Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Quant à ce qu'on offre en sacrifice aux idoles, nous savons que nous avons tous une science suffisante. La science enfle, mais la charité édifie.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxPhilippiens > Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Introduction

Philippes est la première ville d’Europe où saint Paul ait prêché la foi. C’était une place de moyenne importance, mais à laquelle le père d’Alexandre avait donné son nom et qu’Auguste éleva au rang de colonie romaine après la victoire qu’il avait remportée sous ses murs. L’Apôtre s’y rendit en venant de Troade, au début de sa seconde mission, l’an 57. Il s’y arrêta pour célébrer la Pâque, dans son dernier voyage à Jérusalem, en 58. A l’exemple de Lydie, qui se montra si généreux à son égard dès le moment de sa conversion, les fidèles de cette Eglise lui témoignèrent leur reconnaissance en lui envoyant des secours, d’abord à Thessalonique et à Corinthe, puis à Rome, dans sa première captivité. C’est de cette dernière ville, et par l’intermédiaire d’Epaphrodite, leur évêque, qui lui avait apporté leur offrande, que saint Paul leur adressait cette Lettre.
On n’y trouve ni exposition doctrinale proprement dite, ni discussion polémique, ni enchaînement d’idées bien marquées. C’est une simple Lettre, assez courte, une effusion de cœur, une communication spontanée et toute paternelle, pleine de détails intimes, d’encouragements, de bons conseils, d’exhortations et d’actions de grâces. En la lisant, on sent quelle est la tendresse de saint Paul pour ses enfants en Jésus-Christ, et combien leur foi, leurs vertus, leurs progrès dans la sainteté lui sont chers. Quand il parle de leur affection pour lui, son âme déborde de consolation et de tendresse. Il espère recouvrer bientôt sa liberté ; mais en attendant, il n’a pas lieu de se plaindre de son état : Dieu fait servir au progrès de l’Evangile sa captivité même. Quoiqu’il n’ait pas pris en commençant son titre d’Apôtre, il ne néglige pas de profiter de cette occasion pour affermir ses disciples dans la foi en Notre-Seigneur et les animer à la ferveur et l’on peut remarquer que ses exhortations ne sont mêlées d’aucun reproche. L’Eglise de Philippes est sa joie et sa couronne. Il ne paraît pas que la zizanie s’y mêlât au bon grain. L’Epître a bien quelques mots à l’adresse des judaïsants, mais rien ne prouve leur présence à Philippes. Aussi voyons-nous dans les Actes que les Juifs y étaient peu nombreux. Ils n’y avaient pas même de synagogues, et l’Evangile ne dut pas faire beaucoup de conquêtes dans leurs rangs.
On n’a jamais contesté l’authenticité de cette Epître. Elle est nommée dans le Canon de Muratori et citée par les Pères les plus anciens, saint Irénée, Clément d’Alexandrie, Tertullien, etc. Saint Polycarpe en fait une mention expresse dans sa Lettre à l’Eglise de Philippes. Elle offre au lecteur moins de difficultés que de sujets d’édification. On la divise en deux sections : 1° Félicitations et actions de grâces, chapitre 1 ; 2° Avis et exhortations, du chapitre 2 au chapitre 4.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.