Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
L'amour de Dieu est la sagesse digne d'être honorée.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Évangile selon saint Marc
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxMarc0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Évangile selon saint Marc

Chapitre 1

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Présentation de saint Jean-Baptiste.
Baptême, tentation et prédication de Jésus-Christ.
Vocation de Pierre et d’André, de Jacques et de Jean.
Guérison de la belle-mère de saint Pierre.
Prédication et miracles de Jésus-Christ.
Guérison d’un lépreux.
1 Commencement de l'Evangile de Jésus-Christ, fils de Dieu.
Note Marc 1,1 : Evangile veut dire : bonne nouvelle. L’évangéliste saint Marc, prêtre en Israël et de race Lévitique se convertit au Seigneur et écrivit son Evangile en Italie (saint Jérôme).
 
2 Comme il est écrit dans le prophète Isaïe : Voilà que j'envoie mon ange devant votre face, lequel préparera votre voie devant vous.
Note Marc 1,2 : Saint Marc réunit ici deux prophéties, dont l’une est de Malachie (voir Malachie, 3, 1), et l’autre d’Isaïe (voir Isaïe, 40, 3), parce qu’elles se complètent réciproquement. ― Mon ange, c’est-à-dire mon envoyé, saint Jean-Baptiste. Voir Matthieu, 3, 1.
3 Voix de quelqu'un qui crie dans le désert : Préparez la voie du Seigneur, faites droits ses sentiers.
Note Marc 1,3 : Voir Isaïe, 40, 3 ; Matthieu, 3, 3 ; Luc, 3, 4 ; Jean, 1, 23. ― Dans le désert de Judée. Voir Matthieu, 3, 1.
4 Jean a été dans le désert, baptisant et prêchant le baptême de pénitence pour la rémission des péchés.
Note Marc 1,4 : Jean. Voir Matthieu, 3, 1.
5 Et tout le pays de Judée, et tous les habitants de Jérusalem allaient à lui; et ils étaient baptisés par lui dans le fleuve du Jourdain, confessant leurs péchés.
Note Marc 1,5 : Voir Matthieu, 3, 5. ― Tout le pays de Judée, la Palestine méridionale, à l’exclusion de la Samarie, de la Galilée et de la Pérée.
Marc 1, 6-7 : Jean-Baptiste prêchant dans le désert - Gravure de Gustave Doré
Marc 1, 6-7 : Jean-Baptiste prêchant dans le désert - Gravure de Gustave Doré
6 Or Jean était vêtu de poils de chameau, et d'une ceinture de cuir autour de ses reins ; et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage ; et il prêchait, disant :
Note Marc 1,6 : Voir Matthieu, 3, 4 ; Lévitique, 11, 22. ― Jean était vêtu de poils de chameau, etc. Voir Matthieu, note 3.4.
7 Il vient après moi un plus puissant que moi ; et je ne suis pas digne, me prosternant, de délier les cordons de sa chaussure.
Note Marc 1,7 : Voir Matthieu, 3, 11 ; Luc, 3, 16 ; Jean, 1, 27. ― De délier, etc. Voir Matthieu, note 3.11. ― Les cordons de sa chaussure. Voir Marc, 6, 9.
8 Moi je vous ai baptisés dans l'eau; mais lui vous baptisera dans l'Esprit-Saint.
Note Marc 1,8 : Voir Actes des Apôtres, 1, 5 ; 2, 4 ; 11, 16 ; 19, 4.
 
Marc 1, 9-11 : Le baptême de Jésus - Gravure de Gustave Doré
Marc 1, 9-11 : Le baptême de Jésus - Gravure de Gustave Doré
9 Or il arriva qu'en ces jours-là Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et qu'il fut baptisé par Jean dans le Jourdain.10 Et soudain, sortant de l'eau, il vit les deux ouverts, et l'Esprit descendant en forme de colombe, et se reposant sur lui.
Note Marc 1,10 : Voir Luc, 3, 22 ; Jean, 1, 32.
11 Et une voix vint des cieux : Vous êtes mon fils bien-aimé ; c'est en vous que j'ai mis mes complaisances.
 
12 Et aussitôt l'Esprit le poussa dans le désert.
Note Marc 1,12 : Voir Matthieu, 4, 1 ; Luc, 4, 1.
13 Et il passa dans le désert quarante jours et quarante nuits ; et il fut tenté par Satan ; et il était parmi les bêtes, et les anges le servaient.
 
14 Mais après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, prêchant l'Evangile du royaume de Dieu,
Note Marc 1,14 : Voir Matthieu, 4, 12 ; Luc, 4, 14 ; Jean, 4, 43.
15 Et disant : Parce que le temps est accompli, et que le royaume de Dieu est proche, faites pénitence et croyez à l'Evangile.
 
16 Or passant le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André son frère, qui jetaient leurs filets dans la mer, car ils étaient pêcheurs ;
Note Marc 1,16 : Voir Matthieu, 4, 18 ; Luc, 5, 2. ― Le long de la mer de Galilée. Voir Matthieu, note 4.18.
17 Et Jésus leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes.18 Et aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.19 De là s'étant un peu avancé, il vit Jacques fils de Zébédée, et Jean son frère, qui raccommodaient leurs filets dans leur barque :20 Et au moment même, il les appela. Or laissant leur père Zébédée dans la barque avec les ouvriers, ils le suivirent.
 
21 Ils vinrent ensuite à Capharnaüm ; et d'abord entrant le jour du sabbat dans la synagogue, il les instruisait.
Note Marc 1,21 : Voir Matthieu, 4, 13 ; Luc, 4, 31. ― Capharnaüm. Voir Matthieu, note 4.13. ― Dans la synagogue. Voir Matthieu, 4, 23.
22 Et ils s'étonnaient de sa doctrine ; car il les enseignait comme ayant autorité, et non comme les scribes.
Note Marc 1,22 : Voir Matthieu, 7, 28 ; Luc, 4, 32.
 
23 Or il y avait dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur, et il s'écria,
Note Marc 1,23 : Voir Luc, 4, 33.
24 Disant : Qu'importe à nous et à vous, Jésus de Nazareth? Etes-vous venu pour nous perdre? Je sais que vous êtes le saint de Dieu.25 Et Jésus le menaça disant : Tais-toi et sors de cet homme.26 Alors l'esprit impur le déchirant, et criant d'une voix forte, sortit de lui.27 Et ils furent tous saisis d'étonnement, de sorte qu'ils s'interrogeaint entre eux, disant : Qu'est ceci? quelle est cette doctrine nouvelle ? Car il commande avec empire, même aux esprits impurs, et ils lui obéissent.
Note Marc 1,27 : Ce n’est pas que Jésus-Christ enseignât des nouveautés, ni qu’il prêchât au fond une autre loi que celle qu’ils avaient reçue ; mais ils admiraient son autorité et les miracles dont il accompagnait ses discours. Ils étaient surpris de la manière pleine d’empire avec laquelle il commandait aux démons.
28 Et sa renommée se répandit promptement dans tout le pays de Galilée.
 
29 Et aussitôt, sortant de la synagogue, ils vinrent dans la maison de Simon et d'André, avec Jacques et Jean.
Note Marc 1,29 : Voir Matthieu, 8, 14 ; Luc, 4, 38.
30 Or la belle-mère de Simon était au lit, ayant la fièvre : et incontinent ils lui parlèrent d'elle.31 Alors s'approchant, il la fit lever en prenant sa main ; et sur-le-champ la fièvre la quitta, et elle les servait.
 
32 Cependant, le soir venu, lorsque le soleil fut couché, ils lui amenèrent tous les malades, et les démoniaques.33 Et toute la ville était assemblée à la porte.34 Et il guérit beaucoup de malades affligés de diverses infirmités, et il chassait beaucoup de démons ; mais il ne leur permettait pas de dire qu'ils le connaissaient.
Note Marc 1,34 : Voir Luc, 4, 41.
 
35 Le lendemain, s'étant levé de grand matin, il sortit et s'en alla en un lieu désert, où il priait.36 Simon et ceux qui étaient avec lui le suivirent.37 Quand ils l'eurent trouvé, ils lui dirent : Tout le monde vous cherche.38 Il leur répondit : Allons dans les villages et les villes voisines, afin que je prêche là aussi; car c'est pour cela que je suis venu.
 
39 Il prêchait donc dans leurs synagogues et dans toute la Galilée ; et il chassait les démons.
Note Marc 1,39 : Dans toute la Galilée. Voir la note 29 à la fin du volume.
 
40 Or un lépreux vint à lui, le suppliant et se jetant à genoux, il lui dit : Si vous voulez, vous pouvez me guérir.
Note Marc 1,40 : Voir Matthieu, 8, 2 ; Luc, 5, 12. ― Un lépreux. Voir Matthieu, note 8.2. La lèpre étant contagieuse, les lépreux, avant d’être admis dans la société, devaient se présenter au prêtre pour les purifications rituelles et les offrandes à faire et, spécialement, pour le certificat de guérison à obtenir. Jésus ordonne d’observer la loi (voir Lévitique, 14, 4) afin de montrer et d’apprendre aux prêtres que lui-même la respecte, et pour leur faire constater, par eux-mêmes, le miracle. Le but est aussi de dire aux chrétiens que le péché (dont la lèpre est le symbole) doit être manifesté aux prêtres. « Jésus l’envoie au prêtre, selon la loi, pour constater la guérison et pour ne pas donner de prétexte à ses ennemis. » (saint Jean Chrysostome).
41 Jésus, ému de compassion, étendit sa main, et le touchant, lui dit : Je le veux, sois guéri.42 Lorsqu'il eut parlé, la lèpre disparut soudain de cet homme, et il fut guéri.43 Mais Jésus le renvoya aussitôt, le menaça,44 Et lui dit : Garde-toi de rien dire à personne ; mais va et montre-toi au prince des prêtres, et offre pour ta guérison ce que Moïse a ordonné, en témoignage pour eux.
Note Marc 1,44 : Voir Lévitique, 14, 2. ― Montre-toi. Comparer à Lévitique, 14, 4. ― En témoignage pour eux, c’est-à-dire pour que cela leur serve de témoignage et de preuve incontestable de ma puissance et de ma fidélité à faire observer la loi.
45 Mais celui-ci étant parti, se mit à raconter et à publier partout ce qui s'était passé ; de sorte que Jésus ne pouvait plus paraître publiquement dans la ville, mais qu'il se tenait dehors dans des lieux déserts ; et l'on venait à lui de tous côtés.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Guérison d’un paralytique.
Vocation de saint Matthieu.
Etoffe neuve.
Outres vieilles.
Murmures des pharisiens contre les disciples de Jésus-Christ qui arrachaient des épis un jour de sabbat.
1 Or il entra de nouveau dans Capharnaüm, quelques jours après.
Note Marc 2,1 : Voir Matthieu, 9, 1. ― Dans Capharnaüm. Voir Matthieu, 4, 13.
2 Et lorsqu'on apprit qu'il était dans une maison, il s'y assembla une si grande foule de personnes, que l'espace même en dehors de la porte ne pouvait les contenir; et il leur prêchait la parole.3 Alors on lui amena un paralytique qui était porté par quatre hommes.
Note Marc 2,3 : Voir Luc, 5, 18.
4 Et comme ils ne pouvaient le lui présenter à cause de la foule, ils découvrirent le toit au-dessus du lieu où il était, et y ayant fait une ouverture, ils descendirent le grabat où gisait le paralytique.
Note Marc 2,4 : Les toits étaient en plate-forme, et l’escalier qui y conduisait se trouvait souvent hors de la maison. ― « Les maisons des villages en Orient sont basses, souvent adossées à des collines. Le toit [formant terrasse] est en terre battue supportée par d’épais branchages [sans parapet.] Dans les maisons aisées, la terrasse est couverte de dalles et entourée d’un parapet. On monte sans aucune peine sur ces toits. Les parents du malade [firent] un trou dans la terrasse de terre pour le faire descendre devant Jésus. » (J.-H. MICHON.) Ils avaient monté le malade sur le toit par l’escalier extérieur que les rabbins appellent « la voie par le toit », afin de la distinguer de celle qu’ils nomment « la voie par la porte » ordinaire de la maison. On pouvait pénétrer ordinairement dans la maison, sans faire le tour par l’escalier extérieur, au moyen d’une porte ou ouverture qui conduisait directement de la terrasse dans les appartements intérieurs, mais cette ouverture n’était pas assez grande pour y faire passer le grabat ou la civière sur laquelle les quatre hommes portaient le paralytique, il fallut enlever une partie de la terrasse. Notre-Seigneur devait se trouver immédiatement au-dessous de la terrasse formant le toit, dans l’appartement que nous avons pris l’habitude d’appeler cénacle (voir Actes des Apôtres, note 1.13) et que les écrivains du Nouveau Testament appellent en grec anagaion ou hyperôon. C’est là que les Orientaux avaient coutume de recevoir leurs hôtes, de prendre leurs repas et de se retirer pendant le jour pour s’isoler, lire ou méditer.
5 Jésus voyant leur foi, dit au paralytique : Mon fus, tes péchés te sont remis.6 Or il y avait là quelques scribes, assis, qui pensaient dans leur cœur :7 Pourquoi celui-ci parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul?
Note Marc 2,7 : Voir Job, 14, 4 ; Isaïe, 43, 25.
8 Jésus, aussitôt, ayant connu par son esprit ce qu'ils pensaient en eux-mêmes, leur dit : Pourquoi pensez-vous ces choses dans vos cœurs?9 Lequel est le plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés te sont remis ; ou de lui dire : Lève-toi, emporte ton grabat, et marche ?10 Afin donc que vous sachiez que le Fils de l'Homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés (il dit au paralytique) :11 Je te le commande, lève-toi, emporte ton grabat, et va en ta maison.12 Et aussitôt celui-ci se leva; et, ayant pris son grabat, il s'en alla en présence de tous : de sorte que tous s'étonnaient et glorifiaient Dieu, disant : Jamais nous n'avons rien vu de semblable.
 
13 Or Jésus se retira de nouveau près de la mer : et tout le peuple venait à lui, et il les enseignait,
Note Marc 2,13 : Près de la mer de Galilée.
14 Et lorsqu'il passait, il vit Lévi, fils d'Alphée, assis au bureau des impôts, et il lui dit : Suis-moi. Et se levant, il le suivit.
Note Marc 2,14 : Voir Matthieu, 9, 9 ; Luc, 5, 27. ― Lévi, fils d’Alphée ; saint Matthieu. Voir l’Introduction à l’Evangile de saint Matthieu.
 
15 Il arriva que comme Jésus était à table dans la maison de cet homme, beaucoup de publicains et de pécheurs y étaient également avec lui et ses disciples ; car il y en avait beaucoup qui le suivaient aussi.16 Les scribes et les pharisiens, voyant qu'il mangeait avec les publicains et les pécheurs, dirent à ses disciples : Pourquoi votre maître mange-t-il et boit-il avec les publicains et les pécheurs?17 Ce que Jésus ayant entendu, il leur dit : Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades ; car je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.
Note Marc 2,17 : Voir 1 Timothée, 1, 15.
 
18 Les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient ; or ils vinrent et lui dirent : Pourquoi les disciples de Jean et ceux des pharisiens jeûnent-ils, et que vos disciples ne jeûnent point?
Note Marc 2,18 : Les Pharisiens. Voir Matthieu, note 3.7.
19 Jésus leur dit : Les fils des noces peuvent-ils jeûner pendant que l'époux est avec eux? Aussi longtemps qu'ils ont avec eux l'époux, ils ne peuvent jeûner.
Note Marc 2,19 : Les fils des noces, ou de l’époux. Jésus se nomme l’époux comme étant celui qui doit épouser l’Eglise (saint Chrysostome).
20 Mais viendront des jours où l'époux leur sera enlevé ; et ils jeûneront en ces jours-là.
Note Marc 2,20 : Voir Matthieu, 9, 15 ; Luc, 5, 35.
21 Personne ne coud une pièce d'étoffe neuve à un vieux vêtement ; autrement l'étoffe neuve emporte une partie de la vieille, et la déchirure devient plus grande,22 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement le vin rompra les outres, et le vin se répandra, et les outres seront perdues : mais le vin nouveau doit se mettre dans des outres neuves.
Note Marc 2,22 : De vieilles outres. Voir Matthieu, 9, 17.
 
23 Il arriva encore que le Seigneur passant le long des blés, un jour de sabbat, ses disciples se mirent à cueillir des épis.
Note Marc 2,23 : Voir Matthieu, 12, 1 ; Luc, 6, 1. ― Ses disciples se mirent à cueillir des épis. Voir Matthieu, note 12.1.
24 Sur quoi les pharisiens lui dirent : Voyez, pourquoi font-ils le jour du sabbat ce qui n'est pas permis ?
Note Marc 2,24 : La loi imposait de ne pas prendre pour un voleur celui qui mangeait, ce qu’il trouvait dans un champ, sans rien emporter ; c’est pourquoi les Apôtres sont accusés de violation du sabbat et non de vol (saint Augustin).
25 Et il leur répondit : N'avez-vous jamais lu ce que fit David, dans la nécessité, lorsqu'il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui?
Note Marc 2,25 : Voir 1 Rois, 21, 6.
Marc 2, 26 : Les apôtres cueillant des épis le jour du sabbat - Gravure de Gustave Doré
Marc 2, 26 : Les apôtres cueillant des épis le jour du sabbat - Gravure de Gustave Doré
26 Comment il entra dans la maison de Dieu, au temps du grand prêtre Abiathar, mangea les pains de proposition qu'il n'était permis qu'aux prêtres de manger, et les donna à ceux qui étaient avec lui ?
Note Marc 2,26 : Voir Lévitique, 24, 9. ― Abiathar. Le premier livre des Rois, 21, verset 2 et suivants, raconte que le fait mentionné ici se passa sous le pontificat d’Achimélech, père d’Abiathar. Nous avons ici peut-être une faute de copistes, ou bien Achimélech s’appelait aussi d’Abiathar.
27 Il leur dit encore : Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat.
Note Marc 2,27 : On doit avoir un plus grand soin de la santé et de la vie de l’homme que de l’observance du sabbat (saint Bède).
28 C'est pourquoi le Fils de l'homme est maître du sabbat même.

Chapitre 3

 | 
 | 
Chap. : 
Guérison d’un homme qui avait une main desséchée.
Concours du peuple auprès de Jésus.
Election des apôtres.
Blasphème des pharisiens.
Péché contre le Saint-Esprit.
Mère et frères de Jésus-Christ.
1 Jésus entra une autre fois dans la synagogue ; or il s'y trouvait un homme qui avait une main desséchée.
Note Marc 3,1 : Voir Matthieu, 12, 9 ; Luc, 6, 6.
2 Et on l'observait pour voir s'il le guérirait un jour de sabbat, afin de l'accuser.3 Et il dit à l'homme qui avait la main desséchée : Lève-toi, là, au milieu.4 Puis il demanda aux autres : Est-il permis, un jour de sabbat, de faire du bien ou du mal, de sauver une âme ou de la perdre? Mais eux gardaient le silence.
Note Marc 3,4 : De sauver une âme, etc. Comparer à Matthieu, 10, 36.
5 Alors les regardant avec colère, et contristé de l'aveuglement de leur cœur, il dit à cet homme : Etends ta main. Il l'étendit, et sa main devint saine.6 Or les pharisiens étant sortis, tinrent aussitôt conseil contre lui avec les hérodiens, comment ils le perdraient.
Note Marc 3,6 : Voir Matthieu, 12, 14. ― Les Hérodiens. Voir Matthieu, 22, 16.
 
7 Mais Jésus se retira avec ses disciples vers la mer, et une troupe nombreuse le suivit de la Galilée et de la Judée,8 De Jérusalem, de l'Idumée, et d'au-delà du Jourdain ; et une grande multitude des environs de Tyr et de Sidon, apprenant ce qu'il faisait, vint à lui.
Note Marc 3,8 : De l’Idumée. L’Idumée tirait son nom d’Edom ou d’Esaü, frère de Jacob, qui s’y était établi. Elle est située au sud de la Palestine. Les Iduméens vaincus par David, recouvrèrent leur liberté sous Joram (voir 4 Rois, 8, 20-22), et furent pendant longtemps les ennemis les plus acharnés des Juifs. Ils furent de nouveau vaincus par Jean Hyrcan. Les Hérodes étaient d’origine iduméenne. ― Tyr, ancienne capitale de la Phénicie, sur la Méditerranée, célèbre par son commerce, était soumise aux Romains du temps de Notre-Seigneur. ― Sidon, capitale primitive de la Phénicie, sur la Méditerranée, au nord de Tyr.
9 Il dit alors à ses disciples de lui amener une barque, à cause de la foule, de peur qu'il n'en fût accablé10 Car il en guérissait beaucoup, de sorte que tous ceux qui avaient quelque mal se jetaient sur lui pour le toucher.11 Les esprits impurs eux-mêmes, lorsqu'ils le voyaient, se prosternaient devant lui et criaient, disant;12 Vous êtes le Fils de Dieu. Mais il leur défendait avec de grandes menaces de le révéler.
 
13 Etant monté sur la montagne, il appela à lui ceux que lui-même voulut ; et ils vinrent à lui.
Note Marc 3,13 : Voir Matthieu, 10, 1 ; Luc, 6, 13. ― Sur la montagne ; c’est-à-dire sur la montagne voisine. Nous avons déjà fait observer dans saint Matthieu (voir Matthieu, 5, 1) que c’était là le vrai sens de cette expression. ― Plusieurs commentateurs croient que cette montagne est celle de Koroun-Hattin ou Montagnes des Béatitudes. En voir la description, Matthieu, note 5.1.
14 Il en établit douze pour être avec lui et pour les envoyer prêcher,15 Et il leur donna le pouvoir de guérir les maladies et de chasser les démons :16 D'abord Simon à qui il donna le nom de Pierre ;17 Puis Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, auxquels il donna le nom de Boanergès, c'est-à-dire fils du tonnerre ;18 André, Philippe, Barthélemi, Matthieu, Thomas, Jacques fils d'Alphée, Thaddée, Simon le Cananéen,19 Et Judas Iscariote, celui-là même qui le trahit.
 
20 Ils vinrent dans une maison, et la foule s'y assembla de nouveau, en sorte qu'ils ne pouvaient pas même manger du pain.
Note Marc 3,20 : Manger du pain ; c’est-à-dire simplement manger, prendre de la nourriture. Voir Matthieu, 15, 2. ― Ceci se passait probablement à Capharnaüm.
21 Ce qu'ayant appris, les siens vinrent pour se saisir de lui, car ils disaient : Il a perdu l'esprit.
Note Marc 3,21 : C’étaient ceux de ses parents dont saint Jean dit qu’ils ne croyaient pas en lui.
22 Et les scribes, qui étaient venus de Jérusalem, disaient : Il est possédé de Béelzébub, et c'est par le prince des démons qu'il chasse les démons.
Note Marc 3,22 : Voir Matthieu, 9, 34 ; 12, 24. ― Béelzébub. Voir Matthieu, 10, 25.
23 Mais Jésus les ayant appelés, leur disait en paraboles : Comment Satan peut-il chasser Satan?24 Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister.25 Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister.26 Si donc Satan s'est élevé contre lui-même, il est divisé, et il ne pourra subsister; mais il touche à sa fin.27 Nul ne peut entrer dans la maison du fort et ravir ce qu'il possède, s'il ne l'a lié auparavant; c'est alors qu'il pillera sa maison.
Note Marc 3,27 : Du fort. Voir Matthieu, note 12.29.
28 En vérité je vous le dis, tous les péchés seront remis aux enfants des hommes, même les blasphèmes par lesquels ils auront blasphémé.
Note Marc 3,28 : Voir Matthieu, 12, 31 ; Luc, 12, 10 ; 1 Jean, 5, 16.
29 Mais celui qui aura blasphémé contre l'Esprit-Saint n'en aura jamais la rémission ; mais il sera coupable d'un péché éternel.
Note Marc 3,29 : N’en aura jamais la rémission. Voir Matthieu, note 12.32.
30 Parce qu'ils disaient : II est possédé d'un esprit impur.
Note Marc 3,30 : Parce qu’ils disaient ; c’est-à-dire Jésus tint ce discours parce qu’ils disaient. Ce genre d’ellipse est commun dans le style de l’Ecriture.
 
31 Cependant sa mère et ses frères vinrent; et, se tenant dehors, ils l'envoyèrent appeler.
Note Marc 3,31-32 : Voir Matthieu, note, 12.46.
Note Marc 3,31 : Voir Matthieu, 12, 46 ; Luc, 8, 19.
32 Or la foule était assise autour de lui, et on lui dit : Voilà dehors votre mère et vos frères qui vous cherchent.33 Et leur répondant, il dit : Qui est ma mère, et qui sont mes frères?34 Et, regardant ceux qui étaient assis autour de lui : Voici, dit-il, ma mère et mes frères,35 Car quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère.

Chapitre 4

 | 
 | 
Chap. : 
Parabole de la semence ; explication de cette parabole.
Lampe sous le boisseau.
Parabole de l’accroissement de la semence et du grain de sénevé.
Tempête apaisée.
1 Il commença de nouveau à enseigner auprès de la mer; et une grande multitude se rassembla autour de lui, de sorte que, montant dans la barque, il se tenait sur la mer, et toute la multitude était à terre le long du rivage.
Note Marc 4,1 : Voir Matthieu, 13, 1 ; Luc, 8, 4. ― Auprès de la mer de Galilée.
2 Et il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles, et leur disait dans son enseignement :
 
3 Ecoutez, voilà que celui qui sème est sorti pour semer.4 Et, pendant qu'il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin, et les oiseaux du ciel vinrent, et la mangèrent.5 Une autre partie tomba en des endroits pierreux, où elle n'eut pas beaucoup de terre; et elle leva bientôt, parce que la terre n'avait pas de profondeur ;6 Et quand le soleil se leva, elle fut brûlée; et comme elle n'avait point de racine, elle sécha.7 Une autre partie tomba parmi les épines; et les épines grandirent et l'étouffèrent : et elle ne donna point de fruit.8 Mais une autre tomba dans une bonne terre, et donna du fruit qui s'éleva et se multiplia; en sorte qu'un grain rendait trente, l'autre soixante, l'autre cent.9 Et il disait : Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende.
 
10 Mais, lorsqu'il fut loin de la foule, les douze qui étaient avec lui l'interrogèrent sur cette parabole.11 Et il leur disait : C'est à vous qu'il a été donné de connaître le mystère du royaume de Dieu; mais pour ceux qui sont dehors, tout se fait en paraboles,12 Afin que voyant ils voient et ne voient point, et qu'entendant ils entendent et ne comprennent point; de peur qu'ils ne se convertissent, et que leurs péchés ne leur soient remis.
Note Marc 4,12 : Voir Matthieu, 13, 14 ; Jean, 12, 40 ; Actes des Apôtres, 28, 26 ; Romains, 11, 8. ― En punition de leur aveuglement volontaire, Dieu leur retire justement les lumières et les grâces que sans cela il leur aurait données pour leur conversion réelle. Comparer à Isaïe, 6, 9 et Matthieu, 13, 15.
13 Puis il leur dit : Vous ne comprenez point cette parabole? Et comment donc comprendrez-vous toutes les autres paraboles?14 Celui qui sème, sème la parole.15 Ceux qui se trouvent le long du chemin où la parole est semée, ce sont ceux qui ne l'ont pas plutôt entendue, que Satan vient et enlève cette parole qui a été semée dans leurs cœurs.16 Et pareillement ceux qui ont reçu la semence en des endroits pierreux, sont ceux qui, entendant la parole, la reçoivent d'abord avec joie;17 Mais n'ayant point de racine en eux, ils n'ont qu'un temps; après quoi la tribulation et la persécution survenant à cause de la parole, ils se scandalisent aussitôt.18 Et les autres qui reçoivent la semence parmi les épines, sont ceux qui écoutent la parole;19 Mais les soucis du siècle et l'illusion des richesses, et toutes les autres convoitises entrant en eux, étouffent la parole et la rendent sans fruit.
Note Marc 4,19 : Voir 1 Timothée, 6, 17.
20 Enfin ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre, sont ceux qui écoutent la parole et la reçoivent, et produisent du fruit, l'un trente, l'autre soixante, et l'autre cent.
 
21 Il leur disait aussi : Apporte-t-on la lampe pour la mettre sous le boisseau ou sous le lit? N'est-ce pas pour la mettre sur le chandelier?
Note Marc 4,21 : Voir Matthieu, 5, 15 ; Luc, 8, 16 ; 11, 33. ― Sous le boisseau. Voir Matthieu, note 5.25.
22 Car il n'y a rien de caché qui ne soit manifesté, ni rien de fait en secret qui ne vienne au grand jour.
Note Marc 4,22 : Voir Matthieu, 10, 26 ; Luc, 8, 17.
23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
 
24 Il leur disait encore : Prenez garde à ce que vous entendez. La mesure dont vous aurez usé pour les autres, on en usera pour vous, et en y ajoutant.
Note Marc 4,24 : Voir Matthieu, 7, 2 ; Luc, 6, 38.
25 Car on donnera à celui qui a; et celui qui n'a pas, même ce qu'il a lui sera ôté.
Note Marc 4,25 : Voir Matthieu, 13, 12 ; 25, 29 ; Luc, 8, 18 ; 19, 26.
 
26 Il disait aussi : Il en est du royaume de Dieu comme d'un homme qui jette de la semence en terre.27 Qu'il dorme, qu'il se lève de nuit et de jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment.28 Car c'est d'elle-même que la terre produit du fruit; d'abord de l'herbe, puis un épi, et ensuite du blé tout formé dans l'épi.29 Et quand le fruit est en maturité, aussitôt on y met la faux, parce que c'est le temps de la moisson.
 
30 Il disait encore : A quoi comparerons-nous le royaume de Dieu? ou sous quelle parabole le représenterons-nous?31 Il est comme un grain de sénevé qui, lorsqu'on le sème, est la plus petite de toutes les semences qui sont dans la terre.
Note Marc 4,31 : Voir Matthieu, 13, 31 ; Luc, 13, 19. ― Un grain de sénevé ou de moutarde, voir Matthieu, note 13.31.
32 Et quand on l'a semé, il monte et devient plus grand que toutes les plantes, et pousse de si grands rameaux, que les oiseaux du ciel peuvent se reposer sous son ombre.
 
33 Ainsi, c'est par beaucoup de semblables paraboles qu'il leur annonçait la parole, selon qu'ils pouvaient l'entendre34 Car il ne leur parlait point sans paraboles ; mais en particulier il expliquait tout à ses disciples.
 
Marc 4, 35-41 : Jésus apaise la tempête - Gravure de Gustave Doré
Marc 4, 35-41 : Jésus apaise la tempête - Gravure de Gustave Doré
35 Or il leur dit ce jour-là, lorsque le soir fut venu : Passons à l'autre bord.36 Et ayant renvoyé le peuple, ils l'emmenèrent sur la barque où il était; et d'autres barques l'accompagnaient.
Note Marc 4,36 : Voir Matthieu, 8, 23 ; Luc, 8, 22.
37 Mais il s'éleva un grand tourbillon de vent, qui poussait les flots dans la barque, de sorte que la barque s'emplissait.38 Jésus cependant était à la poupe, dormant sur un oreiller; et ils le réveillèrent et lui dirent : Maître, n'avez-vous point de souci que nous périssions?39 Alors se levant, il menaça le vent, et dit à la mer : Silence, calme-toi. Et le vent cessa, et il se fit un grand calme.40 Et il leur dit : Pourquoi êtes-vous timides? N'avez-vous point encore la foi? Et ils furent saisis d'une grande crainte, et ils se disaient l'un à l'autre : Qui pensez-vous est celui-ci, que et le vent et la mer lui obéissent?

Chapitre 5

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Légion de démons chassée ; pourceaux précipités.
Hémorroïsse guérie.
Fille de Jaïre ressuscitée.
1 Et ils vinrent de l'autre côté de la mer dans le pays des Géraséniens.
Note Marc 5,1 : Voir Matthieu, 8, 28 ; Luc, 8, 26. ― Le pays des Géraséniens. Voir Matthieu, note 8.28.
2 Et comme Jésus sortait de la barque, tout à coup accourut à lui d'au milieu des sépulcres, un homme possédé d'un esprit impur,3 Lequel habitait dans les sépulcres ; et nul ne pouvait le tenir lié, même avec des chaînes.4 Car souvent, serré de chaînes et les pieds dans les fers, il avait rompu ses chaînes et brisé ses fers, et personne ne le pouvait dompter.5 Et sans cesse, le jour et la nuit, il était parmi les tombeaux et sur les montagnes criant et se meurtrissant avec des pierres.6 Or voyant Jésus de loin, il accourut et l'adora;7 Et, criant d'une voix forte, il dit : Qu'importe à moi et à vous, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut? Je vous adjure par Dieu, ne me tourmentez point.8 Car il lui disait : Esprit impur, sors de cet homme !9 Et il lui demanda : Quel est ton nom? Et il lui répondit : Légion est mon nom; car nous sommes beaucoup.
Note Marc 5,9 : Légion. Voir Matthieu, 26, 53. Le mot légion peut être pris ici indéfiniment dans le sens d’un très grand nombre. ― La légion romaine, du temps d’Auguste, se composait de 6 800 hommes.
10 Et il le suppliait avec instance de ne point le chasser hors de ce pays.11 Or il y avait là, le long de la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient.12 Et les esprits suppliaient Jésus, disant : Envoyez-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux.13 Et Jésus le leur permit aussitôt. Les esprits impurs, sortant donc du possédé, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau, d'environ deux mille, se précipita impétueusement dans la mer, et s'y noya.14 Ceux qui l«s gardaient s'enfuirent et répandirent cette nouvelle dans la ville et dans les champs. Aussitôt les gens sortirent pour voir ce qui était arrivé ;15 Ils vinrent vers Jésus, et ils virent celui qui avait été tourmenté par le démon, assis, vêtu et sain d'esprit; et ils furent saisis de crainte.16 Et ceux qui avaient vu leur racontèrent ce qui était arrivé au possédé et aux pourceaux;17 Et ils commencèrent à prier Jésus de s'éloigner de leurs confins.
 
18 Lorsqu'il montait dans la barque, celui qui avait été tourmenté par le démon, le supplia de lui permettre de rester avec lui;
Note Marc 5,18 : Il craignait de redevenir encore un possédé, mais le Seigneur le rassura (saint Théophile).
19 Mais il le lui refusa et lui dit : Va dans ta maison, vers les tiens, et annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi, et comme il a eu pitié de toi.20 Il s'en alla donc, et commença à publier dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui ; et tous étaient dans l'admiration.
Note Marc 5,20 : Dans la Décapole. Voir Matthieu, 4, 25. Les villes de la Décapole étaient une confédération de dix cités, ensuite leur nombre s’accrut. Elles étaient habitées par des païens et avaient peu d’Hébreux.
 
21 Jésus ayant repassé dans la barque de l'autre côté de la mer, il s'assembla une grande multitude autour de lui; et il était près de la mer.22 Or vint un chef de synagogue, nommé Jaïre ; le voyant, il se jeta à ses pieds,
Note Marc 5,22 : Voir Matthieu, 9, 18 ; Luc, 8, 41. ― Un chef de synagogue, archisynagogus, en hébreu rôsch hakséneth. Ses fonctions consistaient à administrer les affaires temporelles et spirituelles de la synagogue. Il présidait aux offices, désignait les lecteurs de la Sainte Ecriture, donnait la parole à ceux qui devaient l’expliquer ou l’expliquait lui-même, et exerçait sur tout ce qui se faisait dans la synagogue sa haute surveillance.
23 Et il le suppliait instamment, disant : Ma fille est à l'extrémité; venez, imposez votre main sur elle, afin qu'elle guérisse et qu'elle vive.24 Et il s'en alla avec lui ; et une grande multitude le suivait et le pressait.
 
25 Alors, une femme qui avait une perte de sang depuis douze années,26 Et qui avait beaucoup souffert de plusieurs médecins, et avait dépensé tout son bien sans aucun fruit, se trouvant plutôt dans un état pire,27 Ayant entendu parler de Jésus, vint dans la foule, par derrière, et toucha son vêtement;28 Car elle disait : Si je touche seulement son vêtement, je serai guérie.29 Et aussitôt la source du sang tarit, et elle sentit en son corps qu'elle était guérie de son mal.30 Au même moment, Jésus connaissant en lui-même la vertu qui était sortie de lui, et se retournant vers la foule, demandait : Qui a touché mes vêtements ?31 Ses disciples lui répondaient: Vous voyez la foule qui vous presse, et vous demandez : Qui m'a touché?32 Et il regardait tout autour, pour voir celle qui l'avait fait.33 Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui s'était passé en elle, vint et se prosterna devant lui, et lui dit toute la vérité.34 Jésus lui dit : Ma fille, votre foi vous a sauvée : allez en paix et soyez guérie de votre infirmité.
Note Marc 5,34 : Voir Luc, 7, 50 ; 8, 48.
 
35 Comme il parlait encore, des gens du chef de synagogue vinrent, disant : Votre fille est morte; pourquoi tourmentez-vous davantage le maître?36 Mais Jésus, cette parole entendue, dit au chef de synagogue : Ne craignez point; croyez seulement.37 Et il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre, à Jacques et à Jean frère de Jacques.38 En arrivant à la maison du chef de synagogue, il vit du tumulte, des gens pleurant et poussant de grands cris.
Note Marc 5,38 : Voir Matthieu, 9, 23.
39 Or, étant entré, il leur dit: Pourquoi vous troublez-vous et pleurez-vous? La jeune fille n'est pas morte, mais elle dort.40 Et ils se riaient de lui. Mais Jésus, les ayant tous renvoyés, prit le père et la mère de la jeune fille, et ceux qui étaient avec lui, et entra dans le lieu où la jeune fille était couchée.
Note Marc 5,40 : Parce que s’ils ne veulent pas croire mais se moquer, ils sont indignes de voir le miracle (saint Bède).
41 Et tenant la main de la jeune fille, il lui dit : Talitha cumi; ce que l'on interprète ainsi : Jeune fille (je vous le commande), levez-vous.
Note Marc 5,41 : Talitha cumi. Ce sont deux mots araméens, dont le premier signifie jeune fille et dont le second est l’impératif de la seconde personne féminine : lève-toi.
42 Et aussitôt la jeune fille se leva, et elle marchait ; car elle avait douze ans ; et tous furent frappés d'une grande stupeur.43 Mais il leur commanda fortement que personne ne le sût,

Chapitre 6

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Jésus méprisé dans sa patrie.
Mission des Apôtres.
Mort de saint Jean-Baptiste.
Multiplication des cinq pains.
Jésus marche sur les eaux.
Vertu des vêtements de Jésus-Christ.
1 Etant parti de là. il s'en alla dans son pays, et ses disciples le suivirent.
Note Marc 6,1 : Voir Matthieu, 13, 54 ; Luc, 4, 16. ― Etant parti de là, de Capharnaüm, il s’en alla dans son pays, à Nazareth, qui est à deux petites journées de Capharnaüm.
2 Or un jour de sabbat étant venu, il commença à enseigner dans la synagogue, et beaucoup, l'entendant, étaient dans l'admiration de sa doctrine, disant : D'où lui viennent toutes ces choses? quelle est cette sagesse qui lui a été donnée? et ces merveilles si surprenantes qui se font par ses mains?3 N'est-ce pas là ce charpentier, fils de Marie, frère de Jacques et et de Joseph, de Jude et de Simon? et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ? Et ils se scandalisaient de lui.
Note Marc 6,3 : Voir Jean, 6, 42. ― Sur ce verset, voir Matthieu, 13, 55-56.
4 Mais Jésus leur disait : Un prophète n'est sans honneur que dans sa patrie, dans sa maison et dans sa famille.
Note Marc 6,4 : Voir Matthieu, 13, 57 ; Luc, 4, 24 ; Jean, 4, 44.
5 Et il ne put faire là aucun miracle, si ce n'est qu'il guérit quelques malades en leur imposant les mains.
Note Marc 6,5 : Et il ne put faire, etc. Non par défaut de puissance de son côté, mais par défaut de dispositions de leur part.
6 Et il s'étonnait de leur incrédulité; il parcourait toutefois les villages d'alentour et il y enseignait.
 
7 Or il appela les douze et commença à les envoyer deux à deux, et il leur donna puissance sur les esprits impurs.
Note Marc 6,7 : Voir Matthieu, 10, 1 ; Marc, 3, 14 ; Luc, 9, 1.
8 Et il leur commanda de ne rien prendre pour le chemin qu'un bâton : ni sac, ni pain, ni argent dans leur ceinture ;
Note Marc 6,8 : Ni argent dans leur ceinture. Voir Matthieu, 10, 9.
9 Mais de chausser leurs sandales et de ne point se munir de deux tuniques.
Note Marc 6,9 : Voir Actes des Apôtres, 12, 8. ― Leurs sandales, chaussures consistant en une semelle de cuir ou de bois qui était attachée avec cordons sous la plante des pieds.
10 Et il leur dit : Quelque part que vous alliez, étant entrés dans une maison, demeurez-y jusqu'à ce que vous sortiez de ce lieu-là.11 Et quant à ceux qui ne vous recevront point et ne vous écouteront point, lorsque vous sortirez de là, secouez la poussière de vos pieds en témoignage contre eux.
Note Marc 6,11 : Voir Matthieu, 10, 14 ; Luc, 9, 5 ; Actes des Apôtres, 13, 51 ; 18, 6. ― En témoignage contre eux ; c’est-à-dire afin que ce soit pour eux un témoignage que vous ne pouvez plus avoir aucun commerce avec eux, puisqu’ils refusent d’embrasser la religion divine que vous prêchez.
12 Etant donc partis, ils prêchaient qu'on fît pénitence ;13 Chassaient beaucoup de démons, oignaient d'huile beaucoup de malades et les guérissaient.
Note Marc 6,13 : Voir Jacques, 5, 14.
 
14 Or le roi Hérode entendit parler de Jésus (car son nom s'était répandu), et il disait : Jean-Baptiste est ressuscité d'entre les morts, et c'est pour cela que des miracles s'opèrent par lui.
Note Marc 6,14 : Voir Matthieu, 14, 1-2 ; Luc, 9, 7. ― Le roi Hérode Antipas, tétrarque de la Galilée et de la Pérée. Voir Matthieu, 14, 1.
15 Mais d'autres disaient : C'est Élie. Et d'autres : C'est un prophète, semblable à un des prophètes.
Note Marc 6,15 : A un des prophètes ; c’est-à-dire un des anciens prophètes comme on lit dans saint Luc, 9, 8.
16 Ce qu'ayant entendu, Hérode dit : Ce Jean que j'ai décapité est ressuscité d'entre les morts,
 
17 Car Hérode lui-même avait envoyé prendre Jean, et l'avait retenu, chargé de fers, en prison, à cause d'Hérodiade, qu'il avait épousée, quoique femme de Philippe, son frère.
Note Marc 6,17 : Voir Luc, 3, 19. ― Hérodiade. Voir Matthieu, 14, 3. ― Philippe. Voir Matthieu, 14, 3.
18 Parce que Jean disait à Hérode : Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère.
Note Marc 6,18 : Voir Lévitique, 18, 16 ; Matthieu, 14, 4.
19 Or Hérodiade lui tendait des pièges, et voulait le faire périr; mais elle ne le pouvait pas.20 Hérode, en effet, craignait Jean, sachant que c'était un homme juste et saint; il le protégeait, faisait beaucoup de choses d'après ses avis, et l'écoutait volontiers.
 
21 Mais un jour opportun arriva, le jour de la naissance d'Hérode, où il fit un festin aux grands de sa cour, et aux tribuns, et aux principaux de la Galilée.
Note Marc 6,21 : Tribun signifie ici un chef militaire quelconque, non un tribun romain.
22 Or la fille d'Hérodiade même étant entrée, et ayant dansé et plu à Hérode, et à ceux qui étaient à table avec lui, le roi dit à la jeune fille : Demandez ce que vous voudrez, et je vous le donnerai.
Note Marc 6,22 : La fille d’Hérodiade, Salomé. Voir Matthieu, 14, 6.
23 Et il lui jura, disant : Tout ce que vous demanderez je vous le donnerai, fût-ce la moitié de mon royaume.24 Lorsqu'elle fut sortie, elle dit à sa mère : Que demanderai-je? Et sa mère répondit : La tête de Jean-Baptiste.25 Aussitôt s'étant rendue en grande hâte près du roi, elle fit sa demande, disant : Je veux que vous me donniez à l'instant, dans un bassin, la tête de Jean-Baptiste.26 Le roi fut contristé; cependant, à cause de son serment, et à cause de ceux qui étaient à table avec lui, il ne voulut pas la contrarier.27 Aussi ayant envoyé un de ses gardes, il lui ordonna d'apporter la tête de Jean dans un bassin. Et le garde le décapita dans la prison ;28 Et apportant sa tête dans un bassin, il la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.29 Ce qu'ayant appris, ses disciples vinrent, prirent son corps, et le déposèrent dans un tombeau.
 
30 Or les apôtres s'étant rassemblés auprès de Jésus, lui rendirent compte de tout ce qu'ils avaient fait et enseigné.
Note Marc 6,30 : Voir Luc, 9, 10.
31 Et il leur dit : Venez à l'écart en un lieu désert, et vous vous reposerez un peu. Car ceux qui allaient et venaient étaient si nombreux, qu'ils n'avaient pas même le temps de manger.
Note Marc 6,31 : Voir Matthieu, 14, 13 ; Luc, 9, 10 ; Jean, 6, 1. ― En un lieu désert dans les environs de Bethsaïde-Julias. Voir Matthieu, note 14.13.
32 Ainsi, montant dans la barque, ils se retirèrent à l'écart, dans un lieu désert.
 
33 Mais beaucoup de gens les ayant vus partir et ayant connu leur dessein, y accoururent à pied de toutes les villes, et y arrivèrent avant eux.34 Ainsi, en débarquant, Jésus vit une grande multitude, et il en eut compassion, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont point de pasteurs, et il commença à leur enseigner beaucoup de choses.
Note Marc 6,34 : Voir Matthieu, 9, 36 ; 14, 14.
 
35 Et comme déjà l'heure était fort avancée, ses disciples s'approchèrent, disant : Ce lieu est désert et il est déjà tard ;36 Renvoyez-les afin qu'ils aillent dans les villages et les bourgs voisins acheter de quoi manger.
Note Marc 6,36 : Voir Luc, 9, 12.
37 Mais leur répondant, il dit : Donnez-leur vous mêmes à manger. Et ils lui repartirent : Irons-nous donc acheter pour deux cents deniers de pain afin de leur donner à manger?
Note Marc 6,37 : Les deux cents deniers, si on les prend pour monnaie romaine, font environ quatre-vingts francs (en 1900).
38 Alors il leur demanda : Combien avez vous de pains? Allez et voyez. Et lorsqu'ils eurent regardé, ils dirent : Cinq pains et deux poissons.39 Il leur commanda donc de les faire tous asseoir par groupes sur l'herbe verte.
Note Marc 6,39 : Voir Jean, 6, 10.
40 Et ils s'assirent par groupes de cent et de cinquante.41 Alors il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il les bénit; puis il rompit les pains, et les donna à ses disciples pour les mettre devant la multitude, et il partagea les deux poissons entre tous.42 Ils en mangèrent, et ils furent rassasiés.43 Et ses disciples emportèrent les restes, douze paniers pleins de morceaux et une partie des poissons.44 Or ceux qui mangèrent étaient au nombre de cinq mille hommes.
 
45 Et aussitôt il fit monter ses disciples dans la barque, pour le précéder de l'autre côté de la mer, à Bethsaïde, pendant que lui-même renverrait le peuple.
Note Marc 6,45 : Bethsaïde de Galilée. Voir Matthieu, 11, 21.
46 Et après qu'il l'eut renvoyé, il s'en alla sur la montagne pour prier.
Note Marc 6,46 : L’oraison exige le recueillement et le silence (saint Théophile).
 
47 Lorsqu'il fut soir, la barque se trouvait au milieu de la mer, et Jésus seul à terre.48 Et voyant ses disciples qui se fatiguaient à ramer (car le vent leur était contraire), vers la quatrième veille de la nuit, il vint à eux, marchant sur la mer; et il voulait les devancer.
Note Marc 6,48 : Voir Matthieu, 14, 24. ― Vers la quatrième veille de la nuit. Voir Matthieu, note 14.25. Les veilles de la nuit, de trois heures chacune, étant au nombre de quatre, neuf heures de nuit se sont écoulées, ici, et il serait trois heures du matin.
49 Mais eux, dès qu'ils l'aperçurent marchant sur la mer, crurent que c'était un fantôme, et jetèrent un grand cri.50 Car tous le virent, et ils furent épouvantés. Mais aussitôt il leur parla, et leur dit : Rassurez-vous , c'est moi ; ne craignez point.51 Et il monta avec eux dans la barque, et le vent cessa, et leur stupeur en devint plus grande :52 Car il n'avaient pas compris ce qui s'était fait à l'égard des pains, parce que leur cœur était aveuglé.
 
53 Et, après avoir traversé la mer, ils vinrent vers la terre de Génézareth et y abordèrent.
Note Marc 6,53 : Voir Matthieu, 14, 34. ― La terre de Génésareth. Voir Matthieu, note 14.34.
54 Et dès qu'ils furent sortis de la barque, les gens du pays reconnurent Jésus.55 Et parcourant toute la contrée, ils commencèrent à lui apporter de tous côtés, dans leurs grabats, les malades, là où ils entendaient dire qu'il était.56 Et partout où il entrait, dans les bourgs, dans les villages ou dans les villes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le suppliait de les laisser seulement toucher la frange de son vêtement; et tous ceux qui le touchaient étaient guéris.
Note Marc 6,56 : La frange de son vêtement. Voir Matthieu, 9, 20.

Chapitre 7

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Scandale des pharisiens sur ce que les disciples de Jésus mangeaient sans avoir lavé leurs mains.
Guérison de la fille de la Chananéenne.
Guérison d’un homme sourd et muet.
1 Et les pharisiens et quelques scribes venus de Jérusalem, s'assemblèrent auprès de Jésus;2 Et ayant vu quelques-uns de ses disciples manger du pain avec des mains impures, c'est-à-dire qui n'avaient pas été lavées, ils les en blâmèrent.
Note Marc 7,2 : Manger du pain. Voir, pour le vrai sens de cette expression, Matthieu, 15, 2.
3 Car les pharisiens et tous les Juifs ne mangent point sans s'être souvent lavé les mains, gardant la tradition des anciens.
Note Marc 7,3 : La tradition des anciens. Voir Matthieu, 15, 2.
4 Et lorsqu'ils reviennent de la place publique, ils ne mangent point non plus sans s'être lavés ; et il y a encore beaucoup d'autres pratiques qu'ils tiennent de la tradition, et qu'ils doivent observer, comme de laver les coupes, les cruches, les vases d'airain et les lits.5 Les pharisiens donc et les scribes lui demandaient : Pourquoi vos disciples ne se conforment-ils point à la tradition des anciens, mais qu'ils mangent le pain avec des mains impures?6 Mais, répondant, Jésus leur dit : Isaïe a bien prophétisé de vous, hypocrites, ainsi qu'il est écrit : Ce peuple m'honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi;
Note Marc 7,6 : Voir Isaïe, 29, 13. ― Ainsi qu’il est écrit ; c’est-à-dire quand il a écrit. Comparer à Matthieu, 15, 7. Ce verset est contre ceux qui font consister la religion uniquement dans les pratiques extérieures.
7 Et il est en vain le culte qu'ils me rendent, en enseignant des doctrines et des ordonnances humaines.8 Car, laissant de côté le commandement de Dieu, vous observez la tradition des hommes, la purification des tasses et des coupes, et vous faites encore beaucoup d'autres choses semblables.
Note Marc 7,8 : La tradition des hommes. Voir Matthieu, 15, 2.
9 Et il leur disait : Vous rendez entièrement vain le précepte de Dieu, pour garder votre tradition.10 Car Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et : Celui qui maudira son père ou sa mère, qu'il meure de mort.
Note Marc 7,10 : Voir Exode, 20, 12 ; Deutéronome, 5, 16 ; Ephésiens, 6, 2 ; Exode, 21, 17 ; Lévitique, 20, 9 ; Proverbes, 20, 20. ― Qu’il meure de mort. Voir, pour le sens de cette expression, Matthieu, 15, 4.
11 Mais vous, vous dites : Si un homme dit à son père ou à sa mère : Que tout corban (c'est-à-dire don) que je fais, tourne à votre profit, il satisfait à la loi.12 Et vous ne le laissez rien faire de plus pour son père ou pour sa mère,13 Abolissant le commandement de Dieu par votre tradition, que vous-même avez établie; et vous faites encore beaucoup de choses semblables.
 
14 Et appelant de nouveau le peuple, il leur disait : Ecoutez-moi tous, et comprenez.
Note Marc 7,14 : Voir Matthieu, 15, 10.
15 Il n'est rien au dehors de l'homme, qui, entrant en lui puisse le souiller ; mais ce qui sort de l'homme, c'est là ce qui souille l'homme.16 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
 
17 Etant entré dans une maison après avoir quitté le peuple, ses disciples l'interrogeaient sur cette parabole.18 Et il leur dit : Ainsi vous aussi, vous êtes sans intelligence? Ne comprenez-vous point que toute chose du dehors entrant dans l'homme, ne peut le souiller;
Note Marc 7,18 : Toute chose du dehors, etc. Voir Matthieu, 15, 11.
19 Parce que cela n'entre point dans le cœur, mais va au ventre, et est jeté dans le lieu secret qui purifie tous les aliments?
Note Marc 7,19 : Dans le cœur. C’est seulement ce qui entre dans le cœur qui peut souiller parce que celui-ci est considéré comme le siège et le centre de la vie spirituelle et intellectuelle.
20 Mais, disait-il, ce qui sort de l'homme, c'est là ce qui souille l'homme ;21 Car c'est du dedans, du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les homicides,
Note Marc 7,21 : Voir Genèse, 6, 5.
22 Les larcins, l'avarice, les méchancetés, la fraude, les impudicités, l'œil mauvais, le blasphème, l'orgueil, la folie.
Note Marc 7,22 : L’œil mauvais. Comparer à Matthieu, 20, 15, pour la valeur de cette expression.
23 Toutes ces choses mauvaises viennent du dedans et souillent l'homme.
 
24 Partant ensuite delà, il s'en alla sur les confins de Tyr et de Sidon; et étant entré dans une maison, il voulait que personne ne le sût, mais il ne put demeurer caché ;
Note Marc 7,24 : Voir Matthieu, 15, 21. ― Sur les confins de Tyr et de Sidon. Voir Marc, 3, 8.
25 Car une femme dont la fille était possédée d'un esprit impur, sitôt qu'elle eut ouï dire qu'il était là, entra et se jeta à ses pieds.26 C'était une femme païenne syro-phénicienne de nation. Et elle le priait de chasser le démon hors de sa fille.27 Jésus lui dit : Laissez d'abord rassasier les enfants ; car il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens.
Note Marc 7,27 : De jeter aux chiens. Voir Matthieu, 15, 26.
28 Mais elle répondit et lui dit : Il est vrai, Seigneur; cependant les petits chiens mangent sous la table les miettes des enfants.29 Alors il lui dit : A cause de cette parole, allez; le démon est sorti de votre fille.30 Et lorsqu'elle revint dans sa maison, elle trouva sa fille couchée sur son lit, et que le démon était sorti.
 
31 Quittant de nouveau les confins de Tyr, il vint par Sidon à la mer de Galilée, à travers le pays de la Décapole.
Note Marc 7,31 : Le pays de la Décapole. Voir Marc, 5, 20 et Matthieu, 4, 25.
32 Or on lui amena un sourd-muet, et on le suppliait de lui imposer les mains.
Note Marc 7,32 : Voir Matthieu, 9, 32.
33 Le tirant de la foule à l'écart, il lui mit les doigts dans les oreilles, et toucha sa langue avec de la salive ;34 Puis levant les yeux au ciel, il soupira et dit : Ephphétha, c'est-à-dire, ouvre-toi.
Note Marc 7,34 : Ouvre-toi. Ces paroles sont directement adressées à la personne du sourd et muet mais dans le sens logique, elles se rapportent à sa bouche et à ses oreilles.
35 Et aussitôt ses oreilles s'ouvrirent, et le lien de sa langue se rompit, et il parlait distinctement.36 Cependant il leur défendit de le dire à personne. Mais plus il le leur défendait, plus ils le publiaient,
Note Marc 7,36 : Jésus commande ou défend que ses miracles soient publiés, selon le pays où il se trouve, car, s’il désire que la Puissance de Dieu soit connue, il ne veut pas susciter des enthousiasmes dangereux.
37 Et plus ils étaient dans l'admiration, disant : Il a bien fait toutes choses; il a fait entendre les sourds et parler les muets.

Chapitre 8

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Multiplication des sept pains.
Prodige demandé et refusé.
Levain des pharisiens.
Guérison d’un aveugle.
Confession de saint Pierre.
Passion prédite.
Saint Pierre repris.
Croix et renoncement à soi-même.
1 En ces jours-là, comme la multitude était grande encore et n'avait pas de quoi manger, il appela ses disciples et leur dit :
Note Marc 8,1 : Voir Matthieu, 15, 32.
Note Marc 8,1 : 9 Voir Marc, 6, 41 ; Jean, 6, 11.
2 J'ai pitié de cette multitude; car voilà déjà trois jours qu'ils sont constamment avec moi, et ils n'ont pas de quoi manger;3 Et si je les renvoie à jeun dans leurs maisons, ils tomberont de défaillance en chemin, car quelques-uns d'entre eux sont venus de loin.4 Ses disciples lui répondirent: Comment pourrait-on les rassasier de pain ici, dans le désert?5 Et il leur demanda : Combien de pains avez-vous? Sept, répondirent-ils.6 Alors il commanda au peuple de s'asseoir à terre ; puis ayant pris les sept pains et rendu grâces, il les rompit et les donna à ses disciples pour les servir, et ils les servirent à la multitude.7 Ils avaient en outre quelques petits poissons; il les bénit aussi, et les fit servir.8 Ils mangèrent donc, et ils furent rassasiés ; et ses disciples emportèrent ce qui était resté de morceaux, sept corbeilles.9 Or ceux qui mangèrent étaient environ quatre mille : et il les renvoya.
 
10 Montant aussitôt dans la barque avec ses disciples, il vint dans le pays de Dalmanutha.
Note Marc 8,10 : Dalmanutha est, selon les uns, à l’est du lac de Tibériade ; selon d’autres, à l’ouest dans le voisinage de Magdala. Voir Matthieu, 15, 39.
11 Alors les pharisiens étant venus, commencèrent à disputer avec lui, lui demandant un prodige dans le ciel pour le tenter.
Note Marc 8,11 : Voir Matthieu, 16, 1 ; Luc, 11, 54.
12 Mais gémissant au fond du cœur, il dit : Pourquoi cette génération demande-t-elle un prodige ? En vérité, je vous le dis, il ne sera point accordé de prodige à cette génération.
 
13 Et, les laissant, il monta de nouveau dans la barque et passa de l'autre côté de la mer.
 
14 Or les disciples avaient oublié de prendre des pains, et ils n'avaient qu'un seul pain avec eux dans la barque.
Note Marc 8,14 : Voir Matthieu, 16, 5.
15 Et il leur commandait, disant: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et du levain d'Hérode.
Note Marc 8,15 : Du levain d’Hérode Antipas. Voir Matthieu, 14, 1.
16 De là ils s'entretenaient entre eux, disant : C'est parce que nous n'avons point de pains.17 Ce qu'ayant connu, Jésus leur dit : Pourquoi vous entretenez-vous de ce que vous n'avez point de pain? N'avez-vous donc encore ni sens ni intelligence ? Avez-vous donc toujours le cœur aveuglé ?18 Ayant des yeux, ne voyez-vous point? ayant des oreilles, n'entendez-vous point? et avez-vous perdu tout souvenir?19 Quand je rompis les cinq pains pour les cinq mille hommes, combien de paniers emportâtes-vous pleins de morceaux ? Douze, lui dirent-ils.20 Et quand je rompis les sept pains pour les quatre mille hommes, combien emportâtes-vous de corbeilles pleines de morceaux ? Sept, lui dirent-ils.21 Et il ajouta : Comment ne comprenez-vous point encore?
 
22 Lorsqu'ils arrivèrent à Bethsaïde, on lui amena un aveugle, et on le priait de le toucher.
Note Marc 8,22 : Bethsaïde. Voir Matthieu, 11, 21.
23 Or, prenant la main de l'aveugle, il le conduisit hors du bourg, mit de la salive sur ses yeux; et lui ayant imposé les mains, il lui demanda s'il voyait quelque chose.24 Celui-ci regardant, dit : Je vois les hommes qui marchent semblables à des arbres.25 Jésus lui mit de nouveau les mains sur les yeux, et il commença à voir, et il fut guéri, de sorte qu'il voyait clairement toutes choses.26 Alors il le renvoya à sa maison, disant : Va dans ta maison; et si tu entres dans le bourg, ne dis rien à personne.
 
27 De là Jésus se rendit avec ses disciples dans les villages de Césarée de Philippe; en chemin il interrogeait ses disciples, disant: Qui dit-on que je suis?
Note Marc 8,27 : Voir Matthieu, 16, 13 ; Luc, 9, 18. ― Césarée de Philippe. Voir Matthieu, note 16.13.
28 Ils lui répondirent, en disant: Jean-Baptiste; d'autres, Elie; d'autres, comme un des prophètes.29 Alors il leur demanda : Mais vous, qui dites-vous que je suis? Pierre, prenant la parole, lui dit : Vous êtes le Christ.30 Et il leur défendit avec menace de le dire à personne.
 
31 Il commença en même temps à leur enseigner qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup; qu'il fût rejeté par les anciens, par les princes des prêtres et par les scribes; qu'il fût mis à mort, et qu'après trois jours il ressuscitât.
Note Marc 8,31 : Les anciens. Voir Matthieu, note, 16.21. ― Les princes des prêtres et les scribes. Voir Matthieu, note 2.4.
32 Et il en parlait ouvertement. Alors Pierre, le tirant à part, commença à le reprendre.33 Mais Jésus, se retournant et regardant ses disciples, gourmanda Pierre, disant : Retire-toi de moi, Satan, parce que tu ne goûtes pas ce qui est de Dieu, mais ce qui est des hommes.
 
34 Et appelant le peuple avec ses disciples, il leur dit : Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il porte sa croix et me suive.
Note Marc 8,34 : Voir Matthieu, 10, 38 ; 16, 24 ; Luc, 9, 23 ; 14, 27.
35 Car qui voudra sauver son âme, la perdra ; et qui perdra son âme à cause de moi et de l'Evangile la sauvera.
Note Marc 8,35 : Voir Luc, 17, 33 ; Jean, 12, 25. ― Car qui voudra sauver, etc. Comparer à Matthieu, 10, 39.
36 Et que servira à l'homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme?37 Ou que donnera l'homme en échange de son âme ?38 Car celui qui aura rougi de moi et de mes paroles, au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aussi rougira de lui, lorsqu'il viendra dans la gloire de son Père avec les anges saints.
Note Marc 8,38 : Voir Matthieu, 10, 33 ; Luc, 9, 26 et 12, 9.
39 Il leur disait encore : En vérité, je vous le dis, il y en a parmi ceux ici présents qui ne goûteront pas de la mort, qu'ils n'aient vu le royaume de Dieu venant dans sa puissance.
Note Marc 8,39 : Voir Matthieu, 10, 23 ; 16, 28 ; Luc, 9, 27 ; Jean, 21, 22. ― Il y en a… qui ne goûteront pas de la mort, qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu, etc. Voir Matthieu, note 16.28 et Jean, note 21.22.

Chapitre 9

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Transfiguration de Jésus-Christ.
Avènement d’Elie.
Guérison d’un enfant possédé.
Jésus-Christ prédit sa passion.
Qui sera le plus grand ?
Fuir le scandale.
1 Six jours après, Jésus prit Pierre, Jacques et Jean, et il les conduisit seuls à l'écart sur une haute montagne, et il fut transfiguré devant eux.
Note Marc 9,1 : Voir Matthieu, 17, 1 ; Luc, 9, 28. ― Sur une haute montagne. Voir Matthieu, note 17.1.
2 Ses vêtements devinrent resplendissants et très blancs comme la neige, d'une blancheur telle, qu'aucun foulon sur la terre ne pourrait l'égaler.3 Et Elie leur apparut avec Moïse ; et ils s'entretenaient avec Jésus.4 Alors, prenant la parole, Pierre dit à Jésus : Maître, il nous est bon d'être ici. Faisons trois tentes, une pour vous, une pour Moïse, et une pour Elie.
Note Marc 9,4 : Maître. Le texte latin porte Rabbi. Voir sur Rabbi, Jean, note 1.38.
5 Car il ne savait ce qu'il disait, parce qu'ils étaient saisis de crainte.6 Cependant il se fit une nuée qui les couvrit de son ombre; et il vint de la nuée une voix disant: Celui-ci est mon fils bien-aimé; écoutez-le.7 Et aussitôt, regardant tout autour, ils ne virent plus personne, si ce n'est Jésus seul avec eux.8 Mais lorsqu'ils descendaient de la montagne, il leur commanda de ne raconter à personne ce qu'ils avaient vu, jusqu'à ce que le Fils de l'homme fût ressuscité d'entre les morts.
Note Marc 9,8 : Voir Matthieu, 17, 9.
9 Et ils gardèrent cette parole en eux-mêmes, se demandant ce que voulait dire : Jusqu'à ce qu'il fût ressuscité d'entre les morts.
 
10 Et ils l'interrogeaient, disant : Pourquoi donc les pharisiens et les scribes disent-ils qu'il faut qu'Elie vienne auparavant?
Note Marc 9,10 : Voir Malachie, 4, 5.
11 Jésus répondant, leur dit : Elie viendra auparavant, et il rétablira toutes choses ; et, comme il est écrit du Fils de l'homme, il faudra qu'il souffre beaucoup et qu'il soit rejeté avec mépris.
Note Marc 9,11 : Voir Isaïe, 53, 3-4.
12 Mais je vous dis qu'Elie est déjà venu (et ils lui ont fait tout ce qu'ils ont voulu), ainsi qu'il est écrit de lui.
 
13 Et venant vers ses disciples, il vit une grande foule autour d'eux, et des scribes disputant avec eux.14 Aussitôt tout le peuple apercevant Jésus, fut saisi d'étonnement et de frayeur; et, accourant, ils le saluaient.15 Alors il leur demanda : De quoi disputez-vous ensemble?16 Et un homme de la foule prenant la parole, dit : Maître, je vous ai amené mon fils, qui a en lui un esprit muet;
Note Marc 9,16 : Voir Luc, 9, 38.
17 Lequel, partout où il s'empare de lui, le brise contre terre, et l'enfant écume, grince des dents, et il se dessèche. J'ai dit à vos disciples de le chasser, mais ils ne l'ont pu.
Note Marc 9,17 : Contre terre. Voir le verset 19.
18 Jésus, s'adressant à eux, dit : Ô race incrédule, jusqu'à quand serai-je avec vous? jusqu'à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi.19 Et ils le lui amenèrent. Or sitôt qu'il eut vu Jésus, l'esprit le tourmenta; et, brisé contre terre, il se roulait en écumant.20 Jésus demanda à son père : Combien y a-t-il de temps que cela lui arrive? Depuis son enfance, dit le père.21 Souvent il l'a jeté dans le feu et dans l'eau pour le faire périr; mais si vous pouvez quelque chose, ayez pitié de nous et secourez-nous.22 Jésus lui dit : Si tu peux croire, tout est possible à celui qui croit.23 Et aussitôt le père de l'enfant s'écria, disant avec larmes : Je crois, Seigneur; aidez mon incrédulité.24 Et Jésus voyant une foule qui accourait, menaça l'esprit impur, lui disant : Esprit sourd et muet, je te le commande, sors de cet enfant et n'y rentre plus.25 Et poussant un grand cri et le déchirant violemment, il sortit de l'enfant qui devint comme mort; de sorte que beaucoup disaient : Il est mort.26 Mais Jésus, prenant sa main et le soulevant, il se leva.
 
27 Et lorsque Jésus fut entré dans une maison, ses disciples lui demandèrent en secret : Pourquoi, nous, n'avons-nous pu le chasser?28 Il leur dit : Ce genre de démons ne peut se chasser que par la prière et le jeûne.
 
29 Etant partis de là, ils traversèrent la Galilée ; et il ne voulait pas que personne le sût.30 Cependant il instruisait ses disciples, et leur disait : Le Fils de l'homme sera livré entre les mains des hommes, et ils le tueront, et le troisième jour après sa mort, il ressuscitera.
Note Marc 9,30 : Voir Matthieu, 17, 21 ; Luc, 9, vv. 22, 44.
31 Mais ils ne comprenaient point cette parole, et ils craignaient de l'interroger.
 
32 Ils vinrent ensuite à Capharnaüm; et, lorsqu'ils furent dans la maison, il leur demanda : Que discutiez-vous en chemin?
Note Marc 9,32 : A Capharnaüm. Voir Matthieu, 4, 13.
 
33 Et ils se taisaient, parce que dans le chemin ils avaient disputé ensemble qui d'entre eux était le plus grand.
Note Marc 9,33 : Voir Matthieu, 18, 1 ; Luc, 9, 46.
34 Et, s'étant assis, il appela les douze, et leur dit : Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.35 Puis, prenant un enfant, il le mit au milieu d'eux; et après l'avoir embrassé, il leur dit :36 Quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit; et quiconque me reçoit, reçoit non pas moi, mais celui qui m'a envoyé.
 
37 Jean, prenant la parole, lui dit : Maître, nous avons vu quelqu'un qui chassait les démons en votre nom, et qui ne nous suit pas, et nous l'en avons empêché.
Note Marc 9,37 : Voir Luc, 9, 49.
38 Mais Jésus leur répondit : Ne l'en empêchez point ; car il n'y a personne qui fasse un miracle en mon nom, et qui puisse incontinent mal parler de moi ;
Note Marc 9,38 : Voir 1 Corinthiens, 12, 3.
39 Car qui n'est pas contre vous, est pour vous.
 
40 Et quiconque vous donnera un verre d'eau en mon nom, parce que vous êtes au Christ, en vérité, je vous le dis, il ne perdra point sa récompense.
Note Marc 9,40 : Voir Matthieu, 10, 42.
41 Mais quiconque scandalisera un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui que l'on mît autour de son cou une meule de moulin, et qu'on le jetât dans la mer.
Note Marc 9,41 : Voir Matthieu, 18, 6 ; Luc, 17, 2. ― Une meule de moulin. Voir Matthieu, note 18.6.
 
42 Que si votre main vous scandalise, coupez-la : il vaut mieux pour vous entrer dans la vie, privé d'une main, que d'aller, ayant deux mains, dans la géhenne du feu qui ne peut s'éteindre,
Note Marc 9,42 : Voir Matthieu, 5, 30 ; 18, 8. ― La vie ; c’est-à-dire la vie éternelle. Comparer au verset 44. ― La géhenne. Voir Matthieu, 5, 22.
43 Où leur ver ne meurt point, et leur feu ne s'éteint pas.
Note Marc 9,43 : Leur ver, etc. ; c’est-à-dire le ver qui ronge ceux qui sont dans l’enfer. C’est une citation d’Isaïe (voir Isaïe, 66, 24).
44 Et si votre pied vous scandalise, coupez-le : il vaut mieux pour vous entrer, privé d'un pied, dans la vie éternelle, que d'être jeté, ayant deux pieds, dans la géhenne du feu qui ne peut s'éteindre,45 Où leur ver ne meurt point, et leur feu ne s'éteint pas.
Note Marc 9,45 : Voir Isaïe, 66, 24.
46 Que si votre œil vous scandalise, arrachez-le : il vaut mieux pour vous entrer, privé d'un œil, dans le royaume de Dieu, que d'être jeté, ayant deux yeux, dans la géhenne du feu,47 Où leur ver ne meurt point, et leur feu ne s'éteint pas.48 Car tous seront salés par le feu, comme toute victime doit être salée par le sel.
Note Marc 9,48 : Voir Lévitique, 2, 13.
49 Le sel est bon; mais si le sel perd sa vertu, avec quoi l'assaisonnerez-vous? Ayez du sel en vous, et conservez la paix entre vous.
Note Marc 9,49 : Voir Matthieu, 5, 13 ; Luc, 14, 34.

Chapitre 10

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Indissolubilité du mariage.
Enfants présentés à Jésus-Christ.
Conseil de perfection.
Salut des riches difficile.
Récompense promise à ceux qui quittent tout pour Jésus-Christ.
Passion prédite.
Demande des enfants de Zébédée.
Domination interdite.
Guérison d’un aveugle près de Jéricho.
1 Partant de là, il vint aux confins de la Judée, au-delà du Jourdain ; et le peuple s'assembla de nouveau près de lui, et, selon sa coutume, il recommença à les instruire.
Note Marc 10,1 : Voir Matthieu, 19, 1. ― De là, de Capharnaüm. ― Aux confins de la Judée, vers Jérusalem. ― Au-delà du Jourdain, en passant par la Pérée, à l’est du Jourdain, pour ne pas traverser la Samarie, pays hostile aux Juifs.
2 Et les pharisiens s'approchant, lui demandèrent s'il est permis à un homme de renvoyer sa femme; c'était pour le tenter.3 Mais Jésus répondant, leur dit : Que vous a ordonné Moïse?4 Ils répliquèrent: Moïse a permis d'écrire un acte de répudiation, et de la renvoyer.
Note Marc 10,4 : Voir Deutéronome, 24, 1.
5 Jésus leur répondant, dit : C'est à cause de la dureté de votre cœur, qu'il vous a écrit ce précepte.6 Mais au commencement de la création, Dieu fit un homme et une femme.
Note Marc 10,6 : Voir Genèse, 1, 27.
7 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme ;8 Et ils seront deux dans une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
Note Marc 10,8 : Voir 1 Corinthiens, 6, 16.
9 Ce que Dieu donc a uni, que l'homme ne le sépare point.
 
10 Dans la maison, ses disciples l'interrogèrent encore sur le même sujet.11 Et il leur dit : Quiconque renvoie sa femme et en épouse une autre, commet un adultère à l'égard de celle-là.12 Et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle se rend adultère.
 
Marc 10, 13-16 : Jésus et les petits enfants - Gravure de Gustave Doré
Marc 10, 13-16 : Jésus et les petits enfants - Gravure de Gustave Doré
13 Cependant on lui présentait de petits enfants pour qu'il les touchât. Mais ses disciples menaçaient ceux qui les présentaient.14 Jésus, les voyant, fut indigné, et leur dit : Laissez ces petits enfants venir à moi, et ne les en empêchez point ; car à de tels est le royaume de Dieu.
Note Marc 10,14 : Car à de tels, etc. Voir sur cette traduction, Matthieu, 19, 14.
15 En vérité, je vous le dis : Quiconque n'aura point reçu le royaume de Dieu comme un petit enfant, n'y entrera point.16 Et les embrassant et imposant les mains sur eux, il les bénissait.
 
17 Comme il se mettait en chemin, quelqu'un accourant et fléchissant le genou, lui demanda : Bon maître, que ferai-je pour avoir la vie éternelle?
Note Marc 10,17 : Voir Matthieu, 19, 16 ; Luc, 18, 18. ― Quelqu’un. D’après saint Matthieu (voir Matthieu, 19, vv. 20, 22), c’était un jeune homme.
18 Jésus lui répondit : Pourquoi m'appelles-tu bon? Nul n'est bon, que Dieu seul.19 Tu connais les commandements : Ne commets point d'adultère; ne tue point; ne dérobe point; ne rends point de faux témoignage; ne fais point de fraude; honore ton père et ta, mère.
Note Marc 10,19 : Voir Exode, 20, 12-16.
20 Mais le jeune homme reprenant la parole, lui dit : Maître, j'ai observé tous ces préceptes dès ma jeunesse.21 Jésus, l'ayant regardé, l'aima, et lui dit : Une seule chose te manque ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel : puis viens et suis-moi.22 Mais, affligé de cette parole, il s'en alla triste, car il avait de grands biens.
 
23 Alors Jésus regardant autour de lui, dit à ses disciples : Qu'il est difficile que ceux qui ont des richesses entrent dans le royaume de Dieu !24 Or ses disciples étaient tout étonnés de ce discours; mais Jésus prenant de nouveau la parole, leur dit : Mes enfants bien-aimés, qu'il est difficile à ceux qui se confient dans les richesses, d'entrer dans le royaume de Dieu!25 Il est plus facile à un chameau de passer par le chas d'une aiguille, qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.
Note Marc 10,25 : Il est plus facile, etc. Comparer à Matthieu, 19, 24.
26 Et ils demeuraient encore plus étonnés, se disant l'un à l'autre : Et qui peut donc être sauvé ?27 Mais Jésus les regardant, dit : Aux hommes, cela est impossible, mais non pas à Dieu; car tout est possible à Dieu.
 
28 Alors Pierre se mit à lui dire : Voici que nous avons, nous, tout quitté pour vous suivre;
Note Marc 10,28 : Voir Matthieu, 19, 27 ; Luc, 18, 28.
29 Jésus répondant, dit : En vérité, je vous le dis, nul n'aura quitté maison, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou fils, ou terres à cause de moi et à cause de l'Evangile,30 Qui ne reçoive maintenant, en ce temps même, cent fois autant de maisons, de frères, de sœurs, de mères, de fils et de terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.
Note Marc 10,30 : Telle est la récompense des religieux et religieuses, qui trouvent dans les maisons de leur ordre des pères et des frères, des mères et des sœurs. Cassien. Mais il faut surtout entendre cette promesse, dans le sens spirituel, des grâces et des consolations dont Dieu récompense les sacrifices faits pour l’amour de lui, et cela même parmi les épreuves et les persécutions.
31 Mais beaucoup de premiers seront les derniers, et beaucoup de derniers, les premiers.
Note Marc 10,31 : Voir Matthieu, 19, 30.
 
32 Or ils étaient en chemin pour monter à Jérusalem ; Jésus marchait devant eux, et ils en étaient tout étonnés, et ils le suivaient pleins de crainte. Et prenant encore à part les douze, il commença à leur dire ce qui devait lui arriver.
Note Marc 10,32 : Voir Luc, 18, 31.
33 Voilà que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux princes des prêtres, aux scribes et aux anciens ; ils le condamneront à mort, et le livreront aux gentils ;34 Et ils l'insulteront, cracheront sur lui, le flagelleront, et le tueront; et le troisième jour il ressuscitera.
 
35 Alors s'approchèrent de lui Jacques et Jean, fils de Zébédée, disant : Maître, nous voudrions que tout ce que nous vous demanderons, vous le fissiez pour nous.
Note Marc 10,35 : Voir Matthieu, 20, 20.
36 Mais il leur répondit : Que voulez-vous que je fasse pour vous?37 Et ils dirent : Accordez-nous que nous soyons assis l'un à votre droite et l'autre à votre gauche, dans votre gloire,38 Mais Jésus leur dit : Vous ne savez ce que vous demandez : pouvez-vous boire le calice que je bois, ou être baptisés du baptême dont je suis baptisé?
Note Marc 10,38 : Jésus appelle calice sa mort sur la croix (saint Théophile).
39 Ils lui répondirent : Nous le pouvons. Mais Jésus leur dit : A la vérité, le calice que je bois, vous le boirez, et vous serez baptisés du baptême dont je suis baptisé;40 Mais d'être assis à ma droite ou à ma gauche, il ne m'appartient pas de vous l'accorder à vous, mais à ceux à qui il a été préparé.
 
41 Or, entendant cela, les dix s'indignèrent contre Jacques et Jean.
Note Marc 10,41 : Les dix ; c’est-à-dire les dix autres apôtres.
42 Mais Jésus les appelant, dit : Vous savez que ceux qui passent pour régner sur les nations, les dominent, et que leurs princes ont puissance sur elles.
Note Marc 10,42 : Voir Luc, 22, 25.
43 Il n'en est pas ainsi parmi vous ; mais quiconque voudra devenir le plus grand, sera votre serviteur ;44 Et quiconque voudra être le premier parmi vous, sera le serviteur de tous.
Note Marc 10,44 : Et quiconque, etc. Le Seigneur, par ces paroles, ne condamne pas la prééminence d’autorité ; il blâme seulement le sentiment qui nous fait ambitionner la supériorité et la domination sur les autres.
45 Car le Fils de l'homme même n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie pour la rédemption d'un grand nombre.
Note Marc 10,45 : D’un grand nombre. Voir, pour le sens de cette expression, Matthieu, 20, 28.
 
46 Ils vinrent ensuite à Jéricho; et comme il partait de Jéricho avec ses disciples et avec une grande multitude, le fils de Timée, Bartimée l'aveugle, qui était assis sur le bord du chemin, demandant l'aumône,
Note Marc 10,46-52 : Tandis que saint Matthieu parle de deux aveugles, saint Marc (comme saint Luc) parle d’un seul, du plus connu, et il en cite le nom.
Note Marc 10,46 : Voir Matthieu, 20, 29 ; Luc, 18, 35.
47 Ayant entendu que c'était Jésus de Nazareth, se mit à crier, disant : Jésus, fils de David, ayez pitié de moi !48 Nombre de personnes le menaçaient pour le faire taire; mais lui criait beaucoup plus encore : Fils de David, ayez pitié de moi !49 Alors Jésus, s'arrêtant, ordonna qu'on l'appelât. On appela donc l'aveugle en lui disant : Aie confiance, lève-toi, il t'appelle.50 Celui-ci, jetant son manteau, s'élança et vint à Jésus.51 Et Jésus lui demanda : Que veux-tu que je te fasse? L'aveugle lui répondit : Maître, que je voie.52 Va, lui dit Jésus, ta foi t'a guéri. Et aussitôt il vit, et il le suivait dans le chemin.

Chapitre 11

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Entrée dans Jérusalem.
Figuier maudit.
Vendeurs chassés du temple.
Puissance de la foi.
Autorité de Jésus.
Baptême de Jean.
1 Comme ils approchaient de Jérusalem et de Béthanie, près du mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples,
Note Marc 11,1 : Voir Matthieu, 21, 1 ; Luc, 19, 29. ― Béthanie. Voir Matthieu, 21, 17. ― Près du mont des Oliviers. Voir Matthieu, note 21.1.
2 Et il leur dit : Allez à ce village qui est devant vous ; et dès que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon lié, sur lequel aucun homme ne s'est encore assis; déliez-le, et me l'amenez.3 Et si quelqu'un vous demande : Que faites-vous? dites que le Seigneur en a besoin, et aussitôt il le laissera amener ici.
 
4 S'en étant donc allés, ils trouvèrent l'ânon lié dehors, devant la porte entre deux chemins, et ils le délièrent.5 Et quelques-uns de ceux qui étaient-là leur disaient: Que faites-vous, déliant cet ânon?6 Ils leur répondirent comme Jésus le leur avait commandé, et on le leur laissa.7 Et ils amenèrent l'ânon à Jésus, et ils le couvrirent de leurs vêtements, et il monta dessus.
Note Marc 11,7 : Voir Jean, 12, 14.
8 Beaucoup de personnes aussi étendirent leurs vêtements le long de la route; d'autres coupaient des branches d'arbres, et en jonchaient le chemin.9 Et ceux qui marchaient devant, et ceux qui suivaient criaient, disant : Hosanna!
Note Marc 11,9 : Voir Psaumes, 117, 26 ; Matthieu, 21, 9 ; Luc, 19, 38. ― Hosanna. Voir Matthieu, note 21.9.
10 Béni celui qui vient au nom du Seigneur; béni le règne qui arrive de notre père David; hosanna au plus haut des cieux !11 Et il entra à Jérusalem, dans le temple, et après avoir regardé toutes choses, comme l'heure était déjà fort avancée, il se retira à Béthanie avec les douze.
Note Marc 11,11 : Voir Matthieu, 21, 10. ― Il entra à Jérusalem par la porte Dorée, à l’est.
 
12 Le lendemain, comme ils sortaient de Béthanie, il eut faim.13 Or, voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il vint pour voir s'il y trouverait quelque fruit. Mais, lorsqu'il s'en fut approché, il n'y trouva que des feuilles, car ce n'était pas le temps des figues.
Note Marc 11,13 : Voir Matthieu, 21, 19.
14 Alors prenant la parole, il lui dit : Que jamais personne ne mange plus de fruit de toi! Et ses disciples l'entendaient.
 
Marc 11, 15-18 : Jésus chasse les marchands du Temple - Gravure de Gustave Doré
Marc 11, 15-18 : Jésus chasse les marchands du Temple - Gravure de Gustave Doré
15 Ils vinrent ensuite à Jérusalem. Or étant entré dans le temple, il commença à chasser ceux qui vendaient et achetaient dans le temple ; il renversa même les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient des colombes.16 Et il ne souffrait pas que personne transportât d'objet par le temple.
Note Marc 11,16 : Il ne souffrait pas que personne transportât d’objet par le temple. « L’enceinte du temple était traversée par les piétons qui voulaient descendre dans la vallée de Josaphat. Il en est encore de même aujourd’hui ; mais, au lieu de sortir par la porte Dorée qui est toujours fermée, on sort par une porte latérale auprès de la grande piscine. [Jésus-Christ regarde] comme un manquement de respect, non seulement de vendre les colombes des sacrifices, mais d’y tenir de petits comptoirs de change de monnaie, et de porter des paquets à travers le parvis extérieur. » (J.-H. MICHON.)
17 Il enseignait aussi, leur disant : N'est-il pas écrit : Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations? Et vous, vous en avez fait une caverne de voleurs.
Note Marc 11,17 : Voir Isaïe, 56, 7 ; Jérémie, 7, 11. ― Ma maison, etc. Voir Matthieu, 5, 19 (?) et 21, 13.
18 Ce qu'ayant entendu, les princes des prêtres et les scribes cherchaient comment ils le perdraient; car ils le craignaient, parce que tout le peuple était dans l'admiration de sa doctrine.
 
19 Lorsque le soir était venu, il sortait de la ville.
 
20 Et comme le lendemain matin ils passaient, ils virent le figuier desséché jusqu'à la racine.21 Alors Pierre se ressouvenant, lui dit : Maître, voilà que le figuier que vous avez maudit a séché.
Note Marc 11,21 : Le figuier a séché. Voir Matthieu, 21, 19.
22 Et Jésus répondant, leur dit : Ayez foi en Dieu.
Note Marc 11,22 : Voir Matthieu, 21, 21.
23 En vérité, je vous dis que quiconque dira à cette montagne: Lève-toi, et jette-toi dans la mer, et n'hésitera point dans son cœur, mais croira que tout ce qu'il aura dit se doit faire, il lui sera réellement fait.24 C'est pourquoi je vous le dis : Tout ce que vous demanderez dans la prière, croyez que vous l'obtiendrez, et il vous arrivera.
Note Marc 11,24 : Voir Matthieu, 7, 7 ; 21, 22.
25 Et quand vous serez pour prier, pardonnez, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, afin que votre Père, qui est dans les cieux, vous pardonne aussi vos péchés.
Note Marc 11,25 : Voir Matthieu, 6, 14 ; 18, 35 ; Luc, 11, 9 (?).
26 Car si vous ne pardonnez point vous-mêmes, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera point non plus vos péchés.
 
27 Ils vinrent de nouveau à Jérusalem; et comme il se promenait dans le temple, les princes des prêtres, les scribes et les anciens s'approchèrent de lui,
Note Marc 11,27 : Dans le temple ; c’est-à-dire dans le parvis du temple. Comparer à Jean, 10, 23.
28 Et lui dirent : Par quelle autorité faites-vous ces choses, et qui vous a donné ce pouvoir de les faire?
Note Marc 11,28 : Voir Luc, 20, 2.
29 Jésus, répondant, leur dit : Je vous ferai, moi aussi, une demande; répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses.30 Le baptême de Jean était-il du ciel ou des hommes? Répondez-moi.31 Mais eux pensaient en eux-mêmes, disant: Si nous répondons : Du ciel, il dira : Pourquoi donc n'y avez-vous pas cru?32 Si nous répondons : Des hommes, nous avons à craindre le peuple; car tous croyaient que Jean était vraiment prophète.33 Répondant donc, ils dirent à Jésus : Nous ne savons. Et répliquant, Jésus leur dit : Ni moi non plus, je ne vous dis par quelle autorité je fais ces choses.

Chapitre 12

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Parabole des vignerons homicides et de la pierre angulaire.
Rendre à César ce qui est à César.
Résurrection des morts.
Vie angélique.
Amour de Dieu et du prochain.
Le Messie Fils et Seigneur de David.
Scribes superbes.
Veuve donnant de son nécessaire.
1 Et il commença à leur parler en paraboles : Un homme planta une vigne ; il l'entoura d'une haie, creusa un pressoir, y bâtit une tour; il la loua ensuite à des vignerons, et partit pour un voyage.2 Or, en la saison, il envoya aux vignerons un serviteur pour recevoir d'eux du fruit de la vigne.3 Mais s'étant saisis de lui, ils le déchirèrent de coups, et le renvoyèrent les mains vides.
Note Marc 12,3- : 5 Ils déchirèrent. Voir sur cette expression Matthieu, 21, 35.
4 Il leur envoya de nouveau un autre serviteur, et ils le blessèrent à la tête, et l'accablèrent d'outrages.5 Il en envoya encore un autre, et ils le tuèrent ; ensuite plusieurs autres, dont ils déchirèrent les uns de coups, et tuèrent les autres.6 Enfin, ayant un fils unique qui lui était très cher, il le leur envoya le dernier, disant : Ils respecteront mon fils.7 Mais les vignerons se dirent l'un à l'autre : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le, et nôtre sera l'héritage.8 Ainsi, l'ayant pris, ils le tuèrent et le jetèrent hors de la vigne.9 Que fera donc le maître de la vigne? Il viendra, exterminera les vignerons, et donnera la vigne à d'autres.
 
10 N'avez-vous point lu cette parole de l'Ecriture : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue un sommet d'angle ;11 C'est le Seigneur qui a fait cela, et c'est admirable à nos yeux?12 Dès lors ils cherchaient à se saisir de lui ; mais ils craignaient le peuple; ils reconnurent, en effet, que c'était à eux qu'il avait appliqué cette parabole. Ainsi le laissant, ils s'en allèrent.
 
13 Mais ils envoyèrent vers lui quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, pour le surprendre dans ses paroles ;
Note Marc 12,13-14 : Des hérodiens. La face des hommes. Voir sur ces mots Matthieu, 22, 16.
Note Marc 12,13 : Voir Matthieu, 22, 15 ; Luc, 20, 20.
14 Lesquels étant venus, lui dirent : Maître, nous savons que vous êtes véridique, et que vous n'avez égard à qui que ce soit ; car vous ne considérez point la face des hommes, mais vous enseignez la voie de Dieu dans la vérité : Est-il permis de payer le tribut à César, ou ne le payerons-nous point?
Note Marc 12,14 : A César ou à l’empereur, qui était alors Tibère. Voir Luc, 3, 1.
15 Jésus, connaissant leur malice, leur dit : Pourquoi me tentez-vous? Apportez-moi un denier, que je le voie.16 Et ils le lui apportèrent; et il leur demanda : De qui est cette image et cette inscription? De César, lui dirent-ils.17 Alors reprenant, Jésus leur dit : Rendez-donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Et ils étaient en admiration de lui.
Note Marc 12,17 : Voir Romains, 13, 7.
 
18 Alors vinrent à lui les sadducéens, qui disent qu'il n'y a point de résurrection, et ils l'interrogeaient, disant :
Note Marc 12,18 : Voir Matthieu, 22, 23 ; Luc, 20, 27. ― Des Sadducéens. Voir la note 32 à la fin du volume.
19 Maître, Moïse a écrit pour nous : Si le frère de quelqu'un meurt, et quitte ainsi sa femme sans laisser d'enfants, que son frère épouse sa femme, et suscite des enfants à son frère.
Note Marc 12,19 : Voir Deutéronome, 25, 5.
20 Or il y avait sept frères : le premier prit une femme, et mourut sans laisser d'enfants.21 Le second la prit ensuite et mourut, et ne laissa point non plus d'enfants, et le troisième pareillement.22 Et ils l'ont ainsi épousée tous les sept, et ils n'ont point laissé de postérité. Enfin après eux tous est morte aussi la femme.23 A la résurrection donc, lorsqu'ils ressusciteront, duquel d'entre eux sera-t-elle femme? Car tous les sept l'ont eue pour femme.24 Et Jésus répondant, leur dit : N'êtes-vous point pour cela même dans Terreur, ne comprenant ni les Ecritures ni la puissance de Dieu?25 Car, lorsqu'ils ressusciteront d'entre les morts, les hommes ne prendront point de femmes ni les femmes de maris, mais ils sont comme des anges dans le ciel.26 Et quant aux morts, en tant qu'ils ressuscitent, n'avez-vous point lu dans le livre de Moïse, à l'endroit du buisson, comment Dieu lui parla, disant : Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob?
Note Marc 12,26 : Voir Exode, 3, 6 ; Matthieu, 22, 32. ― A l’endroit du buisson ; c’est-à-dire à l’endroit de son livre où il parle du buisson, dans Exode, 3, verset 1 et suivants.
27 Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous donc, vous errez beaucoup.
 
28 Alors s'approcha un des scribes, qui avait entendu les sadducéens l'interroger, et voyant qu'il leur avait si bien répondu, il lui demanda quel était le premier de tous les commandements.
Note Marc 12,28 : Voir Matthieu, 22, 35.
29 Jésus lui répondit : Le premier de tous les commandements est : Ecoute, Israël, le Seigneur ton Dieu est le seul Dieu ;
Note Marc 12,29 : Voir Deutéronome, 6, 4. ― Ecoute, Israël, etc.
30 Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voilà le premier commandement.31 Le second est semblable à celui-là : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Aucun autre commandement n'est plus grand que ceux-là.
Note Marc 12,31 : Voir Matthieu, 22, 39 ; Romains, 13, 9 ; Galates, 5, 14 ; Jacques, 2, 8. ― Tu aimeras ton prochain. Voir Lévitique, 19, 18.
32 Et le scribe lui dit : Fort bien, maître, vous avez dit en toute vérité qu'il n'y a qu'un seul Dieu, et il n'y en a point d'autre que lui;33 Qu'on doit l'aimer de tout son cœur, de toute son intelligence, de toute son âme et de toute sa force; et qu'aimer le prochain comme soi-même est plus que tous les holocaustes et tous les sacrifices.34 Jésus voyant qu'il avait sagement répondu, lui dit : Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n'osait plus l'interroger.
 
35 Mais prenant la parole, Jésus demandait en enseignant dans le temple : Comment les scribes disent-ils que le Christ est fils de David?36 Car David lui-même a dit par l'Esprit-Saint : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Asseyez-vous à ma droite, jusqu'à ce que j'aie fait de vos ennemis l'escabeau de vos pieds.
Note Marc 12,36 : Voir Psaumes, 109, 1 ; Matthieu, 22, 44 ; Luc, 20, 42. ― L’escabeau de vos pieds. Voir Matthieu, note 22.44.
37 Ainsi David lui-même l'appelle son Seigneur; comment est-il son fils? Et une grande foule l'écoutait avec plaisir.
 
Marc 12, 38-44 : L'obole de la veuve - Gravure de Gustave Doré
Marc 12, 38-44 : L'obole de la veuve - Gravure de Gustave Doré
38 Il leur disait encore dans son enseignement : Gardez-vous des scribes, qui se plaisent à se promener avec de longues robes, et à être salués dans les places publiques ;
Note Marc 12,38 : Voir Matthieu, 23, 5 ; Luc, 11, 43 ; 20, 46. ― Avec de longues robes (stolai). Voir Luc, 15, 22.
39 Et à s'asseoir sur les premiers sièges dans les synagogues, et qui veulent les premières places dans les festins ;40 Qui dévorent les maisons des veuves sous le prétexte de longues prières : ces hommes-là subiront un jugement plus sévère.
 
41 Après cela, étant assis vis-à-vis du tronc, Jésus regardait de quelle manière le peuple y jetait de l'argent; or nombre de riches y en jetaient beaucoup.
Note Marc 12,41 : Voir Luc, 21, 1. ― Tronc ; Gazophylacium, troncs au nombre de treize, appelés trompettes à cause de leur forme. Ils étaient destinés à recevoir les dons volontaires des Juifs et étaient placés dans la cour des femmes, devant les colonnes qui supportaient la galerie des femmes.
42 Et une pauvre veuve étant venue, elle y mit deux petites pièces valant le quart d'un as.
Note Marc 12,42 : Le quart d’un as. Comparer à Matthieu, 5, 26.
43 Appelant alors ses disciples, il leur dit : En vérité, je vous le dis, cette pauvre veuve a déposé plus que tous ceux qui ont mis dans le tronc.44 Car tous ont mis de ce qu'ils avaient de superflu ; mais celle-ci a mis de son indigence même tout ce qu'elle avait, tout son vivre.

Chapitre 13

 | 
 | 
Chap. : 
Jésus prédit la ruine du temple.
Questions des disciples à l’occasion de cette prédiction.
Réponses de Jésus-Christ aux questions de ses disciples.
Signes de la ruine de Jérusalem.
Signes du dernier avènement de Jésus-Christ.
1 Lorsqu'il sortait du temple, un de ses disciples lui dit : Maître, voyez quelles pierres et quels bâtiments.
Note Marc 13,1 : Voir Matthieu, 24, 1. ― Voyez quelles pierres et quels bâtiments. Les constructions qui formaient l’ensemble du temple (hiéron) étaient magnifiques. « Les pierres [des fondations qui restent encore] sont de dimensions très grandes, dit M. de Vogüé. La longueur des blocs varie depuis sept mètres jusqu’à quatre-vingts centimètres ; l’un d’eux a douze mètres de long.
2 Et répondant, Jésus lui dit : Tu vois toutes ces grandes constructions ? Il n'y restera pas pierre sur pierre, qui ne soit détruite.
Note Marc 13,2 : Voir Luc, 19, 44 ; 21, 6.
 
3 Et comme il était assis sur le mont des Oliviers en face du temple, Pierre, Jacques, Jean et André lui demandaient en particulier :
Note Marc 13,3 : Sur le mont des Oliviers. Voir Matthieu, 21, 1.
4 Dites-nous quand ceci arrivera, et quel sera le signe que toutes ces choses commenceront de s'accomplir?5 Et répondant, Jésus commença par leur dire : Prenez garde que personne ne vous séduise ;
Note Marc 13,5 : Voir Ephésiens, 5, 6 ; 2 Thessaloniciens, 2, 3.
6 Car beaucoup viendront en mon nom, disant : C'est moi; et beaucoup seront séduits par eux.
Note Marc 13,6 : Beaucoup viendront. Voir Matthieu, 24, 11.
7 Lorsque vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne craignez point; car il faut que ces choses arrivent; mais ce n'est pas encore la fin.8 Car une nation se soulèvera contre une nation, un royaume contre un royaume et il y aura des tremblements de terre en divers lieux, et des famines. C'est là le commencement des douleurs.9 Prenez-garde aussi à vous-mêmes. Car on vous traduira devant les tribunaux; vous serez battus dans les synagogues, et vous comparaîtrez à cause de moi devant les gouverneurs et les rois, en témoignage contre eux.
Note Marc 13,9 : En témoignage contre eux ; c’est-à-dire pour rendre témoignage devant eux de la vérité et de la doctrine que je vous ai enseignée.
10 Mais il faut d'abord que l'Evangile soit prêché chez toutes les nations.11 Lors donc qu'on vous conduira pour vous livrer, ne pensez point d'avance à ce que vous direz, mais ce qui vous sera inspiré à l'heure même, dites-le; car ce n'est pas vous qui parlez, mais l'Esprit-Saint.
Note Marc 13,11 : Voir Matthieu, 10, 19 ; Luc, 12, 11 ; 21, 14.
12 Un frère livrera son frère à la mort, et un père son fils; et des enfants s'élèveront contre leurs parents et ils les feront mourir.13 Et vous serez en haine à tous, à cause de mon nom. Mais celui qui restera ferme jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé.
Note Marc 13,13 : Ce n’est pas tant la peine qui fait le martyr, mais la cause pour laquelle il souffre (saint Augustin).
 
14 Or quand vous verrez l'abomination de la désolation là où elle ne doit pas être (que celui qui lit entende) : alors que ceux qui sont dans la Judée, fuient vers les montagnes;
Note Marc 13,14 : Voir Daniel, 9, 27 ; Matthieu, 24, 15 : Luc, 21, 20. ― L’abomination de la désolation. Voir Matthieu, note 24.15. ― Fuient vers les montagnes. Voir Matthieu, 24, 16.
15 Et que celui qui est sur le toit, ne descende point dans la maison, et n'y entre point pour emporter quelque chose de sa maison ;
Note Marc 13,15 : Sur le toit. Voir Matthieu, 10, 27.
16 Et que celui qui sera dans le champ, ne retourne point sur ses pas pour prendre son vêtement.17 Mais malheur aux femmes enceintes, et à celles qui nourriront en ces jours-là.
Note Marc 13,17-18 : Les jeunes enfants seront un obstacle à la fuite (saint Bède). L’an 70, la prophétie du Christ fut réalisée, littéralement, et avec la mort de plus d’un million de Juifs. Voir aussi, pour l’explication de ces versets, Matthieu, 24, 19-20.
18 Priez donc que ces choses n'arrivent point en hiver.19 Car ces jours seront des tribulations telles qu'il n'y en a point eu depuis le commencement des créatures que Dieu a faites jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura point.
Note Marc 13,19 : Ces jours seront des tribulations. Voir Matthieu, 24, 21.
20 Et si le Seigneur n'avait abrégé ces jours, nulle chair n'aurait été sauvée; mais à cause des élus qu'il a choisis, il a abrégé ces jours.
Note Marc 13,20 : Nulle chair. Voir Matthieu, 24, 22.
 
21 Et alors si quelqu'un vous dit: Voici le Christ ici, le voilà là, ne le croyez point.
Note Marc 13,21 : Voir Matthieu, 24, 23 ; Luc, 17, 23 ; 21, 8.
22 Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront des signes et des prodiges pour séduire, s'il peut se faire, même des élus.
Note Marc 13,22 : De faux Christs et de faux prophètes. Voir Matthieu, 24, 11.
23 Vous donc, prenez garde : voilà que je vous ai tout prédit.
 
24 Or en ces jours-là, après cette tribulation, le soleil sera couvert de ténèbres, et la lune ne donnera plus sa lumière ;
Note Marc 13,24 : Voir Isaïe, 13, 10 ; Ezéchiel, 32, 7 ; Joël, 2,10.
25 Et les étoiles du ciel tomberont, et les vertus qui sont dans les cieux seront ébranlées.26 Alors on verra le Fils de l'homme venant dans les nuées avec une grande puissance et une grande gloire;27 Alors aussi il enverra ses anges, et il rassemblera ses élus, des quatre vents, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel.
Note Marc 13,27 : Voir Matthieu, 24, 31.
 
28 Apprenez la parabole prise du figuier. Lorsque ses rameaux sont encore tendres et que ses feuilles viennent de naître, vous connaissez que l'été est proche :
Note Marc 13,28 : Du figuier. Voir Luc, 13, 6.
29 De même vous, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte,30 En vérité je vous dis que cette génération ne passera point que toutes ces choses ne s'accomplissent.
Note Marc 13,30 : Voir Matthieu, 24, 34 ; Luc, 21, 32.
31 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
 
32 Mais sur ce jour ou sur cette heure, nul ne sait rien, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seulement,
Note Marc 13,32 : Le Fils de Dieu ignore ce jour, non selon sa divinité, qui connaît tout, mais selon son humanité, qui ne le connaît pas par elle-même, c’est-à-dire par ses propres lumières, mais par la seule révélation que lui en fait la divinité, laquelle lui est intimement unie.
 
33 Tenez-vous sur vos gardes, veillez et priez, puisque vous ne savez quand ce temps viendra.
Note Marc 13,33 : Voir Matthieu, 24, 42.
34 Comme un homme qui partant pour un voyage, et laissant sa maison, donne pouvoir à ses serviteurs, à chacun suivant sa fonction, et commande au portier de veiller.35 Veillez donc (car vous ignorez quand viendra le maître de la maison, le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin),
Note Marc 13,35 : Le soir, ou au milieu de la nuit, etc. Voir Matthieu, 14, 25. ― Le soir, à minuit, au chant du coq, étaient les noms donnés à trois des quatre veilles avec lesquelles les anciens divisaient la nuit.
36 De peur que, venant subitement, il ne vous trouve endormis.37 Et ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez.

Chapitre 14

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Conspiration des Juifs.
Parfums répandus sur la tête de Jésus-Christ.
Trahison de Judas.
Dernière cène.
Institution de l’Eucharistie.
Renoncement de saint Pierre prédit.
Prière de Jésus dans le jardin.
Il est pris, conduit chez Caïphe, accusé, condamné, outragé.
Renoncement et pénitence de saint Pierre.
1 Or c'était la Pâque et les azymes deux jours après ; et les princes des prêtres et les scribes cherchaient comment ils se saisiraient de lui par ruse, et le feraient mourir.
Note Marc 14,1 : Voir Matthieu, 26, 2 ; Luc, 22, 1. ― La fête de Pâque (voir Matthieu, note, 26.2) s’appelait aussi les Azymes, parce que pendant les sept jours qu’elle durait, les Israélites ne devaient manger que des pains azymes ou non fermentés, en mémoire de la sortie d’Egypte.
2 Mais ils disaient : Non pas un jour de la fête, de peur qu'il ne s'élevât quelque tumulte dans le peuple.
 
3 Et comme Jésus se trouvait à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, et qu'il était à table, il vint une femme ayant un vase d'albâtre plein d'un parfum de nard d'épi d'un grand prix. Or, le vase rompu, elle répandit le parfum sur sa tête.
Note Marc 14,3 : Voir Matthieu, 26, 6 ; Jean, 12, 1. ― Le nard a plusieurs épis qui servent à composer un parfum beaucoup plus estimé que celui qui se tire des feuilles de cette plante. ― Béthanie. Voir Matthieu, 21, 17. ― Simon le lépreux. Voir Matthieu, note 26.6. ― Un vase d’albâtre. Voir Matthieu, 26, 7. ― « Ptolémée dit que le nard est une plante odoriférante qui croît principalement à Rangamati, sur les frontières du pays qu’on nomme maintenant le Bootan. Pline en reconnaît douze espèces. Il met en première ligne celui des Indes, puis le syriaque, le gaulois, celui de Crète, etc. Il décrit ainsi le nard indien : « C’est un arbuste à racine épaisse et lourde, mais courte, noire et cassante, quoique onctueuse en même temps. L’odeur ressemble beaucoup à celle du cyperus ; le goût est acre, les feuilles sont petites et viennent en touffes. Les sommités du nard se développent en épis barbus. De là vient que le nard est si fameux pour sa double production, l’épi barbu et la feuille. » Le prix de ce nard était alors de cent deniers la livre (environ 85 francs en 1900). Les autres sortes, qui n’étaient que des herbes, coûtaient beaucoup moins cher et pouvaient s’obtenir pour quelques deniers. Galien et Dioscoride parlent du nard (en grec nardostachys, nard à épis) à peu près dans les mêmes termes. Ce dernier auteur prétend toutefois que le nard connu sous le nom de syrien venait en réalité des Indes et était apporté en Syrie, d’où on l’expédiait sur divers points… Sir William Jones, orientaliste distingué, fit une étude spéciale de cette question ardue, et finit par découvrir que le nard était une espèce de valériane appelée par les Arabes sumbul, ce qui signifie épi barbu, et par les Indous jatamansi ou mèche de cheveux, noms dus tous deux à la forme de la tige qui ressemble à la queue d’une hermine ou d’une belette. Il lui donna donc la dénomination de Valeriana jatamansi, qui été acceptée par tous les botanistes modernes. Le mot nard paraît être dérivé du mot tamoul nar qui désigne une foule de substances odorantes… Le nard des anciens était probablement un nom générique sous lequel ils désignaient les parfums les plus exquis. » (E. RIMMEL.)
4 Quelques-uns s'en indignèrent en eux-mêmes, et ils disaient : Pourquoi avoir ainsi perdu ce parfum?5 Il pouvait en effet, ce parfum, se vendre plus de trois cents deniers, et être donné aux pauvres. Et ils murmuraient contre elle.
Note Marc 14,5 : Les trois cents deniers font environ cent cinquante francs de notre monnaie (en 1900).
6 Mais Jésus dit : Laissez-la: pourquoi lui faites-vous de la peine? C'est une bonne œuvre qu'elle a faite envers moi ;7 Car les pauvres, vous les avez toujours avec vous, et quand vous voulez, vous pouvez leur faire du bien; mais moi, vous ne m'avez pas toujours.8 Ce qu'a pu celle-ci, elle l'a fait ; elle a d'avance parfumé mon corps pour la sépulture.9 En vérité, je vous le dis : Partout où sera prêché cet Evangile, dans le monde entier, ce que celle-ci vient de faire, sera même raconté en mémoire délie.
 
10 Alors Judas Iscariote, un des douze, alla trouver les princes des prêtres, pour le leur livrer.
Note Marc 14,10 : Voir Matthieu, 26, 14.
11 Ceux-ci l'entendant, se réjouirent, et promirent de lui donner de l'argent. Aussi cherchait-il une occasion favorable pour le leur livrer.
 
12 Or le premier jour des azymes, auquel on immolait la pâque, ses disciples lui dirent : Où voulez-vous que nous allions vous préparer ce qu'il faut pour manger la pâque?
Note Marc 14,12 : Voir Matthieu, 26, 17 ; Luc, 22, 7. ― On immolait la pâque, c’est-à-dire l’agneau pascal qu’on immolait et qu’on mangeait le 14 de nisan (mars-avril), en mémoire de la délivrance de la servitude d’Egypte, selon les rites prescrits par la loi. Voir Exode, 12, vv. 3-20, 27.
13 Et il envoya deux de ses disciples, et leur dit : Allez dans la ville; vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau, suivez-le;
Note Marc 14,13 : Un homme portant une cruche d’eau. Cet homme devait venir de la fontaine de Siloé. Voir Jean, 9, 11. Aujourd’hui, les Arabes du village de Siloam, au sud de Jérusalem, portent l’eau de Siloé et vont la vendre dans Jérusalem.
14 Et, quelque part qu'il entre, dites au maître de la maison : Le Maître dit : Où est le lieu où je pourrai manger la pâque avec mes disciples?15 Et il vous montrera un grand cénacle meublé; faites-y les préparatifs pour nous.
Note Marc 14,15 : Un grand cénacle, l’anagaion, l’appartement supérieur où l’on recevait les hôtes, etc. Voir Marc, note 2.4. Saint Epiphane, dans son livre Des mesures, raconte que l’empereur Adrien trouva Jérusalem détruite, « à l’exception de quelques maisons et de l’église de Dieu, qui était petite et se trouvait à l’endroit où les Apôtres étaient montés au cénacle : c’est là qu’elle avait été bâtie, dans cette partie de Sion qui avait échappé à la dévastation. » En 1551, l’église du cénacle fut convertie en mosquée et reçut le nom qu’elle porte encore aujourd’hui de Nebi-Daoud ou le prophète David. « D’après la tradition, la maison [où était le cénacle] appartenait à saint Joseph d’Arimathie. Elle avait probablement deux étages divisés chacun en deux parties, comme on l’a toujours vu. La première partie [de l’étage supérieur] est le cénacle ou salle de l’institution de la Sainte Eucharistie, et la seconde la salle du Cénotaphe de David. Aujourd’hui la salle du cénacle a quatorze mètres de long sur neuf de large et elle est en style gothique du XIVe siècle parfaitement caractérisé. Deux colonnes correspondant aux piliers qui supportent l’étage inférieur la divisent dans le sens de sa longueur en deux nefs parallèles. L’étage inférieur est formée de substructions anciennes et divisé en deux salles dont la plus grande est [considérée comme] la salle du lavement des pieds ; c’est une vaste salle dont la voûte est supportée par des piliers dans la direction de l’est à l’ouest. A l’est de cette dernière salle se trouve celle du cénotaphe inférieur de David. » (LIEVIN DE HAMME.)
16 Ses disciples s'en allèrent donc; ils vinrent dans la ville, trouvèrent les choses comme il leur avait dit, et préparèrent la pâque.
Note Marc 14,16 : Ils préparèrent la pâque, l’agneau pascal et tous les accessoires prescrits. Voir Exode, 12, 3-20.
 
17 Le soir étant venu, il vint avec les douze.
Note Marc 14,17 : Voir Matthieu, 26, 20 ; Luc, 22, 14.
18 Et comme ils étaient à table et qu'ils mangeaient, Jésus leur dit : En vérité, je vous le dis, un de vous qui mange avec moi me trahira.
Note Marc 14,18 : Voir Jean, 13, 21.
19 Alors les disciples commencèrent à s'attrister, et à lui demander chacun en particulier : Est-ce moi?20 Il leur répondit : Un des douze, qui met avec moi la main dans le plat.
Note Marc 14,20 : Dans le plat. Voir Matthieu, 26, 23.
21 Pour le Fils de l'homme, il s'en va, ainsi qu'il est écrit de lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera livré ! Il vaudrait mieux pour cet homme qu'il ne fut pas né.
Note Marc 14,21 : Voir Psaumes, 40, 10 ; Actes des Apôtres, 1, 16.
 
Marc 14, 22-24 : Le repas pascal - Gravure de Gustave Doré
Marc 14, 22-24 : Le repas pascal - Gravure de Gustave Doré
22 Et pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, et puis l'ayant béni, il le rompit, le leur donna, et dit : Prenez, ceci est mon corps.
Note Marc 14,22-23 : Voir sur ces deux versets, Matthieu, notes 26.26 à 26.28.
Note Marc 14,22 : Voir Matthieu, 26, 26 ; 1 Corinthiens, 11, 24.
23 Et, ayant pris le calice et rendu grâces, il le leur donna, et ils en burent tous.24 Et il leur dit: Ceci est mon sang, le sang du Nouveau Testament, qui sera répandu pour un grand nombre.
Note Marc 14,24 : Pour un grand nombre (pro multis). Comparer à Matthieu, 20, 28.
25 En vérité je vous le dis, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu.
 
26 Et, l'hymne dit, ils s'en allèrent au mont des Oliviers.
Note Marc 14,26 : L’hymne dit. Voir Matthieu, 26, 30. ― Ils s’en allèrent au mont des Oliviers. Voir Matthieu, note 21.1.
27 Et Jésus leur dit : Vous vous scandaliserez tous de moi cette nuit; car il est écrit : Je frapperai le pasteur, et les brebis se disperseront.
Note Marc 14,27 : Voir Jean, 16, 32 ; Zacharie, 13, 7.
28 Mais après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée.29 Pierre lui dit alors : Quand tous les autres se scandaliseraient de vous, moi, non.30 Et Jésus lui repartit : En vérité je te le dis, aujourd'hui, cette nuit même, avant qu'un coq ait chanté deux fois, tu me renieras trois fois.31 Mais Pierre insistait: Quand il me faudrait mourir avec vous, je ne vous renierai pas. Et tous disaient de même.
 
32 Etant venu à une maison de campagne nommée Gethsémani, il dit à ses disciples : Asseyez-vous ici pendant que je prierai.
Note Marc 14,32 : Voir Matthieu, 26, 36 ; Luc, 22, 40. ― Gethsémani. Voir Matthieu, note 26.36.
33 Et il prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et il commença à s'effrayer et à tomber dans l'abattement.34 Et il leur dit : Mon âme est triste jusqu'à la mort; demeurez ici et veillez.
 
35 Et, s'étant avancé un peu, il tomba la face contre terre, et il demandait que, s'il était possible, cette heure s'éloignât de lui.36 Et il dit : Abba, Père, toutes choses vous sont possibles, éloignez ce calice de moi; toutefois, non ma volonté, mais la vôtre.
Note Marc 14,36 : Père est mis ici comme explicatif de abba, mot syriaque ― Toutefois, non ma volonté, etc. Voir sur cette traduction, Matthieu, 26, 39.
37 Il revint ensuite, et, comme il les trouva dormant, il dit à Pierre : Simon, tu dors? Tu n'as pas pu veiller une heure?38 Veillez et priez, afin que vous n'entriez point en tentation. L'esprit est prompt, mais la chair est faible.39 Et, s'en allant de nouveau, il priait, disant les mêmes paroles.40 Etant revenu, il les trouva encore dormant (car leurs yeux étaient appesantis), et ils ne savaient que lui répondre.41 Il vint une troisième fois et leur dit : Dormez maintenant et reposez-vous. C'est assez ; l'heure est venue, voilà que le Fils de l'homme sera livré aux mains des pécheurs.
Note Marc 14,41 : Dormez maintenant et reposez-vous, etc. Voir pour le sens de ce passage, Matthieu, 26, 45.
42 Levez-vous, allons ; voici que celui qui me livrera approche.
 
43 Jésus parlant encore. Judas Iscariote, l'un des douze, vint, et, avec lui, une grande troupe armée d'épées et de bâtons, et envoyée par les princes des prêtres , et par les scribes et les anciens.
Note Marc 14,43 : Voir Matthieu, 26, 47 ; Luc, 22, 47 ; Jean, 18, 3.
44 Or le traître leur avait donné un signe, disant : Celui que je baiserai, c'est lui-même, saisissez-le, et emmenez-le avec précaution.
Marc 14, 45-46 : Le baiser de Judas - Gravure de Gustave Doré
Marc 14, 45-46 : Le baiser de Judas - Gravure de Gustave Doré
45 Etant donc venu, il s'approcha aussitôt de lui, disant : Maître, je vous salue ; et il le baisa.46 Et eux mirent la main sur lui, et le saisirent.47 Un de ceux qui étaient présents, tirant son épée, en frappa le serviteur du grand prêtre, et il lui coupa l'oreille.48 Alors prenant la parole, Jésus leur dit : Vous êtes venus comme à un voleur, avec des épées et des bâtons, afin de me prendre.49 J'étais tous les jours parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne m'avez point pris ; mais c'est pour que les Ecritures s'accomplissent.50 Alors ses disciples l'abandonnant, s'enfuirent tous.
Note Marc 14,50 : Voir Matthieu, 26, 56.
51 Un jeune homme le suivait, couvert seulement d'un linceul ; ils se saisirent de lui.
Note Marc 14,51 : D’un linceul. Le terme correspondant en grec et en latin signifie aussi un vêtement de toile de lin dont on se sert pour la nuit. C’est une espèce de chemise qui couvre presque entièrement le corps. ― Plusieurs commentateurs croient que le jeune homme dont saint Marc est le seul à parler, était Marc lui-même.
52 Mais, laissant le linceul, il s'enfuit nu d'au milieu d'eux.
 
53 Cependant ils amenèrent Jésus chez le grand prêtre, où s'assemblèrent tous les prêtres, et les scribes, et les anciens.
Note Marc 14,53 : Voir Matthieu, 26, 57 ; Luc, 22, 54 ; Jean, 18, 13.
54 Pierre le suivit de loin jusque dans la cour du grand prêtre ; et il était assis près du feu avec les serviteurs, et se chauffait.
Note Marc 14,54 : La crainte le retient, l’amour l’attire (saint Jérôme). ― Il était assis près du feu et se chauffait. « C’est encore l’usage en Orient où les nuits sont froides. On allume un feu de branchages ou d’herbes sèches et l’on s’accroupit autour pour causer longuement jusqu’à ce que le sommeil l’emporte. Alors on s’enveloppe dans son manteau et l’on dort. » (J.-H. MICHON.)
 
55 Or les princes des prêtres et tout le conseil cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mourir, et ils n'en trouvaient point.
Note Marc 14,55 : Voir Matthieu, 26, 59. ― Le conseil. Le sanhédrin. Voir Matthieu, note 26.59. Les Grands-Prêtres, selon la loi, il n’y en avait qu’un seul mais comme beaucoup avaient été déposés et remplacés par le gouverneur romain, il y en avait là quelques-uns qui avaient été grands-prêtres (saint Théophile).
56 Car beaucoup témoignaient faussement contre lui ; mais les témoignages ne s'accordaient point.57 Et quelques-uns, se levant, portaient contre lui un faux témoignage, disant :58 Nous l'avons entendu dire : Je détruirai ce temple fait de main d'homme, et en trois jours j'en rebâtirai un autre non fait de main d'homme.
Note Marc 14,58 : Voir Jean, 2, 19. ― Je détruirai ce temple, naos, la maison de Dieu. Voir Matthieu, 21, 12.
59 Mais leur témoignage n'était pas uniforme.60 Alors le grand prêtre se levant au milieu d'eux interrogea Jésus, disant : Tu ne réponds rien à ce que ceux-ci déposent contre toi?61 Mais Jésus se taisait, et il ne répondit rien. Le grand prêtre l'interrogea de nouveau et lui dit : Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ?62 Et Jésus lui dit : Je le suis ; et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la majesté de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.
Note Marc 14,62 : Voir Matthieu, 24, 30 ; 26, 64.
63 Alors le grand prêtre déchirant ses vêtements, dit : Qu'avons-nous encore besoin de témoins.
Note Marc 14,63 : Déchirant ses vêtements. Il déchire ses vêtements pour montrer que Jésus avait prononcé un blasphème intolérable. Signe, chez les Juifs, d’une grande douleur ou d’une vive indignation. Voir Matthieu, 26, 65.
64 Vous avez entendu le blasphème : que vous en semble? Tous le condamnèrent comme étant digne de mort.65 Aussitôt quelques-uns se mirent à cracher sur lui, à voiler sa face, à le déchirer à coups de poing et à lui dire : Prophétise ! et les serviteurs le déchiraient de soufflets.
Note Marc 14,65 : Voir, pour le mot déchirer, Matthieu, 21, 35.
 
66 Et pendant que Pierre était en bas dans la cour, vint une des servantes du grand prêtre ;
Note Marc 14,66 : Voir Matthieu, 26, 69 ; Luc, 22, 56-57 ; Jean, 18, 17.
67 Et lorsqu'elle eut aperçu Pierre qui se chauffait, le regardant, elle dit : Toi aussi tu étais avec Jésus le Nazaréen.68 Mais il nia, disant : Je ne sais ni ne connais ce que tu veux dire. Et il sortit devant la cour, et un coq chanta.
Note Marc 14,68 : Devant la cour, c’est-à-dire le vestibule : l’entrée du Palais ; on le traversait pour entrer dans la cour.
69 Or la servante l'ayant encore vu, dit à ceux qui étaient présents : Celui-ci est un d'entre eux.
Note Marc 14,69 : Voir Matthieu, 26, 71. ― La servante. C’est ainsi que porte le grec ; d’où il paraît que c’est la même servante dont il est parlé au verset 66.
70 Mais il le nia de nouveau. Et peu après ceux qui étaient là disaient à Pierre : Tu es certainement un d'entre eux, car tu es aussi Galiléen.
Note Marc 14,70 : Voir Luc, 22, 59 ; Jean, 18, 25. ― Tu es galiléen. Voir Matthieu, 26, 73.
71 Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais point cet homme que vous dites.72 Et aussitôt un coq chanta encore. Et Pierre se ressouvint de la parole que lui avait dite Jésus : Avant qu'un coq chante deux fois, tu me renieras trois fois. Et il se mit à pleurer.
Note Marc 14,72 : Voir Matthieu, 26, 75 ; Jean, 13, 38.

Chapitre 15

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Conseil des Juifs contre Jésus-Christ.
Jésus devant Pilate ; on lui préfère Barabbas.
Cris des Juifs contre lui.
Couronnement d’épines ; insultes.
Jésus-Christ est conduit au Calvaire et crucifié.
Blasphèmes.
Ténèbres.
Mort de Jésus.
Miracles après sa mort.
Joseph d’Arimathie prend soin de sa sépulture.
1 Dès le matin, les princes des prêtres s'étant assemblés avec les anciens, et les scribes, et tout le conseil, ils lièrent Jésus, l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
Note Marc 15,1 : Voir Matthieu, 27, 1 ; Luc, 22, 66 ; Jean, 18, 28. ― Tout le conseil, le sanhédrin. Voir Matthieu, 26, 59. ― A Pilate. Voir Matthieu, 27, 2.
2 Et Pilate l'interrogea : Es-tu le roi des Juifs? Jésus lui répondant, lui dit: Tu le dis.
Note Marc 15,2 : Voir Jean, 18, 33.
3 Et les princes des prêtres portaient contre lui beaucoup d'accusations.
Note Marc 15,3 : Voir Matthieu, 27, 12 ; Luc, 23, 2.
4 Pilate l'interrogea de nouveau, disant : Tu ne réponds rien ? Vois de combien de choses ils t'accusent.5 Mais Jésus ne répondit pas davantage, de sorte que Pilate en était étonné.
 
6 Or à un des jours de la fête, il avait coutume de remettre au peuple un des prisonniers, celui qu'ils demandaient.
Note Marc 15,6 : A un des jours de la fête ; c’est-à-dire à la fête, pendant la fête de pâque. Comparer à Matthieu, 27, 15 et Jean, 18, 39.
7 Il y avait alors un nommé Barabbas qui avait été mis en prison avec d'autres séditieux, et qui avait commis un meurtre dans la sédition.
Note Marc 15,7 : Barabbas. Voir Matthieu, 27, 16.
8 Le peuple étant donc monté devant le prétoire, commença à demander ce qu'il leur accordait toujours.9 Pilate leur répondant, dit : Voulez-vous que je vous délivre le roi des Juifs?10 Car il savait que c'était par envie que les princes des prêtres l'avaient livré.11 Mais les pontifes excitèrent le peuple à demander qu'il leur délivrât plutôt Barabbas.12 Pilate répondant encore, leur dit : Que voulez-vous donc que je fasse du roi des Juifs?
Note Marc 15,12 : Voir Matthieu, 27, 22 ; Luc, 23, 14.
13 Mais de nouveau ils crièrent : Crucifiez-le !
Note Marc 15,13 : Voir Jean, 18, 40.
14 Pilate, cependant, leur disait : Mais quel mal a-t-il fait? Et eux criaient encore plus : Crucifiez-le !15 Pilate donc, voulant complaire au peuple, leur remit Barabbas, et il leur livra Jésus déchiré de verges, pour être crucifié.
Note Marc 15,15 : Déchiré. Voir sur ce mot, Matthieu, 21, 35.
 
16 Or les soldats le conduisirent dans la cour du prétoire, et ayant convoqué toute la la cohorte,
Note Marc 15,16 : Voir Matthieu, 27, 27 ; Jean, 19, 2. ― La cohorte romaine se composait de six cent vingt-cinq hommes. ― Dans la cour du prétoire. Voir Matthieu, note 27.27.
17 Ils le vêtirent de pourpre, et tressant une couronne d'épines, ils la mirent sur sa tête.
Note Marc 15,17 : Ils le revêtirent de pourpre. Voir Matthieu, 27, 28. ― Et tressant une couronne d’épines. Voir Matthieu, 27, 29. Ils se moquent de lui comme roi, d’après l’accusation judaïque (saint Bède).
18 Puis ils commencèrent à le saluer, disant : Salut, roi des Juifs !19 Et ils lui frappaient la tête avec un roseau; et ils crachaient sur lui, et fléchissant le genou, ils l'adoraient.20 Et après qu'ils se furent ainsi joués de lui, ils lui ôtèrent la pourpre et le couvrirent de ses vêtements; puis ils l'emmenèrent pour le crucifier.
 
Marc 15, 21 : Jésus succombant sous sa croix - Gravure de Gustave Doré
Marc 15, 21 : Jésus succombant sous sa croix - Gravure de Gustave Doré
21 Et ils contraignirent un certain Simon de Cyrène, père d'Alexandre et de Rufus, qui passait par là en revenant de sa maison des champs, de porter sa croix.
Note Marc 15,21 : Voir Matthieu, 27, 32 ; Luc, 23, 26. ― Sur la croix et Simon de Cyrène, voir Matthieu, note 27.32. Saint Marc nomme ses deux fils, probablement parce qu’ils devinrent chrétiens. Rufus est sans doute celui que saint Paul nomme, voir Romains, 16, 13, parmi ceux à qui il envoie ses salutations.
22 Ensuite ils le conduisirent au lieu appelé Golgotha;ce que l'on interprète par lieu du Calvaire.
Note Marc 15,22 : Golgotha, Calvaire. Voir Matthieu, 27, 33. C’est une tradition hébraïque que sur le Golgotha avait eu lieu le sacrifice d’Abraham (saint Jérôme).
23 Ils lui présentaient à boire du vin mêlé de myrrhe ; mais il n'en prit point.24 Et l'ayant crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, y jetant le sort, pour savoir ce que chacun en emporterait.
Note Marc 15,24 : Voir Matthieu, 27, 35 ; Luc, 23, 34 ; Jean, 19, 23. ― Et l’ayant crucifié. Voir Matthieu, note 27.35. La tunique seule fut tirée au sort (saint Augustin).
25 Or il était la troisième heure lorsqu'ils le crucifièrent,
Note Marc 15,25 : La troisième heure ; c’est-à-dire la fin de la troisième heure, ou environ la sixième, comme le dit saint Jean, 19, 14.
26 Et le titre de sa condamnation était ainsi écrit : Le Roi des Juifs.
Note Marc 15,26 : Le roi des Juifs. Voir Matthieu, 27, 37.
27 Ils crucifièrent avec lui deux voleurs, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche.28 Ainsi fut accomplie l'Ecriture, qui dit : Il a été mis au rang des scélérats.
Note Marc 15,28 : Voir Isaïe, 53, 12.
29 Et les passants le blasphémaient, branlant la tête, et disant : Ah ! toi qui détruis le temple de Dieu et le rebâtis en trois jours,
Note Marc 15,29 : Voir Jean, 2, 19. ― Le temple, en grec naos. Voir Marc, 14, 58.
30 Sauve-toi toi-même, et descends de la croix.31 Pareillement les princes des prêtres eux-mêmes se moquant de lui avec les scribes, se disaient l'un à l'autre : Il a sauvé les autres, et il ne peut se sauver lui-même.
Note Marc 15,31 : Ils se condamnent eux-mêmes en disant que Jésus a fait des miracles.
32 Que le Christ, le roi d'Israël, descende maintenant de la croix, afin que nous voyions et que nous croyions. Et ceux qui avaient été crucifiés avec lui, l'outrageaient de même.
 
33 La sixième heure venue, les ténèbres se répandirent sur toute la terre jusqu'à la neuvième heure.
Note Marc 15,33 : La sixième heure venue ; c’est-à-dire midi. La neuvième heure : trois heures de l’après-midi.
34 Et à la neuvième heure, Jésus cria d'une voix forte, disant ; Eloï, Eloï, lamma sabacthani; ce que l'on interprète ainsi : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous délaissé?
Note Marc 15,34 : Voir Matthieu, 27, 46. ― A la neuvième heure ; c’est-à-dire à trois heures de l’après-midi. ― Eloï, Eloï, etc. Ces paroles sont prises de Psaumes, 21, 2. Dieu abandonne le Christ non parce que la divinité se sépara de l’humanité, mais parce qu’il le livra à la douleur.
35 Quelques-uns de ceux qui l'environnaient, l'entendant, disaient : Voilà qu'il appelle Elie.36 Et aussitôt l'un d'eux, courant, emplit de vinaigre une éponge, et l'ayant mise au bout d'un roseau, il lui présentait à boire, disant : Laissez; voyons si Elie viendra le délivrer.
Note Marc 15,36 : Emplit de vinaigre une éponge. Voir Jean, 19, 29-30.
 
37 Mais Jésus ayant poussé un grand cri, expira.
Note Marc 15,37 : Jésus… expira. Voir Matthieu, 27, 50.
38 Et le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas.
Note Marc 15,38 : Le voile du Saint des Saints. Voir Matthieu, 27, 51.
39 Or le centurion, qui était vis-à-vis, voyant qu'il avait expiré en jetant un pareil cri, dit : Vraiment, cet homme était le fils de Dieu.
Note Marc 15,39 : Le centurion. Voir Matthieu, 8, 5 et 27, 54.
40 Il y avait là aussi des femmes qui regardaient de loin, parmi lesquelles étaient Marie-Madeleine, Marie, mère de Jacques le Mineur et de Joseph, et Salomé;
Note Marc 15,40 : Voir Matthieu, 27, 55. ― Marie-Madeleine. Voir Matthieu, 27, 56. ― Marie de Cléophas, mère de Jacques le Mineur, apôtre, et de Joseph. Voir Matthieu, 27, 56. ― Et Salomé, la mère des fils de Zébédée, c’est-à-dire de saint Jacques le Majeur et de saint Jean l’Evangéliste.
41 Et qui, lorsqu'il était en Galilée, le suivaient et le servaient; et beaucoup d'autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem.
Note Marc 15,41 : Voir Luc, 8, 2.
 
42 Le soir étant déjà venu (parce que c'était le jour de la préparation qui précède le sabbat),
Note Marc 15,42 : Voir Matthieu, 27, 57 ; Luc, 23, 50 ; Jean, 19, 38. ― Le jour de la préparation, etc. Comparer à Matthieu, 27, 62. Avec le coucher du soleil commençait le repos du sabbat : il fallait se hâter.
43 Joseph d'Arimathie, noble décurion, qui lui-même attendait le royaume de Dieu, vint et entra hardiment chez Pilate, et lui demanda le corps de Jésus.
Note Marc 15,43 : Joseph d’Arimathie. Voir Matthieu, 27, 57. ― Décurion, en grec bouleutês, membre du sanhédrin. ― Lui demanda le corps de Jésus. Voir Matthieu, 27, 58.
44 Pilate s'étonnait qu'il fût mort sitôt ; il fit donc venir le centurion, et lui demanda s'il était déjà mort.
Note Marc 15,44 : Pilate s’étonnait qu’il fût mort si tôt. « La mort venait ou de la perte du sang ou de la faim. On cite des crucifiés qui ont vécu deux ou trois jours et pouvaient parler. » (ROHAULT DE FLEURY.) « Quoique Pilate, quand on lui demanda le corps du Sauveur, s’étonnât qu’il fût déjà mort, cette surprise était d’un homme peu sensible et même peu attentif à tout ce que Jésus-Christ avait souffert dans le Prétoire, puisque la seule peine de flagellation et du couronnement d’épines était capable de faire mourir l’homme le plus robuste. Aussi il était si affaibli quand il sortit de la maison de Pilate, que le temps qu’il vécût depuis fut bien plus l’effet d’une vertu divine que d’une force humaine. » (THOMAS DE JESUS.)
45 Or s'en étant assuré par le centurion, il donna le corps à Joseph.46 Et Joseph ayant acheté un linceul et détaché Jésus de la croix, l'enveloppa dans le linceul, le mit dans un sépulcre qui avait été taillé dans le roc, et roula une pierre à l'entrée du sépulcre.
Note Marc 15,46 : Le mit dans un sépulcre. Voir Matthieu, 27, 60.
47 Or Marie-Madeleine, et Marie, mère de Joseph, regardaient où on le mettrait.

Chapitre 16

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Résurrection de Jésus-Christ.
Apparition de l’ange aux saintes femmes.
Jésus-Christ apparaît lui-même à Madeleine, à deux disciples et aux onze apôtres.
Ascension de Jésus-Christ.
Marc 16, 1-7 : L'Ange et les Saintes Femmes - Gravure de Gustave Doré
Marc 16, 1-7 : L'Ange et les Saintes Femmes - Gravure de Gustave Doré
1 Lorsque le sabbat fut passé, Marie-Madeleine, et Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des parfums pour venir embaumer Jésus.
Note Marc 16,1 : Voir Matthieu, 28, 1 ; Luc, 24, 1 ; Jean, 20, 1. ― Lorsque le sabbat fut passé ; c’est-à-dire le samedi au soir, lorsque le soleil fut couché. Le sabbat finissait au coucher du soleil. Pour accorder saint Marc avec saint Luc qui dit que ces femmes avaient préparé les parfums dès la veille du sabbat, il faut traduire ici : Elles avaient acheté des parfums ; ou bien elles achetèrent de nouveau des parfums qu’elles joignirent à ceux qu’elles avaient achetés la veille, et qui ne suffisaient pas pour embaumer comme il le faut le corps de Jésus-Christ.
2 Ainsi parties de grand matin, le premier jour de la semaine, elles arrivèrent au sépulcre, le soleil étant déjà levé.3 Or elles se disaient l'une à l'autre : Qui nous ôtera la pierre de l'entrée du sépulcre?
Note Marc 16,3 : La pierre de l’entrée qui servait de porte au tombeau et empêchait d’y pénétrer, la pierre qui avait reçu les sceaux.
4 Mais regardant elles virent la pierre ôtée ; or elle était fort grande.5 Et entrant dans le sépulcre, elles aperçurent un jeune homme assis à droite, vêtu d'une robe blanche, et elles furent frappées d'étonnement.
Note Marc 16,5 : Voir Matthieu, 28, 5 ; Luc, 24, 4 ; Jean, 20, 12. ― D’une robe blanche (stolê). Voir Luc, 15, 22.
6 Il leur dit : Ne craignez point ;. c'est Jésus de Nazareth, le crucifié, que vous cherchez ; il est ressuscité , il n'est point ici ; voilà le lieu où on l'avait mis.7 Mais allez, dites à ses disciples et à Pierre qu'il va devant vous en Galilée ; c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit.
Note Marc 16,7 : Voir Marc, 14, 28.
8 Mais elles, sortant du sépulcre, s'enfuirent, car le tremblement et la peur les avait saisies ; et elles ne dirent rien à personne, tant elles étaient effrayées.
Note Marc 16,8 : A personne ; c’est-à-dire à aucune des personnes qu’elles rencontrèrent car il est constant, par saint Matthieu et par saint Luc, qu’elles en firent le rapport aux apôtres, selon le commandement qu’elles avaient reçu.
 
9 Or Jésus étant ressuscité le matin, au premier jour de la semaine, il apparut premièrement à Marie-Madeleine, de laquelle il avait chassé sept démons.
Note Marc 16,9 : Voir Jean, 20, 16.
10 Et elle alla l'annoncer à ceux qui avaient été avec lui, et qui s'affligeaient et pleuraient.11 Mais eux entendant dire qu'il vivait et qu'il avait été vu par elle, ne le crurent pas.12 Il se montra ensuite sous une autre forme, à deux d'entre eux, qui étaient en chemin et qui allaient à une maison de campagne ;
Note Marc 16,12 : Voir Luc, 24, 13. ― Il avait apparu à Madeleine sous la forme d’un jardinier (voir Jean, 20, 15) ; il apparut à ces deux disciples sous celle d’un voyageur, lorsqu’ils allèrent au château d’Emmaüs (saint Grégoire). Cette apparition est narrée amplement par saint Luc (voir Luc, 24, 13-36).
13 Et ceux-ci allèrent l'annoncer aux autres; mais ils ne les crurent pas non plus.
 
14 Enfin il apparut aux onze lorsqu'ils étaient à table, et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui avaient vu qu'il était ressuscité.
Note Marc 16,14 : Saint Marc résume ici beaucoup de faits arrivés après la résurrection. Enfin… : c’est le sens de la Vulgate, qui regarde cette apparition de Jésus comme la dernière de toutes, celle qui eut lieu le jour de l’Ascension. Dans ce cas, Notre-Seigneur répéterait ici ce qu’il avait dit quelques jours auparavant sur la montagne de Galilée (voir Matthieu, 28, 19). Mais le grec signifie simplement dans la suite, ce qui permet soit d’identifier l’apparition à celle de la montagne de Galilée, soit même de la placer, comme les précédentes, le soir de la résurrection (voir Luc, 24, verset 36 et suivants ; Jean, 21 (20 ?), verset 19 et suivants). Naturellement, ceux qui adoptent cette dernière opinion, séparent chronologiquement les versets 15 et suivants du verset 14.
 
15 Et il leur dit : Allez dans tout l'univers, et prêchez l'Evangile à toute créature.
Note Marc 16,15 : Par toute créature, on entend tout homme (saint Grégoire).
16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé : mais celui qui ne croira pas sera condamné.17 Or voici les prodiges qui accompagneront ceux qui auront cru : ils chasseront les démons en mon nom; ils parleront des langues nouvelles;
Note Marc 16,17 : Voir Actes des Apôtres, 16, 18 ; 2, 4 ; 10, 46. ― Les miracles furent adjoints à la prédication pour l’accréditer (saint Grégoire).
18 Ils prendront les serpents, et s'ils boivent quelque poison mortel, il ne leur nuira point; ils imposeront les mains sur les malades, et ils seront guéris.
Note Marc 16,18 : Voir Actes des Apôtres, 28, 8. ― C’est ce qui arriva à saint Paul piqué par une vipère à Malte (voir Actes des Apôtres, 28, 5).
 
Marc 16, 19 : L'ascension - Gravure de Gustave Doré
Marc 16, 19 : L'ascension - Gravure de Gustave Doré
19 Et le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut élevé dans le ciel, où il est assis à la droite de Dieu.
Note Marc 16,19 : Voir Luc, 24, 51. ― L’Ascension eut lieu sur le mon des Oliviers, voir Actes des Apôtres, 1, 12.
20 Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant leur parole par les miracles qui raccompagnaient.
Note Marc 16,20 : Ces miracles étaient nécessaires, pour entretenir la foi, dans les premiers temps de l’Eglise, comme il est nécessaire d’arroser les jeunes arbres qu’on vient de planter (saint Grégoire).

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.