Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Mais toi, Phassur, et tous les habitants de ta maison, vous irez en captivité; et tu viendras à Babylone, et là tu mourras, et là tu seras enseveli, toi et tous tes amis à qui tu as prophétisé le mensonge.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Lettre de saint Paul aux Romains - Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & VigourouxRomains > Lettre de saint Paul aux Romains - Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Lettre de saint Paul aux Romains - Introduction

Quand saint Paul écrivit cette Epître, il était pour la troisième fois à Corinthe et logeait chez un chrétien nommé Caius, qu’il avait baptisé de sa main. Après trois mois passés dans cette ville ou aux environs, il allait partir pour Jérusalem, afin d’y porter la collecte qu’il avait faite parmi ses disciples de Corinthe et dans les autres églises d’Europe. C’était l’an 58, probablement. La fête de la Pentecôte approchait. Tandis que Néron, empereur depuis quatre ans, mais à peine arrivé à sa vingtième année, commençait à se signaler par sa fureur pour les jeux du Cirque et par ses courses nocturnes, jointes à l’enlèvement de Poppée et à l’exil d’Othon, l’Apôtre, après avoir évangélisé une bonne partie de l’Asie Mineure et de la Grèce, se disposait à passer en Occident et à porter la foi dans les contrées les plus reculées de l’empire. Avant de quitter Cenchrée, il achève sa Lettre, et l’envoie aux chrétiens de Rome, par une veuve, nomme Phébée, qu’il désigne comme diaconesse de l’Eglise de Corinthe. Ainsi cette Epître le devance de trois ans dans la capitale du monde.
L’authenticité de l’Epître aux Romains est incontestable, et, si l’on excepte les deux derniers chapitres, universellement reconnue, même par les rationalistes les plus outrés.
Une colonie de Juifs était établie à Rome depuis près d’un siècle. Auguste l’avait traitée avec bienveillance. Non content de lui assurer le libre exercice de son culte, il lui avait attribuée une portion considérable de la région transtibérine. Elle était déjà considérable, à cette époque, puisque huit mille Juifs de Rome se joignirent aux députés de la Palestine pour réclamer auprès de ce prince contre le testament d’Hérode. Or, nous apprenons de saint Luc qu’un certain nombre de Juifs et de prosélytes, étant venus de Rome à Jérusalem l’année de la mort du Sauveur, avaient assisté au miracle de la Pentecôte et entendu le premier discours de saint Pierre. Il y a lieu de croire que plusieurs se convertirent et emportèrent avec eux, dans la capitale de l’empire, les premières semences de la foi. Des Juifs de la synagogue des Affranchis, qui étaient nés en cette ville ou aux environs, et des Gentils de la cohorte italique, rappelés en Italie après l’élévation d’Hérode Agrippa sur le trône de Judée, se joignirent probablement à ces premiers fidèles. Enfin, nous savons que saint Pierre, obligé par sa charge de se porter à la tête de l’Eglise, vint lui-même à Rome organiser cette chrétienté naissante, comme il avait organisé celle d’Antioche, et qu’assez longtemps avant la ruine de Jérusalem, dès le commencement du règne de Claude, il établit son siège dans la capitale du monde. Si la date n’est pas absolument sûre, le fait de cet établissement est incontestable : les preuves remontent jusqu’aux Apôtres.
Bannis un moment de Rome, comme les Juifs avec lesquels on les confondait, les chrétiens ne tardèrent pas à y rentrer. En l’an 58, au moment où saint Paul leur écrivait, ils formaient déjà une Eglise considérable et bien organisée, dont la foi était connue du monde entier. Ils étaient Gentils d’origine pour la plupart : c’est par là qu’ils se recommandaient particulièrement au zèle de saint Paul. En l’an 64, une trentaine d’années après la mort du Sauveur, ils s’étaient multipliés au point de fournir à Néron une multitude énorme de victimes. Des enseignements que l’Apôtre leur adresse, on est fondé à conclure qu’ils étaient fixés sur les principaux points de la doctrine chrétienne, et qu’on les avait instruits avec soin, non seulement de l’économie générale de la religion, mais encore des vérités les plus relevées du christianisme, des rapports de la loi nouvelle avec la loi mosaïque, des prophéties, des sens spirituels, des figures de l’Ancien Testament, etc.
Saint Paul n’avait pas fondé cette Eglise, non plus que celle de Colosses ; mais il y avait des amis et des disciples qui sollicitaient son zèle et désiraient ses avis. Ce fut là pourtant son moindre motif pour lui écrire ; le principal fut l’importance de la conversion de Rome pour le progrès de la foi parmi les Gentils, dont il était l’Apôtre. Il n’ignorait pas que Rome était au jugement du monde entier, la ville par excellence, que tous les peuples avaient les yeux sur elle, qu’elle exerçait sur tout l’empire une fascination et une autorité irrésistibles. Il savait qu’elle était en relation continuelle avec les provinces, et que toutes les nations avaient des représentants dans son sein, de même qu’elle comptait des citoyens dans toutes les contrées connues. Prêcher l’Evangile dans cette ville, c’était remplir de la manière la plus étendue et la plus fructueuse le ministère particulier dont il était chargé, celui de faire connaître aux Gentils le Fils de Dieu et le mystère du salut.
A ce motif, très suffisant par lui-même, on peut en joindre d’autres, au moins fort vraisemblables. ― 1° L’absence prolongée de saint Pierre. On sait que le prince des Apôtres s’absenta plusieurs fois de son Eglise, sans qu’il en abandonnât jamais le gouvernement. Le décret de Claude qui bannit de Rome la population juive, le concile de Jérusalem, tenu de 50 à 52, les besoins des églises d’Orient dont il fut l’Apôtre, durent l’en tenir assez longtemps éloigné. ― 2° Le désir que saint Paul devait avoir de disposer les chrétiens de Rome à profiter de son passage et à recevoir ses instructions lorsqu’il viendrait parmi eux, pour préparer sa mission en Espagne. ― 3° L’avantage qu’il pouvait espérer de sa Lettre, pour la paix de l’Eglise et pour le succès de son ministère dans toutes les provinces. Quoi de plus propre, en effet, à dissiper les préventions des judaïsants et à rendre manifeste l’union qui régnait dans le collège apostolique, que de faire publiquement à Rome ce qu’il avait déjà fait à Antioche, de joindre sa parole à celle de saint Pierre, et d’adresser à l’Eglise même du prince des Apôtres le développement et les preuves de son évangile, de sa thèse principale, de celle qui soulevait le plus d’opposition parmi ses compatriotes, et qui avait le plus d’importance pour l’avenir du christianisme, savoir : que la grâce et le salut étaient offerts à tous, aux Gentils comme aux Juifs, à la seule condition de croire en Jésus-Christ et d’embrasser sa loi ? ― 4° Les lumières que Dieu lui donnait sur l’avenir de l’Eglise de Rome, destinée à être le centre et le foyer du christianisme, mais menacée des plus terribles persécutions, et appelée à acheter, par trois siècles de martyre, sa domination si glorieuse et si féconde sur toutes les autres Eglises.
Quoi qu’il en soit, saint Paul avait depuis longtemps le désir, non de s’établir à Rome, mais de prêcher l’Evangile aux Romains, et il ne paraît pas qu’il ait jamais poursuivi avec autant d’ardeur aucun autre dessein. On sait par les Actes comment Dieu lui donna de le réaliser.
Cette Epître ne suppose-t-elle pas qu’il y avait à Rome, entre les convertis du judaïsme et ceux de la Gentilité, une contestation sur leur mérite relatif ? ― Saint Augustin l’a pensé, et beaucoup d’interprètes après lui. Ils ont cru que les Juifs et les Gentils convertis se disputaient la palme du mérite, que les uns et les autres prétendaient avoir les meilleurs titres à la grâce de l’Evangile et à l’amitié de Dieu, que les premiers se prévalaient de leur fidélité à pratiquer la loi de Moïse, et les seconds des lumières de leurs philosophes et des vertus de leurs sages. Mais c’est une simple hypothèse, suggérée par certains versets, non un fait établi par des témoignages historiques. En outre, cette supposition ne s’accorde pas très bien avec les éloges que saint Paul donne à l’Eglise de Rome, et avec l’édification qu’elle répandait dès lors dans tout l’univers ; et l’on n’a pas besoin d’y recourir pour expliquer les considérations de l’Apôtre sur l’abus que les Gentils faisaient de leur raison, sur l’impuissance de la loi à justifier les âmes, et sur la gratuité absolue de la foi. Saint Paul connaissait la disposition de ses compatriotes à se préférer du reste des hommes. Il savait quel était l’orgueil des Grecs et des Romains. N’était-ce pas assez pour qu’il prît soin de porter les uns et les autres à s’humilier devant Dieu, à reconnaître leur indignité, à confesser que leur conversion était un pur effet de sa miséricorde ? Tel est, ce nous semble, le véritable point de vue. Saint Paul se propose moins de réprimer une contestation survenue à Rome entre deux partis rivaux, que d’en étouffer les germes, en inspirant aux uns et aux autres une profonde reconnaissance envers Dieu pour le don de la foi, en apprenant aux Juifs, comme aux Gentils, en quoi consiste la grâce de la justification, quelle en est l’origine, quels en sont les conditions, les caractères, les effets et en leur faisant sentir l’impuissance où ils sont, soit d’y suppléer par la raison, soit de la mériter par leurs œuvres.
L’Epître aux Romains a, de tous temps, effrayé les interprètes. Les difficultés qu’elle présente ont rapport à la grâce, dont l’Apôtre est le grand prédicateur, et aux questions qu’elle soulève, du péché originel, de la concupiscence, de la justification, de la prédestination et de la réprobation. Tous les hérétiques qui ont nié ou blessé plus ou moins la liberté humaine, depuis Valentin le gnostique jusqu’à Luther et Jansénius, ont allégué quelques passages de cette Epître et de celle aux Galates. Mais, en condamnant leurs erreurs, l’Eglise a éclairci la matière et fixé le sens de beaucoup de textes. Si l’on tient compte de ses définitions et qu’on ait soin de choisir de bons commentaires, on verra que l’Apôtre est loin d’être incompréhensible, et que ce n’est pas sans fruit qu’on étudie ses écrits.
Il y a lieu de croire que l’Epître aux Romains n’a pas été faite tout d’un jet, en quelques heures, comme l’Epître aux Galates. Bien qu’elle ne soit pas limée sous le rapport littéraire, la doctrine qu’elle contient paraît avoir été méditée à loisir. L’importance du sujet, l’abondance et l’enchaînement des idées, la concision du style, le grand le grand nombre et le choix des citations, la subtilité des raisonnements, l’absence des répétitions ne permettent pas de penser qu’elle ait été écrite précipitamment. Il est probable que saint Paul y a résumé les instructions qu’il avait coutume de donner dans les Eglises dont il était le fondateur. Sauf le prologue et la conclusion, l’Epître ressemble à un traité plutôt qu’à une lettre. Ce qu’on lit à la fin, qu’elle a été écrite de la main de Tertius, n’est pas une preuve qu’elle ait été dictée. Saint Paul l’avait sans doute rédigée avant de la donner à transcrire.
L’Epître aux Romains se divise en deux sections. La première, qui est la principale, est dogmatique ou théorique, va du chapitre 1, verset 17 au chapitre 11. Dans cette partie, l’Apôtre, voulant exposer la doctrine de l’Eglise sur la justification, établit la nécessité de la foi chrétienne ou du christianisme, pour arriver au salut ; et il fait sentir cette nécessité, en montrant l’impuissance de la nature et l’insuffisance de la loi mosaïque pour mener une vie sainte et mériter le ciel. Sa thèse est donc assez complexe. Il établit la gratuité de la justification sur ce fondement, qu’elle n’est le fruit ni du mérite naturel ni des œuvres légales, qu’elle a pour condition essentielle et unique la foi, une vraie foi, en Jésus-Christ, et il montre que la nécessité et la valeur de cette foi sont les mêmes pour tous les hommes. ― La seconde section est pratique ou morale, du chapitre 12 au chapitre 16. C’est une suite de préceptes et de conseils généraux et particuliers, de nature à confirmer les chrétiens dans la foi et à les porter à la perfection. La vie du juste, dont il trace l’esquisse et dont il dit que la foi chrétienne est le principe, contraste avec celle des païens et des Juifs, dont il a fait le tableau dans ses premiers chapitres. (L. BACUEZ.)

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.