Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Et à la vérité leur tronc n'avait été ni planté, ni semé, ni enraciné dans la terre; soudain Dieu a soufflé sur eux et ils se sont desséchés, et un tourbillon les emportera comme la paille.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Livre du prophète Habacuc
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxHabacuc0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Livre du prophète Habacuc

Chapitre 1

 | 
 | 
Chap. : 
Plaintes du prophète sur les iniquités de Juda.
Vengeances du Seigneur exercées sur les Chaldéens.
Châtiment de Nabuchodonosor.
Dieu ne laisse pas l’oppression impunie.
1 Malheur accablant qu'a vu Habacuc, le prophète.
Note Hab. 1,1 : Malheur accablant (onus). Voir, Isaïe, 13, 1.
 
2 Jusques à quand, Seigneur, crierai-je et vous ne m'exaucerez pas, jusques à quand élèverai-je ma voix avec force vers vous, souffrant violence, et vous ne me sauverez pas?3 Pourquoi m'avez-vous montré l'iniquité et la peine, pourquoi avez-vous fait voir la rapine et l'injustice devant moi? Il y a eu jugement, mais l'opposition a été plus puissante.4 A cause de cela, la loi a été déchirée, et le jugement n'est pas parvenu à l'exécution, parce que l'impie prévaut contre le juste; c'est pourquoi il sort de la une décision injuste.
 
5 Jetez les yeux sur les nations, et voyez ; admirez et soyez frappés de stupeur : parce qu'il s'est fait en vos jours une œuvre que personne ne croira lorsqu'elle sera racontée.
Note Hab. 1,5 : Parce qu’il s’est fait, etc. Saint Paul fait usage de ces paroles (voir Actes des Apôtres, 13, 40-41), contre les Juifs incrédules, en leur annonçant les maux qui vont fondre sur eux, et dont ceux qui arrivèrent à leurs ancêtres par les armes des Chaldéens étaient la figure.
6 Car voici que moi je susciterai les Chaldéens, nation cruelle et prompte, qui parcourt l'étendue de la terre, afin de s'emparer des tabernacles qui ne sont pas à elle.
Note Hab. 1,6 : Tabernacles ; mot consacré pour désigner les demeures des anciens Hébreux.
7 Elle est horrible et formidable ; c'est d'elle-même que le jugement et la charge sortiront.
Note Hab. 1,7 : C’est d’elle-même, etc. ; c’est de sa propre et unique volonté que la nation des Chaldéens rend la justice et impose des charges.
8 Ses chevaux sont plus légers que les léopards, et plus vîtes que les loups du soir; et ses cavaliers se répandront; car ses cavaliers viendront de loin, ils voleront comme un aigle se hâtant pour manger.
Note Hab. 1,8 : Les loups du soir, c’est-à-dire, qui courent la nuit, et sont d’autant plus agiles et plus prompts, qu’ils ont souffert la faim pendant tout le jour.
9 Tous viendront au butin; leur face est comme un vent brûlant; et ils assembleront les captifs, comme le sable.
Note Hab. 1,9 : Ils assembleront ; littéralement, il assemblera (congregavit). Dans les récits, le singulier se met souvent pour le pluriel, parce que l’on sous-entend chacun d’eux ; à moins qu’on ne sous-entende ici le roi des Chaldéens, Nabuchodonosor, qui est représenté dans le verset suivant par le pronom lui-même (ipse).
10 Et lui-même triomphera des rois, et les princes seront pour lui un sujet de dérision ; lui-même se moquera de toute fortification, et il formera un terrassement, et il la prendra.
Note Hab. 1,10 : Les princes (tyranni). Voir Daniel, 1, 3. ― Lui-même. Voir le verset précédent.
11 Alors son esprit sera changé; il passera et tombera; voilà quelle est sa puissance qu'il tient de son Dieu.
Note Hab. 1,11 : Sa puissance, etc. ; littéralement, sa puissance de son dieu, dont le sens pourrait être, la puissance de lui, c’est-à-dire, de son dieu, genre de construction qui n’est pas sans exemple en hébreu.
12 Est-ce que vous, vous n'êtes pas dès le commencement, Seigneur mon Dieu, mon Saint, pour que nous ne mourions pas? Seigneur, vous l'avez établi pour accomplir votre jugement et vous l'avez rendu fort, afin de le châtier.13 Vos yeux sont purs, afin de ne point voir le mal; vous ne pourrez regarder l'iniquité : pourquoi regardez-vous ceux qui font des iniquités et gardez-vous le silence, l'impie dévorant celui qui est plus juste que lui?14 Et vous traitez des hommes comme les poissons de la mer, et comme un reptile qui n'a pas de prince.
Note Hab. 1,14 : Qui n’a pas de prince, pour le défendre, le protéger.
15 Il a tout enlevé avec un hameçon, il l'a entraîné dans sa seine, et rassemblé dans son rets. Sur cela il se réjouira, et il exultera.16 A cause de cela, il immolera des victimes à sa seine, et il sacrifiera à son rets, parce que par eux son partage s'est accru, et sa nourriture a été acquise.17 A cause de cela, donc il tend sa seine, et jamais il ne s'abstiendra de tuer des nations.
Note Hab. 1,17 : Jamais il ne s’abstiendra ; littéralement et par hébraïsme, toujours il ne s’abstiendra pas.

Chapitre 2

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Ordre au prophète d’écrire sa vision.
Malheur à celui dont l’ambition est insatiable, à celui qui établit sa maison par la violence, à celui qui bâtit sa ville dans le sang, à celui qui mêle le fiel dans le vin pour enivrer son allié, à celui qui adore le bois et la pierre.
1 Je me tiendrai à mon poste et j'arrêterai mes pas sur la fortification, et je regarderai attentivement, afin que je voie ce qui me sera dit, et ce que je répondrai à celui qui m'interpellera.
 
2 Et le Seigneur me répondit et dit : Ecris la vision, et expose-la sur des tablettes, afin que ne s'arrête pas celui qui la lira ;
Note Hab. 2,2 : Ne s’arrête pas ; lise de suite couramment.
 
3 Parce que l'accomplissement de la vision est encore éloigné, mais il paraîtra à la fin, et il ne trompera pas, s'il met un certain délai, attends-le; car il va venir, et il ne tardera pas.4 Voici que celui qui est incrédule n'aura pas en lui une âme droite; mais le juste vivra de sa foi.
Note Hab. 2,4 : Voir Jean, 3, 36 ; Galates, 3, 11. ― Mais le juste, etc. ; paroles que saint Paul (voir Romains, 1, 17 ; Hébreux, 10, 38) applique à la foi en Jésus-Christ, en l’œuvre de la rédemption.
 
5 Et comme le vin trompe celui qui en boit, ainsi en sera-t-il de l'homme superbe, et il ne sera pas honoré ; lui qui a dilaté son âme comme l'enfer; et comme la mort il ne se rassasie pas; et il rassemblera vers lui toutes les nations, il réunira en foule auprès de lui tous les peuples.
Note Hab. 2,5 : Et il ne sera pas honoré. La particule et peut être ici purement pléonastique, marquant l’apodose (voir Osée, 11, 1), ou bien explicative, synonyme de c’est-à-dire, sens qu’elle a quelquefois dans la Bible. Cette prophétie peut s’entendre non seulement de Nabuchodonosor, mais encore de la monarchie même des Chaldéens.
6 Est-ce que tous ceux-ci ne le prendront pas pour un sujet de parabole, et pour le mot de leurs énigmes sur lui, et ne dira-t-on pas : Malheur à celui qui multiplie des biens qui ne sont pas à lui?jusques à quand accumulera-t-il contre lui-même une boue épaisse?
Note Hab. 2,6 : Ne le prendront pas, etc. Voir Jérémie, 24, 7. (?) Une boue épaisse, comparaison pour désigner les richesses.
7 Est-ce qu'ils ne se lèveront pas soudain, ceux qui doivent te mordre; et ne se réveilleront-ils pas, ceux qui doivent te déchirer, et ne seras-tu pas leur proie?
Note Hab. 2,7 : Le Prophète désigne ici les Mèdes et les Perses, qui, sous la conduite de Cyrus, attaquèrent l’empire des Chaldéens, et le détruisirent sous Baltassar, petit-fils de Nabuchodonosor.
8 Parce que tu as dépouillé beaucoup de nations, ils te dépouilleront toi-même, tous ceux qui seront restés des peuples, à cause du sang d'homme que tu as versé, et de l'iniquité que tu as commise sur le pays, la cité et tous ceux qui habitent en elle.
 
9 Malheur à qui ramasse les fruits d'une avarice criminelle pour sa maison, afin que son nid soit sur un lieu élevé, et qui pense échapper à la main du malheur.
Note Hab. 2,9 : Malheur, etc. On explique encore ordinairement ceci du roi de Babylone.
10 Tu as formé pour ta maison des desseins qui ont été sa confusion, tu as mis en pièces beaucoup de peuples, et ton âme a péché.11 Parce que la pierre du milieu de la muraille criera; et le bois qui forme les jointures des édifices répondra.
 
12 Malheur à celui qui bâtit une cité dans le sang, et qui fonde une ville sur l'iniquité.
Note Hab. 2,12 : Voir Ezéchiel, 24, 9 ; Nahum, 3, 1. ― Le sang ; littéralement, les sangs. Voir Ezéchiel, 22, 2.
13 Est-ce que toutes ces choses ne viennent pas du Seigneur des armées? car des peuples travailleront pour un grand feu, et des nations pour le néant, et périront.
Note Hab. 2,13 : Toutes ces choses que j’annonce, n’est-ce pas le Seigneur qui me les fait annoncer, et qui les exécutera ? ― Des peuples travailleront, etc., c’est-à-dire, que leurs travaux seront consumés par le feu. Comparer à Jérémie, 51, 58.
14 Parce que la terre, afin qu'on connaisse la gloire du Seigneur, sera remplie d'ennemis, comme le lit de la mer est couvert parles eaux.
 
15 Malheur à celui qui donne à boire à son ami en mettant son fiel dans la coupe et en l'enivrant, afin de regarder sa nudité.16 Tu as été rempli d'ignominie au lieu de gloire; bois, toi aussi, et sois frappé d'assoupissement; le calice de la droite du Seigneur t'environnera, et un vomissement d'ignominie viendra sur ta gloire.
Note Hab. 2,16 : Le calice, etc. ; allusion à l’ancien usage selon lequel, dans les repas, la même coupe passait d’un convive à l’autre.
17 Parce que l'iniquité commise sur le Liban te couvrira, et le ravage exercé sur les animaux les épouvantera à cause du sang les hommes versé, et de l'iniquité commise sur le pays et la cité, et tous ceux qui habitent en elle.
Note Hab. 2,17 : Le Liban ; nom que les prophètes donnaient à Jérusalem. ― Te couvrira ; retombera sur toi. Comparer à Isaïe, 37, 24.
 
18 A quoi sert une image taillée au ciseau, que son auteur a faite ainsi qu'une statue jetée en fonte et une image fausse? Car l'auteur a espéré assez dans son œuvre pour faire des simulacres muets.
Note Hab. 2,18 : L’analyse grammaticale de ce verset est très difficile, pour ne pas dire impossible à faire, tant dans l’hébreu que dans la Vulgate. Les mots statue jetée en fonte (conflatile) et image fausse (imaginem falsam) étant à l’accusatif, sont nécessairement des compléments directs du verbe a fait ou sculpté (sculpsit). Une traduction rigoureuse étant impossible dans notre langue, nous croyons cependant avoir rendu le fond de la pensée de l’écrivain sacré en combinant les deux textes grec et latin.
19 Malheur à celui qui dit au bois : Réveille-toi, à la pierre silencieuse : Lève-toi ; est-ce qu'elle-même pourra l'instruire? Voici qu'elle est couverte d'or et d'argent; et il n'y a aucune vie dans ses entrailles.20 Mais le Seigneur est dans son temple saint; que devant sa face toute la terre soit en silence.
Note Hab. 2,20 : Voir Psaumes, 11 (?), 5. ― Son temple saint ; expression qui sert souvent à exprimer le ciel même ; elle peut avoir ici cette signification.

Chapitre 3

 | 
 | 
 | 
Chap. : 
Prière d’Habacuc.
Il se rappelle les merveilles opérées par le Seigneur en faveur de son peuple.
Il s’afflige de la désolation qui menace son peuple.
Il se console par l’espoir du secours que le Seigneur accordera à ce peuple.
1 Prière d'Habacuc, le prophète, pour les ignorances.
Note Hab. 3,1 : Pour les ignorances ; c’est-à-dire pour les péchés commis par ignorance. C’est ainsi que l’ont compris le chaldéen, saint Jérôme, Aquila, Symmaque, l’auteur de la cinquième édition grecque, et il faut avouer que le texte hébreu lui-même est susceptible de ce sens, quoique la plupart des hébraïsants modernes l’entendent d’un instrument de musique ou d’un cantique, sur l’air duquel la prière du Prophète devait être chantée. Quant aux Septante, ils ont traduit avec un cantique. Le Prophète, selon plusieurs, a voulu, dans la prière qui suit, demander pardon à Dieu d’avoir par ignorance osé disputer avec lui sur sa providence, et, selon d’autres, il demande que les ignorances, c’est-à-dire les péchés du peuple soient effacés et pardonnés, afin que sa délivrance ne soit pas différée.
 
2 Seigneur, j'ai entendu votre parole, et j'ai craint, Seigneur, votre œuvre ; au milieu des années, vivifiez-la. Au milieu des années vous la ferez connaître; lorsque vous serez en colère, vous vous souviendrez de la miséricorde.
Note Hab. 3,2 : Au milieu des années, bientôt, sans attendre trop longtemps.
 
3 Dieu viendra du midi, et le saint de la montagne de Pharan; Sa gloire a couvert les deux, et de sa louange est pleine la terre.
Note Hab. 3,3 : Dieu viendra, etc. ; allusion à ce que dit Moïse. Voir Deutéronome, 33, 2. ― Le midi et Pharan désignent ici l’Arabie Pétrée, où Dieu fit éclater sa gloire sur le mont Sinaï, lorsqu’il y proclama sa loi (voir Exode, 19, verset 16 et suivants). Habacuc rappelle cet événement, comme un gage de la future délivrance d’Israël par la toute-puissance de Dieu.
4 Sa splendeur brillera comme la lumière, ses cornes sont dans ses mains;
Là a été cachée sa puissance;
Note Hab. 3,4 : Ses cornes ; hébraïsme, pour sa force.
 
5 Devant sa face ira la mort. Et le diable sortira devant ses pieds.6 Il s'est arrêté, et il a mesuré la terre. Il a regardé, et il a dissipé les nations; et les montagnes du siècle se sont entrouvertes. Les collines du monde ont été abaissées par les marches de son éternité.
Note Hab. 3,6 : Du siècle, du monde ; c’est-à-dire, aussi anciennes que les siècles, que le monde ; les mots du texte orignal signifient éternité. Les Hébreux donnent souvent cette épithète aux montagnes, parce que dans la nature rien n’est moins sujet au changement que ces lourdes masses, ces énormes amas de terre et de rochers qui subsistent depuis le commencement des siècles. ― Par les marches, etc. ; sous les pas éternels, sous les pas de ce Dieu éternel.
 
7 J'ai vu les tentes de l'Ethiopie renversées pour son iniquité; les pavillons de la terre de Madian seront troublés.
Note Hab. 3,7 : Les pavillons ou tentes ; littéralement, les peaux, parce que cette sorte d’habitation était anciennement faite avec des peaux. Comparer à Cantique des cantiques, 1, 4.
8 Est-ce contre les fleuves que vous êtes en colère, Seigneur? ou contre les fleuves qu'est votre fureur; ou bien contre la mer qu'est votre indignation?
Vous qui monterez sur vos chevaux; et vos quadriges seront le salut.
Note Hab. 3,8 : Est-ce que, etc. ; allusion au passage de la mer Rouge (voir Exode, chapitre 14), et du Jourdain (voir Josué, chapitre 3).
 
9 Préparant, vous préparerez votre arc, selon les serments que vous avez faits aux tribus. Vous diviserez les fleuves de la terre.
Note Hab. 3,9 : Préparant, vous préparerez ; c’est-à-dire, vous préparerez avec le plus grand soin. Voir sur cet hébraïsme, Psaumes, 39, 2. ― Selon les serments. Le mot juramenta, en vertu d’un hébraïsme très fréquent, est un accusatif employé d’une manière adverbiale.
10 Les montagnes vous ont vu et elles ont été dans la douleur. La masse des eaux s'est écoulée. L'abîme a fait entendre sa voix ; il a levé en haut ses mains.
Note Hab. 3,10 : Il a levé. C’est le mot précédent l’abîme, qui est le sujet de ce verbe. ― En haut. Tel est le sens de l’hébreu, véritable accusatif adverbial, que la Vulgate a rendu par le nominatif hauteur (altitudo). ― Ses mains ; c’est-à-dire ses flots.
11 Le soleil et la lune se sont arrêtés dans leur demeure; ils iront à la lumière de vos flèches, à l'éclat de votre lance foudroyante.
Note Hab. 3,11 : Le soleil, etc. ; allusion au miracle dont il est question dans Josué, 10, 12-13.
 
12 Dans votre frémissement, vous foulerez aux pieds la terre ; dans votre fureur, vous épouvanterez les nations.13 Vous êtes sorti pour le salut de votre peuple, pour le salut avec votre Christ. Vous avez frappé le chef de la maison de l'impie; vous l'avez mis à nu depuis les pieds jusqu'au cou.
Note Hab. 3,13 : Christ, ou oint, c’est-à-dire, consacré, constitué ; ce qui convient à Moïse, que Dieu constitua pour sauver son peuple. Isaïe, comme on l’a vu, appelle (voir Isaïe, 45, 1) Cyrus le christ de Dieu. Mais Moïse, comme Cyrus, n’a été que la figure du Christ par excellence, de Jésus-Christ. ― Vous l’avez mis, etc. ; littéralement : Vous avez mis à nu ses fondements jusqu’au cou.
 
14 Vous avez maudit ses sceptres, le chef de ses guerriers qui venaient comme un tourbillon pour me mettre en déroute. Leur exultation était comme l'exultation de celui qui dévore le pauvre en secret.15 Vous avez fait une voie dans la mer à vos chevaux, dans la fange des grandes eaux.
Note Hab. 3,15 : Allusion au passage de la mer Rouge et du Jourdain par les Israélites.
 
16 J'ai entendu, et mes entrailles ont été émues; à cette voix, mes lèvres ont frémi. Que la pourriture entre dans mes os, et qu'elle abonde sous moi; Afin que je me repose au jour de la tribulation, afin que je monte vers notre peuple ceint.
Note Hab. 3,16 : Ceint (accintum) ; c’est-à-dire, préparé, prêt à partir. Ceindre ses reins, se disait chez les anciens Hébreux d’un homme qui entreprenait un voyage ou allait au combat. Comparer à 3 Rois, 18, 46 ; Job, 38, 3.
 
17 Car le figuier ne fleurira pas, et il n'y aura pas de germe dans les vignes. Le produit de l'olivier trompera l'attente, et les champs ne porteront pas de grains. Le troupeau de menu bétail sera arraché de la bergerie, et il n'y aura pas de troupeau de gros bétail dans les étables.
Note Hab. 3,17 : Ne fleurira pas. Quelques incrédules ont prétendu que cette menace était ridicule, puisque le figuier ne fleurit jamais en quelque contrée que ce soit ; mais il faut interpréter la Vulgate d’après l’hébreu qui signifie proprement sortir avec violence, s’élancer, faire irruption ; de là pousser, germer et fleurir. C’est ainsi que ce même verbe hébreu s’emploie pour marquer l’éruption de la lèpre (voir Lévitique, 13, 39), et s’applique aux plantes qui poussent leur germe. ― Le produit ou le fruit, littéralement, le travail, l’œuvre (opus). ― De grain ; littéralement, de nourriture.
 
18 Mais moi, je me réjouirai dans le Seigneur, et j'exulterai en Dieu mon Jésus.
Note Hab. 3,18 : Jésus ; mot hébreu qui veut dire sauveur.
19 Dieu le Seigneur est ma force ; et il rendra mes pieds comme ceux des cerfs. Et vainqueur il me conduira sur mes hauteurs, pendant que je chanterai des psaumes.
Note Hab. 3,19 : Hauteurs ; c’est-à-dire, montagnes et collines.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.