Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
C'est, pourquoi, quittant le mensonge, que chacun dise la vérité avec son prochain, parce que nous sommes membres les uns des autres.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Appendice- Note 17, 2 Esdras, 2, 13 ; Sophonie, 1, 10 ; Zacharie, 14, 10. JERUSALEM AU TEMPS DE NEHEMIE.
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & Vigouroux1 Esdras > Appendice- Note 17, 2 Esdras, 2, 13 ; Sophonie, 1, 10 ; Zacharie, 14, 10. JERUSALEM AU TEMPS DE NEHEMIE.0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Appendice- Note 17, 2 Esdras, 2, 13 ; Sophonie, 1, 10 ; Zacharie, 14, 10. JERUSALEM AU TEMPS DE NEHEMIE.

La topographie de l’ancienne Jérusalem est fort mal connue. Il est très difficile de se faire une idée exacte de la ligne que suivaient les murailles de la ville et de la position des portes ouvertes dans ces murailles. Voici ce qu’on peut dire avec vraisemblance sur ce sujet, pour rendre plus intelligible les livres d’Esdras et quelques autres livres de l’Ecriture.
" Jérusalem, avant sa destruction par les Romains, était environnée de trois murs : le premier ou l’ancien mur ; le second mur, et le mur nouveau ou d’Hérode Agrippa. Le premier et le plus ancien de ces trois murs commençait au nord près de la tour Hippicus ; il courait de cette tour, sur le penchant septentrional de Sion, jusqu’au Xystus, ou pont jeté sur le Tyropéon, et se terminait à la vallée, à l’ouest du Temple. De la même tour Hippicus, ce premier mur allait du côté opposé, autour de Sion, jusqu’à la porte du Fumier ou des Esséniens ; de là, il tournait, du côté du sud, vers la fontaine de Siloé, faisait ensuite un coude en tournant vers le nord, au-dessus de l’étang de Salomon et finissait à la vallée à l’orient du Temple. Ce mur avait soixante tours.
Le second mur commençait à la porte du premier mur qui était appelé Gennath ; il environnait à l’ouest et au nord l’Akra ou la ville basse et se terminait à la forteresse Antonia. Cette forteresse était placée au nord-ouest du Temple ; la porte Gennath à peu près à l’est de la tour Hippicus et près de cette tour. Sur ce second mur étaient quatorze tours.
Le troisième mur, appelé aussi le mur d’Hérode Agrippa, parce qu’il fut bâti ou du moins commencé par ce prince, prenait aussi son origine à la tour Hippicus, courait de là, vers le nord, jusqu’à la tour Pséphinas, le point le plus au nord de la ville, passait près du monument d’Hélène, et enfin se rattachait à l’ancien mur dans la vallée de Cédron. Ce troisième mur embrassait ainsi toute la partie de la ville formée, de puis rétablissement, au nord de l’Akra et du mont Moriah.
Maintenant pour ce qui regarde les portes, nous remarquerons d’abord que le deuxième livre d’Esdras ou le livre de Néhémie donne trois fois tout le pourtour des murs de Jérusalem. Premièrement, d’après 2 Esdras, 2, 13-15, Néhémie fait le tour de Jérusalem en partant de la porte de la Vallée, et après avoir visité l’enceinte de la ville, il revient à la même porte. La direction que suivit Néhémie est assez clairement indiquée en cet endroit, au verset 15 ; puisqu’il remonta le torrent de Cédron, il allait du sud au nord. En second lieu, d’après le chapitre 3, où est racontée la reconstruction des murailles, cette reconstruction commence par la porte des Brebis, que construisirent les prêtres (voir verset 1), et finit par la même porte des Brebis (voir verset 31). La porte des Eaux (voir verset 26) est placée au levant. Enfin 2 Esdras, 12, 31-40, fait connaître comment, après l’achèvement des murs, deux chœurs les parcoururent dans la cérémonie de la dédicace, en partant d’un même point et allant dans des directions opposées. Les deux chœurs se rencontrèrent près du Temple (voir verset 39), et par conséquent à l’orient de la ville. Ils partirent donc d’un point situé au couchant (vraisemblablement de la porte de la Vallée) ; le premier chœur se dirigea à droite, c’est-à-dire vers le midi, en faisant le tour de Sion ; le second chœur prit sa direction vers le nord. Or, si l’on compare ces trois passages de Néhémie, voici, ce semble, l’ordre qu’on peut établir dans la position des portes :
Au nord : 1° la porte Ancienne, vraisemblablement à l’angle au nord-est (voir 2 Esdras, 3, 6 ; 12, 38). 2° La porte d’Ephraïm (de Benjamin) (voir 2 Esdras, 12, 38. Comparer à Jérémie, 38, 7 ; 37, 12 ; 2 Paralipomènes, 25, 23). 3° La porte de l’Angle, à l’angle au nord-ouest (voir 2 Esdras, 3, 11. Comparer à 2 Paralipomènes, 26, 9 ; 4 Rois, 14, 13 ; Zacharie, 14, 10).
Au couchant : 4° La porte de la Vallée (voir 2 Esdras, 2, 13 ; 3, 13. Comparer à 2 Paralipomènes, 26, 9).
Au midi : 5° La porte du Fumier [la porte des Esséniens ] (voir 2 Esdras, 2, 13 ; 3, 13 ; 12, 31). 6° La porte de la Fontaine au sud-est (voir 2 Esdras, 2, 14 ; 3, 15). La porte de la Fontaine était proche de l’étang (l’aqueduc) du roi (voir 2 Esdras, 2, 14), proche aussi de l’étang de Siloé (voir 2 Esdras, 3, 15) ; deux étangs qui peuvent bien être le même. C’est une question de savoir si la porte de la Fontaine n’est pas la même que la porte d’Argile ou du Potier qui conduisait dans la vallée d’Hennom (voir Jérémie, 19, 2), ou si peut-être elle n’était pas située plus près de l’embouchure du Tyropéon, et la porte du Fumier au même endroit, mais un peu plus haut.
Au levant : 7° La porte des Eaux (voir 2 Esdras, 3, 26 ; 8, 1). 8° La porte de la Prison et la porte des Chevaux vers le Temple (voir 2 Esdras, 12, 38-39 ; 3, 28). 9° La porte des Brebis [ou du Troupeau], (proche de l’étang des Brebis ?) (voir 2 Esdras, 3, vv. 1, 31 ; 12, 38). 10° La porte des Poissons, tout à fait au nord (voir 2 Esdras, 3, 3 ; 12, 38). Comparer à Sophonie, 1, 10 ; 2 Paralipomènes, 33, 14). Entre la huitième et la neuvième porte étaient les tours Hamméah et Hananéel (voir 2 Esdras, 3, 1 ; 12, 38. Comparer à Zacharie, 14, 10 ; Ezéchiel, 47, 1, note 2 ; Matthieu, 27, 66 ) " (GIMAREY.)

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.