Moteur de recherche catholique portant sur la Bible et sur une bibliothèque d'ouvrages de référence en théologie, philosophie et histoire.
Ouvrez les portes, et qu'il y entre une nation juste et observant la vérité.
|
Saisissez un texte à rechercher ou bien sélectionnez un livre
Introduction
La recherche n'a donné aucun résultat.
AccueilGlaire & Vigouroux1 Pierre > Introduction0/0 résultat(s)
0/0 résultat(s)

Introduction

On n’a jamais contesté l’authenticité de cette Epître. Eusèbe la met immédiatement après les Epîtres de saint Paul, dans la liste des homologoumènes avec la première de saint Jean. Elle a été citée dès le premier siècle par saint Clément. Saint Pierre lui-même en fait mention dans sa seconde Lettre ; et tous les caractères de cet écrit, sa forme, sa destination, son objet, confirment le témoignage de la tradition. S’il convenait à l’apôtre des nations d’instruire et de diriger par les Epîtres les Eglises qu’il avait fondées parmi les Gentils, n’appartenait-il pas à saint Pierre, l’apôtre des circoncis, de veiller sur ses compatriotes, de pourvoir à leurs besoins spirituels, et d’envoyer à ceux qu’il avait évangélisés les instructions et les avis que rendaient nécessaires leurs dispositions, leurs habitudes et les épreuves par lesquelles ils devaient bientôt passer ? C’est ce qu’il fait dans cette Lettre, avec un dignité, une élévation de sentiments, une étendue de vue, une solidité et une plénitude de doctrine qui répondent à la hauteur de sa position, et qui font de son écrit un monument de sagesse et une source d’édification pour les fidèles de tous les temps et de tous les lieux.
Elle est datée de Rome ; car le nom de Babylone désigne Rome, ici comme dans l’Apocalypse.
Plusieurs croient qu’elle fut écrite peu d’années après l’arrivée de saint Pierre dans cette ville, vers 45, parce qu’il y parle de saint Marc comme étant encore auprès de lui. Mais cette raison n’est pas décisive ; car si ce disciple quitta Rome de bonne heure pour aller fonder l’Eglise d’Alexandrie, nous voyons par l’Epître aux Colossiens qu’il y est revenu au temps de la captivité de saint Paul ; et c’est à ce moment que le plus grand nombre de commentateurs renvoient la composition de cette première Epître.
Saint Pierre, aussi bien que saint Jacques, écrit aux tribus dispersées ; mais il adresse son Epître aux Israélites convertis du Pont, de la Galatie, de la Cappadoce, de l’Asie, et de la Bythinie, en leur associant dans sa pensée ceux des Gentils qui professent la même foi dans les mêmes contrées. Les uns et les autres se mêlaient, dit Origène, dans ces pays, où saint Paul avait prêché aussi bien que saint Pierre. Cette Lettre fut confiée aux mains de Sylvanus.
Le but de cette Epître est d’affermir les chrétiens dans la foi et dans la vertu, de les soutenir contre les épreuves, de les préparer à la persécution et de les animer à se rendre dignes du ciel par une vie parfaite. Le Sauveur avait recommandé particulièrement ce soin à son Vicaire.
Dans ce dessein, saint Pierre leur atteste la vérité de la doctrine qui leur a été prêchée. Il exalte la grandeur du chrétien et la sublimité de sa vocation en ce monde et en l’autre ; puis il anime à la perfection les fidèles et les pasteurs. En même temps qu’il signale les obligations des divers états, il exhorte au courage et à la constance ; il rappelle la passion du Sauveur, et il assure que s’associer généreusement à ses souffrances, c’est mériter d’avoir part à sa gloire.
La doctrine de cette Epître est simple et pratique, mais non moins énergique et surnaturelle. Comme saint Paul, saint Pierre fait reposer toute sa morale sur la dignité du chrétien, sur l’union que cette qualité lui donne avec Jésus-Christ, sur les souffrances que le Sauveur a endurées pour le racheter. C’est pour nous tirer de l’esclavage et de la mort qu’il a répandu son sang. Ceux dont il a brisé les fers doivent être, au milieu du monde, comme un peuple à part, comme une nation sainte, comme la famille des enfants de Dieu.
Quand à la forme, on peut remarquer dans cette Epître, comme dans tous les discours de saint Pierre, un style ferme et digne, de la concision, de l’élévation, un ton d’autorité doux et paternel qui répond à la position de l’auteur, une humilité profonde, un zèle sincère et une émotion qui se font sentir chaque fois que sa pensée se reporte vers son Maître, qu’il rappelle sa Passion ou la gloire du ciel, prix de ses souffrances. Cet écrit se distingue encore par un grand nombre d’allusions à l’Ancien Testament, et par de fréquents hébraïsmes. (L. BACUEZ.)

Bible Glaire & Vigouroux


Traduction de la Sainte Bible d'après la Vulgate (Clémentine) par l'abbé Jean-Baptiste Glaire éditée une première fois de 1871 à 1873, puis complétée par des introductions, des commentaires, des notes et des appendices rédigés par l'abbé Fulcran Vigouroux dans une troisième édition en 1890. L'édition reprise par Recatho est celle de 1905 des éditeurs A. et R. Roger, et F. Chernoviz téléchargeable également au format PDF ici. Recatho est le seul site web à offrir une version HTML de la Bible Glaire & Vigouroux. Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire notre page de présentation des différentes versions de la Bible expliquant notre choix.