Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
En vérité je vous le dis, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxLamentations > Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Introduction

Les lamentations portent en hébreu le nom de ‘êkâh, « comment », par lequel elles commencement et qui semble avoir été comme une sorte de terme consacré pour le début d’une élégie. Les Septante substituèrent à ce mot initial, comme ils l’avaient fait pour le Pentateuque, un titre plus significatif, et les désignèrent sous threnoï. Notre dénomination, les Lamentations, n’est que la traduction du grec. C’était un vieil usage de faire des élégies sur la mort des personnes aimées ; il fut étendu aux malheurs publics. Jérémie déplora dans ses Lamentations la ruine de Jérusalem et du temple, comme il avait déploré auparavant la mort de Josias.
Les Lamentations se composent de cinq petits poèmes ou élégies distinctes, correspondant aux cinq chapitres de la Vulgate.
Les quatre premiers chapitres sont des pièces alphabétiques, c’est-à-dire que chaque verset commence par une des lettres de l’alphabet hébreu dans le texte original. La troisième élégie a cela de particulier, que la lettre initiale caractéristique reparaît trois fois, ce qui a fait diviser le 3e chapitre en 66 versets au lieu de 22, qu’on compte dans les deux premiers. La cinquième élégie n’est pas alphabétique, mais elle se compose également de 22 versets.
Peu de livres ont obtenu aussi efficacement que les Lamentations de Jérémie le but que s’était proposé leur auteur. Que d’infortunés ont trouvé dans l’expression des douleurs du Prophète un adoucissement à leurs propres douleurs ! Elles séchèrent sans doute plus d’une fois les larmes des captifs, sur les bords des fleuves de Babylone, et quand ils furent de retour dans leur patrie, ce fut le livre des souvenirs, qui leur rappelait leurs maux passés. Chaque année, le 9 ab (juillet), on jeûna et on lut dans les synagogues, au milieu des larmes, les Lamentations de Jérémie, en mémoire de ces mauvais jours. Et plus tard, quand la grande victime, l’agneau de Dieu qui devait effacer les péchés du monde eut été immolée sur le Calvaire, l’Eglise, pour célébrer les mystères de la passion et de la mort de Notre-Seigneur, adopta les chants lugubres du Prophète : pendant la Semaine-Sainte, on entend retentir dans toutes les églises du monde catholique les accents plaintifs de Jérémie, déplorant un malheur plus grand que celui de la ruine de Jérusalem et du temple, le supplice d’un Dieu mis à mort par ceux qu’il était venu racheter.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.