Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Pour moi, si je dis la vérité, vous ne me croyez point.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & Vigouroux1 Esdras > Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Introduction

Les livres que nous appelons premier et second d’Esdras portent, dans la Bible hébraïque, des noms tout à faits distincts : le premier seul a le titre d’Esdras ; le second a celui de Néhémie, comme l’indique, du reste, notre Vulgate où nous lisons : Néhémie ou second d’Esdras. Ce sont les Juifs qui sont cause qu’on a rangé ces deux histoires tout à fait distinctes sous une même dénomination, parce qu’ils ne les comptaient que pour une, dans leur canon de la Sainte Ecriture, afin que le nombre des livres ne dépassât pas celui des lettres de leur alphabet. Ils se relient d’ailleurs intimement l’un à l’autre : le premier nous fait connaître le commencement, et le second la fin de la restauration d’Israël dans la Terre Promise.
A partir de la prise Jérusalem par Nabuchodonosor, nous n’avons plus d’histoire suivie du peuple juif. Nous savons seulement comment finit la captivité par le livre d’Esdras, et nous connaissons quelques-uns des faits qui suivirent, par le livre de Néhémie et les deux livres de Machabées. ― La première année de Cyrus, en 536 avant Jésus-Christ, un premier groupe de captifs, conduit par Zorobabel et le grand prêtre Josué, retourna en Judée. L’année suivante, en 535, on commença à faire les préparatifs pour la reconstruction du temple ; mais, par suite de nombreux obstacles, cet édifice ne put être achevé que la sixième année de Darius, fils d’Hystaspe, c’est-à-dire, en 516. Soixante-dix ans plus tard environ, la septième année d’Artaxerxès Longuemain, en 459, le scribe Esdras ramena en Judée d’autres captifs, avec l’autorisation de prêcher la loi, d’instituer des juges et des chefs du peuple selon les prescriptions mosaïques, et d’organiser le service du temple. Le premier livre d’Esdras embrasse une période d’environ quatre-vingt ans.
Après treize ans écoulés, la vingtième année d’Artaxerxès, en 445 avant Jésus-Christ, Néhémie obtint de ce prince, dont il était échanson, la permission de se rendre à Jérusalem et de rebâtir les murs et les portes de la ville. Il réalisa ses projets, malgré les vives oppositions des peuples voisins, ennemis d’Israël. C’est ainsi que par la protection des rois perses, Cyrus, Darius et Artaxerxès Longuemain, et grâce au patriotisme et à la piété de Zorobabel, de Jésus, fils Josédec, d’Esdras et de Néhémie, Juda recouvra sa patrie, sa capitale et le temple du vrai Dieu.
Le premier livre d’Esdras a toujours été attribué à celui dont il porte le nom. Esdras parle d’ailleurs à la première personne dans plusieurs versets de la seconde partie.
On objecte contre l’authenticité du livre d’Esdras l’emploi successif de la troisième et de la première personne dans la seconde partie. On convient qu’il est facile d’expliquer l’emploi de la troisième personne au chapitre 7, versets 1 à 10, parce qu’Esdras devait d’abord se faire connaître ; mais on prétend qu’il est impossible de rendre raison de l’emploi de cette troisième personne au chapitre 10, après qu’il a fait usage de la première personne, à partir du chapitre 7, verset 28 jusqu’au chapitre 9. Il suit de là, assure-t-on, que l’auteur de ce livre n’est pas Esdras, mais un écrivain plus récent qui a inséré dans son récit un fragment d’Esdras, c’est-à-dire du chapitre 7, verset 27 au chapitre 9. ― En réalité, on ne peut rien conclure du passage d’une personne à l’autre, parce que ce changement était dans les usages des Juifs, comme le prouvent divers endroits des Livres Saints.
Esdras fut le premier des scribes ou docteurs de la loi, et comme le réorganisateur d’Israël, le Moïse du retour de la captivité. Ce fut lui, avec Néhémie et les plus anciens scribes, qui fixa le canon de la Bible hébraïque et qui jeta les fondements définitifs de l’institution des synagogues, en convoquant le peuple à des réunions publiques, pour lui enseigner la loi. Désormais les scribes continuent le rôle des prophètes ; ils expliquent au peuple la parole de Dieu et l’exhortent à la mettre en pratique.

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.