grand butin.
 
24 Et un voisin ne dira pas : Je suis las ; quant an peuple qui y habitera, l'iniquité lui sera ôtée.
Note Is. 33,24 : L’iniquité ; c’est-à-dire la peine de l’iniquité, tout mal, toute misère qui est la punition de l’iniquité. On a déjà vu souvent que dans le style biblique, le péché, l’iniquité signifient aussi la peine due au péché, à l’iniquité.

Chapitre 34

 | 
 | 
Chap. : 
Vengeance du Seigneur contre les nations et en particulier contre l’Idumée.
1 Approchez, nations, et écoutez ; peuples, soyez attentifs : que la terre écoute, ainsi que sa plénitude, le globe et tout ce qu'il produit.
 
2 Parce que l'indignation du Seigneur est sur toutes les nations, et sa fureur sur leur milice entière ; il les a tués et les a livrés au carnage.
Note Is. 34,2 : Leur (eorum), et les (eos). Ces pronoms masculins se rapportent au nom ennemis sous-entendu.
3 Ceux qui leur ont été tués seront jetés dehors, et de leurs cadavres s'élèvera une odeur fétide, et des montagnes se liquéfieront par leur sang.
Note Is. 34,3 : Et des montagnes, etc. La quantité du sang répandu sera si grande, que la terre des montagnes se fondera et s’écoulera, en quelque sorte, comme il arrive dans un débordement extraordinaire des eaux. C’est une expression hyperbolique.
 
4 Et toute la milice des cieux se liquéfiera ; et les cieux se rouleront comme un livre; et toute leur milice tombera comme tombe une feuille d'une vigne et d'un figuier.
Note Is. 34,4 : Toute la milice, etc. ; autre expression hyperbolique, pour dire que les astres eux-mêmes participeront à la commotion générale. ― Se rouleront, etc. Chez les anciens, les livres étaient formés de rouleaux d’écorce d’arbres. Ce qui est dit ici et dans le verset suivant se rapporte aussi à la fin du monde. Comparer à Matthieu, 24, 29 ; 2 Pierre, 3, 12 ; Apocalypse, 6, 12-14.
 
5 Parce que mon glaive s'est enivré de sang dans le ciel ; voici qu'il descendra sur l'Idumée, et sur un peuple que j'ai voué à la mort, pour le juger.6 Le glaive du Seigneur est plein de sang, il est couvert de graisse ; du sang des agneaux et des boucs, du sang des béliers les plus gras ; car il y a une victime du Seigneur à Bosra, et un grand carnage dans la terre d'Edom.
Note Is. 34,6 : Bosra ; une des principales villes de l’Idumée. ― La terre d’Edom ; l’Idumée. ― Sur Bosra, voir Genèse, 36, 33.
7 Et des licornes descendront avec eux, et des taureaux avec les puissants d'entre eux : leur terre sera enivrée de sang, et leur sol de la graisse des gras ;
Note Is. 34,7 : Des licornes ; en hébreu, des bœufs sauvages.
 
8 Parce que c'est le jour de la vengeance du Seigneur, l'année des rétributions dans le jugement de Sion.
Note Is. 34,8 : L’année, etc. ; c’est-à-dire l’année où dans un jugement le Seigneur fera justice à Sion, en lui rendant ce que ses ennemis lui avaient enlevé.
 
9 Et ses torrents seront convertis en poix, et son sol en soufre, et sa terre deviendra une poix brûlante.
Note Is. 34,9 : Poix, soufre. Ces comparaisons rappellent les volcans de l’Idumée et les désastres de Sodome et de Gomorrhe.
10 Ni nuit ni jour le feu ne s'éteindra, à jamais s'élèvera sa fumée; de génération en génération elle sera désolée ; dans les siècles des siècles personne n'y passera.
 
11 Et l'onocrotale et le hérisson la posséderont ; l'ibis et le corbeau y habiteront; et le cordeau sera étendu sur elle, afin qu'elle soit réduite au néant, et le niveau pour sa ruine.
Note Is. 34,11 ; 34.14 ; 34.15 : Voir plus haut, Isaïe, 13, 21-22.
 
12 Ses nobles ne seront pas là; ils invoqueront un roi, et tous ses princes seront anéantis.13 Et les épines et les orties croîtront dans ses maisons, et le paliure dans ses forteresses; et elle sera le repaire des dragons et le pâturage des autruches.
 
14 Les démons y rencontreront les onocentaures, et le bouc criera, l'un à l'autre ; là s'est couchée la lamie, et elle y a trouvé son repos.
Note Is. 34,14 : Le bouc. Voir, sur le sens de ce mot, Isaïe, 13, 21. ― La lamie, hébreu : lilith, la nocturne, sorte de démon qui fait ses ravages la nuit. D’après les fables rabbiniques, Lilith avait été la première femme d’Adam. Elle l’abandonna et fut changée en démon. Elle aimait, comme la Lamie des Romains, à faire périr les enfants.
 
15 Le hérisson a eu une tanière, et a nourri ses petits, et il a creusé tout autour, et il les a réchauffés sous son ombre; là se sont assemblés les milans, l'un près de l'autre.
Note Is. 34,15 : Sous son ombre (in umbra ejus) ; c’est-à-dire sous le hérisson ; ou, selon plusieurs, à l’ombre de la fosse, ou bien, selon d’autres, à l’ombre d’Edom en ruines. Le premier sens nous a paru le plus probable et le plus conforme à l’hébreu.
 
16 Recherchez dans le livre du Seigneur, et lisez; une seule de ces choses n'a pas manqué; l'un n'a pas cherché l'autre ; parce que ce qui procède de ma bouche, c'est lui qui l'a commandé, et que son esprit lui-même a rassemblé ces choses.
Note Is. 34,16 : Une seule de ces choses (unum ex eis) ; que je dis. Les prophètes, sûrs de la vérité de leurs prédictions, les dataient ordinairement ; et, après les avoir prononcées devant le peuple, ils les écrivaient, afin qu’on pût s’assurer après coup de la certitude de ce qui avait été prédit. Voir Isaïe, 30, 8. ― L’un (unus), et l’autre (aller) ; ces mots ne peuvent se rapporter qu’aux milans (milvi), nom masculin ; d’ailleurs ce qui suit n’autorise aucun autre sens.
 
17 Et lui-même a jeté pour eux le sort, et sa main a divisé leur part au cordeau ;jusqu'à l'éternité ils la posséderont, et dans toutes les générations ils y habiteront.
Note Is. 34,17 : Lui-même ; le Seigneur. ― Tout ce qui est dit dans cette prophétie contre l’Idumée a reçu son parfait accomplissement ; cette petite contrée est aujourd’hui un désert abandonné aux bêtes sauvages, et elle n’est traversée que par les Arabes nomades.

Chapitre 35

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Rétablissement de la Judée.
Biens promis aux fils de Juda.
1 Elle se réjouira, la terre déserte et sans chemin, et elle exultera, la solitude, et fleurira comme le lis.
Note Is. 35,1 : La plupart des interprètes mettent l’accomplissement de cette prophétie au temps de Jésus-Christ. ― Germant, elle germera ; hébraïsme, pour elle germera beaucoup.
2 Germant, elle germera, et elle exultera toute joyeuse et chantant des louanges ; la gloire du Liban lui a été donnée, la beauté du Carmel et du Saron ; eux-mêmes verront la gloire du Seigneur, et la majesté de notre Dieu.
 
3 Fortifiez les mains languissantes, et affermissez les genoux débiles.4 Dites aux pusillanimes : Prenez courage, et ne craignez point ; car voici que votre Dieu amènera la vengeance de rétribution ; Dieu lui-même viendra, et il vous sauvera.
Note Is. 35,4 : La vengeance de rétribution ; c’est-à-dire la vengeance dans laquelle on rend à chacun selon son mérite.
 
5 Alors les yeux des aveugles s'ouvriront, et les oreilles des sourds entendront.6 Alors le boiteux bondira comme le cerf, et la langue des muets sera déliée ; parce que des eaux se sont répandues dans le désert, et des torrents dans la solitude.
Note Is. 35,6 : Le boiteux, etc. Les prodiges dont il est ici question désignent non seulement les miracles que Jésus-Christ a opérés sur les corps (voir Matthieu, 11, 5), mais encore ceux qu’il a opérés par sa grâce, dont les eaux ici mentionnées sont le symbole.
 
7 Et la terre qui était aride sera comme un étang, et celle qui avait soif, comme des fontaines d'eaux. Dans les repaires dans lesquels auparavant habitaient des dragons, croîtra la verdure du roseau et du jonc.
Note Is. 35,7 : Des dragons ; hébreu : des chacals.
 
8 Et là sera un sentier et une voie, et elle sera appelée la voie sainte; l'impur n'y passera pas, et ce sera pour vous une voie droite, en sorte que les ignorants ne s'y égareront pas.9 Il n'y aura pas là de bon, et une mauvaise bête n'y montera pas, et ne s'y trouvera pas; mais ils y marcheront, ceux qui auront été délivrés.
 
10 Et les rachetés par le Seigneur retourneront et viendront à Si on avec des chants de louange ; et une allégresse éternelle sera sur leur tête ; ils obtiendront la joie et l'allégresse, et la douleur fuira ainsi que le gémissement.

Chapitre 36

 | 
 | 
Chap. : 
Sennachérib marche contre la Judée.
Députation de Rabsacès vers Ezéchias.
Discours insolent de cet envoyé.
1 Et il arriva en la quatorzième année du règne du roi Ezéchias, que Sennachérib, roi d'Assyrie, monta contre toutes les villes fortifiées de Juda, et les prit.
Note Is. 36,1 : Voir 2 Paralipomènes, 32, 1 ; Ecclésiastique, 48, 20. ― Sennachérib. Voir 4 Rois, 18, 13.
 
2 Et le roi des Assyriens envoya Rabsacès, de Lachis à Jérusalem, vers le roi Ezéchias, avec une armée considérable ; et il s'arrêta à l'aqueduc de la piscine supérieure, dans la voie du Champ du foulon.
Note Is. 36,2 : Lachis. Voir 4 Rois, 18, 14. ― Rabsacès. Voir 4 Rois, 18, 17. ― Dans la voie du Champ du foulon. Voir 4 Rois, 18, 17.
3 Et sortit vers lui Eliacim, fils d'Helcias, qui était intendant de la maison, ainsi que Sobna, le scribe, et Joahé, fils d'Asaph, qui tenait les registres.
Note Is. 36,3 : Eliacim, Sobna. Voir plus haut, Isaïe, 22, 15-25.
 
4 Et Rabsacès leur dit : Dites à Ezéchias : Voici ce qu'a dit le grand roi, roi des Assyriens : Quelle est cette confiance dont vous êtes animés?5 Ou par quel conseil ou avec quelle force prétendez-vous vous révolter? en qui avez-vous confiance, pour que vous vous soyez retirés de moi ?6 Voici que vous vous appuyez sur ce bâton de roseau cassé, l'Egypte ; bâton qui, si un homme s'appuie dessus, entrera dans sa main et la percera ; ainsi est Pharaon, roi d'Egypte, pour tous ceux qui se confient en lui.
Note Is. 36,6 : Pharaon, Tharaka. Voir 4 Rois, 18, 21.
7 Que si vous me répondez : C'est dans le Seigneur notre Dieu que nous nous confions, n'est-ce pas celui dont Ezéchias a détruit les hauts lieux et les autels, et a dit à Juda et à Jérusalem : C'est devant cet autel que vous adorerez ?
Note Is. 36,7 : N’est-ce pas celui, etc. Rabsacès, étant païen, parle ici comme un païen.
8 Et maintenant livrez-vous à mon maître, le roi des Assyriens, et je vous donnerai deux mille chevaux, et vous ne pourrez fournir par vous-mêmes des cavaliers pour eux.9 Et comment soutiendrez-vous la face du juge d'un seul lieu, d'entre les moindres officiers de mon maître ? Que si vous vous confiez dans l'Egypte, dans ses quadriges et dans ses cavaliers,10 Est-ce donc maintenant sans le Seigneur que je suis monté dans cette terre pour la perdre entièrement? Le Seigneur m'a dit : Monte sur cette terre, et perds-la entièrement.
 
11 Et dit Eliacim, ainsi que Sobna et Joahé, à Rabsacès : Parlez à vos serviteurs en langue syriaque; car nous la comprenons; ne nous parlez pas en langue juive aux oreilles du peuple qui est sur le mur.12 Et Rabsacès leur dit : Est-ce donc vers ton maître et vers toi que m'a envoyé mon maître, pour dire toutes ces paroles, et non pas plutôt vers les hommes qui sont sur le mur, pour qu'ils mangent leurs excréments et boivent leur urine avec vous ?
Note Is. 36,12 : Leur dit ; en s’adressant au principal d’entre eux.
 
13 Et Rabsacès se tint debout et cria d'une voix forte en hébreu : Ecoutez les paroles du grand roi, du roi des Assyriens.14 Voici ce que dit le roi : Qu'Ezéchias ne vous séduise point; parce qu'il ne pourra vous arracher à ma main.
Note Is. 36,14 : A ma main. Ces mots sont exprimés dans l’endroit parallèle, voir 4 Rois, 18, 29.
15 Et qu'Ezéchias ne vous donne point de confiance dans le Seigneur, disant : Le Seigneur nous délivrera certainement; cette cité ne sera pas livrée à la main du roi des Assyriens.
Note Is. 36,15 : Délivrera certainement ; littéralement, et par hébraïsme, délivrant, il délivrera.
16 N'écoutez point Ezéchias; car voici ce que dit le roi des Assyriens : Faites la paix avec moi, et sortez vers moi, et vous mangerez chacun de votre vigne et chacun de votre figuier, vous boirez chacun de l'eau de votre citerne,
Note Is. 36,16 : La paix. C’est ainsi que porte la version chaldaïque, et c’est ainsi que les plus habiles hébraïsants entendent le terme hébreu, rendu dans la Vulgate par bénédiction qui est en effet, la signification la plus ordinaire du texte original. Cependant, si on considère que le mot bénédiction se prend pour le souhait d’une chose bonne et heureuse, et que la formule de salutation était paix à toi, paix à vous, on concevra aisément qu’on ait donné par métonymie le sens de paix à bénédiction.
17 Jusqu'à ce que je vienne et que je vous transporte dans une terre qui est comme votre terre, une terre de blé et de vin, une terre de pains et de vignes.18 Qu'Ezéchias ne vous déconcerte pas, disant : Le Seigneur nous délivrera. Est-ce que les dieux des nations ont délivré chacun sa terre de la main du roi des Assyriens?19 Où est le Dieu d'Emath et d'Arphad? où est le Dieu de Sépharvaïm ? est-ce qu'ils ont délivré Samarie de ma main?
Note Is. 36,19 : Emath, Arphad. Voir plus haut, Isaïe, 10, 9. ― Sépharvaïm. Voir 4 Rois, 17, 24.
20 Quel est celui de tous les dieux de ces terres qui a arraché sa terre à ma main, pour que le Seigneur arrache Jérusalem de ma main ?
 
21 Et ils gardèrent le silence, et ils ne lui répondirent pas un mot. Le roi en effet l'avait commandé, disant : Ne lui répondez pas.
Note Is. 36,21 : Ils gardèrent, etc. ; c’est-à-dire Eliacim, Sobna et Joahé. Voir au verset 3.
22 Et Eliacim, fils d'Helcias, qui était intendant de la maison, et Sobna, le scribe, et Joahé, fils d'Asaph, qui tenait les registres, entrèrent auprès d'Ezéchias, leurs vêlements déchirés, et ils lui rapportèrent les paroles de Rabsacès.

Chapitre 37

 | 
 | 
Chap. : 
Consternation d’Ezéchias.
Isaïe le rassure.
Blasphèmes de Sennachérib.
Prière d’Ezéchias.
Isaïe lui promet le secours du Seigneur.
L’ange du Seigneur extermine l’armée de Sennachérib.
1 Et il arriva que lorsque le roi Ezéchias les eut entendues, il déchira ses vêtements, et se couvrit d'un sac, et entra dans la maison du Seigneur.
Note Is. 37,1 : Voir 4 Rois, 19, 1.
2 Et il envoya Eliacim qui était intendant dans la maison, et Sobna, le scribe, et les plus anciens d'entre les prêtres, couverts de sacs, vers Isaïe, le prophète, fils d'Amos,3 Et ils lui dirent : Voici ce qu'a dit Ezéchias : Jour de tribulation, de reproche et de blasphème, est ce jour-ci, parce que des enfants sont venus jusqu'à l'enfantement, et la force manque à la mère pour enfanter.4 Peut-être que le Seigneur ton Dieu entendra les paroles de Rabsacès qu'a envoyé le roi des Assyriens son maître pour blasphémer le Dieu vivant, et pour l'insulter par les paroles qu'a entendues le Seigneur ton Dieu ; fais donc monter une prière pour les restes qui ont été retrouvés.
 
5 Et les serviteurs du roi Ezéchias vinrent vers Isaïe,6 Et Isaïe leur dit : Vous direz ceci à votre maître : Voici ce que dit le Seigneur : Ne crains point à cause des paroles que tu as entendues, par lesquelles m'ont blasphémé les serviteurs du roi des Assyriens.7 Voilà que moi je lui enverrai un esprit de frayeur ; il apprendra une nouvelle, et il retournera dans sa terre, et je le ferai tomber par le glaive dans sa terre.
 
8 Or Rabsacès s'en retourna, et trouva le roi des Assyriens formant le siège de Lobna. Car il avait appris qu'il était parti de Lachis,
Note Is. 37,8 : Voir 4 Rois, 19, 8. ― Formant le siège de Lobna, non loin de Lachis, mais au nord, de sorte que Sennachérib avait reculé, au lieu de continuer sa marche en avant contre l’Egypte. C’était la nouvelle de l’arrivée de Tharaca, à la tête de l’armée égyptienne, qui avait déterminé ce mouvement du roi de Ninive.
9 Et Sennachérib entendit, au sujet de Tharaca, roi d'Ethiopie, des gens disant : Il est sorti pour combattre contre vous. Ce qu'ayant entendu, il envoya des messagers à Ezéchias, en disant :10 Vous direz ceci à Ezéchias, roi de Juda : Qu'il ne vous trompe pas, votre Dieu, en qui vous vous confiez, disant: Jérusalem, ne sera pas livrée à la main du roi des Assyriens.11 Voilà que vous-même vous avez appris tout ce qu'ont fait les rois des Assyriens à tous les pays qu'ils ont détruits ; et vous, vous pourrez échapper?12 Est-ce que les dieux des nations ont délivré ceux qu'ont détruits mes pères, c'est-à-dire Gozam, et Haram, et Réseph, et les fils d'Eden qui étaient en Thalassar ?
Note Is. 37,12 : Gozam. Voir 4 Rois, 17, 6. ― Haram, Réseph, Eden, Thalassar. Voir 4 Rois, 19, 12.
13 Où est le roi d'Emath, et le roi d'Arphad, et le roi de la ville de Sépharvaïm, d'Ana et d'Ava?
Note Is. 37,13 : Voir 4 Rois, 19, 13. ― Emath, Arphad, Sépharvaïm, Ava, Ana. Voir 4 Rois, 18, 34.
 
14 Et Ezéchias reçut les livres de la main des messagers, et les lut, et il monta à la maison du Seigneur, et Ezéchias les étendit devant le Seigneur.
Note Is. 37,14 : Les livres (libros) ; ou la lettre, comme on lit dans l’endroit parallèle (voir 4 Rois, 19, 14). ― Ajoutons que le terme hébreu qui signifie un écrit (scriptum), en général, se prend aussi dans le sens particulier de lettre (epistola), aussi bien que dans celui de livre (liber).
15 Et Ezéchias pria le Seigneur, disant :16 Seigneur des armées, Dieu d'Israël, qui êtes assis sur les chérubins, c'est vous qui êtes seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c'est vous qui avez fait le ciel et la terre.17 Inclinez, Seigneur, votre oreille, et écoutez; ouvrez, Seigneur, vos yeux, et voyez, et écoutez toutes les paroles de Sennachérib, qu'il a envoyées pour blasphémer le Dieu vivant.18 Car il est vrai, Seigneur, les rois des Assyriens ont rendu déserts les pays et leurs contrées.19 Ils ont jeté leurs dieux au feu; car ce n'étaient pas des dieux, mais des ouvrages de mains d'hommes, du bois et de la pierre; et ils les ont mis en pièces.20 Et maintenant, Seigneur notre Dieu, sauvez-nous de sa main; et qu'ils sachent, tous les royaumes de la terre, que c'est vous qui êtes le seul Seigneur.
 
21 Et Isaïe, fils d'Amos, envoya vers Ezéchias, disant : Voici ce que dit le Seigneur Dieu d'Israël : A l'égard de ce que tu m'as demandé touchant Sennachérib, roi d'Assyrie,22 Voici la parole que le Seigneur a dite à son sujet : Elle t'a méprisé, et elle t'a raillé, la vierge, fille de Sion; derrière toi elle a secoué la tête, la fille de Jérusalem.
 
23 Qui as-tu insulté, qui as-tu blasphémé, et contre qui as-tu élevé la voix, et porté en haut tes yeux? Contre le saint d'Israël.
 
24 Par l'entremise de tes serviteurs tu as insulté le Seigneur, et tu as dit : Avec la multitude de mes quadriges, moi je suis monté sur la hauteur des montagnes, les chaînes du Liban; je couperai les cimes de ses cèdres, et ses plus beaux sapins, et je pénétrerai jusqu'à la pointe de son sommet, jusqu'à la forêt de son Carmel.
Note Is. 37,24 : Par l’entremise ; littéralement par la main (in manu). Le mot main se prend souvent en effet dans la Bible pour moyen, instrument, intermédiaire.
 
25 C'est moi qui ai creusé des sources, et j'ai bu de l'eau, et j'ai séché par la trace de mon pied toutes les rivières retenues par des digues.
 
26 N'as-tu donc pas ouï dire les choses qu'autrefois j'y ai faites? dès les temps anciens, c'est moi qui ai disposé cela; et maintenant je l'ai amené et accompli en détruisant les collines qui s'entrechoquent et les cités fortifiées.27 Leurs habitants, à la main raccourcie, ont tremblé et ont été confondus; ils sont devenus comme le foin d'un champ et le gazon d'un pâturage, et l'herbe des toits, qui a séché avant qu'elle fût mûre.
Note Is. 37,27 : A la main raccourcie (breviata manu) ; qui ont les mains faibles, qui sont impuissants.
 
28 Ton habitation, et ta sortie, et ton entrée, je les ai connues, ainsi que ta fureur extravagante contre moi.
 
29 Lorsque tu étais furieux contre moi, ton orgueil est monté à mes oreilles ; je mettrai donc un cercle à tes narines, et un mors à ta bouche, et je te ramènerai par la voie par laquelle tu es venu.
Note Is. 37,29 : Un mors à tes lèvres. Voir 4 Rois, 19, 28.
 
30 Mais pour toi, Ezéchias, voici un signe : Mange cette année de ce qui naîtra de soi-même, et en la seconde année nourris-toi de fruits ; mais en la troisième année, semez et moissonnez, et plantez des vignes, et mangez-en le fruit.31 Et ce qui sera sauvé de la maison de Juda, et ce qui est resté, jettera racine en bas, et fera du fruit en haut ;32 Parce que de Jérusalem sortiront des restes, et ce qui sera sauvé de la montagne de Sion; le zèle du Seigneur des armées fera cela.
 
33 A cause de cela, voici ce que dit le Seigneur du roi des Assyriens : Il n'entrera pas dans cette cité, il n'y lancera pas de flèche, et pas un bouclier ne l'occupera, et il n'élèvera pas de terrasse autour d'elle.34 Il retournera par la voie par laquelle il est venu ; il n'entrera pas dans cette cité, dit le Seigneur;35 Et je protégerai cette cité, afin que je la sauve à cause de moi et à cause de David, mon serviteur.
 
36 Or un ange du Seigneur sortit et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. On se leva le matin, et voici que tous étaient des corps de morts.
Note Is. 37,36 : Voir Isaïe, 31, 8 ; Tobie, 1, 21 ; Ecclésiastique, 48, 24 ; 1 Machabées, 7, 41 ; 2 Machabées, 8, 19. ― On se leva ; littéralement ils se levèrent (surrexerunt) ; probablement les gens du roi. Suivant la Vulgate, dans 4 Rois, 19, 35, ce fut Sennachérib qui, s’étant levé, vit tous ses soldats morts ; mais là, comme ici, l’hébreu, le chaldéen et les Septante portent le pluriel.
37 Et il partit, et il s'en alla, et il retourna, Sennachérib, roi des Assyriens, et il habita à Ninive.
Note Is. 37,37 : Voir, pour ce verset, 4 Rois, 19, 36.
38 Et il arriva que, comme il adorait dans le temple de Nesroch, son dieu, Adramélech et Sarasar ses fils le frappèrent du glaive et s'enfuirent dans la terre d'Ararat, et Asarhaddon son fils régna en sa place.
Note Is. 37,38 : Nesroch ; est le complément du mot temple et nullement du verbe adorait ; si le latin de la Vulgate est amphibologique, le texte hébreu ne l’est pas. C’est ce qu’ont parfaitement compris les vieilles traductions françaises, et la version anglaise catholique. ― La terre d’Ararat ; c’est-à-dire d’Arménie. Comparer à 4 Rois, 19, 37. ― Ararat ; aujourd’hui Erivan, l’ancienne Arménie. ― Sur Assaraddon, voir 4 Rois, 19, 37. ― Le dieu Nesroch n’a pas été encore retrouvé dans la mythologie assyrienne. Les documents assyriens rappellent d’ailleurs les faits racontés ici.

Chapitre 38

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Maladie d’Ezéchias.
Sa guérison miraculeuse.
Rétrogradation du soleil.
Cantique d’Ezéchias.
1 En ces jours-là, Ezéchias fut malade jusqu'à la mort, et entra auprès de lui Isaïe, le prophète, fils d'Amos, et lui dit : Voici ce que dit le Seigneur : Mets ordre à ta maison, parce que tu mourras, toi, et tu ne vivras pas.
Note Is. 38,1 : Voir 4 Rois, 20, 1 ; 2 Paralipomènes, 32, 24.
2 Et Ezéchias tourna sa face vers la muraille et pria le Seigneur,3 Et il dit : Je vous conjure. Seigneur, souvenez-vous, je vous prie, comment j'ai marché devant vous dans la vérité et avec un cœur parfait, et comment j'ai fait ce qui est bon à vos yeux. Et Ezéchias pleura d'un grand pleur.
 
4 Et la parole du Seigneur fut adressée à Isaïe, disant :5 Va, et dis à Ezéchias : Voici ce que dit le Seigneur Dieu de David, votre père : J'ai entendu ta prière, et j'ai vu tes larmes ; et voici que j'ajouterai à tes jours quinze années;6 Et je t'arracherai à la main du roi des Assyriens, toi et cette cité, et je la protégerai.7 Or, voici le signe que tu auras du Seigneur, que le Seigneur accomplira cette parole qu'il a dite :8 Voici que moi je ferai que l'ombre des lignes par lesquelles elle était descendue sur l'horloge d'Achaz au soleil, retournera en arrière de dix lignes. Et le soleil retourna de dix lignes par les degrés par lesquels il était descendu.
Note Is. 38,8 : Voir Ecclésiastique, 48, 26. ― Je ferai, etc. Voir, sur ce fait miraculeux, 4 Rois, 20, 11. ― Voir la note 22 à la fin du volume.
 
9 Écrit d'Ezéchias, roi de Juda, lorsqu'il eut été malade et qu'il eut été rétabli de sa maladie.
Note Is. 38,9 : Ecrit (scriptura) ; c’est aussi le sens de l’hébreu ; le grec porte prière. D’Ezéchias. Il n’y a aucune raison suffisante de lui refuser la composition de ce beau cantique.
 
10 Moi j'ai dit : Au milieu de mes jours j'irai aux portes de l'enfer. J'ai cherché le reste de mes années.
Note Is. 38,10-20 : Elégie empreinte d’une profonde mélancolie, d’une grande beauté littéraire. Elle est divisée en quatre strophes : versets 10 à 12 ; 13 et 14 ; 15 à 17 ; 18 à 20. Les deux premières dépeignent le triste état du malade avant la promesse de sa guérison ; les deux dernières expriment la confiance que Dieu le rétablira et il s’engage à être reconnaissant envers lui : c’est son action de grâces.
Note Is. 38,10 : Au milieu de mes jours, etc. Les Hébreux regardaient comme une espèce de malédiction et de punition de Dieu de mourir au milieu de leur carrière, et avant d’avoir achevé les jours d’une vie ordinaire. Comparer à Psaumes, 54, 23 ; 101, 24 ; Jérémie, 17, 11. ― Aux portes de l’enfer, hébreu : scheôl, séjour des justes comme des pécheurs après la mort, avant la venue de Jésus-Christ.
 
11 J'ai dit : Je ne verrai pas le Seigneur Dieu dans la terre des vivants. Je n'apercevrai plus d'homme, et d'habitant du repos.
 
12 Ma génération m'a été enlevée, pliée comme un tabernacle de pasteurs. Ma vie a été coupée comme par un tisserand; lorsque j'ourdissais encore, il m'a tranché; d'un matin à un soir vous m'achèverez.
Note Is. 38,12 : Génération ; c’est-à-dire postérité, descendance.
Note Is. 38,12 : Comme la trame.
 
13 J'espérais jusqu'au matin; mais, comme un lion, ainsi il a brisé tous mes os; D'un matin à un soir vous m'achèverez;
 
14 Comme le petit d'une hirondelle, ainsi je crierai, je méditerai comme la colombe ; Mes yeux se sont lassés, regardant en haut; Seigneur, je souffre violence, répondez pour moi.
Note Is. 38,14 : Je méditerai (meditabor) ; ou bien je gémirai, sens qu’a le verbe hébreu, aussi bien que celui de méditer.
 
15 Que dirai-je, ou que me répondra-t-il, puisque lui-même a fait cela? Je repasserai devant vous toutes mes années dans l'amertume de mon âme.
Note Is. 38,15 : A fait cela ; m’a envoyé la maladie dont je suis atteint.
 
16 Seigneur, si c'est ainsi que l'on vit, et si c'est dans de telles choses qu'est la vie de mon esprit, vous me châtierez et vous me rendrez la vie.17 Voici qu'avec la paix se trouve mon amertume la plus amère ; Or, c'est vous qui avez délivré mon âme afin qu'elle ne pérît pas, vous avez jeté derrière vous tous mes péchés.
Note Is. 38,17 : Voici qu’avec la paix, etc. ; mais maintenant je jouis de la paix au milieu de ma plus cruelle amertume.
 
18 Parce que l'enfer ne vous glorifiera pas, ni la mort ne vous louera ; ceux qui descendent dans la fosse n'attendront pas votre vérité.
Note Is. 38,18 : La fosse (lacum) ; le tombeau. Comparer à Isaïe, 14, 15. ― Votre vérité. Dans le langage de l’Ecriture, la vérité de Dieu, c’est la fidélité à garder sa parole, à exécuter ses promesses. ― L’enfer ne vous glorifiera pas. Voir Psaumes, 6, 6 ; 29, 10 ; 87, 12.
 
19 Le vivant, le vivant, c'est lui qui vous glorifiera, comme moi-même aujourd'hui ; le père fera connaître à ses fils votre vérité.
 
20 Seigneur, sauvez-moi, et nous chanterons nos psaumes tous les jours de notre vie, dans la maison du Seigneur.
 
21 Et Isaïe ordonna que l'on prît une panerée de figues, et qu'on en mît un cataplasme sur la blessure du roi, afin qu'il fût guéri.
Note Is. 38,21 : Et Isaïe, etc. Ceci avant qu’Ezéchias eut composé son cantique.
22 Et Ezéchias dit : Quel sera le signe que je monterai à la maison du Seigneur?
Note Is. 38,22 : Quel sera, etc. ; la réponse à cette question se trouve un peu plus haut au verset 8.

Chapitre 39

 | 
 | 
Chap. : 
Ezéchias montre ses trésors aux députés du roi de Babylone.
Il en est repris par Isaïe.
1 En ce temps-là Mérodach Baladan, fils de Baladan, roi de Babylone, envoya des livres et des présents à Ezéchias; car il avait appris qu'il avait été malade, et qu'il était guéri.
Note Is. 39,1 : Des livres ; ou une lettre, des lettres (litteras), comme on lit dans l’endroit parallèle (voir 4 Rois, 20, 12), et ici dans les Septante. Voir aussi, sur la signification de ce mot, Isaïe, 37, 14. ― Mérodach Baladan. Voir 4 Rois, 20, 12.
2 Ezéchias se réjouit à l'arrivée des députés, et leur montra le lieu où étaient conservés les aromates, l'argent et l'or, les parfums, et les essences les meilleures, tous les endroits où étaient les meubles, et tout ce qui se trouva dans ses trésors. Il n'y eut chose que ne leur montrât Ezéchias de ce qui était en sa maison et toute sa puissance.
Note Is. 39,2 : Se réjouit à l’arrivée des députés ; littéralement se réjouit sur eux. Le texte de 4 Rois, 20, 13, porte se réjouit à leur arrivée. Il est vrai qu’il ne nomme pas plus les députés que ne le fait Isaïe lui-même ; mais ce mot est évidemment sous-entendu et suffisamment représenté par le pronom dans tout le verset. ― Chose ; littéralement parole ; mais comme nous l’avons déjà remarqué, le terme hébreu correspondant signifie les deux choses.
 
3 Or Isaïe, le prophète, entra auprès du roi Ezéchias, et lui dit : Qu'ont dit ces hommes, et d'où sont-ils venus vers vous? Et dit Ezéchias : C'est d'une terre lointaine qu'ils sont venus vers moi, de Babylone.4 Et le prophète dit : Qu'ont-ils vu dans votre maison? Et Ezéchias dit : Tout ce qu'il y a dans ma maison, ils l'ont vu ; il n'est chose que je ne leur aie montrée dans mes trésors.5 Et Isaïe dit à Ezéchias : Ecoute la parole du Seigneur des armées.6 Voilà que des jours viendront, et que sera emporté à Babylone tout ce qui est dans ta maison, et ce qu'ont amassé tes pères jusqu'à ce pour; rien ne sera laissé, dit le Seigneur;7 Et on prendra de tes fils qui sortiront de toi, et que tu auras engendrés, et ils seront eunuques dans le palais du roi de Babylone.8 Et Ezéchias dit à Isaïe : Bonne est la parole du Seigneur que tu as dite. Puis il dit : Qu'il y ait paix seulement et vérité durant mes jours.

Chapitre 40

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Délivrance d’Israël.
Voix qui se fait entendre dans le désert.
Manifestation du Seigneur, sa grandeur, sa puissance.
Bonheur de ceux qui persévèrent dans l’attente du Seigneur.
1 Consolez-vous, mon peuple, consolez-vous, dit votre Dieu.
Note Is. 40,1 : Ici commence la seconde partie d’Isaïe, qui comprend les chapitres 40 à 66. Elle se partage en trois séries de discours, subdivisés en groupes de neuf : du chapitre 40 au chapitre 48 ; du chapitre 49 au chapitre 57 ; du chapitre 58 au chapitre 66. Pour plus de détails sur les caractères généraux de la seconde partie, voir la note 23 à la fin du volume. ― La première section, du chapitre 40 au chapitre 48, fait ressortir la différence qui existe entre le vrai Dieu et les faux dieux. ― Le chapitre 40 renferme le premier discours et sert d’introduction générale. Il nous fait connaître l’objet de la mission du prophète, qui est de consoler son peuple et de lui annoncer le salut, en fondant ces consolations et ces espérances sur la toute-puissance de Dieu et sur la gloire du règne du Messie. ― Les versets 1 à 11 sont comme le prologue des 27 discours. Les versets 3 à 8 prédisent la mission du précurseur du Messie, saint Jean-Baptiste. Après l’introduction générale, versets 1 à 11, Isaïe montre combien Dieu est incomparablement grand et quelle est la folie des adorateurs des idoles. Les Juifs ne doivent compter que sur le secours du Seigneur qui seul peut les consoler, versets 12 à 31.
2 Parlez au cœur de Jérusalem et appelez-la ; parce que sa malice est arrivée au terme, son iniquité a été pardonnée; elle a reçu de la main du Seigneur une double peine pour tous ses péchés.
Note Is. 40,2 : Malice (malitia) ; ou, comme lisent plusieurs exemplaires latins, milice (militia) ; ce que porte le texte hébreu. ― Double ; c’est-à-dire très grande, considérable. Comparer à Isaïe, 61, 7 ; Jérémie, 16, 18 ; Apocalypse, 18, 6.
 
3 Voici la voix de quelqu'un qui crie dans le désert : Préparez la voie du Seigneur ; rendez droits dans la solitude les sentiers de notre Dieu.
Note Is. 40,3 : Voir Marc, 1, 3 ; Jean, 1, 23. ― La voix, etc. Comparer à Matthieu, 3, 3 ; Luc, 3, 4. ― En Orient, on prépare les voies au souverain dans les lieux où il doit passer, en faisant des routes ou en réparant celles qui existent déjà.
4 Toute vallée sera comblée, et toute montagne et colline sera abaissée; les chemins tortus seront redressés, et les raboteux deviendront des voies aplanies.5 Et la gloire du Seigneur sera révélée, et toute chair verra en même temps que la bouche du Seigneur a parlé.
 
6 Voici la voix de quelqu'un qui dit : Crie. Et j'ai dit : Que dirai-je? Toute chair est de l'herbe, et toute sa gloire est comme la fleur du champ.7 L'herbe s'est desséchée, et la fleur est tombée, parce que le souffle du Seigneur a soufflé sur elle. Vraiment l'herbe, c'est le peuple;8 L'herbe s'est desséchée, et la fleur est tombée ; mais la parole de notre Seigneur demeure éternellement.
 
9 Sur une haute montagne, monte, toi qui évangélises Sion ; élève avec force ta voix, toi qui évangélises Jérusalem; élève-la, ne crains pas. Dis aux cités de Juda : Voici votre Dieu;
Note Is. 40,9 : Les promesses contenues dans ce verset et les suivants n’auront leur parfait accomplissement qu’à la venue de Jésus-Christ.
 
10 Voici que le Seigneur Dieu viendra dans sa puissance, et que son bras dominera; voici que sa récompense est avec lui, et que son œuvre est devant lui.
Note Is. 40,10 : Sa récompense ; c’est-à-dire la récompense qu’il doit accorder. ― Œuvre, ou mieux, par métonymie, fruit de l’œuvre, salaire, sens qu’a le terme hébreu correspondant.
11 Comme un pasteur, il paîtra son troupeau, et avec son bras il rassemblera les agneaux, et il les prendra dans son sein, il portera lui-même les brebis pleines.
Note Is. 40,11 : Voir Ezéchiel, 34, 23 ; 37, 24 ; Jean, 10, 11.
 
12 Qui a mesuré les eaux dans sa poignée, et a pesé les cieux dans la paume de sa main? Qui a soutenu de trois doigts la masse de la terre, et a équilibré les montagnes au poids, et les collines dans la balance?
 
13 Qui a aidé l'esprit du Seigneur? ou qui a été son conseiller et l'a enseigné?14 Avec qui est-il entré en conseil, et qui lui a donné l'intelligence, et lui a enseigné le sentier de la justice, et l'a formé à la science, et lui a montré la voie de la prudence ?
 
15 Voici que les nations sont réputées comme une goutte coulant d'un seau, comme ce qui donne un mouvement à une balance; voici que les îles sont comme une poussière légère.16 Et le Liban ne suffira pas pour allumer le feu de son autel, et ses animaux ne suffiront pas pour un holocauste.17 Toutes les nations, comme si elles n'étaient pas, ainsi sont-elles devant lui ; et elles sont réputées par lui comme le néant et le vide.
 
18 A qui donc avez-vous fait semblable le Seigneur? quelle forme lui donnerez-vous?
Note Is. 40,18 : Voir Actes des Apôtres, 17, 29.
19 Est-ce que l'ouvrier ne jette pas une statue en fonte, ou l'orfèvre ne la forme-t-il pas en or, et l'argenteur ne la recouvre-t-il pas de lames d'argent?20 Il choisit un bois fort et incorruptible ; l'artiste habile cherche comment il placera sa statue, pour qu'elle ne chancelle point.
 
21 Est-ce que vous ne savez pas? est-ce que vous n'avez pas entendu? est-ce qu'on ne vous a pas annoncé dès le commencement? est-ce que vous n'avez pas compris les fondements de la terre ?22 Est-ce que vous n'avez pas compris qui est celui qui demeure sur le globe de la terre, et ses habitants sont comme des sauterelles ; qui a étendu les cieux comme rien, et les a déployés comme un tabernacle qui doit être habité?23 Qui réduit les scrutateurs des secrets à être comme s'ils n'étaient pas, et a fait des juges de la terre une chose vaine ?24 Et à la vérité leur tronc n'avait été ni planté, ni semé, ni enraciné dans la terre; soudain Dieu a soufflé sur eux et ils se sont desséchés, et un tourbillon les emportera comme la paille.
 
25 Et à qui m'avez vous assimilé et égalé, dit le saint?26 Levez en haut vos yeux, et voyez qui a créé ces choses; qui fait lever en nombre leur milice, qui les appelle toutes par leur nom ; à cause de la grandeur de sa puissance, et de sa force et de sa vertu, pas une seule ne manque.
Note Is. 40,26 : Ces choses ; les cieux ou les astres. ― Leur milice. Dans bien des endroits l’Ecriture appelle les astres la milice du ciel, et représente Dieu comme le général de cette armée. ― En nombre ; grand, ou marqué, déterminé. ― Toutes ; selon l’hébreu et la Vulgate, tous, au masculin, parce que les astres sont ici personnifiés.
 
27 Pourquoi dis-tu, ô Jacob, et dis-tu, ô Israël : Ma voie a été cachée au Seigneur, et par mon Dieu mon jugement a été mis de côté?
 
28 Est-ce que tu ne sais pas, ou n'as-tu pas appris? Dieu est l'éternel Seigneur qui a créé les limites de la terre ; il ne défaudra pas, il ne se fatiguera pas, et l'investigation de sa sagesse n'est pas possible.29 C'est lui qui donne la vigueur l'homme las ; et pour ceux qui ne sont pas, il augmente le courage et la force.
Note Is. 40,29 : Ceux qui ne sont pas (qui non sunt) ; hyperbole, pour ceux qui sont épuisés, qui manquent de forces, comme porte le texte hébreu.
 
30 Les enfants défaudront, et se fatigueront, et les jeunes hommes tomberont par l'affaiblissement.31 Mais ceux qui espèrent dans le Seigneur prendront une force nouvelle; ils prendront des ailes comme les aigles, ils courront, et ne se fatigueront pas ; ils marcheront et ne défaudront pas.
Note Is. 40,31 : Prendront une force nouvelle ; renouvelleront leur force. C’est le sens du latin mutabunt fortitudinem ; la Vulgate, en effet, a rendu ailleurs (voir Job, 29, 20) le même verbe hébreu par renouveler.

Chapitre 41

 | 
 | 
Chap. : 
Règne du juste.
Ses conquêtes.
Délivrance d’Israël.
Ruine de Babylone.
Vanité et impuissance des idoles.
1 Que les îles se taisent devant moi, et que les nations prennent une nouvelle force; qu'elles s'approchent, et alors qu'elles parlent, et entrons ensemble en jugement.
Note Is. 41,1-29 : 2e discours : Dieu, maître de l’univers et de l’avenir, chapitre 41. ― A qui m’avez-vous assimilé et égalé ? avait dit Dieu dans le chapitre précédent, voir Isaïe, 40, 25. Isaïe reprend maintenant cette pensée et en fait le sujet du second discours, dans lequel, s’adressant aux païens, il leur montre que le Seigneur est le maître de l’univers et leur annonce qu’il appelle du nord-est, voir Isaïe, 41, vv. 2, 25, le conquérant, c’est-à-dire Cyrus, originaire du nord, par sa parenté avec les Mèdes, et de l’est, parce qu’il était Perse. Dieu nous apprend aussi que les exploits de Cyrus seront son œuvre et une preuve de sa supériorité infinie sur les faux dieux ; qu’ils seront la ruine des idolâtres et le salut de son propre peuple, versets 1 à 20. Ce qu’il veut accomplir, il l’annonce à l’avance, versets 21 à 24, afin que chacun sache qu’il est le souverain maître et que lui seul dispose de l’avenir, versets 25 à 29.
Note Is. 41,1 ; 41.5 : Les îles ; les régions lointaines. Voir Psaumes, 96, 1.
 
2 Qui a suscité de l'Orient le juste? qui l'a appelé pour qu'il le suivît? il mettra en sa présence des nations, et lui asservira des rois; il les livrera comme de la poussière à son glaive, et comme une paille emportée par le vent à son arc.
Note Is. 41,2 : Le juste ; probablement Cyrus, le libérateur d’Israël selon la chair ; mais en même temps figure du juste par excellence, du libérateur d’Israël selon l’esprit. Comparer à Isaïe, 44, 28 ; 45, verset 1 et suivants ; 46, 11 ; 48, 14-15. D’ailleurs Cyrus n’est appelé juste que par comparaison avec les Babyloniens.
 
3 En les poursuivant, il passera en paix, et la trace de ses pieds ne paraîtra pas.
 
4 Qui a opéré et fait ces choses, appelant les générations dès le commencement? Je suis le Seigneur; c'est moi qui suis le premier et le dernier.
 
5 Les îles ont vu, et elles ont craint; les extrémités de la terre ont été dans la stupeur, elles se sont rapprochées et sont arrivées.
Note Is. 41,5 : Les îles, etc. Les peuples les plus éloignés firent alliance avec le roi de Babylone, et se liguèrent pour résister à Cyrus, et arrêter le progrès de ses conquêtes.
 
6 Chacun portera secours à son voisin, et dira à son frère : Prends courage.7 L'ouvrier en airain, frappant du marteau, a encouragé celui qui, dans le même temps, battait sur l'enclume, disant : C'est bon pour la soudure ; et il l'a assuré avec des clous, afin qu'il ne fût pas ébranlé.
Note Is. 41,7 : L’ouvrier, etc. ; espèce de parabole qui signe les peuples alliés. ― Il l’a assuré (confortavit eum). Le pronom masculin eum ne peut se rapporter qu’au mot dieu (deum), c’est-à-dire faux dieu, idole, sous-entendu.
 
8 Et toi, Israël mon serviteur, Jacob que j'ai choisi, race d'Abraham mon ami,
 
9 Dans lequel je t'ai retiré des extrémités de la terre, et de ses pays lointains je t'ai appelé et je t'ai dit : Mon serviteur, c'est toi, je t'ai choisi et je ne t'ai pas rejeté.
Note Is. 41,9 : Dans lequel (in quo) : dans la personne duquel, etc. Ceci s’explique d’Israël, soit d’abord appelé de la Chaldée en la personne d’Abraham, soit ensuite de l’Egypte en la personne des descendants de Jacob.
 
10 Ne crains pas, parce que voici que je suis avec toi; ne te détourne pas, parce que moi je suis ton Dieu; je t'ai fortifié, je t'ai secouru, et la droite de mon juste t'a soutenu.
Note Is. 41,10 : Mon juste. Voir le verset 2.
 
11 Voici qu'ils seront confondus et qu'ils rougiront, tous ceux qui combattent contre toi; ils seront comme s'ils n'étaient pas, et ils périront, les hommes qui te contredisent.
 
12 Tu les chercheras et tu ne les trouveras pas, ces hommes qui t'étaient rebelles; ils seront comme s'ils n'étaient pas; et ils seront comme consumés, les hommes qui faisaient la guerre contre toi.
 
13 Parce que c'est moi, le Seigneur ton Dieu, qui te prends par la main et qui te dis : Ne crains pas; c'est moi qui suis ton aide.
 
14 Ne crains pas, vermisseau de Jacob, ni vous, morts d'Israël ; c'est moi qui suis venu à ton aide, dit le Seigneur; et ton rédempteur est le saint d'Israël.
Note Is. 41,14 : Morts d’Israël ; littéralement qui êtes morts d’Israël (qui mortui estis ex Israel). Les prophètes représentent ordinairement la maladie, l’affliction, l’exil, comme une mort, comme le tombeau. Comparer à Isaïe, 9, 2 ; Ezéchiel, 37, 12.
 
15 C'est moi qui t'ai posé comme un chariot neuf qui foule le blé, qui a des dents pointues: tu fouleras les montagnes et tu les briseras ; et les collines, tu les rendras comme la poussière.
Note Is. 41,15 : C’est moi, etc. Le prophète Michée prédit la même chose en parlant des Juifs de retour de la captivité.
 
16 Tu les vanneras, et un vent les emportera, et un tourbillon les dissipera; et tu exulteras dans le Seigneur, dans le saint d'Israël tu te réjouiras.
Note Is. 41,16 : Tu les vanneras, etc. Cette prophétie paraît avoir eu son accomplissement sous les Machabées.
 
17 Les indigents et les pauvres cherchent de l'eau, et il n'y en a pas; leur langue s'est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai. Dieu d'Israël, je ne les abandonnerai pas.
 
18 Je découvrirai des fleuves dans des collines en pente, et au milieu des champs, des fontaines; je changerai en un désert des étangs pleins d'eau, et une terre sans chemin en des courants d'eaux.
 
19 Je poserai dans la solitude le cèdre, l'acacia, le myrte et l'olivier; je poserai dans le désert le sapin, l'orme et le buis ensemble;
Note Is. 41,19 : Je poserai ; c’est-à-dire je ferai croître.
 
20 Afin que les hommes voient, qu'ils sachent, qu'ils réfléchissent, et qu'ils comprennent tous ensemble que la main du Seigneur a fait cela, et que le saint d'Israël l'a créé.
 
21 Plaidez sans délai votre cause, dit le Seigneur, apportez vos preuves, si par hasard vous en avez quelqu'une, dit le roi de Jacob.
 
22 Qu'ils s'approchent, et qu'ils nous annoncent toutes les choses qui doivent arriver; annoncez celles qui furent les premières; et nous y appliquerons notre cœur, et nous saurons leur fin; et indiquez-nous celles qui doivent arriver.
 
23 Annoncez-nous les choses qui doivent arriver dans l'avenir, et nous saurons que vous êtes dieux ; faites aussi du bien ou du mal, si vous le pouvez, et nous parlerons, et nous verrons ensemble.
Note Is. 41,23 : Nous parlerons, et nous verrons ; littéralement, et par hébraïsme, que nous parlions, et que nous voyions.
 
24 Voilà que vous, vous sortez de rien, et votre œuvre de ce qui n'est pas ; c'est l'abomination qui vous a choisis.
 
25 Je l'ai suscité de l'aquilon, et il viendra du levant ; il invoquera mon nom; et il traitera les magistrats comme de la boue, et il les foulera comme le potier foule sous ses pieds l'argile.
Note Is. 41,25 : De l’aquilon ; du septentrion, de l’orient. Cyrus était Perse par Cambyse, son père, et Mède par Mandane, sa mère. Or la Perse et la Médie étaient à l’orient septentrional de la Judée. ― Il invoquera mon nom. Voir 2 Paralipomènes, 36, 23 ; 1 Esdras, 1, 2. ― Les magistrats (magistratus) ; les grands, les princes babyloniens.
 
26 Qui a annoncé ces choses dès le commencement, afin que nous les sachions, et dès le principe, afin que nous disions : Vous êtes juste? Il n'y a personne qui annonce et qui prédit, ni personne qui entend vos paroles.
Note Is. 41,26 : Il n’y a parmi vous. ― Qui entend vos paroles ; car vous êtes muets, vous ne parlez pas.
27 Le premier, il dira à Sion : Vois, ils sont ici; et à Jérusalem je donnerai un évangéliste.
Note Is. 41,27 : Le premier ; c’est-à-dire le Seigneur est le premier. ― Ils sont ici ; ceux qui t’annoncent les choses futures. ― Evangéliste ; porteur d’une bonne nouvelle.
 
28 Et j'ai vu, et il n'y avait pas même parmi eux quelqu'un qui formât un dessein, et qui, interrogé, répondît un mot.
Note Is. 41,28 : Parmi eux ; parmi ces faux dieux.
29 Voici que tous sont injustes, et leurs ouvrages vains ; du vent et du vide sont leurs simulacres.

Chapitre 42

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Caractère du libérateur d’Israël.
Félicité des peuples sous son règne.
Ruine de Babylone.
Délivrance d’Israël.
Aveuglement de ce peuple.
Sa captivité.
1 Voici mon serviteur, je le soutiendrai; mon élu, en qui s'est complue mon âme ; j'ai répandu mon esprit sur lui ; il annoncera la justice aux nations.
Note Is. 42,1-25 : 3e Discours : Le serviteur de Dieu, médiateur, d’Israël, du chapitre 42, verset 1 au chapitre 43, verset 13. ― Au Voici que tous sont injustes du chapitre 41, verset 29, Isaïe oppose, chapitre 42, verset 1 : Voici mon serviteur, je le soutiendrai. Après avoir rejeté les païens, leurs œuvres vaines et leurs vaines idoles, il introduit par ces mots le serviteur de Dieu, le Messie. Israël a été appelé, voir Isaïe, 41, 8-9, le serviteur de Dieu, mais celui qui nous est présenté maintenant n’est pas une personnification collective, il est distinct du peuple, c’est une personne individuelle et vivante, c’est le Christ, comme le reconnaît le Targum qui paraphrase cet endroit en disant : Voici mon serviteur le Messie. Les chapitres 7 à 12 nous l’ont représenté comme le fils de David ; désormais il va nous apparaître surtout comme le représentant du vrai Israël, de l’Israël fidèle, et de l’humanité tout entière, comme le second Adam. Cyrus doit briser les peuples ennemis de Dieu, le Messie est le médiateur pacifique : ― Il ne criera pas… Il ne brisera pas un roseau brisé, c’est-à-dire, dit Tertullien, les enfants d’Israël ; il n’éteindra pas une mèche fumante, c’est-à-dire, d’après le même docteur, les Gentils, voir Isaïe, 42, 2-3 ; Matthieu, 12, 18-20 ; il apportera à tous le plus précieux des biens, la rédemption, le salut, voir Isaïe, 42, 16 (?). Israël doit donc se convertir et rechercher de nouveau son Dieu et son Sauveur, du chapitre 42, verset 18 au chapitre 43, verset 13.
Note Is. 42,1 : Voir Matthieu, 12, 18. ― Voici que mon serviteur, etc. Dans ce verset et les suivants il est parlé très clairement du Messie et de la rédemption du genre humain, et les évangélistes ont souvent appliqué à Jésus-Christ ce qui est dit ici du libérateur d’Israël. Il y a cependant des expressions dont on peut faire l’application à Cyrus, et à la délivrance des Israélites de la captivité de Babylone. Jésus-Christ est considéré sous le rapport de son humanité, selon laquelle il a pris la forme de serviteur. Voir Philippiens, 2, 7.
 
2 Il ne criera point, il ne fera acception de personne; sa voix ne sera pas entendue au dehors.3 Il ne brisera pas un roseau froissé, il n'éteindra pas une mèche fumante : il jugera dans la vérité.
 
4 Une sera point triste, ni précipité , jusqu'à ce qu'il établisse sur la terre la justice ; et les îles attendront sa loi.
Note Is. 42,4 : Les îles ; les régions lointaines. Voir Psaumes, 96, 1.
 
5 Voici ce que dit le Seigneur Dieu, qui a créé les cieux et les a étendus; qui a affermi la terre et ce qui en germe ; qui a donné le souffle au peuple qui est sur elle, et la respiration à ceux qui la foulent aux pieds.
 
6 Moi, le Seigneur, je t'ai appelé dans la justice, et je t'ai pris par la main et je t'ai conservé. Et je t'ai établi pour être l'alliance du peuple, la lumière des nations ;
Note Is. 42,6 : Voir Isaïe, 49, 6. ― Pour être, etc. ; pour faire avec mon peuple une nouvelle alliance. Comparer à Isaïe, 46, 8 ; Jérémie, 31, 21.
 
7 Afin d'ouvrir les yeux des aveugles, de retirer du cachot le captif enchaîné, du fond de leur prison ceux qui étaient assis dans les ténèbres.
Note Is. 42,7 : Du fond ; de la partie intérieure, intime, enfoncée. C’est le véritable sens qu’a ici l’expression latine de domo. La Vulgate elle-même a traduit en plus d’un endroit le terme hébreu, comme nous l’avons fait dans ce verset.
 
8 Je suis le Seigneur, c'est là mon nom ; je ne donnerai pas ma gloire à un autre, et la louange qui m'appartient aux images taillées au ciseau.
Note Is. 42,8 : Voir Isaïe, 48, 11.
 
9 Les premiers événements, voici qu'ils sont arrivés; j'en annonce aussi de nouveaux ; avant qu'ils arrivent, je vous les ferai connaître.
 
10 Chantez au Seigneur un cantique nouveau, et sa louange des extrémités de la terre, vous qui descendez sur la mer, et ce qu'elle renferme, îles, et vous, leurs habitants.
Note Is. 42,10 : Sa louange (laus ejus) ; quoique au nominatif, peut très bien être un second complément du verbe chantez ; nous avons déjà fait remarquer que, dans la Vulgate, les cas se mettent l’un pour l’autre, sans égard pour la construction latine. Comparer à Psaumes, 61, 3.
 
11 Que le désert et ses cités se lèvent ; dans des maisons habitera Cédar; louez, habitants de Pétra; du sommet des montagnes ils crieront.
Note Is. 42,11 : Cédar. Voir, sur ce nom, Psaumes, 119, 5. Il semble qu’il désigne ici les Juifs qui avaient été transportés dans ce pays. ― Pétra ; capitale de l’Arabie Pétrée.
12 Ils donneront au Seigneur la gloire, et ils annonceront sa louange dans les îles.13 Le Seigneur comme un brave sortira ; comme un homme qui marche au combat il excitera le zèle; il élèvera la voix, et jettera des cris ; contre ses ennemis il se fortifiera.
 
14 Je me suis toujours tu, j'ai gardé le silence ; j'ai été patient; comme la femme en travail, je parlerai ; je détruirai, j'engloutirai tout à la fois.
Note Is. 42,14 : Je parlerai (loquar) ; selon l’hébreu, le chaldéen et le syriaque, je crierai.
15 Je rendrai désertes les montagnes et les collines, et je dessécherai leur verdure ; je changerai les fleuves en îles, et les étangs, je les tarirai.
Note Is. 42,15 : Je changerai, etc. C’est ce qu’on vit au siège de Babylone : Cyrus détourna l’Euphrate et en dessécha le lit, noya ses plus belles campagnes et tarit ses plus belles eaux.
16 Et je conduirai les aveugles dans une voie qu'ils ne connaissent pas ; et dans les sentiers qu'ils ignorent, je les ferai marcher ; je convertirai devant eux les ténèbres en lumière, et les chemins tortus en chemins droits ; j'ai fait ces choses pour eux, et je ne les ai pas délaissés.
Note Is. 42,16 : Je conduirai, etc. ; promesses qui eurent leur parfait accomplissement par Jésus-Christ, qui répandit la lumière de l’Evangile, et rendit réellement la vue aux aveugles, et l’ouïe aux sourds. ― Ces choses ; c’est le vrai sens du latin verba, expliqué par l’hébreu.
 
17 Ils sont retournés en arrière; qu'ils soient entièrement couverts de confusion, ceux qui se confient dans leur image taillée au ciseau, qui disent à une statue jetée en fonte : Vous êtes nos dieux.
Note Is. 42,17 : Qu’ils soient entièrement couverts de confusion ; littéralement, et par hébraïsme, qu’ils soient confondus de confusion. ― Leur image ; dans le texte orignal, l’image ; mais il faut remarquer qu’en hébreu l’article déterminatif s’emploie quelquefois pour le pronom possessif. ― Image taillée au ciseau ; c’est-à-dire idole. Comparer à Isaïe, 30, 22.
 
18 Sourds, écoutez; aveugles, regardez pour voir.19 Qui est aveugle, sinon mon serviteur? et sourd, sinon celui à qui j'ai envoyé mes messagers? qui est aveugle, sinon celui qui a été vendu? et qui est aveugle, sinon le serviteur du Seigneur?
Note Is. 42,19 : Mon serviteur ; Israël. ― Messagers (nuntios) ; c’est-à-dire prophètes.
20 Toi qui vois beaucoup de choses, n'observeras-tu point ? toi qui as les oreilles ouvertes, n'entendras-tu point?
 
21 Et le Seigneur a voulu le sanctifier, et magnifier la loi, et en relever la grandeur.22 Mais le peuple lui-même a été pillé et ravagé ; tous sont devenus un lacs pour les jeunes hommes ; et au fond des prisons ils ont été cachés ; ils sont devenus la proie de l'ennemi, et il n'est personne qui les délivre ; ils ont été livrés au pillage, et il n'est personne qui dise : Rends.
Note Is. 42,22 : Tous, etc. ; tous les Israélites ayant offensé le Seigneur et mérité par là des châtiments, sont devenus un piège dans lequel sont tombés leurs propres enfants.
23 Qui est celui parmi vous qui écoute cela, qui y soit attentif, et ait foi aux choses futures?24 Qui a livré Jacob en proie, et Israël à ceux qui le ravagent? n'est-ce pas le Seigneur lui-même, contre qui nous avons péché ? Et ils n'ont pas voulu marcher dans ses voies, et ils n'ont pas écouté sa loi.25 Et il a lancé sur eux l'indignation de sa fureur, et une forte guerre ; il a allumé un feu autour de lui, et il ne l'a pas su ; il l'a livré aux flammes, et il n'a pas compris.

Chapitre 43

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Conservation et délivrance d’Israël.
Le Seigneur est le seul Dieu.
Ruine de Babylone.
Délivrance et ingratitude d’Israël.
1 Et maintenant, voici ce que dit le Seigneur, qui t'a créé, ô Jacob, et qui ta formé, ô Israël : Ne crains point, parce que je t'ai racheté, et appelé par ton nom ; tu es mien, toi.2 Lorsque tu passeras au travers des eaux, je serai avec toi, et les fleuves ne te submergeront pas ; lorsque tu marcheras dans le feu, tu ne seras pas brûlé ; et la flamme n'aura pas d'ardeur pour toi ;3 Parce que je suis le Seigneur ton Dieu, le saint d'Israël, ton Sauveur ; j'ai donné pour toi, afin de t'être propice, l'Egypte, l'Ethiopie et Saba.
Note Is. 43,3 : J’ai donné, etc. ; c’est-à-dire, selon la plupart des interprètes, j’ai détourné les Assyriens qui étaient sur le point de prendre Jérusalem, en les obligeant de retourner leurs armes contre l’Egypte, l’Ethiopie et le pays de Saba.
4 Depuis que tu es devenu honorable à mes yeux et glorieux, moi, je t'ai aimé ; je donnerai des hommes pour toi, et des peuples pour ton âme.
Note Is. 43,4 : Pour toi ; pour te venger. ― Ton âme ; hébraïsme, pour ta personne, ou ta vie.
 
5 Ne crains point, parce que moi je suis avec toi ; de l'Orient je ramènerai ta race ; et de l'Occident je te rassemblerai.6 Je dirai à l'aquilon : Donne; et au midi : Ne retiens pas ; amène mes fils de loin, et mes filles des extrémités de la terre.
Note Is. 43,6 : Donne-moi mes enfants. ― Ne retiens pas ; ne les empêche pas de venir.
7 Car quiconque invoque mon nom, je l'ai créé pour ma gloire, je l'ai formé, et je l'ai fait.8 Fais sortir un peuple aveugle et qui a des yeux ; sourd, et il a des oreilles.
 
9 Toutes les nations se sont réunies ensemble, et des tribus se sont liées ; qui parmi vous annoncera cela, et nous fera entendre les choses qui furent les premières? qu'ils produisent leurs témoins, qu'ils se justifient, et qu'ils entendent, et qu'ils disent : C'est vrai.
Note Is. 43,9 : Qui parmi vous ; faux dieux, idoles. ― Qu’ils produisent, etc. ; c’est-à-dire que les faux dieux produisent, etc. C’est un défi porté par le vrai Dieu aux fausses divinités, sourdes et muettes.
 
10 Vous êtes mes témoins, dit le Seigneur, vous et mon serviteur que j'ai choisi ; afin que vous sachiez, que vous me croyiez, et que vous compreniez que c'est moi-même qui suis. Avant moi il n'y a pas eu de Dieu formé, et après moi il n'y en aura pas.
Note Is. 43,10 : Vous êtes ; vous Hébreux. ― Mon serviteur ; Cyrus, selon les uns, Isaïe, selon les autres ; mais c’est plutôt Jésus-Christ. Comparer à Isaïe, 42, 1. ― C’est moi, etc. Voir Exode, 3, 14.
 
11 C'est moi qui suis, c'est moi qui suis le Seigneur; et il n'y a pas, hors moi, de sauveur.
Note Is. 43,11 : Voir Osée, 13, 4.
12 C'est moi qui ai annoncé, et qui ai sauvé ; j'ai fait entendre, et il n'y a pas eu parmi vous d'étranger ; vous êtes mes témoins, dit le Seigneur, et moi, je suis Dieu.
 
13 Et dès le commencement je suis, et il n'y a personne qui arrache de ma main ; j'agirai, et qui m'en détournera?
Note Is. 43,13 : Qui m’en détournera ; qui m’empêchera d’agir ; littéralement, qui détournera cela ; c’est-à-dire mon action.
 
14 Voici ce que dit le Seigneur, votre rédempteur, le saint d'Israël: A cause de vous j'ai envoyé à Babylone, et j'ai arraché toutes ses barres, et les Chaldéens qui se glorifiaient dans leurs vaisseaux.
Note Is. 43,14 et suivants : 4e Discours : Israël vengé et délivré de ses ennemis ; effusion du Saint-Esprit, du chapitre 43, verset 14 au chapitre 44, verset 5. ― Dieu vengera Israël des Chaldéens par la ruine de l’empire de Nabuchodonosor, chapitre 43, versets 14 et 15. Ce qu’il a fait quand il a délivré son peuple de la servitude d’Egypte, il le fera de nouveau, versets 16 à 21, par grâce, versets 22 à 28 ; malgré les péchés qui rendent les Juifs indignes de ses faveurs, il versera sur eux son esprit, chapitre 44, versets 1 à 5.
Note Is. 43,14 : Ses barres ; les barres de ses portes.
15 Je suis le Seigneur, votre saint, le créateur d'Israël, votre roi.
 
16 Voici ce que dit le Seigneur, qui a fait dans la mer une voie, et au milieu des eaux impétueuses un sentier.
Note Is. 43,16-17 : Allusion au passage des Israélites et de l’armée de Pharaon dans la mer Rouge.
17 Qui a fait sortir le quadrige et le cheval, l'armée et le fort ; ils se sont endormis ensemble, ils ne se relèveront pas ; ils ont été brisés comme le lin, et ils se sont éteints.
 
18 Ne vous souvenez plus des choses passées, et les anciennes, ne les regardez pas.19 Voici que moi je fais des choses nouvelles; c'est maintenant qu'elles paraîtront; certainement vous les connaîtrez ; je ferai dans le désert une voie, et dans un chemin impraticable des fleuves.
Note Is. 43,19 : Voir 2 Corinthiens, 5, 17 ; Apocalypse, 21, 5.
20 La bête des champs me glorifiera, ainsi que les dragons et les autruches, parce que j'ai mis dans le désert des eaux, des fleuves dans un chemin impraticable, afin de donner à boire à mon peuple, à mon élu.
Note Is. 43,20 : La bête du champ ; c’est-à-dire la bête sauvage. ― Les dragons. Hébreu : les chacals.
21 J'ai formé ce peuple pour moi ; il publiera ma louange.
 
22 Cependant tu ne m'as pas invoqué, Jacob, et tu n'as pas travaillé pour moi, Israël.23 Tu ne m'as pas offert ton bélier d'holocauste, et par tes victimes tu ne m'as pas glorifié ; je ne t'ai pas forcé à me faire des oblations, et je ne t'ai pas donné la peine de m'offrir de l'encens.24 Tu ne m'as pas acheté avec ton argent de canne odorante, et de la graisse de tes victimes tu ne m'as pas rassasié ; mais tu m'as rendu ton esclave par tes péchés; tu m'as donné du mal par tes iniquités.
Note Is. 43,24 : Canne odorante ; on s’en servait pour faire l’huile d’onction. Comparer à Exode, 30, 23. ― Tu m’as rendu, etc. ; par tes péchés tu m’as traité comme si j’eusse été ton esclave, obligé de servir tous tes caprices.
 
25 C'est moi, c'est moi-même qui efface tes iniquités à cause de moi ; et de tes péchés je ne me souviendrai pas.26 Remets-moi en mémoire, et plaidons ensemble ; raconte, si tu as quelque chose pour te justifier.27 Ton père le premier a péché, et tes interprètes ont prévariqué contre moi.
Note Is. 43,27 : Ton père, etc. ; probablement Abraham, qui fut le père, l’auteur, la souche de la nation des Hébreux (voir Isaïe, 51, 2 ; Jean, 8, vv. 39, 56), et engagé dans l’idolâtrie de son père avant sa vocation. ― Tes interprètes, etc. ; Moïse et Aaron, qui ont été les interprètes de la volonté de Dieu, les médiateurs entre lui et le peuple, et qui ont désobéi à Dieu aux eaux de contradiction (voir Nombres, 20, 9-12).
28 C'est pourquoi j'ai déclaré souillés les princes saints; j'ai livré Jacob à la tuerie, et Israël à l'outrage.
Note Is. 43,28 : J’ai déclaré souillés. C’est le vrai sens de contaminavi expliqué par l’hébreu. ― Les princes saints ; c’est-à-dire les princes du sanctuaire, les grands-prêtres ; l’hébreu autorise encore cette interprétation.

Chapitre 44

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Rétablissement d’Israël.
Le Seigneur est le seul Dieu.
Vanité des idoles.
Règne de Cyrus.
Prise de Babylone.
Rétablissement de Jérusalem.
1 Et maintenant écoute, Jacob mon serviteur; et toi, Israël, que j'ai choisi,
Note Is. 44,1 : Voir Jérémie, 30, 10 ; 46, 27.
2 Voici ce que dit le Seigneur qui t'a fait et formé, dès le sein de ta mère, ton aide : Ne crains point, Jacob mon serviteur, et toi le très juste, que j'ai choisi.
Note Is. 44,2 : Le très juste (rectissime). La Vulgate a rendu (voir Deutéronome, 32, 15) le même mot hébreu par bien-aimé (dilectus), et c’est ainsi que l’ont traduit les Septante dans les deux endroits. La racine hébraïque à laquelle on attache généralement l’idée de justice, de droiture, signifie, selon nous, être heureux, fortuné. Dans tous les cas, c’est un nom propre symbolique qui s’applique au peuple d’Israël.
 
3 Car je répandrai des eaux sur un sol altéré, et des ruisseaux sur une terre aride; je répandrai mon esprit sur ta postérité, et ma bénédiction sur ta race.
 
4 Et elles germeront parmi les herbes, comme des saules sur des eaux courantes.
 
5 Celui-ci dira : Moi je suis au Seigneur; et celui-là prendra le nom de Jacob ; et un autre écrira de sa main : Au Seigneur ; et par le nom, à Israël il sera assimilé.
Note Is. 44,5 : Et par le nom, etc. ; il se fera honneur de porter le nom d’Israël.
 
6 Voici ce que dit le Seigneur, le roi d'Israël, et son rédempteur, le Seigneur des armées : Je suis le premier et je suis le dernier; et hors moi il n'y a point de Dieu.
Note Is. 44,6 : Voir Isaïe, 41, 4 ; 48, 12 ; Apocalypse, 1, vv. 8, 17 ; 22, 13. ― 5e Discours : Contraste entre Dieu et les idoles, chapitre 44, versets 6 à 23. Le prophète nous montre la grandeur du vrai Dieu qu’il met en opposition avec la vanité des dieux ridicules des gentils. ― Israël doit se confier en Dieu, parce qu’il lui annonce à l’avance ce qu’il se propose de faire, versets 6 à 8 ; tandis que les dieux des gentils trompent leurs adorateurs, parce qu’ils ne sont que de vaines images, œuvres des hommes, versets 9 à 17 ; l’aveuglement des païens peut seul fermer les yeux sur le néant de leurs divinités, versets 18 à 20. Puisse Israël, lui du moins, comprendre que l’idolâtrie n’est qu’un mensonge, et servir le Seigneur qui l’aime et lui pardonne ses péchés, versets 21 à 23 ! ― Le tableau de la vanité des idoles est un morceau littéraire achevé.
 
7 Qui est semblable à moi? qu'il appelle et qu'il annonce; et qu'il m'expose la série des choses, depuis que j'ai fondé un peuple antique ; qu'ils leur annoncent les choses à venir et celles qui doivent être.
Note Is. 44,7 : Qu’ils, etc. ; que les faux dieux annoncent et exposent par ordre à leurs adorateurs le passé et l’avenir.
 
8 Ne craignez pas, ne soyez pas troublés ; dès lors je t'ai fait entendre, et je t'ai annoncé : C'est vous qui êtes mes témoins. Est-ce qu'il y a un Dieu hors moi, et un créateur que moi je n'ai pas connu?
 
9 Tous les fabricateurs d'idoles ne sont rien, et leurs œuvres qu'ils estiment le plus ne leur seront pas utiles; eux-mêmes sont témoins qu'elles ne voient pas, et qu'elles ne comprennent pas ; en sorte qu'ils sont confondus.10 Qui a formé un dieu, et a jeté en fonte une image qui n'est utile à rien?
 
11 Voici que tous ceux qui y ont pris part seront confondus; car ces artisans sont des hommes; ils se réuniront tous, ils se présenteront, et ils auront peur, et seront confondus tous ensemble.
 
12 Le forgeron a travaillé avec une lime ; au moyen de charbons ardents et de marteaux il a formé l'idole, et il a travaillé de son bras vigoureux; il aura faim et il défaillira ; il ne boira pas d'eau et il sera épuisé.
Note Is. 44,12 : Voir Sagesse, 13, 11. ― Au moyen, etc. ; c’est-à-dire qu’il met le fer dans le feu. ― Son bras vigoureux ; ou très vigoureux ; littéralement, et par hébraïsme, le bras de sa force.
 
13 Le sculpteur en bois a étendu la règle ; il a formé l'idole avec le rabot; il l'a dressée à l'équerre, et l'a contournée avec le compas: et il a fait l'image d'un homme, représentant un bel homme, habitant dans une maison.
 
14 Il a coupé des cèdres, il a pris un chêne vert, et un chêne qui avait été parmi les arbres d'une forêt ; et il a planté un pin que la pluie a nourri.15 Et les hommes s'en sont servis pour le feu; il en a pris lui-même et il s'est chauffé; et il y a mis le feu, et il a cuit des pains; mais avec le reste il a façonné un dieu, et l'a adoré; il a fait une image taillée au ciseau, et il s'est courbé devant elle.
Note Is. 44,15 : Les hommes, etc. ; littéralement elle est devenue (facta est) aux hommes par le feu. Ce féminin singulier se rapporte vraisemblablement au substantif pin (pinum), qui en latin est féminin. Dans les textes hébreu et grec, le verbe est également au singulier. ― Lui-même ; c’est-à-dire le sculpteur dont il est parlé dans les versets précédents.
 
16 Il a brûlé au feu une moitié de bois, et de son autre moitié il a préparé des viandes pour manger; il en a préparé un mets, et il s'en est rassasié; il s'est chauffé et a dit : Ah! je me suis chauffé, j'ai vu le feu.
 
17 Mais de son reste il fait un dieu et une idole; il se courbe devant elle, l'adore et la prie et la supplie, disant : Délivrez-moi, parce que mon Dieu, c'est vous.18 Ils n'ont pas su, ils n'ont pas compris; car leurs yeux sont couverts d'un enduit, en sorte que leurs yeux ne voient pas et que leur cœur ne comprend pas.
 
19 Ils ne réfléchissent pas en leur esprit, et ils n'ont pas assez de sens pour dire : J'ai brûlé la moitié de ce bois au feu, et j'ai cuit sur ses charbons des pains; j'ai cuit des viandes et j'ai mangé, et du reste ferai-je une idole? devant un tronc d'arbre me prosternerai-je?
 
20 Une partie de ce bois est de la cendre; un cœur insensé a adoré l'idole, et il ne délivrera pas son âme, et il ne dira pas : Peut-être qu'il y a un mensonge dans ma main droite.
 
21 Souviens-toi de ces choses, Jacob, et toi, Israël, parce que mon serviteur, c'est toi; je t'ai formé, mon serviteur ; c'est toi, Israël, ne m'oublie pas.22 J'ai effacé comme un nuage tes iniquités, et comme une vapeur tes péchés; reviens à moi, parce que je t'ai racheté.
Note Is. 44,22 : Comme un nuage et comme un vapeur ; sont dissipés et disparaissent.
 
23 Louez, cieux, parce que le Seigneur a fait miséricorde ; jubilez, extrémités de la terre, faites retentir la louange, montagnes, forêts, et tous ses arbres, parce que le Seigneur a racheté Jacob, et qu'Israël se glorifiera.
 
24 Voici ce que dit le Seigneur ton rédempteur, et qui t'a formé dès le sein de ta mère : Je suis le Seigneur, faisant toutes choses, seul étendant les cieux, affermissant la terre, et nul n'est avec moi.
Note Is. 44,24 et suivants : 6e Discours : Cyrus, l’oint de Jéhovah, libérateur d’Israël, du chapitre 44, verset 24 au chapitre 45. Les promesses deviennent plus précises, le Prophète annonce par son nom le futur libérateur d’Israël, Cyrus. ― Dieu, qui a tout crée et qui sait tout, veut tenir ses promesses, relever Jérusalem, ouvrir Babylone au conquérant, à Cyrus, son oint, qui sera son instrument et le restaurateur de la ville sainte, chapitre 44, versets 24 à 28. A la force irrésistible de ses armes, on verra qui l’envoie : Cyrus ne connaissait pas Jéhovah, mais Jéhovah l’a pris à son service, afin que les gentils reconnaissent sa puissance divine et que la bénédiction céleste descende sur terre, chapitre 45, versets 1 à 8. Israël doit donc se soumettre au Seigneur, se confier en lui et ne pas redouter Cyrus, car il est l’instrument de son salut, versets 9 à 13, celui qui doit exécuter ses vengeances contre les païens et faire reconnaître sa divinité, verset 14. Israël reconnaît son Dieu, versets 15 à 17. La promesse s’accomplira, les gentils confesseront Dieu, versets 18 à 21, car tous les peuples doivent le servir et être rendus heureux par lui, versets 22 à 26.
Note Is. 44,24 : Et nul n’est avec moi ; pour faire ces choses avec moi.
 
25 Rendant sans effet les présages des devins, et jetant les magiciens dans la fureur. Faisant tourner les sages en arrière, et rendant leur science insensée.
Note Is. 44,25 : Dans la fureur (in furorem) ; ou dans l’aveuglement. ― Faisant tourner en arrière ; c’est-à-dire couvrant de confusion, comme la Vulgate elle-même a traduit l’expression hébraïque correspondante dans 3 Rois, 2, vv. 16, 20. ― Rendant, etc. ; convainquant leur vaine science de folie.
 
26 Suscitant la parole de son serviteur, et accomplissant les conseils de ses messagers. Moi qui dis à Jérusalem : Tu seras habitée, et aux cités de Juda : Vous serez édifiées, et à ses déserts, je donnerai la vie.
Note Is. 44,26 : Son serviteur, ses messagers, ses déserts. C’est ce que portent l’hébreu et les Septante aussi bien que la Vulgate. Ne sachant à qui se rapportent les pronoms son, ses, plusieurs traducteurs ont changé le texte sacré, et ont mis mon, mes. Pour nous, nous n’avons pas cru que ce fût un motif suffisant de changer le texte sacré. ― Je donnerai la vie (suscitabo) aux déserts ; en les peuplant d’habitants.
 
27 Moi qui dis à l'abîme : Sois détruit, et je mettrai tes fleuves à sec.28 Moi, qui dis à Cyrus : Tu es mon pasteur, et tu accompliras toute ma volonté. Moi, qui dis à Jérusalem : Tu seras édifiée; et au temple : Tu seras fondé.
Note Is. 44,28 : Cyrus ; roi de Perse, est nommé par son propre nom plus de cent ans avant sa naissance, ce qui prouve jusqu’à l’évidence l’inspiration divine du prophète Isaïe. ― Mon pasteur. Le nom de pasteur que Dieu donne à Cyrus prouve sa qualité de roi ; car les anciens donnaient le titre de pasteur aux princes ; c’est l’épithète ordinaire qu’Homère leur donne. Sous ce rapport encore, Cyrus est la figure de Jésus-Christ, le pasteur par excellence. ― C’est ce verset et le suivant, que les Juifs montrèrent à Cyrus, à la fin de la captivité, d’après le témoignage de Josèphe, ce qui le détermina à leur permettre de retourner en Palestine. Le nom de Cyrus signifie, d’après Ctésias et autres, soleil. Il paraît venir de la même racine, mais il ne se confond pas avec le nom du soleil, qui est, en zend, hvaré (karé), d’où l’on a tiré des noms propres comme Charsid, qui signifie éclat du soleil ou soleil. Sur les monuments, le nom de Cyrus est écrit Kuru ou Khuru ; ainsi on lit sur son tombeau : Adam K’ur’us Khsâyathiya Hakkâmanisiya. « Je suis Cyrus, le roi, l’Achéménide. » Son nom est identique avec celui du fleuve Kur. Voir Strabon, XV, 3, 6.

Chapitre 45

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Victoires de Cyrus, règne de justice.
Délivrance d’Israël.
Le Seigneur reconnu par les nations.
Il est le seul Dieu véritable.
Tous les peuples le reconnaîtront ; tout Israël se glorifiera en lui.
1 Voici ce que dit le Seigneur à mon christ, Cyrus, que j'ai pris parla droite, afin d'assujettir devant sa face les nations, de faire tourner le dos aux rois, et d'ouvrir devant lui les portes des maisons, et les portes des villes ne seront pas fermées.
Note Is. 45,1 : Christ ou oint ; c’est-à-dire roi constitué. Il n’est pas prouvé qu’on donnât l’onction aux rois de Perse ; mais le Prophète parle ici conformément à l’usage consacré chez les Hébreux. Comparer à 1 Rois, 10, 1 ; 3 Rois, 1, 45.
 
2 Moi j'irai devant lui, j'humilierai les glorieux de la terre, je briserai les portes d'airain, et je romprai les barres de fer.
Note Is. 45,2 : On a retrouvé à Balawat des débris de portes assyriennes recouvertes de plaques d’airain.
3 Et je te livrerai des trésors cachés, et des richesses enfouies dans des lieux souterrains et secrets; afin que tu saches que je suis le Seigneur qui appelle ton nom, le Dieu d'Israël.
Note Is. 45,3 : Je te livrerai, etc. Nous savons par l’histoire que Cyrus recueillit des richesses prodigieuses dans toutes ses victoires. ― Qui appelle ton nom ; c’est-à-dire qui t’ai appelé par ton nom. Comparer au verset 1.
4 A cause de Jacob mon serviteur, et d'Israël mon élu ; je t'ai appelé par ton nom : je t'ai assimilé à mon Christ, et tu ne m'as pas connu.
Note Is. 45,4 : A cause de Jacob, etc. ; c’est-à-dire pour venger le peuple qui m’adore, que je me suis choisi, et que je protège d’une manière toute particulière. ― Je t’ai assimilé à mon Christ ; vrai roi et pasteur de mon peuple, en te donnant le titre de mon pasteur (voir Isaïe, 44, 28) et de mon Christ (voir Isaïe, 45, 1), en te choisissant pour être sa figure. Le verbe hébreu que la Vulgate a traduit ici et à Isaïe, 44, 5, par assimiler (assimilavi), elle l’a rendu dans Job, 32, 21, par égaler (æquabo), et au verset 22 de ce même chapitre de Job par subsister (subsistam). ― Et tu ne m’as pas connu ; c’est-à-dire tu ne m’as pas honoré comme tu le devais, en abandonnant le culte des idoles. Rien, en effet, ne prouve que Cyrus, tout en avouant que le Seigneur lui avait livré tous les royaumes de la terre (voir 1 Esdras, 1, 2), abandonna la religion des Perses et embrassa celle des Juifs. C’est ainsi que Nabuchodonosor, qui avait reconnu la main du Seigneur (voir Daniel, 2, 47), resta dans l’erreur et dans l’idolâtrie. Cependant tout véritable hébraïsant devra reconnaître que le texte original peut signifier : Et tu ne l’avais pas connu, c’est-à-dire, quoique tu ne le connusses pas auparavant ; ce qui ne préjuge rien sur la conduite postérieure de Cyrus.
 
5 Je suis le Seigneur, il n'y en a pas davantage; hors moi il n'y a pas de Dieu; je t'ai ceint et tu ne m'as pas connu;
Note Is. 45,5 : Je t’ai ceint de tes armes ; c’est moi qui t’ai armé.
6 Afin qu'ils sachent, ceux qui sont du levant et ceux qui sont de l'occident, que hors moi, il n'y en a pas. Je suis le Seigneur et il n'y en a pas d'autre,7 Formant la lumière, et créant les ténèbres ; faisant la paix, et créant les maux; je suis le Seigneur, faisant toutes ces choses.
Note Is. 45,7 : Les maux ; les calamités, les infortunes, comme châtiment des péchés.
8 Cieux, versez votre rosée d'en haut, et que les nuées pieuvent un juste ; que la terre s'ouvre, et qu'elle germe un sauveur, et que la justice naisse en même temps; moi, le Seigneur, je l'ai créé.
Note Is. 45,8 : Cieux, versez, etc. ; prière qu’on fait dans l’Eglise pendant l’Avent, pour demander à Dieu les grâces de l’avènement de Jésus-Christ, le juste par excellence et le sauveur des hommes. ― Moi, le Seigneur qui l’a crée. Cette parole s’entend aussi de Jésus-Christ, selon son humanité. Il est fils de Dieu et fils de l’homme. Comme fils de Dieu, il est engendré de toute éternité dans le sein du Père, il est comme lui le principe de la justice et du salut ; comme fils de l’homme il a été créé de Dieu dans le sein de Marie, de laquelle il est né dans la plénitude des temps.
 
9 Malheur à qui dispute contre celui qui l'a fait, à l'homme, têt de terre de Samos; est-ce que l'argile dira à son potier : Que fais-tu, et ton ouvrage est sans mains?
Note Is. 45,9 : Voir Jérémie, 18, 6 ; Romains, 9, 20. ― Ton ouvrage est sans mains ; c’est-à-dire ton vase n’a pas d’anses ; tu m’as mal fait, je suis un vase inutile. ― De terre de Samos. Dans l’hébreu : un têt de terre simplement.
10 Malheur à celui qui dit à un père : Pourquoi engendres-tu? et à une femme : Pourquoi enfantes-tu ?
 
11 Voici ce que dit le Seigneur, le saint d'Israël, celui qui l'a formé : Interrogez-moi sur les choses à venir ; sur mes fils et sur l'œuvre de mes mains, donnez- moi vos ordres.12 C'est moi qui ai fait la terre, et moi qui ai créé l'homme sur la terre; mes mains ont étendu les cieux, et à toute leur milice j'ai donné mes ordres.
Note Is. 45,12 : Leur milice ; les étoiles.
13 C'est moi qui l'ai suscité pour la justice, et toutes ses voies, je les dirigerai ; lui-même bâtira ma cité, il renverra mes captifs sans rançon ni présent, dit le Seigneur Dieu des armées.
 
14 Voici ce que dit le Seigneur : Le travail de l'Egypte, le commerce de l'Ethiopie, et les Sabéens, hommes d'une haute taille, viendront vers toi et seront à toi ; ils marcheront derrière toi, et ils s'avanceront les fers aux mains ; ils se prosterneront devant toi, et ils te supplieront, disant : C'est seulement en vous qu'il y a un Dieu, et hors de vous il n'y a pas de Dieu.
Note Is. 45,14 : Le travail, etc. Les travaux des Egyptiens consistaient principalement dans la culture de terres et le soin des bestiaux. ― Vers toi, Israël. ― Se prosterneront devant toi ; littéralement t’adoreront. Voir, sur cette expression, Genèse, 18, 2.
15 Vraiment vous êtes un Dieu caché, le Dieu d'Israël, un sauveur.
 
16 Ils ont été confondus, et ont rougi tous; tous ensemble ils sont allés à la confusion, les fabricateurs d'erreurs.17 Israël a été sauvé par le Seigneur d'un salut éternel ; vous ne serez pas confondus ; et vous ne rougirez pas dans les siècles des siècles.
 
18 Parce que voici ce que dit le Seigneur, qui a créé les cieux, le Dieu même qui a formé la terre et l'a faite ; celui-là même qui l'a façonnée; ce n'est pas en vain qu'il l'a créée; c'est afin qu'elle fût habitée qu'il l'a formée ; je suis le Seigneur, et il n'y en a point d'autre.19 Je n'ai pas parlé dans le secret, dans un lieu de la terre ténébreux. Je n'ai pas dit à la race de Jacob en vain : Cherchez-moi, je suis le Seigneur, parlant justice, annonçant la droiture.
 
20 Rassemblez-vous, venez, et approchez-vous ensemble, vous qui avez été sauvés des nations; ils sont dans l'ignorance, ceux qui élèvent un bois qu'ils ont sculpté, et qui prient un Dieu qui ne sauve pas.
 
21 Annoncez, venez, et consultez ensemble ; qui a fait entendre cela dès le commencement, et dès lors l'a prédit ? N'est-ce pas moi, le Seigneur, et il n'y a plus de Dieu hors moi? un Dieu juste et qui sauve ; il n'y en a pas excepté moi.22 Convertissez-vous à moi et vous serez sauvés, vous tous, confins de la terre; parce que moi je suis Dieu, et qu'il n'y en a point d'autre.
 
23 Par moi-même j'ai juré ; il sortira de ma bouche une parole de justice, et elle ne reviendra pas:
Note Is. 45,23 : Ne reviendra pas ; ne sera pas retirée, révoquée.
24 Que devant moi tout genou fléchira, et toute langue jurera par mon nom.
Note Is. 45,24 : Tout genou fléchira, etc. Ces paroles sont citées par saint Paul (voir Romains, 14, 10-11 ; Philippiens, 2, 10-11), qui les applique à Jésus-Christ. ― Par mon nom ; ces mots sont évidemment sous-entendus ; Dieu avait ordonné à son peuple de ne jurer qu’en son nom. Voir Deutéronome, 6, 13 ; Exode, 23, 13.
25 Ainsi, dira chacun, c'est dans le Seigneur que sont ma justice et l'empire ; vers lui viendront et seront confondus tous ceux qui s'opposent à lui.26 Dans le Seigneur sera justifiée et glorifiée toute la postérité d'Israël.

Chapitre 46

 | 
 | 
Chap. : 
Ruine des idoles de Babylone.
Israël protégé du Seigneur.
Le Seigneur est le seul Dieu véritable ; tous ses desseins s’accomplissent.
Dieu promet le salut à Sion.
1 Bel a été rompu; Nabo a été brisé; leurs simulacres ont été mis sur des bêtes et sur des animaux de service; ces fardeaux que vous portiez allaient par leur grand poids jusqu'à vous lasser.
Note Is. 46,1-13 : 7e Discours : Chute des dieux de Babylone, chapitre 46. ― Les trois derniers discours du premier cycle ont Babylone pour sujet. Le Prophète, après avoir prédit ce qu’Israël doit attendre de Cyrus, nous apprend de quelle manière ce roi traitera Babylone. Le premier discours concernant cette ville annonce la chute de ses dieux. Ils deviendront le butin du vainqueur, versets 1 et 2 ; Israël le verra et reconnaîtra la grandeur de Jéhovah, versets 3 à 5, au-dessus de ces dieux-statues, versets 6 et 7. Que ceux qui sont enclins à l’idolâtrie le remarquent et qu’ils comprennent que Dieu sait tout et gouverne tout, versets 8 à 11 ; que les endurcis voient par là que le salut annoncé est proche, versets 12 et 13.
Note Is. 46,1 : Bel ou Bélus ; premier roi des Babyloniens, mis par eux au nombre des divinités, et sur le tombeau duquel on érigea un temple somptueux. ― Nabo ; divinité aussi des Babyloniens. Cyrus enleva leurs statues et les fit briser pour en employer l’or et l’argent à d’autres usages. ― Ces fardeaux, etc. Les idoles sont appelées des fardeaux, parce que dans les solennités, les prêtres les portaient en pompe. Comparer au verset 7.
2 Ils ont péri et ont été brisés tous ensemble ; ils n'ont pu sauver celui qui les portait, et ils iront eux-mêmes en captivité.
Note Is. 46,2 : Eux-mêmes ; littéralement leur âme (anima eorum). En hébreu comme en arabe, le mot âme s’emploie pour personne, individu.
 
3 Ecoutez-moi, maison de Jacob, et vous tous, restes de la maison d'Israël, qui êtes portés dans mon sein, qui êtes renfermés dans mes entrailles.4 Moi-même je vous porterai jusqu'à la vieillesse, jusqu'aux cheveux blancs; c'est moi qui vous ai faits, et c'est moi qui vous soutiendrai; c'est moi qui vous porterai, et vous sauverai.
Note Is. 46,4 : Jusqu’aux cheveux blancs ; jusqu’à l’âge plus avancé.
5 A qui m'avez-vous assimilé, égalé, comparé et rendu semblable?6 Vous qui tirez de l'or de la bourse, et pesez de l'argent dans la balance ; louant un orfèvre afin qu'il fasse un Dieu ; et on se prosterne et on adore.7 Ils le chargent sur les épaules pour le porter, et pour le placer en son lieu; il y demeurera et ne sera pas ôté de son lieu ; mais lorsqu'on criera vers lui, il n'entendra pas ; de la tribulation il ne les sauvera pas.
Note Is. 46,7 : Voir Baruch, 6, 25. ― Les bas-reliefs assyro-chaldéens nous représentent des processions dans lesquelles les adorateurs de Bel et de Nabo les portent sur leurs épaules.
 
8 Souvenez-vous de cela et soyez confondus; rentrez dans votre cœur, prévaricateurs.9 Rappelez-vous le siècle passé ; parce que moi je suis Dieu, et qu'il n'y a plus d'autre Dieu, et qu'il n'y a pas semblable à moi;10 Annonçant dès l'origine la fin des temps, et dès le commencement les choses qui ne sont pas encore faites, disant : Ma résolution sera inébranlable, et toute ma volonté s'exécutera;11 J'appelle de l'orient un oiseau, et d'une terre lointaine l'homme de ma volonté; et je l'ai dit, et je l'accomplirai; j'ai formé ce dessein et je l'exécuterai.
Note Is. 46,11 : Un oiseau ; c’est-à-dire Cyrus, qui viendra aussi vite qu’un oiseau qui vole ; ou bien est-ce une allusion à l’aigle, que ce prince faisait mettre au haut d’une lance, et qui avait les ailes étendues, pour masquer sa présence dans l’armée ? Comparer à Jérémie, 49, 22 et Ezéchiel, chapitre 17, où Nabuchodonosor est comparé à un aigle.
 
12 Ecoutez-moi, vous au cœur dur, qui êtes éloignés de la justice.13 J'ai rapproché le temps de ma justice, il ne sera pas différé, et mon salut ne tardera pas. J'établirai dans Sion le salut, et dans Israël ma gloire.
Note Is. 46,13 : Mon salut ; le salut que je dois donner ; ce salut, c’est le Messie, dont Cyrus était la figure. ― Sion ; représente l’Eglise, le peuple fidèle, soit d’entre les Juifs, soit d’entre les gentils.

Chapitre 47

 | 
 | 
Chap. : 
Ruine de Babylone.
Punition de sa dureté, de son orgueil et de sa fausse sagesse.
1 Descends, assieds-toi dans la poussière, vierge, fille de Babylone; assieds-toi sur la terre; il n'y a pas de trône pour la fille des Chaldéens, tu ne seras plus appelée délicate et tendre.
Note Is. 47,1-15 : 8e Discours : Chute de Babylone, la capitale du grand empire, chapitre 47. Après les dieux de Babylone vient le tour de la ville elle-même. Elle tombe, la grande cité, du haut de son orgueil, versets 1 à 4, parce qu’elle a abusé de sa force et opprimé sans pitié le peuple de Dieu, versets 5 à 7 ; elle va expier soudain son arrogance, et ses magiciens ne la sauveront pas, versets 8 à 15.
Note Is. 47,1 : Assieds-toi dans la poussière ; comme une personne désolée et dans le deuil. ― Fille de Babylone ; c’est-à-dire ville de Babylone. Voir Isaïe, 1, 8.
 
2 Tourne la meule, fais moudre la farine : mets à nu ta honte, et découvre ton épaule, relève ta robe, passe des fleuves.
Note Is. 47,2 : Tourne la meule. C’est l’exercice auquel on soumettait les plus vils esclaves.
3 Ton ignominie sera dévoilée, et on verra ton opprobre; je me vengerai, et pas d'homme ne me résistera.
Note Is. 47,3 : Voir Nahum, 3, 5.
4 Notre rédempteur, son nom est le Seigneur des armées, le saint d'Israël.
 
5 Assieds-toi en silence, et entre dans les ténèbres, fille des Chaldéens, parce que tu ne seras plus appelée dominatrice des royaumes.6 J'ai été irrité contre mon peuple, j'ai traité comme une chose souillée mon héritage, je les ai mis en ta main, tu ne leur as pas accordé de miséricorde; sur le vieillard tu as appesanti ton joug outre mesure.7 Et tu as dit : A jamais je serai souveraine ; tu n'as pas mis ces choses sur ton cœur, et tu ne t'es pas souvenue de ton dernier moment.
Note Is. 47,7 : Tu n’as pas mis, etc. ; tu n’as pas considéré. ― Tu ne t’es pas souvenue, etc. ; tu ne t’es pas représenté ce qui devait arriver.
 
8 Et maintenant, écoute ceci, voluptueuse, qui demeures en pleine assurance, qui dis en ton cœur : Moi je suis, et il n'y a hors moi personne plus; je ne resterai pas veuve, et j'ignorerai la stérilité.
Note Is. 47,8 : Voir Apocalypse, 18, 7.
9 Ces deux maux te viendront soudain, en un jour, la stérilité, et la viduité ; tous viendront sur toi, à cause de la multitude de tes maléfices, et à cause de la dureté violente de tes enchanteurs.
Note Is. 47,9 : Voir Isaïe, 51, 19.
 
10 Et tu as eu confiance dans ta malice, et tu as dit : Il n'y a personne qui me voit. Ta sagesse, et ta science, c'est ce qui t'a séduite. Et tu as dit dans ton cœur : Moi je suis, et hors moi, il n'y en a pas d'autre.11 Il viendra sur toi un malheur et tu ne sauras pas son origine ; il fondra sur toi une calamité que tu ne pourras conjurer; il viendra sur toi soudainement une misère, que tu ne connaîtras pas.12 Parais avec tes enchanteurs, et avec la multitude de tes maléfices auxquels tu t'es appliquée dès ta jeunesse, pour voir si par hasard quelqu'un d'eux te sera utile, ou si tu pourras devenir plus forte.
Note Is. 47,12 : Il y avait une multitude d’enchanteurs et de devins à Babylone.
 
13 Tu as défailli dans la multitude de tes conseils; qu'ils paraissent et qu'ils te sauvent, ceux qui observaient le ciel, qui contemplaient les astres, et supputaient les mois, afin de t'annoncer par ce moyen ce qui doit t'arriver.
Note Is. 47,13 : Les Chaldéens étaient particulièrement renommés comme astrologues et observateurs des astres.
14 Voici qu'ils sont devenus comme de la paille, un feu les a brûlés ; ils ne délivreront pas leur âme de la main de la flamme ; ce ne sont pas des charbons ardents avec lesquels on se chauffe, ni un foyer auprès duquel on s'assied.15 Ainsi sont devenues toutes ces choses auxquelles tu t'étais appliquée ; ceux qui ont trafiqué avec toi dès ta jeunesse ont erré, chacun dans sa voie; il n'en est pas qui te sauve.

Chapitre 48

 | 
 | 
Chap. : 
Reproches contre Israël.
Sa délivrance gratuite.
Promesse d’un libérateur, c’est-à-dire du Messie figuré par Cyrus.
Délivrance d’Israël.
1 Ecoutez ceci, maison de Jacob, vous qui êtes appelés du nom d'Israël, et êtes sortis des eaux de Juda, qui jurez au nom du Seigneur, qui vous souvenez du Dieu d'Israël, mais non dans la vérité et la justice.
Note Is. 48,1-22 : 9e Discours : Juda affranchi de la captivité des Babylone, chapitre 48. Babylone abattue, Juda sera délivré. Que ceux qui s’appellent Israélites, mais ne le sont pas en réalité, reconnaissent donc que le Seigneur a tenu ce qu’il avait promis et prédit longtemps à l’avance, afin qu’on ne l’attribuât pas aux idoles, versets 1 à 8. Les malheurs d’Israël n’ont été qu’une épreuve ; elle est finie et Dieu affranchit son peuple, afin que les Gentils ne disent pas qu’il n’a pas réalisé ses desseins, versets 9 à 11. Qu’Israël écoute donc son Dieu, qui promet et qui exécute, versets 12 à 16 ; qu’il lui soit fidèle pour être heureux à jamais, versets 17 à 19. Qui se convertira sera délivré du joug des Chaldéens ; qui s’endurcira n’aura pas part au salut, versets 20 à 22.
Note Is. 48,1 : Sortis des eaux de Juda ; c’est-à-dire issus de Juda. ― Qui vous souvenez ; dans les serments dans les cérémonies de la religion.
2 Car ils ont été appelés du nom de la cité sainte, et sur le Dieu d'Israël ils se sont appuyés; le Seigneur des armées est son nom.
Note Is. 48,2 : Ils ont été appelés, etc. ; ils ont pris le nom de citoyens, d’habitants de Jérusalem, où Dieu habite.
 
3 J'ai annoncé dès lors les événements passés ; c'est de ma bouche qu'ils sont sortis et je les ai fait entendre; je les ai accomplis tout d'un coup, et ils sont arrivés.4 Car je savais que tu es dur, que ton cou est une chaîne de fer, et ton front d'airain.5 Je t'ai prédit dès lors ces choses; avant qu'elles vinssent je te les ai indiquées, de peur que tu ne dises : Ce sont mes idoles qui les ont faites, et mes images taillées au ciseau et jetées en fonte qui les ont ordonnées.6 Les choses que tu as entendues, vois-les toutes; mais vous, est-ce que vous les avez annoncées? Je t'en ai fait entendre dès lors de nouvelles; et il en est de réservées que tu ne connais pas;
Note Is. 48,6 : Les choses, etc. Le Prophète suppose que le peuple juif est de retour de la captivité ; il lui dit en conséquence qu’il doit voir la vérité de tout ce qui lui a été prédit. ― Mais vous ; apostrophe aux idoles, ou aux adorateurs des idoles.
 
7 C'est maintenant qu'elles ont été créées, et non pas alors ; avant un jour seulement, et tu ne les as pas entendues, de peur que tu ne dises : Voici que moi je les connaissais.
Note Is. 48,7 : C’est maintenant, etc. Ce sont des prédictions que je fais maintenant.
8 Tu n'as entendu, ni connu, ton oreille même alors n'était pas ouverte; car je sais que prévariquant, tu prévariqueras, et je t'ai appelé transgresseur dès le sein de ta mère.
 
9 A cause de mon nom, j'éloignerai ma fureur, et pour ma gloire je te mettrai un frein, pour que tu ne périsses pas,10 Je t'ai purifié par le feu, mais non comme l'argent : j'ai choisi pour toi le fourneau de la pauvreté.
Note Is. 48,10 : Non comme l’argent ; qu’on épure dans le feu, jusqu’à ce que tout qu’il y a d’impur en soit séparé ; ce qui t’aurait entièrement consumé ; je t’ai seulement affiné dans le fourneau de la pauvreté.
11 C'est à cause de moi, à cause de moi que je ferai que mon nom ne soit pas blasphémé, et je ne donnerai pas ma gloire à un autre.
Note Is. 48,11 : Voir Isaïe, 42, 8.
 
12 Ecoute-moi, Jacob, et toi, Israël, que j'appelle; moi qui suis, moi le premier, et moi le dernier.
Note Is. 48,12 : Voir Isaïe, 41, 4 ; 44, 6 ; Apocalypse, 1, vv. 8, 17 ; 22, 13.
13 Ma main aussi a fondé la terre, et ma droite a étendu les cieux; moi, je les appellerai, et ils seront là tous ensemble.
 
14 Rassemblez-vous tous et écoutez-moi : qui d'entre eux a annoncé ces choses? Le Seigneur l'a aimé, il fera sa volonté dans Babylone ; et il sera son bras parmi les Chaldéens.
Note Is. 48,14 : D’entre eux ; c’est-à-dire des faux dieux ou de leurs adorateurs. ― L’a aimé, etc. ; a aimé Cyrus, qui exécutera sa volonté dans Babylone. ― Son bras ; l’instrument dont il se servira contre les Chaldéens.
15 C'est moi, c'est moi qui ai parlé, et je l'ai appelé ; je l'ai amené, et sa voie est aplanie.
 
16 Approchez-vous de moi, et écoutez ceci : dès le principe je n'ai pas parlé en secret ; dans le temps même, avant l'événement, j'étais là ; et maintenant le Seigneur et son esprit m'ont envoyé.
 
17 Voici ce que dit le Seigneur ton rédempteur, le saint d'Israël : Moi le Seigneur ton Dieu, je t'enseigne des choses utiles, je te dirige dans la voie par laquelle tu marches.18 Oh! si tu avais été attentif à mes commandements, ta paix aurait été comme un fleuve, et ta justice comme les flots de la mer;
Note Is. 48,18 : Comme un fleuve ; c’est-à-dire très abondante, pleine et complète.
19 Ta postérité eût été comme le sable de ses rivages, et les rejetons de ton sein comme les petites pierres de ses bords; le nom de la race n'aurait pas péri, et il n'eût pas été effacé de devant ma face.
 
20 Sortez de Babylone, fuyez de chez les Chaldéens, avec la voix de l'exultation annoncez cette nouvelle, faites-la entendre et portez-la jusqu'aux extrémités de la terre. Dites : Le Seigneur a racheté son serviteur Jacob.
Note Is. 48,20 : Voir Jérémie, 51, 6.
 
21 Ils n'ont pas eu soif dans le désert, lorsqu'il les ramenait; il fit sortir de l'eau d'une pierre pour eux, et il fendit la pierre et des eaux coulèrent.
Note Is. 48,21 : Voir Exode, 17, 6 ; Nombres, 20, 11. ― Ils n’ont pas eu soif, etc. La sortie de Babylone est comparée à la sortie d’Egypte. Les promesses faites ici à Israël sont un renouvellement de celles qu’on a lues à Isaïe, 35, 6 ; 41, 17-18 ; 43, 20.
 
22 Il n'y a point de paix pour les impies, dit le Seigneur.

Chapitre 49

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Le messie rejeté par Israël et renvoyé aux nations.
Délivrance d’Israël.
Plainte de Sion.
Son rétablissement.
Ruine de ses ennemis.
1 Ecoutez, îles, et soyez attentifs, peuples éloignés: le Seigneur dès le sein m'a appelé, dès les entrailles de ma mère il s'est souvenu de mon nom.
Note Is. 49,1-16 : II. Seconde section : Le serviteur de Dieu ou le Messie dans ses humiliations et dans sa gloire, du chapitre 49 au chapitre 57. ― 1er Discours : Le serviteur de Dieu annonce qu’il est constitué maître de tous les peuples, chapitre 49. Dans la première moitié de ce discours, versets 1 à 13, le serviteur de Dieu se présente à nous comme le restaurateur d’Israël et l’auteur de la conversion des Gentils ; dans la seconde, versets 14 à 26, il console Sion, qui se croit abandonnée de Dieu, mais qui sera au contraire glorifiée, après avoir été délivrée de ses maux. Voir Actes des Apôtres, 13, 47 et Isaïe, 49, 6 ; 2 Corinthiens, 6, 2 et Isaïe, 49, 8.
Note Is. 49,1 : Voir Jérémie, 1, 5 ; Galates, 1, 15. ― Ecoutez, îles, etc. Ce verset et les suivants doivent, d’après les Pères, le commun des interprètes, le témoignage de saint Paul, (voir Actes des Apôtres, 13, 47 ; 2 Corinthiens, 6, 2) et la force même des expressions du texte, être appliqués à Jésus-Christ. M’a appelé, etc. Comparer à Luc, 1, 31 ; 2, 21.
 
2 Il a disposé ma bouche comme un glaive aigu; à l'ombre de sa main il m'a protégé, et il m'a disposé comme une flèche choisie ; il m'a caché dans son carquois.
Note Is. 49,2 : Voir Isaïe, 51, 16.
3 Et il m'a dit : Mon serviteur, c'est toi, Israël, parce qu'en toi je me glorifierai.
Note Is. 49,3 : Mon serviteur, etc. Jésus est considéré ici selon son humanité. Voir Isaïe, 42, 1. Il est nommé Israël, parce qu’il fut représenté par Jacob, surnommé Israël, comme il est appelé ailleurs David, parce qu’il fut représenté par David.
 
4 Et moi j'ai dit : C'est dans le vide que j'ai travaillé, c'est sans motif et vainement que j'ai consumé ma force ; ainsi mon jugement est au pouvoir du Seigneur, et mon travail au pouvoir de Dieu.
 
5 Et maintenant, dit le Seigneur, qui m'a formé dès le sein de ma mère pour le servir, afin que je ramène Jacob à lui, et Israël ne sera pas rassemblé, et j'ai été glorifié aux yeux du Seigneur, et mon Dieu est devenu ma force.
Note Is. 49,5 : Qui m’a formé ; ces mots et les suivants jusqu’à la fin du verset forment une parenthèse, et le complément du verbe dit (dicit) qui précède immédiatement, ne se trouve exprimé qu’au verset 6.
 
6 Il a donc dit : C'est peu que tu me serves à relever les tribus de Jacob, et à convertir les restes d'Israël. Voici que je t'ai posé en lumière des nations, afin que tu sois mon salut jusqu'à l'extrémité de la terre.
Note Is. 49,6 : Voir Isaïe, 42, 6 ; Actes des Apôtres, 13, 47. ― Mon salut ; c’est-à-dire le salut que je donne, que j’envoie.
 
7 Voici ce que dit le Seigneur, le rédempteur d'Israël, son saint, à une âme méprisable, à une nation détestée, à l'esclave de ceux qui le dominent : Les rois te verront, et les princes se lèveront, et ils l'adoreront à cause du Seigneur, parce qu'il est fidèle, et à cause du saint d'Israël qui t'a choisi.
 
8 Voici ce que dit le Seigneur : En un temps favorable je t'ai exaucé, et en un jour de salut je t'ai secouru, je t'ai conservé, et je t'ai établi pour faire alliance avec un peuple, afin que tu rétablisses une terre, et que tu possèdes des héritages dissipés;
Note Is. 49,8 : Un temps favorable, un jour de salut pour faire alliance. Voir 2 Corinthiens, 6, 2.
9 Afin que tu dises à ceux qui étaient dans les fers : Sortez; et à ceux qui étaient dans les ténèbres : Venez à la lumière. Sur les chemins, ils trouveront à paître, et dans toutes les plaines seront leurs pâturages.
 
10 Ils n'auront pas faim, ni soif; la chaleur ne les atteindra pas, ni le soleil ; parce que celui qui a pitié d'eux les conduira, et à des sources d'eaux il les fera boire.
Note Is. 49,10 : Voir Apocalypse, 7, 16. ― Ils n’auront pas, etc. Comparer à Isaïe, 48, 21.
 
11 Et je disposerai toutes mes montagnes en une voie, et mes sentiers seront élevés.12 Voici que ceux-ci viendront de loin, et voici que ceux-là viendront de l'aquilon et de la mer, et ceux-ci de la terre du midi.
Note Is. 49,12 : La mer ; c’est-à-dire le couchant. La Méditerranée était au couchant de la Judée. ― Du midi ; selon les Septante, des Perses, et suivant l’hébreu, de Sinim, que les uns entendent de Sin, ancienne ville d’Egypte, appelée depuis Péluse, l’Egypte étant en effet au midi de la Judée, les autres du Sinaï, situé dans l’Arabie, au midi de la Judée ; d’autres de Syène, ville de la Thébaïde méridionale à l’extrémité de l’Egypte ; d’autres enfin de la Chine.
13 Louez, cieux; exulte, terre; montagnes, faites retentir la louange, parce que le Seigneur a consolé son peuple, et qu'il aura pitié de ses pauvres.
 
14 Et Sion a dit : Le Seigneur m'a abandonnée, et le Seigneur m'a oubliée.15 Est-ce qu'une mère peut oublier son enfant, de sorte qu'elle n'ait pas pitié du fils de son sein? mais quand même elle l'oublierait, pour moi, je ne l'oublierai point.16 Voici que je t'ai gravée dans mes mains ; tes murs sont devant mes yeux sans cesse.
Note Is. 49,16 : Dans mes mains, etc. C’est une allusion à l’usage des Orientaux qui s’impriment sur le poignet la figure de certains objets qui leurs sont chers, pour en mieux conserver le souvenir.
 
17 Ils sont venus, tes constructeurs; ceux qui te détruisaient et te dissipaient, sortiront de ton enceinte.18 Lève tes yeux tout autour et vois; tous ceux-ci se sont rassemblés, et ils sont venus à toi, Je vis, moi, dit le Seigneur: de tous ceux-ci, comme d'un ornement, tu seras revêtue, et tu t'en pareras comme une épouse.
Note Is. 49,18 : Voir Isaïe, 60, 4. ― Je vis, moi ; formule de serment qui veut dire : Je jure par la vie qui est en moi essentiellement, par ma vie éternelle. Le que (quia) du texte et les mots suivants, sont un complément du verbe je vis, que représente je jure.
 
19 Tes déserts et tes solitudes, et ta terre ruinée seront maintenant étroits eu égard aux habitants, et ils seront mis en fuite au loin, ceux qui te dévoraient.
Note Is. 49,19 : Tes déserts, etc. ; littéralement que (quia) les déserts, etc. ; autre complément de je vis. Voir le verset précédent.
 
20 Ils te diront encore à tes oreilles, les fils de ta stérilité : Le lieu est étroit; fais-moi de l'espace, afin que j'habite.
Note Is. 49,20 : Les fils de ta stérilité ; qui te seront nés dans ta stérilité, c’est-à-dire durant la captivité.
21 Et tu diras dans ton cœur : Qui m'a engendré ceux-ci? j'étais stérile, et je n'enfantais pas; exilée et captive; et ceux-ci, qui les a nourris? j'étais abandonnée et seule, et ceux-ci, où étaient-ils?
 
22 Voici ce que dit le Seigneur Dieu : Voici que vers des nations j'élèverai ma main, et devant des peuples je hausserai mon étendard; et ils apporteront tes fils entre leurs bras, et tes filles, ils les porteront sur leurs épaules.23 Et les rois seront tes nourriciers, et les reines tes nourrices ; la face contre terre, ils se prosterneront devant toi, et ils lécheront la poussière de tes pieds. Et tu sauras que je suis le Seigneur, dans lequel ne seront pas confondus ceux qui l'attendent.
Note Is. 49,23 : Les rois, etc. Les rois de Juda et d’Israël donnaient leurs enfants à élever aux principaux de leurs Etats. Voir 4 Rois, chapitre 1 et suivants. (?)
 
24 Est-ce qu'on ôtera à un homme fort sa proie? ou ce qui a été pris par un homme robuste, pourra-t-il être sauvé?25 Parce que voici ce que dit le Seigneur : Certainement et les captifs seront ôtés à un homme fort, et ce qui aura été enlevé par un homme robuste sera sauvé. Or ceux qui t'ont jugée, moi je les jugerai, et tes fils, moi je les sauverai.26 Et je nourrirai tes ennemis de leurs propres chairs, et comme d'un vin nouveau je les enivrerai de leur sang; et toute chair saura que c'est moi le Seigneur qui te sauve, et que ton rédempteur est le fort de Jacob.
Note Is. 49,26 : Je nourrirai, etc. Les Chaldéens, les Assyriens et les Babyloniens, qui s’étaient d’abord réunis pour perdre les Juifs, s’armèrent plus tard les uns contre les autres, et s’égorgèrent brutalement. ― Toute chair ; hébraïsme pour tous les hommes.

Chapitre 50

 | 
 | 
Chap. : 
Israël est vendu pour ses iniquités ; Dieu est tout-puissant pour le délivrer.
Le Messie exposé aux insultes.
Ruine de ses ennemis.
1 Voici ce que dit le Seigneur : Quel est cet acte de répudiation donné à votre mère, par lequel je l'ai renvoyée? ou quel est mon créancier à qui je vous ai vendus? voilà que pour vos iniquités vous avez été vendus, et pour vos crimes, j'ai renvoyé votre mère.
Note Is. 50,1-11 : 2e Discours : Répudiation de la synagogue par sa faute, chapitre 50. ― Israël s’est fait rejeter volontairement de Dieu, par sa désobéissance et son incrédulité, versets 1 à 3. Le serviteur de Dieu vient comme Sauveur, et apporte le salut à son peuple ; il souffrira dans sa passion, voir verset 6, et Matthieu, 26, 67, mais ses souffrances seront sa victoire, versets 4 à 9. Que chacun écoute donc sa voix, qui veut être sauvé ; quiconque ne l’entendra pas périra, versets 10 et 11.
Note Is. 50,1 : Quel est cet acte, etc. Cette femme représente particulièrement la maison d’Israël, comme on le voit à Jérémie, 3, 8 ; mais elle figure aussi la synagogue, la nation juive, rejetée à cause de son incrédulité depuis la mort de Jésus-Christ.
 
2 Parce que je suis venu, et il n'y avait pas un homme: j'ai appelé, et il n'y avait personne qui entendit; est-ce que ma main s'est raccourcie, et est devenue toute petite, en sorte que je ne puisse vous racheter? ou bien n'y a-t-il pas en moi de force pour délivrer? Voici qu'à ma réprimande je ferai un désert de la mer; je mettrai les fleuves à sec;les poissons pourriront faute d'eau, et périront de soif.
Note Is. 50,2 : Voir Isaïe, 59, 1.
3 J'envelopperai les cieux de ténèbres, et je leur mettrai un sac pour couverture.
 
4 Le Seigneur m'a donné une langue savante, afin que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu ; il prépare dès le matin, dès le malin il prépare mon oreille, afin que je l'écoute comme un maître.5 Le Seigneur Dieu m'a ouvert l'oreille, et moi je ne le contredis pas ; je ne me suis pas retiré en arrière.
Note Is. 50,5 : M’a ouvert l’oreille ; m’a fait entendre, m’a révélé ses volontés. Comparer à Isaïe, 48, 8 et Psaumes, 39, 6. ― Je ne me suis pas, etc. ; cette expression est empruntée d’un attelage de bœufs, qui ne veulent pas se laisser conduire.
6 J'ai abandonné mon corps à ceux qui me frappaient, mes joues à ceux qui arrachaient ma barbe; je n'ai pas détourné ma face à ceux qui me réprimandaient et qui crachaient sur moi.
Note Is. 50,6 : J’ai abandonné, etc. Tout ceci s’est accompli à la Passion de Jésus-Christ. Comparer à Matthieu, 26, 67.
 
7 Le Seigneur Dieu est mon aide ; c'est pour cela que je n'ai pas été confondu ; c'est pour cela que j'ai présenté ma face comme une pierre très dure, et je sais que je ne serai pas confondu.8 Près de moi est celui qui me justifie, qui me contredira? présentons-nous ensemble, qui est mon adversaire? qu'il s'approche de moi.
Note Is. 50,8 : Voir Romains, 8, 33.
9 Voici que le Seigneur Dieu est mon aide, qui est-ce qui me condamnera? voici que tous seront mis en pièces comme un vêtement, la teigne les rongera.
 
10 Qui de vous craint le Seigneur, écoute la voix de son serviteur? que celui qui a marché dans les ténèbres et en qui n'est pas la lumière, espère au nom du Seigneur, et qu'il s'appuie sur son Dieu.11 Voici que vous tous qui avez allumé un feu, qui êtes environnés de flammes, marchez à la lumière de votre feu. et dans les flammes que vous avez allumées ; c'est par ma main que cela vous a été fait, vous dormirez au milieu des douleurs.
Note Is. 50,11 : Vous dormiez (dormietis) ; c’est-à-dire selon l’hébreu et les Septante, vous vous coucherez ou vous mourrez.

Chapitre 51

 | 
 | 
Chap. : 
Rétablissement de Sion.
Délivrance d’Israël.
Ruine de ses ennemis.
Jérusalem consolée.
1 Ecoutez-moi, vous qui suivez ce qui est juste, et qui cherchez le Seigneur; portez votre attention sur la pierre dont vous avez été taillés, et sur la cavité de la citerne dont vous avez été arrachés.
Note Is. 51,1-23 : 3e Discours : Salut final d’Israël, chapitre 51. ― Le serviteur de Dieu propose à Israël la condition du salut : la foi qui sera récompensée par les plus grandes consolations, versets 1 à 8. ― Excité par cette promesse, Israël demande à Dieu de le sauver, comme il l’a fait autrefois en Egypte, versets 9 à 11. ― Le Seigneur lui répond et s’engage de nouveau à le sauver, versets 12 à 16. ― Alors le prophète prend la parole et exhorte son peuple au courage et à la patience, jusqu’à ce que vienne le moment fixé par Dieu pour punir ses ennemis, versets 17 à 23.
2 Portez votre attention sur Abraham votre père, et sur Sara qui vous a enfantés; je l'ai appelé seul, et je l'ai béni, et je l'ai multiplié.
Note Is. 51,2 : . Portez votre attention, etc. il y a ici deux allégories, qui, selon saint Jérôme, désignent la stérilité d’Abraham et de Sara. ― Je l’ai appelé seul ; c’est-à-dire lorsqu’il était sans enfants.
 
3 Ainsi le Seigneur consolera Sion, et il consolera toutes ses ruines; il rendra son désert comme un lieu de délices, et sa solitude comme un jardin du Seigneur. On y trouvera la joie et l'allégresse, l'action de grâce et la voix de la louange.
Note Is. 51,3 : Un jardin du Seigneur ; un paradis terrestre, comme celui où Dieu plaça nos premiers parents. Comparer à Genèse, 2, 8.
 
4 Soyez attentifs à moi, mon peuple; ma tribu, écoutez-moi; parce qu'une loi sortira de moi, et que mon jugement pour la lumière des peuples reposera parmi eux.
Note Is. 51,4 : Mon jugement, etc. Voir Isaïe, 42, vv. 4, 6-7.
5 Proche est mon juste, sorti est mon sauveur, et mes bras jugeront les peuples : les îles m'attendront, et elles espéreront mon bras.
Note Is. 51,5 : Les îles ; c’est-à-dire selon l’hébreu, les pays lointains.
 
6 Levez au ciel les yeux ; et voyez en bas sur la terre; parce que les cieux comme la fumée se dissiperont, et la terre s'usera comme un vêtement, et ses habitants comme elle périront; mais mon salut sera éternel, et ma justice ne défaudra pas.
Note Is. 51,6 ; 51.8 : Mon salut ; le salut que je donne.
Note Is. 51,6 : Voir Psaumes, 36, 39 ; Matthieu, 24, 35.
 
7 Ecoutez-moi, vous qui savez ce qui est juste, mon peuple, dans le cœur de qui est ma loi ; ne craignez pas l'opprobre des hommes, n'appréhendez pas leurs outrages.
Note Is. 51,7 : Voir Psaumes, 36, 31. ― Dans le cœur de qui ; littéralement et par hébraïsme dans leur cœur. En hébreu, le pronom conjonctif ou relatif se sous-entend très souvent. Quant au pronom possessif leur (eorum) il est au pluriel également dans l’hébreu et dans les Septante, parce qu’il se rapporte à peuple qui est un nom collectif.
8 Comme un vêtement, le ver les rongera, et comme la laine , la teigne les dévorera ; mais mon salut sera à jamais, et ma justice dans toutes les générations.
 
9 Lève-toi, lève-toi, revêts-toi de force, bras du Seigneur, lève-toi comme aux jours anciens, dans les générations des siècles. N'est-ce pas vous qui avez frappé un superbe, blessé un dragon ?
Note Is. 51,9 : Dans les générations, etc. ; dans les siècles qui se sont succédés. ― Un superbe (superbum) ; l’hébreu porte Rahab, qui signifie proprement orgueil, fierté, d’où on l’applique à l’Egypte. Voir Isaïe, 30, 7 ; Psaumes, 86, 4. ― Un dragon ; c’est-à-dire Pharaon, roi d’Egypte, qu’Ezéchiel (voir Ezéchiel, 29, 3) désigne en effet, sous ce nom.
10 N'est-ce pas vous qui avez desséché la mer, l'eau du grand abîme ; qui avez établi une voie au profond de la mer, afin que ceux qui avaient été délivrés y trouvassent un passage?
Note Is. 51,10 : Voir Exode, 14, 21. ― N’est-ce pas, etc. Ce verset confirme l’interprétation donnée dans le précédent.
 
11 Et maintenant ceux qui ont été rachetés par le Seigneur, retourneront et viendront à Sien chantant des louanges; une allégresse éternelle couronnera leurs têtes, ils posséderont la joie et l'allégresse : la douleur fuira ainsi que le gémissement.
 
12 C'est moi, c'est moi-même qui vous consolerai; qui es-tu pour craindre un homme mortel, le fils d'un homme, qui comme l'herbe séchera?
Note Is. 51,12 : Le fils d’un homme ; expression poétique, pour dire simplement un homme. Dans ce verset et le suivant, il est question de Nabuchodonosor, roi de Babylone.
13 Et tu as oublié le Seigneur qui t'a créé, qui a étendu les cieux et fondé la terre ; et tu as tremblé sans cesse tout le jour devant la fureur de celui qui te tourmentait et se préparait à te perdre ; où est maintenant la fureur de celui qui te tourmentait?
 
14 Bientôt viendra celui qui est en marche pour ouvrir les prisons; il ne tuera pas jusqu'à une entière extermination et son pain ne défaudra pas.
Note Is. 51,14 : Le Prophète parle ici du Rédempteur qui est proche et c’est pourquoi il déclare que le tyran n’arrivera pas à exterminer Israël, à qui ne manquera pas la nourriture. ― Pain ; par ce mot les Hébreux désignaient souvent toute espèce de nourriture, les vivres en général.
15 Or moi je suis le Seigneur ton Dieu, qui agite la mer et ses flots se soulèvent ; le Seigneur des armées est mon nom.
 
16 J'ai mis mes paroles dans ta bouche, et à l'ombre de ma main je t'ai protégé, afin que tu établisses des cieux, et que tu fondes une terre, et que tu dises à Sion : Mon peuple, c'est toi.
Note Is. 51,16 : J’ai mis, etc. Ni Isaïe, ni Cyrus, ni saint Jean-Baptiste, n’ont rempli toute l’étendue des paroles qu’on lit ici. Il n’y a que Jésus-Christ à qui l’on puisse en faire l’application juste et complète. Comparer à Isaïe, 49, vv. 2, 4. ― Afin que tu établisses, etc. On peut dire en toute vérité que le divin Sauveur a établi des cieux nouveaux et fondé une terre nouvelle, en fondant son Eglise, en changeant la face du monde, par la prédication de l’Evangile ; en faisant d’un peuple corrompu, terrestre, enseveli dans les ténèbres, un peuple saint, pur et éclairé, dont la vie est en quelque sorte dans le ciel, etc. (voir Isaïe, 65, 17 ; 66, 22 ; Matthieu, 13, 11 ; Ephésiens, 2, 19 ; Philippiens, 3, 20 ; 2 Pierre, 3, 13 ; Apocalypse, 21, 1).
 
17 Lève-toi, lève-toi, réveille-toi, Jérusalem, qui as bu de la main du Seigneur le calice de sa colère; jusqu'au fond du calice d'assoupissement tu as bu, et tu as bu jusqu'à la lie.18 De tous les fils qu'elle a mis au monde, il n'en est pas qui la soutienne, et de tous les fils qu'elle a élevés, il n'en est pas qui prenne sa main.
Note Is. 51,18 : Qui prenne sa main ; pour la secourir.
19 Il y a deux maux qui sont tombés ensemble sur toi ; qui s'attristera pour toi? le ravage et la destruction, la faim et le glaive ; qui te consolera?
Note Is. 51,19 : Voir Isaïe, 47, 9. ― Il y a deux maux (duo sunt). Le texte sacré en énumère quatre, mais ces quatre se réduisent à deux, la guerre et la famine.
20 Tes fils ont été jetés par terre, et ils sont couchés dans tous les carrefours, comme un oryx pris dans les filets; pleins de l'indignation du Seigneur, et de la réprimande de ton Dieu.
Note Is. 51,20 : Comme un oryx ; bœuf sauvage. D’autres traduisent : comme une gazelle.
 
21 C'est pourquoi écoute ceci, Jérusalem, pauvre et ivre, non de vin.
Note Is. 51,21 : Ivre, non de vin ; mais de maux, de calamités.
22 Voici ce que dit ton dominateur, le Seigneur et ton Dieu, qui combattra pour son peuple : Voilà, j'ai pris de ta main le calice d'assoupissement, le fond du calice de mon indignation; tu ne continueras plus à le boire à l'avenir.23 Mais je le mettrai dans la main de ceux qui t'ont humiliée, et ont dit à ton âme : Courbe-toi, afin que nous passions ; et tu as mis ton corps comme la terre, et comme la voie des passants.
Note Is. 51,23 : Ton âme ; hébraïsme, pour ta personne, toi. Courbe-toi, etc. Les rois chaldéens avaient apparemment contraint les princes vaincus à leur servir de marchepied, ou à se prosterner à leurs pieds, afin de marcher sur leurs corps. Cela n’était pas sans exemple parmi les rois de l’Orient. Comparer à Josué, 10, 24 ; Psaumes, 109, 1.

Chapitre 52

 | 
 | 
Chap. : 
Délivrance et rétablissement de Jérusalem.
Envoyé qui annonce le règne du Dieu de Sion.
Sentinelles qui annoncent le retour des enfants de Sion.
Gloire et humiliation du Messie.
Le Messie reconnu par les nations.
1 Lève-toi, lève-toi, revêts-toi de ta force, Sion; revêts-toi des vêtements de ta gloire, Jérusalem, cité du saint; parce qu'il n'y aura plus à l'avenir d'incirconcis qui passera au travers de toi, ni d'impur.
Note Is. 52,1-12 : 4e Discours : Rétablissement de Jérusalem, chapitre 52, versets 1 à 12. L’asservissement de Jérusalem sera changé en domination, l’esclavage en liberté. L’honneur de Dieu demande que la ville sainte soit rétablie : qu’elle se relève donc pleine de joie et de gloire, versets 1 à 6. ― Sa restauration sera complète et parfaite, versets 7 à 12.
Note Is. 52,1 : Parce que, etc. Ceci n’aura son parfait accomplissement que dans le ciel.
2 Sors de la poussière, lève-toi, assieds-toi, Jérusalem ; romps les fers de ton cou, captive fille de Sion.
 
3 Parce que voici ce que dit le Seigneur: Pour rien vous avez été vendus, et sans argent vous serez rachetés.4 Parce que voici ce que dit le Seigneur Dieu : Mon peuple descendit en Egypte, dans le principe, pour y être colon; et Assur, sans aucun sujet, l'a traité avec violence.
Note Is. 52,4 : Voir Genèse, 46, 6. ― Assur ; c’est-à-dire les rois d’Assyrie, auxquels succédèrent les rois de Chaldée.
5 Et maintenant qu'ai-je ici à faire, dit le Seigneur, puisque mon peuple a été enlevé sans motif? Ses dominateurs agissent iniquement, dit le Seigneur, et sans cesse tout le jour mon nom est blasphémé.
Note Is. 52,5 : Voir Ezéchiel, 36, 20 ; Romains, 2, 24.
6 A cause de cela mon peuple connaîtra mon nom en ce jour-là; il saura que moi-même qui parlais autrefois, me voici présent.
 
7 Qu'ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui annonce et qui prêche la paix; qui annonce le bonheur, qui prêche le salut, qui dit à Sion : il régnera, ton Dieu !
Note Is. 52,7 : Voir Nahum, 1, 15. ― Qu’ils sont beaux, etc. Saint Paul applique ceci à la mission des prédicateurs de l’Evangile (voir Romains, 10, 15).
8 La voix de tes sentinelles; elles ont élevé la voix, elles chanteront ensemble des louanges ; parce qu'oeil à œil elles verront, lorsque le Seigneur convertira Sion.
Note Is. 52,8 : La voix de tes sentinelles ; exclamation pour introduire le sujet du discours. ― Œil à œil ; de très près ; synonyme de face à face. Aussi la Vulgate elle-même a-t-elle traduit ailleurs (voir Nombres, 14, 14) par face à face, l’hébreu œil à œil.
 
9 Réjouissez-vous et chantez des louanges ensemble, déserts de Jérusalem; parce que le Seigneur a consolé son peuple, qu'il a racheté Jérusalem.10 Le Seigneur a préparé son bras saint aux yeux de toutes les nations; et ils verront tous les confins de la terre, le salut de notre Dieu.
Note Is. 52,10 : Voir Psaumes, 97, 3.
 
11 Retirez-vous, retirez-vous, sortez de là, ne touchez rien d'impur; sortez du milieu d'elle, purifiez-vous, vous qui portez les vases du Seigneur.
Note Is. 52,11 : De là ; de Babylone. Saint Paul (voir 2 Corinthiens, 6, 17) semble faire allusion à ce passage.
12 Parce que vous ne sortirez point en tumulte, et vous ne vous précipiterez point dans votre fuite ; car le Seigneur vous précédera, et le Dieu d'Israël vous rassemblera.
Note Is. 52,12 : Le Dieu d’Israël vous rassemblera ; c’est-à-dire, qu’au sortir de Babylone, il réunira et conduira son peuple, de même qu’il le conduisit autrefois à sa sortie de l’Egypte. Comparer à Exode, 13, 21 ; 14, 19-20.
 
13 Voici que mon serviteur aura l'intelligence, il sera exalté, élevé et glorieux.
Note Is. 52,13-53.12 : 5e Discours : La passion de Notre Seigneur, du chapitre 52, verset 13 au chapitre 53. Ce discours a été appelé avec raison : « Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Isaïam. » La transition du 4e au 5e discours peut paraître brusque de prime abord : de la gloire de Jérusalem nous tombons tout d’un coup dans les humiliations de Gethsémani et du Calvaire, mais c’est que cette gloire sera le fruit de ces abaissements, voir Philippiens, 2, 7-10. De plus, Isaïe, 49, vv. 5-6, 8-9 ; 50, 5-6, nous ont préparés au tableau des douleurs du Messie. A partie du chapitre 52, verset 13, Isaïe prophétise plus expressément la passion comme le remarque Théodoret de Cyr. Les versets 13 à 15 forment comme l’exorde : le serviteur de Jéhovah doit être anéanti pour monter au plus haut degré de gloire. ― Il doit être anéanti, parce qu’il est l’agneau qui porte les péchés du monde, la victime innocente qui expie nos propres fautes, chapitre 53, versets 1 à 6. ― Il se dévoue volontairement pour nous et, de la sorte, il obtient notre pardon et se couvre lui-même d’honneur et de gloire, versets 7 à 12. ― Ainsi le Messie sera l’innocence même, verset 9, s’offrant volontairement en sacrifice, verset 7 ; voir Matthieu, 26, 63 ; Jean, 10, 18 ; Luc, 12, 50 ; se chargeant de nos crimes, voir Isaïe, 53, vv. 5-6, 8, 11-12 ; Matthieu, 8, 17 ; Actes des Apôtres, 8, 32-33 ; 1 Corinthiens, 15, 3 ; confondu avec les scélérats, voir Isaïe, 53, 12 ; Luc, 22, 37 ; Marc, 15, 28 ; opérant notre salut par les plus grandes humiliations et par sa passion, voir Isaïe, 53, 2-5 ; Marc, 11, 12 (?) ; 1 Pierre, 2, 24 ; priant pour ses bourreaux eux-mêmes, voir Isaïe, 53, 12 ; Luc, 23, 34, et entrant ainsi dans la gloire, voir Isaïe, 53, vv. 8-9, 11-12 ; Philippiens, 2, 7-10. ― « Qui a peint ce portrait de Jésus-Christ ? Est-ce un évangéliste ou un Père de l’Eglise ? Quels traits ! quel coloris ! quelle expression ! quel accord avec les faits ! quelle justesse, quel naturel dans les emblèmes ! Que dis-je ? Ce n’est pas une peinture emblématique d’un avenir fort éloigné : c’est une représentation fidèle du présent, et ce qui n’est pas encore est peint comme ce qui est. L’accord frappant de cet Ecce homo, montré par Isaïe, avec celui qui fut montré [sept] cents ans plus tard par Pilate, est d’autant plus décisif pour la foi, que l’objet en soi était inimaginable et qu’il faut nécessairement que le prophète l’ait vu pour le représenter ainsi. » (AUG. NICOLAS.)
Note Is. 52,13 : Voici que mon serviteur, etc. Ici, jusqu’à la fin du chapitre suivant ; le prophète quitte le figuré, Cyrus et Babylone, pour ne plus parler que du Messie, comme le disent les Pères et les interprètes ; et c’est en vain que les rabbins veulent voir en cet endroit Jérémie, ou Josias, ou Zorobabel, ou Esdras, ou le peuple juif, la prédiction ne saurait convenir à aucun de ces personnages.
 
14 Comme beaucoup ont été frappés de stupeur à ton sujet, ainsi sera sans gloire son aspect parmi les hommes, et sa forme parmi les fils des hommes.
Note Is. 52,14 : Sa forme ; son extérieur. ― Les fils des hommes. Voir sur cette expression, Isaïe, 51, 12.
15 C'est lui qui aspergera beaucoup de nations; devant lui, des rois fermeront leur bouche ; parce que ceux à qui il n'avait pas été parlé de lui, l'ont vu ; et ceux qui n'en avaient pas entendu parler, l'ont contemplé.
Note Is. 52,15 : Voir Romains, 15, 21.

Chapitre 53

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Le Messie méconnu par son peuple.
Naissance obscure du Messie.
Ses humiliations, ses souffrances, sa mort.
Sa vie nouvelle, sa longue postérité, les succès de son ministère.
1 Qui a cru à ce qu'il a entendu de nous? et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé?
Note Is. 53,1 : Qui a cru, etc. Saint Jean (voir Jean, 12, 38) et saint Paul (voir Romains, 10, 16) reconnaissent ici une prophétie de l’incrédulité des Juifs à l’égard de Jésus-Christ.
 
2 Et il montera comme une branche menue devant lui, et comme un rejeton d'une terre altérée ; il n'a ni éclat ni beauté ; et nous l'avons vu, et il n'avait pas un aspect agréable, et nous l'avons désiré ;
Note Is. 53,2 : Nous l’avons désiré (desideravimus eum). Bien des interprètes suppléant la négation, qui est dans le membre de phrase précédent, selon un usage assez commun en hébreu, traduisent nous ne l’avons pas désiré ; ce qui, il faut en convenir, paraît plus conforme au contexte.
 
3 Méprisé, et le dernier des hommes, homme de douleur, et connaissant l'infirmité ; son visage était comme caché, et méprisé, et nous l'avons compté pour rien.
Note Is. 53,3 : Voir Marc, 9, 11.
 
4 Il a vraiment lui-même pris nos langueurs sur lui, et il a lui-même porté nos douleurs ; et nous l'avons considéré comme un lépreux, frappé de Dieu et humilié.
Note Is. 53,4 : Il a vraiment, etc. Saint Matthieu (voir Matthieu, 8, 17) applique cette parole à Jésus-Christ, guérissant les malades qu’on lui présentait.
 
5 Mais lui-même il a été blessé à cause de nos iniquités, il a été brisé à cause de nos crimes; le châtiment, prix de notre paix, est tombé sur lui; et par ses meurtrissures nous avons été guéris.
Note Is. 53,5-6 : Comparer à 1 Pierre, 2, 24-25.
Note Is. 53,5 : Voir 1 Corinthiens, 15, 3.
 
6 Nous tous, comme des brebis, nous avons erré ; chacun s'est détourné vers sa voie; et le Seigneur a mis sur lui l'iniquité de nous tous.
 
7 Il a été offert parce que lui-même l'a voulu, et il n'a pas ouvert sa bouche; comme une brebis, il sera conduit à la tuerie, et comme un agneau devant celui qui le tond, il sera muet, et il n'ouvrira pas sa bouche.
Note Is. 53,7-8 : Ces deux versets se trouvent cités dans les Actes des Apôtres (voir Actes des Apôtres, 8, 32-33), mais suivant la version des Septante. ― Génération ; se prend dans l’Ecriture pour l’action d’être engendré, durée de la vie humaine, race, famille, les contemporains, âge, siècle, postérité. Cette dernière signification nous semble la plus convenable ici, à cause de ce qui suit immédiatement. C’est comme si le prophète disait : Qui pourra jamais expliquer comment celui qui est mort au milieu des tourments les plus ignominieux a eu une postérité aussi nombreuse et aussi glorieuse ?
 
8 A la suite des angoisses et d'un jugement il a été enlevé; qui racontera sa génération? car il a été retranché de la terre des vivants ; à cause du crime de mon peuple, je l'ai frappé.
 
9 Et il donnera des impies pour sa sépulture, et un riche pour sa mort, parce qu'il n'a pas commis d'iniquité, et que la tromperie n'a pas été dans sa bouche.
Note Is. 53,9 : Voir 1 Pierre, 2, 22 ; 1 Jean, 3, 5. ― Il donnera. On pense généralement que ce pronom il représente le mot Dieu ou Seigneur, sous-entendu ; nous croyons, nous, qu’il se rapporte au Messie, sujet de la plupart des verbes exprimés dans cet oracle prophétique. ― Des impies ; ainsi porte l’hébreu, sans l’article déterminatif qui se lit pourtant dans le grec ; ce qui peut s’entendre du centurion et de ses soldats qui confessèrent, au pied de la croix, la divinité de Jésus-Christ (voir Marc, 15, 39 ; Luc, 23, 47-48), ou bien des soldats romains qui gardaient le tombeau du Sauveur. ― Pour sa sépulture (pro sepultura), pour sa mort (pro morte sua) ; c’est-à-dire pour prix de sa sépulture, pour prix de sa mort ; c’est aussi le sens qu’on donne au texte des Septante. ― Un riche (divitem) ; selon l’hébreu. On l’entend de Joseph, homme riche d’Arimathie (voir Matthieu, 27, 57-60). Le grec lit les riches. ― Parce qu’il n’a pas, etc. Ce passage est appliqué à Jésus-Christ par plusieurs apôtres (voir 1 Pierre, 2, 22 ; 1 Jean, 3, 5).
 
10 Mais le Seigneur a voulu le briser dans son infirmité ; s'il donne, pour le péché, son âme, il verra une race de longue durée, et la volonté du Seigneur, par sa main, sera dirigée.
Note Is. 53,10 : S’il donne son âme, etc. Saint Paul (voir 2 Corinthiens, 5, 21) fait allusion à ces paroles du prophète. ― Par sa main ; hébraïsme, pour par son entremise, par son moyen, par lui ; c’est-à-dire que le Seigneur se servira de lui pour exécuter sa volonté.
11 De ce que son âme a souffert, il verra le fruit, et il sera rassasié ; par sa science mon serviteur justifiera lui-même un grand nombre d'hommes, et leurs iniquités, lui-même les portera.
 
12 C'est pour cela que je lui départirai un très grand nombre d'hommes, et il distribuera les dépouilles des forts, parce qu'il a livré à la mort son âme, et qu'il a été compté parmi les scélérats; parce qu'il a porté les péchés d'un grand nombre, et qu'il a prié pour les transgresseurs.
Note Is. 53,12 : Voir Luc, 23, 34. ― Jésus-Christ annonce à ses disciples que cette prophétie doit s’accomplir en lui (voir Luc, 22, 37), et saint Marc (voir Marc, 15, 28) nous en fait remarquer l’accomplissement.

Chapitre 54

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Jérusalem rétablie ; multitude de ses habitants ; étendue de sa puissance ; alliance du Seigneur avec elle ; magnificence de sa structure ; vains efforts de ses ennemis.
1 Loue le Seigneur, stérile, qui n'enfantes pas; chante sa louange, et pousse des cris de joie, toi qui n'enfantais pas : parce que les fils de la délaissée seront plus nombreux que les fils de celle qui a un mari, dit le Seigneur.
Note Is. 54,1-17 : 6e Discours : Gloire de Jérusalem et de l’Eglise, chapitre 54. Jérusalem stérile pendant la captivité devient maintenant féconde par la grâce de Dieu, versets 1 à 10. ― Elle se relève de ses ruines et est digne par sa magnificence de ceux qui l’habitent ; comme elle est fidèle à la grâce de Dieu, elle est maintenant invincible, par la force du Seigneur qui la défend et la protège, versets 11 à 17.
Note Is. 54,1 : Voir Luc, 23, 29. ― Loue ; ou, selon l’hébreu et les Septante, réjouis-toi, jubile. En suivant le dernier sens, saint Paul (voir Galates, 4, 26-27) nous montre dans ce passage la merveilleuse fécondité de l’Eglise de Jésus-Christ.
 
2 Elargis l'enceinte de ta tente, et étends les peaux de tes tabernacles; n'épargne rien; allonge tes cordages, et affermis tes pieux.3 Car tu pénétreras à droite et à gauche, et ta race aura des nations pour héritage, et elle habitera des villes auparavant désertes.
 
4 Ne crains pas, parce que tu ne seras pas confondue, et tu ne rougiras pas; car tu n'auras pas de honte, parce que tu oublieras la confusion de ta jeunesse ; et de l'opprobre de ta viduité, tu ne te souviendras plus.
 
5 Parce que celui qui t'a faite te dominera; le Seigneur des armées est son nom, et ton rédempteur, le saint d'Israël, sera appelé le Dieu de toute la terre.
Note Is. 54,5 : Voir Luc, 1, 32.
 
6 Car le Seigneur t'a appelée comme une femme délaissée et affligée d'esprit, et comme une femme répudiée dès sa jeunesse, a dit ton Dieu.
 
7 Pour un instant je t'ai un peu délaissée, mais dans mes grandes miséricordes je te rassemblerai.8 Dans un moment d'indignation je t'ai caché ma face pendant un peu de temps, mais dans ma miséricorde éternelle, j'ai eu pitié de toi, a dit ton rédempteur le Seigneur.
 
9 C'est ici pour moi comme aux jours de Noé, à qui je jurai que je n'amènerais plus les eaux de Noé sur la terre ; ainsi j'ai juré que je ne me mettrai pas en colère contre toi, et que je ne te réprimanderai pas.
Note Is. 54,9 : Voir Genèse, 9, 15. ― De Noé ; mots qui semblent former un pur pléonasme ; ils sont dans l’hébreu aussi bien que dans la Vulgate.
 
10 Car les montagnes seront ébranlées et les collines frémiront; mais ma miséricorde ne se retirera pas de toi, et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée, a dit celui qui a pitié de toi, le Seigneur.
Note Is. 54,10 : Mon alliance de paix ; l’alliance par laquelle je fais la paix avec toi ; littéralement et par hébraïsme, l’alliance de ma paix.
 
11 Tu es pauvre, battue par la tempête, et sans aucune consolation. Voici que moi j'alignerai tes pierres, et tu seras fondée sur des saphirs.12 Et je ferai tes tours de jaspe, et tes portes en pierres ciselées, et tous tes contours en pierres précieuses ;
 
13 Et tous tes fils seront instruits par le Seigneur, et une abondance de paix est réservée à tes fils.
Note Is. 54,13 : Tous tes fils, et abondance de paix ; sont à l’accusatif dans le texte, comme complément ou régime direct du verbe actif, je ferai (ponam) du verset précédent. Comparer à Jean, 6, 45.
14 Et tu seras fondée dans la justice ;éloigne-toi de la violence, parce que tu n'auras pas à craindre, et de la frayeur, parce qu'elle ne t'approchera pas.15 Voici que viendra un habitant qui n'était pas avec moi; que celui qui était étranger autrefois pour toi se joindra à toi.
 
16 Voilà que moi j'ai créé l'ouvrier qui souffle dans le feu des charbons ardents, et en fait sortir un instrument pour son ouvrage, et c'est moi qui ai créé le meurtrier pour détruire.
Note Is. 54,16 : L’ouvrier ; le forgeron.
17 Tout instrument qui a été imaginé contre toi manquera le but ; et toute langue qui te résistera dans le jugement, tu la jugeras. C'est là l'héritage des serviteurs du Seigneur, et la justice qu'ils trouvent auprès de moi, dit le Seigneur.
Note Is. 54,17 : Manquera le but ; ne t’atteindra pas ; littéralement, ne sera pas dirigé, sera mal dirigé.

Chapitre 55

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Tous les hommes sont appelés à la foi et à la pénitence.
Dieu miséricordieux et véritable dans ses promesses.
Bonheur de ceux qui reviennent à Dieu.
1 Vous tous qui avez soif, venez vers les eaux; et vous qui n'avez pas d'argent, hâtez-vous, achetez et mangez; venez, achetez sans argent et sans aucun échange du vin et du lait.
Note Is. 55,1-13 : 7e Discours : Abondance des biens spirituels apportés par le Messie, chapitre 55. L’œuvre de la rédemption est accomplie ; le serviteur de Dieu invite maintenant, versets 1 et 2, ses convives au festin qu’il leur a préparé et ne leur demande que d’accepter la grâce qu’il leur offre, comparer Isaïe, chapitre 55, à Jean, 7, 38 ; Joël, 3, 18 ; Isaïe, 66, 12 ; Jean, 4, 13-14. ― Si le peuple obéit à Dieu, Dieu tiendra toutes les promesses qu’il a faites à la maison de David et glorifiera ainsi Israël, versets 3 à 5. ― Que chacun lève donc les obstacles qui l’éloignent de Dieu ; qu’il fasse pénitence de ses péchés ; qu’il renonce à ses propres pensées pour suivre celles du Seigneur, et ainsi il recevra toute sorte de biens, versets 6 à 13.
Note Is. 55,1 : Voir Ecclésiastique, 51, 33 ; Apocalypse, 22, 17. ― Sans aucun échange. Comme la monnaie proprement dite ou frappée était encore inconnue, on se servait pour les achats de lingots d’or ou d’argent et plus communément on échangeait des objets en nature.
2 Pourquoi dépensez-vous de l'argent à ce qui n'est pas du pain, et votre travail à ce qui ne peut vous rassasier? Ecoutez-moi avec une grande attention, et mangez une bonne nourriture, et votre âme se délectera en s'en engraissant.
Note Is. 55,2 : Du pain ; c’est-à-dire de la nourriture en général, comme nous l’avons déjà remarqué plus d’une fois. ― Ecoutez-moi avec une grande attention ; littéralement, et par hébraïsme, écoutant, écoutez.
 
3 Inclinez votre oreille, et venez à moi; écoutez, et votre âme vivra, et je ferai avec vous un pacte éternel qui montrera véritables les miséricordes promises à David.
Note Is. 55,3 : Les miséricordes (misericordias) est à l’accusatif, comme étant en opposition avec pacte éternel, complément du verbe actif feriam qui précède. Quant aux promesses de miséricorde faites à David, elles sont rappelées dans plusieurs psaumes, mais particulièrement à Psaumes, 88, 28-29. Comparer à Actes des Apôtres, 13, 34.
 
4 Voilà que je l'ai donné pour témoin aux peuples, pour chef et pour maître aux nations.5 Voilà que tu appelleras une nation que tu ne connaissais pas; et des nations qui ne t'ont pas connu vers toi accourront, à cause du Seigneur ton Dieu, et du saint d'Israël qui t'a glorifié.
 
6 Cherchez le Seigneur, tandis qu'on peut le trouver, invoquez-le tandis qu'il est proche.7 Que l'impie abandonne sa voie, et l'homme inique ses pensées, et qu'il retourne au Seigneur, et il aura pitié de lui; et à notre Dieu, parce qu'il pardonne beaucoup.
 
8 Car mes pensées ne sont pas vos pensées, ni vos voies mes voies, dit le Seigneur.9 Parce qu'autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant sont élevées mes voies au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.
 
10 Et de même que la pluie et la neige descendent du ciel et n'y retournent plus, mais qu'elles abreuvent la terre, la pénètrent, la font germer, et qu'elle donnent la semence au semeur, et le pain à celui qui le mange ;11 Ainsi sera ma parole qui sortira de ma bouche; elle ne reviendra pas à moi sans effet; mais elle fera tout ce que j'ai voulu, et elle réussira dans toutes les choses pour lesquelles je l'aurai envoyée.12 Parce que dans la joie vous sortirez, et dans la paix vous serez ramenés; les montagnes et les collines chanteront devant vous des louanges, et tous les arbres du pays battront des mains.13 Au lieu du nard sauvage s'élèvera le sapin, et au lieu de l'ortie croîtra le myrte ; et le nom du Seigneur deviendra un signe éternel, qui ne sera pas enlevé.

Chapitre 56

 | 
 | 
Chap. : 
Bonheur de ceux qui observent les commandements de Dieu.
L’étranger et l’eunuque reçus parmi le peuple du Seigneur.
Reproches contre les pasteurs et les gardes de Jérusalem.
1 Voici ce que dit le Seigneur: Gardez le jugement et pratiquez la justice; parce que mon salut est près de venir, et ma justice, d'être révélée.
Note Is. 56,1-8 : 8e Discours : Conséquences morales et sociales de l’œuvre de la Rédemption, chapitre 56, versets 1 à 8. Personne n’est exclu désormais du royaume de Dieu : y entrera non celui qui descend d’Abraham, mais celui qui pratique la vertu, versets 1 à 8.
Note Is. 56,1 : Voir Sagesse, 1, 1. ― Mon salut ; le salut que je dois envoyer.
 
2 Bienheureux l'homme qui observe ceci, et le fils de l'homme qui s'y attachera; gardant le sabbat, afin de ne pas le profaner, gardant ses mains, afin de ne faire aucun mal.
Note Is. 56,2 : Aucun mal (omne malum). En hébreu le mot tout signifie nul, pas un seul, lorsqu’il est joint à une négation. C’est un des nombreux hébraïsmes conservés dans la Vulgate.
 
3 Et qu'il ne dise en aucune manière, le fils de l'étranger qui s'attache au Seigneur : Le Seigneur me séparera entièrement de son peuple. Et que l'eunuque ne dise pas : Voici que je suis un bois aride.
Note Is. 56,3 : Qu’il ne dise en aucune manière ; littéralement et par hébraïsme, qu’il ne dise pas, disant. Comparer à Psaumes, 39, 2. ― Que l’eunuque, etc. La loi mosaïque défendait de recevoir les eunuques dans l’assemblée du Seigneur (voir Deutéronome, 23, 1).
 
4 Parce que voici ce que dit le Seigneur aux eunuques: Ceux qui gardent mes sabbats, et qui choisissent ce que je veux et observent mon alliance ;
Note Is. 56,4 : Ceux qui gardent, etc. Ces eunuques fidèles représentent ceux dont Jésus-Christ parle dans l’Evangile, c’est-à-dire, ceux qui, pour le royaume des cieux, ont renoncé au mariage (voir Matthieu, 19, 12).
5 Je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un lieu et un nom plus avantageux que des fils et des filles ; je leur donnerai un nom éternel qui ne périra pas.
 
6 Et les fils de l'étranger qui s'attachent au Seigneur, afin de l'adorer et d'aimer son nom, afin d'être ses serviteurs, et tous ceux qui gardent le sabbat pour ne pas le profaner, et observent mon alliance,
Note Is. 56,6 : Les fils, ainsi que tous, sont à l’accusatif dans le latin, comme compléments du verbe je conduirai, du verset suivant.
7 Je les conduirai sur ma montagne sainte, je les remplirai de joie dans ma maison de prière; leurs holocaustes et leurs victimes, offerts sur mon autel, me seront agréables; parce que ma maison sera appelée maison de prière pour tous les peuples.
Note Is. 56,7 : Voir Jérémie, 7, 11. ― Parce que ma maison, etc. Jésus-Christ applique ce passage au temple même des Juifs, qui était l’image de nos temples (voir Matthieu, 21, 13 ; Marc, 11, 17 ; Luc, 19, 46), et la figure de l’Eglise même du Sauveur qui est véritablement la maison de Dieu (voir 1 Timothée, 3, 15). ― Ma maison de prière ; littéralement et par hébraïsme, la maison de ma prière. ― Sera appelée, etc. ; autre hébraïsme, pour sera une maison, etc. Comparer à Daniel, 7, vv. 14, 27 ; Michée, 4, 7.
8 Le Seigneur Dieu, qui rassemble les dispersés d'Israël, dit : Je réunirai encore à lui ceux qui se joindront à lui.
Note Is. 56,8 : Je réunirai, etc. Le Seigneur rassemblera non seulement Juda, mais aussi Israël, et il réunira à eux tous les étrangers qui voudront s’y joindre, comme il est dit dans les versets précédents.
 
9 Vous toutes, bêtes des champs, vous toutes, bêtes des forêts, venez pour dévorer.
Note Is. 56,9-57.21 : 9e Discours : Conclusion. Coup d’œil sur la situation présente ; malgré ses tristesses, elle n’empêchera pas la félicité future, du chapitre 56, verset 9 au chapitre 57. Si l’avenir doit être brillant, le présent est triste. ― 1° Les pasteurs d’Israël oublient leurs devoirs. Les bêtes sauvages, c’est-à-dire les peuples étrangers, peuvent dévorer le troupeau du Seigneur sans en être empêchées par les bergers qui ne songent qu’à eux, chapitre 56, versets 9 à 12, de sorte que c’est un bonheur pour le juste, quand il peut échapper par la mort aux calamités qui allaient fondre sur lui, chapitre 57, versets 1 et 2. ― 2° Le peuple n’est pas moins coupable que ses chefs ; il se livre au culte infâme et cruel des faux dieux, versets 3 à 10 ; ce qui lui attirera de nouveaux châtiments, versets 11 à 13. ― 3° Quant aux justes ou aux pénitents, Dieu les sauvera ; après avoir fait expier aux siens leurs péchés, il les récompensera, versets 14 à 18, car il donne la paix aux justes et ne la refuse qu’aux endurcis, versets 19 à 21.
10 Ses sentinelles sont toutes aveugles ; elles sont toutes dans l'ignorance ; des chiens muets, qui ne peuvent aboyer, qui voient des fantômes, qui dorment et qui aiment les songes.
 
11 Et ces chiens d'une impudence extrême n'ont pas connu le rassasiement; les pasteurs eux-mêmes n'ont pas d'intelligence; tous se sont détournés vers leur voie, chacun vers son avarice, depuis le plus grand jusqu'au plus petit.
Note Is. 56,11 : Voir Jérémie, 6, 13 ; 8, 10.
 
12 Venez, disent-ils, prenons du vin, remplissons-nous-en jusqu'à l'ivresse; et comme aujourd'hui, ainsi il en sera demain, et beaucoup plus encore.

Chapitre 57

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Mort du juste.
Reproche aux Juifs idolâtres.
Retour du peuple de sa captivité.
Malheur aux méchants.
1 Le juste périt, et il n'est personne qui y pense en son cœur; les hommes de miséricorde sont enlevés du monde, parce qu'il n'est personne qui ait de l'intelligence ; car c'est à cause de la malice qu'a été enlevé le juste.
Note Is. 57,1 : Le juste ; est mis ici pour les justes en général, selon plusieurs : mais c’est plutôt de Jésus-Christ qu’il faut l’entendre. ― L’intelligence ; ce mot dans le style de la Bible, signifie très souvent prudence, sagesse, vertu, comme l’expression de la face, à la face (facie) se prend fréquemment dans le sens à cause de.
2 Vienne la paix; qu'il repose sur sa couche, celui qui a marché dans sa ligne droite.
 
3 Mais vous, approchez ici, fils d'une devineresse, race d'un adultère et d'une prostituée.4 De qui vous êtes-vous joués? contre qui avez-vous ouvert la bouche et tiré la langue? Est-ce que vous n'êtes pas, vous, des fils criminels, une race mensongère?
 
5 Vous qui vous consolez dans vos dieux, sous tout arbre feuillu ; immolant vos enfants dans les torrents, sous les pierres avancées?
Note Is. 57,5 : Dans les torrents. C’était surtout dans la vallée de Ben-Hinnom, au sud de Jérusalem, qu’avaient lieu ces sacrifices abominables dans lesquels les parents offraient leurs enfants en sacrifice au dieu Moloch.
 
6 Dans les parties d'un torrent est ta part; c'est là ton sort; et tu y as répandu une libation, tu as offert un sacrifice. Est-ce que de cela je ne serai pas indigné?
 
7 Sur une montagne haute et élevée, tu as posé ton lit; tu y es montée afin d'immoler des hosties.
 
8 Et derrière la porte, et en arrière du poteau tu as placé ton souvenir; parce que près de moi tu as découvert ta couche, et tu as reçu des adultères ; tu as agrandi ton lit et tu as fait avec eux une alliance ; tu as aimé leur couche à main ouverte.
Note Is. 57,8 : Ton souvenir ; c’est-à-dire, tes divinités domestiques, selon saint Jérôme et plusieurs interprètes. ― Tu as découvert ta couche ; ou, suivant d’autres, tu t’es découverte. Des adultères ; littéralement un adultère (adulterum) ; mais le pronom pluriel eux (eis), qui suit, prouve que le singulier adultère, est considéré comme un nom collectif. ― A main ouverte (manu aperta) ; sans aucune retenue, sans la moindre réserve.
 
9 Et tu t'es parée d'un parfum royal, et tu as multiplié tes essences. Tu as envoyé des messagers au loin, et tu as été abaissée jusqu'aux enfers.
Note Is. 57,9 : Tu t’es parée, etc. ; tu t’es parfumée en l’honneur de Moloch, idole dont le nom en hébreu signifie roi.
 
10 Dans la multitude de les voies, tu t'es fatiguée, tu n'as pas dit : Je me reposerai. Tu as trouvé la vie de ta main, à cause de cela tu ne m'as pas prié.
Note Is. 57,10 : La vie de ta main ; c’est-à-dire de quoi vivre par le travail de tes mains.
 
11 Qui t'a rendue inquiète, qui as-tu craint, après que tu as menti, que tu ne t'es pas souvenue de moi, tu n'as pas pensé en ton cœur? C'est parce que je me tais, et que je suis comme ne voyant pas, que tu m'as oublié.
Note Is. 57,11 : Que tu m’as oublié ; littéralement et tu, etc. Ici, comme en bien d’autres passages, la particule et ne sert qu’à marquer l’apodose.
 
12 Pour moi j'annoncerai ta justice, et tes œuvres ne te serviront pas.13 Lorsque tu crieras, qu'ils te délivrent ceux que tu as rassemblés, et un vent les emportera, une brise les enlèvera. Mais celui qui a confiance en moi héritera de la terre, et il possédera ma montagne sainte.
 
14 Et je dirai : Faites une voie, préparez un chemin, détournez-vous du sentier, ôtez les pierres d'achoppement de la voie de mon peuple.
Note Is. 57,14 : Voir Isaïe, 62, 10.
 
15 Parce que voici ce que dit le Très-Haut, le sublime, qui habite l'éternité, et dont le nom est saint, et qui habite dans un lieu très élevé, et dans un lieu saint, et avec un coeur contrit et un esprit humble, afin de vivifier l'esprit des humbles et le cœur des contrits.
Note Is. 57,15 : Dit ; le complément de ce verbe ne se trouve qu’au verset 17 ; tout ce qui le suit est une longue parenthèse. ― Un lieu très élevé ; le ciel. ― Lieu saint ; le sanctuaire ou le tabernacle, ou le temple. ― Un cœur contrit, un esprit humble ; singulier pour le pluriel.
 
16 Car je ne disputerai pas éternellement, et je ne me mettrai pas en colère pour toujours : parce qu'un esprit sortira de ma face, et que je créerai des souffles de vie.
 
17 A cause de l'iniquité de son avarice, j'ai été irrité, et je l'ai frappé; je t'ai caché ma face, et j'ai été indigné; et il est allé, vagabond, dans la voie de son cœur.
Note Is. 57,17 : A cause, etc. ; ici commence le complément du verbe dit du verset 15. ― Son, le, te, il ; ces pronoms, ainsi que ses, les, lui, etc., du verset 18, se rapportent à peuple d’Israël ou à mon peuple, sous-entendu.
18 Ses voies, je les ai vues, et je l'ai guéri, et je l'ai ramené, et je lui ai rendu des consolations, à lui et à ceux qui le pleuraient.
 
19 J'ai créé un fruit de lèvres, paix, paix pour celui qui est loin, et pour celui qui est proche, dit le Seigneur, et je les ai guéris.
Note Is. 57,19 : Un fruit de lèvres ; une parole. ― Paix ; ce mot, comme on l’a déjà vu, signifiait chez les Hébreux prospérité parfaite. ― Pour celui, etc. ; c’est-à-dire pour les Gentils et pour les Juifs, selon ce que dit saint Paul (voir Ephésiens, 2, 17) de la paix annoncée par Jésus-Christ. ― Les ; littéralement, le (eum) ; hébraïsme, pour chacun d’eux.
20 Mais les impies sont comme une mer impétueuse qui ne peut s'apaiser, et dont les îlots rejettent de l'écume et du limon.21 Il n'est pas de paix pour les impies, dit le Seigneur Dieu.
Note Is. 57,21 : Voir Isaïe, 48, 22.

Chapitre 58

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Hypocrisie des Juifs condamnée.
Leurs faux jeûnes.
Manière de bien observer le sabbat.
Récompense de ceux qui l’observent fidèlement.
1 Crie et ne cesse point; comme la trompette élève ta voix, et annonce à mon peuple ses crimes, et à la maison de Jacob ses péchés.
Note Is. 58,1-14 : III. Troisième section : Le royaume messianique, du chapitre 58 au chapitre 66. ― 1er Discours. Du faux et du vrai culte dû à Dieu, chapitre 58. Le peuple prétend être pieux et mériter le salut, parce qu’il jeûne, mais à quoi sert le jeûne si la rénovation intérieure ne l’accompagne ? C’est une œuvre extérieure sans valeur, parce qu’il n’est pas le fruit de la crainte de Dieu, versets 1 à 6. ― Il faut être charitable envers le prochain ; faire la volonté du Seigneur : voilà le vrai culte qu’on doit rendre à Dieu, afin de recevoir ses grâces et ses miséricordes, versets 7 à 14, voir Matthieu, 6, verset 1 et suivants.
Note Is. 58,1 : Crie. C’est le Seigneur qui s’adresse à Isaïe.
 
2 Car c'est moi que de jour en jour ils cherchent, et ils veulent connaître mes voies; comme une nation qui aurait pratiqué la justice et qui n'aurait pas abandonné le jugement de son Dieu ; ils me demandent des jugements de justice, et ils veulent s'approcher de Dieu.
Note Is. 58,2 : Le jugement de son Dieu ; c’est-à-dire la loi de son Dieu. ― Des jugements de justice ; la raison des jugements de ma justice. ― S’approcher de Dieu, pour entre en jugement, disputer avec lui.
 
3 Pourquoi, disent-ils, avons-nous jeûné, et n'avez-vous pas regardé? Pourquoi avons-nous humilié nos âmes, et ne l'avez-vous pas su? Voici qu'au jour de votre jeûne se trouve votre volonté, et que vous poursuivez vos débiteurs.
Note Is. 58,3 : Au jour, etc. les Juifs captifs à Babylone avaient institué d’eux-mêmes certains jeûnes, qu’ils continuèrent pendant quelques temps après la captivité. Ils consultèrent Zacharie, pour savoir s’ils devaient les continuer plus longtemps. Sans répondre directement à leur demande, le prophète leur fit le même reproche que nous lisons ici dans Isaïe. Voir Zacharie, 7, versets 2 et suivants.
 
4 Voici que vous jeûnez pour susciter des procès et des querelles, et que vous frappez du poing impitoyablement. Ne jugez pas comme jusqu'à ce jour, pour que vos cris retentissent dans l'air.
 
5 Est-ce que le jeûne que j'ai choisi est tel que pendant un jour un homme afflige son âme, contourne sa tête comme un cercle, et se couvre d'un sac et de cendre ? Est-ce là ce que tu appelleras un jeûne, et un jour agréable au Seigneur?
Note Is. 58,5 : Voir Zacharie, 7, 5.
 
6 Le jeûne que j'ai choisi n'est-il pas celui-ci? romps les liens de l'impiété, délie les faisceaux accablants, renvoie libres ceux qui sont opprimés, et brise tout fardeau.
Note Is. 58,6 : Les faisceaux ; tout ce qui gêne, pèse.
 
7 Romps ton pain pour celui qui a faim, et fais entrer dans ta maison les indigents et ceux qui errent sans asile; lorsque tu verras quelqu'un nu, couvre-le, et ne méprise point ta chair.
Note Is. 58,7 : Voir Ezéchiel, 18, vv. 7, 16 ; Matthieu, 25, 35. ― Ta chair ; tes frères, tes proches. Comparer à Genèse, 39, 14 ; 37, 27.
 
8 Alors ta lumière éclatera comme le matin, et bientôt la guérison se montrera; ta justice marchera devant ta face, et la gloire du Seigneur te recueillera.
Note Is. 58,8 : Ta lumière. La lumière désigne souvent, dans les auteurs sacrés, la joie et la félicité, surtout celles qui succèdent à un état de tristesse, d’humiliation et d’oppression qui est ordinairement exprimé par le mot ténèbres. ― Ta guérison. Les Hébreux appelaient maladie, toute sorte de maux, et guérison, la délivrance, la cessation de ces maux. ― La gloire du Seigneur te recueillera. Cette même idée a été déjà exprimée, quoiqu’en des termes différents. Voir Isaïe, 52, 12.
9 Alors tu invoqueras le Seigneur, et le Seigneur t'exaucera ; tu crieras, et il dira : Me voici ; si tu ôtes du milieu de toi la chaîne, et si tu cesses d'étendre le doigt et de dire ce qui n'est pas utile.
Note Is. 58,9 : La chaîne ; dont tu charges tes frères. ― D’étendre le doigt ; ou de montrer au doigt ; locution qui a toujours marqué le mépris et l’insulte. ― Ce qui n’est pas utile (quod non prodest) ; le terme hébreu correspondant signifie aussi méchanceté, iniquité, crime, mensonge, fausseté. De là le Chaldéen l’a rendu par rapine, et les Septante par murmure. Quoi qu’il en soit, il s’agit ici de paroles nuisibles au prochain.
 
10 Si tu prodigues ton âme à celui qui a faim, et si tu remplis de consolation une âme affligée, ta lumière se lèvera dans les ténèbres, et tes ténèbres seront comme le midi.
Note Is. 58,10 : Si tu prodigues, etc. ; c’est-à-dire, si tu assistes le pauvre affamé avec une grande effusion de cœur. ― Ta lumière, etc. Voir le verset 8.
11 Et le Seigneur te donnera le repos sans interruption, et il remplira ton âme de splendeurs ; il délivrera tes os, et tu seras comme un jardin arrosé, et comme une fontaine d'eau, à laquelle les eaux ne manqueront pas.
Note Is. 58,11 : Il délivrera (liberabit) ; ou bien il rendra libres, c’est-à-dire prompts, agiles, lestes, comme porte le texte hébreu. ― Os (ossa) ; peut s’entendre des membres du corps en général.
 
12 Et par toi seront remplis d'édifices des lieux déserts depuis des siècles ; tu relèveras des fondements abandonnés pendant plusieurs générations, et tu seras appelé constructeur des haies, mettant les sentiers en repos.
Note Is. 58,12 : Voir Isaïe, 61, 4. ― Plusieurs générations ; littéralement et par hébraïsme, génération et génération. ― Constructeurs de haies ; c’est sans doute une allusion à la restauration de Jérusalem qui est souvent appelée une vigne dont les murs sont des haies, ou bien aux haies réelles des vignes, détruites par les Chaldéens. ― Mettant, etc. ; rendant sûrs et sans aucun danger les chemins, auparavant infestés par les voleurs.
 
13 Si tu t'abstiens, à cause du sabbat, d'avancer ton pied et de faire ta volonté dans le -jour qui m'est consacré ; si tu appelles le sabbat délicieux, jour du Seigneur saint et glorieux; si tu le glorifies en ne suivant pas tes voies, et si tu ne mets pas ta volonté à dire des paroles vaines,
Note Is. 58,13 : Si tu t’abstiens, etc. ; littéralement, si tu détournes à cause du sabbat ton pied ; c’est-à-dire si tu ne voyages pas le jour du sabbat. Les Juifs croyaient qu’il ne leur était pas permis de faire plus de deux mille pas, c’est-à-dire environ une demi-lieue de chemin, le jour du sabbat. ― A cause ; c’est le vrai sens qu’a ici, comme dans bien d’autres passages, la particule hébraïque, rendue dans la Vulgate par a. ― De faire (facere) ta volonté ; second complément de si tu t’abstiens, ou si tu détournes (si averteris).
 
14 Alors tu trouveras des délices dans le Seigneur ; je t'élèverai sur les hauteurs de la terre, et je te nourrirai avec l'héritage de Jacob ton père, car la bouche du Seigneur a parlé.
Note Is. 58,14 : Les hauteurs de la terre ; c’est-à-dire le pays de tes pères, qui est une terre haute et élevée. Comparer à Deutéronome, 32, 13.

Chapitre 59

 | 
 | 
Chap. : 
Infidélité d’Israël, obstacle à sa délivrance.
Vengeance du Seigneur contre Babylone et ses alliés.
Délivrance d’Israël.
1 Voici que la main du Seigneur n'est point raccourcie pour ne pouvoir sauver, et son oreille n'est point appesantie pour ne pas écouter ;
Note Is. 59,1-21 : 2e Discours : La nouvelle alliance, fruit du repentir d’Israël, chapitre 59. Le sujet du second discours est analogue à celui du premier, et en est comme la continuation. ― Ce sont les péchés du peuple qui l’empêchent d’être sauvé, versets 1 à 8. ― 2° Israël se plaint de ce que la promesse du salut ne se réalise pas à cause de ses fautes, dont il reconnaît l’énormité, versets 9 à 15a . ― 3° A la suite de cette confession, le Prophète annonce que le Seigneur viendra délivrer ceux qui se repentent et faire avec eux une alliance nouvelle, un autre Testament, versets 15b à 21.
Note Is. 59,1 : Voir Nombres, 11, 23 ; Isaïe, 50, 2.
2 Mais vos iniquités ont mis une séparation entre vous et votre Dieu, et vos péchés vous ont caché sa face, afin qu'il ne vous écoutât point.
 
3 Car vos mains se sont souillées de sang, et vos doigts d'iniquité; vos lèvres ont parlé le mensonge, votre langue profère l'iniquité.
Note Is. 59,3 : Voir Isaïe, 1, 15.
4 Il n'est personne qui invoque la justice, et il n'est personne qui juge dans la vérité; mais ils se confient au néant, et ne font entendre que des paroles vaines; ils ont conçu la peine et ils ont enfanté l'iniquité.
Note Is. 59,4 : Voir Job, 15, 35.
 
5 Ils ont fait éclore des œufs d'aspic, et ils ont ourdi des toiles d'araignée ; celui qui mangera de leurs œufs mourra; et de ce qui aura été couvé sortira un basilic.6 Leurs toiles ne serviront pas de vêtement: ils ne se revêtiront pas de leurs œuvres; leurs œuvres sont inutiles, et une œuvre d'iniquité est dans leurs mains.
Note Is. 59,6-7 : Inutiles. Voir, sur le vrai sens de ce mot, Isaïe, 58, 9.
 
7 Leurs pieds courent au mal, et ils se hâtent pour répandre un sang innocent; leurs pensées sont des pensées inutiles; le ravage et la destruction sont dans leurs voies.
Note Is. 59,7 : Voir Proverbes, 1, 16 ; Romains, 3, 15.
8 Ils n'ont pas connu la voie de la paix, et il n'y a pas de jugement dans leurs démarches; leurs sentiers sont devenus tortus pour eux; quiconque y marche ignore la paix.
 
9 A cause de cela le jugement s'est éloigné de nous, et la justice ne nous atteindra pas ; nous avons attendu la lumière, et voilà les ténèbres; la splendeur du jour, et c'est au milieu des ténèbres que nous avons marché.10 Comme des aveugles nous nous sommes attachés à la muraille, et comme privés de nos yeux, nous avons marché à tâton: nous nous sommes heurtés en plein midi, de même qu'au milieu des ténèbres; nous sommes dans des lieux obscurs comme les morts.
Note Is. 59,10 : Comme des aveugles, etc. Les interprètes, d’un commun accord, appliquent ceci aux Juifs qui ont vécu depuis Jésus-Christ.
11 Nous rugirons tous comme les ours, et comme les colombes, méditant, nous gémirons; nous avons attendu le jugement, et il n'est pas venu; le salut, et il s'est éloigné de nous.
 
12 Car nos iniquités se sont multipliées devant vous, et nos péchés nous ont répondu; parce que nos crimes sont avec nous, et nous avons connu nos iniquités :
Note Is. 59,12 : Nous ont répondu ; c’est-à-dire ont témoigné contre nous. Comparer à Isaïe, 3, 9 ; Jérémie, 14, 7.
13 Pécher et mentir contre le Seigneur; et nous nous sommes détournés pour ne pas suivre notre Dieu, pour proférer la calomnie et la révolte ; nous avons conçu et proféré de notre cœur des paroles de mensonge.
Note Is. 59,13 : Pécher et mentir ; sont l’explicatif de nos iniquités, du verset précédent ; c’est comme s’il y avait, c’est-à-dire le péché et le mensonge.
14 Et le jugement est retourné en arrière; et la justice s'est tenue au loin; parce que la vérité est tombée sur la place publique, et l'équité n'a pu y entrer.
Note Is. 59,14 : Est tombée (corruit) ; a été renversée, anéantie. ― Sur la place publique ; les places se trouvaient aux portes de la ville ; c’est là qu’étaient placés les tribunaux, chez les Hébreux comme chez les Grecs. Comparer à Zacharie, 8, 16.
15 Et la vérité est devenue en oubli; et celui qui s'est retiré du mal a été exposé en proie ; le Seigneur l'a vu ; et mal a paru à ses yeux qu'il n'y eût point de justice.
 
16 Et il a vu qu'il n'y avait point d'homme, et il s'est étonné que personne ne s'opposât à ces maux, et son propre bras l'a sauvé, et sa justice elle même l'a soutenu.
Note Is. 59,16 : Qu’il n’y avait pas d’homme ; pour maintenir la vérité et la justice (voir verset 15), et secourir son peuple malheureux. ― Son propre bras, etc. ; le Seigneur fait de la cause de son peuple sa propre cause ; ainsi les pronoms son, sa, le se rapportent au Seigneur, comme le prouve d’ailleurs le passage parallèle, voir Isaïe, 63, 5. Comparer aussi à Isaïe, 8, 11. (?)
17 Il s'est revêtu de la justice comme d'une cuirasse, et le casque de salut a été sur sa tête; il s'est revêtu des vêtements de vengeance, il s'est couvert comme d'un manteau de zèle.
Note Is. 59,17 : Voir Ephésiens, 6, 17 ; 1 Thessaloniciens, 5, 8. ― Comme d’un manteau de zèle ; pour du zèle comme d’un manteau.
18 Comme pour exercer sa vengeance, comme pour imposer le salaire de son indignation à ses ennemis et payer de retour ses adversaires: aux îles il rendra la pareille.
Note Is. 59,18 : Comme pour… ses adversaires ; suivant la ponctuation, doit être considéré comme la protase, dont l’apodose est aux îles, etc. ; ou bien comme l’exposé du motif de ce qui est dit dans le verset précédent, si on change la ponctuation. ― Iles ; c’est-à-dire, selon l’hébreu, pays lointains.
 
19 Et ils craindront, ceux qui sont de l'occident, le nom du Seigneur, et ceux qui sont du levant, sa gloire; lorsqu'il viendra comme un fleuve impétueux, que le souffle du Seigneur agite;20 Et que viendra un rédempteur pour Sion, et pour ceux qui dans Jacob reviennent de l'iniquité, dit le Seigneur.
Note Is. 59,20 : Un rédempteur ; le Messie, représenté imparfaitement par Cyrus. Comparer à Romains, 11, 26.
 
21 Voici mon alliance avec eux, dit le Seigneur : Mon esprit, qui est en toi, et mes paroles que j'ai mises en ta bouche ne s'éloigneront pas de ta bouche, ni de la bouche de ta postérité, ni de la bouche de la postérité de ta postérité, depuis ce moment jusque dans l'éternité, dit le Seigneur.
Note Is. 59,21 : Voici mon alliance, etc. C’est l’alliance éternelle que Jésus-Christ a faite avec son Eglise, et dans laquelle les Juifs mêmes seront admis au temps de leur rappel.

Chapitre 60

 | 
 | 
Chap. : 
Rétablissement de Jérusalem.
Les nations se soumettent à elle.
Sa gloire, sa joie, ses richesses, sa paix.
1 Lève-toi, reçois la lumière, Jérusalem, parce qu'est venue ta lumière, et que la gloire du Seigneur sur toi s'est levée.
Note Is. 60,1-22 : 3e Discours : La gloire de Jérusalem ou de l’Eglise, chapitre 60. Le prophète chante maintenant les résultats de la nouvelle alliance dans ce magnifique chapitre, qui est un hymne autant qu’un discours. ― Le soleil de justice, Jésus-Christ, se lève sur Jérusalem. Tous les peuples, à la vue de sa lumière, accourent à la cité sainte, rois et sujets lui apportent leurs présents, versets 1 à 9. ― Jérusalem acquiert une magnificence incomparable ; ses richesses sont sans bornes, versets 10 à 17a , mais sa piété, sa sainteté et sa félicité la rendent plus belle et plus enviable encore, versets 17b à 22.
 
2 Parce que voilà que les ténèbres couvriront la terre, et une obscurité, les peuples; mais sur toi se lèvera le Seigneur, et sa gloire en toi se verra.3 Et des nations marcheront à ta lumière, et des rois à la splendeur de ton lever.
Note Is. 60,3 : De ton lever (ortus tui) ; Jérusalem est comparée à un astre. Ce qui est dit dans ce verset ne peut s’expliquer que de la venue de Jésus-Christ.
 
4 Lève autour de toi tes yeux et vois; tous ceux-ci se sont rassemblés, ils sont venus à toi; tes fils de loin viendront, et tes filles à ton côté se lèveront.
Note Is. 60,4 : Voir Isaïe, 49, 18.
 
5 Alors tu verras, et tu seras dans l'abondance; ton cœur admirera, et se dilatera, quand se sera tournée vers toi la richesse de la mer, et que la force des nations sera venue à toi.
 
6 Une inondation de chameaux te couvrira ainsi que les dromadaires de Madian et d'Epha ; tous viendront de Saba, apportant de l'or et de l'encens, et publiant des louanges en l'honneur du Seigneur.
Note Is. 60,6-7 : Madian, Epha, Saba, Cédar, Nabaïoth sont tous descendants d’Abraham, les trois premiers par Céthura, les deux derniers par Ismaël (voir Genèse, 25, vv. 1-4, 13) ; les uns et les autres habitaient l’Arabie.
 
7 Tout troupeau de Cédar sera rassemblé pour toi, les béliers de Nabaïoth seront employés à ton service ; ils seront offerts sur mon autel d'expiation, et je glorifierai la maison de ma majesté.
 
8 Qui sont ceux-ci qui volent comme des nuées, et comme des colombes vers leurs demeures?
Note Is. 60,8 : Leurs demeures ; leurs colombiers ; littéralement leurs fenêtres.
9 Car les îles m'attendent, ainsi que les vaisseaux de mer, dès le principe, afin que je fasse venir tes fils de loin, leur or et leur argent avec eux, et les consacre au nom du Seigneur ton Dieu et au saint d'Israël, parce qu'il t'a glorifiée.
 
10 Et les fils des étrangers bâtiront des murs, et leurs rois te serviront ; car dans mon indignation je t'ai frappée, et par ma réconciliation j'ai eu pitié de toi.
 
11 Et tes portes seront ouvertes continuellement; ni jour ni nuit elles ne seront fermées, afin que te soit apportée la force des nations, et que leurs rois te soient amenés.
Note Is. 60,11 : Voir Apocalypse, 21, 25.
12 Car la nation et le royaume qui ne te sera pas assujetti, périra; ces nations réduites en solitude seront dévastées.
Note Is. 60,12 : Ces ; mot qui est représenté dans le texte hébreu par l’article déterminatif, comme il arrive assez souvent.
 
13 La gloire du Liban vers toi viendra; le sapin, et le buis, et le pin serviront ensemble à orner le lieu de ma sanctification; et la place de mes pieds, je la glorifierai.
Note Is. 60,13 : Le lieu de ma sanctification ; le lieu que je me suis consacré ; c’est-à-dire mon sanctuaire, mon temple. Voir Psaumes, 77, 54.
 
14 Et ils viendront vers toi, les fils de ceux qui t'ont humiliée, et ils adoreront les traces de tes pieds, tous ceux qui te décriaient, et ils t'appelleront la cité du Seigneur, la Sion du saint d'Israël.
 
15 Parce que tu as été délaissée et haïe, et qu'il n'y avait personne qui te traversât, je t'établirai l'orgueil des siècles, et la joie pour toutes les générations.
Note Is. 60,15 : Toutes les générations ; littéralement et par hébraïsme, génération et génération.
 
16 Et tu suceras le lait des nations, et de la mamelle des rois tu seras nourrie; et tu sauras que je suis le Seigneur qui te sauve, et ton rédempteur le fort de Jacob.
 
17 Au lieu d'airain j'apporterai de l'or, et au lieu de fer j'apporterai de l'argent; et au lieu de bois, de l'airain, et au lieu de pierre, du fer; je te donnerai pour gouvernement la paix, et pour préposés, la justice.
Note Is. 60,17 : Gouvernement ; surintendance, haute inspection ; c’est le vrai sens du latin visitationem, expliqué par l’hébreu, qui est mis ici par métonymie pour gouvernants, commandants. Le sens du verset est donc : Je te donnerai des gouvernants pacifiques, et des préposés justes et équitables.
 
18 On n'entendra plus parler d'iniquité dans ta terre, de ravage et de destruction dans tes confins; et le salut occupera tes murs, et la louange tes portes.
Note Is. 60,18 : On n’entendra plus, etc. Ceci peut s’expliquer de l’Eglise de Jésus-Christ, qui est la colonne de la vérité et le règne de la paix, ou de la Jérusalem céleste, où règne toujours une paix parfaite, et par là même exempte de toute crainte, de trouble, de ravage, d’iniquité et d’oppression, et où les chants de louanges et d’actions de grâces ne cessent jamais. ― Le salut, etc. ; sois sans crainte aucune ; ce ne sont pas de simples sentinelles qui veilleront autour de tes murs, pour les défendre contre les attaques de l’ennemi ; c’est le salut lui-même.
 
19 Tu n'auras plus le soleil pour éclairer pendant le jour, et la clarté de la lune ne luira pas sur toi ; mais le Seigneur sera ta lumière éternelle, et ton Dieu ta gloire.
Note Is. 60,19-20 : Ce sont des symboles sous lesquels saint Jean nous dépeint la gloire éternelle de la Jérusalem céleste (voir Apocalypse, 21, vv. 23, 25 ; 22, 5). On peut aussi y voir la description des « nouveaux cieux et de la nouvelle terre » (voir Isaïe, 30, 26 ; 65, 17-25 ; 66, 22 ; 2 Pierre, 3, 13 ; Apocalypse, 21, 1-5), le royaume des justes sur une terre rénovée, après la chute de l’Antéchrist et le jugement des Nations apostates (voir saint Irénée, Contre les hérésies, V).
Note Is. 60,19 : Voir Apocalypse, 21, 23 ; 22, 5.
 
20 Ton soleil ne se couchera plus, et ta lune ne diminuera pas; parce que le Seigneur sera ta lumière éternelle, et que les jours de ton deuil seront finis.
 
21 Quant à ton peuple, tous seront justes; pour toujours ils posséderont la terre en héritage; il sera le rejeton de ma plantation, l'œuvre de ma main pour me glorifier.
 
22 Le moindre de tes citoyens en produira mille, et le plus petit une nation très puissante ; moi le Seigneur, en son temps je ferai soudain cela.

Chapitre 61

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Mission du prophète ou plutôt du Messie.
Délivrance et rétablissement d’Israël.
1 L'esprit du Seigneur est sur moi, parce que le Seigneur m'a oint ; pour annoncer sa parole à ceux qui sont doux, il m'a envoyé, pour guérir ceux qui ont le cœur contrit, pour prêcher la grâce aux captifs, et l'ouverture des prisons à ceux qui y sont renfermés;
Note Is. 61,1-11 : 4e Discours : La félicité de Jérusalem ou de l’Eglise, œuvre du Messie, chapitre 61. C’est le serviteur de Jéhovah, le Messie, auteur de la félicité de l’Eglise, qui parle dans ce discours. ― Il annonce qu’il vient mettre fin à tous les maux de ceux qui le cherchent, versets 1 à 3. ― Israël recouvre son héritage et les nations le servent, afin qu’il puisse vivre dans le repos, sans souci des besoins temporels, comme les prêtres du Seigneur, versets 4 à 6 ; ― la malédiction s’est changée en bénédiction, versets 7 à 9. ― Le serviteur de Dieu est heureux d’annoncer ces bonnes nouvelles, versets 10 et 11.
Note Is. 61,1-2 : Isaïe parle ici de lui-même, mais comme simple représentant de Jésus-Christ, qui s’est appliqué ce qui est dit dans ce passage (voir Luc, 4, 18-21). Comparer à Isaïe, 49, verset 1 et suivants.
Note Is. 61,1 : Voir Luc, 4, 18.
 
2 Pour publier l'année de la réconciliation du Seigneur, et le jour de la vengeance de notre Dieu ; pour consoler tous ceux qui pleurent;
Note Is. 61,2 : Voir Matthieu, 5, 5.
3 Pour disposer et donner à ceux qui pleurent dans Sion une couronne au lieu de cendre, de l'huile de joie au lieu de deuil, un manteau de louange au lieu d'un esprit de tristesse; et ils seront appelés dans Sion, les héros de la justice, et la plantation du Seigneur pour le glorifier.
Note Is. 61,3 : De l’huile de joie ; des parfums qui réjouissent.
 
4 Et ils rempliront d'édifices des lieux déserts depuis des siècles; ils relèveront d'anciennes ruines, et ils rétabliront des cités abandonnées, désolées pendant plusieurs générations.
Note Is. 61,4 : Plusieurs générations (generationem et generationem). Voir Isaïe, 58, 12.
 
5 Et il se trouvera parmi vous des étrangers, et ils feront paître vos troupeaux ; et des fils d'étrangers seront vos laboureurs et vos vignerons.6 Mais vous, vous serez appelés les prêtres du Seigneur; on vous nommera les ministres de notre Dieu ; vous mangerez la richesse des nations, vous vous enorgueillirez de leur gloire.
Note Is. 61,6 : La richesse ; c’est le sens qu’a ici le terme hébreu rendu dans la Vulgate, par force ou puissance (fortitudinem).
 
7 Au lieu de votre double confusion et honte, ils loueront leur partage ; à cause de cela dans leur terre, ils posséderont le double, une joie éternelle sera pour eux.
Note Is. 61,7 : Double. Voir Isaïe, 40, 2.
 
8 Parce que moi, le Seigneur, j'aime la justice, et j'ai en haine la rapine dans l'holocauste, j'établirai leur œuvre dans la vérité, je ferai avec eux une alliance perpétuelle.
Note Is. 61,8 : J’établirai, etc., ou bien je leur donnerai fidèlement une récompense, en hébreu, œuvre, signifiant aussi récompense, vérité, et se prenant souvent pour fidélité. ― Une alliance éternelle ; cette alliance regarde principalement les chrétiens, Jésus-Christ, auteur de la nouvelle alliance, nous étant garant de sa durée éternelle. Elle regarde aussi Israël après son rétablissement et sa conversion.
 
9 Et on connaîtra sa race parmi les nations, et ses rejetons au milieu des peuples; tous ceux qui les verront reconnaîtront qu'ils sont la race qu'a bénie le Seigneur.
 
10 Me réjouissant, je me réjouirai dans le Seigneur, mon âme exultera en mon Dieu ; parce qu'il m'a revêtu des vêtements du salut, et du manteau de la justice il m'a enveloppé comme l'époux paré d'une couronne, et comme l'épouse ornée de ses colliers.
Note Is. 61,10 : Me réjouissant, je me réjouirai. Voir, sur ce genre de répétition, Psaumes, 39, 2. ― Comme l’époux paré d’une couronne. C’était la coutume que l’époux portât une couronne pour célébrer ses noces.
 
11 Car comme la terre produit son germe, et comme un jardin fait germer sa semence, ainsi le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Chapitre 62

 | 
 | 
Chap. : 
Zèle du prophète pour Jérusalem.
Gloire de Jérusalem.
Gardes établis sur ses murs.
Paix d’Israël, sa délivrance.
Peuple saint.
Ville chérie.
1 A cause de Sion, je ne me tairai pas, et à cause de Jérusalem, je ne me reposerai pas, jusqu'à ce que paraisse son juste comme une éclatante lumière, et que son sauveur, comme un flambeau, répande sa clarté.
Note Is. 62,1-12 : 5e Discours : Gloire prochaine de Jérusalem, chapitre 62. Le Seigneur ne se taira pas, il ne se reposera pas jusqu’à ce qu’il ait accompli son œuvre de miséricorde, versets 1 à 3. ― Sion redeviendra la bien-aimée de Dieu, versets 4 et 5. ― Les sentinelles de Jérusalem rappellent à Jéhovah sa promesse, jusqu’à ce qu’il l’ait accomplie, versets 6 à 9. ― Le moment du salut approche : que tous se préparent ; le Sauveur vient, versets 10 à 12.
Note Is. 62,1-2 : Le juste et le sauveur, annoncé ici, est Jésus-Christ même, et le nom nouveau que Dieu promet à Jérusalem est celui qu’il a donné à son Eglise en l’appelant l’Eglise de Jésus-Christ, l’Eglise chrétienne.
 
2 Et les nations verront ton juste, et tous les rois ton roi illustre ; et l'on t'appellera d'un nom nouveau que la bouche du Seigneur nommera.
 
3 Et tu seras une couronne de gloire dans la main du Seigneur, et un diadème royal dans la main de ton Dieu.4 Tu ne seras plus appelée Délaissée, et ta terre ne sera plus appelée Désolée; mais tu seras appelée Ma volonté en elle, et ta terre Habitée, parce que le Seigneur s'est complu en toi ; et ta terre sera habitée.
Note Is. 62,4 : Ma volonté ; c’est-à-dire, d’après l’hébreu, mon agrément, mon plaisir.
 
5 Car le jeune homme habitera avec la vierge, et tes fils demeureront en toi. Et l'époux se réjouira en son épouse, et ton Dieu se réjouira en toi.
 
6 Sur tes murs, Jérusalem, j'ai établi des gardes ; pendant tout le jour et pendant toute la nuit, jamais ils ne se tairont. Vous qui vous souvenez du Seigneur, ne vous taisez pas,
Note Is. 62,6 : Pendant tout le jour, etc. ; allusion aux sentinelles qu’on plaçait sur les tours et sur les hauteurs en temps de guerre, pour découvrir les mouvements de l’ennemi. De peur que ces sentinelles ne s’endormissent, on les obligeait à crier de temps en temps l’une à l’autre, et à se répondre.
7 Et ne gardez pas le silence envers lui, jusqu'à ce qu'il affermisse et qu'il rende Jérusalem un objet de louange sur la terre.
 
8 Le Seigneur a juré par sa droite, et par son bras fort : Si je donne encore ton blé pour nourriture à tes ennemis, et si les fils de l'étranger boivent le vin fruit de tes travaux.
Note Is. 62,8 : A juré… Si je donne, etc. Voir, sur cette formule de serment, Psaumes, 94, 11.
 
9 Parce que ceux qui amassent le blé le mangeront et loueront le Seigneur, et ceux qui transportent le vin le boiront dans mes parvis sacrés.
 
10 Passez, passez par les portes, préparez la voie à mon peuple, aplanissez le chemin, ôtez-en les pierres, et élevez l'étendard pour les peuples.
Note Is. 62,10 : Voir Isaïe, 57, 14.
11 Voilà que le Seigneur a fait entendre jusqu'aux extrémités de la terre : Dites à la fille de Sion : Voici que ton sauveur vient ; voici que sa récompense est avec lui, et que son œuvre est devant lui.
Note Is. 62,11 : Voir Zacharie, 9, 9 ; Matthieu, 21, 5. ― Sa récompense, son œuvre. Voir Isaïe, 40, 10.
 
12 Et on les appellera Peuple saint, rachetés par le Seigneur. Mais toi, tu seras appelée Cité recherchée et non délaissée.

Chapitre 63

 | 
 | 
Chap. : 
Vainqueur qui sort de l’Idumée tout couvert de sang.
Reconnaissance des miséricordes du Seigneur sur Israël.
Aveu de l’infidélité de ce peuple.
Vœu pour son entière délivrance.
1 Quel est celui qui vient d'Edom, de Bosra, les vêtements teints? il est beau dans sa robe, il marche dans la grandeur de sa puissance. C'est moi qui parle justice, et qui combats pour sauver.
Note Is. 63,1-6 : 6e Discours : Jugement contre l’Idumée et les ennemis de l’Eglise, chapitre 63, versets 1 à 6. Ce discours est le plus court des 27 dont se compose la seconde partie d’Isaïe. Il est dirigé contre l’Idumée. Par son ton dramatique, il ressemble au Psaume 18 (?), et par son caractère emblématique, à Isaïe, chapitres 21 à 22, verset 4. ― Le Prophète voit en esprit le Seigneur venant en grande pompe de l’Idumée ; ses vêtements sont teints du sang de ses ennemis ; il les a brisés dans sa colère, comme celui qui foule le raisin dans le pressoir, afin de venger son peuple de ses persécuteurs acharnés et de lui assurer à jamais le repos. ― « Dans le sens spirituel et figuré, dit Calmet, on explique la première partie du chapitre 63, … de Jésus-Christ dans son Ascension. Les anges, surpris de sa gloire, se demandent avec étonnement : Qui est ce héros qui vient tout chargé de sang et tout brillant de majesté ? » ― Comme les Iduméens représentent toujours dans l’Ancien Testament les ennemis de l’Eglise, ce discours annonce plutôt le triomphe de Jésus-Christ sur tous les persécuteurs de son épouse.
Note Is. 63,1-3 : Quelques-uns croient reconnaître ici Judas Machabée, mais c’est plutôt Jésus-Christ même, qui paraît sous un semblable symbole dans Apocalypse, 19, vv. 13, 15. Remarquons de plus que la comparaison tirée du pressoir est assez familière aux écrivains sacrés pour peindre la vengeance, le carnage, le sang répandu.
Note Is. 63,1 : Edom, Bosra. Voir Isaïe, 34, 6. ― Teints (tinctis) ; selon l’hébreu, aigus, c’est-à-dire d’une couleur vive, éclatante, tranchée. Les Septante ont rendu ce mot par rougeur (éruthêma), signification parfaitement conforme à ce qui est dit dans les versets suivants.
 
2 Pourquoi donc rouge est votre robe, et vos vêtements comme les vêtements de ceux qui foulent dans un pressoir?
Note Is. 63,2 : Voir Apocalypse, 19, 13.
3 J'ai foulé le pressoir tout seul, et d'entre les nations il n'y a pas un homme avec moi; je les ai foulés aux pieds dans ma fureur, et je les ai foulés aux pieds dans ma colère ; leur sang s'est répandu sur mes vêtements, il a souillé tous mes habits.
 
4 Car le jour de la vengeance est dans mon cœur, l'année de ma rédemption est venue.
Note Is. 63,4 : Voir Isaïe, 34, 8. ― Ma rédemption ; la rédemption que je dois opérer.
5 J'ai regardé autour de moi, et il n'y avait pas d'auxiliaire ; j'ai cherché, et il n'y a eu personne qui m'aidât ; ainsi mon bras m'a sauvé, et mon indignation elle-même m'a secouru.
Note Is. 63,5 : J’ai regardé, etc. Comparer à Isaïe, 59, 15-16.
 
6 Et j'ai foulé aux pieds les peuples dans ma fureur, je les ai enivrés de mon indignation, et j'ai renversé par terre leur force.
 
7 Je me souviendrai des miséricordes du Seigneur, je chanterai louange du Seigneur, à cause de tout ce qu'il a fait pour nous, et à cause de la multitude des biens accordés à la maison d'Israël, et qu'il leur a prodigués selon sa bonté et selon la multitude de ses miséricordes.
Note Is. 63,7-64.12 : Les trois derniers discours : Conclusion de la prophétie, du chapitre 63, verset 7 au chapitre 64. ― Les trois derniers discours de la dernière section forment la conclusion de la prophétie entière. Dans le premier, qui est le septième de ce cycle, Isaïe, au nom d’Israël captif, adresse à Dieu une prière pour obtenir la délivrance et la fin des maux de son peuple ; dans le second, Dieu répond à cette prière, et dans le troisième et dernier, il exclut de sa miséricorde ceux qui ne reçoivent pas le salut. ― 7e Discours : Prière d’Israël captif, du chapitre 63, verset 7 au chapitre 64. ― 1° Le Prophète arrivé au terme de sa prophétie, prie au nom de ses frères qu’il voit déjà en esprit captifs à Babylone. Après une sorte de prologue, chapitre 63, verset 7, il commence sa prière en jetant un regard sur les premiers temps de l’histoire de ses pères ; ils ont été infidèles et ont forcé Dieu, qui avait été si bon pour Israël, de le châtier jusqu’à sa conversion, versets 8 à 14. Qu’il ait pitié de lui, versets 15 à 19, et qu’il le délivre de ses ennemis, chapitre 64, versets 1 et 2. Rien ne lui est plus facile, versets 3 et 4 ; et quoique les péchés d’Israël le rendent indigne de ses miséricordes, il est, lui, le père de son peuple et il doit venger l’honneur de son sanctuaire profané, versets 5 à 12.
 
8 Et il a dit : Mais pourtant c'est mon peuple ; ce sont des fils qui ne renoncent pas leur père; et il est devenu pour eux un sauveur.9 Dans toute leur tribulation il n'a pas été tourmenté, car l'ange de sa face les a sauvés; dans son amour et dans sa bonté il les a lui-même rachetés ; il les a portés, il les a élevés dans tous les jours des siècles passés.
Note Is. 63,9 : Il n’a pas été tourmenté (non est tribulatus) ; par la crainte de ne pouvoir les délivrer. ― L’ange de sa face ; c’est-à-dire un ange du premier ordre, un ange qui est toujours devant le trône de Dieu ; ou bien le Seigneur lui-même, ou l’ange qui est sa face, le Fils de Dieu, le Christ (voir Exode, 33, versets 14 et suivants).
10 Mais eux-mêmes l'ont provoqué au courroux, ils ont affligé l'esprit de son saint; il est devenu pour eux un ennemi, et il les a lui-même complètement défaits.
Note Is. 63,10 : Son saint ; Moïse, qui peut être ici la figure de Jésus-Christ.
11 Et il s'est souvenu des jours du siècle de Moïse et de son peuple : Où est celui qui les a retirés de la mer avec les pasteurs de son troupeau? où est celui qui a mis au milieu de lui l'esprit de son saint;
Note Is. 63,11 : Voir Exode, 14, 29. ― Où est, etc. ; ici commence une phrase dont le sens est suspendu jusqu’au verset 14, qui constitue l’apodose, ou la réponse à une question précédente. ― Les pasteurs de son troupeau ; Moïse et Aaron. ― Au milieu de lui ; au milieu du peuple.
 
12 Qui a conduit à droite Moïse par le bras de sa majesté, qui a divisé les eaux devant eux, afin de se faire un nom éternel;
Note Is. 63,12 : Qui a conduit à droite Moïse (qui eduxit ad dexteram Moysen). C’est le sens du texte original, aussi bien que celui de la Vulgate. Nous mettons au défi les hébraïsants de prouver le contraire. On sait que chez les Hébreux comme chez les Grecs, la droite indiquait le bonheur, la prospérité.
13 Qui les a conduits à travers les abîmes, comme le cheval qui dans le désert ne se heurte pas?14 Comme l'animal qui descend dans la campagne, l'esprit du Seigneur a été son guide; ainsi vous avez conduit votre peuple, afin de vous faire un nom glorieux.
 
15 Soyez attentifs du haut du ciel, et voyez de l'habitacle de votre sainteté et de votre gloire: où est votre zélé et votre puissance, la multitude de vos entrailles et de vos miséricordes? elles se sont resserrées à mon égard.
Note Is. 63,15 : Voir Deutéronome, 26, 15 ; Baruch, 2, 16.
16 Car vous êtes notre père ; Abraham ne nous a pas connus, et Israël nous a ignorés; vous. Seigneur, êtes notre père; notre rédempteur, dès les temps anciens, est votre nom.
 
17 Seigneur, pourquoi nous avez-vous laissés errer loin de vos voies, et avez-vous laissé endurcir nos cœurs jusqu'à ne plus vous craindre? revenez à cause de vos serviteurs, tribus de votre héritage.18 Comme un rien ils ont possédé votre peuple saint, nos ennemis ; ils ont foulé aux pieds votre sanctification.
Note Is. 63,18 : Votre sanctification. Voir Isaïe, 60, 13.
19 Nous sommes devenus comme dans le principe, lorsque vous ne dominiez pas sur nous, et que votre nom n'était pas invoqué sur nous.
Note Is. 63,19 : Votre nom, etc. Voir Ecclésiastique, 36, 14.

Chapitre 64

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Vœu pour la délivrance d’Israël.
Aveu de l’infidélité de ce peuple.
Instance pour son rétablissement.
1 Oh ! si vous ouvriez les cieux, si vous descendiez ! devant votre face les montagnes s'écouleraient.2 Comme un embrasement elles se consumeraient, les eaux s'embraseraient, afin que votre nom fût connu à vos ennemis, et que devant votre face les nations fussent troublées.3 Lorsque vous ferez des merveilles, nous ne les soutiendrons pas; vous êtes descendu, et devant votre face se sont écoulées les montagnes.4 Dès les temps anciens on n'a pas entendu, et on n'a pas prêté l'oreille; l'œil n'a pas vu, ô Dieu, hors vous, ce que vous avez préparé à ceux qui vous attendent.
Note Is. 64,4 : Voir 1 Corinthiens, 2, 9.
 
5 Vous êtes allé à la rencontre de celui qui était dans la joie, et qui pratiquait la justice; dans vos voies ils se souviendront de vous ; voilà que vous vous êtes irrité, et nous avons péché ; dans les péchés nous avons toujours été, mais nous serons sauvés.
Note Is. 64,5 : Dans les péchés. On entend ainsi généralement, l’expression de la Vulgate, dans ces choses (in ipsis), traduction rigoureusement littérale du texte original. Cette interprétation paraît d’autant plus fondée, qu’elle se trouve précédée immédiatement de nous avons péché. ― Nous serons sauvés ; par un pur effet de votre bonté et de votre miséricorde.
6 Et nous sommes devenus nous tous comme un homme impur, et comme un linge souillé est toute notre justice ; nous sommes tombés tous comme la feuille, et nos iniquités comme le vent nous ont emportés.7 Il n'y a personne qui invoque votre nom, qui se lève et qui vous retienne ; vous nous avez caché votre face, et vous nous avez brisés dans la main de notre iniquité.8 Et maintenant, Seigneur, vous êtes notre père, vous; mais nous de l'argile, et vous nous avez formés, et nous sommes tous les ouvrages de vos mains.9 Ne vous irritez pas trop, Seigneur, et ne vous souvenez plus de notre iniquité ; regardez plutôt, nous sommes tous votre peuple.
Note Is. 64,9 : Voir Psaumes, 78, 8. ― Trop ou outre mesure ; c’est le sens du latin satis, expliqué par l’hébreu. ― La maison de notre sanctification. Voir Isaïe, 60, 13.
10 La cité de votre saint est devenue déserte, Sion est devenue déserte, Jérusalem est désolée.11 La maison de notre sanctification et de notre gloire, où vous ont loué nos pères, a été embrasée, et tous nos bâtiments précieux ont été changés en ruines.12 Est-ce qu'après cela vous vous contiendrez, Seigneur, vous vous tairez, et vous nous affligerez sans mesure?

Chapitre 65

 | 
 | 
Chap. : 
Conversion des gentils.
Incrédulité des Juifs.
Vengeance du Seigneur sur ce peuple.
Restes sauvés par grâce.
Bénédiction du Seigneur sur ses serviteurs.
Nouveau monde.
Félicité de Jérusalem
1 Ils m'ont cherché, ceux qui auparavant ne m'interrogeaient pas; ils m'ont trouvé, ceux qui ne m'ont pas cherché ; j'ai dit : Me voici, me voici, à une nation qui n'invoquait pas mon nom.
Note Is. 65,1-25 : 8e Discours : Réponse de Dieu à la prière de son peuple, chapitre 65. ― 2° Dieu répond d’abord par une parole de condamnation contre les endurcis qui ne se convertissent pas, versets 1 à 7 ; quant à ceux qui reviennent à lui, il leur rend ses bonnes grâces, versets 8 à 10. Ceux qui continuent à adorer les faux dieux périront sans merci, versets 11 à 16, mais les justes seront comblés de biens, versets 17 à 25.
Note Is. 65,1 : Ils m’ont cherché, etc. Saint Paul (voir Romains, 10, 20) applique ceci à la conversion des Gentils.
2 J'ai étendu mes mains tout le jour à un peuple incrédule, qui marche dans une voie qui n'est pas bonne, à la suite de ses pensées.
Note Is. 65,2 : J’ai étendu, etc. Saint Paul (voir Romains, 10, 21) explique ce passage des Juifs au temps de Jésus-Christ.
3 C'est un peuple qui me provoque au courroux devant ma face sans cesse; qui immolent dans les jardins, et sacrifient sur les briques ;
Note Is. 65,3 : Qui immolent. Ce verbe et les suivants sont au pluriel dans l’hébreu aussi bien que dans la Vulgate, parce qu’ils ont pour sujet le mot peuple, qui est un nom collectif. ― Dans les jardins ; c’est-à-dire dans les bocages, les bois sacrés, où les païens rendaient un culte à Vénus, à Adonis et à Priape. Comparer à Isaïe, 1, 29 ; Osée, 4, 13. ― Sacrifient sur des briques ; sur des autels de briques ; ce qui était contraire à la loi (voir Exode, 20, 24-25) ; ou sur des autels érigés sur les plates-formes des toits, qui étaient pavées de briques. Comparer à 4 Rois, 23, 12 ; Jérémie, 19, 13 ; 32, 29 ; Sophonie, 1, 5.
4 Qui habitent dans les sépulcres, qui dorment dans les temples des idoles; qui mangent de la chair de porc, et mettent du jus profane dans leurs vases ;
Note Is. 65,4 : Qui habitent, etc. ; qui fréquentent les sépulcres, pour y exercer la nécromancie. ― Qui dorment, etc. ; qui, selon la remarque de saint Jérôme, passent la nuit dans les temples, sur des peaux de victimes immolées, afin d’y avoir des songes qui leur fassent connaître l’avenir. ― Qui mangent, etc. La chair de porc était défendue aux Juifs (voir Lévitique, 11, 7). ― Du jus profane ; soit celui de la chair de porc, ou de toute autre viande défendue.
5 Qui disent : Retire-toi de moi, ne m'approche pas, parce que tu es impur; ceux-là seront une fumée dans ma fureur, un feu brûlant tout le jour.
Note Is. 65,5 : Qui disent ; à un gentil.
 
6 Voilà que c'est écrit devant moi ; je ne me tairai pas, mais je rendrai, et je verserai dans leur sein
Note Is. 65,6 : Je verserai dans leur sein ; je verserai dans leur sein ce qu’ils méritent. On retrouve une locution semblable à Psaumes, 78, 12 ; Jérémie, 32, 18 ; Luc, 6, 38.
7 Vos iniquités, dit le Seigneur, en même temps que les iniquités de vos pères, qui ont sacrifié sur les montagnes, et m'ont outragé sur les collines, et je verserai leurs premières œuvres à égale mesure dans leur sein.
 
8 Voici ce que dit le Seigneur : De même que si on trouve un grain dans une grappe de raisin, et Sion dit : Ne le perds pas, parce que c'est une bénédiction, de même aussi je ferai en sorte, à cause de mes serviteurs, que je ne perde pas entièrement tout Israël.9 Je ferai sortir de Jacob une postérité, et de Juda celui qui possédera mes montagnes ; mes élus hériteront de cette terre et mes serviteurs y habiteront.10 Et les campagnes serviront de parcs aux troupeaux de menu bétail, et la vallée d'Achor, de retraite aux troupeaux de gros bétail, en faveur de ceux de mon peuple qui m'ont recherché.
Note Is. 65,10 : La vallée d’Achor. Voir Josué, 7, 24.
 
11 Mais vous qui avez abandonné le Seigneur, qui avez oublié ma montagne sainte, qui dressez une table à la Fortune, et y faites des libations,
Note Is. 65,11 : A la Fortune, en hébreu, Gad, qui était considéré par les Chananéens comme le dieu de la fortune.
12 Je vous compterai avec le glaive, et tous vous tomberez dans ce carnage, parce que j'ai appelé, et vous n'avez pas répondu; j'ai parlé, et vous n'avez pas écouté ; vous faisiez le mal à mes yeux, et tout ce que je n'ai pas voulu, vous l'avez choisi.
 
13 A cause de cela voici ce que dit le Seigneur Dieu : Voilà que mes serviteurs mangeront, et vous, vous aurez faim; voilà que mes serviteurs boiront, et vous, vous aurez soif;14 Voilà que mes serviteurs se réjouiront, et vous, vous serez confus ; voilà que mes serviteurs chanteront des louanges dans l'exultation de leur cœur, et vous, vous jetterez des cris dans la douleur de votre cœur, et dans le brisement de votre esprit vous pousserez des hurlements.15 Et vous laisserez votre nom à mes serviteurs comme un objet d'imprécation ; et le Seigneur Dieu te détruira, et il appellera ses serviteurs d'un autre nom,16 Dans lequel celui qui est béni sur la terre sera béni dans le Dieu de vérité, et celui qui jure sur la terre jurera par le Dieu de vérité ; parce qu'à l'oubli ont été livrées les premières angoisses, et qu'elles ont été cachées à ma face.
Note Is. 65,16 : Le Dieu de vérité ; littéralement le Dieu d’amen ; en hébreu, amen signifie, en effet, vérité, fidélité dans les promesses.
 
17 Car voici que je crée des cieux nouveaux et une terre nouvelle; les choses passées ne seront pas dans la mémoire, et elles ne monteront pas sur le cœur.
Note Is. 65,17-19 : Car voici, etc. Saint Jean décrit sous de semblables symboles le Royaume des justes sur la terre renouvelée (voir Apocalypse, 21, 1-5) « rétabli dans son état premier » dit saint Irénée (Contre les hérésies, V, 33-4). Voir ci-après les versets 20 à 25. Voir Isaïe, 11, 6-9.
Note Is. 65,17 : Voir Isaïe, 66, 22 ; Apocalypse, 21, 1.
18 Mais vous vous réjouirez, vous exulterez à jamais dans les choses que je crée ; parce que voici que je crée Jérusalem exultation, et son peuple joie.
Note Is. 65,18 : Je crée Jérusalem, etc. ; je vais faire de Jérusalem une ville d’exultation, et de son peuple un peuple de joie.
 
19 Et j'exulterai en Jérusalem, et je me réjouirai en mon peuple ; et on n'y entendra plus la voix du pleur et la voix du cri.20 Il n'y aura plus là d'enfants de peu de jours, et de vieillard qui ne remplisse ses jours; parce que l'enfant mourra à cent ans, et que le pécheur de cent ans sera maudit.
Note Is. 65,20-25 : « Toutes les prophéties de ce genre [qui ne peuvent s’appliquer à la vie éternelle] se rapportent sans conteste à la résurrection des justes [les nouveaux cieux et la nouvelle terre], qui aurai lieu après l’avènement de l’Antéchrist et l’anéantissement des nations soumises à son autorité : alors les justes règneront sur la terre, croissant à la suite de l’apparition du Seigneur ; ils s’accoutumeront, grâce à lui, à saisir la gloire du Père et, dans ce royaume, ils accèderont au commerce des saints anges ainsi qu’à la communion et à l’union avec les réalités spirituelles. Et tous ceux que le Seigneur trouvera en leur chair, l’attendant des cieux après avoir enduré la tribulation et avoir échappé aux mains de l’Impie, ce sont ceux dont le prophète a dit : voir Isaïe, 6, 12 (…) Si certains essaient d’entendre de telles prophéties dans un sens allégorique, ils ne parviendront même pas à tomber d’accord entre eux sur tous les points. D’ailleurs, ils seront convaincus d’erreur par les textes eux-mêmes, qui disent : voir Isaïe, 6, 11 ; 13, 9 ; 26, 10 (…) Ces événements ne sauraient se situer dans les lieux supracélestes car Dieu « montrera sa splendeur à toute la terre qui est sous le ciel » voir Baruch, 5, 3 (saint Irénée, Contre les hérésies, V, 35, 1-2).
Note Is. 65,20 : Parce que l’enfant mourra, etc. ; c’est-à-dire, c’est parce qu’il ne mourra qu’à cent ans, que l’enfant ne vivra pas seulement peu de jours. L’hébreu dit : « Il n’y aura plus d’enfant né pour peu de jours et ce sera mourir jeune que de mourir centenaire. »
 
21 Et ils bâtiront des maisons et ils les habiteront ; ils planteront des vignes et ils en mangeront les fruits.22 Ils ne bâtiront pas pour qu'un autre habite; ils ne planteront pas pour qu'un autre mange ; car à l'égal des jours de l'arbre, seront les jours de mon peuple; et les ouvrages de leurs mains auront une longue durée;
Note Is. 65,22 : A l’égal… ; les jours de mon peuple seront aussi nombreux que ceux des arbres de longue durée, tels que chêne, cèdre…
23 Mes élus ne travailleront pas en vain, et ils n'engendreront pas dans le trouble ; parce qu'ils sont la race des bénis du Seigneur, et que leurs descendants seront bénis avec eux.
 
24 Et il arrivera qu'avant qu'ils crient, moi je les exaucerai; eux parlant encore, j'écouterai.
Note Is. 65,24 : Voir Psaumes, 31, 5.
25 Le loup et l'agneau paîtront ensemble; le lion et le bœuf mangeront la paille, et pour le serpent, la poussière sera son pain; ils ne nuiront point, et ils ne tueront point sur toute ma montagne sainte, dit le Seigneur.
Note Is. 65,25 : Voir Isaïe, 11, 6-9. ― Pain ; ce mot est mis souvent dans l’Ecriture pour nourriture en général.

Chapitre 66

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Temple et sacrifice des Juifs rejetés.
Vengeance du Seigneur contre e peuple.
Sion enfante un peuple fidèle.
Le Seigneur se fait connaître aux nations.
Race nouvelle qui subsistera éternellement.
1 Voici ce que dit le Seigneur: Le ciel est mon trône, et la terre l'escabeau de mes pieds; quelle est cette maison que vous me bâtirez? et quel est ce lieu de mon repos?
Note Is. 66,1-24 : 9e Discours : Exclusion des impénitents du royaume de Dieu, chapitre 66. ― 3° Le Prophète s’adresse, au nom de Dieu, à tous les exilés qui s’apprêtent à retourner dans leur patrie. Il leur dit d’abord à tous, sans distinction, que le Seigneur étant le créateur du ciel et de la terre, n’a pas besoin d’une maison faite de main d’homme ; il repousse ensuite tous les pécheurs et leur sacrifices, versets 1 à 6 ; mais Sion n’en aura pas moins de nombreux enfants que Dieu fera naître miraculeusement, versets 7 à 9, et qu’il traitera avec bonté et avec un amour maternel, versets 10 à 14. Quant aux nations infidèles et aux Juifs incrédules, il les jugera dans son indignation, versets 15 à 18. Cependant quelques Israélites resteront pour prêcher sa gloire parmi les Gentils et ramener à Dieu une partie de leurs frères, versets 19 et 20 ; les Gentils eux-mêmes deviendront son peuple et lui fourniront des prêtres, verset 21 ; il y aura un nouvel Israël qui vivra à jamais devant lui comme le nouveau ciel et la nouvelle terre ; toute chair l’adorera ; un châtiment éternel punira ceux qui n’auront pas fait partie de l’Eglise, versets 22 à 24 ; voir Marc, 9, vv. 43, 45, 47.
Note Is. 66,1 : Voir Actes des Apôtres, 7, 49 ; 17, 24.
2 Toutes ces choses, c'est ma main qui les a faites, et elles ont été faites toutes, dit le Seigneur; mais vers qui porterai-je mes regards, sinon vers le pauvre et celui qui a l'esprit contrit, et qui tremble à mes paroles?
Note Is. 66,2 : Qui tremble à mes paroles (trementem sermones meos). Le verbe trembler étant neutre, l’accusatif sermones meos ne peut être qu’une expression adverbiale ; c’est pour cela que nous avons ajouté dans notre traduction à, qui se trouve d’ailleurs exprimé dans une phrase parallèle au verset 5.
 
3 Celui qui immole un bœuf est comme celui qui tuerait un homme; celui qui sacrifie une bête de menu bétail est comme celui qui ôterait la cervelle à un chien; celui qui fait une oblation est comme celui qui offrirait du sang de porc ; celui qui se souvient de brûler de l'encens est comme celui qui adorerait une idole. Ils ont choisi toutes ces choses dans leurs voies ; et dans leurs abominations leur âme s'est délectée.
Note Is. 66,3 : Oblation ; c’est-à-dire offrande de fleur de farine. ― Ils ont choisi, etc. ; ils n’ont fait en toutes ces choses que leur pure volonté, et ils n’y ont cherché que leur pure satisfaction. Ils se sont imaginé que Dieu fermerait les yeux à leur idolâtrie pendant qu’ils continueraient à lui offrir des sacrifices. Isaïe leur a déjà fait ces reproches, voir Isaïe, 1, verset 11 et suivants ; 58, verset 3 et suivants.
4 D'où moi aussi je choisirai pour eux les railleries; et ce qu'ils craignaient, je l'amènerai sur eux; parce que j'ai appelé, et il n'y avait personne qui répondît; j'ai parlé, et ils n'ont pas écouté ; ils ont fait le mal à mes yeux ; et ce que je n'ai pas voulu, ils font choisi.
Note Is. 66,4 : Voir Proverbes, 1, 24 ; Jérémie, 7, 13. ― J’ai appelé, etc. Comparer à Isaïe, 65, 12.
 
5 Ecoutez la parole du Seigneur, vous qui tremblez à sa parole; vos frères qui vous haïssent, et qui vous rejettent à cause de mon nom, ont dit : Que la gloire du Seigneur se montre ; et nous le reconnaîtrons à votre joie; mais eux, ils seront confondus.6 Une voix du peuple sort de la cité, une voix s'élève du temple, c'est la voix du Seigneur qui rendra rétribution à ses ennemis.
Note Is. 66,6 : Rendra rétribution. Voir Ecclésiastique, 17, 19.
 
7 Avant qu'elle fût en travail, elle a enfanté ; avant que vînt le temps de son enfantement, elle a enfanté un enfant mâle.
Note Is. 66,7 : Elle ; c’est-à-dire Sion, comme le montre la suite du discours. ― Un enfant mâle. Cet enfant mâle subitement sorti du sein de Sion représente le peuple chrétien, sorti subitement de la synagogue, plein de force et d’une mâle vigueur ; tels furent surtout les apôtres et les martyrs de l’Eglise de Jésus-Christ.
8 Qui a jamais ouï une telle chose? et qui a vu rien de semblable à cela? est-ce que la terre engendrera en un seul jour? ou toute une nation sera enfantée en même temps, parce que Sion a été en travail et qu'elle a enfanté ses fils?
 
9 Est-ce que moi, qui fais enfanter les autres, je n'enfanterai pas moi-même, dit le Seigneur? est-ce que moi, qui donne la génération aux autres, je demeurerai stérile, dit le Seigneur ton Dieu?10 Livrez-vous à la joie avec Jérusalem, exultez en elle, vous tous qui l'aimez; réjouissez-vous avec elle, vous tous qui pleurez sur elle;11 Afin que vous suciez, et que vous soyez rassasiés à la mamelle de sa consolation; afin que vous tétiez et que vous regorgiez des délices de sa gloire infinie.
Note Is. 66,11 : Infinie ; littéralement qui est de toute sorte (omnimoda) (en un seul mot ?).
 
12 Parce que voici ce que dit le Seigneur : Voilà que moi j'amènerai sur elle comme un fleuve de paix, et comme un torrent qui se déborde, la gloire des nations, laquelle vous sucerez ; à la mamelle vous serez portés, et sur les genoux on vous caressera.13 De même qu'une mère qui caresse quelqu'un de ses enfants, de même moi je vous consolerai; et c'est dans Jérusalem que vous serez consolés.14 Vous verrez et votre cœur se réjouira, et vos os comme l'herbe germeront; et l'on connaîtra que la main du Seigneur est pour ses serviteurs, et il sera indigné contre ses ennemis.
 
15 Parce que voilà que le Seigneur viendra dans le feu, et ses quadriges seront comme la tempête, pour répandre dans son indignation sa fureur, et ses reproches dans une flamme de feu ;
Note Is. 66,15 : Pour répandre. Le texte hébreu exprime la particule pour omise dans la Vulgate.
16 Parce que le Seigneur jugera dans le feu et avec son glaive toute chair; et ils seront bien nombreux, ceux qui seront tués par le Seigneur.
Note Is. 66,16 : Dans le feu ; environné du feu. Comparer à Psaumes, 49, 3 ; 96, 3 et 2 Thessaloniciens, 1, 8, où saint Paul semble faire allusion à ce passage d’Isaïe.
 
17 Ceux qui se sanctifiaient et croyaient se rendre purs dans leurs jardins, derrière la porte, en dedans; qui mangeaient de la chair de porc, et des abominations, et des rats seront consumés tous ensemble, dit le Seigneur.
Note Is. 66,17 : Ils se sanctifiaient ; ils croyaient se sanctifier, se purifier de leurs crimes en se baignant dans leurs jardins, tandis que ces sortes de bains n’étaient établis que pour laver certaines souillures légales et extérieures ; c’est l’explication de saint Jérôme et de plusieurs autres interprètes. ― Des abominations ; c’est-à-dire d’autres animaux que la loi mosaïque déclarait impurs, outre le porc et le rat ici nommés. Voir Lévitique, chapitre 11.
18 Mais moi je viens afin de recueillir leurs œuvres et leurs pensées, et de les rassembler avec toutes les nations et les langues; ils viendront et ils verront ma gloire.
 
19 Je poserai un étendard parmi eux, et j'enverrai ceux d'entre eux qui auront été sauvés, vers les nations, vers la mer, en Afrique et en Lydie, qui tend la flèche ; dans l'Italie et la Grèce, dans les îles au loin, vers ceux qui n'ont pas entendu parler de moi, et n'ont pas vu ma gloire. Et ils annonceront ma gloire aux nations,
Note Is. 66,19 : Lydie, qui tend la flèche ; littéralement qui tendent (tendentes) ; ce pluriel, qui se trouve aussi dans le texte original, vient de ce que le mot Lydie désigne ici, non le pays, le sol, mais les habitants, les Lydiens ; hébraïsme dont la Bible fournit d’autres exemples. Jérémie (voir Jérémie, 46, 9) nous dépeint les Lydiens saisissant leurs carquois et lançant leurs flèches. ― La flèche (sagittam) ; au lieu de flèche l’hébreu porte arc. ― Quant aux envoyés qui doivent se répandre parmi tous les peuples du monde pour leur annoncer la gloire du Seigneur, ce sont évidemment les apôtres de Jésus-Christ.
 
20 Et ils amèneront tous vos frères de toutes les nations comme un don au Seigneur, sur des chevaux, sur des quadriges et sur des litières, sur des mulets et sur des chariots, à ma montagne sainte, Jérusalem, dit le Seigneur, comme si les fils d'Israël portaient un présent dans un vase pur dans la maison du Seigneur.
Note Is. 66,20 : Comme si les fils d’Israël, etc. D’après la loi, les Israélites devaient porter au temple en cérémonie les prémices des fruits (voir Deutéronome, 26, verset 1 et suivants).
21 Et j'en prendrai d'entre eux pour prêtres et lévites, dit le Seigneur.
Note Is. 66,21 : Et j’en prendrai, etc. Voici le sacerdoce de la loi nouvelle bien marqué, à l’exclusion du sacerdoce de la loi ancienne, qui était attaché à la famille de Lévi et à la race d’Aaron. Plus de distinction de familles, plus de prérogatives pour aucune race particulière. Le Seigneur choisira ses prêtres et ses lévites parmi les étrangers mêmes qu’il aura convertis et amenés à son Eglise. Les Juifs ne sauraient éluder le sens d’une prophétie si claire.
 
22 Parce que comme les cieux nouveaux et la terre nouvelle, que je fais subsister devant moi, dit le Seigneur, ainsi subsisteront votre race et votre nom.
Note Is. 66,22 : Voir Isaïe, 30, 26. ― Les cieux nouveaux, etc. Voir Isaïe, 65, 17-19 et note 30.26. Cette annonce des « nouveaux cieux et de la nouvelle terre » est répétée à maintes reprises dans l’Ecriture : voir 2 Pierre, 3, 13 ; Apocalypse, 21, 1-5. Le monde ne sera pas anéanti, mais purifié par le feu et renouvelé (voir 1 Corinthiens, 7, 31. Comparer à Romains, 8, verset 19 et suivants), « rétabli dans son état premier », dit saint Irénée (Contre les hérésies, V, 33-4).
23 Et il arrivera que de mois en mois, et de sabbat en sabbat, toute chair viendra afin d'adorer devant ma face, dit le Seigneur.
 
24 Et ils sortiront, et ils verront les cadavres des hommes qui ont prévariqué contre moi ; leur ver ne mourra pas, et leur feu ne s'éteindra pas, ils seront un objet de regard jusqu'à satiété pour toute chair.
Note Is. 66,24 : Leur ver, etc. Jésus explique ces paroles des peines de l’enfer où le remords de la conscience des damnés est comme un ver intérieur qui les ronge, ne meurt pas, et où le feu qui les tourmente ne s’éteint pas. (Voir Marc, 9, vv. 43, 45, 47).

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.